Navigation – Plan du site
2016

Bugnon Fanny, Les « Amazones de la terreur ». Sur la violence politique des femmes, de la Fraction armée rouge à Action directe

Paris, Payot, 2015
Lise Jacquez
Référence(s) :

BUGNON Fanny, Les « Amazones de la terreur ». Sur la violence politique des femmes, de la Fraction armée rouge à Action directe, Paris, Payot, 2015.

Texte intégral

1Dans son ouvrage Les « Amazones de la terreur », Fanny Bugnon propose une réflexion sur la violence politique des femmes engagées dans les organisations révolutionnaires violentes des années post-1968 – la Fraction armée rouge (RAF) en Allemagne et Action directe (AD) en France. Le livre est tiré de la thèse en histoire de l’auteure, soutenue en 2011, et s’inscrit dans une démarche interdisciplinaire qui articule l’histoire, les sciences politiques et les études sur le genre.

2Le propos de l’auteure n’est pas tant d’écrire l’histoire des mouvements terroristes et de leurs militantes que d’analyser la réception dont ces mouvements ont fait l’objet dans la société française et, en particulier, dans les médias. Fanny Bugnon part du constat de la difficulté de penser la violence politique des femmes, qui apparait comme une « énigme sociale » (p. 15) et, à ce titre, suscite de nombreuses inquiétudes largement relayées par les journaux de l’époque. Dans les années 1970 et 1980, la présence de nombreuses femmes au sein de la RAF et d’Action directe fait événement car elle vient perturber l’ordre social et les normes de genre : « Ces militantes concentrent tout particulièrement les regards parce qu’elles sont femmes, forgeant une nouvelle catégorie : celle de “femmes terroristes”. L’“homme terroriste”, lui n’existe pas. Il y a, en somme, les “terroristes” et les “femmes terroristes” » (p. 14). La perspective adoptée ici est donc constructiviste : la catégorie « femmes terroristes » n’est pas prise comme une donnée historique et naturalisée, mais est au contraire pensée comme le produit des différents regards et des discours publics portés sur la violence révolutionnaire des femmes. L’enjeu est alors de mettre au jour les normes et les imaginaires sociaux qui sous-tendent ces discours.

3Pour analyser ce qu’elle désigne comme la « fabrique des “femmes terroristes” » (p. 19) à cette époque, l’auteure s’appuie principalement sur des sources médiatiques, soit un corpus de 3000 articles tiré de six titres de la presse française entre 1970 et 1994 : France-Soir, L’Humanité, Le Figaro, Le Monde, Libération à partir de 1973 et Paris Match (p. 213). Les discours de presse sont ensuite analysés tout au long des six chapitres de l’ouvrage à partir d’un cadre théorique très riche. Le principal outil mobilisé est le concept de genre, qui permet de penser la construction historique des distinctions fondées sur le sexe (p. 19). Fanny Bugnon inscrit également son analyse dans différentes temporalités : le contexte historique de l’époque d’abord, qui correspond au renouveau féministe dit de la « seconde vague » et à l’affirmation des femmes comme sujets politiques autonomes ; l’histoire longue et la mythologie ensuite, pour démontrer la permanence de la transgression que constitue la violence des femmes à différentes époques.

4Le premier chapitre intitulé « Ulrike, Nathalie, Olga et les autres : l’irrésistible “féminisation du terrorisme” », brosse un aperçu général de la médiatisation des femmes mises en cause dans les activités de la RAF et d’Action directe. Sont retracés les temps forts de cette médiatisation, qui, dans les premiers temps, concerne l’Allemagne avec la Fraction rouge armée dès 1970. La visibilité des militantes françaises ne survient que plus tard, en 1979, avec les premiers attentats revendiqués par Action directe. Fanny Bugnon souligne l’événement que constitue la présence de femmes au sein des organisations révolutionnaires pour les journalistes, qui évoquent une « féminisation du terrorisme » (p. 28). Les militantes font l’objet d’une attention spécifique, sans équivalence pour les hommes, et sont mises en scène de manière sensationnaliste. Tout au long de son analyse, l’auteure insiste sur cette « hypertrophie du regard » à propos des actrices de la violence, qui témoigne d’une tension dans la reconnaissance de la capacité des femmes à faire usage de la violence : « En somme, à travers la cristallisation des regards sur les femmes en armes émerge plus largement la question du sexe de la violence. » (p. 56). Dans cette perspective, le chapitre 2 propose une réflexion théorique et historique sur « l’interdit anthropologique » (p. 55) que constitue l’emploi de la violence par les femmes et leur accès aux armes.

5Au fil des différents chapitres, l’auteure présente et analyse les stratégies discursives mobilisées par les journaux pour tenter d’expliquer et de rationaliser l’existence de ces « femmes terroristes ». Premier signe de la difficulté à penser la violence politique féminine, les journaux évoquent la thèse de l’importation allemande : le recours à la violence politique est ainsi décrit comme le produit du passé totalitaire du pays voisin et, donc, comme un phénomène exogène à la France (chapitre 1, p. 43-53). Une autre tendance consiste à stigmatiser les femmes violentes comme des êtres anormaux car non-conformes aux attendus de leur sexe : après le meurtre du PDG de Renault en 1986 par les militantes d’AD, Nathalie Ménigon et Joëlle Aubron, les journaux évoquent des « femmes tueuses » qui « symbolisent la dangerosité de la violence réactivée » (p. 62). La violence des femmes telle qu’elle est mise en scène par les médias apparait ainsi exceptionnelle, toujours plus monstrueuse et effrayante que celle des hommes. Dans le chapitre 4, Fanny Bugnon décline les descriptions stigmatisantes qui sont faites des militantes les plus radicales (Ulrike Meinhof et Gudrun Ensslin pour la RAF, Nathalie Ménigon et Joëlle Aubron pour AD) : les journaux évoquent des femmes chefs de file de leurs organisations, « manipulatrices » et dominantes (p. 111). On insiste sur le décalage entre une apparence féminine ordinaire et un comportement monstrueux. La violence des femmes est parfois lue comme le symptôme d’un trouble psychique (perversion, délire paranoïaque…) (p. 119). À l’inverse, lorsque les militantes dont il est question ne sont pas directement impliquées dans les attentats, les journalistes tendent à relativiser leur responsabilité sous couvert de stéréotypes sexués (chapitre 3). Lors des procès, la figure de l’amoureuse, qui « rejoue le stéréotype sexué d’une femme passive et déresponsabilisée (…) » (p. 104), est ainsi largement mobilisée par l’ensemble des acteurs (juges, avocats, journalistes, accusées elles-mêmes). Les militantes sont décrites comme étant sous la double influence des hommes et de leurs sentiments, ce qui contribue à évacuer la dimension politique de leurs actes. Enfin, autre procédé journalistique décrit dans le chapitre 5, le recours aux figures mythiques est fréquent pour tenter de faire sens de la violence féminine, alors que, dans le même temps, « la violence politique des hommes n’est lue à travers aucun filtre mythologique » (p. 128). Furies, sorcières et pétroleuses sont ainsi convoquées pour incarner « la destruction au féminin par le feu » (p. 129). Autre figure mythique mobilisée : les Amazones, qui incarnent la menace d’une « inversion de l’ordre des sexes par la violence et la confrontation » (p. 134). L’expression « Amazones de la terreur » abonde ainsi dans les discours de presse à propos des auteures d’actes terroristes.

6Enfin, dans le sixième et dernier chapitre intitulé « Au-delà du pénal, l’angoisse du désordre social », l’auteure réinscrit les discours produits sur la violence politique des femmes dans le contexte des années 1970 marqué par une forte actualité des questions de sexualité et par l’activisme des féministes. Ce faisant, elle met au jour les inquiétudes morales qui traversent la société à cette époque et qui concernent l’émancipation féminine et l’inversion fantasmée des rapports de sexe : « Si “les femmes en tuant deviennent les égales des hommes”, alors le terrorisme peut être lu comme un excès du féminisme, voire la conséquence logique d’un féminisme excessif par nature, aux yeux de ses détracteurs » (p. 169).

7L’ouvrage de Fanny Bugnon propose donc une réflexion approfondie et convaincante sur la « dépolitisation sexuée » (p. 175) dont les militantes révolutionnaires font l’objet : « [le sexe des actrices de la violence] joue comme un écran, un indépassable obstacle qui rend inaudible ce qu’elles affirment lorsque cela n’est pas conforme aux normes de genre » (p. 176). On pourra cependant regretter le caractère à la fois médiacentrique et homogénéisateur du regard porté sur les discours de presse. Ainsi l’auteure n’évoque pas les différences entre les lignes éditoriales des journaux, ce qui tend à donner l’impression d’un discours médiatique consensuel et à masquer les conflits dans la représentation symbolique de la violence révolutionnaire (on imagine pourtant que Libération et Le Figaro ne proposent pas tout à fait les mêmes récits). De même, malgré le choix d’un corpus couvrant une large période (1970-1994), l’analyse de discours n’est pas diachronique et ne rend donc pas compte de l’évolution des représentations dans le temps. Surtout, à l’exception du chapitre 6, les discours de presse sont insuffisamment mis en rapport avec leur contexte socio-historique de production : les discours des autres acteurs (Etat, enquêteurs, juges, avocats, militants) sont quasiment invisibles dans l’analyse, ce qui ne permet pas de comprendre jusqu’à quel point les représentations stéréotypées des « femmes terroristes » sont ancrées dans la société française. À la lecture, l’ouvrage donne parfois l’impression d’être une version un peu trop abrégée d’une thèse que l’on imagine beaucoup plus détaillée et précise. Fanny Bugnon n’en propose pas moins une enquête stimulante qui met en lumière un pan peu exploré de l’histoire des mouvements révolutionnaires post-1968 : l’implication des femmes et l’événement médiatique que cette implication a constitué. Ce faisant, elle démontre à quel point la violence politique exercée par les femmes est porteuse « d’une remise en cause radicale de l’ordre socio-politique construit autour de la différence des sexes » (p. 178) et, pour cette raison, demeure largement impensable dans nos sociétés contemporaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lise Jacquez, « Bugnon Fanny, Les « Amazones de la terreur ». Sur la violence politique des femmes, de la Fraction armée rouge à Action directe  », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 17 janvier 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://gss.revues.org/3629

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org