Navigation – Plan du site
2016

Regard Frédéric (dir.)Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Josephine Butler

Lyon, ENS éditions, 2013
Isabelle Tracol-Huynh
Référence(s) :

REGARD Frédéric (dir.)Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Josephine Butler, Lyon, ENS éditions, 2013

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Frédéric Regard s’intéresse à la lutte menée par Josephine Butler contre les lois sur les maladies contagieuses mises en place dans certaines villes portuaires et militaires anglaises entre 1864 et 1869. Ces lois permettent à la police d’arrêter toute femme suspectée de se prostituer et de lui imposer une visite médicale avec examen gynécologique. Si une femme est reconnue malade, elle est hospitalisée de force dans un dispensaire spécifique. Pour Butler, ces lois constituent une atteinte à la liberté individuelle ainsi que l’institutionnalisation d’une « double norme » : tandis que les femmes sont soumises à des contrôles médicalisés (et sont sanctionnées si elles sont malades), les hommes en sont exonérés et jouissent donc d’une liberté en matière de sexualité. Cet ouvrage, et tout particulièrement l’essai Lost : Josephine Butler et le mystère des filles perdues rédigé par Frédéric Regard (p. 39-145), porte sur les stratégies mises en place pour résister aux inégalités de genre produites par les lois sur les maladies contagieuses. Considérant les femmes comme les victimes d’un « système perçu comme une machine à fabriquer de l’inégalité entre les sexes » (p. 141), Butler élabore une « puissante machine de guerre contre […] l’inégalité fondamentale régissant les relations entre hommes et femmes en matière de sexualité » (p. 46).

2 Le livre comporte quatre parties consacrées à l’action et à l’œuvre, au sens littéraire, de Butler : une introduction, un essai, des textes écrits par des contemporains de Butler et d’autres rédigés par elle-même, tous traduits ici en français. L’introduction de Florence Marie s’intéresse à la personnalité de Butler ainsi qu’aux raisons de son engagement (p. 9-38). Bien qu’issue de la haute bourgeoisie et mariée à un universitaire et homme d’Église, Butler n’est pas enfermée dans la sphère privée réservée aux « ladies » de son temps et n’hésite pas à se lancer dans une « mission scandaleuse » (p. 24). Une femme de la bonne société ne doit pas s’occuper de sexualité et encore moins en parler en public. Sa famille, surtout son père, lui a donné l’exemple de l’engagement pour la défense des droits civiques et le « goût pour la justice sociale » (p. 11). La lutte contre les lois sur les maladies contagieuses ne constitue donc qu’un aspect, le plus connu, de l’engagement de Josephine Butler dans les grands combats de son temps. En effet, elle participe à la défense de l’éducation et du travail des femmes. L’introduction étudie enfin les étapes de cette lutte difficile qui aboutit à l’abrogation des lois en 1886. La sélection de textes écrits par des contemporains de Butler de la troisième partie de l’ouvrage, souligne d’ailleurs les difficultés rencontrées par Butler. Ces textes montrent les arguments des partisans des lois et du réglementarisme en général ainsi que les réactions, parfois violentes, que ce combat mené par des femmes a suscité (p. 149-223).

3La quatrième partie, la sélection de textes écrits par Butler (p. 225-284), met en lumière les arguments mobilisés dans cette lutte, arguments classés dans l’essai en quatre questions par Frédéric Regard : la question sociale, la question morale, la question politique et la question religieuse. Bien que l’essai et les textes de la dernière partie soient clairement complémentaires, le premier analysant les seconds et les seconds illustrant le premier, ils n’ont pas été suffisamment pensés ensemble dans l’ouvrage. En effet, les citations de l’essai ne renvoient pas directement aux pages correspondantes dans l’ouvrage mais aux volumes édités par Jane Jordan et Ingrid Sharp en 2003. Ce choix est certes précisé dans l’avertissement mais il peut se révéler gênant, surtout quand les traductions des titres ne sont pas toujours les mêmes : « Quelques mots adressés à de vraies dames de cœur » (p. 57) est intitulé « Quelques mots adressés aux femmes sincères » (p. 233). Cela n’empêche pas la lecture de l’ouvrage mais peut nuire à sa compréhension par des lecteurs et lectrices peu familiers-ères de l’œuvre de Butler. Un index des textes cités dans l’essai aurait été utile d’autant que tous les textes cités ne sont pas reproduits sans que l’on sache pourquoi certains le sont et d’autres non. On peut également regretter que les textes choisis ne soient pas davantage contextualisés : le classement en quatre questions fait sens par rapport à l’essai mais il ne suit pas la chronologie et l’évolution de Josephine Butler.

4 La seconde partie, l’essai Lost : Josephine Butler et le mystère des filles perdues, constitue donc le cœur de l’ouvrage. Dès le départ, l’analyse renvoie à Foucault et aux questions de « pouvoirs », de « sexualités » et de « résistances » (p. 39) en mettant en lumière les contre-pouvoirs s’opposant au système étatique représenté par les lois. La guerre menée par Butler est une guerre menée contre l’État parce que celui-ci s’arroge un droit de regard sur le corps des femmes, au sens littéral avec l’examen médical et le spéculum dont l’usage est violemment dénoncé (p. 53-68). Au nom de la tradition politique et intellectuelle anglaise, elle défend les droits individuels face à l’arbitraire du pouvoir politique (p. 84) et critique les moyens de surveillance dont se dotent les États bureaucratiques modernes (p. 86). À cette lecture foucaldienne, Frédéric Regard ajoute une certaine lecture marxiste puisque Butler dénonce l’exploitation des femmes pauvres pour le plaisir des classes dominantes (p. 78-82) : les femmes qu’elle défend sont des objets d’échange, des marchandises mais aussi le produit d’un système politique et économique qui stigmatise et précarise les femmes des classes populaires. Il n’est pas question pour elle d’interdire la prostitution mais de l’expliquer en termes sociaux, économiques et politiques et dénoncer ainsi l’inégalité entre les hommes et les femmes. Son combat contre les lois rejoint d’autres combats, notamment celui mené pour l’égalité des femmes au travail.

5Tous les arguments mobilisés montrent cette inégalité hommes/femmes, ce qui inscrit Josephine Butler dans une perspective féministe. Pour les auteurs de cet ouvrage, elle est « l’une des grandes féministes oubliées du XIXe siècle » (p. 46). Le but est donc de redonner à Butler la place qu’elle mérite parmi les féministes. Il est vrai que la « personnalité complexe » (p. 9) de Butler, son « extrême religiosité » (p. 52), largement soulignée d’ailleurs dans l’analyse de Frédéric Regard, son relatif désintérêt pour les revendications principales des féministes de son temps (l’indépendance financière et la citoyenneté des femmes), ont longtemps fait hésiter les historiens et même les féministes, contemporaines et postérieures, sur son engagement (p. 9, 49-52). Pour les auteurs, Josephine Butler est bien une féministe par son combat, par ses arguments et surtout par ce que Frédéric Regard appelle ses « visages rhétoriques » (p. 45) qui transforment et modernisent le combat féministe.

6L’étude des stratégies mises en place par Joséphine Butler pour parvenir à ses fins constitue, en effet, l’apport essentiel de cet ouvrage (p. 105-140). Frédéric Regard montre bien comment Butler invente le lobbying politique féministe en organisant la lutte de façon collective avec des pétitions pouvant recueillir un nombre impressionnant de signatures (p. 111) ou des manifestations publiques pour créer un « effet de masse » (p. 107). Elle utilise la presse nationale (108) et crée des manifestations « mises en scène » afin de susciter l’émotion populaire (p. 120-121). Elle fait également œuvre de sociologue en allant sur le terrain enquêter pour s’armer de statistiques précises afin de mettre à bas les arguments de ses adversaires (p. 112-114).

7L’inventivité et l’audace de Josephine Butler méritent d’être soulignées ainsi que le rôle important que cette dernière a joué dans le mouvement féministe anglais. Cependant, il ne faut pas oublier les limites du personnage et on aurait aimé une critique plus approfondie de ses « ruses d’écriture » (p. 125). Frédéric Regard insiste beaucoup sur le prophétisme de Butler, sur sa lecture personnelle des textes sacrés car c’est l’un des principaux arguments de ceux qui, à son époque et encore aujourd’hui, ne la considèrent pas comme une féministe (p. 98-100). En revanche, il passe un peu trop rapidement sur la dimension fictionnelle des récits de Butler, qu’il s’agisse des faits douteux des reportages de la presse à sensation, de l’invention de témoignages, de la théorie du complot des classes dominantes (p. 42 et 54) ou du mythe de la traite des blanches. Frédéric Regard fait d’elle la « porte-parole des sans paroles » (p. 135) en montrant comment elle cite directement dans ses textes les témoignages de prostituées. Cependant, quelques lignes plus bas, il explique qu’elle leur « prête une voix qui n’est pas toujours la leur » (p. 136). Les textes sont donc des « récits plus ou moins fictionnalisés » (p. 138) et si on peut considérer dans certains cas qu’il s’agit d’une « ruse » pour donner plus de poids au propos, dans d’autres cas, la tromperie va beaucoup plus loin. C’est le cas de la traite des blanches que Frédéric Regard présente comme résultant d’un travail d’enquête précis alors que cette analyse a largement été remise en cause, notamment par les travaux de Jean-Michel Chaumont d’ailleurs cité en bibliographie. Il aurait fallu étudier le rôle joué par Butler dans l’élaboration du mythe de la traite des blanches et sa diffusion en Europe. L’analyse de son rôle reste largement centrée sur l’Angleterre : on aurait aimé une partie sur la réception et la réutilisation de ses textes dans la lutte abolitionniste en Europe. Il est question à certains moments des voyages qu’elle fait en France, des tournées qu’elle effectue mais l’essai ne va pas plus loin.

8Malgré ces manques, l’ouvrage dirigé par Frédéric Regard est un remarquable outil pour ceux qui s’intéressent à ce personnage fascinant comme ceux qui s’intéressent au féminisme de manière plus large. C’est un outil de travail indispensable par sa dimension analytique et par les nombreux textes traduits et reproduits. Il permet surtout de redonner sa place à une figure majeure du féminisme du XIXè siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Tracol-Huynh, « Regard Frédéric (dir.)Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Josephine Butler », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 17 janvier 2016, consulté le 15 août 2017. URL : http://gss.revues.org/3626

Haut de page

Auteur

Isabelle Tracol-Huynh

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org