Skip to navigation – Site map
2016

Jacquemart Alban, Les hommes dans les mouvements féministes. Socio-histoire d’un engagement improbable

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015
Hélène Quanquin
Bibliographical reference

JACQUEMARD Alban, Les hommes dans les mouvements féministes. Socio-histoire d’un engagement improbable, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015

Full text

1Dans un ouvrage récent consacré à la participation des hommes à la constitution d’un discours sur les droits des femmes en Grande-Bretagne à la fin du XVIIIe siècle, l’historienne américaine Arianne Chernock (2010) explique que le lien entre sexe et féminisme doit être « dénaturalisé » (p. 6), et par là même historicisé. Le rôle joué par les hommes dans les différents mouvements féministes depuis leurs origines, mais aussi la présence importante des femmes dans l’antiféminisme, explorée par exemple aux Etats-Unis par Susan E. Marshall (1991 ; 1997), montre en effet que l’engagement pour ou contre les droits des femmes n’a jamais été strictement lié au genre. Si l’engagement féministe des hommes demeure, pour reprendre les mots d’Alban Jacquemard, un « objet sous-étudié » (p. 18), il l’est probablement de moins en moins si l’on considère la production scientifique des dernières années, notamment en histoire et en sociologie. En France, on notera ainsi la parution récente des actes du colloque organisé sur le sujet par l’Institut Emilie du Châtelet en février 2010 (Rochefort et Viennot, 2013).

2Comme son titre ne l’indique pas complètement, Les hommes dans les mouvements féministes. Socio-histoire d’un engagement improbable étudie l’engagement féministe des hommes en France des années 1870 jusqu’à nos jours. L’ouvrage, qui s’appuie sur la reconstitution de quatre-vingt-deux « trajectoires militantes » entre 1870 et 1940 et trente-six entretiens biographiques avec des militants actifs dans les mouvements féministes depuis les années 1960, vise à décrire et à analyser les « logiques sociales » (p. 26) et les différents contextes qui expliquent que des hommes aient pu faire le choix de s’engager pour les droits des femmes, et donc, en théorie, contre leurs propres intérêts.

3Le propos général est divisé en deux grandes parties. La première, intitulée « Socio-histoire du militantisme féministe des hommes », a une visée explicitement historique. Les trois premiers chapitres, qui sont organisés chronologiquement (1870-1940 ; 1945-1980 ; 1980-2010), analysent les évolutions de l’engagement des hommes dans les féminismes français sur près d’un siècle et demi. Si de nombreux hommes furent, à l’instar du journaliste Léon Richer, aux avant-postes du premier mouvement féministe à la fin du XIXe siècle, Alban Jacquemard montre très clairement que les premières décennies du XXe siècle voient au contraire la base militante se féminiser et la mixité des associations féministes être progressivement remise en cause. La Seconde Guerre mondiale marque une rupture dans la mesure où, à partir des années 1940, les mouvements féministes se définissent de plus en plus contre les hommes en tant que groupe, ce qui rend leur engagement plus difficile. La dernière période étudiée (1980-2010) se caractérise par une mixité renouvelée, même si l’engagement féministe des hommes reste globalement peu important.

4Ainsi que le montre le chapitre 4, l’évolution de la présence des hommes dans les mouvements féministes est due avant tout à une évolution du « sujet politique du féminisme » (p. 125) et de la façon de considérer la catégorie des « femmes ». Alban Jacquemard décrit ainsi deux types d’engagement, distincts, mais pas forcément contradictoires. L’engagement « humaniste » ou universaliste se fonde sur l’idée que les femmes doivent pouvoir accéder à une égalité des droits au nom d’une citoyenneté censément « neutre », et privilégie ainsi une action qui vise en priorité à changer les lois. L’engagement « identitaire », lui, est lié une critique profonde des inégalités fondées sur des identités liées au genre, non seulement dans l’espace de la citoyenneté, mais dans d’autres champs. Si l’engagement « humaniste » domine les débuts du féminisme français, il est graduellement contesté, puis marginalisé dans les années 1970 au profit du discours « identitaire ». L’apport de cette première partie réside dans la démonstration très claire que la légitimité des hommes comme militants féministes n’a pas toujours été mise en cause et que le sujet politique des féminismes n’est pas toujours « les femmes ».

5La seconde partie de l’ouvrage, « Les ressorts de l’engagement », consiste en une analyse des trajectoires militantes des hommes engagés dans les mouvements féministes. La notion centrale de « carrière militante », étudiée par Olivier Fillieule, par ailleurs auteur de la préface, permet ici d’articuler motivations individuelles et déterminants sociaux et politiques. Trois thèmes, qui correspondent aux trois étapes de l’engagement, font l’objet d’un traitement particulier : les raisons de l’engagement, ou « devenir militant féministe » (chapitre 5) ; le maintien de l’action militante, ou « rester militant féministe » (chapitre 6) ; la sortie du militantisme, ou « ne plus être militant, rester féministe » (chapitre 7). Le dernier chapitre de cette partie (et du livre) décrit enfin quatre trajectoires de militants, selon deux types de parcours qui reprennent les modalités de l’engagement définies dans le chapitre 4 : « humanistes » (p. 248) et « identitaires » (p. 257). Si la première trajectoire reconstituée correspond à un militant féministe identifié, Ferdinand Buisson, les trois autres ont été recomposées à partir des entretiens et des archives consultées afin de préserver l’anonymat des enquêtés. La méthode de reconstitution de « trajectoires irréelles mais probables » est exposée précisément (p. 247) et permet la mise en exergue des « articulations à l’œuvre entre chaque sphère sociale et tout au long de la vie » (ibid.) dans chaque parcours.

6L’étude d’Alban Jacquemard s’appuie sur une recherche riche et à vocation « interdisciplinaire » (p. 26), à la croisée de la sociologie, des études de genre, et de l’histoire. La sociologie de l’engagement militant représente cependant le point d’ancrage principal de l’ouvrage. La notion de « carrière militante » est particulièrement riche et aide à une compréhension claire et nuancée de l’imbrication des ressorts individuels et collectifs de l’engagement féministe des hommes en France. Le choix d’étudier une période longue est intéressant en ce qu’il permet d’appréhender les changements du positionnement des féminismes français par rapport à leur « sujet politique » et à la façon dont ceux-ci ont influencé la légitimité des hommes en tant que militants féministes. Les entretiens, nombreux et précis, facilitent également l’accès des lectrices et lecteurs aux nombreux ressorts du militantisme féministe de ces hommes, jusque dans leur désengagement (chapitre 7).

7L’approche interdisciplinaire proclamée d’Alban Jacquemard comprend cependant certaines limites et aurait pu être mieux définie. Le recours à la socio-histoire et ses fondements sont insuffisamment explicités, notamment sur la question des sources. Il est normal que les entretiens biographiques de la période plus récente ne trouvent pas leur pendant exact pour les décennies antérieures, mais ce déséquilibre est insuffisamment explicité et problématisé. La consultation des archives personnelles (et pas seulement publiques) et de la correspondance personnelle des militants féministes de la « première vague » aurait pu permettre une meilleure compréhension de leurs motivations, sur le même plan des militants de la période contemporaine, ainsi qu’une meilleure articulation entre passé et présent dans la recherche.

8L’ouvrage d’Alban Jacquemard n’en demeure pas moins un travail original dont l’apport aux recherches sur les mouvements féministes et l’engagement militant est important, notamment par le traitement précis des entretiens biographiques. Au regard de la richesse des idées et concepts mobilisés, on regrettera l’absence d’un index des notions qui aurait permis une meilleure exploitation de l’ouvrage par les lectrices et les lecteurs intéressé-e-s par le sujet.

Top of page

Bibliography

CHERNOCK, Arianne, Men and the Making of Modern British Feminism, Stanford, Stanford University Press, 2010.

MARSHALL, Susan E., “Who Speaks for American Women ? The Future of Antifeminism”, Annals of the American Academy of Political and Social Science, 515, 1991, pp. 50-62.

MARSHALL, Susan E., Splintered Sisterhood : Gender and Class in the Campaign against Woman Suffrage, Madison : The University of Wisconsin Press, 1997.

ROCHEFORT, Florence, Eliane VIENNOT (dir.), Les hommes face à l’égalité des sexes, Saint-Etienne, Presses universitaires de Saint-Etienne, 2013.

Top of page

References

Electronic reference

Hélène Quanquin, « Jacquemart Alban, Les hommes dans les mouvements féministes. Socio-histoire d’un engagement improbable  », Genre, sexualité & société [Online], Analyses et comptes-rendus, Online since 17 January 2016, connection on 30 May 2017. URL : http://gss.revues.org/3615

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org