Navigation – Plan du site
Dossier
Articles

« La quadrature du cercle » des législations sur la prostitution en Grèce dans une perspective comparatiste

"Squaring the circle" : Greek prostitution politics in a comparatist perspective
Yagos Koliopanos et Alexia Sarantopoulou

Résumés

Partant du fait que la conception et l’application du droit grec à l’égard de la prostitution sont inscrites dans une longue tradition réglementariste, cet article analyse les politiques de la prostitution en vigueur en Grèce à l’épreuve des normes de genre et de sexualité. Il en ressort que ces politiques représentent un modèle spécifique de « néo-réglementarisme » conservant les aspects hygiénistes, carcéraux et masculinistes de l’ancien régime. En effectuant une comparaison avec le droit et la politique respectifs en France, nous constatons toutefois une convergence des objectifs principaux, à savoir l’invisibilisation de la prostitution et l’éloignement de personnes migrantes en situation irrégulière. L’importation en Grèce des normes internationales en matière de lutte contre la traite à des fins d’exploitation sexuelle produit une superposition entre idéologies « néo-réglementaristes » et « néo-abolitionnistes ».

Haut de page

Texte intégral

1« Le travail sexuel en Grèce ? On n’en parle pas, c’est tabou ! », nous a tout de suite prévenu, en ne plaisantant qu’à moitié, une sociologue à qui nous avons fait appel début juin 2015 pour tenter de voir un peu plus clair dans le brouillard qui entoure un sujet à bien des égards extrêmement complexe. Et pourtant, les discours – législatifs, politiques, journalistiques, militants, scientifiques et autres – semblent foisonner à ce sujet, la plupart du temps munis d’un semblant de capacité de circonscription d’une activité a priori hétérogène et échappant à des définitions strictes.

2Qui plus est, la prostitution dans ses représentations les plus misérabilistes se trouve souvent au cœur de moments discursifs (Moirand, 2007) qui franchissent les frontières. Pour n’en citer qu’un exemple récent – d’autres seront discutés par la suite – le 27 novembre 2015, dans un article du journal The Times intitulé « Greek students sell sex for food », Anthee Karassava, journaliste-correspondante à Athènes, cite le sociologue Grigoris Lazos qui aurait déclaré qu’aujourd’hui certaines femmes en Grèce se prostituent pour s’acheter un feuilleté au fromage ou un sandwich. Cette information a été relayée par un nombre important de médias grecs et internationaux (à titre d’exemple, « En Grèce, une passe pour le prix d’un sandwich » dans Libération du 2 décembre 2015), faisant l’impasse sur la réponse de Lazos survenue le lendemain de la publication britannique dans le journal grec To Vima et démentant formellement cette déclaration.

3En revanche, et c’est précisément ce à quoi faisait écho la remarque de la chercheuse citée plus haut, la prostitution en Grèce, comme dans nombre d’autres pays d’ailleurs, peine à être pensée en termes de travail (Parent et al., 2010 ; Lieber, Hertz et Dahinden 2010). Partant du cadre législatif en vigueur qui prétend à une reconnaissance du travail sexuel, puis d’une présentation de la tension entre ce cadre et les vécus effectifs, nous avons voulu ensuite le juxtaposer à celui de la France qui procède d’un raisonnement apparemment contraire. Cette comparaison nous a permis de déduire que, de manière paradoxale, entre une législation implicitement masculiniste – considérant la prostitution comme un « mal nécessaire » – et une législation prétendument féministe – considérant la prostitution comme un « mal inacceptable » – il y a, dans leur application et dans leurs effets, un certain nombre de points communs. Parmi ceux-ci, nous serons particulièrement attentifs d’un côté à la volonté d’obstruction de l’exercice de la prostitution dans des conditions sûres et convenables pour les personnes qui l’exercent, de l’autre à l’instrumentalisation des questions de la visibilité et d’invisibilisation. À travers cette comparaison et en mesurant par la suite l’influence des législations et politiques internationales concernant la traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle dans le contexte grec, c’est par la question des positions des travailleuses du sexe grecques face au droit et ses applications que nous terminons l’article.

4Pour aborder ces différents points, nous commençons par fonder nos développements sur les premiers enseignements d’une recherche en cours sur le travail sexuel à Athènes et au Pirée. À ce jour, il a été procédé à une étude de la littérature existante, à un dépouillement des archives, une analyse de sources textuelles et audiovisuelles (lois, comptes rendus parlementaires, médias, réseaux sociaux, rapports d’ONG, actes de colloques, documentaires, littérature militante). Quelques entretiens ont également été réalisés avec trois travailleuses du sexe militantes. Un travail de même nature a été entamé en France.

L’évolution de la législation sur la prostitution en Grèce

  • 1 Les autres États-membres de l'UE soumis au même régime étant l'Allemagne, l'Autriche, la Hongrie, l (...)
  • 2 Pour un bilan des politiques de la prostitution cf. Maugère 2009 ; sur la genèse et les parcours du (...)

5La Grèce a la particularité d’être le seul État-membre de l’Union Européenne qui à la fois se situe dans le sud de l’Europe et dispose d’un régime d’encadrement de la prostitution dit « réglementariste », selon lequel l’exercice de la prostitution est légal mais demeure strictement encadré par le droit et régulé par l’État1. Rappelons que le réglementarisme a pris son essor en Europe occidentale, et tout particulièrement en France, lors de la première moitié du XIXe siècle. En tant que système de législation de la prostitution, il vise au contrôle de l’activité prostitutionnelle afin de parer aux soucis d’ordre sanitaire et moral que celle-ci suscite. Par conséquent, le système réglementariste prévoit, du moins dans ses incarnations coercitives d’antan, une surveillance extrêmement étroite des femmes prostituées et un empiètement spectaculaire sur leurs libertés individuelles et civiques, déjà bien limitées en raison de leur sexe2.

  • 3 Loi 3032/1922.

6C’est précisément ce qui se produit peu de temps après la création de l’État grec (1828-1830) : au moyen d’un décret royal (datant du 31/12/1836), la police municipale s’arroge le pouvoir de gérer le déroulement de l’activité prostitutionnelle de manière exclusive et arbitraire (Psarra et Florentin, 1980). Lors d’une tentative de légalisation et de « médicalisation complète du contrôle de la prostitution » (Lazos, 2002a, 62), la loi de 1922 « sur les mesures contre la propagation de maladies vénériennes et sur les femmes impudiques »3 vient renforcer la présence du corps médical dans cette gestion jugée nécessaire sans pour autant atténuer les pratiques répressives de la police. Durant cette période, les prostituées font donc l’objet d’un triptyque de mesures stigmatisantes et liberticides régies par les autorités policières et médicales. Premièrement, il s’agit de la caractérisation et de l’enregistrement (fichage) en tant que « femmes communes », travaillant dans des maisons closes et n’ayant pas le droit d’en sortir sans l’autorisation de la police, ou en tant que « femmes libertines », chantant également dans des café-concerts et pouvant habiter à l’hôtel mais sans droit de quitter la ville (Drakoulidis, 1929). Le deuxième pilier du triptyque, de facto compris dans l’énoncé du précédent, est l’enfermement dans des espaces clos (maison, hôpital, prison, au mieux la ville pour les « femmes libertines »). Le troisième réside dans l’obligation à faire des contrôles sanitaires.

7Les effets de ce régime en termes d’inégalités de genre, loin de se limiter à la claustration et la ghettoïsation des prostituées, sont patents et le cas du Pirée est significatif à cet égard : au début des années 1870, mû par une volonté ferme d’invisibilisation de la prostitution dans le principal port de la Grèce, le Conseil municipal, se conformant tout à fait aux principes du réglementarisme en vigueur dans bon nombre de pays européens à l’époque, avait décidé d’ériger un ghetto composé de plusieurs maisons closes dans un quartier décentré du Pirée appelé Vourla. Ce « complexe de tolérance » (Lazos, 2002a, 98), géré par les autorités locales et surveillé par la police, restera ouvert jusqu’en 1940. Selon Grigoris Lazos qui puise dans divers témoignages de l’époque, il se rapproche d’« une institution totalitaire » (Goffman, 1968) qui servait à punir toutes femmes soupçonnées de comportement sexuel déviant, c’est-à-dire de relation hors mariage. Celles-ci pouvaient alors être arrêtées, détenues et ensuite enfermées à Vourla après avoir subi des contrôles médicaux humiliants (Koutsoumaris, 1963). Ces informations sont corroborées par Jean-Michel Chaumont qui cite deux rapports de visites effectuées au camp de Vourla en 1925 et 1926, pour le compte du « Comité spécial d’experts » de la Société des Nations. Chaumont s’interroge, en outre, sur les raisons du manque de réactions de ce comité face à la « pire incarnation […] du réglementarisme : une réalisation cauchemardesque de l’utopie parthénopéenne imaginée par Restif de la Bretonne à la fin du XVIIe siècle » (Chaumont, 2009, 222).

  • 4 Loi 3310/1955.
  • 5 Loi 4095/1960.

8Ainsi, en laissant aux seules mains des autorités policières et médicales la question de la prostitution, le législateur grec a mis en place un régime carcéral et hygiéniste à l’extrême et engendré un « épais réseau de contrôle, lequel ne concerne pas uniquement la prostitution mais la moralité des femmes en général » (Papanicolaou, 2008, 383). Comme nous l’avons vu (notamment à travers les différentes appellations des femmes inscrites dans les textes de loi sous la forme d’adjectifs péjoratifs), ce régime, tout en maintenant le cadre binaire et normatif de « prostituées » versus « femmes honnêtes », participe d’une discrimination de toutes les femmes en fonction de leur comportement sexuel. En ce sens, il s’agit d’une illustration fort parlante de mise en pratique sur les plans judiciaire et social de ce que Gail Pheterson appelle « le stigmate de la putain » (Pheterson, 2001), menace par laquelle est potentiellement visée n’importe quelle femme, surtout dès lors que celle-ci échappe au modèle normatif de la fidèle épouse et mère de famille. La puissance de ce stigmate, en tant qu’il est en permanence sous-tendu par une perception des prostituées comme source de contamination physique et morale voire de « souillure » (Douglas, 1971 ; Gil, 2008) de la société (d’où la nécessité de son encadrement), est telle que la Grèce, à l’instar de la France, résiste en partie à l’adoption des régimes abolitionnistes en Europe avant et après la Deuxième Guerre mondiale. Par conséquent, la loi de 1955 « sur la lutte contre les maladies vénériennes »4 et la loi de 1960 « sur la protection face aux maladies vénériennes »5 prônant la fermeture des maisons closes, ne font qu’imposer leur privatisation ainsi que la réduction du nombre de femmes qui y travaillent. En maintenant l’institution du permis de travail et en renforçant les contrôles étatique, policier et sanitaire des prostituées, ces lois établissent alors un régime « néo-réglementariste » (Lazos, 2002, 65) qui est toujours d’actualité.

  • 6 Loi 1193/1981.
  • 7 Cette « jauge » des trois mois paraît se retrouver dans d’autres contextes législatifs et nationaux (...)
  • 8 Loi 2734/1999.

9Pendant la dictature militaire (1967-1973) et la transition démocratique (1974-1981), l’exercice de la prostitution, tout en restant relativement stable en termes de chiffres (Lazos, 2002a, 68) et sujet à des interventions répressives et stigmatisantes, fait l’objet de mesures d’encadrement au niveau local. Il s’agit par exemple de l’« assainissement » de Trouba, une μπουρδελογειτονιά (Petropoulos, 1980), c’est-à-dire un quartier de bordels, en d’autres mots un ghetto de prostitution moins carcéral que Vourla et qui existait depuis 1922 non loin du port du Pirée ; le nom évoque automatiquement, dans les représentations sociales et culturelles, le demi-monde. Cette suppression a lieu dans le cadre de la gentrification du Pirée, orchestrée par Aristeidis Skylitsis, le maire que le régime militaire a affecté à la ville entre 1967 et 1974, et qui a contribué au déplacement de la prostitution vers le centre d’Athènes et à la création de nouveaux quartiers de prostitution (Metaxourgeio, Sygrou, Fylis), toujours en fonction aujourd’hui. La loi « sur la protection face aux maladies vénériennes » de 19816 constitue un retour en force de la philosophie (néo)réglementariste et de sa logique hygiéniste et carcérale. Son article 7 en témoigne, prévoyant des peines allant jusqu’à trois mois d’emprisonnement7 pour des prostituées dépourvues d’un permis de travail et d’un livret sanitaire à jour. Aucune mention n’est faite du proxénétisme qui demeure toutefois illégal et passible d’une peine de prison d’au moins dix-huit mois selon l’article 349 du Code pénal. La loi « sur les personnes prostituées » de 19998, qui a remplacé celle de 1981, reconnaît la prostitution en tant qu’activité professionnelle mais continue à encadrer son exercice selon une logique résolument autoritaire et arbitraire.

10Après cette présentation des cadres législatifs successifs, voyons comment les choses sont vécues in situ par les prostituées, notamment celles qui continuent d’être visibles dans la rue.

La répression de la prostitution visible

11Le législateur grec a pris à l’égard de la prostitution des dispositions qui divergent selon les contextes sociaux et politiques, mais sa volonté demeure constante de penser cette activité sous le signe de la transgression sociale, sexuelle et de genre contre laquelle il se considère en devoir de protéger les « populations honnêtes ». En raison du modèle réglementariste à peine revisité par la privatisation des maisons, les lois qui se sont succédées procèdent toutes d’une délégation quasi-absolue du pouvoir de contrôle de l’activité aux instances considérées pourvues de compétences appropriées en la matière : la police, le corps médical et les autorités locales (préfectures, municipalités, mairies). En l’occurrence, l’interdiction juridique des prostitutions visible et clandestine compris dans ce modèle autorise les forces de l’ordre à procéder sans avoir à s’en justifier à des pratiques répressives telles que l’arrestation et la garde à vue. Par ces licences, la police est à même de déployer sa capacité d’identification, de définition, de nomination, de catégorisation, bref d’« étiquetage » (Becker, 1985) de la prostitution comme « actes de domination sociale » (Mainsant, 2013). Dès lors, son potentiel de confortation et de renforcement des normes qui portent sur la sexualité et le genre est peut-être plus fort que dans des pays où elle aurait moins de pouvoir.

12Par leur vulnérabilité liée à leur présence dans l’espace public, ce sont les prostituées de rue pour qui le risque de harcèlement s’accroît sensiblement à mesure que leur encadrement se concentre entre les mains des street level bureaucrats (Lipsky, 1980 ; Jakšić, 2013). Ce risque est fonction de divers paramètres intersectionnels consubstantiels les uns des autres (Kergoat, 2009), qui voient notamment s’intriquer discrimination de genre, de « race » et liées à l’état de santé, comme dans bien d’autres contextes politiques et nationaux. Mais en Grèce, le risque de harcèlement est d’autant plus présent qu’il peut être cautionné par le droit et facilité par les pouvoirs accordés à la police.

  • 9 Il convient de noter qu’en Grèce, le terme de « travestis » est principalement employé au masculin, (...)

13Bien qu’elles soient moins connues et de moindre ampleur, notamment qu’en France (Mathieu, 2001), des mobilisations ont eu lieu de la part des prostituées contre les abus et les violences commis par les forces de l’ordre. On y voit alors la prostitution parfois articulée à des « causes sexuelles » qui en dépassent le cadre strict. Ce fut le cas lors d’un rassemblement dans Le Lusitania, un théâtre du centre d’Athènes, qui a eu lieu le 25 avril 1977 et qui marque la première prise de parole en public par des prostituées trans (Vakalidou, 1980 & 1981). Cet événement révèle les interactions entre le droit et les représentations normatives de genre et de sexualité. Outre une dénonciation de la répression policière accrue, le rassemblement du Lusitania fut décidé en réaction à un projet de loi qui prévoyait un renforcement inouï – parmi les mesures proposées, il y était même question d’exil – de la pénalisation de l’homosexualité dans un contexte prostitutionnel, déjà passible d’une peine minimale de trois mois d’emprisonnement selon l’article 347 du Code pénal. Ce projet de loi établissant une « criminalité genrée » (Kourakis, 2009) visait tout particulièrement les prostituées trans, considérées invariablement comme des individus de sexe masculin désignés par le terme de « travestis »9. Contraintes par la stigmatisation sociale à exercer le travail sexuel pour subvenir à leurs besoins, les personnes trans se trouvaient d’une part dans l’incapacité d’exercer cette activité en raison de la loi et de ses exigences, d’autre part victimes désignées des autorités et de leurs pratiques répressives et humiliantes. Paola Revenioti, artiste et activiste, exerçant la prostitution de rue depuis le milieu des années 1970, se souvient de cette époque :

On nous ramassait du trottoir, c’était très humiliant, on nous faisait passer toute la nuit au poste, le matin empreintes digitales et ensuite examen médical obligatoire à l’hôpital public, là où les putes devaient passer de force. La plus grosse humiliation avait lieu là-dedans : on nous touchait le cul, la bite, et en même temps il y avait une dizaine d’étudiants qui regardaient. Nous étions maquillées, exténuées, à bout...tout cela avant que le Parti socialiste remporte les élections... (Extrait d’entretien réalisé le 23 juillet 2015)

14Outre ce qu’en dit Paola Revenioti, les violences médico-policières ont été amplement documentées dans des ouvrages rapportant le discours de prostituées (Megapanou, 1988 ; Hatzi, 1993) et dans bon nombre de témoignages et écrits autobiographiques publiés par des prostituées trans (Vakalidou, 1980 & 1981 ; Heiloudaki, 2002 ; Kouroupou, 2011 ; Koumarianou, 2012). D’autre part, des associations ont vu le jour : en réponse à l’adoption de la loi sur la prostitution de 1981, le Mouvement des femmes prostituées de Grèce (ΚΕΓΕ) est né, remplacé ensuite par l’Association des personnes prostituées de Grèce (ΣΕΠΕ). En 2003 est créé l’Association de solidarité avec les travestis et les transsexuels (ΣΑΤΤΕ) qui en 2010 deviendra l’Association de soutien aux personnes trans (ΣΥΔ), très active à ce jour.

  • 10 C’est le constat fait par Revenioti mais également par Nelly, une travailleuse du sexe trans exerça (...)

15Grâce notamment au travail de ces associations, l’attitude de la police envers les personnes trans semble aujourd’hui s’être relativement améliorée10. Mais les travailleuses du sexe en général, et surtout celles qui travaillent dans la rue, ne sont pas pour autant à l’abri d’un maintien des violences policières : en attestent les rapports de différentes ONG, aussi bien nationales (Praksis, 2015) qu’internationales (Amnesty International, 2012 ; Human Rights Watch, 2015). Dans le contexte récent d’une immigration accrue, d’autres facteurs entrent en jeu qui réactivent des abus et connivences entre forces de l’ordre et corps médical, en visant d’autres cibles. L’interdiction juridique de la prostitution visible est par exemple réutilisée pour conférer aux prostituées de rue, et tout particulièrement aux migrantes, aux toxicomanes et aux personnes suspectées de faire encourir un risque sanitaire, un statut de délinquante (Kaminis, 1999).

  • 11 Dans une succession rapide de différents gouvernements, ce décret, inspiré d’une loi d’exception de (...)

16Une chaîne d’événements survenus en avril 2012 et dénoncée à une échelle internationale en tant que « chasse aux sorcières contre les prostituées séropositives » est fort significative à ce propos. Son ampleur et sa gravité méritent que l’on s’y attarde. Dans le contexte de la campagne électorale pour les élections législatives du 6 mai 2012, des « élections à haut risque » (Rori & Dinas, 2012) en pleine crise économique, le ministre de la Santé Andreas Loverdos et le ministre de l’Ordre public Michalis Chryssochoidis ont ordonné des rafles policières aléatoires dans le centre d’Athènes, avec comme cible principale des femmes toxicomanes et prostituées. Quelques semaines auparavant, Loverdos avait publié un décret (décret sanitaire 39A, 1/4/2012) permettant la criminalisation des porteurs du VIH et autorisant le ministère de la Santé à pratiquer, avec le concours du Centre pour la prévention et le contrôle des maladies (KEELPNO), des tests de dépistage des maladies sexuellement transmissibles11. À partir du 26 avril 2012 et pendant plusieurs jours, 96 femmes ont été arrêtées dans la rue – et, prétendument, dans des maisons closes – sous prétexte de vérification de leur identité. Elles ont été ensuite emmenées dans des commissariats où elles furent soumises à des dépistages rapides sans leur consentement. Ces dépistages ont été effectués par les médecins du KEELPNO et les résultats des tests immédiatement communiqués à la police. Les personnes séronégatives ont été libérées, tandis que 29 autres, séropositives, furent placées en détention provisoire. Cette détention a duré plusieurs mois, sous le chef d’inculpation de « tentatives de lésions corporelles graves avec préméditation » (ce qui constitue également une violation des articles 1, 2 et 3 de l’article 5, paragraphe 1 de la loi 2743/1999). Comme dans le cas des procès en Belgique rapportés par Charlotte Pezeril dans ce même dossier, il n’a pas paru forcément nécessaire d’apporter la preuve que les personnes incriminées aient contaminé quiconque. Entre temps, le procureur avait donné l’ordre de publier les noms, les données personnelles et les photographies de ces femmes afin que des hommes ayant eu des relations sexuelles avec elles puissent les reconnaître. Ces éléments personnels ont été largement diffusés dans les médias (Mavroudi, 2013 ; Mihelakis, 2014).

17Cette opération de « nettoyage », considérée à juste titre comme de « l’opportunisme électoral par des militants des droits de l’homme » (Rori & Dinas, 2012), s’inscrit en réalité dans un contexte politique plus large, en lien étroit avec l’agenda « anti-immigrés » du gouvernement de l’époque. Lors de la même période pré-électorale, le ministre de la Protection du Citoyen a en effet annoncé l’ouverture de centres de rétention d’immigrant-e-s sans papiers dans toutes les régions du pays et il en a ouvert un en Attique. Quelques mois plus tard, le même ministère lance Xenios Zeus, nom donné à la massive opération de police du premier week-end d’août 2012 à Athènes. À cette occasion, 6900 étranger-e-s sont interpellé-e-s, dont 1595 envoyé-e-s en centre de rétention en Thrace, près de la frontière turque. Par ailleurs, lors du sommet sur le VIH organisé par l’ONU à New York le 9 juin 2011, Andreas Loverdos avait fait état de « bombes hygiéniques » au sujet des prostituées migrantes, en attribuant l’explosion du VIH en Grèce aux femmes d’Afrique subsaharienne qui sont prostituées ou victimes de traite.

La « captivité juridique » des travailleuses du sexe

  • 12 C’est le terme que Dimitra Kanellopoulou, présidente de l’Association des personnes prostituées de (...)

18Afin de saisir la difficulté et les contradictions dans lesquelles se trouvent prises les travailleuses du sexe grecques face au droit, scrutons la loi « néo-réglementariste » de 1999 qui prétend avoir été conçue dans le but de reconnaître une « activité professionnelle ». Nous la comparerons ensuite avec une mesure juridique que l’on attribue à l’idéologie « néo-abolitionniste », la pénalisation des clients, pour montrer qu’en dépit de leurs différences et des appellations diverses qu’on s’évertue à leur donner, les législations en cours dans plusieurs pays d’Europe se rejoignent autour d’un même dispositif qui vise partout à combattre le travail sexuel. C’est en ce sens que nous parlons de la « captivité juridique »12 des travailleuses du sexe, c’est-à-dire de leur obstruction par le droit à exercer dans des conditions dignes une activité supposément légale en Grèce, non interdite dans d’autres pays.

  • 13 Effectuée le 23 décembre 2015 dans le cadre de la loi 4356 ouvrant l’union civile aux couples de pe (...)

19Il nous semble opportun de remonter à la genèse de la loi grecque de 1999 afin de mieux comprendre ses enjeux politiques et sociaux. Le projet de remplacer la loi de 1981 par une nouvelle loi est advenu en réponse à une suite d’objections provenant tant des député-e-s du gouvernement socialiste que des député-e-s de l’opposition, objections portant sur la détérioration de certains quartiers du centre d’Athènes sujets à un processus de ghettoïsation liée à l’exercice de la prostitution (Lazos, 2002a, 72-74). Le rapport annexé au projet de loi fait part de la nécessité et de la logique de cette nouvelle loi dans une argumentation chargée de représentations stéréotypées et normatives portant sur le genre et la sexualité. Sans être nommée ni définie dans le texte, la prostitution est désignée implicitement comme un « mal nécessaire » imputé à la sexualité débordante des hommes : « […] les autorités locales tiendront évidemment compte des conditions et besoins spécifiques à leur région (population, camps militaires, ports, chantiers etc.) » (paragraphe 11, nous soulignons). C’est une activité « répréhensible d’un point de vue moral » (paragraphe 1) considérée pourtant comme un « phénomène social inévitable » (paragraphe 3). S’il s’agit effectivement de la première loi grecque à faire état de « personnes prostituées », la justification de cette neutralisation de genre ne laisse aucune illusion sur sa conception genrée : « Nul ne peut contester les effets sociaux et autres du fonctionnement de ces maisons, tant positifs que négatifs, ainsi que de l’exercice de cette activité spécifique par des personnes prostituées, auxquelles avec le temps se sont rajoutés des mâles, lesquels avec le concours de méthodes médicales-scientifiques ont procédé au changement de leur sexe naturel » (paragraphe 1, nous soulignons). Nous remarquerons également que jusqu’à son abrogation toute récente13, l’article 347 du Code pénal pénalisait particulièrement les rapports sexuels entre hommes dans un contexte prostitutionnel, en contradiction directe avec la loi de 1999.

  • 14 Selon un article dans le journal Eleftherotypia (30/11/2003), cette clause a été ajoutée lors de la (...)
  • 15 Selon le rapport annuel (2009) de TAMPEP (Réseau européen pour la prévention des IST/VIH et la prom (...)
  • 16 La mairie ou municipalité où résident les intéressé-e.-s suite à l’accord d’un comité se composant (...)
  • 17 À quoi se sont ajoutés les hôtels de plus de trois étoiles, selon l’article 49 de la loi 4238/2014.
  • 18 L’article 34, paragraphe 7 de la loi 3904/2010 remplacera cette sanction par la somme de 3000 euros
  • 19 Loi 3919/2011.

20Dans le même temps, cette loi met en œuvre une situation juridique pour le moins paradoxale : alors qu’elle prône une reconnaissance de la prostitution en tant qu’activité professionnelle, elle complique sensiblement son exercice légal tout en enfreignant les droits civiques et constitutionnels des personnes prostituées. Le paragraphe 1b de l’article 1 stipule ainsi que l’une des conditions de demande du certificat de travail est d’être célibataire, veuf/ve ou divorcé-e14. À la suite des obligations de contrôle sanitaire – typiques de la politique réglementariste – stipulées dans l’article 2 (examen médical tous les quinze jours, enregistré dans un livret sanitaire)15, l’article 3 énumère les conditions spatiales que les travailleuses du sexe munies d’un certificat de travail doivent respecter. Il s’agit en réalité d’un permis supplémentaire, appelé permis d’installation, nécessaire pour l’exercice du travail sexuel et fourni par les autorités locales16. L’obtention de ce permis est soumis aux conditions suivantes : a) le travail sexuel s’exerce dans un espace clos, avec l’autorisation du/de la propriétaire et celle des propriétaires et locataires s’il s’agit d’un appartement dans un immeuble, b) cet espace ne doit pas être utilisé simultanément comme espace d’habitation et c) cet espace ne se situe pas dans un bâtiment classé ou à une distance inférieure de 200 mètres des institutions suivantes : églises, écoles, crèches, hôpitaux, centres d’éducation privée, centres de jeunesse, centres sportifs, bibliothèques, hospices, squares publics et aires de jeu17. L’article 4 interdit la prostitution à plusieurs avec un même client, mais permet l’utilisation à des fins d’exercice de la prostitution du même bâtiment à maximum deux autres personnes, avec l’accord du/de la propriétaire et à condition que ces différentes personnes ne travaillent pas simultanément. Les articles 5 et 6 énumèrent les différentes sanctions pénales. En l’occurrence, les personnes dépourvues d’un permis de travail ou dérogeant aux contrôles médicaux sont passibles d’une peine de prison allant jusqu’à deux ans18 tandis qu’une peine de trois mois est prévue pour le racolage actif. D’autres relations de tension viendront s’ajouter à ce paysage juridique déjà chaotique avec l’adoption de la loi de 2011 sur la « suppression de limitations injustifiables à l’accès et à l’exercice des métiers »19 dont plusieurs articles s’opposent à ceux de la loi de 1999 concernant les limitations quant au nombre de permis accordés par les autorités locales et le nombre de personnes pouvant exercer au sein du même espace (Sotiropoulos, 2014). Enfin et surtout, la loi ne prévoit absolument aucune couverture sociale pour les personnes prostituées, décision cautionnée par un consensus parlementaire sur la définition de la prostitution comme une « activité alimentaire » et non pas un « travail » (Comptes-rendus des débats parlementaires, séance du 14 juillet 1999, p. 295).

  • 20 Loi 4249/2014.

21Dans ces conditions, l’exercice de la prostitution légale en Grèce paraît quasiment impossible. Il est caractéristique à ce propos qu’à Athènes, seuls trois établissements aient bénéficié d’un permis depuis dix ans, tandis que le nombre d’établissements susceptibles d’être scellés pour cause de fonctionnement illégal s’élève à environ trois-cents. En outre, au moyen de l’article 56 d’une loi votée en 201420, le législateur a introduit une peine de trois mois de prison ferme au minimum pour toute personne contribuant, d’une manière ou d’une autre, au fonctionnement d’un établissement illégal. Par conséquent, la grande majorité des travailleuses du sexe se voient obligées de travailler illégalement, soit dans des espaces dont la sécurité est fluctuante, soit dans la rue où elles sont sujettes à la violence, y compris, comme nous l’avons vu, policière et, de l’avis des personnes avec qui nous nous sommes entretenus, vulnérables face à des réseaux de traite (Emke-Poulopoulos, 2001 ; Panagiotopoulos, 2001). À cause des politiques d’immigration de plus en plus répressives, la situation est encore plus difficile pour les migrantes, qui sont censées représenter autour de 80 % des travailleuses, dont le pouvoir de négociation avec les clients – aussi bien sur le prix que sur les rapports protégés – se voit diminué (TAMPEP, 2010).

22Ainsi, on se trouve face à un régime d’encadrement de la prostitution qui se veut de jure néo-réglementariste mais qui en réalité n’en garde que les aspects carcéraux et coercitifs sans la protection sociale fournie dans des pays comme les Pays-Bas, la Suisse et l’Allemagne. En ce sens, cette juridiction « néo-réglementariste » semble plutôt se rapprocher, tant de jure que de facto, d’un système prohibitionniste (Alipranti & Rethimiotaki, à paraître), à la différence que seuls certaines prostituées et les proxénètes sont sujets à pénalisation et non pas les clients. Pour le moins, ce modèle, qui navigue entre volonté d’invisibilisation de la prostitution justifiée par une privatisation de l’activité en intérieur, et empêchement de l’activité y compris dans les lieux privés, évoque des paradoxes, si ce n’est des contradictions, également présents dans les atermoiements législatifs qui prévalent en France.

  • 21 Pour un parcours détaillé de l’abolitionnisme français et le discours de ses tenant-e-s cf. Mathieu (...)
  • 22 Pour une analyse chronologique des politiques de la prostitution en France cf. Maugère 2009 ; Maffe (...)

23Officiellement abolitionniste depuis 1960, cette dernière, après avoir ratifié la convention de l’ONU « pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui » (1949), glisse progressivement vers une approche juridique que d’aucuns traitent de « néo-abolitionniste », dans un déplacement d’une volonté d’abolir toute réglementation de la prostitution vers une volonté d’abolir la prostitution elle-même21 (Mayer, 2011, 16 ; Mossuz-Lavau, 2015, 76). Ce glissement s’accélère à partir des années 2000 et s’opère sur trois tableaux à la fois22.

24Le premier, préexistant, est celui de la juridiction qui concerne le proxénétisme, prévoyant des peines très lourdes non seulement contre le proxénétisme de contrainte mais également contre le proxénétisme de soutien. Il « laisse entendre sans ambiguïtés que, selon le législateur, il ne saurait y avoir de racolage sans proxénétisme » (Deschamps & Souyris, 2009, 56). Le deuxième tableau est celui de la sécurité intérieure, souci principal de l’UMP dès son retour au pouvoir en 2002. Il sera mis en place au moyen de la loi pour la sécurité intérieure (loi Sarkozy II) votée en mars 2003. Cette loi réinstaure le délit de racolage passif, supprimé du Code pénal en 1994. Dès lors « la prostitution, toujours légale en théorie, est empêchée partout en France : dans la rue ou en extérieur – en général en s’en prenant aux prostitué-e-s –, en hôtel, en studio ou en appartement, dans les bars, via l’Internet ou par petites annonces » (Deschamps & Souyris, 2009, 57). La loi de 2003 comporte également un volet qui prévoit la suppression des cartes de séjour des prostituées étrangères accusées du délit de racolage, sauf en cas de dénonciation d’un proxénète.

  • 23 Pour une présentation détaillée de ces rapports cf. Mossuz-Lavau, 2015.
  • 24 Outre l’étude détaillée du féminisme abolitionniste mentionnée plus haut (Mathieu 2014), sur les dé (...)

25En revanche, excepté dans leur considération qu’il ne saurait y avoir de prostitution sans proxénétisme, les acteurs et actrices du troisième tableau de la politique « néo-abolitionniste » s’investissent dans une approche opposée, qui préconise la dépénalisation des prostituées et la pénalisation de leurs clients. Inspirée d’une loi suédoise en vigueur depuis 1999, cette perspective, adoptée plus tard par la Norvège et l’Islande, devient le cheval de bataille du féminisme « anti-prostitution » et connaît une « internationalisation accrue » (Mossuz-Lavau, 2015, 66). En France, elle revêt, sur le plan juridico-politique, la forme d’une suite de rapports rédigés par des député-e-s ou sénatrices23 (Derycke 2001 ; Bousquet-Geoffroy 2011 ; Olivier 2013). Ces rapports ont abouti à la promulgation de la loi n° 2016-444 du 13 avril 2016 « visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et à accompagner les personnes prostituées » qui cristallise le raisonnement « néo-abolitionniste » selon lequel les prostituées représentent des victimes ou des « vulnérables » (Roman, 2007 ; Maffesoli, 2011) qu’il faut protéger, y compris contre elles-mêmes. Leurs clients y sont décrits comme les acteurs principaux du « système prostitutionnel », qu’il faut responsabiliser en pénalisant l’achat de services sexuels. Cette juridiction représentative du « féminisme abolitionniste » (Toupin 2002) est le résultat de réflexions et d’actions s’étalant sur plusieurs décennies, auxquelles ont participé divers-e-s acteurs et actrices plus ou moins institutionnel-le-s, que ce soit dans le milieu de la recherche, de la politique, de l’intervention non gouvernementale ou du militantisme24.

26Des réserves émises par des associations de travailleur-se-s du sexe et de santé communautaire, des féministes et des chercheur-e-s ayant effectué des travaux empiriques sont restées aujourd’hui sans suite. Elles attirent l’attention sur la fragilisation économique des travailleur-se-s du sexe entraînée par la baisse de leur clientèle, doublée de leur exposition à davantage de risques sanitaires. Cette exposition est le corollaire de leur obligation à travailler de manière encore plus clandestine qu’avant, ce qui entrave leur accès à des associations de soutien et augmente leur vulnérabilité face à des réseaux de traite ou des clients potentiellement dangereux (comportements violents, moins de marge de négociation concernant les rapports non-protégés). Il est intéressant à ce propos de remarquer que c’est précisément la protection contre cette vulnérabilité-là qui est brandie par les adeptes de la pénalisation des clients en tant qu’objectif principal de cette mesure. Est souligné par ailleurs le manque de pragmatisme dans les moyens de réhabilitation et de réorientation professionnelle avancés par la loi n° 2016-444 ainsi que sa réticence à régulariser la situation des prostituées étrangères considérées comme victimes de traite sexuelle. Ainsi, les adversaires de cette proposition de loi semblent en droit de faire l’hypothèse que « la pénalisation des clients apparaît comme le double inversé de celle du racolage » (Mathieu, 2013, 296) et que ses véritables enjeux se trouvent ailleurs, notamment dans l’invisibilisation de la prostitution et l’éloignement des femmes migrantes :

Mais que la loi prévoit-elle pour les victimes d’exploitation sexuelle ? Elle prévoit un titre de séjour de six mois maximum et l’allocation temporaire d’attente, soit 11,50 € par jour. Voilà les moyens sociaux donc il n’y a pas de moyens sociaux. Les personnes, avec un titre de séjour de six mois, ne pourront pas trouver d’emploi – d’autant plus que tout cela est soumis à la condition d’arrêter la prostitution. Or avec 11,50 € par jour vous n’arrêtez pas de vous prostituer du jour au lendemain, donc que vont faire ces personnes ? Elles vont continuer à se prostituer, elles vont se faire choper, et du coup elles vont perdre leur titre de séjour et se faire expulser. (Merteuil, extrait d’entretien publié dans le journal Opinion internationale, le 3 novembre 2013)

27Vues sous cet angle, la loi de 1999 sur les personnes prostituées grecques et la loi n° 2016-444 en France, bien que mues par des sensibilités idéologiques et politiques d’apparence antinomique, semblent partager un certain nombre d’objectifs ainsi que la même condition pour que ces objectifs puissent être atteints, à savoir ce que nous avons déjà appelé plus haut la « captivité juridique » des travailleuses du sexe, soit leur empêchement organisé par le droit à exercer une activité supposément possible dans des conditions acceptables. Appréhendées d’un côté par une loi archaïque, hygiéniste et masculiniste comme des « femmes impudiques » ou des « monstres du genre » censés remédier à un « mal nécessaire » ou, de l’autre, victimisées indistinctement par une législation qui incarne, sinon le « féminisme carcéral » (Bernstein, 2010), du moins un féminisme punitif risquant de nuire aux individus qu’il est censé soutenir, les travailleuses du sexe, grecques comme françaises, semblent n’avoir d’alternative qu’entre deux choix : suivre les consignes que Christine de Pisan leur administrait il y a plus de six siècles – « si lui feroit plus de bien un denier que cent receus en pechié » (Pisan, 1989, 215) – et se reconvertir dans un travail « honorable » ou, à défaut, poursuivre leur activité de manière souterraine et ce à leurs risques et périls. Quoiqu’il en soit, l’exercice de la prostitution est sérieusement entravé en Grèce comme en France : dans le premier cas, la législation est informée par une conception binaire entre « prostituées » et « femmes ordinaires » qu’à son tour elle contribue à maintenir ; quant au législateur français, il refuse nettement de concevoir les travailleuses du sexe comme sujets de leur propre destin.

28Sans vouloir démontrer la caducité totale de la distinction entre régimes « néo-réglementariste » grec et « néo-abolitionniste » français, nous sommes tentés d’y déceler deux formes de prohibitionnisme partiel en miroir inversé : masculiniste pour la Grèce, qui entend pénaliser les prostituées et épargner leurs clients ; féministe pour la France qui préconise le contraire. En tous les cas, si les modalités juridiques diffèrent entre ces pays, ce qui les réunit c’est la visée commune de leurs politiques à l’égard la prostitution : « vider l’espace public de la présence visible des prostituées et parer à l’entrée de prostituées étrangères, assimilées à des victimes de la traite des êtres humains » (Mathieu, 2013, 295). C’est justement ce dernier point – la compatibilité de la législation grecque avec le droit et la politique européens et internationaux concernant la traite sexuelle et sous-tendus par le « néo-abolitionnisme » – que nous allons aborder maintenant.

L’importation des politiques « néo-abolitionnistes » et « anti-traite » en Grèce

  • 25 Pour une histoire du féminisme en Grèce moderne cf. Avdela & Psarra 1985 et Varikas 1988 ; pour une (...)
  • 26 Loi 3536/2007.

29Favorable à la pénalisation des clients, le sociologue et criminologue Grigoris Lazos est l’un des principaux tenants du discours « néo-abolitionniste » en Grèce. Selon lui, la loi promulguée en 1999, bien qu’elle arrive à un moment où la prostitution forcée aurait atteint son apogée, fait l’impasse sur le sujet (Lazos, 2002a, 77-79). Il impute en partie cet échec à « l’absence de discours féminin (sic) » du parlement. En effet, en comparaison avec d’autres pays de l’UE, la Grèce reste déficitaire en ce qui concerne la défense des droits des femmes et des minorités de genre (Halkias, 2004)25. En outre, l’institutionnalisation de l’idéologie féministe « néo-abolitionniste » semble faire défaut en Grèce, comparées à d’autres pays d’Europe. Néanmoins, à partir des années 2000, le législateur grec sera incité par ses voisins occidentaux à combattre plus explicitement la traite sexuelle et la prostitution forcée. Ce d’autant que la Grèce est considérée depuis les années 1990 comme un pays de forte concentration d’immigration illégale (Pavlou, 2004 ; Karydis 2004) voire le « centre du trafic des êtres humains en Europe » (Hötzeldt, 2003). Ainsi, à partir de 2002, un ensemble de lois sont promulguées qui à la fois portent sur la prostitution forcée et organisent la protection des victimes, jusqu’à interdire leur expulsion en 200726.

30Mais plusieurs juristes ont considéré que le législateur grec, dans sa docilité à harmoniser sa législation, a introduit de manière quasi-mécanique le discours international de la lutte contre la traite plutôt qu’il n’a pensé réellement ce phénomène dans son contexte local et national (Symeonidou-Kastanidou, 2003 ; Dimitrainas, 2003 ; Papanicolaou, 2008). Des chercheur-e-s de terrain ont également émis un certain nombre de critiques au sujet de la mise en place de ce nouveau régime « anti-traite ». Liopi Abatzi estime ainsi que l’accroissement des discours sur la traite sexuelle relevant de l’État et reposant sur le droit international est proportionnel à la doxa qui veut que les prostituées ont vocation à perdre « la maîtrise de soi (c’est-à-dire une sexualité normale) requise pour qu’elles soient des vraies Européennes » (Abatzi, 2008, 49). Georgios Papanicolaou insiste quant à lui sur le fait que, contrairement aux perspectives provenant d’associations féministes nationales faisant la distinction entre prostitution volontaire et forcée (Lazaridis, 2001), les campagnes « anti-traite » transnationales ont abouti à la « formulation d’un discours communiquant une équation univoque entre d’un côté l’industrie du sexe et de l’autre la traite et le crime organisé » (Papanicolaou, 2008, 385). Il soutient par ailleurs (2011) que les structures « anti-traite » en Grèce, constituées sous l’influence « néo-abolitionniste » des rapports annuels TIP (« Trafficking in Persons Report ») du Département d’État des Etats-Unis (dont elles dépendaient en grande partie financièrement), s’alignent plus ou moins sur les positions de régimes globaux de prohibition (Nadelmann, 1992) dont un cadre international anti-trafficking qui « fait peu de bien aux victimes de la traite et beaucoup de mal aux migrant-e-s et aux femmes dans l’industrie du sexe » (Dottridge, 2007, 17). En effet, ce qui est dénoncé tant par des chercheur-e-s que par des ONG est l’insuffisance de l’identification et de la protection des victimes, voire leur maltraitance par les pouvoirs législatif, judiciaire et exécutif à travers des dispositifs carcéraux et punitifs, sous-tendus par un processus de construction de la « victime – coupable » (Jakšić, 2013). Nelli Kambouri souligne à ce propos le fait que « la plupart des personnes identifiables en tant que victimes de traite restent inconnues en Grèce et souvent se font expulser ne constitue pas simplement une déficience de l’application du droit existant mais surtout une contradiction inhérente à la logique même du cadre discursif en place » (Kambouri, 2013, 122). Il convient d’ajouter que le 21 janvier 2016 la Cour européenne des droits de l’homme a pour la première fois condamné la Grèce pour la protection insuffisante d’une Nigériane exploitée par un réseau de traite pendant deux ans.

Quid des actions en visibilité des premières concernées ?

  • 27 Il convient de noter également une sensibilisation accrue de la part d’acteurs et actrices politiqu (...)

31Les travailleuses du sexe, en fonction du degré de leur agentivité, sont plus ou moins prises dans une souricière législative qui est réalimentée tour à tour par des ordonnances de type « néo-réglementariste » et « néo-abolitionniste »27. Se pose alors la question, qui viendra conclure cet article, de leurs réactions en tant que premières concernées par cet arsenal législatif et de leur recours ou non au droit. Car si une des justifications implicites des législations « néo-réglementaristes » grecques et « néo-abolitionnistes » françaises tient en l’organisation de l’invisibilisation de la prostitution dans les espaces publics et si les lois elles-mêmes, sans interdire la prostitution, empêchent par tout un arsenal de mesures que l’activité ait lieu dans des conditions dignes, ne pas réserver une place à la parole des prostituées elles-mêmes participe également à des formes d’invisibilisation ayant pour conséquence potentielle d’accroitre un exercice périlleux de l’activité.

  • 28 Sur le concept de « panique morale » cf. Cohen 2002 ; Goode & Nachman, 2009 ; Ogien, 2004 et concer (...)
  • 29 Voir le supplément IOS tis Kyriakis du journal Eleutherotypia, « Prostitution olympique à Athènes p (...)
  • 30 Sur ces liens cf. Lepp 2013 et Fleurot 2014.
  • 31 Pour une situation similaire qui a lieu en Bolivie, cf. Absi 2013.

32L’Association des personnes prostituées de Grèce compte, selon sa présidente Dimitra Kanellopoulou, environ 3.000 membres dont 1.200 sont des prostituées (les deux tiers migrantes) et 1.800 du personnel auxiliaire des maisons closes. Elle se présente comme un collectif de personnes « professionnelles et légales », c’est-à-dire qu’elles travaillent toutes munies d’un permis à jour. Cette revendication de professionnalisme et de légalité sous-tend les actions menées à l’encontre d’une législation qu’elles tiennent toutefois à respecter. Cette tension a transparu lors de deux événements, caractéristiques de l’entrechoquement entre « néo-réglementarisme » et « néo-abolitionnisme », qui sont autant d’« événements discursifs moraux » (Paveau, 2013) survenus dans un contexte que l’on pourrait qualifier de « panique morale »28. Le premier a lieu en 2003 en vue du déroulement imminent des Jeux Olympiques à Athènes en août 2004 : une tentative, portée par le gouvernement et la mairie d’Athènes, de mettre en œuvre des mesures de réglementation de la prostitution plus indulgentes par rapport à celles prévues par la loi de 1999, a provoqué une réaction virulente chez plusieurs féministes abolitionnistes dont certaines députées. Ces dernières ont par la suite procédé à un lobbying soutenu sur un plan international contre ce qu’elles ont appelé « prostitution olympique »29 et « Pornolympiade », en attirant l’attention sur les liens entre traite sexuelle et grands événements sportifs30. Cette campagne s’est avérée fort efficace : des ministres des Droits des femmes de sept pays différents (Suède, Norvège, Finlande, Islande, Lettonie, Estonie et Lituanie) ont condamné publiquement cette initiative de modification juridique. S’est ensuivie, afin de calmer les esprits et sauver son honneur politique, la décision de la mairie d’Athènes d’appliquer pour la première fois la loi de 1999 en ordonnant, de manière massive, la fermeture des maisons et l’arrestation des prostituées. Mais cela a toutefois enclenché en retour une mobilisation intense portée par l’Association des personnes prostituées de Grèce. Menaçant, entre autres, de déroger à leur suivi médical31, elles ont réussi à faire reculer ces mesures répressives.

  • 32 Pour des enjeux similaires de division dans l’entre-soi de la prostitution française cf. Deschamps (...)

33Le second moment discursif fut celui de la « chasse aux séropositives » décrit plus haut et lors duquel un nombre invraisemblable de personnes, toutes idéologies et toutes spécialisations confondues, en est venu à donner son avis sur la prostitution et son encadrement. Très sollicitée par les médias, Dimitra Kanellopoulou a tenu des discours à la fois de solidarité et de démarcation avec ses collègues clandestines, en précisant à plusieurs reprises que « ces femmes ne viennent pas de chez nous »32, les renvoyant implicitement à leur non-acceptation au sein des associations et à la non-reconnaissance professionnelle. Ce point de vue est corroboré par Grigoris Vallianatos, qui ajoute des éléments sur ce que fait leur visibilité spatiale, lorsque les professionnel-le-s n’y ont pas droit. Journaliste, conseiller de communication, homme politique, ancien travailleur du sexe et ancien porte-parole (de 2003 à 2013) de l’Association, il argumente comme suit :

Ceci est un point très délicat : l’Association s’inquiète, s’énerve et s’indigne, mais ce qui nous intéresse…, notre affaire, c’est les professionnel-le-s, c’est-à-dire les personnes qui ont trouvé le courage d’aller demander un permis… les gens qui travaillent dans la rue perdent quelques avantages, n’est-ce pas ? Cela n’a rien à voir avec un jugement axiologique ou moral. Il est inacceptable qu’on fasse des dépistages à des femmes menottées. Évidemment nous sommes extrêmement solidaires avec elles. Mais elles n’appartiennent pas à la profession. Elles ne peuvent pas dire qu’elles font partie du milieu, d’un point de vue professionnel. Ce ne sont pas des personnes qui ont essayé d’avoir un permis pour travailler. Elles travaillent dans la rue, et en Grèce cela n’est pas permis. Après ce qui s’y passe c’est autre chose. Notre association essaie donc, pour avoir la possibilité de faire certaines demandes auprès des autorités, d’au moins « sauver les apparences » de la loi. (Extrait d’entretien réalisé le 21 septembre 2015)

  • 33 Toutefois, en Grèce l’Association de soutien aux personnes trans (ΣΥΔ) tient également un discours (...)

34Cette approche de « professionnalisation cloisonnée », où « leur résistance s’inscrit […] dans un cadre corporatiste plutôt qu’idéologique » (Deschamps, 2006, 35-36), adoptée par l’Association des personnes prostituées de Grèce semble à l’opposé de la position de certains collectifs de travailleuses du sexe dans d’autres pays. Ainsi en France, les membres du Syndicat du Travail Sexuel (STRASS), tout en revendiquant leur reconnaissance et leurs droits en tant que travailleuses du sexe, tiennent un discours fédérateur entre toutes, quelles que soient la manière et les conditions dans lesquelles elles exercent33. Toujours est-il que les membres de l’Association des personnes prostituées de Grèce, tout en désapprouvant la législation actuelle – une « loi factice qui a ouvert les portes aux souteneurs de tout domaine et de tout calibre et qu’il faudrait revoir de fond en comble » selon Kanellopoulou (extrait d’entretien réalisé le 15 juillet 2015), « une loi à la logique d’un bazar oriental qui met en place un réseau d’avocats, de policiers et de souteneurs qui exploitent les travailleuses en se présentant comme leurs sauveurs et en leur soustrayant des sommes fixes tous les mois » d’après Vallianatos (extrait d’entretien réalisé le 21 septembre 2015) – tiennent tout de même à s’y conformer. Ceci de sorte qu’ils puissent jouir d’une certaine légitimité à même de leur conférer un pouvoir de négociation avec les représentant-e-s de l’État. C’est notamment cette stratégie d’allégeance au droit qu’ils ont adopté pour mettre en place une alliance avec des juristes occupant des postes stratégiques et auprès desquels les membres de l’Association ont exposé leurs revendications.

35Des travailleuses du sexe grecques, comme certaines de leurs collègues françaises, essaient ainsi de composer non seulement avec un encadrement juridique et législatif qui est hostile à leur profession mais également avec un encadrement discursif qui a priori ignore ou disqualifie leur parole. En conclusion à l’enquête collective qu’elles ont dirigée entre 2002 et 2004 à Paris, Marie-Élisabeth Handman et Janine Mossuz-Lavau écrivent : « Comment reconnaître une profession quand on tente en même temps d’empêcher celles et ceux qui l’exercent de faire leur travail ? Le système actuel évoque la quadrature du cercle. Pour en sortir c’est toute la question du genre et de la peur de l’autre qu’il faudrait faire évoluer » (Handman & Mossuz-Lavau, 2005, 404). Ces phrases demeurent sans doute d’actualité, aussi bien en France qu’en Grèce.

Haut de page

Bibliographie

ABATZI Liopi, Aborder le phénomène de trafficking, Athènes, Centre national de recherche sociale, 2008. [ΑΜΠΑΤΖΗ Λιόπη, Προσεγγίζοντας το φαινόμενο του trafficking, Αθήνα, ΕΚΚΕ, 2008].

ABATZI Liopi, Des verres pour la compagnie : distraction sexuelle en Grèce contemporaine, Athènes, Kedros, 2009. [ΑΜΠΑΤΖΗ Λιόπη, Ποτό για παρέα, Αθήνα, Κέδρος, 2009].

ABSI Pascale, « Femmes de maison. Les avatars boliviens du réglementarisme », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 198, 2013, pp. 78-93.

AVDELA Efi, Le genre entre classe et nation : essai d’historiographie grecque, Paris, Syllepse, 2006.

BECKER Howard Saul, Outsiders : études en sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985 (1963).

BERNSTEIN Elizabeth, « Militarized humanitarianism meets carceral feminism. The politics of sex, rights, and freedom in contemporary antitrafficking campaigns », Signs, 1, 36, 2010, pp. 45-71.

CHAUMONT Jean-Michel, Le mythe de la traite des blanches : enquête sur la fabrication d’un fléau, Paris, La Découverte, 2009.

CORBIN Alain, Les filles de noce : misère sexuelle et prostitution aux XIXe-XXe siècles, Paris, Aubier, 1978.

DESCHAMPS Catherine, « Les mobilisations des prostitué-e-s à Paris », in HANDMAN Marie-Elisabeth, MOSSUZ-LAVAU Janine, (dir.), La prostitution à Paris, Paris, La Martinière, 2005, pp. 91-119.

DESCHAMPS Catherine, Le sexe et l’argent des trottoirs, Paris, Hachette Littératures, 2006.

DESCHAMPS Catherine, SOUYRIS Anne, Femmes Publiques. Le féminisme à l’épreuve de la prostitution, Paris, Amsterdam, 2009.

DOTTRIDGE Mike, « Introduction » in Collateral damage. The impact of anti-trafficking measures on human rights around the world, Global Alliance Against Traffic in Women, Bangkok, pp. 1–27.

DOUGLAS Mary, De la souillure : essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, Maspero, 1971.

DRAKOULIDIS Nikolaos, Synthèse historique et sociale de la prostitution, Athènes, G. Kallergis, 1929. [ΔΡΑΚΟΥΛΙΔΗΣ Νικολαος, Ιστορική και κοινωνική επισκόπηση της πορνείας από διεθνούς και ελληνικής απόψεως, Αθήνα, Γ. Καλλέργης, 1929].

EMKE-POULOPOULOS Ira, Trafficking in Women and Children : Greece, A Country of Destination and Transit, Athènes, IMEO, 2001.

FLEUROT Grégoire, « Non, les Coupes du Monde n’augmentent pas la prostitution et le trafic d’êtres humains », Revue Slate, 2014, http://www.slate.fr/sports/87381/coupe-monde-prostitution-bresil, consulté le 08/10/2015.

FYTRAKIS Eutychis, PARASKEVOPOULOS Nikos, Actes sexuels punissables, Athènes, Sakkoulas, 2011. [ΦΥΤΡΑΚΗΣ Ευτύχης, ΠΑΡΑΣΚΕΥΟΠΟΥΛΟΣ Νίκος, Αξιόποινες σεξουαλικές πράξεις, Αθήνα, Σάκκουλας, 2011].

HALKIAS Alexandra, The Empty Cradle of Democracy: Sex, Abortion and Nationalism in Modern Greece, Londres, Duke University Press, 2004.

HANDMAN Marie-Élisabeth, MOSSUZ-LAVAU Janine (dir.), La prostitution à Paris, Paris, La Martinière, 2005.

HATZI Tasia, Putain : treize ans après, Athènes, Odysseas, 1993. [ΧΑΤΖΗ Τασία, Πουτάνα : δεκατρία χρόνια μετά, Αθήνα, Οδυσσέας, 1993].

GALANOU Marina, Identité et expression de genre : terminologie, discriminations, stéréotypes et mythes, Athènes, Association de soutien aux personnes trans, 2014. [ΓΑΛΑΝΟΥ Μαρίνα, Ταυτότητα και έκφραση φύλου : ορολογία, διακρίσεις, στερεότυπα και μύθοι, Αθήνα, Σωματείο Υποστήριξης Διεμφυλικών, 2014].

GIL Françoise, « La prostituée, une invention sociale », Sociétés, 1, 99, 2008, pp. 21-32.

GOFFMAN Erving, Asiles : études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Minuit, 1968.

GONZALEZ-QUIJANO Lola, Capitale de l’amour : filles et lieux de plaisir à Paris au XIXe siècle, Paris, Vendémiaire, 2015.

JAKSIĆ Milena, « État de littérature. Déconstruire pour dénoncer : la traite des êtres humains en débat », Critique internationale, 4, 53, 2011, pp. 169-182.


JAKSIĆ Milena, « Devenir victime de la traite. L’épreuve des regards institutionnels », Actes de la recherche en sciences sociales, 3, 198, 2013, pp. 37-48.

KAMBOURI Nelli, « Genre, migration et violence », in ZAVVOU Alexandra, KAMBOURI Nelli, STRATIGAKI Maria (dir.), Genre, migration, transculturalisme, Athènes, Nissos, 2013, pp. 103-126. [KΑΜΠΟΥΡΗ Νέλλη, « Φύλο, μετανάστευση και βία » στο ΖΑΒΒΟΥ Αλεξάνδρα, ΚΑΜΠΟΥΡΗ Νέλλη, ΣΤΡΑΤΗΓΑΚΗ Μαρία (επιμ.), Φύλο, μετανάστευση, διαπολιτισμικότητα, Αθήνα, Νήσος, 2013, σ. 103-126].

KAMINIS Georgios, « Déportations de migrantes travaillant dans des boîtes de nuit », Constitution, 5, 1999, pp. 960-963. [ΚΑΜΙΝΗΣ Γεώργιος, « Απελάσεις αλλοδαπών γυναικών εργαζομένων σε νυκτερινά κέντρα διασκεδάσεως. Υπόθεση της 14.6.1999), Το Σύνταγμα, έτος ΚΕ, τχ. 5ο, Σεπ.-Οκτ. 1999, σσ. 960-963].

KERGOAT Danièle, “Dynamique et consubstantialité des rapports sociaux”, in Dorlin E. (dir.), Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination, Paris, PUF, 2009, pp. 111-126.

KOURAKIS Nestor (dir.), Criminalité genrée : une approche pénale et criminologique du genre, Athènes, Sakkoulas, 2009. [ΚΟΥΡΑΚΗΣ Νέστωρ (επιμ.), Έμφυλη εγκληματικότητα, Αθήνα, Σάκκουλας, 2009].

KOUTSOUMARIS Aristotelis, La femme, victime de la traite : les responsabilités de l’État et de la société, Athènes, Astir, 1963. [ΚΟΥΤΣΟΥΜΑΡΗΣ Αριστοτέλης, Η γυναίκα, θύμα σωματεμπορίας : Οι ευθύνες του κράτους και της κοινωνίας, Αθήνα, Αστήρ, 1963].

LAHURE Matthieu, « La pornographie, outil d’oppression ? », Esprit, 10, 2013, pp. 29-40.

LAZARIDIS Gabriella, « Trafficking and Prostitution: The Growing Exploitation of Migrant Women in Greece », European Journal of Women’s Studies, 8, 1, 2001, pp. 67-102.

LAZOS Grigoris, Prostitution et commerce international des corps en Grèce moderne. 1 : La prostituée, Athènes, Kastaniotis, 2002. [ΛΑΖΟΣ Γρηγόρης, Πορνεία και διεθνική σωματεμπορία στη σύγχρονη Ελλάδα. 1. Η εκδιδόμενη, Αθήνα, Καστανιώτης, 2002].

LEPP Annalee, « Repeat Performance? Human Trafficking and the 2010 Vancouver Winter Olympic Games » in VAN DER MEULEN Émilie, DURISIN Elya M., LOVE Victoria (dir.), Selling Sex: Experience, Advocacy and Research on Sex Work in Canada, Vancouver, UBC Press, 2013.

LIEBER Marylène, HERTZ Ellen, DAHINDEN Janine (dir.), Cachez ce travail que je ne saurais voir : ethnographies du travail du sexe, Lausanne, Antipodes, 2010.

LIPSKY Michael, Street-Level Bureaucracy. Dilemmas of the Individual in Public Services, New York, Russell Sage Foundation, 1980.

MAFFESOLI Sarah-Marie, « Le travail sexuel, entre non-lieu et non-droit », Le sujet dans la cité, 1, 2, 2011, pp. 172-188.

MAINSANT Gwénaëlle, « Contrôle policier et définitions de la prostitution », Ethnologie française, 3, 43, 2013, pp. 485-493.


MATHIEU Lilian, Mobilisations de prostituées, Paris, Belin, 2001.

MATHIEU Lilian, « Genèse et logiques des politiques de prostitution en France », Actes de la recherche en sciences sociales, 2013/3 (N° 198), pp. 5-20.


MATHIEU Lilian, « Invisibiliser et éloigner : quelques tendances des politiques de la prostitution », 
Regards croisés sur l’économie, 2,15, 2014, pp. 290-301.

MATHIEU Lilian, La fin du tapin. Sociologie de la croisade pour l’abolition de la prostitution, Paris, François Bourin, 2014.

MATHIEU Lilian, Sociologie de la prostitution, Paris, La Découverte, 2015.

MAVROUDI Zoé, « Ruines : chronique d’une chasse aux sorcières séropositives », documentaire, 2013, https://www.youtube.com/watch ?v =LlbL4sQ3_Fo, consulté le 08/10/2015.

MAUGÈRE Amélie, Les politiques de la prostitution : du Moyen-Âge au XXIe siècle, Paris, Dalloz, 2009.

MAYER Sibylla, « Enquêter sur la prostitution de rue... De quelques enjeux qui engagent une prise de position du chercheur », Pensée plurielle, 2, 27, 2011, pp. 11-27.


MELITO Laurent, « La panique morale au cœur des politiques publiques de la prostitution », Sens- Dessous, 1,15, 2015, pp. 15-22.

MIHELAKIS Eftihia, « La criminalisation des femmes séropositives et la phobie de l’étranger », Spirale, 248, 2014, pp. 38-39.

MOIRAND Sophie, Les discours de la presse quotidienne : observer, analyser, comprendre, Paris, Presses Universitaires de France, 2007.

MOSSUZ-LAVAU Janine, La prostitution, Paris, Dalloz, 2015.

NADELMANN Ethan A., « Régimes globaux de prohibition et trafic international de drogue », Tiers-Monde, 33,131, 1992, pp. 537-552.

OGIEN Ruwen, La panique morale, Paris, Grasset, 2004.

OSO CASAS Laura, « Prostitution et immigration des femmes latino-américaines en Espagne », Cahiers du Genre, 1, 40, 2006, pp. 91-113.

PAPANICOLAOU Georgios, « The sex industry, human trafficking and the global prohibition regime: a cautionary tale from Greece », Trends Organ Crim, 11, 2008, pp. 379-409.

PARENT Colette, BRUCKERT Chris, CORRIVEAU Patrice, MENSAH Maria Nengeh, TOUPIN Louise, Mais oui c’est un travail ! : penser le travail du sexe au-delà de la victimisation, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2010.

PARENT Colette, BRUCKERT Chris, « Les travailleuses du sexe et la vie économique : marginalisation et résistance », Criminologie, 43, 2, 2010, pp. 199-217.

PAVEAU Marie-Anne, Langage et morale : une éthique des vertus discursives, Limoges, Lambert-Lucas, 2013.

PETROPOULOS Elias, Le bordel, Athènes, Grammata, 1980. [ΠΕΤΡΟΠΟΥΛΟΣ Ηλίας, Το μπουρδέλο, Αθήνα, Γράμματα, 1980].

PHETERSON Gail, Le prisme de la prostitution, Paris, L’Harmattan, 2001.

PISAN, Christine de, Le livre des trois vertus, Paris, Honoré Champion, 1989.

PLUMAUZILLE Clyde, La prostitution en Révolution. Les filles publiques dans la cité républicaine, Seyssel, Champ Vallon, à paraître en novembre 2016.

PSARRA Angelica, FLORENTIN Ida, « Prostitution : Systèmes de régulation et de répression », Skoupa, 4, 1980, pp. 17-27. [ΨΑΡΡΑ Αγγέλικα, ΦΛΩΡΕΝΤΙΝ Ίντα, « Πορνεία : Συστήματα ρύθμισης και καταστολής », Σκούπα, τ. 4, Ιούλιος 1980, σ. 17-27].

ROMAN Diane, « À corps défendant. La protection de l’individu contre lui-même » in Recueil Dalloz, 2007, pp. 1284-1293.

RORI Lamprini, DINAS Elias, « Les élections législatives grecques de 2012 : des élections à haut risque », Pôle Sud, 2, 37, 2012 p. 173-183.

SKLAVOU Konstantina, Violence domestique et intégration sociale des femmes migrantes, Athènes, Sakkoulas, 2008. [ΣΚΛΑΒΟΥ Κωνσταντίνα, Ενδοοικογενειακη βία και κοινωνική ένταξη αλλοδαπών γυναικών, Αθήνα, Σάκκουλας, 2008].

TOUPIN Louise, « La scission politique du féminisme international sur la question du « trafic » des femmes : vers la « migration » d’un certain féminisme radical ? », Recherches féministes, 2, 15, 2002, pp. 9-39.

VAKALIDOU Betty, Betty, Athènes, Exantas, 1980. [ΒΑΚΑΛΙΔΟΥ Μπέττυ, Μπέττυ, Αθήνα, Εξάντας, 1980].

VASSILOPOULOS Christos, PETROPOULOS Dimitris, Histoires de la machine à remonter le temps, Athènes, Patakis, 2009. [ΒΑΣΙΛΟΠΟΥΛΟΣ Χρήστος, ΠΕΤΡΟΠΟΥΛΟΣ Δημήτρης, Ιστορίες από τη μηχανή του χρόνου, Αθήνα, Πατάκης, 2009].

Haut de page

Notes

1 Les autres États-membres de l'UE soumis au même régime étant l'Allemagne, l'Autriche, la Hongrie, la Lettonie et les Pays Bas. Toutefois, les libertés et protections sociales pour les travailleuses du sexe varient sensiblement entre ces différents pays. Le cas de l’Espagne présente, lui, d’autres particularités : tandis que la prostitution y revêt un statut non pas illégal mais « alégal » (Oso Casas, 2006, 100), son exercice varie en fonction des différentes régions, comme le révèle par exemple le cas de la Catalogne, où les maisons sont légales.

2 Pour un bilan des politiques de la prostitution cf. Maugère 2009 ; sur la genèse et les parcours du régime réglementariste cf. Corbin 1978 ; sur les prémisses du régime dans le Paris révolutionnaire cf. Plumauzille 2016 ; pour une étude spatiale de la prostitution parisienne au XIXe siècle cf. Gonzalez-Quijano 2015.

3 Loi 3032/1922.

4 Loi 3310/1955.

5 Loi 4095/1960.

6 Loi 1193/1981.

7 Cette « jauge » des trois mois paraît se retrouver dans d’autres contextes législatifs et nationaux, par exemple en France depuis le vote en 2003 de la Loi pour la sécurité intérieure (voir infra).

8 Loi 2734/1999.

9 Il convient de noter qu’en Grèce, le terme de « travestis » est principalement employé au masculin, parfois au neutre, et rarement au féminin. Pour des revendications terminologiques par la communauté trans grecque cf. Galanou 2014, p. 47-53.

10 C’est le constat fait par Revenioti mais également par Nelly, une travailleuse du sexe trans exerçant depuis 1993 et interviewée dans le quatrième numéro de la revue féministe Migada (2012). Il convient d’ajouter que Marina Galanou, la présidente de l’Association de soutien aux personnes trans a participé en tant qu’experte au sein du Conseil de l’Europe au premier séminaire consacré aux violences contre des personnes LGBT, tenu les 26 et 27 octobre 2015 à l’École de Formation Continue de la Police et adressé aux membres des forces de l’ordre.

11 Dans une succession rapide de différents gouvernements, ce décret, inspiré d’une loi d’exception de 1940, sera abrogé par la vice-ministre de la Santé Foteini Skopouli en avril 2013, réinstauré par la suite en juillet 2013 par le ministre de la Santé Adonis Georgiadis et abrogé de nouveau en avril 2015 par le ministre de la Santé Panayotis Kouroublis. Durant les périodes où il a été en vigueur, des rafles conduisant à des gardes à vue et dépistages obligatoires ont été menées de manière assidue, avec comme cible principale des migrantes et des trans.

12 C’est le terme que Dimitra Kanellopoulou, présidente de l’Association des personnes prostituées de Grèce a employé lors de l’entretien qu’elle nous a accordé ; nous nous permettons de le reproduire ici car il nous paraît fort pertinent.

13 Effectuée le 23 décembre 2015 dans le cadre de la loi 4356 ouvrant l’union civile aux couples de personnes de même sexe.

14 Selon un article dans le journal Eleftherotypia (30/11/2003), cette clause a été ajoutée lors de la discussion parlementaire de la loi et semble avoir été un compromis nécessaire entre réglementaristes et abolitionnistes.

15 Selon le rapport annuel (2009) de TAMPEP (Réseau européen pour la prévention des IST/VIH et la promotion de la santé auprès des travailleur-se-s du sexe migrant-e-s), les politiques de contrôle de santé obligatoires mettent en place un système binaire entre travail légal et travail illégal au détriment de celles et ceux qui exercent ce dernier étant donné leur accès limité aux soins médicaux. Ces politiques augmentent en outre le risque de demandes de la part des clients pour des rapports non protégés. Ce même rapport indique également qu’en Grèce, les travailleuses légales et enregistrées se plaignent souvent de l’attitude impersonnelle du personnel médical et expriment leur manque de confiance envers lui.

16 La mairie ou municipalité où résident les intéressé-e.-s suite à l’accord d’un comité se composant de membres de la préfecture, de la police et du corps médical.

17 À quoi se sont ajoutés les hôtels de plus de trois étoiles, selon l’article 49 de la loi 4238/2014.

18 L’article 34, paragraphe 7 de la loi 3904/2010 remplacera cette sanction par la somme de 3000 euros.

19 Loi 3919/2011.

20 Loi 4249/2014.

21 Pour un parcours détaillé de l’abolitionnisme français et le discours de ses tenant-e-s cf. Mathieu, 2014.

22 Pour une analyse chronologique des politiques de la prostitution en France cf. Maugère 2009 ; Maffesoli 2011 ; Mathieu 2013 ; Mossuz-Lavau 2015.

23 Pour une présentation détaillée de ces rapports cf. Mossuz-Lavau, 2015.

24 Outre l’étude détaillée du féminisme abolitionniste mentionnée plus haut (Mathieu 2014), sur les débats autour de la prostitution entre féministes cf. Jaksic 2011 et Mathieu 2014, pp. 95-107 et autour de la prostitution cf. Lahure 2013.

25 Pour une histoire du féminisme en Grèce moderne cf. Avdela & Psarra 1985 et Varikas 1988 ; pour une approche historiographique des inégalités de genre cf. Repoussi 2003 ; Avdela 2006.

26 Loi 3536/2007.

27 Il convient de noter également une sensibilisation accrue de la part d’acteurs et actrices politiques grec-que-s au paradigme « néo-abolitionniste » français, telle qu’elle s’est manifestée lors d’un colloque franco-grec sur la lutte contre la traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle et la protection des victimes qui s’est tenu le 27 novembre 2014 à l’Institut français de Grèce à initiative de l’ambassade de France en Grèce et du ministère grec des Affaires étrangères.

28 Sur le concept de « panique morale » cf. Cohen 2002 ; Goode & Nachman, 2009 ; Ogien, 2004 et concernant spécifiquement la prostitution cf. Melito 2015.

29 Voir le supplément IOS tis Kyriakis du journal Eleutherotypia, « Prostitution olympique à Athènes pour 2004 », 22/06/2003.

30 Sur ces liens cf. Lepp 2013 et Fleurot 2014.

31 Pour une situation similaire qui a lieu en Bolivie, cf. Absi 2013.

32 Pour des enjeux similaires de division dans l’entre-soi de la prostitution française cf. Deschamps 2005 & 2006.

33 Toutefois, en Grèce l’Association de soutien aux personnes trans (ΣΥΔ) tient également un discours fédérateur préconisant la dépénalisation complète du travail sexuel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yagos Koliopanos et Alexia Sarantopoulou, « « La quadrature du cercle » des législations sur la prostitution en Grèce dans une perspective comparatiste », Genre, sexualité & société [En ligne], 15 | Printemps 2016, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 26 mai 2017. URL : http://gss.revues.org/3769 ; DOI : 10.4000/gss.3769

Haut de page

Auteurs

Yagos Koliopanos

Doctorant
Sophiapol-Lasco
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
koliopanos.yagos@gmail.com

Alexia Sarantopoulou

Doctorante
Laboratoire Genre et espace
École d’architecture
Université nationale polytechnique d’Athènes
alexiasarantopoulou@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org