Navigation – Plan du site
2015

Courduriès Jérôme et Fine Agnès (dir.), Homosexualité et parenté

Armand Colin, Paris, 2014
Lorraine Odier
Référence(s) :

Courduriès Jérôme et Fine Agnès (dir), Homosexualité et parenté

Armand Colin, Paris, 2014

Texte intégral

1L’ouvrage co-dirigé par Jérôme Courduriès et Agnès Fine rassemble les travaux d’anthropologues et de sociologues ayant étudié les relations que des gays et lesbiennes entretiennent avec leur entourage familial de naissance. Construit en deux parties, il introduit plusieurs thèmes majeurs d’une réflexion portant sur les processus actuels de reconnaissance de couples du même sexe par leurs proches ainsi que par le code civil. Mais plus que d’insister sur les particularités des expériences de gays et de lesbiennes avec leurs proches, l’ouvrage a d’abord pour objectif de mettre en évidence les mutations plus larges du système de parenté à l’œuvre dans les sociétés étudiées. Dans ce but, la première partie composée de six contributions explore diverses formes de vécu du dévoilement de l’homosexualité par les personnes concernées, des réactions de l’entourage et de ses effets sur le système de parenté, notamment sur les liens d’affection, de solidarité, de protection, ou encore d’obéissance (p.17). Si certaines contributions mettent en avant l’importance du capital culturel des personnes qui témoignent et de leur entourage, d’autres insistent davantage sur le sens donné à l’institution familiale dans le contexte social étudié.

2Jérôme Courduriès propose une analyse des formes de ruptures familiales vécues par de jeunes homosexuel.les. Il décrit la violence, parfois même physique, de ces ruptures, tout en relevant que celle-ci est d’autant plus marquée dans les classes populaires où l’homophobie est, selon ses analyses, plus forte. Il montre l’effet déstructurant de ces ruptures de liens de parenté pour les jeunes homosexuel.le.s conduit·e·s à se reconstruire un nouveau réseau social : ces ruptures allant souvent de paire avec un éloignement du lieu de vie, voire même du lieu de travail ou de la formation. Céline Costechareire met en évidence à partir des récits de femmes lesbiennes des variations du rapport au stigmate de l’homosexualité, en analysant l’influence de l’hostilité ou de la tolérance parentale sur les manières de vivre l’homosexualité avant et après l’annonce de l’orientation sexuelle à l’entourage familial. Elle montre que l’homosexualité est davantage stigmatisée dans les milieux défavorisés, mais surtout que l’ascension sociale semble favoriser une mise à distance du stigmate lié à l’homosexualité et une distanciation vis-à-vis de l’entourage familial réfractaire, tout comme elle favorise la possibilité de maintenir des liens de parenté ou de les substituer. Elle observe en effet que des femmes ayant un haut capital culturel et provenant des milieux populaires conservent un environnement amical plus varié et prennent plus facilement des distances vis-à-vis des réactions négatives ou homophobes de leur entourage familial, que des femmes n’ayant pas vécu la même ascension sociale.

3En plus de rendre compte de différentes expériences de l’entourage face à l’annonce de l’homosexualité, cette première partie permet de distinguer des processus de production de sens situés de la solidarité familiale. Des contributions portant sur les systèmes relationnels de gays et de lesbiennes permettent de saisir l’impact des sens attribués à l’institution familiale dans une société donnée sur les liens de parenté lors de conflits familiaux. Par exemple, l’article de Claudia Regina Nichvig et Miriam Pillar Grossi montre qu’au Brésil, où la solidarité familiale joue un rôle central dans la redistribution des ressources et des richesses, les liens de parenté sont rarement rompus si les personnes se déclarant homosexuelles continuent de jouer le jeu de la solidarité économique. Allant dans le même sens, José Ignacio Pichardo Galán qui propose une analyse des relations familiales d’hommes homosexuels vivant dans des grandes villes d’Espagne, observe que le rôle économique et matériel de la famille est primordial dans leur maintien. Outre l’importance du rôle économique de la famille au Brésil, Flavio Luiz Tarnovski montre, pour sa part, que la disponibilité qui caractérise les hommes gays qu’il a rencontré durant son enquête dans le sud du Brésil, dans la mesure où ils sont considérés comme d’éternels célibataires, constitue une forme de dépassement du rejet de l’homosexualité. Représentant des personnes ressources pour la prise en charge des enfants de leur frères et sœurs, ils deviennent des piliers de la solidarité familiale.

4Il ressort cependant de manière transversale dans cette première partie que le degré d’homophobie du milieu dans lequel vivent les personnes rencontrées dans les différentes enquêtes a un impact fort sur la redéfinition des liens de parenté. Au-delà d’une question d’appartenance sociale ou de capital culturel Céline Costechaire montre que le fait d’être inséré dans un contexte ouvert à l’homosexualité confère des ressources sociales facilitant la possibilité de maintenir les liens de parenté ou de les substituer. S’il ressort des différentes contributions que le rejet de l’homosexualité favorise les ruptures des liens de parenté, certaines situations rapportées montrent aussi que l’homophobie et les ruptures ne sont pas toujours définitives. Ce que plusieurs contributions de la deuxième partie portant sur l’accès à la parentalité de couples du même sexe permettent de mettre en évidence.

5La deuxième partie traite en effet plus spécifiquement des transformations des relations que des gays ou lesbiennes entretiennent avec leur entourage familial lorsqu’ils deviennent parents. Portant plus spécifiquement sur les liens intergénérationnels et l’entrée en grand-parentalité, cette partie met en évidence l’importance de la norme conjugale et de la présence ou non de liens biologiques entre petits-enfants et grands-parents dans les redéfinitions des liens de parenté. Trois articles se concentrant plus spécifiquement sur la parentalité des couples gays insistent sur la persistance de la norme conjugale dans les discours des couples rencontrés et de leur entourage. Comme le rappelle Martine Gros, la parentalité de couples gays implique la transgression de plusieurs normes partagées en France : l’incompatibilité présumée entre homosexualité et paternité, être père à 100 % sans présence maternelle – alors que les représentations sociales réservent aux femmes les soins aux tout-petits et font de leur présence auprès d’eux une condition essentielle à leur épanouissement –, enfin, lors de recours à la GPA, le fait de braver une interdiction légale et l’image d’exploitation du corps des femmes qui y est associée (p. 159). Pourtant, dans les différentes contributions, il ressort aussi que l’accès à la parentalité pour des couples gays semble aussi souvent renforcer ou réactiver des liens de parenté qui pouvaient être distendus voire interrompus. Dans plusieurs situations rapportées, notamment pas Martine Gros, le fait d’avoir un enfant semble favoriser l’amélioration des liens avec ceux qui deviennent grands-parents. Comme si, selon l’auteure, l’arrivée d’un enfant permettait à ces derniers de rapprocher la famille constituée par les deux pères de l’image de la famille traditionnelle et de la norme conjugale. L’article de Ellen Lewin analyse les différentes raisons que des hommes gays, vivant aux Etats-Unis dans des Etats où il y a peu de barrières juridiques à l’homoparentalité, donnent sur leur choix d’être père. Tout en étant dans une posture de résistance et de rupture des normes de parentalité construites sur la complémentarité entre les sexes, ceux-ci expriment un fort attachement à l’institution familiale et un souhait prononcé de se distancer du stigmate de l’homosexuel – éternel célibataire, hédoniste, égoïste et irresponsable – en accédant au statut de père.

6L’autre thème majeur de la deuxième partie de l’ouvrage porte sur le lien biologique qui existe ou non entre l’enfant et ses parents ou sa lignée familiale. Cette discussion est notamment au cœur de la contribution de Martine Gross, construite autour de récits qu’elle a collectés auprès d’hommes gays expliquant leur choix et leur expérience de la GPA. Elle montre par exemple que le choix de renoncer au lien biologique pour un des deux pères est souvent associé au souhait de ne pas donner de descendance à sa propre lignée, ni de transmettre les gènes de leurs ascendants. Si le lien biologique fait l’objet de réflexion et de positionnement dans le processus d’engendrement, il semble aussi avoir un effet une fois que l’enfant est là. Cathy Herbrand qui développe une réflexion sur les transformations de la parenté et des liens intergénérationnels à partir de situations de coparentalité, constate en effet que la présence de lien biologique ou non a un impact important sur l’implication des grands-parents : les grands-parents ayant un lien biologique se montrent souvent plus investis matériellement et affectivement que ceux qui n’en n’ont pas.

7S’inscrivant dans la continuité de cette réflexion, l’équipe suisse composée de Claire Ansermet, Yazid Ben Hounet, Pascal Gaberel et Marianne Modak distingue les parents non pas par leur lien biologique avec l’enfant, mais par la reconnaissance légale qu’ils ont ou non. Leur contribution propose une analyse des situations des parents non-statutaires, reprenant ainsi l’expression de Virginie Descoutures (2006) qui désigne les parents qui dans un couple ont un ou des enfant/s à charge sans pour autant avoir de reconnaissance légale vis-à-vis d’eux. L’équipe de chercheur.e.s rappelle tout d’abord les conséquences de l’accès restrictif des concubin.e.s à l’autorité parentale, puis propose une analyse plus spécifique de ses implications concrètes en partant de la situation d’une mère non-statutaire qui s’est récemment séparée de la mère de ses enfants.

8Rapportant plusieurs récits et expériences de personnes se déclarant homosexuelles cet ouvrage comporte plusieurs points forts. En adoptant le point de vue de personnes en « marge » de l’institution familiale hétérosexuelle, il montre tout d’abord que cette dernière et les relations de parenté qui s’y articulent restent encore très imposantes tant sur le plan symbolique que sur le plan matériel. Dans un contexte marqué par des débats souvent idéologiques et passionnels sur l’homoparentalité et l’homosexualité, il permet ensuite de rappeler les enjeux concrets et quotidiens des gays et des lesbiennes. Par ailleurs, traiter de l’homosexualité et des problématiques relationnelles qui y sont associées comme des révélateurs de changements contemporains de la parenté ou de la place qu’occupe l’institution familiale dans différents contextes sociaux, marque sans aucun doute l’originalité et l’intérêt de cet ouvrage. Dans la première partie portant sur des situations où il n’y a pas d’enfants, l’homophobie semble tenir un rôle majeur dans la transformation des liens de parenté étudiée. Les situations rapportées concernent par conséquent d’abord les expériences homosexuelles. En revanche, la deuxième partie qui porte plus spécifiquement sur les liens de parenté qui se définissent autour de la présence ou de l’absence de liens biologiques ou légaux permet d’élargir le débat à d’autres situations contemporaines.

9Si les relations de gays et lesbiennes avec leur entourage familial, et l’homophobie qui parfois les caractérise, sont finement décortiqués, on regrettera cependant le peu de discussion, dans cet ouvrage, de la notion de « famille », de l’hétéro-normativité qu’elle relaie et de sa distinction avec le terme « parenté ». « Relations familiales » et « relations de parenté » sont trop souvent utilisés comme des synonymes dans les différentes contributions.

Haut de page

Bibliographie

DESCOUTURES Virginie, « Les mères « non statutaires » dans les couples lesbiens qui élèvent des enfants », Dialogue, 173, 2006, pp. 71-80.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lorraine Odier, « Courduriès Jérôme et Fine Agnès (dir.), Homosexualité et parenté », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 28 octobre 2015, consulté le 27 mai 2017. URL : http://gss.revues.org/3604

Haut de page

Auteur

Lorraine Odier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org