Navigation – Plan du site
Articles

Les politiques straight du préservatif : VIH, pornographie et technologies du genre

The straight politics of condoms: HIV, pornography and technologies of gender
Kira Ribeiro

Résumés

Les productions pornographiques bisexuelles et « shemale » donnent à voir des configurations particulières de l’usage du préservatif qui informent tant sur les politiques du VIH que sur les politiques sexuelles au sein de cette industrie. Dans certaines de ces productions, les rapports entre hommes et femmes non-trans se font sans préservatif, tandis que dans la même scène et avec les mêmes performeurs, les rapports entre hommes ou impliquant une femme trans se font avec préservatif. À travers une analyse de différentes vidéos, il s’agit de voir ce qui sous-tend ces usages différenciés du préservatif. Cet article a alors pour objectif de saisir comment ces politiques préventives particulières codent un partage de la sexualité, du genre et du sexe selon une ligne de démarcation, réelle ou fantasmée mais en tout cas signifiée, entre le normal et le pathologique, la séronégativité et la séropositivité, l’hétérosexualité et les corps et interactions queer.

Haut de page

Texte intégral

« En tant qu’objets de savoir, les corps sont des nœuds génératifs matérialo-sémiotiques. Leurs limites se matérialisent dans l’interaction sociale ; les objets que sont les corps ne préexistent pas en tant que tels. » (Haraway, 2009 [1991], 364)

« Nous sommes face à une ontologie optique : le réel, c’est le visible. » (Preciado, 2008, 99)

1Très tôt dans l’épidémie de VIH/sida, les premiers travaux de théorisation et de critique des dynamiques politiques à l’œuvre se sont intéressés à la question des représentations, des métaphores, des significations (Patton, 1985 ; Sontag, 2009 [1988] ; Treichler, 2013 [1987] ; Watney, 1997 [1987]). Il s’agissait alors de comprendre ce que Simon Watney (1987) a appelé la « rhétorique du sida », d’en saisir le langage et les schémas narratifs. Loin de se contenter d’une explication en termes de bataille de mots, l’enjeu était ici de déconstruire la façon dont une approche homophobe, raciste et nationaliste du sida déterminait la réponse apportée et, par conséquent, la vie des personnes vivant avec le VIH/sida et/ou des personnes appartenant aux groupes désignés comme des groupes à risque.

  • 1 Dans une même logique, les représentations racistes autour du VIH/sida ont conduit à la circulation (...)

2L’attrait de ces premiers travaux s’explique notamment par le rôle crucial qu’ont joué les mots dans les premières années de l’épidémie. La question de la dénomination de cette maladie jusqu’alors inconnue en est l’illustration parfaite. Bien que l’on sache maintenant que l’origine du VIH remonte bien avant le début des années 1980 (Lachenal, 2014), la mise en lien, en 1981, de plusieurs cas absolument inhabituels de pneumocystose ou de sarcome de Kaposi chez des hommes gays jeunes et jusqu’alors en bonne santé, donna une orientation toute particulière à la construction du VIH/sida comme problème sanitaire. « Pneumocystose gay », « cancer gay », « GRID » (Gay Related Immuno-Deficiency) furent autant de termes utilisés, aussi bien par les médecins que par la presse, pour décrire cette maladie émergente avant que le Center for Disease Control ne finisse par imposer le terme de « sida » (Shilts, 2007 [1987])1.

3Si le poids des mots et des images dans la construction sociale de l’épidémie a été – et continue d’être – un pan important de la recherche en sciences sociales et en humanités sur le VIH/sida, je souhaite ici m’intéresser à un aspect encore relativement ignoré, à savoir la façon dont la présence et/ou l’absence de préservatif dans les films pornographiques contemporains prend place dans une politique de représentation et de signification des corps.

  • 2 J’utilise ici entre guillemets les termes « bi » et « shemale » car il ne s’agit pas pour moi de le (...)

4Certaines productions « bi » et « shemale »2 donnent à voir un usage du préservatif à géométrie variable. Les rapports pénétratifs entre hommes et femmes non-trans se font sans préservatif, tandis que dans la même scène et avec les mêmes acteur-rice-s, les pénétrations entre hommes ou impliquant des femmes trans se font avec. C’est précisément de ces usages dans les productions « bi » et « shemale » dont il sera question ici.

5Mon but n’est pas de définir ce qui relèverait d’une « bonne » politique de prévention dans les films pornographiques. Comme le souligne Florian Voros (2014), quand on s’intéresse à l’utilisation du préservatif dans le porno, il est souvent question de déterminer dans quelle mesure ces films peuvent influencer les pratiques des publics. Mon objectif n’est pas de rentrer dans ce débat, mais d’analyser la façon dont cette technologie préventive code les corps. Stuart Hall (2008a [1973]) a montré comment il est possible d’analyser les signes visuels mobilisés dans les productions médiatiques sur plusieurs niveaux : un niveau de dénotation (le sens « littéral ») et un niveau de connotation (les sens plus associatifs, contextuels). Selon Hall, les « codes [connotatifs] mettent […] le signe en relation avec l’univers plus large des idéologies au sein d’une société. » (Hall, 2008a [1973], 177). Du point de vue de la dénotation, le préservatif renvoie à la protection vis-à-vis du VIH. Mais à quoi renvoie-t-il à un niveau plus connotatif ? Quels en sont les sens possibles ? Que signifie cette mise en scène ? Qui protège-t-il ? De quoi ? De qui ?

6Je souhaite ouvrir la question de la pluralité de ces sens possibles afin de penser la manière dont le préservatif peut constituer une technologie de production politique des corps. D’après Teresa de Lauretis, « la construction du genre se poursuit à travers des technologies de genre variées (le cinéma par exemple) et des discours institutionnels (la théorie par exemple) qui ont le pouvoir de contrôler le champ des significations sociales et donc de produire, promouvoir et “implanter” des représentations du genre » (De Lauretis, 2007 [1987], 75). En s’inscrivant dans cette perspective, il sera donc question ici de voir comment un dispositif cinématographique et préventif (lié à l’absence et/ou à la présence du préservatif) agit comme une technologie de genre à travers la production d’un discours sur le risque VIH. Si les Porn Studies se sont parfois emparées de la question de la prévention et du VIH, ceci ne s’est fait que de façon marginale (Voros, 2010). Une remarque similaire pourrait être faite concernant le porno « bi » et « shemale » qui restent encore des genres peu abordés par ce champ d’études. L’étendue des sous-genres qui caractérise le marché pornographique contemporain ne permet bien entendu pas une représentation de l’ensemble de ces niches dans le champ de la recherche. Cependant, compte tenu du fait qu’ils mettent en scène des sexualités pouvant troubler une division binaire entre homosexualité et hétérosexualité – voire entre les catégories d’homme et de femme –, ces deux niches peuvent s’avérer particulièrement riches pour l’étude des représentations et des productions du genre et des sexualités dans la pornographie.

  • 3 Ces vidéos ont été choisies au terme d’un visionnage de 160 vidéos trouvées sur 4 sites de streamin (...)

7À partir d’une analyse de vidéos « bi » et « shemale », il s’agira de voir comment le préservatif constitue non pas seulement une technologie préventive, mais également une technologie politique. J’entends montrer comment certaines productions pornographiques font des relations entre hommes, ou avec des femmes trans, des relations hantées par le spectre du sida. Pour ce faire, j’illustrerai mon propos par l’analyse de trois vidéos sélectionnées pour leur qualité de représentation de la configuration préventive que je travaille ici3.

8Concernant les films catégorisés comme « bi », seules les vidéos mettant en scène des interactions sexuelles directes entre hommes ont fait l’objet d’un visionnage pour analyse. Les interactions sexuelles entre femmes sont monnaie courante dans la pornographie hétérosexuelle. À l’inverse, les interactions sexuelles directes entre hommes représentent un tabou infranchissable du genre (Williams, 1999 [1989]). Comme le relève Mathieu Trachman, « [d]ans le travail de catégorisation pornographique, la bisexualité concerne […] uniquement les hommes » (2013, 248). De plus, la question de la prévention entre femmes dans les vidéos pornographiques dépasse largement le point de focalisation de cet article. Les vidéos apparaissant dans les recherches avec les mots-clefs « bisexual » et « bisexual threesome » mais qui ne mettaient pas en scène de relations sexuelles entre hommes ont donc été écartées. Pour ce qui est des films « shemale », les vidéos mettant en scène un homme, une femme non-trans et une femme trans ont été privilégiées afin de conserver une continuité d’analyse avec les vidéos « bi » sélectionnées. Enfin, dans un souci de cohérence du corpus, seules les vidéos réalisées par des studios de production pornographique ont été retenues. Cette sélection n’entend pas être représentative des genres abordés. Elle est résolument partielle et partiale. Dans un univers de la pornographie en ligne où les contenus sont nombreux et référencés de façon parfois peu précise, ces quelques conditions de sélections ont eu pour but d’assurer l’accès à des vidéos mettant en scène des politiques différentielles du préservatif.

  • 4 Le terme queer est un terme dont la définition ne cesse de lui échapper et de muter. Reconnaissant (...)
  • 5 Parce que le terme « bareback » peut recouvrir des réalités différentes selon qui l’emploie, il est (...)

9À ce stade, il est nécessaire de clarifier quelque peu mes intentions. Il n’est pas question ici de mettre à jour un modèle général de l’utilisation du préservatif dans la pornographie « bi » et « shemale » qui serait dégagé à partir de l’analyse d’un corpus constitué de plusieurs centaines de vidéos pornographiques, où les usages et non-usages de préservatif auraient été savamment enregistrés et quantifiés. Il s’agit au contraire de reconnaître la multiplicité des usages du préservatif, de prendre cette configuration particulière comme un discours en soi – au-delà de la simple question de la fréquence de son occurrence – et de s’intéresser à ce qu’elle produit en termes de discours sur le VIH et les corps queer4. Quiconque effectuera une recherche sur une plateforme de vidéos pornographiques en utilisant les mots-clefs « bi » ou « shemale » réalisera vite qu’il existe une diversité que je ne prends pas en compte ici et qu’il est facile de trouver aussi bien du porno « tout capote » que des vidéos estampillées « bareback »5. Comme le souligne Stuart Hall (2008b [1981]), les médias ne constituent pas un ensemble homogène qui produirait, de façon univoque, un même discours. La coexistence de l’usage et du non-usage du préservatif au sein d’une même scène est donc à prendre comme une configuration possible parmi d’autres.

Absence et présence du préservatif dans le porno « bi » et « shemale »

10Si la plupart des vidéos « bi » consultées mettent en scène des rapports avec préservatif, les scènes tournées entièrement sans sont également courantes, en particulier parmi les productions les plus récentes. Cependant, dans plusieurs vidéos, notamment originaires des États-Unis ou de pays d’Europe de l’Est comme la Hongrie, il existe un usage différencié de cet outil suivant ce modèle-ci : les pénétrations vaginales ou anales entre un homme et une femme non-trans se font sans préservatif, tandis que les pénétrations anales entre hommes se font, elles, avec.

11Ceci peut s’observer par exemple dans une vidéo hébergée sur le site Xhamster sous le titre « Bisexual MMF Dreams #1 »6. Cette scène ne repose sur aucun scénario particulier. Ce qui débute comme une scène hétérosexuelle classique se transforme vite en trio bisexuel avec l’arrivée d’un deuxième homme. L’actrice a des relations vaginales avec ses deux partenaires masculins, à chaque fois sans latex. Mais, lorsque les deux acteurs ont des rapports anaux entre eux, ceci se fait avec préservatif. Notons que nous sommes bien ici face à une présence simultanée de ces rapports avec et sans latex. Ainsi, une succession de plans, plus ou moins serrés, sous divers angles, dans différentes positions, montre un des acteurs pénétrer vaginalement l’actrice, sans préservatif, pendant qu’il se fait lui-même pénétrer par son partenaire masculin, avec préservatif.

12Cet usage va à l’encontre de toutes les politiques préventives en vigueur. En effet, pourquoi les mêmes acteurs auraient des rapports tantôt sans, tantôt avec préservatif, s’il s’agit de répondre efficacement au risque de transmission du VIH ? Que cet usage repose sur une approche autre de la prévention par les pornographes ou sur une politique explicite de représentation importe peu. En effet, dans tous les cas, ce qui se joue ici, c’est un codage des relations sexuelles entre hommes – et seulement des relations sexuelles entre hommes – comme des relations « à risque ». Il ne s’agit alors pas tant de protéger les performeurs de la transmission du VIH sur le plateau de tournage – auquel cas l’actrice serait, elle, fortement exposée –, que de signifier un risque perçu comme inhérent à certaines interactions sexuelles.

13On retrouve un schéma similaire dans nombre de pornos « shemale ». Jusqu’alors réduit à l’état de niche, le porno « shemale » a largement pris de l’ampleur avec le développement de la pornographie en ligne (Paasonen, 2011). Aujourd’hui présent sur la plupart des plateformes vidéo, le porno « shemale » est devenu un genre important, au même titre que d’autres genres pornographiques de niche. On y trouve diverses configurations sexuelles. Traditionnellement, ces productions sont centrées sur des scènes de sexe entre des femmes trans et des hommes non-trans où la pénétration anale joue un rôle majeur et où les femmes trans sont souvent représentées comme actives dans la pénétration. Il semblerait cependant que les femmes non-trans soient de plus en plus présentes dans le porno « shemale » (Tibbals, 2014), donnant ainsi lieu à une multitude de configurations mêlant femmes trans et hommes et femmes non-trans.

14D’une façon similaire à ce que l’on peut observer dans certains films « bi », des vidéos « shemale » mettent en scène des rapports sans préservatif entre hommes et femmes non-trans, mais des rapports pénétratifs avec préservatif dès qu’une femme trans est impliquée et ce qu’elle soit alors active ou passive.

  • 7 « Belladonna Shemale Carol and Nacho Vidal Threesome belladonna », 34 min 50 sec, extrait de She Ma (...)

15Cette configuration est tout à fait frappante dans une scène extraite du film She Male Domination Nation sorti en 20037. Cette scène, filmée dans un premier temps caméra à l’épaule, s’ouvre sur une femme endormie dans le lit d’une chambre d’hôtel. Pendant ce temps, Nacho Vidal, acteur et réalisateur porno espagnol, filme en prenant son petit déjeuner. Lorsqu’une femme frappe à la porte de la chambre d’hôtel, pris de panique, Nacho réveille la personne endormie, jouée par la hardeuse trans Karol Castro, pour lui dire de se cacher derrière le rideau. Derrière la porte, nous retrouvons Belladonna, actrice, réalisatrice et productrice de films porno états-unienne, Belladonna et Nacho incarnent ici un couple. Lorsque Belladonna rentre dans la chambre pour récupérer l’ours en peluche qu’elle accuse Nacho de lui avoir pris, elle découvre Karol assise derrière le rideau. C’est alors que Karol se lève et gifle plusieurs fois Belladonna, l’étrangle, lui ordonne de se taire, avant de l’embrasser. Conformément au titre du film, Karol joue un personnage de femme trans agressive, dominante et sexuellement active. Par la suite, lorsque Nacho et Karol ont des rapports pénétratifs – toujours dans un rôle insertif – avec Belladonna, Nacho n’utilise pas de préservatif, tandis que Karol en utilise un. Ceci est particulièrement prégnant lorsque, au cours d’une double pénétration, nous pouvons voir côte à côte le pénis de Nacho sans latex et celui de Karol avec latex. Se joue donc ici une configuration du même ordre, quoique légèrement différente, de celle présentée plus haut.

16Si l’on souhaite faire sens de ces politiques de représentations, il semble nécessaire de les analyser au regard des normes de prévention habituelles des productions pornographiques.

Préservatif et pornographie(s)

17Le 6 novembre 2012, la Measure B est votée dans le Comté de Los Angeles. Cette disposition légale prévoit de rendre obligatoire le port du préservatif sur les plateaux de tournage de films X dans le Comté de Los Angeles, véritable capitale mondiale de la production pornographique mainstream. Parallèlement, de juin à décembre 2013, 5 acteur-rice-s sont testé-e-s positif-ve-s au VIH.

  • 8 Les tests VIH les plus courants utilisent des méthodes de détection des anticorps telles que la mét (...)

18Si les acteur-rice-s auraient, semble-t-il, été contaminé-e-s en dehors d’un cadre professionnel, la médiatisation de ces séroconversions dans le milieu du X de Los Angeles a servi de toile de fond à un débat plus large sur l’usage des préservatifs sur les tournages pornos. La succession rapide de ces diagnostics a mis à mal le système technologique, médical et logistique de pointe développé par l’industrie du X afin de veiller à la santé de ses professionnel-le-s. Ce système, mis en place à la fin des années 1990 avec l’aide de l’Adult Industry Medical Health Care Foundation afin de répondre à la crise engendrée par l’épidémie de sida, prévoit des tests complets pour les IST, tous les 30 jours, pour les acteur-rice-s X travaillant dans le Comté de Los Angeles. Les techniques utilisées dans ces dépistages permettent de détecter une infection VIH dans un délai de quelques jours seulement8. À la suite de chaque test négatif, un certificat d’aptitude au travail est remis à l’ acteur-rice-s testé-e. En cas de résultat positif – ce qui, depuis la mise en place de ce système, a rarement été le cas –, la Free Speech Coalition, syndicat de l’industrie pornographique, en est informée. Elle a alors la possibilité de suspendre les tournages. Ce moratoire doit ainsi permettre de dépister l’ensemble des partenaires à l’écran de la personne testée positive, et ce dans le but de couper la chaîne de transmission du virus.

19La Measure B et ces diagnostics de séropositivité au VIH ont donné lieu à divers positionnements, tant dans le milieu de la lutte contre le sida que dans l’industrie pornographique, afin de savoir, en premier lieu, quel dispositif technique était le plus à même de lutter contre d’éventuelles séroconversions. Pour les partisans de la Measure B, il était clair que seul un usage obligatoire et systématique des préservatifs pouvait garantir la santé des acteur-rice-s. Pour ses opposant-e-s, une telle mesure aurait pour conséquence de déplacer la production de films X vers des régions ne disposant pas de la même structure de surveillance de la santé des acteur-rice-s, les exposant ainsi à un risque beaucoup plus important.

20C’était bien, en premier lieu, de la pornographie hétérosexuelle dont il était question. En effet, si, sur la scène internationale, les productions de porno hétéro basent, en très grande majorité, leur politique de prévention sur le dépistage et l’exclusion des professionnel-le-s séropositif-ve-s, il en est autrement pour les productions gays.

  • 9 SIEGEL Matt, « Business Before Pleasure ? », Advocate.com, 12 août 2009. Consulté pour la dernière (...)

21À la suite de l’épidémie de sida, la pornographie gay a très vite adopté le préservatif. Davantage encore, elle a permis un temps de jouer un rôle éducatif en montrant et en érotisant des pratiques de safer sex (Patton, 1991). Dans ces films comme dans la société, les communautés gays ont, dans les premiers temps de l’épidémie, joué un rôle de sujet idéal de la prévention en adoptant largement l’usage du préservatif (Bozon, 2009). Cette norme a été quelque peu mise à mal par la recrudescence des pratiques à risque enregistrées par les enquêtes quantitatives et l’émergence du porno bareback dans les années 1990. Cependant, si ce dernier s’est largement développé et popularisé, la représentation pornographique de rapports sans préservatif entre hommes continue de faire l’objet de vifs débats (Voros, 2014). À l’heure actuelle, la plupart des sociétés de productions gays californiennes utilisent toujours des préservatifs sur les tournages, mais ne demandent pas de tests pour le VIH et les autres IST. Ainsi, alors que dans la pornographie hétérosexuelle produite à Los Angeles la prévention se base sur une surveillance sérologique et une exclusion des séropositif-ve-s, le porno gay se centre plutôt sur l’usage du préservatif et toute discussion sur le statut sérologique est réduite au minimum, si ce n’est écartée9.

22Dans son ouvrage sur les communautés et la pornographie bareback, Tim Dean (2009) avance l’idée selon laquelle le dispositif de prévention VIH développé par l’industrie du X de Los Angeles repose sur un principe de « monogamie à grande échelle ». Le succès de ce dispositif repose sur une forclusion des échanges sexuels aussi bien à l’échelle des performeurs qu’à l’échelle des différentes industries du X. Pour garantir son efficacité, il devient nécessaire de « minimiser le contact avec des systèmes sexuels étrangers, que ce soit en termes de frontières nationales, de catégories d’identité sexuelle ou de sérodiscordance » (Dean, 2009, 101). La réflexion de Tim Dean nous invite alors à aborder les différentes industries pornographiques comme de véritables systèmes sexuels qui ne diffèrent pas seulement par leur lieu de production ou leurs politiques de représentation, mais également par leurs normes préventives. Et « dans ce marché global, quand deux systèmes rentrent en contact, leurs normes prophylactiques respectives s’affrontent » (Dean, 2009, 99).


La rencontre de deux systèmes sexuels 

  • 10 « Bisexual 3some », 20 min 22 sec, extrait de Bi Bi American Pie, Angela d’Angelo (réal.), Macho Ma (...)

23Une scène extraite du film Bi Bi American Pie, produit en 2004 par le studio Macho Man10 illustre bien la façon dont, dans certaines scènes « bi », l’absence et la présence de préservatif marquent la juxtaposition de deux systèmes préventifs. La scène en question s’ouvre sur Liza Harper, actrice X française travaillant dans des productions états-uniennes, face caméra, dans une mise en scène laissant entendre qu’il s’agit-là de propos recueillis juste après la scène de sexe à venir. Le personnage joué par Liza Harper, nue et en sueur, clame sa joie d’avoir enfin réussi à réaliser son fantasme avec son petit ami. Ce dernier est incarné à l’écran par Jay Huntington, acteur jouant aussi bien dans des productions hétérosexuelles (sans préservatif) que dans des productions gay (avec préservatif). Un deuxième homme, interprété par un acteur répondant au nom de Kurt, complète le trio.

24Au cours de cette scène, Jay Huntington a tout d’abord des rapports vaginaux et anaux avec Liza Harper, sans préservatif. Il pénètre par la suite Kurt, avec préservatif. C’est ensuite à Liza Harper de pénétrer Kurt avec un gode-ceinture. Kurt, l’amant du couple incarné par Liza Harper et Jay Huntington, n’a jamais de rôle actif dans les rapports pénétratifs. Que ce soit dans ces rapports avec Jay ou avec Liza, Kurt est passif, pénétré. Son rôle strictement réceptif le place, en permanence, dans des interactions queer. Même lorsqu’il se retrouve dans des rapports hétérosexuels, la norme de l’hétérosexualité se retrouve contournée par le fait qu’il soit passif. Dans ce trio, le personnage joué par Kurt est celui par qui le potentiel queer est rendu possible, par qui il émerge.

  • 11 Pour une illustration de ceci, voir par exemple l’affiche « Le couple et la prévention du VIH et de (...)

25En jouant un rôle d’homme passif aussi bien avec Jay qu’avec Liza, Kurt n’introduit pas que la queerness dans ce couple fictif. Il y introduit aussi le préservatif et donc le risque de transmission VIH. La différence dans l’usage du préservatif semble relever d’une nécessité à la fois narrative et logistique. Tout d’abord, ceci complète parfaitement le tableau qui est dressé par le scénario : celui d’un couple qui s’ouvre à un partenaire extérieur ; un partenaire dont l’extériorité se joue aussi bien par rapport au couple que par rapport à l’hétérosexualité normative. D’un point de vue narratif, les rapports sans latex entre Jay et Liza rejouent une configuration conjugale classique, tandis que les rapports avec préservatif entre Jay et Kurt se placent dans une utilisation courante du préservatif dans les rapports « hors couple » : nous sommes ici face à une norme préventive11 qui s’intègre parfaitement dans le scénario d’un couple s’ouvrant à un partenaire extérieur développé par cette vidéo.

26Mais ceci informe également sur les pratiques de prévention dans l’industrie du X. En effet, au sein même de cette scène, ce sont toutes les normes d’usage du préservatif dans la pornographie gay et hétérosexuelle qui se rejouent. En alternant rapport hétérosexuel sans préservatif et rapport homosexuel avec préservatif, cette scène de porno « bi » consiste en une juxtaposition, une coexistence des normes préventives de la pornographie hétérosexuelle et de la pornographie gay.

  • 12 « Kurt », Internet Adult Film Database [page internet]. Consultée pour la dernière fois le 16 mai 2 (...)

27Selon l’Internet Adult Film Database, Kurt n’a à son actif que deux films : un porno gay avec préservatif en 2001, et Bi Bi American Pie en 200412. Il est donc en tout point étranger à l’industrie du X hétéro et, à ce titre, il ne rentre pas dans le dispositif prophylactique de cette industrie. Kurt est issu d’un autre système sexuel et importe avec lui les normes prophylactiques qui lui sont attachées. Ce qui semble répondre à une logique préventive a également un impact en termes de représentation. À travers la coexistence à l’écran de ces deux systèmes sexuels, les relations queer sont codées comme des rapports à risque, tandis que la question du VIH et de la prévention reste parfaitement étrangère aux relations hétéronormées. Ce que cette configuration ne cesse de rejouer, ce n’est autre que l’idée selon laquelle la bisexualité masculine sert de passerelle au VIH, lui permettant de passer de la sphère homosexuelle à la sphère hétérosexuelle (Deschamps, 2002).

28Nous sommes face à une logique similaire dans les pornos « shemale ». Ce genre appartient à la famille de la pornographie hétérosexuelle, bien qu’il en torde les normes en représentant des hommes performant des fellations ou se faisant pénétrer (Escoffier, 2011). Ces vidéos font face à un problème fondamental : si le public attendu du porno « shemale » est principalement constitué d’hommes hétérosexuels, comment faire en sorte que l’objet de désir, le corps des femmes trans, soit à tout moment identifiable par le spectateur ? En effet, lors d’une scène de double pénétration filmée en gros plan, rien ne peut a priori permettre de distinguer le pénis de l’acteur masculin de celui de la performeuse trans. Or, nous dit Linda Williams, « prendre plaisir à regarder des pénis serait, pour l’homme, s’exposer au spectre du désir homosexuel » (Williams, 1999 [1989], 81). Il apparaît alors que la présence du préservatif permet également une identification extrêmement rapide des corps trans. Grâce à cet usage différencié du préservatif, l’attribution des pénis aux différent-e-s acteur-rice-s se fait de façon quasi instantanée et certaine. Il devient alors possible de distinguer le pénis des femmes trans de celui des hommes, y compris dans des gros plans ne permettant pas la présence à l’image d’autres éléments d’identification (de genre).

  • 13 TSJasmine, « Active porn performers are required to be tested through HIV RNA2 DNA by PCR », in The (...)

29Le préservatif agit comme une technologie de genre. Les discours de certaines performeuses trans mettent en lumière la façon dont ces usages particuliers agissent comme des processus de réassignation. Les performeuses trans dans le porno « shemale » états-unien ont obligation de se faire tester et d’utiliser des préservatifs sur la plupart des tournages. Comme le souligne l’actrice X Miss Jasmine sur un forum internet, les actrices trans sont soumises aux mêmes tests PCR ADN que les performeur-euse-s hétérosexuel-le-s, et ce aussi bien dans le cas de scènes avec préservatif que dans le cas de scènes bareback13. Sur un autre forum internet de travailleuses du sexe trans, l’actrice Vicki Richter offre son interprétation de la politique préventive si particulière qui entoure ces actrices :

  • 14 Vicki Richter, « Transexual Performer Jennifer Tests HIV Positive », in Hung Angels [forum de discu (...)

30« Si je travaille avec une fille bio, pourquoi dois-je utiliser un préservatif alors que Tom/Dick/Harry l’étalon n’en utilise pas et que j’ai les mêmes tests qu’eux ? C’est parce que la société mainstream nous voit comme des hommes homosexuels. […] Wow je peux changer de sexe et me faire faire un peu plus de chirurgie au niveau du visage et faire des gang bangs sans capote avec 30 mecs et tout le monde dans le monde hétéro pensera que c’est OK… voire même sexy ! Est-ce que je dis qu’on devrait faire ça ? Non… mais j’attends qu’on soit traité de façon juste et de la même façon que les autres performeur-euse-s. »14

31L’expérience et l’interprétation de Vicki Richter s’avèrent particulièrement intéressantes puisqu’elles pointent une des assignations des femmes trans produites par ce dispositif préventif et pornographique si particulier. À travers cette norme préventive spécifique, le préservatif agit comme une technologie de genre qui rapproche le corps des femmes trans non-opérées des corps d’hommes homosexuels, en les codant comme des corps vecteurs du VIH/sida. Le corps des femmes trans est alors assigné à une place impossible : objet de désir pour hommes hétérosexuels, il est en même temps sans cesse renvoyé au domaine du malsain et, par là-même, à sa queerness.

Des politiques straight du préservatif

32Ces usages à géométrie variable du préservatif placent les corps et les interactions queer dans le domaine du malsain. Ce qui est en jeu ici, ce n’est pas la façon dont la présence du préservatif signale un risque de transmission du VIH, mais bien comment la représentation à l’écran, de manière simultanée, d’une absence et d’une présence du préservatif, crée une ligne de partage entre les corps et les pratiques sur le registre du sain et du malsain. Autrement dit, présence et absence ne fonctionnent pas indépendamment ici. Ils fonctionnent l’un par rapport à l’autre, l’un en miroir de l’autre. C’est au terme de cette relation entre ces usages du préservatif qu’est produit cette division entre les corps et interactions hétéronormatifs et queer.

33Loin d’être une spécificité des questions queer dans le cadre de l’épidémie de VIH/sida, cette assignation de populations minorisées au domaine de la pathologie constitue un des champs d’action récurrents de divers rapports de pouvoir. Juifs et juives, prostituées, migrant-e-s et esclaves sont autant de catégories construites, en partie, à travers une assignation à certaines pathologies (Dorlin, 2006 ; Gilman, 1987, 1993 ; Fairchild & Tynan, 1994 ; Markel & Stern, 2002). Aux juif-ve-s et aux prostituées la syphilis ; aux gays et aux femmes trans le sida. C’est précisément cette mobilisation des questions de santé dans la construction de la queerness – et de son revers la straightness – à travers un usage différencié du préservatif dans le porno « bi » et « shemale » que je propose de désigner sous l’expression de politique straight du préservatif.

34Dans son célèbre article « La pensée straight », Monique Wittig définit celle-ci comme un « conglomérat de sciences et de disciplines » pour lesquelles la « nécessité de l’autre-différent est une nécessité ontologique » (Wittig, 2013 [1980], 63). Pour Wittig, les catégories « homme » et « femme » ne constituent pas des catégories ontologiques mais des catégories politiques produites par la pensée straight. Il ne s’agit pas alors de penser comment les catégories « homme » et « femme » sont produites indépendamment, mais comment elles sont produites à travers une mise en opposition et une mise en discours de la « différence ». De même, la généalogie des catégories d’«  hétérosexualité » et d’«  homosexualité » a montré comment elles sont peu à peu devenues indissociables l’une de l’autre et produites dans un rapport dialectique (Katz, 2001 [1996]). Dans ce que je nomme des politiques straight du préservatif, l’absence et la présence simultanée de latex dans le porno « bi » et « shemale » constituent un dispositif de différenciation qui produit la queerness et la straightness à travers la question du risque de transmission VIH. Si les corps et interactions queer sont codés comme des vecteurs du VIH par la présence du préservatif, c’est parce qu’en opposition les corps et interactions straight sont représentés comme sains et ne nécessitant, a priori, pas de protection. Or, les corps et les interactions straight dans ces vidéos sont loin de ne pas être « protégé-e-s ». En effet, dans une industrie où la séronégativité est de mise, l’absence de préservatif n’est possible que par une gestion du risque VIH à travers un dispositif de dépistage extrêmement perfectionné. Grâce à ce dispositif préventif hors-champ, il devient possible de construire la queerness comme une catégorie visiblement et constitutivement pathologique, dangereuse, contaminante.

La vie des corps infâmes

35Ce que cette critique met en lumière, c’est la situation aporétique dans laquelle sont pris les corps et les interactions queer vis-à-vis du VIH. Il serait facile de clore le débat et de se contenter de regretter l’existence, dans certaines productions pornographiques, d’une politique différentielle de prévention stigmatisante et discriminante. Ceci nous exposerait cependant au risque de chercher à normaliser et à assainir les vies queer à travers ce que les chercheur-e-s en Critical Disability Studies David Mitchell et Sharon Snyder (2000) ont défini comme une distanciation méthodologique : c’est-à-dire une recherche de légitimité à travers une distanciation avec d’autres groupes marginalisés. Insister sur le caractère stigmatisant ou discriminant d’une association des corps et pratiques queer au VIH pourrait rapidement finir par une mise à distance du virus – et des séropositifs – dans le but de préserver symboliquement ces populations déjà marginalisées de l’opprobre jeté par ce virus.

36S’il est possible de décoder ces configurations préventives comme je viens de le faire, c’est parce qu’elles prennent sens dans une histoire qui lie le VIH et les communautés queer. Dans l’espace euro-atlantique, l’épidémie de VIH/sida est indissociable de l’histoire des communautés gays contemporaines, que ce soit à travers la constitution des hommes homosexuels en « groupe à risque » par une sphère médicale tentant d’identifier et de comprendre le fonctionnement d’une maladie émergente, le nombre conséquent de gays décédés dans les premiers temps de l’épidémie, ou encore la forte mobilisation communautaire qui a émergé afin de mettre les gouvernants face à leurs responsabilités (Patton, 2002). En France, si certains ont pu mettre en garde contre une « homosexualisation du sida », d’autres ont au contraire refusé de dissocier la question sida et la question gay dans un contexte où les communautés homosexuelles se retrouvaient largement touchées et endeuillées par l’épidémie (Dodier, 2003).

  • 15 La prévalence du VIH est le nombre de personnes vivant avec le VIH au sein d’une population donnée.
  • 16 Rapport 2013 sur la prise en charge des personnes vivant avec le VIH, sous la direction du Pr Phili (...)

37À l’heure actuelle, les communautés gays et trans restent parmi les plus touchées dans l’espace euro-atlantique. S’il reste compliqué de mesurer avec justesse la prévalence15 du VIH chez les « hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes » (HSH), on sait cependant qu’ils constituent en France une des populations les plus touchées par l’épidémie16. Dans l’enquête presse gay 2011, à laquelle 10 448 HSH ont répondu, 17 % des répondants étaient séropositifs (Velter, Saboni, Bouyssou & Semaille, 2013). Dans l’enquête Prévagay, réalisée en 2009 auprès des hommes fréquentant des établissements gays parisiens, cette proportion de séropositifs montait à 28 % (Le Vu, Velter, Meyer et al., 2012). On rencontre les mêmes problèmes de juste évaluation de la prévalence dans les populations trans. Cependant, tout semble indiquer que les femmes trans, en particulier travailleuses du sexe, constituent une des populations les plus durement touchées par le VIH/sida (Bockting & Kirk, 2001 ; Giami, Beaubatie & Le Bail, 2011). Devant cette réalité, se contenter de regretter une association entre corps et interactions queer et VIH, ce serait prendre le risque de reproduire la mise à distance qui est critiquée ici. Etablir une critique des politiques préventives différentielles dans la pornographie en mettant le VIH à distance des corps et des interactions queer risquerait de simplement déplacer la frontière entre le sain et le malsain plutôt que de la dépasser.

  • 17 Loin de représenter une nouveauté, cette volonté de résister à l’assimilation des vies queer à trav (...)

38C’est dans ce contexte épidémiologique – et en prenant le contre-pied des politiques LGBT centrées sur l’assimilation et la normalisation (Warner, 2000 [1999]) – que le pornographe bareback Paul Morris, fondateur du studio Treasure Island Media, fait sien l’idée d’une biologisation des sujets queer à travers la question du VIH. Pour lui, « un homme gay qui n’a pas un virus dans son sang n’est plus vraiment un homme gay. Sans l’idée de différence rendue possible par le virus, il manque d’entièreté et il ne devient que trop facilement un assistant social pour l’hétérosexualité et la société straight » (Morris & Paasonen, 2014, 218). À travers son travail pornographique, Paul Morris utilise le VIH comme une métaphore de la queerness et travaille cette idée d’un lien constitutif entre queerness et séropositivité. En réclamant cette assignation plutôt qu’en s’en distanciant, Morris entend résister à l’assainissement et à l’assimilation des sujets queer17. Cependant, ce qui est présenté là comme un acte de résistance rejoue, à sa façon, une séparation nette des espaces et des corps. Comme nous l’avons vu, il est finalement habituel que les vies queer restent du côté du pathologique. Le discours de Morris et les vidéos analysées précédemment, semblent constituer les deux facettes d’une même dynamique de biologisation de la queerness à travers la question du VIH. En réalité, c’est toute la complexité et le caractère largement utopique de la resignification radicale des termes, des images et des corps qui sont ici mis en lumière (Butler, 2009 [1993]).

39Certains corps queer sont pris dans des jeux discursifs, sémiotiques et politiques qui ne cessent de les lier à la question du VIH. Entre assignation des corps queer à la pathologie et tentative de réappropriation des corps infectés, il apparaît alors difficile de trouver une porte de sortie qui ne passerait pas le sida sous silence. C’est bien là que réside toute la difficulté de représenter des sujets et des pratiques hantés, culturellement, politiquement, voire corporellement, par le VIH. Reste alors à comprendre comment sortir de cette situation aporétique et formuler des politiques de représentations qui sortent radicalement d’une division entre straightness et queerness selon les modalités du sain et du malsain, « non pas pour dénier significations et corps, mais pour vivre dans des significations et des corps qui aient une chance dans l’avenir » (Haraway, 2007 [1988], 113).

Haut de page

Bibliographie

Adam Barry D., « Constructing the Neoliberal Sexual Actor: Responsibility and Care of the Self in the Discourse of Barebackers », Culture, Health & Sexuality, vol. 7, no 4, 2005, pp. 333-346.

BETTCHER Talia Mae, « Evil Deceivers and Make-Believers: On Transphobic Violence and the Politics of Illusion », Hypathia, vol. 22, n° 3, summer 2007, pp. 43-65.

BOCKTING Walter et KIRK Sheila (dir.), Transgender and HIV. Risks, Prevention and Care, New York, The Haworth Press, 2001.

Bozon Michel, « Libération sexuelle ou déplacement des contrôles ? Discours, normes et conduites » in Dorlin Elsa, Fassin Eric (dir.), Genres et Sexualités, Paris, BPI, 2009, pp. 145-160.

BUTLER Judith, Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du « sexe », Paris, Editions Amsterdam, 2009 [1993].

Chen Mel Y., Animacies: Biopolitics, Racial Mattering, and Queer Affect, Durham, Duke University Press, 2012.

DEAN Tim, Unlimited Intimacies. Reflections on the Subculture of Barebacking, Chicago, University of Chicago Press, 2009.

DE LAURETIS Teresa, « La technologie du genre » [1987] in DE LAURETIS Teresa, Théorie queer et cultures populaires : de Foucault à Cronenberg, traduit par Marie-Hélène BOURCIER, Paris, La Dispute, 2007. Manque les pages

Deschamps Catherine, Le Miroir bisexuel, Paris, Balland, 2002.

Dodier Nicolas, Leçons politiques de l’épidémie de sida, Paris, Editions de l’EHESS, 2003.

Dorlin Elsa, La matrice de la race  : Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, Paris, Editions La Découverte, 2006.

DORLIN Elsa, Sexe, genre et sexualités : introduction à la théorie féministe, Paris, Presses universitaires de France, 2008.

ERIBON Didier, De la subversion. Droit, norme et politique, Paris, Editions Cartouche, 2010.

ESCOFFIER Jeffrey, « Imagining the She/Male: Pornography and the Transsexualization of the Heterosexual Male », Studies in Gender and Sexuality, 12, 4, 2011, pp. 268-281.

Fairchild Amy L. et Tynan Eileen A., « Policies of Containment: Immigration in the Era of AIDS », American Journal of Public Health, 84, 12, décembre 1994, pp. 2011‑2022.

GIAMI Alain, BEAUBATIE Emmanuelle et LE BAIL Jonas, « Caractéristiques sociodémographiques, identifications de genre, parcours de transition médicopsychologiques et VIH/sida dans la population trans. Premiers résultats d’une enquête menée en France en 2010 », Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 42, 22 novembre 2011, pp. 433-437.

Gilman Sander L., « AIDS and Syphilis: The Iconography of Disease », October, 43, 1987.

Gilman Sander L., « Syphilis, Sarah Bernhardt and the “Modern Jewess” » The German Quarterly, 66, 2, 1993.

GIRARD Gabriel, Les homosexuels et le risque du sida. Individu, communauté et prévention¸ Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013.

HALL Stuart, « Codage/Décodage » [1973] in HALL Stuart, Identités et cultures. Politiques des Cultural Studies, édition établie par Maxime CERVULLE, traduit par Christophe JAQUET, Paris, Editions Amsterdam, 2008a, pp. 169-183.

HALL Stuart, « Le blanc de leurs yeux : idéologies racistes et médias » [1981] in HALL Stuart, Identités et cultures. Politiques des Cultural Studies, édition établie par Maxime CERVULLE, traduit par Christophe JAQUET, Paris, Editions Amsterdam, 2008b, pp. 259-264.

HARAWAY Donna, « Biopolitique des corps postmodernes : les constitutions du soi dans le discours sur le système immunitaire » in HARAWAY Donna, Des singes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature [1991], traduit par Oristelle BONIS, Arles, Editions Jacqueline Chambon, 2009, pp. 355-398.

HARAWAY Donna, « Savoirs situés : La question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle » [1988], traduit par Denis Petit en collaboration avec Nathalie Magnan, in HARAWAY Donna, Manifeste Cyborg et autres essais, 2007, pp. 107-142.

Katz Jonathan Ned, L’invention de l’hétérosexualité, Paris, Epel, 2001 [1996].

LACHENAL Guillaume, « La quête des origines du sida », La vie des idées, 17 octobre 2014. En ligne : http://www.laviedesidees.fr/La-quete-des-origines-du-Sida.html Consulté pour la dernière fois le 25 novembre 2014.

LONG Thomas L., « Plague of Pariahs: AIDS Zines and the Rhetoric of Transgression », Journal of Communication Inquiry, 24, 4, 2000, pp. 401-411.

LE VU Stéphane, VELTER Annie, MEYER Laurence et al., « Biomarker-Based HIV Incidence in a Community Sample of Men Who Have Sex with Men in Paris, France », PLoS ONE, 7, 6, juin 2012.

Markel Howard et Stern Alexandra Minna, « The Foreignness of Germs: The Persistent Association of Immigrants and Disease in American Society », The Milbank Quarterly, 80, 4, 2002, pp. 757‑788.

McRuer Robert, « Compulsory Able-bodiedness and Queer/Disabled Existence » in Sharon L. Snyder, Brenda Jo Brueggemann, and Rosemarie Garland-Thomson (dir.), Disability Studies: Enabling the Humanities, New York, Modern Language Association, 2002a, pp. 88-99.

McRuer Robert, « Critical Investments: AIDS, Christopher Reeve, and Queer/Disability Studies », Journal of Medical Humanities, 23, 3-4, 2002b, pp. 221‑237.

PAASONEN Susanna, Carnal Resonance. Affect and online pornography, Cambridge, MIT Press, 2011.

PATTON Cindy, « Safer sex and the pornographic vernacular », Bad Object-Choices (dir.), How do I Look? Queer film and video, Seattle, Bay Press, 1991, pp. 31-51.

Patton Cindy, Sex and germs: the politics of AIDS, Boston, South End Press, 1985.

Patton Cindy, Globalizing Aids, Minneapolis, University Of Minnesota Press, 2002.

PRECIADO Beatriz, Testo Junkie. Sexe, drogue et biopolitique, Paris, Grasset, 2008.

Shilts Randy, And the Band Played On: Politics, People, and the Aids Epidemic, New York, St Martin’s Griffin, 2007 [1987].

Sontag Susan, « Le sida et ses métaphores » [1988], in SONTAG Susan, La maladie et ses métaphores. Le sida et ses métaphores, traduit par Marie-France de Paloméra et Brice Matthieussent, Paris, Christian Bourgois Editeur, 2009.

MORRIS Paul et PAASONEN Susanna, « Risk and Utopia. A dialogue on Pornography », GLQ: A journal of Lesbian and Gay Studies, vol. 20, n° 3, 2014, pp. 215-239.

Mitchell David T. et Snyder Sharon L., Narrative Prosthesis: Disability and the Dependencies of Discourse, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2001.

TIBBALS Chauntelle Anne, « Gonzo, trannys, and teens – current trends in US adult content production, distribution, and consumption », Porn Studies, 1, 1-2, 2014, pp. 127‑135.

TREICHLER Paula, « Le sida, l’homophobie et le discours biomédical : une épidémie de signification » [1987], traduit par Arnaud Lerch avec la collaboration de Vincent Douris, Genre, Sexualité & Société, 9, printemps 2013.

VELTER Annie, SABONI Leila, BOUYSSOU Alice et SEMAILLE Caroline, « Comportements sexuels entre hommes à l’ère de la prévention combinée – Résultats de l’Enquête Presse Gays et Lesbiennes 2011 », BEH, 39-40, 26 novembre 2013, pp. 510-516.

Voros Florian, « Les transformations de la volonté de sa/voir pornographique après trente ans de sida. À propos de Dean Tim, Unlimited Intimacy. Reflections on the Subculture of Barebacking », Genre, Sexualité & Société, 4, automne 2010.

VOROS Florian, « Raw Fantasies: An Interpretative Sociology of What Bareback Pornography Does and Means to French Gay Male Audiences », in Elizabeth Sara LEWIS, Rodrigo BORBA, Branca Falabella FABRICIO et Diana DE SOUZA PINTO (dir.), Queering Paradigms IV. South-North Dialogues on Queer Epistemologies, Embodiments and Activisms, Peter Lang, 2014, pp. 321-343.

Watney Simon, Policing Desire: Pornography, AIDS and the Media [1987], Minneapolis, University of Minnesota Press, 1997.

Warner Michael, The Trouble with Normal: Sex, Politics, and the Ethics of Queer Life, New York, Harvard University Press, 2000 [1999].

WILLIAMS Linda, Hard core: power, pleasure, and the « frenzy of the visible », Berkeley, University of California Press, 1999.

Wittig Monique, « La pensée straight » [1980], in La pensée straight, Paris, Éditions Amsterdam, 2013.

Haut de page

Notes

1 Dans une même logique, les représentations racistes autour du VIH/sida ont conduit à la circulation de l’expression « sida africain » pour désigner une forme de l’épidémie qui touchait, d’après les premiers diagnostics, des hétérosexuel-le-s non-utilisateur-rice-s de drogues injectables dans certains pays d’Afrique (Patton, 2002).

2 J’utilise ici entre guillemets les termes « bi » et « shemale » car il ne s’agit pas pour moi de les prendre comme de simples adjectifs que j’apposerais sur des productions pornographiques particulières. Je souhaite plutôt insister sur le fait qu’il s’agit pour moi de désigner des niches pornographiques en reprenant des termes couramment utilisés par l’industrie pornographique elle-même. Dans cette optique, l’utilisation du terme « shemale » s’impose. Bien que ce terme ait récemment fait l’objet d’une controverse aux États-Unis autour de son utilisation à des fins humoristiques dans l’émission RuPaul’s Drag Race – certaines personnes issues des communautés trans le jugeant stigmatisant, discriminant, déshumanisant et trop associé au travail du sexe – il reste un des termes les plus utilisés dans la pornographie mainstream mettant en scène des femmes trans. De plus, l’utilisation du terme « shemale » permet d’effectuer une distinction entre les productions que je qualifie de mainstream, produites majoritairement par et pour des hommes hétérosexuels, et les productions produites par et principalement pour les communautés trans. Il semblerait plus approprié de désigner ces productions communautaires par le terme de « porno trans ».

3 Ces vidéos ont été choisies au terme d’un visionnage de 160 vidéos trouvées sur 4 sites de streaming X (Xvideos.com, Xhamster.com, Pornhub.com, Tube8.com) entre mars et mai 2014. Les mots-clefs « shemale », « shemale threesome », « bisexual » et « bisexual threesome » ont été utilisés pour effectuer les recherches et, pour chaque site et chaque mot-clef, les dix premiers résultats ont fait l’objet d’un visionnage.

4 Le terme queer est un terme dont la définition ne cesse de lui échapper et de muter. Reconnaissant la multiplicité de ses sens, de ses usages et de ses fonctions grammaticales (Chen, 2012), je souhaite ici en adopter une définition résolument pratique. Je désigne comme queer les corps et les interactions qui sortent du cadre traditionnel de l’hétérosexualité. Je regroupe par conséquent sous un même terme les corps trans, les corps et les interactions homosexuelles, mais également les interactions hétérosexuelles « déviantes » (les interactions entre un homme non-trans et une femme trans ou encore lorsqu’une femme non-trans sodomise un homme non-trans avec un gode-ceinture). Je qualifie donc de queer les corps et/ou les interactions qui viennent troubler une norme hétérosexuelle centrée sur la pénétration des femmes non-trans par des hommes non-trans.

5 Parce que le terme « bareback » peut recouvrir des réalités différentes selon qui l’emploie, il est impossible d’en donner une définition précise (Girard, 2013). Emergeant au sein des cultures gays séropositives nord-américaines du milieu des années 1990, l’accent peut être mis soit sur l’intentionnalité du risque, soit sur la non protection, volontaire ou non (Adam, 2005). Le terme est aujourd’hui accolé à différents types de productions pornographiques sans préservatif, notamment « shemale » et « bi ».

6 « Bisexual MMF Dream #1 », 25 min 11 sec. En ligne : http://fr.xhamster.com/movies/2385826/bisexual_mmf_dreams_1.html. Consultée pour la dernière fois le 16 mai 2014.

7 « Belladonna Shemale Carol and Nacho Vidal Threesome belladonna », 34 min 50 sec, extrait de She Male Domination Nation, Nacho Vidal (réal.), Nacho Vidal Productions, 2003. En ligne : http://www.extremetube.com/shemale/video/belladonna-shemale-carol-and-nacho-vidal-threesome-belladonna-1929521. Consultée pour la dernière fois le 12 février 2016.

8 Les tests VIH les plus courants utilisent des méthodes de détection des anticorps telles que la méthode ELISA. Dans leur version la plus récente, les tests de ce type permettent un diagnostic de l’infection 6 semaines après la séroconversion. Dans le cas des professionnel-le-s du X de Los Angeles, c’est le test PCR ADN qui est utilisé. Ce test détecte la présence de matériel génétique du VIH dans les cellules infectées, ce qui permet une détection de l’infection quelques jours seulement après la séroconversion.

9 SIEGEL Matt, « Business Before Pleasure ? », Advocate.com, 12 août 2009. Consulté pour la dernière fois le 14 juin 2014. URL : http://www.advocate.com/health/2009/08/12/business-pleasure ; AdultBizlaw, « Testing and Condoms : Straight Porn vs. Gay Porn », AdultBizLaw, 29 septembre 2012. Consulté pour la dernière fois le 14 juin 2014. URL : http://adultbizlaw.com/testing-and-condoms-straight-porn-vs-gay-porn/.

10 « Bisexual 3some », 20 min 22 sec, extrait de Bi Bi American Pie, Angela d’Angelo (réal.), Macho Man Video, 2004. Consultée pour la dernière fois le 15 mai 2014. URL : http://www.tube8.com/gay/fetish/bisexual-3some/104581/

11 Pour une illustration de ceci, voir par exemple l’affiche « Le couple et la prévention du VIH et des IST » éditée par l’Inpes : http://www.inpes.sante.fr/30000/pdf/0912_sida/AP_homos.pdf.

12 « Kurt », Internet Adult Film Database [page internet]. Consultée pour la dernière fois le 16 mai 2014. URL : http://www.iafd.com/person.rme/perfid =kurt_ep/gender =m/kurt.htm

13 TSJasmine, « Active porn performers are required to be tested through HIV RNA2 DNA by PCR », in The Erotic Review [forum de discussion], posté le 6 janvier 2012 à 22h13. Consulté pour la dernière fois le 13 juin 2014. URL : http://www.theeroticreview.com/discussion_boards/viewMsg.asp ?BoardID =19&MessageID =87700

14 Vicki Richter, « Transexual Performer Jennifer Tests HIV Positive », in Hung Angels [forum de discussion], posté le 5 mai 2004. Consulté pour la dernière fois le 13 juin 2014. URL : http://www.hungangels.com/vboard/showpost.php ?p =7357&postcount =13.

15 La prévalence du VIH est le nombre de personnes vivant avec le VIH au sein d’une population donnée.

16 Rapport 2013 sur la prise en charge des personnes vivant avec le VIH, sous la direction du Pr Philippe Morlat et sous l’égide du CNS et de l’ANRS. En ligne : http://www.sante.gouv.fr/rapport-2013-sur-la-prise-en-charge-medicale-des-personnes-vivant-avec-le-vih.html.

17 Loin de représenter une nouveauté, cette volonté de résister à l’assimilation des vies queer à travers une revendication du statut d’incarnation de vecteur du VIH s’inscrit dans une tradition de productions queer ayant émergées dès les années 1980. Les fanzines Infected Faggots Perspectives et Diseased Pariah News en sont un exemple (Long, 2000).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kira Ribeiro, « Les politiques straight du préservatif : VIH, pornographie et technologies du genre », Genre, sexualité & société [En ligne], 14 | Automne 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://gss.revues.org/3698 ; DOI : 10.4000/gss.3698

Haut de page

Auteur

Kira Ribeiro

Doctorante en sciences politiques
Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis, CRESPPA-LabTop (UMR 7217, CNRS, Paris 8, POND)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org