Navigation – Plan du site
2016

Véronique Dasen, Le Sourire d’Omphale. Maternité et petite enfance dans l’Antiquité

Presses universitaires de Rennes, 2015, 408 p.
Sandra Boehringer
Référence(s) :

Véronique Dasen, Le Sourire d’Omphale. Maternité et petite enfance dans l’Antiquité, Presses universitaires de Rennes, 2015, 408 p.

Texte intégral

1La publication de l’ouvrage de Véronique Dasen, Le Sourire d’Omphale. Maternité et petite enfance dans l’Antiquité est une très bonne nouvelle pour les spécialistes de l’Antiquité comme pour celles et ceux qui travaillent dans le champ de l’histoire des femmes et du genre. Véronique Dasen, professeure d’histoire de l’art et d’archéologie à l’Université de Fribourg en Suisse, est spécialiste des questions du corps, des femmes et de la petite enfance. Elle développe également des études sur le temps long, notamment un projet (Synergia) consacré à l’histoire de l’allaitement de l’Antiquité à l’époque contemporaine : ses travaux sur de la maternité et de la petite enfance intègrent cette dimension du temps long, une méthode qui permet de formuler des questions contemporaines (le statut du fœtus, le rapport au corps, la liberté – ou non – d’en disposer) comme autant de catégories heuristiques capables de mettre au jour les catégories antiques, de comprendre la façon propre des Anciens de construire la maternité et les âges de la vie.

2Si les études de genre et les luttes féministes ont fait entrer dans le champ de l’histoire et de la sociologie les questions de la grossesse, de la maternité et de la petite enfance, ce n’est que récemment, en revanche, que les sciences de l’Antiquité ont véritablement intégré ces thématiques aux champs reconnus de l’Histoire.

3Cette lente évolution s’est faite selon deux chemins : longtemps ignorées, les femmes et la maternité furent tout d’abord objet des travaux sur l’histoire des mœurs et/ou de la vie privée dans la Grèce ou la Rome antiques, les chercheurs réservant un chapitre de leur ouvrage à la vie familiale et à l’oikos ou à la domus (là, généralement, seules apparaissaient les épouses de citoyens, le corps des femmes serviles et leur maternité restant dans l’ombre et celui des femmes prostituées étant rapidement évoqué dans le chapitre « loisirs et banquet »). L’intégration progressive des acquis de l’histoire de la médecine à cette approche de la « vie quotidienne » des Anciens a permis de nourrir ces chapitres, voire d’en susciter de nouveaux, consacrés aux maladies des femmes, à l’avortement et à la contraception. Le second chemin qui permit d’intégrer les mères et les enfants à l’étude des sociétés anciennes fut le domaine des réflexions consacrées au politique : les femmes et leur capacité reproductive font en effet objet d’un vaste discours, en Grèce comme à Rome, en particulier dans le contexte d’une rhétorique patriotique. Là, l’étude des corps se transforme, en raison de la natures des documents, en une approche des normes et des représentations sociales et politiques dans les discours dominants, produits par les hommes citoyens. Le Sourire d’Omphale se situe à la croisée de ces deux chemins, dans une étude qui souvent fait dialoguer approche essentialiste et approche constructionniste des corps des femmes, dans une démarche envisagée sous l’angle de la fécondité, de la maîtrise du corps et de la transmission.

4L’ouvrage rassemble des travaux inédits et des articles publiés dans diverses revues internationales entre 2001 et 2014, rendant accessible à un vaste public des recherches qui, ainsi associées dans ce volume thématique, permettent de faire progresser notre connaissance de l’Antiquité. L’auteure y développe une analyse délivrée des préjugés patriarcaux contemporains propres au champ de l’histoire ancienne qui, durant tant de siècles, avaient exclu ces thématiques du champ de la recherche sous prétexte qu’elles ne relevaient pas de « l’Histoire » ou qu’elles n’appartenaient qu’à des sphères marginales de celle-ci. Précisons cependant qu’il n’est pas rare, hélas, d’entendre aujourd’hui encore, dans le champ de l’histoire antique, formuler des jugements de valeur sur l’histoire du genre, des femmes et/ou de la sexualité. Heureusement l’importance des publications dans ce domaine de l’Antiquité, en Europe et outre Atlantique, et le sérieux de ces publications (Le Sourire d’Omphale en atteste) viennent balayer ces résistances ou, du moins, en révéler la dimension idéologique et réactionnaire (pour un bibliographie générale sur les récents travaux en histoire des femmes et du genre et en histoire du corps et de la sexualité, voir Violaine Sebillotte Cuchet, « Régimes de genre et Antiquité grecque classique (5e-4e siècles av. J.-C.) », (Annales HSS, 2012, 67, p. 573-603 ainsi que Sandra Boehringer et Violaine Sebillotte Cuchet, « Corps, sexualité et genre dans les mondes grec et romain », Dialogues d’histoire ancienne, 40, 2015, p. 83-108).

5Les questions soulevées dans cet ouvrage sont primordiales : comment penser un processus invisible ? Comment se représenter un corps en émergence, en création ? Les conceptions antiques du corps enceint, du fœtus et du nourrisson (au début de sa vie et aussi, parfois, lors d’un décès prématuré) sont au cœur de l’enquête de V. Dasen. Ce sont également tout ce que ces représentations engendrent en matière de pratiques et de discours qui font des femmes grecques et romaines non pas un support passif d’un processus biologique, mais des actrices, détentrices de savoirs, et détentrices d’un pouvoir sur leur corps et sur les corps.

6L’enquête est originale à double titre : tout d’abord elle se trouve à la croisée de l’histoire de la pensée, de la médecine, du corps, de la magie et des techniques ; ensuite – et c’est un élément qui distingue cet ouvrage des travaux antérieurs sur les femmes – elle intègre non seulement les textes (en particulier les auteurs de traités médicaux, du Ve siècle avant J.-C. au IVe siècle après J.-C., l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien, les romans grecs des IIe et IVe siècles de notre ère), mais aussi les objets, les inscriptions, les images, les dépôts, les tombes. Amulettes, gemmes, lampes, ex-voto, objets magiques, jaspes font l’objet de l’enquête et sont, pour certains, reproduits dans l’ouvrage. Ces supports et ces documents, souvent laissés de côté dans les approches historiques traditionnelles, sont étudiés pour ce qu’ils donnent à voir et à lire, mais aussi pour les pratiques qui les accompagnent. L’ouvrage de V. Dasen non seulement fait le lien entre différentes pratiques discursives (paroles, images, gestes) mais, de plus, offre une approche nouvelle d’objets archéologiques peu ou pas commentés jusqu’à aujourd’hui. Elle propose ainsi un vaste panorama sur le monde antique grec et romain, depuis le VIe siècle avant notre ère jusqu’au début du Moyen-Âge, en incluant l’Égypte grecque et romaine.

7L’étude progresse en trois temps qui portent l’accent alternativement (mais pas exclusivement) sur les trois corps en jeu dans cette enquête : celui de la mère, celui du foetus dans le corps de la mère et celui de l’enfant nouveau-né désormais hors du corps maternel.

8Une première partie (p. 25-102) s’intéresse aux femmes enceintes. La recherche minutieuse de V. Dasen en propose une approche originale et abondamment documentée à travers toute une série de représentations sur des supports particuliers, qui n’apparaissent que dans l’intimité : les pierres, ou gemmes gravées, « magiques », considérées comme sexuées, capables de produire et de se reproduire, susceptibles de métamorphoses animales ou humaines, douées de pouvoirs thérapeutiques et protecteurs, ont leur rôle à jouer dans la sexualité, la fertilité, la grossesse, l’accouchement. Elles constituent ainsi un support singulier et privilégié aux représentations de la maternité et de l’enfantement dont il est question ici (p. 25-51).

9Des images frappantes qui figurent la matrice (comme l’outre, accompagnée du motif de la clé, la ventouse, ou encore la Gorgone), révélatrices de tout un monde secret, font ainsi l’objet d’une abondante iconographie, magistralement commentée dans ces pages (p. 53-85). Des gemmes représentent Omphale, enceinte, porteuse de la massue et de la leontê (peau de lion), attributs traditionnels d’Héraclès. Lui-même, doté d’un gros ventre, se charge aussi de veiller sur l’utérus. Se trouve représenté sur certaines également un âne ithyphallique, adversaire ou partenaire, réservé à Omphale. Cette image est finement analysée par l’auteure, qui voit dans la figure d’Omphale/Héraclès, un modèle dédoublé, emblématique de la femme capable de se défendre, elle et son enfant. Le sens de ce discret sourire, qui donne son titre au livre, apparaît alors au lecteur.

10La deuxième partie, « Voir l’invisible » (p. 111-212), s’attache à saisir comment l’on pouvait cerner les mystères de l’embryon et de son développement. Même si les auteurs (Hippocrate, Aristote, Galien en particulier) hésitent sur le statut du foetus, on n’est pas loin de lui accorder une forme de vie propre, et peut-être de sensibilité, ou de réactivité. En attestent, là aussi, les images que V. Dasen donne à voir et à comprendre : nombre d’ex-voto, de « gemmes utérines », et même d’étonnantes figurines féminines à parois amovibles font saisir à quel point le sujet de l’enfant dans le ventre de sa mère préoccupait les Anciens. De fait, on ne délimite pas très facilement les frontières entre le dedans et le dehors et la conception du foetus n’est pas très éloignée de celle du nouveau-né.

11Ainsi en va-t-il de la réflexion sur les taches et autres marques de naissance (p. 153). Leur provenance donne lieu à plusieurs types d’interprétation : les envies de la mère (influence de sa nourriture sur le sexe de l’enfant, par exemple), les interactions mystérieuses entre la vie de la mère et celle du foetus (ce qu’elle a vu, ce qui l’a impressionnée), l’empreinte de la famille, du genos (l’étoile blanche des Pélopides), celle des dieux, bien sûr (taches de naissance de Séleucos et d’Auguste), qui peuvent être le présage d’un avenir prestigieux. Les influences croisées sont innombrables sur l’enfant à naître. Émerge ainsi une grande question pour les astrologues : que penser des jumeaux ? (p. 179) Comment comprendre qu’ils n’aient pas le même destin ? De subtils et infinis débats s’ensuivent, nourris de nombreux exemples, controverse soutenue par les plus célèbres auteurs, d’Hérodote à Augustin, pour aboutir parfois sèchement à l’invalidation pure et simple de la valeur de l’astrologie !

12Autre objet de perplexité : le statut à accorder aux êtres qui, selon l’expression de l’auteure, ont subi le sort de « mourir avant de naître » (p. 197). Le lecteur découvrira l’histoire d’une étrange momie trouvée en 1820 en Égypte dans une nécropole pour singes qui, après bien des tribulations, fut reconnue comme les restes d’un enfant mort-né anencéphale : cette momie fit l’objet des spéculations des chercheurs jusqu’en 2002. Ce cas remarquable n’est pourtant pas isolé : on se souciait beaucoup du foetus dans l’Antiquité égyptienne, qu’il ait été ou non atteint de difformités, avorté ou mort-né.

13La troisième partie (p. 219-358) nous fait pénétrer dans l’univers des premiers instants de la vie du nourrisson. Après des éclaircissements utiles sur la définition de l’enfance dans l’Antiquité – d’où l’on déduit qu’il s’agit avant tout d’une construction culturelle complexe –, V. Dasen émet des réserves sur le rôle effectif du père envers le nouveau-né, l’image bien connue du paterfamilias levant l’enfant vers le ciel pour le reconnaître n’étant guère à saisir que comme une métaphore. L’iconographie montre en réalité la sage-femme, esclave ou affranchie, occupant la place centrale dans toutes les étapes de la naissance, accomplissant les gestes tant pratiques que symboliques, décidant en particulier de la viabilité du nouveau-né en fonction de ses observations (p. 227). Ce sont ces femmes, représentées souvent comme les Parques avec la quenouille et le fuseau, ou le rouleau du Destin, la balance, la roue... qui président aux destinées de l’enfant, rôle qui, quoique n’apparaissant pas dans les textes, est très présent dans l’iconographie. Après le dies lustricus, qui marque l’entrée officielle de l’enfant dans la famille, les nourrices se chargent du nourrisson dans les fonctions qui leur sont ordinairement dévolues, mais avec un prestige et une reconnaissance inattendus. Cela se retrouve dans de nombreuses figurations, jusque dans celle de la Dea Nutrix gallo-romaine !

14Les nourrices sont assistées dans leur rôle protecteur par les amulettes (probaskania), innombrables et diverses dans leurs formes, leurs matériaux, leurs attributions, portées en particulier (mais pas seulement) par les enfants (on trouvera une longue analyse du port de la célèbre bulla). On craint le mauvais oeil, aux pouvoirs impressionnants. Les enfants doivent être préservés des terribles démones Gallô, Mormô et Lamia, capables de tuer, de vampiriser, de dévorer foetus et bébés. Le chapitre détaille longuement pratiques représentées et objets protecteurs que l’on retrouve partout dans le monde gréco-romain. Enfin, V. Dasen explore le matériel retrouvé dans les tombes d’enfants, figurines et objets évocateurs, jusqu’à l’image du dernier récipient, qui se rapproche parfois de celui de la conception, vie et mort liées dans le même mystère (p. 358).

15De façon générale, la variété des types de sources convoquées dans cet ouvrage met au jour combien les enquêtes axées uniquement sur un seul type de document (généralement les textes) sont partiales : l’analyse des objets et de l’iconographie que mène ici l’auteure conduit à réévaluer la place des femmes dans de nombreux domaines, et en particulier dans la gestion de la maternité. En ce sens, ce travail est utile également, d’un point de vue méthodologique, pour celles et ceux qui travaillent sur les façons de faire l’histoire des femmes et du genre.

16En mettant au jour la variété des pratiques et l’historicité des conceptions des corps, l’ouvrage permet à son public de procéder à une comparaison transculturelle et de mieux percevoir la dimension historique des catégories contemporaines, issues du long processus de construction culturelle et sociale propre aux sociétés occidentales héritières de la scientia sexualis des XVIIIe et XIXe siècles. V. Dasen, certes, souligne parfois des éléments qu’elle considère comme constant sur un temps long, et tient à montrer des permanences ou ce qu’elle interprète comme des invariants, mais les questions actuelles sur l’instinct maternel et sur l’attachement au nourrisson peuvent trouver des éléments de réflexion dans les pratiques antiques de l’« exposition » des bébés et de l’autorisation (dans certaines circonstances) de traitements abortifs assez violents. Ces pratiques – et les interdictions ou les autorisations qu’elles impliquent – ouvrent le champ du questionnement sur le statut du corps du bébé ou du bébé à naître, sur le fœtus et l’embryon (une distinction dont l’auteure rappelle qu’elle n’existe pas dans l’Antiquité).

17Ainsi, Le Sourire d’Omphale est un ouvrage dense et passionnant, que le novice comme le lecteur spécialisé peut parcourir avec plaisir et surprise, sans toujours en respecter l’ordre des chapitres et selon ses questionnements spécifiques. C’est désormais aussi un incontournable pour qui travaille dans le champ des études anciennes sur la question du corps et de la famille, et c’est un outil précieux pour qui aborde les questions contemporaines, éthiques et politiques, portant sur le corps de mères et le statut du fœtus. Faire l’histoire de l’Antiquité, c’est aussi faire une histoire utile au présent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Boehringer, « Véronique Dasen, Le Sourire d’Omphale. Maternité et petite enfance dans l’Antiquité  », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://gss.revues.org/3807

Haut de page

Auteur

Sandra Boehringer

Maîtresse de Conférences, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org