Navigation – Plan du site
2016

Benedicto Bobby, Under Bright Lights. Gay Manila and the Global Scene

Minneapolis, University of Minnesota Press, 2014
Vulca Fidolini
Référence(s) :

BENEDICTO Bobby, Under Bright Lights. Gay Manila and the Global Scene, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2014

Texte intégral

1Under Bright Lights représente une contribution majeure au champ émergent des études gays aux Philippines. Il s’agit d’un travail complexe et novateur qui semble également pouvoir donner un nouvel élan aux recherches sur le genre dans ce pays (Ricordeau, 2009 ; 2013), en croisant différentes disciplines et perspectives méthodologiques.

2L’ouvrage de Bobby Benedicto – chercheur postdoctoral à la McGill University de Montréal – se fonde sur l’analyse d’un imposant matériau ethnographique collecté par l’auteur au cours de plusieurs missions de terrain aux Philippines, et notamment à Manille et sa région métropolitaine, mais aussi à travers des observations menées à l’étranger (par exemple aux États-Unis). Dans une démarche qui croise les études de genre, la théorie queer, l’anthropologie urbaine, et la géographie sociale, cet ouvrage se donne pour objectif de décrire l’« urban gay life » de la capitale des Philippines (p. XI). Les contradictions et les paradoxes qui caractérisent l’espace métropolitain dans lequel se déploient les scènes de terrain finement décrites par l’auteur, permettent de combiner l’étude de la naissante gay scene de Manille avec l’analyse des évolutions majeures – historiques, économiques, culturelles – ayant reconfiguré le paysage social de la ville après la colonisation américaine, et plus précisément pendant les trente dernières années.

3L’ouvrage est divisé en six parties. L’introduction esquisse une première définition de la valeur heuristique que l’auteur attribue aux différentes scènes ethnographiques observées. Les espaces de la culture gay à Manille ne sont pas décrits comme étant des lieux déconnectés de la métropole – pour le dire autrement, ils ne se configurent pas comme des espaces-ghettos –, mais ils sont plutôt appréhendés comme une multiplicité de réalités sociales, interconnectées entre elles, qui expriment les contradictions intrinsèques à la vie de la ville, entre rêves de globalité (dreams of globalness) et nécessité de composer avec les contraintes et les difficultés des métropoles du tiers monde.

4Dans cette partie de son ouvrage, Bobby Benedicto présente son ethnographie. Les observations menées par l’auteur entre 2006 et 2010, pendant une période de 18 mois au total, à travers six missions de terrain, ont été accompagnées par des entretiens semi-dirigés avec trente hommes connus dans les bars et les night-clubs de la ville de Manille et aussi à l’étranger, notamment aux États-Unis.

5En présentant son terrain, l’auteur se définit comme un insider de la culture gay philippine (p. X). Néanmoins, cette notion d’insider n’est pas suffisamment étayée. En ce sens, l’on peut regretter – de manière plus générale – l’absence dans l’ouvrage d’une section consacrée à l’analyse approfondie du positionnement du chercheur vis-à-vis de son terrain d’étude et de la population interrogée.

6Dans le premier chapitre, Benedicto montre comment la mobilité en voiture (automobility) à Manille permet aux protagonistes de la scène ethnographique de produire des espaces de sociabilité entre gays. La voiture est envisagée en tant que métaphore de la modernité (p. 44) : une représentation concrète des idéaux du progrès, de la mobilité, de la liberté et de la vitesse. Cette vision futuriste du concept de voiture devient l’outil heuristique à travers lequel raconter comment – dans le temps d’une seule soirée – les homosexuels peuvent traverser les espaces de la sociabilité gay par la fréquentation de différents quartiers et locaux de Manille. En décrivant différents épisodes vécus pendant les soirées passées entre les night-clubs et les lieux de prostitution – dans des clubs identifiés comme étant gays mais aussi dans d’autres locaux qui ne sont pas fréquentés exclusivement par les homosexuels –, Benedicto met en évidence la centralité des relations masculines (et la totale absence de femmes) dans les scènes de l’urban gay life de Manille. L’auteur souligne également que, au sein de ces relations, la distinction entre homosexuels et hétérosexuels n’est pas la référence à travers laquelle s’organisent les pratiques de la sociabilité gay, mais que ce sont plutôt les différents lieux fréquentés par les homosexuels et les interactions que s’y tissent entre homosexuels qui produisent le rapport permanent de la gay life aux espaces de la métropole.

7Le deuxième chapitre envisage ces mêmes espaces métropolitains en tant que lieux d’une mobilité imaginaire. Si dans le chapitre précédent l’attention avait été concentrée sur les lieux « physiques » de la ville, dans cette partie Benedicto essaie de montrer comment les scènes de la sociabilité entre gays deviennent les terrains pour matérialiser « ici » le désir d’être « ailleurs » (p. 47). L’auteur analyse cette dynamique de matérialisation du « loin » dans le « proche » (p. 46) à travers la discussion de différents cas d’étude. Parmi ces cas se distingue notamment la description des observations ethnographiques réalisées à Global City, un district financier fortement urbanisé de la région métropolitaine de Manille, fréquenté par les homosexuels. Ce district, le style de vie « globalisé » qu’il véhicule, sa morphologie urbaine, ses bars et ses night-clubs, sont définis comme les lieux des « promesses de modernité » de la capitale des Philippines (les brights lights) où les homosexuels issus de différents milieux sociaux cherchent à fuir le désordre de la vie de Manille, en se projetant dans les rêves fascinateurs de la globalness qui permettent d’oublier temporairement les contraintes, les inégalités et la misère de la réalité du tiers monde.

8Dans le troisième chapitre, l’auteur s’attache à définir l’urban gay life de Manille en en esquissant le positionnement au sein d’une cartographie des cultures gays contemporaines et internationales. C’est l’étude de la figure du bakla qui permet une telle démarche. Le bakla est le terme qui indique l’homosexuel aux Philippines, et notamment le profil de l’homosexuel issu de milieux sociaux défavorisés (identifié surtout avec la figure du parlorista, le travailleur d’un salon de beauté), efféminé, et qui peut designer également le travesti. En s’appuyant sur le travail de Martin Manalansan (2003) qui analyse la relation des baklas de la diaspora avec la culture gay occidentale, et notamment aux États-Unis, Benedicto affirme que cette représentation de l’homosexuel, souvent utilisée de manière péjorative, se révèle une catégorie capable de raconter les évolutions récentes de la culture gay à Manille. Benedicto montre d’abord que les homosexuels philippins à l’étranger font un usage stratégique de la figure du bakla, en en mettant en scène les traits efféminés pour négocier leur identité gay et surtout afin de respecter les attentes qui construisent les représentations de l’homosexualité des Philippins en Occident (aux États-Unis, par exemple, les gays américains auraient construit une représentation des gays philippins, et plus généralement asiatiques, comme étant caractérisés par des traits efféminés très marqués). Ensuite, l’auteur explique que les gays de Manille, au pays, tendent de plus en plus à vouloir se détacher de cette figure du bakla, car elle reste notamment assimilée à l’incorporation d’une position de subordination sociale qui désigne la condition des homosexuels issus des milieux les plus pauvres. Benedicto s’attache alors à analyser comment ce refus passe surtout par une prise de distance avec les traits efféminés du bakla. Il analyse ainsi la tendance récente de la culture gay de Manille vers l’hyper-masculinisation de l’homosexualité. L’auteur met alors en évidence que cette tendance – constatée notamment à travers une ethnographie des photos des profils utilisées par les usagers du site de rencontre en ligne Guys4Men (p. 85) – se confronte de manière permanente avec les résistances (à cette même masculinisation) qui découlent de l’influence que les représentations du bakla et de la bakla-ness continuent d’avoir sur la culture gay aux Philippines (voir également Benedicto, 2008). Ainsi, la figure du bakla est envisagée comme le « spectre » d’un passé qui complique le processus d’affranchissement du modèle de l’homosexuel efféminé dont la culture gay contemporaine de Manille semble vouloir se défaire.

9C’est encore à la question de la mobilité que s’intéresse le quatrième chapitre à travers l’analyse de récits d’expériences à l’étranger d’homosexuels philippins.

10Dans un premier temps, une ethnographie du Ninoy Aquino International Airport (NAIA), l’aéroport international de Manille, et de ses alentours, est l’occasion pour décrire – encore une fois – les lieux-frontières entre le monde globalisé de la mobilité moderne vers laquelle tend la capitale des Philippines, et la pauvreté (typique notamment des quartiers limitrophes de l’aéroport) qui caractérise encore des vastes zones de la métropole.

11Benedicto analyse ici le rapport des homosexuels de Manille issus de milieux favorisés, et ayant accès à une mobilité internationale, avec le profil dominant du migrant philippin à l’étranger : le nurse (p. 107), le Philippin (représenté encore une fois en soulignant ses traits efféminés) employé dans le domaine du care. L’auteur montre comment les processus de racialisation, la féminisation du migrant philippin, et son identification avec un sujet issu d’une classe sociale défavorisée, s’articulent entre eux au sein des vécus des homosexuels philippins à l’étranger en les conduisant à repenser la relation à leur milieu social d’origine au pays et à leur identité gay. Benedicto montre que ce profil du nurse – tout comme l’image du bakla – finit souvent par être joué volontairement par les migrants homosexuels afin d’être reconnus en tant que gays à l’étranger. Néanmoins, le cinquième chapitre montre comment ces expériences de racialisation, vécues par les gays philippins lorsqu’ils sont identifiés outre-mer en tant que nurses, disparaissent dans leurs récits lorsqu’ils racontent leurs voyages (à l’étranger) à Manille. L’auteur affirme ainsi que le silence qui entoure ces expériences de racialisation (et de déclassement social) peut être justifié par l’absence d’un discours collectif et politique sur la question de la race à Manille, mais il doit surtout être pensé en tant qu’effet du pouvoir silencieux de la honte ressentie par les homosexuels Philippins – et notamment ceux qui sont issus de milieux aisés – qui doivent passer, à l’étranger, par l’étape de la racialisation et du déclassement social avant d’être reconnus en tant que gays dans les night-clubs et les bars des villes d’outre-mer.

12Comme on l’aura compris, Under Bright Lights est avant tout une étude qui analyse l’intersection entre rapports de classe, de genre et de race avec les dynamiques de la mobilité – au sens large du terme – pour saisir les évolutions de la gay life à Manille. Le travail de Bobby Benedicto offre une description minutieuse des espaces physiques et imaginaires dans lesquels s’inscrivent et se révèlent les multiples articulations de ces rapports de pouvoir. Néanmoins, si la démarche ethnographique adoptée et la volonté de consacrer une place centrale au récit des scènes observées sont sans doute parmi les atouts de l’ouvrage, elles se révèlent parfois l’une de ses faiblesses. En effet, la description des cas d’étude prend souvent le dessus sur la problématisation des scènes décrites. Le lecteur, captivé par la fine narration et la riche description de l’ethnographie réalisée, est ainsi amené à se demander comment les nombreuses questions soulevées par les cas empiriques analysés pourraient s’inscrire dans une réflexion plus ample et plus structurée sur les rapports de genre, de race et de classe (aux Philippines, et non seulement). Par exemple, le troisième chapitre, consacré à la figure du bakla, ou les chapitres IV et V, où l’auteur analyse la mobilité internationale des gays philippins, laissent le lecteur dans l’attente d’une réflexion conclusive sur le rapport entre représentations de l’homosexualité en Occident et aux Philippines, qui, finalement, fait défaut.

13Under Bright Lights reste néanmoins une lecture fascinante, qui nous apprend beaucoup sur une réalité non-occidentale encore peu connue. Cet ouvrage permet de saisir la complexité et l’action multiforme de différents rapports de pouvoir à l’échelle internationale, en mettant à l’épreuve les catégories de « modernité » et de « société globale » sous une perspective originale. Le travail de Bobby Benedicto nous invite ainsi à penser autrement les oppressions de classe, de race et de genre, en faisant de la catégorie de « mobilité » une force supplémentaire qui complète et étoffe le pouvoir contraignant de ces oppressions, tout en se révélant également le terrain où l’individu peut négocier de nouvelles marges de manœuvre pour composer avec l’action des contraintes auxquelles il est soumis.

Haut de page

Bibliographie

Bobby Benedicto, « The Haunting of Gay Manila : Global Space-Time and the Specter of Kabaklaan », GLQ : A Journal of Lesbian and Gay Studies, 14, 2-3, 2008, pp. 317-338.

Martin F. Manalansan, Global Divas : Filipino Gay Men in the Diaspora, Durham, Duke University Press, 2003.

Gwénola Ricordeau, « Les études gays aux Philippines. À propos de : Garcia Neil,Philippine Gay Culture », Genre, sexualité & société, 1, Printemps 2009.

Gwénola Ricordeau « Baklas et tomboys : globalisation et politisation des identités homosexuelles », in William Gueraiche, dir., Philippines contemporaines, Paris, Les Indes Savantes, 2013, pp. 471-486.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vulca Fidolini, « Benedicto Bobby, Under Bright Lights. Gay Manila and the Global Scene », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 17 janvier 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://gss.revues.org/3622

Haut de page

Auteur

Vulca Fidolini

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org