Navigation – Plan du site
2016

Monjaret Anne, Pugeault Catherine (dir.), Le sexe de l’enquête. Approches sociologiques et anthropologiques

ENS Editions, Lyon, 2014
Aurélia Mardon
Référence(s) :

Monjaret Anne, Pugeault Catherine (dir.), Le sexe de l’enquête. Approches sociologiques et anthropologiques, ENS Edition, Lyon, 2014

Texte intégral

1Si depuis quelques années, les ouvrages de synthèse sur le genre se sont multipliés, plus rares sont ceux qui se situent d’un point de vue méthodologique en posant la question de l’impact du genre sur les enquêtes de terrain. C’est le parti pris de l’ouvrage Le sexe de l’enquête. Approches sociologiques et anthropologiques, qui s’appuie sur des recherches empiriques de chercheur-e-s appartenant à différents champs de la sociologie et de l’anthropologie. Même si les coordinatrices évoquent dans leur texte introductif les éléments qui ont freiné une telle réflexion méthodologique en France, le propos du livre n’est pas historique mais bien empirique. En s’appuyant sur des recherches de terrain, il souhaite souligner l’ambivalence de la relation d’enquête mais aussi montrer l’éventail des négociations/adaptations que cette relation induit en fonction du genre de l’enquêteur et du contexte étudié. Dans leur texte introductif, les coordonnatrices reviennent en détail sur la façon dont la logique relationnelle de l’enquête a été explorée dans la littérature scientifique sous les angles des étiquettes familiales ou du statut d’étranger qui sont attribuées aux enquêteurs et aux enquêtrices ainsi que de la place des assignations de genre dans l’enquête. Elles questionnent l’évidence de la complicité de genre, qui veut qu’il soit plus facile pour une femme d’enquêter dans un milieu de femme et pour un homme dans un milieu d’homme, ou encore, la question, rarement abordée, de la sexualité dans l’enquête, autant de thèmes qui seront traités par les articles dans l’ouvrage qui comprend trois chapitres. Le premier porte sur les contraintes relationnelles de l’enquête et la façon dont s’établit et s’entretient la confiance sur le terrain. Le second chapitre analyse le contexte d’enquête comme le théâtre où les relations sexuées se mettent en scène. Enfin le troisième se focalise sur l’enquête comme théâtre où les relations peuvent se sexualiser. Chaque partie est introduite par un texte commenté par les coordinatrices, faisant le point sur la bibliographie et mettant en perspective les contributions des chercheur-e-s.

2Les trois articles rassemblés dans la première partie montrent le travail de confiance réalisé par les chercheur-e-s, c’est-à-dire comment ils entrent en contact puis entretiennent le lien tissé avec les interlocuteurs ainsi que les complicités qui s’établissent sur le terrain en lien avec l’appartenance sexuée de ces derniers. Dans des univers surféminisés par exemple, le fait d’être une femme autorise l’accès aux espaces privés ou aux activités intimes, tout en limitant l’exploration des espaces masculins (comme c’est le cas en maison de retraite, étudiée par Isabelle Mallon). Chaque chercheur-e-s doit, par ailleurs, s’adapter à la place qui lui est assignée. Ainsi, Isabelle Mallon endosse parfois le rôle de petite fille, de petite nièce ou d’aide-soignante. Dans le cadre de la consultation gynécologique, étudiée par Laurence Guyard, la chercheuse se voit assigner une place auprès des professionnels qu’elle observe, ce qui n’empêche pas les patientes de la prendre à témoin pour appuyer ou confirmer leurs dires face aux gynécologues. Quant à l’article de Pierre Noël Denieuil, il interroge l’impact du statut d’étranger sur l’enquête, dans le cadre d’une recherche sur les femmes entrepreneuses en Tunisie. Lors des entretiens, ce statut engendre tout à la fois de la distance, notamment du fait de la présence d’une stagiaire traductrice qui noue un dialogue avec l’interviewé sans l’ethnologue, mais aussi une plus grande proximité avec les enquêtées car il est moins inquiétant que le statut de compatriote.

3La seconde partie de l’ouvrage aborde la question du terrain comme théâtre de relations sexuées et s’intéresse aux complicités mais aussi aux résistances et aux façades qui se mettent en place au cours de l’enquête. Tous les articles portent sur des mondes masculins, tantôt étudiés par des chercheuses, tantôt par des équipes mixtes. Ces articles montrent les clefs garantissant aux chercheur-e-s une entrée et un maintien sur le long terme dans l’univers étudié. L’article de Geneviève Pruvost nous dévoile celles du monde de la police où deux choses apparaissent essentielles : faire oublier que les sociologues sont des intellectuels critiques, et faire preuve de mobilité de genre, c’est-à-dire être capable de montrer qu’on n’est ni trop « féminine », ni trop « mère ». Geneviève Pruvost souligne également que sa présence en tant que femme sur le terrain révèle le fait que le métier de policier reste fondé sur le principe d’une appartenance de sexe préférentielle qui donne aux hommes une plus grande latitude de mouvement à la fois en terme de choix des brigades et de composition des équipes. Les articles s’attachent donc également à montrer que l’appartenance sexuée du chercheur-e se fait souvent révélatrice des normes du milieu étudié. C’est parce qu’elle fait l’objet d’assignations fortes concernant son apparence et émanant de femmes officiers de la marine marchande que Yasmina Stevanovic se rend compte de l’existence d’un contrôle social de la séduction et de la sexualité plus strict à bord qu’à terre. Car l’arrivée des femmes introduit une incertitude concernant les stéréotypes sexués qui oblige les hommes à adapter leur cadre de référence et les femmes à apprendre et à intégrer un monde masculin. Sans compter que, dans la marine marchande, certaines superstitions ont la vie dure. Ainsi, la croyance selon laquelle une femme sur un bateau porte malheur est encore fréquente. Les deux derniers articles de cette partie sont intéressants à plus d’un titre mais on retiendra tout particulièrement dans celui d’Agnès Jeanjean, qui porte sur le monde des eaux usées et des égoutiers, les éléments concernant le lien entre terrain et appartenances institutionnelles de l’enquêtrice. En revenant sur son parcours de thèse, la chercheuse montre comment sa présence dans les égouts révèle les modalités de construction du masculin dans ce milieu mais aussi comment, dans un rapport initiée/initiateur, on lui indique ce que doit être une jeune fille. À la difficulté pour une chercheuse de se faire une place dans le monde masculin des égouts s’ajoute celle des représentations dont ce sujet peut être entouré dans le monde académique. Face aux réactions qu’il suscite, tantôt encourageante, tantôt négatives, Agnès Jeanjean a donc pour stratégie de montrer que sa démarche ethnologique est "on ne peut plus ordinaire". Quant à l’article de Marc Bessin et de Marie-helène Lechien, il vient notamment souligner que les rappels à l’ordre du genre ne s’expriment pas seulement sur le terrain mais aussi lors des restitutions des recherches, ce qui nécessite certains réajustements de la part des chercheur-e-s par exemple lorsque le nom de la sociologue (doctorante) disparaît d’un plaquette ou, lorsque lors de présentations, les regards se tournent presque exclusivement vers le chercheur. L’article montre bien que genre et statut s’imbriquent pour engendrer des frottements que l’équipe doit résoudre.

4La troisième partie se consacre à un impensé des réflexions méthodologiques, la dimension sexualisée de la relation d’enquête, les ajustements qu’elle induit et ce qu’elle révèle des terrains investigués. Ici cependant, ce n’est pas la subjectivité érotique de l’anthropologue qui est questionnée, mais plutôt celle des interlocuteurs et interlocutrices qu’il ou elle questionne ou observe. Telle qu’elle est abordée dans cet ouvrage, cette question n’en reste pas moins féconde sur le plan épistémologique ainsi qu’en témoignent les différentes contributions des auteurs. Anne Saouter raconte comment elle a été brutalement confrontée à la question de la sexualité dans le monde homosexué qu’est le rugby. Pour enquêter, non seulement elle a dû apprendre à parler rugby et à tenir l’alcool mais aussi à ne pas paraître comme un partenaire sexuelle potentielle. L’ethnologue se trouve un jour obligée de repousser les assauts de joueurs lors d’une soirée au restaurant, affichant ainsi que l’unique raison de sa présence était sa recherche et attestant de sa capacité à défendre son intégrité physique. Les deux articles suivant portent directement sur le domaine de la sexualité où la question de la séduction se pose avec d’autant plus d’acuité. En enquêtant sur les escort-e-s et leurs clients, Sylvie Bigot note que le recueil d’entretien par Internet a certainement renforcé la dimension de séduction présente dans l’interaction. Elle se trouve donc souvent devant l’obligation de rappeler que l’entretien n’est pas « une conversation amoureuse ou sexuelle, mais bien « un entretien de recherche ». De son côté, en enquêtant sur des femmes pratiquant le pluripartenariat, Philippe Combessie se voit placé parfois dès le début des entretiens dans une position d’objet sexuel potentiel qu’on disqualifie immédiatement, manière de signifier au sociologue les règles et sa place dans l’univers que ces femmes investissent.

5Cet ouvrage plaide donc pour que le travail d’enquête soit examiné sous l’angle des relations sexuées et sexualisées qui sont inhérentes au terrain. Sa richesse tient au fait qu’il rassemble des contributions issues de recherches sociologiques et ethnologiques, deux disciplines dans lesquelles la question de la réflexivité s’est posée et construite différemment au fil des ans. L’autre intérêt réside dans le fait qu’il repose sur une diversité de sujets et fait appel à des chercheurs-euses développant des approches sociologiques et anthropologiques très diverses. Ces éléments en font un livre stimulant pour ceux et celles qui souhaitent réfléchir à leur propre rapport au terrain. Car à ceux ou celles qui n’en seraient pas encore persuadé-e-s, la lecture de cet ouvrage rappelle que l’enquêteur-ice et ses enquêté-e-s sont tout sauf des êtres « asexués », ce qui ne manque pas de donner des inflexions majeures au déroulement de l’enquête et, par conséquent, aux analyses qui en sont faites.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélia Mardon, « Monjaret Anne, Pugeault Catherine (dir.), Le sexe de l’enquête. Approches sociologiques et anthropologiques », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://gss.revues.org/3812

Haut de page

Auteur

Aurélia Mardon

Maître de conférences en Sociologie
Université Lille 1 - UMR CNRS 8019 - CLERSÉ

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org