Navigation – Plan du site
Hommages

L'Action Thématique Programmée « Recherches sur les femmes et recherches féministes »

Hélène Rouch

Texte intégral

Publication originale : ROUCH Hélène, « “Recherches sur les femmes et recherches féministes” : l'Action Thématique Programmée du CNRS », in Basch Françoise (dir.), Vingt-cinq ans d’études féministes l’expérience Jussieu, Paris, Collections du CEDREF, 2001.

1Le succès du colloque de Toulouse (1982) fut certainement déterminant dans l'engagement institutionnel qui a suivi. En 1983, le CNRS et le ministère des Droits de la femme ont financé une action thématique programmée (ATP) « Recherches sur les femmes et recherches féministes » pour une durée de quatre ans (1983-1987). Le domaine des recherches féministes était reconnu dans sa double légitimité : légitimité d'une démarche politique qui conteste l'inégalité sociale des sexes, et légitimité d'une démarche théorique critiquant les concepts et les méthodes des savoirs constitués, qui, dans leur aveuglement à la dimension sexuée de la société, confortent la domination des hommes sur les femmes. L'intitulé de l'ATP témoigne de cette position théorique forte.

2Comme on a du mal, aujourd'hui, à imaginer l'avancée que représentait la création de cette ATP, il faut rappeler le contexte d'alors – un contexte où appréhender les femmes en « objet » de recherches était déjà d'une grande audace dans les sciences humaines et sociales, puisque, à quelques exceptions près, le sexe des individus y était au mieux cité comme une variable. Il faut rappeler, et le colloque de Toulouse l'a bien montré, que la plupart des chercheuses menaient leurs travaux d'inspiration féministe en les déguisant plus ou moins sous des intitulés tolérés par l'institution, ou carrément hors institution (la moitié des participantes de Toulouse travaillaient hors institution). Il faut enfin rappeler que le féminisme constituait, et se voulait, beaucoup plus une formidable force critique qu'une belle théorie achevée : ce qui faisait la spécificité des recherches féministes, cette articulation entre action militante, réflexion politique et travail théorique, entraînait chez les chercheuses, professionnelles ou non, des positions antagonistes et de nombreux et violents débats. Souvenons-nous aussi qu'entre celle qui disait « Je ne suis pas féministe mais... » et celle qui disait « Je suis féministe mais... » les positions se différenciaient en fait à partir de ce qui suivait ce « mais », et qu'il y avait souvent des surprises.

3L'ATP devait profiter de cette effervescence sans la figer, en poursuivant l'élan donné par le colloque de Toulouse : faire sortir les femmes de leur invisibilité en organisant les recherches et en finançant le plus grand nombre de recherches possible, en installant institutionnellement le domaine des recherches féministes dans les diverses disciplines des sciences humaines, en particulier dans celles qui les ignoraient ou feignaient de les ignorer, quand elles ne les considéraient pas tout simplement comme nulles et non avenues. Il s'agissait de faire reconnaître la validité du domaine et sa transversalité, ce que ne permettait pas le cloisonnement des disciplines aussi bien au CNRS qu'à l'université. L'ATP, programme de petite envergure mais assuré sur quatre ans, était ainsi censée non seulement encourager les recherches que le domaine suscitait, mais aussi en tester la validité (on sait que, lorsqu’il s'agit des femmes, on vérifie plutôt deux fois qu'une, surtout si on les finance pour leurs idées).

4L'ATP ne devait pas constituer un lieu refuge, mais un tremplin pour des recherches ultérieures. Ce souci de ne pas enfermer dans un ghetto les études féministes et sur les femmes avait déjà été exprimé à Toulouse, quand se discutaient les possibilités d'adapter le modèle des women's studies en France. Beaucoup le trouvaient alors anticipé, et bien alarmiste, à un moment où il s'agissait avant tout de rendre visibles les études féministes. Mais la question soulevée – les études féministes devaient-elles « saupoudrer » les cursus généraux ou faire l'objet de cursus spécifiques ? – s'est forcément, et concrètement, posée plus tard. De même, la création de l'ATP a soulevé une certaine réticence, voire une certaine hostilité, dans les milieux du CNRS et de l'université. Pas seulement de la part de ceux, de celles, par principe agacés par le féminisme, mais aussi de la part de celles qui craignaient les effets de marginalisation, de dévalorisation de l'étiquette « recherches féministes ».

Les choix du comité scientifique

  • 1  L'action annuelle engagée était d'environ 1.250.000 francs, le ministère des Droits de la femme as (...)
  • 2  17 universitaires et chercheuses (appartenant essentiellement aux sciences humaines et sociales), (...)

5Disposant d'un financement1 relativement modeste, l'ATP ne pouvait couvrir l'ensemble des thématiques féministes. La priorité revenait donc à des recherches impossibles sans son aide, même si, parallèlement, il était nécessaire que d'autres recherches commencées dans les structures existantes continuent à s'y développer. Le conseil scientifique2 a donc choisi de limiter les appels d'offres, sur deux périodes de deux ans, à un ensemble de recherches représentant des avancées théoriques et empiriques sur des thèmes peu ou pas traités jusqu’alors dans la recherche institutionnelle. Cet objectif a amené à écarter des thèmes comme la famille, l'éducation, le travail, sur lesquels avaient déjà été accomplies des recherches féministes conséquentes dont on pouvait espérer qu'elles seraient accueillies par d'autres programmes (ce qui ne s'est d'ailleurs pas vraiment vérifié).

6Trois axes ont été proposés dans le premier appel d'offres : l'axe A, « Analyse critique de la conceptualisation des sexes », mettant l'accent sur la dimension épistémologique : critique des grandes catégories conceptuelles et évaluation des problématiques et de leur pouvoir explicatif ; l'axe B, « Femmes, État, Droit et Société », portant sur les mécanismes institutionnels de production et de reproduction des inégalités entre les sexes ; l'axe C, « Mouvement des femmes, pratique des femmes », orienté vers une étude historique et comparative du mouvement de libération des femmes des années 1970 et des pratiques militantes et culturelles des femmes au XXe siècle. Ces axes ont été légèrement modifiés lors du deuxième appel d'offres (1985) pour introduire des thèmes laissés de côté lors du premier appel d'offres (le travail domestique, par exemple), à la place de thèmes jugés suffisamment couverts (comme l'histoire du mouvement des femmes).

7Les deux appels d'offres (juillet 1983, mars 1985) ont été très largement diffusés, à la fois par la voie officielle du CNRS, et, pour toucher un public non institutionnel, à partir de divers fichiers – celui de Toulouse et ceux des groupes et associations connus. Au total, 1 800 personnes ont dû recevoir ces appels d'offres. Bien qu'ils n’aient, en principe, pas été fermés aux chercheurs masculins, leur contexte était suffisamment explicite pour que ceux-ci ne se sentent pas encouragés à postuler. Sur les 130 projets présentés, le comité scientifique en a sélectionné 68 (dont un qui venait d'un chercheur et cinq qui comptaient une ou deux collaborations masculines).

8Les projets ont été retenus en fonction de leur intérêt thématique, de l'originalité de leur problématique, de l'option féministe de leur contenu, de leur faisabilité sur les plans méthodologique et matériel. Dans tous les cas, le comité scientifique (dont les deux tiers des membres avaient participé à Toulouse) a privilégié ce qui lui semblait faire la spécificité du domaine : le travail collectif et la pluridisciplinarité. Et même s'il a préféré l'option de nombreux petits projets à budget limité réalisables en deux ans, il a également initié quelques gros projets de constitution de fonds documentaires ou bibliographiques (en histoire et littérature), qui de toute évidence demandaient à être poursuivis au delà de la durée de l'ATP.

9Sur les 68 projets retenus, près de la moitié (28) étaient présentés par des femmes qui avaient publié dans les Actes du colloque de Toulouse. Quelque dix ans après, on retrouvera une quinzaine des chercheuses de l'ATP dans les 96 communications et présentations du colloque « La place des femmes » préparatoire à la Conférence mondiale de Pékin (1995). Sans doute y auraient-elles été plus nombreuses s'il avait été organisé autrement. Dans l'intervalle, l'expertise masculine avait aussi pris du galon et... de la place.

10Dans les années 1970, le mouvement des femmes a amené nombre de chercheuses professionnelles, qui étaient aussi des militantes, à créer des groupes de confrontation et de discussion (reconnus par l'institution, ou simplement hébergés par elle, parfois même totalement hors institution) pour la plupart ouverts aux militantes en quête de lieux où théoriser leurs expériences politiques et professionnelles. C'est beaucoup dans ces groupes – en marge, donc, de l'institution – qu'ont été menées des recherches qui, bien que pas ou peu reconnues par les instances officielles, ouvraient sur de réels ou de possibles prolongements théoriques susceptibles de remettre en cause les concepts et les méthodes des sciences humaines et sociales. Ce sont ces avancées que le comité scientifique de l'ATP a voulu préserver, ce qui l'a amené d’une part à sélectionner des projets intéressants par leur contenu, mais ne répondant pas strictement aux exigences habituelles de la recherche institutionnelle, d’autre part à refuser des projets qui satisfaisaient à ces exigences, mais dont le contenu restait assez traditionnel pour qu'ils soient pris en charge par d'autres structures (lesquelles, cependant, ont manifesté une fâcheuse tendance à renvoyer sur l'ATP les projets concernant les femmes plutôt que de les subventionner – façon implicite de les marginaliser).

Les résultats

11La quasi-totalité des projets a été menée à bien. Ce fut une ATP très productive, de l'avis même des autorités responsables du CNRS, et il faut ici souligner la qualité de ces recherches suivies régulièrement par les membres du comité scientifique. Les rapports intermédiaires, puis finaux, ont été remis à peu près dans les temps, tout le monde ayant fini par prendre l'affaire très au sérieux à cause de l'enjeu que représentait l'ATP sur les plans à la fois individuel et collectif.

  • 3  Action thématique programmée n°6, Recherches sur les femmes et recherches féministes, vol. 1 : Pré (...)

12Les résumés des travaux, publiés dans deux annuaires3, montrent bien la richesse et la pertinence des recherches poursuivies dans le cadre de l'ATP. L'axe A a inspiré, dans diverses disciplines, un ensemble cohérent d'analyses sur le rapport entre sexe biologique et sexe social (genre), non plus seulement en termes de différence(s) des sexes, mais en termes de rapports sociaux de sexe, et ces travaux montrent comment le genre – et aussi bien le sexe biologique – sont des notions socialement construites (parcours épistémologique que les Anglo-Saxonnes ont certes développé avant nous... ce qui semble autoriser certains, comme Pierre Bourdieu, à le reprendre maintenant à leur compte en faisant comme si les théoriciennes féministes françaises n'avaient fait que cueillir des pâquerettes ou des évidences). La valeur de ce type de conceptualisation pour expliquer les systèmes de domination des hommes sur les femmes n'a cessé de se confirmer et de produire de nouvelles questions (y compris sur ses propres limites), tant sur le plan théorique que sur le plan empirique.

13L'axe B a concentré des recherches à dominante juridique, sociologique ou anthropologique, à partir de terrains empiriques précis, en général ignorés dans les études traditionnelles, qui mettent en évidence la diversité des mécanismes institutionnels de production et de reproduction des inégalités entre les sexes.

14Quant à l'axe C, les projets du premier appel d'offres ont permis de dégager une première vision d'ensemble sur l'histoire du mouvement de libération des femmes des années 1970, sur ses formes, ses idées, ses discours. Les projets du deuxième appel d'offres ont produit des analyses fines et originales sur l'histoire des femmes, leurs rapports avec les institutions et les organisations, l'évolution de la société contemporaine, les objets et les formes des discours critiques féministes.

15Si l'on s'intéresse maintenant à l'organisation du travail des chercheuses engagées dans l'ATP, on observe que les projets collectifs furent plus nombreux que les projets individuels : les trois quarts pour le premier appel, les deux tiers pour le deuxième (si le projet était assuré par au moins deux personnes), et respectivement la moitié et le quart (si l'on parle d'équipes à partir d'au moins trois personnes). Compte tenu de la dispersion géographique des chercheuses, de leur isolement dans leurs institutions respectives, du manque de revues et de publications favorisant la communication, du financement réduit ne facilitant pas les rapprochements, c'est un résultat très positif.

16Sans être forcément le fait d'équipes institutionnelles, la majorité des projets retenus (près de 80 %) avaient déjà une inscription institutionnelle en ce sens que l'institution fournissait un local pour les rencontres des chercheuses et, parfois, une petite aide budgétaire. En revanche, force est de constater que les projets proposés à l'appel d'offres venaient majoritairement du hors institution. Or, à quelques exceptions près, tous ces projets étaient soutenus par au moins une ou deux chercheuses professionnelles. Cela prouve que le comité scientifique, malgré son désir d'élargir les thèmes et les formes de recherches, n'a pas évité un effet de resserrement en privilégiant, outre les compétences techniques, les projets déjà engagés. On peut même dire que l'ATP a institutionnalisé davantage des recherches déjà institutionnalisées (il est vrai, avec fort peu de moyens jusque-là). On peut ajouter qu'elle a ainsi financé des travaux qui auraient dû et pu l'être par d'autres structures du CNRS ou de l'université. Ce faisant, néanmoins, elle a installé plus solidement, du moins peut-on l'espérer, le domaine des recherches féministes dans l'institution. Elle a aussi permis à des chercheuses confirmées mais marginalisées, à des chercheuses débutantes, à des équipes mixtes ou même totalement hors institution, de poursuivre ou de jeter les bases d'une recherche.

17Une autre spécificité du domaine  que voulait développer l'ATP était la pluridisciplinarité. Pluridisciplinarité déjà pratiquée auparavant dans des groupes formels et informels par celles qui voulaient confronter et discuter leurs hypothèses, leurs méthodologies, leurs résultats. On peut relever, là encore, le rôle joué par les lieux non institutionnels, même s'il s’agissait davantage d'un partage, d'une confrontation, d'une relation de voisinage des disciplines que d'un réel travail interdisciplinaire. L'ATP offrait de vraies possibilités à cet égard.

  • 4  La mise en discours du féminin à l'époque de la psychanalyse ; Le mouvement des femmes à Lyon ; Le (...)

18Pourtant, si l'on regarde l'ensemble des projets retenus, on constate que les équipes pluridisciplinaires ont été très peu nombreuses : 6 projets seulement (sur 68) ont fait intervenir au moins deux disciplines repérables comme distinctes dans leur intitulé. Ne sont pas comptabilisés ici les projets à pluridisciplinarité de « proximité » regroupant les sous-divisions de disciplines telles que l'histoire, la sociologie, le droit, la littérature, etc. Sur ces 6 projets4, 3 concernent une thématique large avec des équipes conséquentes et une assise institutionnelle préexistante ; les 3 autres portent sur une thématique plus serrée avec des équipes de 2 ou 3 personnes. Tous ont été précédés d'un travail antérieur à l'ATP et (sauf un) ont regroupé des chercheuses professionnelles et non professionnelles.

19Ce n'est pas parce que la problématique féministe recoupe tout le champ des savoirs que l'exercice de la pluridisciplinarité va de soi. Il faut que les thèmes s'y prêtent, que l'approche par différentes disciplines soit cohérente et débouche sur des conclusions pertinentes, mais en même temps il faut risquer des problématisations et des argumentations dont la rigueur n'est pas au départ assurée. On ne s'étonnera donc pas que la majorité de ces projets aient été réalisés par des femmes à qui seule la pratique du hors institution avait permis de se rencontrer, de travailler sur des problématiques féministes et de s'autoriser à manifester quelque audace de pensée. De même, il n'est pas surprenant qu'ils aient été essentiellement centrés sur les sciences humaines et sociales, domaines où la critique féministe était la plus avancée et dont les concepts et les méthodologies sont relativement voisins.

20Deux de ces projets faisaient intervenir les sciences expérimentales, avec l'anthropologie physique et la biologie. Malgré la problématique ouverte par l'axe A, ce sont les seuls (avec une recherche sur le formalisme en mathématique), auxquels ont participé des spécialistes des sciences dites dures. À cet égard, on ne peut que regretter que la France, contrairement aux pays anglo-saxons, compte si peu de féministes historiennes, philosophes et sociologues des sciences. Pourtant, à la fin des années 1970 et au début des années 1980, dans le contexte d'un mouvement des femmes encore très porteur, des groupes travaillaient hors institution sur la critique féministe des sciences et ils ont produit des textes – souvent, il est vrai, sous forme de littérature grise. La faiblesse actuelle de l'organisation des féministes scientifiques, la pauvreté de la production française eu égard à ce qui se publie aux USA et dans les pays européens sont inquiétantes. La misogynie certaine du milieu scientifique, la tradition française de la critique épistémologique des sciences, qui résiste à l'émergence de la critique sociologique, l'objectivité des sciences « dures » plus difficilement accessible au soupçon idéologique, expliquent en partie cet état de fait mais ne sont pas seules en cause. On peut en tout cas penser que la perte de dynamisme du mouvement des femmes a d'autant plus affecté la critique féministe des sciences que celle-ci n'était pas du tout institutionnalisée.

21Nous avons insisté sur les grandes lignes qui ont orienté l'ATP : prise en charge par les femmes de leur propre histoire, argumentation théorique contestant les fondements de la domination masculine, analyse des instruments de cette domination, revendication de la transversalité d'un champ de recherches où toutes les disciplines sont marquées par un ordre social sexué.

  • 5  Rencontre organisée par le CLEF (Lyon, 1984) entre les différentes équipes engagées dans la recher (...)

22Lorsqu'on regarde les productions de l'ATP, on peut être sensible à une certaine  hétérogénéité de l'ensemble. Des projets à thématique large, à dimension comparatiste et/ou historique, coexistent avec des projets très limités, centrés sur une problématique particulière, voire avec des monographies. On pourra même trouver que tous les projets réalisés n'ont sans doute pas rempli leurs ambitions de départ. Mais rappelons que l'ATP avait surtout une mission incitative. À cet égard, elle a rempli son rôle en démontrant l'existence d'un large potentiel de chercheuses de haut niveau, en établissant aussi que la visée épistémologique de la recherche féministe introduisait une nouvelle dynamique dans la plupart des disciplines et renouvelait par là même le questionnement et la compréhension du fonctionnement de la société. En témoignent les rencontres et colloques qu'elle a suscités5, ainsi que les nombreuses publications sous forme d'articles ou de livres qui en sont issues. Souvenons-nous notamment du colloque « Sexe et genre », qui, à partir des travaux de l'axe A a fourni une synthèse des perspectives les plus originales et les moins entendues du milieu de la recherche de l'époque, dont l'ATP avait permis le développement.

23La nécessité de prolonger l'ATP au moyen d'une structure transversale plus importante nous semblait alors évidente, car cela aurait tout à la fois permis d'accroître la représentativité des chercheuses dans leurs disciplines et organismes respectifs, d'assurer la visibilité et l'efficacité du domaine, et de développer sa spécificité. Il fallait obtenir les moyens de développer une réflexion restée embryonnaire dans certaines disciplines, d'étendre les avancées théoriques produites dans d'autres, de multiplier la production féministe. Ce fut une évidence trompeuse, malgré le soutien potentiel du CNRS et l'argument maintes fois répété du retard français en études et recherches féministes par rapport aux autres pays européens.

24Les tentatives ont traîné en longueur et n'ont pas abouti. On peut s'interroger sur cet échec. Sans doute l'institutionnalisation du domaine par l'ATP, avec son effet de resserrement déjà souligné, y a-t-elle été pour quelque chose, même si l'ATP est restée ouverte sur les problématiques et le hors institution. Les projets de regroupement qui ont suivi organisaient quant à eux les recherches de façon beaucoup plus strictement institutionnelle. Même s'ils n’ont pas abouti, le point positif reste que le domaine s'est installé, mais avec les défauts inhérents à une institutionnalisation plus ou moins dispersée dans le giron de la maison mère : renforcement des thématiques acceptées dans les disciplines où elles existaient déjà, et donc perte de potentiel thématique ; développement des dimensions concurrentielles, et donc retour à des stratégies individuelles ; repli sur les structures institutionnelles, et donc abandon d'un ancrage dans un mouvement social il est vrai en régression. On peut en concevoir de la déception, voire de l'amertume, mais aussi se poser la question : y avait-il moyen de faire autrement, mieux ? Si oui, pourquoi cela ne s'est-il pas fait et, surtout, pourquoi cela ne se ferait-il pas ? N'est-ce pas ce dont nous sommes en train de débattre, à l’occasion de cette journée sur les vingt-cinq années d'études féministes à Paris VII, autour de Michelle Perrot qui fut présente au colloque de Toulouse et à l'ATP ?

Haut de page

Notes

1  L'action annuelle engagée était d'environ 1.250.000 francs, le ministère des Droits de la femme assurant un cofinancement de 250.000 francs par an.

2  17 universitaires et chercheuses (appartenant essentiellement aux sciences humaines et sociales), 3 représentantes des autorités de tutelle, et 1 représentant du département Sciences de l'Homme et de la Société du CNRS.

3  Action thématique programmée n°6, Recherches sur les femmes et recherches féministes, vol. 1 : Présentation des travaux 1984-1987, vol. 2 : Présentation des travaux 1986-1989, CNRS,1989 et 1990. Voir également Michèle Kail, Le programme « Femmes » du CNRS : première pierre ou pierre tombale pour les recherches féministes en France, Perspectives Universitaires, vol. III n° 1-2, 1986, pp. 259-276.

4  La mise en discours du féminin à l'époque de la psychanalyse ; Le mouvement des femmes à Lyon ; Le mouvement des femmes et ses effets sociaux ; Les femmes détenues ; Les nouvelles techniques de reproduction : manipulations biologiques, statégies discursives ; Interface sexe biologique/sexe social.

5  Rencontre organisée par le CLEF (Lyon, 1984) entre les différentes équipes engagées dans la recherche sur l'histoire du mouvement des femmes. Rencontre internationale organisée par l'équipe travaillant sur « la mise en discours du féminin à l'époque de la psychanalyse » (Paris, 1986). Colloque organisé par le GEF (Paris, 1988) : « Crises de la société, féminisme et changement ». Colloque de fin d'ATP (Paris, 1989) : « Sexe et genre ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Rouch, « L'Action Thématique Programmée « Recherches sur les femmes et recherches féministes » », Genre, sexualité & société [En ligne], 1 | Printemps 2009, mis en ligne le 02 juillet 2009, consulté le 26 septembre 2016. URL : http://gss.revues.org/373 ; DOI : 10.4000/gss.373

Haut de page

Auteur

Hélène Rouch

Co-organisatrice du colloque de Toulouse
Membre du comité scientifique de l'ATP
CEDREF, Paris VII

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org