Navigation – Plan du site
Articles

Problèmes de définition ou définitions du problème ? La « pornographie » dans « l’affaire Baise-moi »

Definition problems or problem definitions? “Pornography” in “the Baise-moi affair”
Damien Simonin

Résumés

À sa sortie en juin 2000, le film Baise-moi de Virginie Despentes suscite de nombreuses réactions en France, notamment parce qu’il est perçu comme ambivalent par rapport aux distinctions entre genres cinématographiques, entre films pornographiques et traditionnels. Différentes définitions de la pornographie et interprétations du film sont proposées pour modifier ses conditions de diffusion, jusqu’à l’introduction d’une nouvelle catégorie de classification des films et de régulation de leurs projections.
Cet article analyse l’« affaire Baise-moi » comme un problème public et un moment de redéfinition de la pornographie. Un retour sur cette histoire permet de montrer l’hétérogénéité des critères de définition et de classification, les groupes alliés ou concurrents dans ces processus et les effets sur les représentations du sexe et sur la diffusion des films. Finalement, cette « affaire » ne donne pas à voir ce qu’est la pornographie, mais ce qui peut être montré et par qui.

Haut de page

Texte intégral

Merci aux organisateur-trice-s de la journée d'étude La pornographie en France, XIXe – XXe siècles (UVSQ, mai 2011), qui m’ont permis d’y présenter une première version de ce texte, ainsi qu'à Florian Vörös, Pascale Roux et aux expert·e·s anonymes pour leurs relectures attentives de cette nouvelle version.

  • 1 Attalli Danielle, « On a le droit de montrer tout ça », Le Journal du Dimanche, 25 juin 2000.

1Dans une interview publiée à la sortie de Baise-moi, Virginie Despentes demande : « Est-ce qu’on fait des films pour conforter les gens ou pour poser des problèmes, choquer, donner à réfléchir ? »1 Le film qu’elle a réalisé avec Coralie Trinh Thi pose effectivement des « problèmes », au point de constituer ce qu’on a pu appeler l’« affaire Baise-moi ». Il donne lieu, à sa sortie, à des décisions administratives, critiques cinématographiques, recours contentieux, mobilisations militantes, tribunes médiatiques… Il suscite donc des réactions variées jusqu’à l’émergence d’une solution suffisamment consensuelle pour les différentes personnes impliquées. Et puisque ces réactions visent notamment à déterminer si le film est pornographique ou non, cette « affaire » apparaît comme un moment de redéfinition de la « pornographie ».

2Ce moment s’inscrit dans une histoire des représentations de la sexualité au cinéma. Ce qu’on appelle « pornographie » désigne à la fois un genre de productions culturelles et une catégorie de régulation des représentations de la sexualité (Hunt, 1993). Et son développement se fonde d’abord sur des changements et des conflits, à propos de ses modes de diffusion plus que du contenu des représentations (Kendrick, 1986). Dans sa forme cinématographique, la pornographie comme genre apparaît au début des années 1970 en Amérique du Nord et en Europe occidentale. Ce qui donne lieu à des débats, à partir des mouvements féministes nord-américains, sur sa définition et sa régulation (MacKinnon, 2007 ; Butler, 2004). Ce qui donne lieu aussi, en France, à l’adoption de la classification « X » en 1975, pour réguler les projections de ces films en salles (Trachman, 2010). Dans cette perspective, « l’affaire Baise-moi » désigne la construction d’un problème public (la réception d’une production culturelle) et sa résolution (une modification de la réglementation) (Gusfield, 2009).

  • 2 Je remercie également Pierre Chaintreuil de m’avoir permis d’accéder aux archives de la commission (...)

3Dans cet article, je ne propose pas une nouvelle définition de la pornographie pour classer le film ou une interprétation du film pour dire ce qu’est la pornographie. Je voudrais montrer ce que Baise-moi, c’est-à-dire le film en relation avec ses conditions de production et de réception, ont dit de et fait à la « pornographie ». Il s’agit, à partir des différents critères de définition et de classification mobilisés à propos du film, d’analyser ses effets sur les représentations du genre et de la sexualité et sur les conditions de diffusion des films. Cette analyse porte sur les conditions de production, de diffusion et de réception du film en France, depuis l’apparition du projet en 1995 jusqu’à la sortie définitive en salles en août 2002. Elle se fonde sur des données recueillies dans la presse générale et spécialisée, des règles juridiques, des décisions du Conseil d’État et d’archives de la commission de classification du Centre National de la Cinématographie (CNC)2.

  • 3 Le cinéma « traditionnel » désigne le cinéma non pornographique.

4Le film apparaît comme ambivalent par rapport aux classifications des genres de productions culturelles : il présente simultanément des caractéristiques du cinéma pornographique et du cinéma « traditionnel »3. C’est pourquoi il donne lieu à une lutte pour la redéfinition des catégories de régulation, notamment à un conflit sur son classement « X ». Je voudrais cependant montrer que l’issue de ce conflit, c’est-à-dire la simple interdiction du film aux mineur-e-s sans classement « X », semble finalement moins participer d’une redéfinition de la « pornographie » que d’une tendance à l’abandon de cette catégorie pour la régulation de la diffusion des films.

Entre cinéma pornographique et traditionnel

  • 4 Argand Catherine, « Virginie Despentes toute crue », L’Express, 1er mars 1997.
  • 5 Médioni Gilles, « Despentes abrupte ! », L’Express, 18 avril 1996.

5Baise-moi est d’abord le premier roman de Virginie Despentes en 1992. Publié et auto-diffusé par un petit éditeur, Florent Massot, il suscite peu de réaction à sa sortie, en 1994. Puis l’auteure est médiatisée à partir de 1995 et le livre réédité par Grasset en 1999. À ce moment, il est perçu comme une « histoire de fille »4 ou une « grenade féministe »5. Après plusieurs projets d’adaptation au cinéma, le producteur Philippe Godeau achète les droits pour un film en 1995, propose sa réalisation à Virginie Despentes l’année suivante, et le projet prend forme en 1999. Elle demande à Coralie Trinh Thi de co-réaliser le film, qui lui suggère Raffaëlla Anderson et Karen Bach pour interpréter les deux rôles principaux. Puis elles écrivent le scénario au printemps et tournent le film à la fin de l’année.

  • 6 Idem.
  • 7 Lancelin Aude, « Despentes à sang pour sang », Le Nouvel Observateur, 22 juin 2000.
  • 8 Idem.
  • 9 Lançon Philippe, « Virginie Despentes, 26 ans, auteur d’un polar violent et hors normes... », Libér (...)

6Au moment où elle réalise Baise-moi, Virginie Despentes n’a jamais « fait » de « porno ». Elle a publié deux autres romans (Les Chiennes savantes en 1996 et Les jolies choses en 1998, qui reçoit le Prix de Flore). Présentée comme « la sex bomb qui avait donné la fièvre au patriarcat littéraire du milieu des années 90 »6, elle est une auteure reconnue : « qu’on le veuille ou non, il y a eu un avant et un après Despentes. »7 Mais son parcours inhabituel lui confère une position marginale : « ex-punk, ex-effeuilleuse de peep-show, ex-caissière chez Auchan, ex-chroniqueuse de journaux pornos pour routiers »8. Elle déclare elle-même qu’elle « raffole des films pornos »9 et écrit plus tard avoir été chroniqueuse pour New Hard Video (Despentes, 2006).

  • 10 Le cinéma d’auteur constitue le pôle le plus autonome du champ du cinéma (Duval, 2006).

7Coralie Trinh Thi a joué dans une soixantaine de films pornographiques en France et aux États-Unis entre 1995 et 2000, pour lesquels elle a été médiatisée (plusieurs couvertures de Hot Video) et récompensée (un Award en 1995, et deux Hot d’or en 1996 et 1998). Elle a aussi joué dans des films « d’auteurs »10, comme Le cœur fantôme de Philippe Garrel ou Parfait amour de Catherine Breillat. Ces apparitions dans des films moins commerciaux et son discours sur sa pratique pornographique, qu’elle inscrit dans un parcours d’expérimentations érotiques, lui donnent une position particulière parmi les actrices (Ovidie, 2004 ; Trinh Thi, 2007).

8Raffaëlla Anderson et Karen Bach ont des parcours relativement similaires. Elles commencent toutes les deux comme actrices dans le cinéma pornographique, mettant en avant l’indépendance matérielle que permet cette activité. Elles tournent rapidement dans de nombreux films, une vingtaine pour la première, une quarantaine pour la seconde, qui remporte aussi un Hot d’or. Et elles y mettent un terme, peu de temps avant Baise-moi, en raison des pratiques sexuelles qu’elles perçoivent comme incompatibles avec leur situation affective ou leur identité sexuelle (Anderson, 2001). Les parcours des réalisatrices et des actrices présentent donc différentes expériences en lien avec la pornographie et une relative absence d’expérience du cinéma « traditionnel », autrement dit la réalisation du film correspond à leur entrée dans le champ du cinéma.

9Les réactions au livre à sa sortie portent notamment sur les représentations « explicites » de la sexualité qu’il contient (sur la couverture de la première édition apparaît la mention « Avis aux parents – Texte explicite »). Le film comporte aussi des scènes de sexe non simulées. Mais plus largement et sous différentes formes, la sexualité est une composante importante des productions culturelles de la fin des années 1990 en France. Au cinéma en particulier, plusieurs films d’auteurs présentent des scènes explicites avec des acteur-trice-s venant de la pornographie (Bas et Germa, 2003), comme Romance de Catherine Breillat ou Le pornographe de Bertrand Bonello.

10Dans ce contexte, Baise-moi se distingue par la part des acteur-trice-s venant de la pornographie (presque un tiers du casting) et leur participation aux scènes de « comédie » (les scènes avec du texte). Raffaëlla Anderson et Karen Bach ne sont pas des doublures mais les interprètes des personnages principaux. En ce sens, il n’y a pas de différenciation dans la réalisation entre les compétences des acteur-trice-s ou entre le contenu des scènes. La question de la distinction entre cinéma pornographique et traditionnel est donc déjà présente, en négatif, dans le parcours des auteures ou dans la réalisation du film.

Les ambivalences d’un « porno d’auteur »

11Cette question apparaît, cette fois explicitement, dans la perception et la présentation du film par ses auteures. C’est notamment un sujet de tensions entre les deux réalisatrices et l’équipe de production. Le producteur reproche par exemple aux réalisatrices de présenter le projet dans Hot Video avant le tournage : les financeurs risquent de se désengager de sa production s’ils perçoivent le film comme pornographique. Les réalisatrices sont aussi en désaccord avec les actrices, qui défendent le film mais attaquent le « porno ». Il n’existe donc pas de consensus, parmi les personnes qui participent à la production et à la réalisation du film, sur la pornographie en général et sur Baise-moi en particulier. Mais pour les actrices comme pour les réalisatrices, avec différents points de vue, la sexualité, prise dans des rapports de genre, est un enjeu politique, ce qu’elles expriment au moment de la promotion du film, en juin 2000.

  • 11 Armanet François, Vallaeys Béatrice, « Trois femmes s’emparent du sexe », Libération, 13 juin 2000.

12Une première interview11, publiée le 13 juin, réunit Virginie Despentes, Coralie Trinh Thi et Catherine Breillat. Une vraie jeune fille, son premier film, d’abord interdit en 1976, sort également en salles en juin 2000. Ces deux films ont en commun d’être réalisés par des femmes et de montrer des femmes actives dans leurs sexualités. Pour les journalistes, leurs sorties relancent « le vieux débat sur la pornographie au cinéma ». Catherine Breillat ne considère pas Baise-moi comme pornographique : « Un film est pornographique s’il est conçu comme objet de concupiscence. (…) On n’éprouve pas de pulsion sexuelle en regardant Baise-moi. » Virginie Despentes se positionne du point de vue spécifique des femmes, notamment des actrices de films pornographiques, qui « [la] fascinent. Ce sont des affranchies, celles qui transgressent. Dans [son] imaginaire, pas dans la réalité ». Et elle généralise sur les représentations de la sexualité : « Ce qui m’a intéressée en tournant Baise-moi, c’était de montrer que des scènes de cul ne condamnent pas les filles à exciter tous les mecs. Elles baisent. Point. Ce sont des individus. »

  • 12 Garcin Jérôme, « Le porno, c’est du viol », Le Nouvel Observateur, 22 juin 2000.

13Une autre interview12, avec les actrices principales, paraît le 22 juin. Toutes deux disent avoir été « choquées » à la lecture du roman. Elles ont accepté d’incarner Manu et Nadine « pour une réalisatrice et un projet qui en valaient la peine » selon Karen Bach, « parce qu’on partage ce sentiment d’injustice et ce besoin de révolte » pour Raffaëlla Anderson. Elle a vécu le tournage comme un moment difficile, en particulier la scène de viol, « insoutenable à l’écran pour la simple et bonne raison que le viol est insoutenable dans la réalité ». Toutefois, « à partir du moment où [les scènes de sexe] sont justifiées par l’histoire, à partir du moment où on part du postulat que les gens, criminels ou pas, baisent dans la vie, que c’est biologique, je ne les considère plus comme des scènes pornos ». Karen Bach « trouve très regrettable que les films pornos soient désormais accessibles à tout le monde [notamment aux enfants], (…) et qu’on leur fasse croire que l’amour, c’est forcément un supermec qui tronche une fille soumise, laquelle en prend plein la gueule ». Et selon Raffaëlla Anderson, « pour une femme, le porno s’apparente à du viol ».

  • 13 Devillers Sonia, « Comment le scandale a été construit », Le Figaro, 5 juillet 2000.

14La promotion du film passe aussi par les médias habituels, notamment une campagne d’affichage. Selon le co-producteur du film responsable de la promotion, « l’iconographie s’inspire du célèbre portrait de Che Guevara et reprend l’esthétique des affiches contestataires dans les années 1970. »13 Dans une seconde version, l’affiche porte la mention « version dure » à la place du titre : certains publicitaires et exploitants ont censuré le titre et les producteurs veulent éviter que le public y voie une censure du film. Ses ambivalences s’inscrivent donc aussi, de la part des producteurs, dans une stratégie promotionnelle de provocation.

  • 14 Grassin Sophie, « Faut-il renvoyer la censure ? », art. cit.

15Le film, par la réputation du roman, les carrières de ses acteur-trice-s ou le contenu de certaines scènes, associe des éléments du cinéma pornographique et du cinéma traditionnel. Ses réalisatrices, actrices et producteurs ont des positions divergentes sur la pornographie et sur Baise-moi, variables dans le processus de production du film, en lien avec leurs parcours sociaux, leurs positions politiques et leurs stratégies commerciales. Les ambivalences du film se trouvent ainsi accentuées par les positions de ses auteur-e-s. Comme La religieuse de Diderot de Jacques Rivette, Baise-moi est alors le film « dont tout le monde parle mais que personne ou presque n’a vu » (Rousseau, 2012). Avant même sa sortie, un débat public émerge dans la presse et marque la réception d’un « porno d’auteur »14.

L’enjeu de la classification

  • 15 « Grasset soutient Despentes », Le Nouvel Observateur, 5 juillet 2000.
  • 16 « Internet : Virginie en Despentes raide », Le Nouvel Observateur, 5 juin 2000.

16Baise-moi est projeté pour la première fois le 17 mai 2000 au Marché du film à Cannes. Comme pour Salò ou les 120 Journées de Sodome de Pier Paolo Pasolini en 1975 ou L’Empire des sens de Nagisa Ōshima l’année suivante, la présentation dans le cadre du festival participe à sa perception comme film d’auteur. Mais l’événement est d’abord commercial : la séance est réservée aux distributeurs et interdite aux journalistes. Il donne aussi lieu au premier conflit public. Le président du directoire de Grasset aurait déclaré en sortant de la projection : « Ce n’est pas du X, c’est du XXL ! »15 Virginie Despentes lui répond : « Votre souhait de voir Baise-moi le film classé XXL n’a d’autre Horizon que de lancer une polémique visant à remplir votre tiroir-caisse. Le nôtre est justement le contraire, nous espérons que ce film se voie par le plus grand nombre »16. Avec le « X » apparaît l’autre enjeu de cette première projection : la classification administrative du film, qui conditionne son exploitation commerciale.

  • 17 Décret n° 90-174 du 23 février 1990.
  • 18 Loi de finance pour 1976 du 30 décembre 1975.

17En principe, pour être projeté en salle, le film doit obtenir un visa d’exploitation définissant ses conditions de projection. Le visa est attribué par décision de la ministre de la Culture, sur proposition de la commission de classification des œuvres cinématographiques du CNC. En 2000, il existe quatre catégories de visas : autorisation à tout public, interdiction aux personnes de moins de 12 ans, de moins de 16 ans, et à tout public17. Une catégorie spécifique est encore définie par la loi du 30 décembre 1975 : les « films pornographiques ou d’incitation à la violence »18. Ces films classés « X » doivent être projetés dans des salles spécialisées interdites aux mineur-e-s, ils sont exclus des aides publiques à la production et leur exploitation est soumise à une taxation spécifique.

  • 19 Fondée notamment sur l’article 227-24 du code pénal qui condamne « le fait soit de fabriquer, de tr (...)

18En pratique, les commissaires et ministres chargé-e-s de l’attribution des visas ont une mission générale de protection des mineur-e-s19 mais ne sont lié-e-s par aucun critère précis (Kriegel, 2002). Avec les classifications successives apparaissent tout de même des « normes secondaires d’application » (Lascoumes, 1990) de cette mission : les membres de la commission développent progressivement des « critères implicites » qui peuvent entraîner l’interdiction d’un film, concernant « pas tant les scènes sexuelles (…) que la manière dont elles sont exprimées » (Nikolic, 2003, 76). Il n’existe alors qu’un seul cinéma spécialisé en France, et les distributeurs potentiels de Baise-moi pour l’étranger conditionnent leur offre au visa attribué. L’éventualité d’un classement « X » du film détermine donc toute possibilité d’exploitation commerciale et de diffusion publique.

  • 20 Les sous-commissions sont composées de six personnes, nommées par le président de la commission de (...)
  • 21 Procès-verbal de la sous-commission, 12 mai 2000.

19La demande de visa est soumise au CNC le 12 avril. Le 12 mai, une première classification est proposée en sous-commission20. Les membres notent l’importance dans le film de la violence et du sexe et se prononcent pour son classement « X », sachant que toute proposition autre qu’un visa « tout public » implique le renvoi du film en commission plénière. « Ce film comporte tous les ingrédients susceptibles de justifier son classement en catégorie X : œuvre à caractère pornographique ; œuvre d’incitation à la violence. Il alterne de manière brutale et réaliste les scènes de meurtre et de relations sexuelles (auxquelles sont également associées la violence). La commission propose que ce film soit interdit aux mineurs (à l’unanimité). »21

  • 22 La commission plénière est composée de 26 membres, nommé-e-s par la ministre de la culture sur prop (...)
  • 23 Procès-verbal de la commission plénière, 30 mai 2000.
  • 24 Treize bulletins « moins de 16 ans » ou « moins de 16 ans avec avertissement » ; douze bulletins «  (...)

20Baise-moi est ensuite examiné le 30 mai en commission plénière22. Les membres de la commission débattent longuement et votent finalement pour une interdiction aux personnes de moins de 16 ans assortie d’un avertissement : « Ce film, qui enchaîne sans interruption des scènes de sexe d’une crudité appuyée et des images d’une particulière violence, peut profondément perturber certains des spectateurs. »23 Cette nouvelle proposition est adoptée à une faible majorité. Parmi les propositions de classement « X », deux tiers sont motivées par la violence, aucune uniquement par la pornographie : les représentations de la violence semblent poser davantage problème que celles de la sexualité24. Enfin, les membres de la commission savent que la proposition, le plus souvent suivie par le ministre, engage effectivement la diffusion du film.

  • 25 Note du directeur du CNC à l’attention de la conseillère de Catherine Tasca pour le cinéma et l’aud (...)

21La ministre de la Culture, Catherine Tasca, reçoit le procès-verbal de la commission de classification le 9 juin, avec les avis de sa conseillère pour le cinéma et l’audiovisuel et du directeur du CNC, qui appuient la proposition en détaillant ses implications. Elle les suit et le film obtient un visa le 22 juin, avec une interdiction aux moins de 16 ans et un avertissement. Chacun de ces trois moments apparaît comme un arbitrage entre la diffusion du film et la protection des mineur-e-s. Une note du directeur du CNC signale par exemple que « l’interdiction aux mineur-e-s avec classement X équivaudrait en pratique à une interdiction totale de sortie en salles », mais qu’avec l’interdiction aux moins de seize ans « des réactions politiques ou juridiques peuvent se manifester autour du caractère violent et "pornographique" du film »25. Cette première classification apparaît donc comme un compromis pour restreindre au minimum les possibilités de diffusion du film tout en respectant au maximum l’obligation de protection des mineur-e-s.

Critiques et contestations

  • 26 Après la première semaine d’exploitation, Baise-moi est classé onzième pour le nombre total d’entré (...)
  • 27 Gorin François, « Baise-moi », Télérama, 28 juin 2000.

22La classification administrative de Baise-moi détermine sa sortie le 28 juin 2000, mais pas l’issue du débat émergeant. Plus que dans les salles, c’est dans les critiques médiatiques et les contestations juridiques qu’apparaissent les réactions26. Malgré la relative diversité de leurs positions sur Baise-moi et dans le champ médiatique, les critiques se rejoignent sur quelques critères de classification et d’interprétation, à partir de son contenu et de ses auteures, mais aussi « de rumeurs et d’un livre qu’on n’a pas forcément lu mais dont le parfum s’est répandu »27.

  • 28 J. D., « Baise moi : le premier film tentateur d’hard et d’essai », Marianne, 3 juillet 2000.
  • 29 Gorin François, « Baise-moi », Télérama, 28 juin 2000.
  • 30 Dufreigne Jean-Pierre, « Je tue, ils, elles », L’Express, 29 juin 2000.
  • 31 Séguret Olivier, « Le porno, pas si hors norme », Libération, 13 juin 2000.
  • 32 Kaganski Serge, « Baise-moi de Virginie Despentes », Les Inrockuptibles, 27 juin 2000.
  • 33 Mérigeau Pascal, art. cit.
  • 34 Joyard Olivier, « X, le retour », Les Cahiers du cinéma, juillet-août 2000.
  • 35 Assouline Florence, « Baise-moi, un film dégueulasse », L’Évènement du Jeudi, 21 juin 2000.
  • 36 Roy Jean, « La douille se vide quand on tire un coup », L’Humanité, 28 juin 2000.
  • 37 Séguret Olivier, « Baise-moi », Libération, 28 juin 2000.
  • 38 Royer Philippe, « La pornographie, comme un véritable piège », La Croix, 28 juin 2000.
  • 39 Séguret Olivier, « Baise-moi », art. cit.

23Comme la commission, les critiques discutent en particulier le statut des scènes de sexe et de violence pour classifier le film. Certaines le différencient de la pornographie, d’autres y trouvent des références, d’autres encore le qualifient de « X » ou « porno », voire « d’hard et d’essai »28 ou « de cul et d’auteur »29. On distingue les « scènes pornographiques » des « films X »30, on les inscrit dans un « continuum insécable de la sexualité filmée »31, on note les différences de légitimité des genres cinématographiques32, on interroge l’apport des scènes de sexe non simulées33 ou l’absence de représentations du désir34. Baise-moi est souvent perçu comme une provocation : « violence totalement dénuée de sens »35, « perte de toute valeur et de tout repère »36, « film sans alibi, sans foi ni loi, ni discours »37. Si la provocation est sensée, elle est souvent contestée : une « vision totalement barbare de la vie »38, des « femmes littéralement hors d’elles pour tout un tas de bonnes et mauvaises raisons »39.

  • 40 Séguret Olivier, « Baise-moi », art. cit.
  • 41 Sotinel Thomas, « Un film infirme et fier de l’être », Le Monde, 28 juin 2000.
  • 42 Joyard Olivier, « X, le retour », Les Cahiers du cinéma, juillet-août 2000.
  • 43 Attalli Danielle, art. cit.
  • 44 Georges Pierre, art. cit.
  • 45 Coppermann Annie, « Un faux évènement », Les Échos, 28 juin 2000.
  • 46 Lancelin Aude, art. cit.
  • 47 Sotinel Thomas, art. cit.

24Les interprétations du film se rapportent aussi à ses auteures. Raffaëlla Anderson et Karen Bach, bien que « directement transbordées de l’industrie du porno »40, « font toutes deux leur métier d’actrice »41. Qu’elles soient jugées « convaincantes »42 ou « étonnantes »43, les commentaires soulignent l’importance de la « ligne de démarcation »44 entre cinéma traditionnel et pornographique et des attentes qui pèsent sur celles qui la franchissent. À Virginie Despentes et Coralie Trinh Thi, au contraire, on reproche de ne pas faire leur métier de réalisatrice. On questionne les « compétences ( ?) [sic] » de la « romancière » et de la « star du porno »45, notant qu’elles sont « novice[s] (…) en matière de réalisation »46 et jugeant certaines scènes « au-dessus [de leurs] forces cinématographiques »47. Pour les inclure comme pour les exclure, les références à leurs expériences de la pornographie signalent leur illégitimité dans le champ du cinéma.

  • 48 Kaganski Serge, art. cit.
  • 49 Georges Pierre, « Les mantes noires », Le Monde, 29 juin 2000.
  • 50 Séguret Olivier, « Baise-moi », art. cit.
  • 51 Assouline Florence, art. cit.

25Qu’elle soit représentée dans le film ou expérimentée par ses auteures, les critiques portent donc en particulier sur la sexualité, souvent en lien avec le genre. On note que le film est réalisé et interprété par des femmes, qu’il montre des personnages féminins, qui ont parfois des pratiques sexuelles et/ou violentes. Si certains articles l’interprètent alors comme féministe, ils évoquent un féminisme « brutal et désespéré »48, « antimâle, radical et vengeur »49, qui participe le plus souvent d’une disqualification. En faisant des hommes « à la fois les coupables, les victimes, les cibles... et les dindons »50, le film donne « le sentiment nauséeux que tous les hommes sont des violeurs ; que toutes les femmes, violées, consentantes ou initiatrices, ont mille raisons de les tuer »51. Les références aux carrières des auteures comme les critiques des représentations du film reproduisent ainsi des hiérarchisations entre les genres cinématographiques et signalent les transgressions des normes genrées de la sexualité.

  • 52 Attalli Danielle, art. cit.

26À sa sortie, Baise-moi est donc déjà un objet public, qui devient dissensuel mais pas encore problématique. En réaction aux critiques, pour défendre le film, Virginie Despentes justifie et déplace en même temps la légitimité des auteures, en la fondant autant sur leurs expériences sexuelles que sur leur production culturelle : « On pense qu’on avait vraiment le droit de montrer tout ça. Coralie a fait du cinéma X et j’ai fait le tapin. Notre légitimité ne se discute pas une minute. Tourner des scènes comme dans des films X était évident. »52 Si elle réagit en ces termes, c’est probablement aussi parce que l’association Promouvoir conteste cette « évidence », en formant le 23 juin un recours devant le Conseil d’État pour faire annuler le visa d’exploitation du film. Avec ce recours, elle constitue Baise-moi en problème public et impose une problématisation juridique.

Classé « X »

  • 53 Statuts de Promouvoir, 2 août 1996 ; et le site internet (sans date) <www.lemediateur.net/promouvoi (...)
  • 54 La requête est déposée par trois couples de parents d’enfants de plus de 16 ans et moins de 18 ans (...)

27Promouvoir oppose les « valeurs judéo-chrétiennes » et la « dignité humaine » à la « pornographie », considérant notamment que l’exposition à certaines images peut provoquer « la recherche de la violence » ou déclencher « l’homosexualité, masculine ou féminine » pour des adolescent-e-s53. D’autres films suscitent l’opposition de groupes catholiques par le passé, comme La religieuse de Diderot de Jacques Rivette en 1965-1967 ou La dernière tentation du Christ de Martin Scorsese en 1988. Le président de Promouvoir, André Bonnet, est catholique pratiquant mais aussi cadre du Mouvement National Républicain (MNR) et magistrat à la Cour administrative d’appel de Lyon. En déposant une requête devant le Conseil d’État, il utilise ses compétences professionnelles pour contester l’« accessibilité aux mineurs » de Baise-moi54. L’institution, juge de la légalité des décisions administratives, notamment de l’attribution des visas, doit alors qualifier la situation (Boltanski, 2009, 109).

  • 55 Mémoire en réplique de Promouvoir, 26 juin 2000.

28La requête arrive à la section du contentieux avant la sortie du film. Elle ne repose donc pas sur une interprétation mais sur des informations diffusées dans les médias, notamment une déclaration de Virginie Despentes qui « indique en toutes lettres que son film comporte de nombreuses images et séquences pornographiques ou de violence extrême »55. La charge de la preuve reviendrait donc à la réalisatrice, et l’interdiction du film à l’ensemble des mineur-e-s par un classement « X » à Catherine Tasca. La ministre argumente en réponse qu’un tel classement serait préjudiciable pour les réalisatrices (il empêcherait la diffusion du film) et injustifié pour ce film (ses caractéristiques et les intentions de ses auteures le distinguant d’un film pornographique).

  • 56 Conclusions du Commissaire du gouvernement, 30 juin 2000.

29La requête est examinée par la section du contentieux le 30 juin. Le commissaire du gouvernement présente d’abord le recours (les questions posées par la situation et les règles de droit applicables)56. Seul le classement « X » défini par la loi du 30 décembre 1975 permet d’interdire un film aux mineur-e-s en application de l’article 227-24 du code pénal : il s’agit donc de dégager des critères de définition des « films pornographiques ou d’incitation à la violence ». Les décisions passées du Conseil d’État distinguent, à partir de la pratique de la commission de classification, un critère principal et objectif, « une activité sexuelle réelle, non simulée », et un critère subsidiaire et subjectif, « l’intention du réalisateur, le contenu de l’ensemble du film, le sujet traité et la qualité de sa réalisation ». Mais la commission accorde alors une plus grande importance aux critères subjectifs, notamment aux intentions du réalisateur. D’où la proposition : un critère subjectif, « le sujet du film et les intentions de son auteur », et un autre objectif, le contenu du film.

30Se référant aux intentions exprimées par les réalisatrices et à sa propre perception du film, il conclut alors que Baise-moi constitue « un cas limite ». Malgré ses « faiblesses » et ses « ambiguïtés », le film « ne se donne ni un but pornographique ni un but d’incitation à la violence, même s’il utilise, à forte dose et de manière inutile, des images sexuelles et violentes ». De plus, un classement « X » serait inadapté (le livre resterait disponible aux mineur-e-s) et disproportionné (la diffusion serait aussi limitée pour les majeur-e-s). L’avertissement des spectateur-trice-s de 16 à 18 ans et l’autorité parentale peuvent suffire à combler les limites de la protection des mineur-e-s. Finalement, le commissaire du gouvernement propose que la demande des requérant-e-s soit rejetée, donc que le film ne soit pas jugé pornographique.

  • 57 Décision du Conseil d’État, 30 juin 2000.

31Dans un second temps, la section du contentieux considère au contraire que le film « constitue un message pornographique et d’incitation à la violence susceptible d’être vu ou perçu par des mineurs »57. L’argument : « Baise-moi est composé pour l’essentiel d’une succession de scènes de grande violence et de scènes de sexe non simulées, sans que les autres séquences traduisent l’intention, affichée par les réalisatrices, de dénoncer la violence faite aux femmes par la société ». À partir des mêmes règles de droit et critères de définition que ceux mobilisés par le commissaire du gouvernement, la section juge donc que la projection du film doit être interdite aux moins de 18 ans.

  • 58 Mémoire en réplique de Promouvoir, 26 juin 2000.

32Pour Promouvoir, le contexte d’apparition des représentations ou l’activité interprétative des spectateur-trice-s n’importent pas, les scènes de sexe explicites sont pornographiques parce qu’elles ont un « contenu visuel intrinsèque » et donc un « impact autonome au sein du film »58. Pour le Conseil d’État au contraire, comme pour la commission du CNC, le contexte des scènes et l’intention des auteur-e-s constituent des critères de classification des films, avec une tension entre les conditions de projection et la protection des mineur-e-s. Le « cas limite » de Baise-moi fait alors apparaître l’impossibilité, depuis le décret du 23 février 1990, d’interdire un film aux mineur-e-s sans le classer « X ». L’interprétation qui fonde la décision fait aussi apparaître une hiérarchisation entre la loi de 1975 et le code pénal : le classement « X » n’est qu’un moyen pour réaliser la protection des mineur-e-s. Cette interprétation du droit se fonde enfin sur une interprétation du film et s’accompagne d’un jugement sur ses auteures, à propos des relations entre sexualité et violence. Conséquence directe de la décision du Conseil d’État du 30 juin : Catherine Tasca annule le visa d’exploitation du film le soir même, et Philippe Godeau demande le lendemain aux exploitant-e-s d’interrompre les projections.

L’interdiction aux mineur-e-s

  • 59 Mandelbaum Jacques, « Nous n’avons pas à supporter l’infamie d’un classement X », Le Monde, 4 juill (...)
  • 60 Attalli Danielle, « Baise-moi fait de la résistance », Le Nouvel Observateur, 3 juillet 2000.

33Avec le classement « X » de Baise-moi, le débat médiatique et le recours juridique suscitent une mobilisation politique. Pour Philippe Godeau et Virginie Despentes, le problème est d’abord l’assimilation de Baise-moi à un film « X »59 ou pornographique60, en raison de l’impossibilité de le projeter en salles mais aussi du stigmate qui s’y rapporte. Le producteur demande une modification des règles juridiques, pour que Baise-moi puisse être interdit aux mineur-e-s sans classement « X ». La réalisatrice critique aussi les usages du féminisme dans les interprétations du film, les limitations à la liberté d’expression des auteur-e-s et la violence de la censure par des groupes d’extrême droite. Et la Pan-Européenne reprend ces critiques dans une pétition contre la décision du Conseil d’État. La politisation de l’interdiction de sa diffusion initie ainsi une mobilisation en soutien au film.

  • 61 « Excès de pouvoir », Libération, 5 juillet 2000.
  • 62 Le Zoo est un groupe créé à partir de 1996 pour « mettre en valeur "l’originalité de la pensée quee (...)
  • 63 Le Zoo, tract « Baise-moi et nique les sergents du sexe », sans date.

34D’autres réactions apparaissent également contre la classification du film et pour sa diffusion en salles, les jours suivant la décision. Des organisations professionnelles publient des communiqués soutenant le film, ses auteures et la commission du CNC, et condamnant la décision du Conseil d’État pour ses effets sur la diffusion du film. Les projections sont maintenues dans une soixantaine de salles en France, par quelques exploitant-e-s indépendant-e-s et le réseau MK2. Son responsable, Marin Karmitz, invoque dans des interviews sa « résistance » contre la censure du Conseil d’État et de l’extrême droite, pour la liberté d’expression et la protection des mineur-e-s. Une pétition, initiée par Catherine Breillat et signée par une trentaine de personnalités du cinéma, critique la validation par le Conseil d’État des positions politiques de Promouvoir et demande une modification des réglementations sur la création et la diffusion des films61. Enfin, le 5 juillet, un rassemblement réunit environ 200 personnes au MK2 Odéon à Paris : l’équipe du film, des signataires de la pétition, des exploitant-e-s, des groupes militants, des personnes venues soutenir le film et des journalistes. Un tract est par exemple diffusé par les activistes du Zoo62, évoquant notamment « l’émergence en France d’un féminisme pro-sexe », « l’accès à l’autoreprésentation pour celles qui furent l’objet par excellence de la représentation pornographique » ou encore « une appropriation des codes de la pornographie ».63 Mais la mobilisation de professionnel-le-s et de personnalités du champ du cinéma, en défendant l’autonomie du champ culturel contre la décision administrative, influe probablement davantage sur les responsables politiques pour la résolution du problème.

  • 64 Cette catégorie de visa existait en fait jusqu’à sa suppression par le décret du 23 février 1990.

35Rapidement après le retrait du visa, un consensus apparaît dans les prises de position en faveur de Baise-moi sur l’existence d’un « vide juridique ». Ce qui apparaissait dans les propositions de la commission du CNC ou dans la décision du Conseil d’État comme une tension entre deux règles de droit, devient avec la mobilisation en soutien au film et à ses réalisatrices une lacune du droit. Cette nouvelle définition du problème s’accompagne d’une proposition de résolution : une demande de modification du décret de 1990 pour introduire une nouvelle catégorie de visas, l’interdiction de projection aux mineur-e-s sans classement « X »64. C’est la décision que prend Catherine Tasca le soir du rassemblement, ce qui marque la fin de la mobilisation. Les jours suivants, les réalisatrices et producteurs de Baise-moi se déclarent satisfait-e-s de cette solution et demandent un nouveau visa à la commission de classification.

  • 65 Note du directeur de l’administration générale à l’attention du directeur du cabinet de la ministre (...)
  • 66 Décret n° 2001-618 du 12 juillet 2001.
  • 67 Procès-verbal de la commission plénière, 19 juillet 2001.

36Le processus de réforme du décret de 1990 est engagé pendant l’été 2000. Le texte est rédigé par le service juridique du CNC puis discuté au ministère. Il suit le Conseil d’État en fondant la nouvelle réglementation sur le code pénal plus que sur la loi de 197565. Le décret est finalement signé le 12 juillet 200166. Baise-moi est à nouveau examiné par la commission de classification le 19 juillet, qui propose « à l’unanimité son interdiction aux mineurs de moins de 18 ans »67. Le film obtient un nouveau visa d’exploitation le 19 août et ressort en salles le 29. En ce sens, la réintroduction de la simple interdiction de projection aux mineur-e-s permet bien la résolution du problème posé par le classement « X » de Baise-moi.

Après Baise-moi...

  • 68 Requête de Promouvoir au Conseil d’État, 7 septembre 2001.
  • 69 Décision du Conseil d’État, 14 janvier 2002.
  • 70 Décision du Conseil d’État, 4 février 2004. Le processus se répète à propos de Saw 3D Chapitre fina (...)

37Ce processus se poursuit après sa seconde sortie : la modification de la réglementation transforme aussi les conditions de production et de diffusion de plusieurs films. Cette catégorie de classification réduit par exemple les possibilités de recours contre le visa d’un film qui contient des scènes de sexe. Après la décision du 30 juin 2000, Promouvoir engage « une sorte de harcèlement procédural destiné à obtenir l’interdiction de toute diffusion du film » (Guillet, 2003), notamment par une nouvelle requête déposée le 7 septembre 2001 pour annuler ce nouveau visa. L’association considère que le second visa n’est pas conforme à la loi de 1975 et à la décision du 30 juin 2000 : « Baise-moi a été jugé par le Conseil d’État comme "constituant un message pornographique et d’incitation à la violence" dans la décision du 30 juin 2000. Il ne pouvait donc qu’être classé en "X". »68 Mais le Conseil d’État rejette la requête : l’annulation du premier visa d’exploitation se fonde sur l’impossibilité d’interdire la projection d’un film aux mineur-e-s autrement que par son classement « X », ce qui devient possible avec le décret du 12 juillet 200169. Même chose à propos de Ken Park de Larry Clark en 2004 : suite à une autre requête de Promouvoir, le Conseil d’État se fonde sur l’article 227-24 du code pénal pour annuler le visa du film (une interdiction aux personnes de moins de 16 ans), le ministre de la Culture lui délivre un nouveau visa avec une interdiction aux mineur-e-s et le film sort à nouveau en salle70.

  • 71 Décret n° 2003-1163 du 4 décembre 2003 : « les œuvres comportant des scènes de sexe non simulées ou (...)
  • 72 Onze films sont sortis en salles avec une interdiction aux mineur-e-s après Baise-moi : Polissons e (...)

38Cette catégorie de classification accroît aussi les possibilités de contourner le classement « X » d’un film dès l’attribution de son visa. Le décret du 4 décembre 2003 renforce la distinction entre les « scènes de sexe non simulées » et les « films pornographiques », ce qui augmente le pouvoir d’interprétation de la commission de classification et du ministre de la Culture71. Là encore, la réintroduction de cette catégorie de visa permet d’appliquer le code pénal sans se référer à la loi du 30 décembre 1975. En effet, plusieurs films sont interdits aux mineur-e-s après Baise-moi, dont la plupart présentent des scènes de sexe explicites72. Si la loi sur le classement « X » est toujours applicable, elle n’est donc quasiment plus appliquée.

  • 73 Frenchlover, « Histoires de Sexe(s), le premier film classé X depuis 1996 ! », sans date, http://ww (...)

39Mais les effets ne sont pas univoques. Dirty Diaries par exemple, présenté par sa productrice comme une compilation de courts métrages pornographiques réalisés par et pour des femmes, est interdit aux mineur-e-s à sa sortie en 2010. L’année précédente, Histoires de sexe(s) se voit au contraire proposer un classement « X », la commission de classification jugeant l’histoire comme « un prétexte pour exposer de très nombreuses scènes à caractère manifestement pornographique » (CNC, 2003). L’équipe de production, qui présente le film comme une « comédie de mœurs » avec « quelques passages explicites de sexe non simulé, pourtant bien éloignés des codes de la pornographie classique », évoque alors « la pire sentence que l’on puisse réclamer pour une œuvre de cinématographie »73. Si la loi sur le classement « X » n’est quasiment plus appliquée, elle reste tout de même applicable, et ses effets matériels (l’absence de salles de projection) comme symboliques (la classification « pornographique ») demeurent les mêmes.

40Plus largement, cette catégorie, ses usages et ses effets s’inscrivent dans un contexte de diversification des productions cinématographiques et de transformation de leurs modes de diffusion. D’une part, depuis le milieu des années 1980, les films considérés jusqu’alors comme « pornographiques » sont surtout diffusés en vidéo puis sur internet (le dernier visa « X » est proposé par la commission de classification en juin 1996) (CNC, s.d.). Les professionnel-le-s de la pornographie acceptent en majorité la distinction entre cinéma et pornographie au moment où la réglementation est adoptée et contournent progressivement les obstacles à la diffusion de leurs productions (Trachman, 2013). D’autre part, si des « affaires » émergent sur la distinction entre érotisme et pornographie dès les années 1970 pour le cinéma et bien avant pour d’autres médias, des scènes de sexe explicites et non simulées sortent de leur genre spécifique et apparaissent dans un plus grand nombre de formes cinématographiques à la deuxième moitié des années 1990 (Andrin, 2010). Le problème posé par Baise-moi et les effets de sa résolution s’inscrivent donc dans un double processus : l’abandon du cinéma pour la diffusion des films pornographiques et la multiplication des scènes de sexe dans les films projetés au cinéma.

41Les réactions à propos de Baise-moi permettent d’expliciter différents critères de définition de la pornographie. Certains concernent le contenu du film, comme les scènes de sexe, leur caractère explicite (plans sur les organes génitaux) ou authentique (scènes non simulées), la présence aussi de scènes de violence et les liens entre violence et sexualité. D’autres critères portent sur la forme du film : la place de ces scènes dans le scénario, les techniques de réalisation, les qualités esthétiques et les intentions des auteur-e-s. Une dernière série de critères concerne les effets du film, en particulier le pouvoir qu’il pourrait exercer sur certain-e-s spectateur-trice-s (enfants et adolescent-e-s) ou la violence qu’il devrait dénoncer pour d’autres (femmes). Avec le cas de Baise-moi, on retrouve donc des critères déjà identifiés pour définir la pornographie (Ogien, 2003). On distingue aussi plusieurs instances qui participent au processus de classification : ses auteur-e-s (réalisatrices, actrices et producteurs), d’autres professionnel-le-s du cinéma, des commissions administratives, des instances juridiques, des collectifs militants, des responsables politiques ou encore des personnalités médiatiques. Aucune de ces instances ne parvient à imposer un critère consensuel et définitif, d’où les classifications successives et différentes du film. Mais toutes n’ont pas non plus le même pouvoir dans cette lutte de classement (Bourdieu, 1982, 137). La capacité à imposer une définition de la pornographie et une classification du film est fonction de la position dans le champ culturel, mais aussi de ressources contestataires ou d’autres types de capitaux, pour médiatiser l’affaire ou mobiliser des institutions.

  • 74 Manœuvre Philippe, « Interview de Gaspar Noé », Rock & Folk, mars 2003.

42Si aucune définition de la pornographie ne s’impose à propos du film, en revanche une définition du problème est imposée au cours de l’affaire. La tension entre protection des mineur-e-s et diffusion du film est finalement interprétée après la classification « X » de Baise-moi comme une lacune du droit et résolue par la réintroduction du visa portant une simple interdiction au mineur-e-s. La formulation juridique du problème s’explique par le rôle des commissions administratives dans la classification et par des usages du droit comme ressource contestataire (Mathieu, 2003). Les effets de la nouvelle catégorie de visa apparaissent ensuite avec des décrets sur son application, ses usages par la commission de classification et de nouvelles décisions du Conseil d’État. Là encore, plusieurs règles de classification et critères d’application coexistent mais le classement « X » n’est alors quasiment plus appliqué. Ce qui tend à relativiser l’« exception pornographique » qu’il produit en imposant des conditions spécifiques de financement et de diffusion des films (Trachman, 2010, 102). Alors que les professionnel-le-s de la pornographie contournent l’ancienne réglementation par de nouveaux modes de diffusion, la nouvelle catégorie de visa favorise plutôt la production et la réalisation de films qui mélangent les genres cinématographiques et diversifient les représentations de la sexualité. Gaspar Noé déclare par exemple avoir « bénéficié de l’affaire Baise-moi » pour financer et réaliser Irréversible74.

  • 75 Del Aguila Ursula, « Mutantes de Virginie Despentes ce soir sur PINK TV », Têtu, 11 décembre 2009, (...)

43Enfin, avant l’apparition de ces consensus sur la définition juridique du problème et les conditions de sa résolution, d’autres interrogations apparaissent dans les commentaires et les classifications, notamment sur les motivations des personnages et les « intentions » des réalisatrices de Baise-moi. Les questions portent en particulier sur un film principalement réalisé et interprété par des femmes, sur des personnages féminins de classes populaires, fortement liés et relativement indépendants, souvent identifiés aux réalisatrices, et sur des représentations de la sexualité associée à la violence plus qu’au plaisir. Les propositions alternent entre reproche d’une absence de dénonciation des violences faites aux femmes et critique de la justification de l’usage de la violence par des femmes. On peut rapporter ces injonctions à se justifier à la construction de la culture légitime. Fondée sur une approche esthétique et universaliste supposée échapper aux conditions socio-historiques, elle conduit par exemple la plupart des réalisatrices à percevoir toute inspiration « féministe » comme stigmatisante par rapport à l’image valorisante et masculine de « l’artiste » (Sellier, 2009). Ces formes d’exclusion de l’« espace des cinéastes » (Duval, 2006) apparaissent alors comme autant d’affirmations de l’illégitimité des réalisatrices et de réassignations à leur position dans des rapports de genre. Dès lors, l’« affaire Baise-moi » ne concerne pas seulement l’interprétation du droit applicable au film, mais aussi l’interprétation du film et de ses auteures. Autrement dit, si la définition de la pornographie dans l’« affaire Baise-moi » porte sur le classement cinématographique du film et la limitation de ses projections, elle concerne aussi l’acceptabilité de certaines représentations rapportées aux parcours et aux positions des réalisatrices. En ce sens, la « pornographie » peut poser problème en raison de l’inadéquation entre un type de productions culturelles et une catégorie de régulation des représentations, mais aussi en raison de leur relation avec la légitimité différenciée des genres cinématographique et des auteur-e-s de ces productions. Le processus de redéfinition s’inscrit ainsi dans une reconfiguration permanente et interactive des normes genrées et des codifications génériques (Moine et Sellier, 2012). Ce qui permet, comme le dit Virginie Despentes quelques années après l’affaire Baise-moi, de constituer « le porno », les représentations de la sexualité et leurs usages culturels, en « terrain de résistance »75.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON Raffaëla, Hard, Paris, Grasset, 2001.

ANDRIEU Bernard, « Entretien avec Marie-Hélène Bourcier », Corps, n° 67, 2007, pp. 24-44.

ANDRIN Muriel, « Sexplicit : de l’évolution d’une esthétique cinématographique et de ses modes de production », in BEAUTHIER Régine, MEON Jean-Mathieu, TRUFFIN Barbara (dir.), Obscénité, pornographie et censure. Les mises en scène de la sexualité et leur (dis)qualification (XIXe-XXe siècles), Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2010, pp. 179-186.

BAS Frédéric, GERMA Antoine, « "Montrez ce sexe que l’on ne saurait voir" : le cinéma français à l’épreuve du sexe (1992-2002) », Le temps des médias, n° 1, automne 2003, pp. 95-107.

BOLTANSKI Luc, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009.

BOURDIEU Pierre, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982.

BUTLER Judith, Le pouvoir des mots. Discours de haine et politique du performatif, Paris, Amsterdam, 2004 (1997).

CNC, Commission de classification des œuvres cinématographiques, Rapport d’activité 2007-2009, mars 2010.

CNC, Commission de classification des œuvres cinématographiques, Rapport d’activité 2004-2005, sans date.

DESPENTES Virginie, King kong théorie, Paris, Grasset, 2006.

DUVAL Julien, « L’art du réalisme. Le champ du cinéma français au début des années 2000 », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 161-162, 2006, pp. 96-115.

GUILLET Nicolas, « La police du cinéma : de la protection des mineurs au rejet de l’ordre moral », Revue de l’actualité juridique française, mars 2003. Consultée le 14 octobre 2013. URL : http://www.rajf.org/spip.php?article1550

GUSFIELD Joseph, La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Paris, Economica, 2009.

HUNT Lynn, « Introduction: Obscenity and the origins of modernity, 1500-1800 », in HUNT Lynn (dir.), The invention of pornography. Obscenity and the origins of modernity, 1500-1800, New York, Zone books, 1993.

KENDRICK Walter, The secret museum. Pornography in the modern culture, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 1986.

KRIEGEL Blandine, La violence à la télévision, Ministère de la culture et de la communication, Mission d’évaluation, d’analyse et de propositions relatives aux représentations violentes à la télévision, 2002.

LASCOUMES Pierre, « Normes juridiques et mises en œuvres des politiques publiques », L’Année sociologique, n° 40, 1990, pp. 43-71.

MACKINNON Catharine A., Ce ne sont que des mots, Paris, Des femmes-Antoinette Fouque, 2007 (1993).

MATHIEU Lilian, « L’art menacé par le droit ? Retour sur l’ "affaire Baise-moi" », Mouvement, n° 29, septembre-octobre 2003, pp. 60-65.

MOINE Raphaëlle et SELLIER Geneviève, « Présentation », CiNéMAS, Revue d’études cinématographiques, vol. 22, n° 2-3, 2012, pp. 7-12.

NICOLIC Nathalie, « Érotisme versus pornographie : l’évolution institutionnelle d’une frontière surveillée par le système juridique », Cités, n° 15, 2003, pp. 69-77.

OGIEN Ruwen, Penser la pornographie, Paris, P.U.F., 2003.

OVIDIE, Porno manifesto, Paris, La Musardine, 2004.

ROUSSEAU Sabine, « L’affaire de la Religieuse de Rivette (1965-1967) », Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires, n° spécial, 2012. Consulté le 07 avril 2015. URL : http://cerri.revues.org/1101 ; DOI : 10.4000/cerri.1101

SELLIER Geneviève, « Gender studies et études filmiques : avancées et résistances françaises », Diogène, n° 225, 2009, pp. 126-138.

TRACHMAN Mathieu, « Des profits illégitimes. Classification pornographique et régulations marchandes dans la France des années soixante-dix », in BEAUTHIER Régine, MEON Jean-Mathieu, TRUFFIN Barbara (dir.), Obscénité, pornographie et censure. Les mises en scène de la sexualité et leur (dis)qualification (XIXe-XXe siècles), Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2010, pp. 87-102.

TRACHMAN Mathieu, Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, Paris, La Découverte, 2013.

TRINH THI Coralie, La voie humide, Paris, Le Diable Vauvert, 2007.

ZOO, Q comme Queer, Paris, Question de Genre/GKC, 1998.

Haut de page

Notes

1 Attalli Danielle, « On a le droit de montrer tout ça », Le Journal du Dimanche, 25 juin 2000.

2 Je remercie également Pierre Chaintreuil de m’avoir permis d’accéder aux archives de la commission de classification, ainsi que Marie-Hélène/Sam Bourcier pour m’avoir transmis une partie de ses archives personnelles, et l’un et l’autre d’avoir accepté de répondre à mes questions.

3 Le cinéma « traditionnel » désigne le cinéma non pornographique.

4 Argand Catherine, « Virginie Despentes toute crue », L’Express, 1er mars 1997.

5 Médioni Gilles, « Despentes abrupte ! », L’Express, 18 avril 1996.

6 Idem.

7 Lancelin Aude, « Despentes à sang pour sang », Le Nouvel Observateur, 22 juin 2000.

8 Idem.

9 Lançon Philippe, « Virginie Despentes, 26 ans, auteur d’un polar violent et hors normes... », Libération, 22 janvier 1996.

10 Le cinéma d’auteur constitue le pôle le plus autonome du champ du cinéma (Duval, 2006).

11 Armanet François, Vallaeys Béatrice, « Trois femmes s’emparent du sexe », Libération, 13 juin 2000.

12 Garcin Jérôme, « Le porno, c’est du viol », Le Nouvel Observateur, 22 juin 2000.

13 Devillers Sonia, « Comment le scandale a été construit », Le Figaro, 5 juillet 2000.

14 Grassin Sophie, « Faut-il renvoyer la censure ? », art. cit.

15 « Grasset soutient Despentes », Le Nouvel Observateur, 5 juillet 2000.

16 « Internet : Virginie en Despentes raide », Le Nouvel Observateur, 5 juin 2000.

17 Décret n° 90-174 du 23 février 1990.

18 Loi de finance pour 1976 du 30 décembre 1975.

19 Fondée notamment sur l’article 227-24 du code pénal qui condamne « le fait soit de fabriquer, de transporter, de diffuser par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support un message à caractère violent ou pornographique ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine (…) lorsque ce message est susceptible d’être vu ou perçu par un mineur ».

20 Les sous-commissions sont composées de six personnes, nommées par le président de la commission de classification selon des critères de compétence.

21 Procès-verbal de la sous-commission, 12 mai 2000.

22 La commission plénière est composée de 26 membres, nommé-e-s par la ministre de la culture sur proposition de différents ministères et organisations représentatives : un-e président-e (conseiller-e d’État) et quatre collèges (représentant-e-s des ministres ; professionnel-le-s du cinéma ; expert-e-s ; jeunes).

23 Procès-verbal de la commission plénière, 30 mai 2000.

24 Treize bulletins « moins de 16 ans » ou « moins de 16 ans avec avertissement » ; douze bulletins « X », « X violence » ou « X porno/violence ».

25 Note du directeur du CNC à l’attention de la conseillère de Catherine Tasca pour le cinéma et l’audiovisuel, 7 juin 2000.

26 Après la première semaine d’exploitation, Baise-moi est classé onzième pour le nombre total d’entrées, mais deuxième pour le nombre d’entrées par copie. Le film sort dans 64 salles en France, notamment celles des réseaux Gaumont, Pathé et MK2, mais pas UGC (deuxième exploitant sur le territoire).

27 Gorin François, « Baise-moi », Télérama, 28 juin 2000.

28 J. D., « Baise moi : le premier film tentateur d’hard et d’essai », Marianne, 3 juillet 2000.

29 Gorin François, « Baise-moi », Télérama, 28 juin 2000.

30 Dufreigne Jean-Pierre, « Je tue, ils, elles », L’Express, 29 juin 2000.

31 Séguret Olivier, « Le porno, pas si hors norme », Libération, 13 juin 2000.

32 Kaganski Serge, « Baise-moi de Virginie Despentes », Les Inrockuptibles, 27 juin 2000.

33 Mérigeau Pascal, art. cit.

34 Joyard Olivier, « X, le retour », Les Cahiers du cinéma, juillet-août 2000.

35 Assouline Florence, « Baise-moi, un film dégueulasse », L’Évènement du Jeudi, 21 juin 2000.

36 Roy Jean, « La douille se vide quand on tire un coup », L’Humanité, 28 juin 2000.

37 Séguret Olivier, « Baise-moi », Libération, 28 juin 2000.

38 Royer Philippe, « La pornographie, comme un véritable piège », La Croix, 28 juin 2000.

39 Séguret Olivier, « Baise-moi », art. cit.

40 Séguret Olivier, « Baise-moi », art. cit.

41 Sotinel Thomas, « Un film infirme et fier de l’être », Le Monde, 28 juin 2000.

42 Joyard Olivier, « X, le retour », Les Cahiers du cinéma, juillet-août 2000.

43 Attalli Danielle, art. cit.

44 Georges Pierre, art. cit.

45 Coppermann Annie, « Un faux évènement », Les Échos, 28 juin 2000.

46 Lancelin Aude, art. cit.

47 Sotinel Thomas, art. cit.

48 Kaganski Serge, art. cit.

49 Georges Pierre, « Les mantes noires », Le Monde, 29 juin 2000.

50 Séguret Olivier, « Baise-moi », art. cit.

51 Assouline Florence, art. cit.

52 Attalli Danielle, art. cit.

53 Statuts de Promouvoir, 2 août 1996 ; et le site internet (sans date) <www.lemediateur.net/promouvoir> [page consultée le 14 octobre 2013].

54 La requête est déposée par trois couples de parents d’enfants de plus de 16 ans et moins de 18 ans et soutenue par Promouvoir et d’autres parents.

55 Mémoire en réplique de Promouvoir, 26 juin 2000.

56 Conclusions du Commissaire du gouvernement, 30 juin 2000.

57 Décision du Conseil d’État, 30 juin 2000.

58 Mémoire en réplique de Promouvoir, 26 juin 2000.

59 Mandelbaum Jacques, « Nous n’avons pas à supporter l’infamie d’un classement X », Le Monde, 4 juillet 2000.

60 Attalli Danielle, « Baise-moi fait de la résistance », Le Nouvel Observateur, 3 juillet 2000.

61 « Excès de pouvoir », Libération, 5 juillet 2000.

62 Le Zoo est un groupe créé à partir de 1996 pour « mettre en valeur "l’originalité de la pensée queer" et "la spécificité des points de vue gais, lesbiens ou trans" » (Andrieu, 2008, 5). Voir par exemple (Zoo, 1998).

63 Le Zoo, tract « Baise-moi et nique les sergents du sexe », sans date.

64 Cette catégorie de visa existait en fait jusqu’à sa suppression par le décret du 23 février 1990.

65 Note du directeur de l’administration générale à l’attention du directeur du cabinet de la ministre, ministère de la Culture et de la Communication, 18 août 2000.

66 Décret n° 2001-618 du 12 juillet 2001.

67 Procès-verbal de la commission plénière, 19 juillet 2001.

68 Requête de Promouvoir au Conseil d’État, 7 septembre 2001.

69 Décision du Conseil d’État, 14 janvier 2002.

70 Décision du Conseil d’État, 4 février 2004. Le processus se répète à propos de Saw 3D Chapitre final (Kevin Greutert, 2010), dont le visa « interdiction aux personnes de moins de 16 ans » est annulé par le Conseil d’État le 1er juin 2015.

71 Décret n° 2003-1163 du 4 décembre 2003 : « les œuvres comportant des scènes de sexe non simulées ou de très grande violence mais qui, par la manière dont elles sont filmées et la nature du thème traité, ne justifient pas une inscription sur la liste prévue à l’article 12 de la loi du 30 décembre 1975 ».

72 Onze films sont sortis en salles avec une interdiction aux mineur-e-s après Baise-moi : Polissons et galipettes (Michel Reilhac, 2002), Ken Park (Larry Clark, 2002), Nine songs (Michael Winterbottom, 2004), Saw III (Daren Bousman, 2006), Destricted (Marina Abramovic et al., 2006), Quand l’embryon part braconner (Koji Wakamatsu, 1966), Dirty Diaries (Mia Engberg, 2010), Il n’y a pas de rapport sexuel (Raphaël Siboni, 2012), Nymphomaniac Part 2 (Lars Von trier, 2013), Little Gay Boy (Antony Hickling, 2013) et Love (Gaspar Noé, 2015).

73 Frenchlover, « Histoires de Sexe(s), le premier film classé X depuis 1996 ! », sans date, http://www.histoiresdesexes-lefilm.com/CommuniquePresse-HS.pdf [page consultée le 14 octobre 2013].

74 Manœuvre Philippe, « Interview de Gaspar Noé », Rock & Folk, mars 2003.

75 Del Aguila Ursula, « Mutantes de Virginie Despentes ce soir sur PINK TV », Têtu, 11 décembre 2009, <tetu.com> [page consultée le 14 octobre 2013].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Simonin, « Problèmes de définition ou définitions du problème ? La « pornographie » dans « l’affaire Baise-moi » », Genre, sexualité & société [En ligne], 14 | Automne 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://gss.revues.org/3672 ; DOI : 10.4000/gss.3672

Haut de page

Auteur

Damien Simonin

Centre Max Weber
École Normale Supérieure de Lyon
damien.simonin@ens-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org