Navigation – Plan du site
Hommages

Hélène Rouch

Natacha Chetcuti

Texte intégral

« On dit, tant je l’aimais qu’en elle encore je vis. »
Monique Wittig, L’Opoponax, 1964.

1Au moment où nous travaillions à la préparation de ce premier numéro, Hélène Rouch est décédée, le 8 février 2009. Et c’est avec beaucoup de peine que nous avons reçu cette nouvelle, tant Hélène, enseignante, éditrice, féministe engagée, n’a eu de cesse de nous éveiller à la rigueur de la pensée, à une éthique de la théorie, à un questionnement sans cesse renouvelé sur des problématiques qu’elle a traquées tout au long de sa vie : comment sortir du dilemme nature/construction sociale ? Entre sexe et genre : où est le corps ? Que peut le corps ? Où se place la matérialité du corps et son rapport à la norme sexuelle et à la règle hétérosexuelle ? Cherchant sans cesse toutes les combinaisons possibles entre féminisme matérialiste, lesbianisme politique et  apport des théories queer, puis post-moderne, Hélène a ouvert des questionnements sans cesse renouvelés sur le rapport entre sexe biologique, sexe social, norme hétérosexuelle reproductive et hétérosexualité dans le domaine de la biologie.

2Née à la fin des années 1930, Hélène Rouch a commencé sa vie professionnelle en tant que professeur agrégé de sciences naturelles dans l’Algérie « libérée » de 1963. De retour en France à l’automne 1968, elle rencontre très vite le Mouvement de Libération des Femmes. Participant au groupe Psychanalyse et politique (qu’elle quitte en 1974) et au Torchon brûle, elle travaille dès les années 1980 à l’émergence d’espaces interdisciplinaires de savoirs  permettant la rencontre entre les divers courants de pensée féministes (parfois divergents). Elle a surtout œuvré à la rencontre des générations, telle une « passeuse » – ainsi que Françoise Duroux aime à la nommer.

3Elle crée en 1980 le séminaire « Limites/Frontières », qu’elle inaugure avec son intervention : « Limites et membranes ». Dans ce que l’on a appelé, au cours des années 1980, l’institutionnalisation du féminisme, Hélène Rouch a poursuivi l’un de ses principaux chevaux de bataille : lutter pour la visibilité de la pensée féministe dans les domaines de l’édition et de la recherche. C’est d’ailleurs au tout début des années 1990 que l’Association nationale des études féministes (ANEF) décide de republier les textes féministes contemporains dispersés dans divers journaux, revues, recueils, etc., pour les rendre accessibles, ce qu’ils n’étaient guère. Avec Oristelle Bonis, Dominique Fougeyrollas, et au départ Marie-Laure Arripe, Hélène a tout d’abord fondé et dirigé la collection Recherches chez Côté-femmes, collection à laquelle a succédé la Bibliothèque du féminisme chez L’Harmattan. Pour beaucoup d’entre nous, les ouvrages publiés dans la collection ont non seulement nourri nos recherches, soutenu la diffusion de certains de nos travaux, mais ils nous ont aussi permis de nous situer en tant que sujets politiques.

4La décennie 1980 et les années qui suivent marquent la naissance de la reconnaissance des études féministes et sur les femmes à l’Université. Alors que le MLF et les mouvements féministes des années 1970 s’affaiblissent dans un contexte économique, idéologique, social et politique, qui est en train de se modifier, – avec entre autres l’arrivée d’un gouvernement de gauche sous la présidence de François Mitterrand – , certaines militantes, dont Hélène, se dirigent vers une institutionnalisation des savoirs constitués, en développant des espaces de recherches et d’enseignement au sein de l’université. Le premier colloque intitulé : Femmes, Féminisme et Rechercheaura lieu à Toulouse en 1982, il amorcera, dans le prolongement du mouvement des années 1970, une nouvelle politique de la recherche dont la principale critique reposait sur la dénonciation d’un savoir constitué sur l’exclusion des femmes dans l’université.Il fera l’objet d’une publication et par la suite a permis le financement de projets (68) et la création de laboratoires de recherches au CNRS. C’est pourquoi nous avons fait le choix, pour ce premier numéro et en hommage à Hélène Rouch, de re/publier sa contribution à ce colloque intitulée : « L'Action Thématique Programmée (ATP) “Recherches sur les femmes et recherches féministes” » (Rouch, 2001). En effet, ce texte initie le projet politique d'une légitimation de l’appartenance du domaine des recherches féministes au champ des savoirs constitués, projet qu’Hélène Rouch n’a pas cessé de défendre et qui ne se résumait pas pour autant à une simple opération institutionnelle. C’est ce même projet qui a inspiré la plupart de nos sujets de recherche et qui a permis de faire advenir les jeunes chercheurs que nous sommes aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

ROUCH Hélène, « “Recherches sur les femmes et recherches féministes” : l'Action Thématique Programmée du CNRS », in Basch Françoise (dir.), Vingt-cinq ans d’études féministes l’expérience Jussieu, Paris, Collections du CEDREF, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natacha Chetcuti, « Hélène Rouch », Genre, sexualité & société [En ligne], 1 | Printemps 2009, mis en ligne le 02 juillet 2009, consulté le 29 mai 2017. URL : http://gss.revues.org/377 ; DOI : 10.4000/gss.377

Haut de page

Auteur

Natacha Chetcuti

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org