Skip to navigation – Site map
Dossier
Articles

Qui accouche qui ? Etude de 134 récits d’accouchement à domicile

Who gives birth to whom ? A study of 134 homebirth stories
Geneviève Pruvost

Abstracts

At the intersection of the sociology of work, of professions and of gender, this article is based on the systematic study of 134 homebirth stories and asks whether and how do parturient take control of their own delivery in the case of homebirths? After presenting the context in which these narratives take place as well the sociodemographic profile of the storytellers, we will turn ourselves to the process by which family and professional hierarchies are inverted in favor of parturient women who are subtly empowered in the course of the delivery. However this empowerment does not lead to a unilateral magnification of female power. Stories show that the delivery is a collective labor and piece of work, that can generate new kinds of relationships.

Top of page

Full text

1Pour penser l’accouchement à domicile au XXIe siècle dans toute sa complexité, il peut être fécond de se livrer préalablement à un détour science-fictionnel : imaginons que l’accouchement devienne dans le futur un non-événement sur le plan tant émotionnel que de l’organisation sociale. Le déni de grossesse serait alors généralisé et produirait des corps si endurants, des ventres si plats et des hormones si imperméables aux effets perçus du développement de l’embryon qu’il ne serait pas possible d’accorder à cette différence d’état le statut de différence visible entre les sexes. L’accouchement serait alors vécu comme une gastro-entérite galopante. La grossesse ne serait pas interprétée comme un événement fondateur d’une identité sexuée, nécessitant rituels et prise en charge institutionnalisée. C’est du reste ce qu’expérimentent déjà certaines femmes enceintes refoulant leur état jusqu’à bloquer toute déformation visible de leur corps et tout lien avec l’être expulsé. Dans ce scénario, la matérialité physique sur laquelle se scelle le destin reproductif des femmes disparaît : la matérialité de l’enfantement ne serait pas interprétée comme un changement d’état.

2Ce processus de dénaturalisation a du reste déjà commencé : pour produire un embryon, il est possible de se passer de la rencontre sexuelle par le biais d’inséminations ou de fécondations in vitro. Pour nourrir les bébés, le lait artificiel ne rend plus vital l’allaitement maternel. Il n’est en revanche toujours pas possible de se passer d’un utérus (qu’il soit porté par une femme hétérosexuelle, lesbienne ou un trans) pour qu’un embryon devienne un fœtus viable. L’externalisation de la maternité reste encore à ce jour du domaine de la science-fiction.

3Cette mise en perspective contrefactuelle permet de repenser l’accouchement physiologique (qui se passe d’intervention chimique et chirurgicale) en posant l’historicité des corps comme donnée fondamentale. Dans les théories queer, les différences entre les sexes ne constituent en effet pas une matérialité « naturelle » qui vivrait en dehors du sens qu’on lui prête. Elles résultent du pouvoir performatif d’un système de genre qui s’incorpore jusqu’à donner forme à des corps distincts. C’est ainsi que le dimorphisme sexué n’est pas une donnée biologique intangible mais le produit d’une construction sociale qui réduit la variété des genres chromosomiques à une binarité, alors même que le spectre de la combinatoire X/Y est bien plus large. Les sociétés n’ont ainsi pas toutes estimé nécessaire d’opérer les hermaphrodites en vue de réduire l’humanité à deux catégories de sexe bien tranchées. De la même manière, toutes les sociétés n’ont pas considéré comme définitoire pour une femme le fait d’allaiter : cette fonction a parfois été déléguée à des femmes subalternes pour en décharger celles des rangs supérieurs. De siècles en siècles, de sociétés en sociétés, les différences de sexe s’incarnent différemment : corps et interprétation de ses fonctions sont les deux faces d’une même pièce, en interaction perpétuelle. Loin de se perpétuer à l’identique, ils se réitèrent avec des écarts infinitésimaux, qui, cumulés au cours du temps, peuvent faire dévier significativement le modelage même des corps (Butler, 2012). Si les femmes n’allaitent plus, le pourront-elles encore dans quelques milliers d’années ? L’enjeu de ces récits d’anticipation est de circonscrire la base matérielle de l’enfantement en ce début du XXIe siècle. S’il s’agit de tenir « une posture critique vis à vis du réductionnisme biologique », il importe de ne pas non plus « verser dans un réductionnisme sociologique » (Jaunait, Raz, Rodriguez, 2014, 15). On peut aujourd’hui affirmer que les êtres dotés d’un utérus fonctionnel ont le monopole de la grossesse : leur système reproductif est le seul à pouvoir donner la vie.

4Cette aptitude physique, toujours unique en son genre, loin de constituer une donnée unilatéralement interprétée, reste diversement activée selon le niveau de médicalisation et d’industrialisation des sociétés. Pour une grande partie des parturientes qui ont accès à des soins hospitaliers, il est devenu normal d’accoucher allongée avec le bas du corps anesthésié, d’être sous perfusion et immobile, de recevoir des injections d’ocytocine artificielle pour compenser l’inhibition de cette hormone par la péridurale et de regarder osciller le rythme cardiaque de leur enfant à naître sur un écran. Cette agrégation de corps organique, de substances pharmaceutiques, d’objets électroniques est devenu la norme de l’accouchement, au point qu’il ne vient pas à l’idée aux femmes du XXIe siècle de considérer ce récent dispositif comme étrange. L’organisation hospitalière de l’accouchement fait de la parturiente une cyborg consentante (Haraway, 2007). C’est l’accouchement physiologique, sans recours à ce système sociotechnique, a fortiori lorsqu’il a lieu à domicile, qui est devenu exceptionnel.

5Pour être qualifié de « naturel », l’accouchement à domicile (AAD) constitue-t-il pour autant la manifestation brute d’un état mammifère retrouvé ? Elisabeth Badinter n’a pas hésité à le qualifier de « régression féministe » et à dénoncer les effets pervers de la nouvelle « maternité parfaite » qui pousse les femmes à refuser la péridurale et à allaiter – évolution dangereuse à ses yeux car elle pourrait conduire à un nouvel enfermement domestique et à la réhabilitation de la figure de la mère sacrificielle (Badinter, 2010). L’étude d’un corpus de 134 récits d’accouchement à domicile donne pourtant à voir une toute autre configuration : les femmes se présentent comme indépendantes et émancipées par leur choix d’une naissance qu’elles expliquent avoir éprouvée pleinement.

6Partant de l’arrière-plan théorique d’une historicité des potentialités du corps et de l’organisation des soins qui lui sont prodigués, il importe de resituer cette pratique dans l’histoire de la naissance - qui a longtemps relevé d’une coopération entre femmes liées par l’interconnaissance. À partir du XVIe siècle, avec la professionnalisation de la médecine, ce savoir populaire est pourchassé, diabolisé jusqu’à la sorcellerie au profit des obstétriciens et des sages-femmes diplômées. S’est ainsi instituée au fil des siècles une frontière entre professionnel.le.s et non professionnel.le.s : « matrones » et « commères » ne font plus partie du paysage de la naissance ordinaire. Cette translation du pouvoir d’accoucher s’est opérée suivant un processus de monopolisation professionnelle qui s’est déroulé sur plusieurs siècles (Abbott, 1988). En 1952, en France, 47 % des naissances avaient lieu à domicile contre 53 % à l’hôpital, pour s’élever à 85 % en 1962 et 99 % en 1974. L’accouchement à domicile concernait seulement 0,5 % des naissances en 2013, soit 4000 naissances pour 72 sages-femmes libérales.

  • 1 Les naissances à domicile accompagnés d’une sage-femme entrent dans ce cas de figure. Ces dernières (...)

7Ce « grand déménagement » (Thébaut, 2010) - des maisonnées aux hôpitaux – ne participe pas seulement de logiques professionnelles. Il témoigne d’un changement de paradigme qui déborde du cadre de la naissance : de la notion d’incertitude de l’enfantement, on est passé à celle de risque obstétrical (Carricaburu, 2007), qui justifie l’hypermédicalisation de l’accouchement. Cette nouvelle norme fait consensus en France qui a opté pour la concentration hospitalière des soins, à la différence des pays d’Europe du Nord qui disposent d’une offre diversifiée (des maisons de naissance à l’accouchement à domicile). Si en Hollande, 17 % des femmes accouchent chez elles, en France, la majorité des futurs parents ne remet « pas en cause la vision hospitalo-centrée de l’accouchement » (Charrier, Clavandier, 2015, 172). Les études épidémiologiques internationales fondées sur de vastes échantillons (Wiegers et alii, 1996 ; Wax et alii, 2010 ; Jenssen et alii, 2012), menées depuis 20 ans, et montrant que les taux de mortalité et de morbidité infantile sont comparables, quel que soit le type d’accouchement (grand et petit hôpital, maison de naissance, domicile), à partir du moment où l’accouchement s’accomplit sous le suivi d’un personnel qualifié dans de bonnes conditions sanitaires et dans le cas d’une grossesse dite « normale »1, n’ont pas entamé le point de vue des institutions médicales françaises. Obstétriciens et sages-femmes hospitalier.e.s renforcent bien au contraire leur opposition et maintiennent très efficacement leur monopole en rendant presque impossible la pratique légale de l’accouchement à domicile : en 2002, les sages-femmes domiciliaires sont mises en demeure de souscrire à une assurance « responsabilité civile » au tarif prohibitif de 20 000 euros ; en 2013, l’ordre des sages-femmes prévoit une amende de 45 000 euros en cas de non-assurance.

8La captation d’un domaine d’activité par des professionnel.le.s, accompagnée d’une lutte sans merci, y compris au sein d’une même corporation, pour installer l’hégémonie de certaines spécialisations et faire disparaître les segments rivaux par tous les procédés possibles (professionnels, médiatiques, législatifs, politiques, scientifiques), est inhérente au processus-même de professionnalisation (Abbott, 1986). Ce haut niveau de monopole, caractéristique du cas français, n’en reste pas moins problématique : il a des conséquences sur le statut des accouchées. Les femmes se voient reléguées au rang d’ignorantes et de « profanes » qui devraient s’en remettre aux seules mains d’une seule catégorie d’expert.e.s médicaux, à savoir l’obstétrique hospitalière. Or les parturientes n’ont guère attendu l’invention des maternités et l’arrivée des médecins pour « savoir » accoucher. Si l’on continue l’exercice science-fictionnel d’exploration des options possibles, on aurait pu imaginer à l’inverse qu’étant donné le haut niveau de ressources médicales dont les pays industrialisés disposent, les femmes soient laissées d’autant plus souveraines en la matière qu’un transfert hospitalier est à tout moment possible. En matière reproductive, les femmes se trouvent en outre sans concurrence pour un tel « poste de travail », encore non transférable à d’autres catégories d’êtres vivants ou de machines. Mais c’est une autre voie qui s’est imposée dans une grande partie des pays industrialisés, comportant son lot de difficultés : comment combiner le principe de collaboration nécessaire des femmes à leur propre accouchement et celui du statut de patiente, censée s’en remettre aux mains du personnel médical compétent ? L’usage d’analgésiques locaux a joué un rôle décisif dans la transformation de la parturiente en « patiente ». L’obstétricien.ne peut accoucher avec l’aide minimale de l’accouchée qui peut désormais assister en spectatrice à son propre accouchement.

9Du point de vue de la sociologie des professions et du genre, on se trouve ainsi face à un cas extrême d’appropriation professionnelle : le savoir des sages-femmes est placé sous le contrôle des obstétricien.ne.s qui furent longtemps des hommes. Quant au savoir des accouchées, il est dévalué au profit du savoir médical certifié (Abbott, 1986). Faire l’histoire de la naissance, conduit par conséquent inévitablement à relater la mise à mal d’un pouvoir longtemps réservé aux femmes (Laget, 1982 ; Gelis, 1984 ; Thébaud, 1986 ; Morel, Knibiehler, 2007 ; Ehrenreich, Deirdre, 2015).

10Comment comprendre qu’une minorité de parents et de sages-femmes échappe au mouvement massif de la médicalisation et revendique une réappropriation de l’événement de la naissance ? Contrairement à ce qu’affirme E. Badinter, il ne peut s’agir d’un « retour en arrière ». Ce serait considérer que les corps et leurs potentialités se déclinent de manière invariable, indépendamment de leur environnement. Or prôner et pratiquer l’accouchement à domicile à l’ère de l’accouchement médicalisé, de l’école obligatoire mixte, de l’égalité juridique entre les sexes, de la contraception, du choix du conjoint et du métier, du téléphone portable et d’Internet ne revêt nécessairement pas le même sens que pour les générations précédentes (Kniebielher, Gélis, 2007). Ce qui se fabrique dans une naissance à domicile au XXIe siècle produit ainsi une tout autre maternité que sous l’Ancien Régime ou l’entre-deux-guerres.

  • 2 L’étude de ce corpus sera complétée par le récit de vie de neuf professionnel-le-s de la naissance (...)
  • 3 Un article, nécessitant des recherches complémentaires, est en cours de rédaction.
  • 4 Ce travail a été réalisé à l’aide d’une mission d’un mois d’Ariadine Bousseta (master de sociologie (...)

11Afin de saisir la spécificité de cette expérience et les normes alternatives qui sont mises en œuvre, on s’appuiera sur l’étude systématique de 328 variables sur un corpus de 134 récits d’accouchement à domicile, écrits par des parturientes entre 2000 et 20142. L’histoire des controverses scientifiques, juridiques et médiatiques entre partisan.e.s et opposant.e.s à cette pratique faisant l’objet d’une recherche en cours3, on se centrera sur la séquence de l’accouchement, rarement étudiée en tant que telle. L’un des crédos de l’accouchement à domicile, consiste en effet de préserver l’intimité de l’événement en limitant le nombre de présences étrangères, susceptibles de perturber la parturiente. Le récit a posteriori des parturientes permet en partie de combler ce point aveugle. Ces 134 récits délivrent un matériau minutieux de première main, inestimable pour l’ethnographe - matériau que l’on a choisi de traiter à la fois qualitativement et quantitativement, afin d’attester de la robustesse des résultats en matière de convergences et de divergences des récits4.

  • 5 Etant donné les difficultés de traduction en français du terme d’«  empowerment » (Bacqué, 2013), o (...)

12Au croisement de la sociologie du travail, des professions et du genre, notre questionnement sera le suivant : dans quelle mesure à domicile, les parturientes prennent-elles le contrôle de leur propre accouchement ? Selon la définition de l’empowerment (Bacqué, 2014), s’agit-il d’une dynamique collective et individuelle qui leur permet de renforcer leur capacité d’action ? Ce processus d’« encapacitation »5 repose-t-il sur la consécration du pouvoir des accouchées comme procréatrices ?

13Dans un premier temps, on cherchera à circonscrire le contexte d’énonciation dans lequel ces récits d’accouchement prennent place et le profil des narratrices pour nous intéresser ensuite aux nouvelles normes de « bonne maternité » diffusées dans ces récits : on décrira le processus d’inversion des hiérarchies professionnelles et familiales au profit des parturientes, subtilement « encapacitées » dans le déroulement même de l’accouchement. Cette encapacitation ne conduit pas pour autant à une magnification du pouvoir féminin : les récits érigent l’accouchement au rang d’œuvre collective, potentiellement fondatrice de relations d’un nouveau type.

Le savoir des parturientes, digne d’être publié

14Qui se sent autorisé à raconter son accouchement à domicile et à le rendre public ? Le processus de réappropriation commence par celui de prendre la plume.

Quand les professionnels s’en remettent à l’expertise des usagers

15Raconter son accouchement à domicile dans un récit publié n’a tout d’abord rien de spécifique à l’accouchement à domicile et ce geste mérite d’être resitué dans un mouvement plus vaste de récit de soi et de partage d’expériences concernant son état de santé, témoignant d’un autre rapport au savoir médical et à la parole des patients. Ces derniers, plus éduqués, s’informent, comparent les techniques, somment les médecins de prouver que leur savoir est evidence-based , autrement dit prouvé par des faits et des résultats, comparent les méthodes médicales et mettent à disposition le résultat de leurs investigations (Akrich, 2014). Certains groupes de patient.e.s, réunis en association (comme Act Up) accèdent même au statut de profanes-expert.e.s et sont intégré.e.s dans la mise au point de protocoles thérapeutiques (Barbot, 2002). L’expression la plus répandue de ce changement des pratiques de santé reste néanmoins la participation à des forums sur Internet et leur simple consultation (Renahy et alii, 2009). Le monde de la naissance n’a pas échappé à cette évolution d’ampleur : comme en témoignent des sites Internet dédiés à la naissance, tels magrossesse.com, Neuf.mois, Magicmaman (créés respectivement en 2000, 2003 et 2009). Si les professionnel.le.s de la santé voient leur autorité contrebalancée par d’autres expertises, leur position hiérarchique en la matière n’est toutefois pas contestée : le diagnostic d’internautes sur les forums n’a pas le même statut que le verdict des médecins.

16Le cas de l’accouchement à domicile vient contredire ce modèle en franchissant un cap important : la frontière entre profane et professionnel s’estompe plus radicalement. S’opère une symétrisation des compétences entre savoir obstétrical et savoir des accouchées, estimé légitime et digne d’être transmis – non pas seulement du point de vue des usagères et usagers, mais également du point de vue des professionnel.le.s. Fait remarquable du point de vue de la sociologie des professions, l’écriture et la diffusion de témoignages sur l’accouchement à domicile sont pleinement soutenus par les sages-femmes, obstétricien.ne.s et professionnel.le.s de la périnatalité, partisans de l’AAD, qui sont les premiers à se dessaisir de leurs prérogatives professionnelles. « Tout ne se trouve pas dans les livres. Chaque accouchement est une école. Chaque femme est un maître », explique la sage-femme Isabelle Brabant (2014) dont l’ouvrage est une référence pour les partisans de l’accouchement physiologique. Il s’agit d’une révolution dans la conception même de la naissance - qui heurte de plein fouet un principe important du système de soin français : « les usagers » sont placés « au cœur du système de soins - des usagers responsables et capables de prendre des décisions, en interaction avec les professionnels » (Akrich, 2007, 45). C’est pourquoi les témoignages des parturientes occupent la part belle sur les sites Internet et dans les ouvrages dédiés à l’accouchement à domicile. Ces témoignages n’ont pas seulement pour vocation de rendre compte de la beauté de l’événement, ils font partie d’une véritable chaîne d’apprentissage et de transmission destinés à faire école.

17L’autre originalité de ces récits, par rapport aux récits d’accouchement classiques, est de s’inscrire dans un contexte de rareté : il s’agit bien de donner les preuves anatomiques, physiques, mentales, émotionnelles, matérielles du bon déroulement de ce type de naissance, qui ne fait plus partie de l’expérience commune. Les mots viennent combler l’absence de connaissance d’un événement qui a disparu de la vie quotidienne, puisque le nombre d’enfants par femmes a baissé et que les naissances ont désormais lieu à l’hôpital. Si la rareté peut se combiner avec le prestige et la considération, il en est tout autrement dans le cas de l’AAD : la maternité hospitalière dans de grandes structures ayant en France focalisé tous les investissements financiers et organisationnels, elle apparaît comme la plus sécuritaire qui soit, renvoyant tout autre type d’accouchement au rang de « risque » inconsidéré. Les récits d’AAD visent à démontrer bien au contraire l’innocuité du dispositif, tant pour la mère que pour le bébé.

18Dernier point qui singularise ces récits : ils ne dialoguent pas entre eux sur le mode de l’échange d’informations critiques sur l’AAD, réservant ce registre polémique à leurs expériences préalables de naissance hospitalière, qui focalisent les blâmes. Alors que les forums de naissance captent une variété de témoignages (laudatifs et accusatoires) sur l’accueil et le type de soins délivrés par les professionnel.le.s de la santé, les témoignages sur l’AAD forment à l’inverse un corpus cohérent assez unanime : l’accompagnement global (une même sage-femme pour les consultations prénatales, la préparation à la naissance, l’accouchement et les soins postnataux) recueille de très bons scores de satisfaction de la part des parturientes. Enquêter à partir de ce type de corpus, c’est donc laisser dans l’ombre les accouchements à domicile « ratés », ces derniers n’étant guère relatés. Font-ils l’objet d’une (auto)censure ? Est-ce parce qu’ils feraient figure d’exception qui confirme la règle – celle d’une adhésion des parturientes dont l’enthousiasme ne se dément pas à l’épreuve des faits ? Cette hypothèse ne pourrait être confirmée que par l’étude exhaustive de la patientèle complète de plusieurs sages-femmes à domicile. On se contentera de signaler que les opposants à l’AAD ne trouvent guère de volontaires pour alimenter un corpus de contre-récits et que les sites Internet généralistes dédiés à la grossesse - qui pourraient pourtant accueillir les mauvaises expériences en matière d’AAD - ne comportent pas de tels témoignages.

Présentation du corpus

  • 6 Il y a un déficit structurel de sages-femmes à domicile (étant donné le tarif des assurances auxque (...)

19Si tous les sites français recensant des récits d’accouchement à domicile n’ont pas été investigués, le corpus étudié comporte les trois quarts des récits accessibles sur Internet (jusqu’en juin 2015) ou dans des ouvrages qui ont en commun d’être des lieux de publication spécialisés, consacrés a minima à la naissance physiologique (que ce soit en maison de naissance, à l’hôpital ou à domicile) et a maxima à l’AAD – signe qu’il s’agit bien d’une pratique à part et minoritaire6. Dans ce contexte, il s’agit de faire nombre, en concentrant les récits d’AAD sur un même site.

20Sophie Gamelin-Lavois, ancienne animatrice de la Leche League puis consultante périnatale lance le mouvement de promotion de l’AAD sur Internet en France en créant en octobre 2000 le site « Périnatalité ». En 2003, elle crée l’AFAR (Alliance Francophone pour l’Accouchement Respecté) qui réunit sur son site 2 300 références scientifiques qui permettent aux futurs parents de « choisir en connaissance de cause » et d’accéder par là à « l’autonomie et non à la dépendance »7. En 2006, elle crée le site « Projet de naissance » qui en 2015, comportait 48 récits.

21Le site « Naître chez soi »8, vitrine du collectif du même nom, constitué à l’issue des Etats Généraux de la Naissance en 2006, suit le même modèle et propose 43 récits d’accouchement.

22Aux côtés de sites dédiés à la promotion de l’accouchement physiologique et animés par des professionnel.le.s de la naissance, on trouve des sites conçus par des personnes ayant accouché à domicile et qui visent à mieux faire connaître cette pratique. C’est le cas de Sylvie – qui ne donne guère son nom de famille, mère d’un petit garçon né à domicile. Elle crée le site « Accoucher autrement » entre 2005 et 2006, et recueille en 42 récits de naissance en un an (http://accoucherautrement.free.fr/​). Le site Internet « Les petits Mwana » (http://www.lesptitsmwana.com/​a-propos), créé en 2011 par un couple qui a expérimenté deux naissances sans péridurale, se veut également un site informatif. On y trouve une centaine de récits d’accouchement classés par type (jumeaux, à domicile, césarienne, déclenchés, etc.).

  • 9 Une doula est une accompagnatrice de naissance. Elle n'est ni sage-femme, ni médecin, et l'accompag (...)

23Les témoignages sur la naissance à domicile ont acquis une place à ce point légitime dans la promotion de l’accouchement physiologique que l’unique ouvrage français, entièrement dédié à cette pratique, intitulé Intimes naissances et paru en 2008, s’ouvre sur la publication intégrale de 15 témoignages, suivis de 12 articles signés par six sages-femmes, deux obstétriciens (dont Michel Odent), une sociologue, deux doulas9 – tous appelés « auteurs » par les deux coordinatrices de l’ouvrage (une monteuse free-lance, qui a accouché deux fois à domicile et sa sœur, éditrice de livres sur les alternatives écologiques). Si l’ouvrage ne connaît pas de succès en termes de vente, il est recensé dans l’émission Les Maternelles sur France 5 en mai 2008 et le hors-série du magasine Côté Santé et Top Santé.com.

  • 10 Michel Odent fut directeur de la maternité de Pithiviers de 1962 à 1985 où il lança le concept d’«  (...)
  • 11 Marie Trelaün est sage-femme, danseuse, coach, auteure d’ouvrages sur les cycles féminins et la dou (...)

24Parmi les revues, une seule est entièrement consacrée à la naissance physiologique. Il s’agit d’une revue mensuelle dédiée à l’écologie relationnelle et à l’écologie politique, Que vivent nos relations, dont la diffusion est confidentielle, mais dont le PDF a circulé dans le monde de la naissance alternative : il s’agit d’un hors-série paru en août 2013, intitulé « Naissances respectées et heureuses » avec des interviews de Michel Odent10, Isabelle Brabant, Sophie Gamelin Lavois, Marie Trelaün11 et 8 récits d’accouchement (http://etre-humain.net/​relations/​).

25Notre enquête portant sur l’AAD en France (qui se singularise par le fait d’être une pratique particulièrement attaquée par l’ordre des sages-femmes), on a exclu de ce corpus d’une part les récits de naissance à domicile à l’étranger (qui se fondent sur une autre organisation professionnelle et d’autres pratiques vernaculaires) et d’autre part les récits d’accouchements physiologiques à l’hôpital et les accouchements prévus à l’hôpital qui se sont déroulés de manière inopinée à la maison (les ANAI : accouchements non assistés involontaires). Ainsi défini, notre corpus comporte 33 récits pour le site « Projet de naissance », 28 pour le site « Accoucher autrement », 39 pour « Naître chez soi », 16 des « Ptits Mwanas », 14 extraits d’Intimes naissance et 4 de Que vivent nos relations. Ce total de 134 récits forment un corpus de plus de 500 pages. Comme il n’y a que cinq hommes sur 134 qui prennent la plume, on parlera de manière générique des narratrices au féminin.

Qui se sent habilité à écrire ?

26Les récits ne relèvent pas du chat sur un forum (avec son cortège d’abréviations et de fautes d’orthographe), mais bien d’un texte écrit en vue d’être lu par différents publics, a fortiori lorsqu’il s’agit de textes publiés en version papier. Ecrire un tel récit implique une familiarité minimale avec le genre autobiographique. Quid des femmes qui ne maîtrisent pas ce type de forme écrite et ne s’autoriseraient pas à témoigner de la sorte ? Différents indices nous invitent à penser que la sélection sociale par ce média est relativement faible : l’accouchement à domicile concerne principalement des femmes éduquées, soit une population plus susceptible qu’une autre de produire un récit argumenté et formalisé. Seulement 9 récits ont une orthographe défaillante et comportent des erreurs grammaticales.

  • 12 Dans notre corpus, un seul récit concernait un couple de lesbiennes, canadiennes, mais on ne l’a pa (...)

27Comment toutefois vérifier cette hypothèse dans le cas de notre corpus ? Seulement 8 récits mentionnent explicitement une profession. En outre, tous mettent en scène des couples hétérosexuels12, le métier du conjoint étant encore plus rarement mentionné (seulement deux fois). Seuls 32 récits donnent suffisamment d’éléments d’identification sociale pour permettre de repérer un certain mode de vie, à défaut d’une appartenance de classe. Sur ces 32 récits, 5 récits rendent compte de pratiques alimentaires ou télévisuelles de consommation industrielle (commande chez KFC, visionnage d’émissions de télé-réalité) et 4 évoquent au contraire une certaine aisance (baignoire pour trois personnes, possession d’une voiture onéreuse, piscine dans le jardin). 19 récits sur les 32 témoignent d’un certain engagement écologique ou d’un mode de vie « sain » (nourriture bio, autoproduction de pain, jardin potager, pratique de la randonnée). Les 102 récits restants ne délivrent aucune information qui permette une identification sociale. Les récits, centrés sur la seule séquence de l’accouchement, sont très singulièrement détachés du reste de l’existence de la narratrice (âge, profession, niveau d’étude, région de résidence, appartenance politique et religieuse). Cette commune absence de caractérisation des récits peut renvoyer au souhait d’universaliser son expérience personnelle, de toucher le plus grand nombre de lecteurs, mais aussi d’échapper à toute identification (pour les parturientes comme pour les sages-femmes qui les ont accompagnées) dans un contexte de vive critique par les institutions hospitalières d’une telle pratique.

  • 13 Mathilde Munier (Munier, 2005) propose l’étude la plus fiable sur le plan des effectifs puisqu’elle (...)

28Faute de trouver dans les récits mêmes de quoi établir un portrait sociodémographique, on peut néanmoins établir une cohérence entre la pratique même du récit écrit et les informations disponibles sur cette population depuis une quinzaine d’années : deux mémoires de sages-femmes en fin d’étude (que l’on appellera par commodité l’enquête Munier et l’enquête Boudet) se sont attelés à la tâche de circonscrire le profil des parents qui optent pour l’AAD13. On comparera ces résultats aux enquêtes « Périnatalité » de la même période, fondées sur un échantillon en population générale, sur toutes les naissances d’enfants vivants ou morts nés durant la même semaine en France et dans les DOM en maternité.

Tableau n° 1 : Comparaison du profil sociodémographique des parents optant pour l’AAD et des parents optant pour la maternité hospitalière

Variables sociodémographiques des enquêtes Munier et/ou Boudet

Enquête Munier de 1997-2005 sur l’AAD (N =2243)

Enquête périnatalité 1998 en population générale

Enquête périnatalité 2003 en population générale

Enquête Boudet de 2011 sur l’AAD (N =133)

Enquête périnatalité 2010 en population générale

Etudes supérieures au bac

53,9 %

38,7 %

42,6 %

Niveau Bac+2

68 %

51,8 %

Âge moyen

31,8

29,3

Parturiente agricultrice

3 %

0,6 %

Conjoint : agriculteur

4,6 %

1,7 %

Parturiente artisan-commerçants

6 %

1,8 %

Conjoint : artisan-commerçants

15 %

6,40 %

Parturiente profession intermédiaire

55 %

27,6 %

Conjoint : profession intermédiaire

34,4 %

20 %

Parturiente : cadre

9,7 %

16,5 %

Conjoint : cadre

20 %

21,1 %

Parturiente : ouvrière

0,8 %

6,6 %

Conjoint : ouvrier

0,8 %

29,1 %

Travail pendant la grossesse

48,3 %

64,3 %

Parturiente non française d’Afrique du Nord et subsaharienne

0,1 %

1 %

7,6 %

Parturiente célibataire

3,5 %

7,30 %

Parturiente primipare

29 %

29 %

32,9 %

Sources : Enquête Munier, Enquête Boudet, Enquête « Périnatalité » 1998, 2002, 2011

29Le point le plus saillant concerne le niveau d’étude : 53,9 % des femmes ayant accouché à domicile entre 1997 et 2005 ont fait des études supérieures au bac (contre 38,7 % des femmes de l’enquête périnatale de 1998 et 42,6 % des femmes de l’enquête périnatalité 2003. En 2011, 68 % d’entre elles ont un niveau bac+2 (contre 51,8 % selon l’enquête périnatale de 2010). L’enquête Munier révèle en outre que la moyenne d’âge des parturientes est de 31,8 ans, soit deux ans de plus que dans l’enquête périnatalité où elle est de 29,3 en 2003.

30En ce qui concerne la profession, d’après l’enquête Boudet, 3 % des mères et 4,6 % des pères sont agriculteurs exploitants, bien plus que dans l’enquête périnatalité de 2010. Il y a par ailleurs entre deux et trois fois plus d’artisans-commerçants qui accouchent à domicile comparativement à la population générale. Le gros de la population pratiquant l’AAD occupe des professions intermédiaires (soit des salariés qui ne sont ni agents d’exécution, ni employés, ni cadres) : 55 % des parturientes contre 27,6 % dans l’enquête périnatalité. L’autre élément très significatif est la quasi absence d’ouvriers pratiquant l’AAD et la moindre proportion de cadres.

31Ces femmes ont par ailleurs fait davantage le choix d’arrêter de travailler pendant leur grossesse : 48,3 % seulement travaillent contre 64,3 % des femmes de l’enquête périnatalité de 1998. Faut-il en conclure que le niveau d’aisance financière des femmes ayant accouché à domicile est plus élevé ? Est-ce parce ces femmes (très majoritairement en couple et ayant déjà eu des enfants) ont fait le choix de se consacrer pleinement à cet événement – avant et après le congé de maternité ? Aucune enquête ne renseigne ce point. Comparativement à l’achat d’un Smartphone, d’un abonnement téléphonique et Internet annuel, le prix même de l’accouchement à domicile n’est pas exorbitant. Tel est l’argument recueillis auprès de sages-femmes à domicile qui, tout en militant pour une plus juste prise en charge par la sécurité sociale de leur temps de travail, estiment qu’en l’état actuel du rapport de force, le surcoût reste sans commune mesure avec l’événement : 49 % des accouchées à domicile ont dû débourser plus de 200 € en plus des 312,70 € prévu par la Sécurité sociale pour l’accouchement à domicile et le suivi postnatal, tandis que 19 % d’entre elles ont dû avancer plus de 500 € pour faire face aux dépassements d’honoraires pratiqués par certaines sages-femmes domiciliaires.

32La nationalité (pouvant avoir une influence sur la rédaction d’un récit en français) a son importance : on constate la quasi absence de femmes non françaises, issues de l’Afrique du Nord et subsaharienne, pourtant assez nombreuses à accoucher dans les hôpitaux.

33Autre élément de distinction important : le lieu de résidence diffère entre les parturientes qui ont opté pour l’AAD et celles qui vont à l’hôpital. Selon l’enquête Boudet 57 % des couples vivent à la campagne, 32 % vivent en ville et 11 % en périphérie urbaine. Si on ne sait pas si les femmes qui produisent un récit vivent en ville ou à la campagne, on a en revanche des éléments d’identification de leur type d’habitat lorsqu’elles évoquent la circulation entre les pièces : 79 accouchement ont lieu dans une maison contre 27 en appartement, un seul en habitat léger (un tipi), 26 récits ne permettent pas d’identifier le type de logement. Ces proportions ne correspondent pas exactement aux chiffres de l’enquête Boudet : si 67 % des couples vivent dans une maison, 26 % vivent en appartement, la proportion de couples vivant en habitat léger (yourte, roulotte, bus) s’élève à 7 %.

34La situation matrimoniale des accouchées à domicile est également déductible des récits. Toutes les femmes de notre corpus, à l’exception d’une d’entre elle, vivent en couple hétérosexuel (bien plus encore que dans l’enquête Munier qui recense malgré tout 3,5 % de mères célibataires à faire un AAD et bien plus encore que dans l’enquête périnatalité qui en compte 7,3 %). Accoucher à domicile d’une part, et en faire le récit, d’autre part, c’est avoir accouché avec son conjoint (mentionné comme mari dans 46 récits).

35Les femmes du corpus se distinguent également par le nombre de leurs enfants : parmi les récits, on compte seulement 21 primipares sur 134 (soit 15,6 %), alors que dans l’enquête Boudet comme dans l’enquête Munier, elles sont 29 % (contre 32,9 % dans l’enquête périnatalité de 2011), ce qui invite à penser que les mères de plusieurs enfants se sentent significativement plus aptes à écrire un récit que les primipares - sachant que l’accouchement à domicile est un choix qui touche davantage les multipares. Cette tendance est accentuée dans les récits d’accouchées où on trouve encore plus de femmes à avoir entre 2 et 6 enfants – signe que le nombre d’enfants constitue une expérience qui confère suffisamment de légitimité pour se sentir autorisée à écrire le récit de son accouchement.

36Pour résumer, les femmes qui accouchent à domicile appartiennent davantage aux professions intermédiaires que la moyenne, elles disposent de plus de temps pour s’être arrêtées davantage de travailler, elles sont légèrement plus âgées et plus fréquemment multipares. Les seuls éléments vraiment clivants, comparativement au reste des parturientes, sont la quasi-absence de couples ouvriers, de femmes non françaises issues de l’Afrique du Nord et subsaharienne et de femmes célibataires, ainsi que la très forte proportion de ruraux et le plus haut niveau d’étude. Autant d’éléments qui contribuent à expliquer pourquoi une partie des parturientes qui a accouché à domicile s’est sentie habilitée et a pris le temps d’écrire un témoignage.

Pourquoi raconter son accouchement ?

37Le geste autobiographique que constitue l’écriture de son accouchement à domicile ne répond pas seulement au souhait de laisser une trace à son enfant de l’heureux événement. Ces récits, diffusés sur des sites qui promeuvent l’accouchement à domicile, sont mus par une visée démonstrative. Il s’agit de convaincre des bienfaits de l’accouchement à domicile. La première motivation des parturientes – si l’on suit la structure des récits qui s’ouvrent et/ou s’achèvent sur leurs motivations à écrire, c’est celle de soutenir la cause des AAD avec des remerciements appuyés. Les trois quarts des récits manifestent de la reconnaissance à l’égard des sages-femmes avec des montées en généralité sur la beauté du métier : « Merci à J. et à toutes ces sages-femmes qui permettent aux couples qui le désirent d’avoir le choix de la naissance de leur enfant » (naissance d’Aurèle, Naître chez soi). Certains remerciements vont jusqu’à élever le travail de ces sages-femmes au rang d’engagement militant héroïque : « Quelques sages-femmes en France accompagnent encore les femmes dans leur désir d’accoucher naturellement. Et je voudrais leur dire un grand bravo pour leur courage. Elles font un merveilleux métier, et elles ont beaucoup de mérite de braver le médico-légal » (récit de Natasha, Projet de naissance).

38Les remerciements s’adressent également à la communauté des rédactrices de témoignages :

« Grâce à votre site, entre autres, j’ai eu l’envie puis la possibilité d’accoucher à domicile. Les récits que j’avais lu dans vos pages m’ont parfois aidée, parfois bouleversée, souvent émue. Je me devais donc de faire la même chose en retour. Voici le récit de mon accouchement à domicile le 20 janvier 2007. Merci encore de faire perdurer la parole des femmes qui veulent accoucher naturellement » (récit de Céline, Projet de naissance).

39Au don reçu par l’engagement de la sage-femme, des créatrices de sites, un contre-don est offert par le biais d’un récit. Une communauté d’émotions partagées se crée dans le même temps, permettant de faire corps contre l’adversité.

40La deuxième mission que se fixent les rédactrices, lisible dans la description même de l’accouchement, est celle de rendre compte du bien-être global suscité par une naissance à la maison - bien-être pour le couple, soudé dans la gestion conjointe de l’accouchement, bien-être de la mère qui retrouve la confiance en sa capacité d’agir, bien-être du bébé qui n’est pas malmené à la sortie du ventre de sa mère. Les femmes ne manquent pas une occasion de témoigner du confort de rester à la maison pendant le prétravail et le travail, elles se disent respectées dans leur choix de position au moment de l’expulsion. 100 récits sur 134 présentent la douleur comme gérable, sans omettre des moments de douleurs insoutenables. Ces descriptions permettent de proposer un contre-discours au récit fréquent de l’accouchement comme torture.

41La troisième mission consiste à informer les autres mères sur le déroulement précis de ce type d’accouchement. Mises en confiance sur leur aptitude à l’autodiagnostic par les sages-femmes qui les suivent, les parturientes se livrent à l’exercice pédagogique du récit circonstancié de leur accouchement. Le récit abonde en termes techniques et anatomiques. « Mon récit est un peu long, mais je pense que tous les détails sont importants » (récit de Natasha, Projet de naissance). La douleur est décrite sans euphémisation, comme les techniques de maîtrise de la douleur. Il s’agit bien de produire un récit réaliste pour permettre aux lectrices de se préparer mentalement. « J’espère que mon récit rassurera celles qui ont des appréhensions vis-à-vis de l’accouchement, je n’ai rien enjolivé, ma vision n’est pas biaisée par la joie de tenir mon enfant contre moi, je sais maintenant qu’il y a des accouchements qui peuvent être relativement faciles et que le dogme "tu accoucheras dans la douleur" n’est pas vrai pour tous ! » (récit de la naissance de Morgane, Naître chez soi).

42La mission d’information sur l’accouchement à domicile s’assortit, dans un tiers des cas, d’une dénonciation des abus hospitaliers : 35 sur 113 femmes ayant déjà accouché à l’hôpital ont vécu des violences obstétricales (soit 30 % de l’effectif) et se disent explicitement victimes d’abus de la part du personnel hospitalier. 73 récits sur 134 défendent l’autonomie technique contre l’hôpital. Les récits deviennent-ils pour autant des manifestes ? Entre la dénonciation de la surmédicalisation et celle de la société industrielle et capitaliste, il y a un pas que peu de récits franchissent.

43Le prosélytisme religieux est par ailleurs tout à fait absent des récits, y compris parmi les quatre dont on a pu déduire l’appartenance confessionnelle (on compte trois musulmanes et une royaliste catholique qui s’affichent comme telles dans les récits). Quand il y a une dimension spirituelle, le terme de « vie » revient comme un leitmotiv - version laïcisée, universellement appropriable du miracle de la naissance. « Merci, Merci la Vie » (récit d’Astrid, Accoucher autrement).

44La neutralité politique est de mise : seuls trois récits montent en généralité sur la cohérence de la démarche sur le plan écologique. Dans le cas d’une dénonciation plus large, elle s’inscrit davantage dans le cadre de la liberté de choix, de respect de la mère et de l’enfant : c’est le cas de 28 récits sur 134. Si on ne trouve pas de référence au féminisme, la revendication d’une liberté de choix s’inscrit assurément dans cette lignée : le privé est politique. Du changement individuel à un changement social d’ampleur, les liens sont établis par les coordinatrices et coordinateurs des sites, des ouvrages ou des revues qui sont explicites sur l’indissolubilité de ces niveaux : une naissance physiologique qui respecte le bien-être de la mère et de l’enfant a des conséquences sur le devenir de l’humanité. Sophie Gamelin présente en ces termes les témoignages qu’elle a collectés : « Nous, femmes qui témoignons, n’imaginons pas à quel point l’écriture de notre histoire (qui nous paraît "banale") peut marquer le parcours d’autres personnes, l’histoire d’une mère, du monde » (Gamelin, en introduction aux témoignages). Ainsi les récits d’accouchement sont constitutifs d’une démarche démonstrative qui prolonge le choix même de ce type d’accouchement : accoucher à domicile, ce n’est pas seulement une option de confort, il en va aussi du respect de la personne (qui met au monde et celle à naître).

45Les récits n’en restent pas moins modestement et stratégiquement centrés sur la description de l’accouchement : le récit du « comment faire » l’emporte sur les professions de foi, rejoignant ici un mouvement plus vaste de politisation du moindre geste, fondé sur la mise à disposition de gestes simples (Pruvost, 2015a). Le style constitue un bon indicateur de cette démarche : un quart des récits (n =36) est lyrique et seulement 11 très poétiques. La majorité de ces récits lyriques (n =26) le sont seulement à l’échelle d’un ou plusieurs paragraphes. De fait, une grande partie des récits se caractérise par une bonne connaissance technique, seuls 31 d’entre eux échappent à cette norme. Phénomène plus massif encore, le style de récit est très majoritairement factuel et descriptif (fondé sur un énoncé simple des faits et gestes), seuls 14 récits n’obéissent pas à cette consigne. Le déroulement même de l’accouchement, des premières contractions à l’expulsion, constitue ainsi le cœur du récit, nous invitant à passer ces textes au crible de questionnements sur l’organisation du « travail », dans tous les sens du terme.

L’inversion des rôles professionnels

46Qui accouche qui ? Dans les hôpitaux français, c’est clairement le personnel médical qui procède à l’accouchement. A domicile, la logique est tout autre : ce n’est pas la sage-femme qui met au monde le bébé, mais la parturiente elle-même, épaulée par la sage-femme, le conjoint ou la doula qui l’accompagnent. Il s’agit d’une « équipe de travail » volontairement réduite pour favoriser la concentration de la parturiente, toute à son ouvrage. Tel est le message martelé à l’occasion des congrès de Midwifery Today (congrès bisannuel international des partisans de l’accouchement physiologique et de l’AAD) que nous avons ethnographiés. Les 134 récits témoignent massivement de l’incorporation de cette injonction à l’autonomisation : les hiérarchies ordinaires sur le plan professionnel et domestique sont renversées.

Quand la sage-femme décide de s’effacer

47L’organisation du travail médical à l’hôpital est tout à la fois pyramidale et à dimension variable selon le flux des accouchements. À domicile, il y a une sage-femme par femme qui accouche ; elle se soumet par conséquent au tempo singulier de chaque accouchement et va jusqu’à organiser son propre effacement en coulisses pour que la femme devienne actrice de l’événement.

48Le professionnalisme des sages-femmes consiste d’abord à arriver au bon moment, ni trop tôt, ni trop tard, compte-tenu des distances parfois importantes entre leur lieu d’habitation et celui de la parturiente. Une partie de la préparation à l’accouchement à domicile consiste par conséquent à autonomiser les couples et à leur apprendre à évaluer s’il s’agit ou non d’un « vrai » travail, autrement dit à autoévaluer si les contractions sont efficaces.

49Cette contrainte géographique (impliquant de ne pas imposer à la sage-femme un déplacement indu) n’est pas vécue comme telle par les femmes : elles préfèrent faire une partie du « travail » seule avec leur conjoint. C’est tout l’enjeu d’être à domicile. Longuement préparées à ce moment, les femmes se trouvent en situation d’hypervigilance. Les récits en témoignent par leur niveau de précision horaire. Le conjoint est soit déjà sur les lieux, soit il arrive aussitôt – signe qu’il a bien intégré son rôle d’« accompagnateur » privilégié. Le premier arbitrage est donc de savoir quand appeler la sage-femme. Notons qu’elle n’est d’ailleurs pas beaucoup appelée (au maximum trois coups de téléphone), que le nombre d’appels ne dépend pas de l’expérience des parturientes (son statut de primipare ou non n’a aucune incidence). Plus de la moitié des femmes appelle entre une seconde et une heure après le début du travail, un tiers d’entre elles, tarde, préférant gérer les contractions avec leur conjoint, jouant parfois avec les limites de l’accouchement non assisté. Ce premier coup de téléphone est déterminant : il permet d’anticiper le temps d’arrivée de la sage-femme. D’après nos calculs, elle arrive en moyenne au bout de 2h52 – durée qui ne tient pas à la distance géographique mais à l’évaluation, par téléphone, du niveau d’urgence, repéré notamment au ton de voix. Si la parturiente peut encore aisément parler, c’est que les contractions ne la submergent pas encore. La non-intervention immédiate des sages-femmes constitue un élément de métier, très partagé dans la profession : dans les maternités, les femmes sont soit renvoyées chez elles, soit laissées seules dans leur chambre durant cette première vague de contraction. La singularité de l’AAD, c’est la formation des parturientes par les sages-femmes domiciliaires à l’identification des premiers signes déclencheurs et à l’évaluation de leur intensité – ce dont témoigne le peu de coups de téléphone passés.

Tableau n° 2 : Nombre d’appels et temps d’arrivée de la sage-femme

50Une fois sur place, la sage-femme estime à nouveau la nécessité de sa présence aux côtés de la parturiente : « J. a préféré s’éclipser, prétextant qu’elle préférait qu’on soit un peu seuls, pour que le travail reprenne son cours je pense. Elle est allée s’installer dans le salon » (récit de Lionel, Accoucher autrement). Cette dernière ayant fait irruption dans la scène de travail, elle doit veiller à ne pas être intrusive. Le couple a déjà préparé la salle d’accouchement, commencé les massages, éventuellement pris un bain. Elle se doit de vérifier que le cœur du bébé bat. Délicatesse souvent notée dans les récits, elle ne fait pas nécessairement de toucher vaginal, limitant les gestes décourageants quand le travail est peu avancé. Dans certains récits, l’arrivée de la sage-femme est si discrète qu’il est difficile de savoir quand elle arrive tant la parturiente est « dans son monde ». L’obstétricien Michel Odent, largement cité par les parturientes de notre corpus, fait de cette auto-exclusion volontaire la clef même d’un « travail » efficace : fervent défenseur du pouvoir des femmes à accoucher, il préconise de rester « bouche cousue, d’utiliser au besoin un peu de langage verbal, si nécessaire de s’asseoir dans un coin, mais pas en face » (Odent, 2013, 15). Selon lui, le rôle des professionnel.le.s de la naissance est bien d’encapaciter les femmes à accoucher seules et non de leur dire quoi faire. Certaines parturientes ont à ce point intégré la nécessité d’être à l’écoute d’elles-mêmes qu’elles mentionnent la parole ou le geste dirigiste qui les a perturbées. La règle, pour ce type d’accouchement, réside dans la suggestion, sachant que c’est la parturiente qui aura le dernier mot.

51Autre élément récurrent des récits, les sages-femmes se font un art de répondre à la violence des contractions par la non-violence, en usant de médecines douces : massages, huiles essentielles, homéopathie, elles ont à leur disposition tout un éventail de soins qu’elles savent combiner et doser en fonction de chaque situation. Elles sont également décrites comme expertes dans l’art de dénouer les nœuds psychiques qui bloquent l’ouverture du col. Les récits témoignent de cet art d’accoucher les âmes : à la manière des psychanalystes qui estiment que c’est le patient qui « fait le travail » de la cure, la sage-femme ne donne pas à la femme les clefs de ce qui la tourmente, elle lui ouvre des pistes pour trouver sa propre voie. Son professionnalisme consiste là encore à s’effacer.

52Partant aussi furtivement qu’elle est venue, la sage-femme se retire avec discrétion après l’expulsion du placenta et le temps réglementaire qui permet de vérifier qu’il n’y aura pas d’hémorragie. Les récits marquent communément une ellipse : on sait très rarement l’heure à laquelle la sage-femme rentre chez elle. On ne peut ici trouver exemple plus abouti d’inversion des prérogatives professionnelles, contrevenant au schéma abbottien de la nécessaire subordination des « clients » : un bon ou une bonne professionnel.le.s de la naissance est un guide qui apprend à la parturiente à se passer de ses services, pointant ici le cas particulier de l’accouchement dans le domaine de la santé, puisqu’il ne s’agit pas d’une maladie. La question du risque obstétrical est alors posée en de tout autres termes par les partisans de l’AAD : tout l’enjeu est de créer les conditions de la non-pathologie en s’appuyant sur les ressources propres des parturientes (physiques, affectives) et en écartant à domicile le risque des pathologies induites par l’hypermédicalisation et l’environnement hospitalier (Topcu, Löwy, 2016).

Le conjoint : l’homme à tout faire

53Dans ce processus de déploiement des ressources propres des parturientes, Michel Odent va jusqu’à préconiser la mise à l’écart du conjoint, dont la présence est jugée encore plus inutile que celle de la sage-femme. Sur ce point, il n’a pas fait école. Les récits mettent au contraire les conjoints à l’honneur. Ils sont très majoritairement présentés par leur compagne comme aimants et zélés. Sur les 128 pères présents à l’accouchement, seulement 8 sont considérés comme intrusifs et 89 sont présentés comme de véritables auxiliaires disposant d’une expertise et inspirant la confiance. Les récits abondent en paroles de reconnaissance à l’égard du conjoint qui se démultiplie en officiant en tant que masseur, point d’appui auquel se suspendre, coach, évaluateur de la bonne progression du travail, accoucheur dans le cas des accouchements non assistés volontaires et involontaires.

  • 14 La tentation du départ à la maternité pour avoir une péridurale, tant la souffrance paraît à certai (...)

54Dans la majorité des récits, les conjoints ne paniquent guère devant la violence des contractions qui touchent leur conjointe, ils sont à l’écoute. Comme les sages-femmes, ils manient l’art de la suggestion et de la persuasion douce : « Laurent me propose à nouveau un bain bien chaud vers 2h du matin que j’accepte volontiers bien que je n’arrive pas à y rester, plus de 10 minutes. Je lui fais part de mon envie de partir à la maternité (à 25 minutes). Il est surpris14 et pourtant, va faire preuve de délicatesse et de douceur. Ses paroles d’amour vont me redonner confiance » (récit de la naissance d’Hanaëlle, Projet de naissance). Le sang-froid du conjoint, assorti de douceur et d’attention, place l’homme du côté du care.

55L’inversion des rôles de genre s’étend jusqu’aux tâches domestiques : les conjoints se transforment en véritables fées du logis qui s’occupent prioritairement des enfants et de tâches en cuisine (cf. tableau n° 2). « Madame (mon épouse) ordonne, et nous (moi et la sage-femme) disposons » (récit de Gabriel, Naître chez soi).

Tableau n° 3 : répartition des tâches ménagères

Parturiente

Conjoint

Nombre de tâches ménagères accomplies

Contenu des tâches ménagères

Nombre de tâches ménagères accomplies

Contenu des tâches ménagères

93 font 0 tâche

39 font 0 tâche

29 font 1 tâche

21 au soin des enfants

40 font 1 tâche

47 au soin des enfants

10 font 2 tâches

19 à la cuisine/vaisselle

27 font 2 tâches

31 à la cuisine, vaisselle

2 font 3 tâches

7 au ménage

5 font 3 tâches

20 au linge

 = 41 femmes

5 au linge

1 fait 4 tâches

8 aux courses

3 aux courses

 = 73 hommes

8 au ménage/bois

56Comme il n’est interdit ni de manger ni de boire durant l’accouchement à domicile, les conjoints n’ont pas seulement à s’occuper des enfants quand ils sont là, ils se doivent d’offrir à leur compagne de quoi tenir le coup : « A 17h, Laurent, mon tendre compagnon, me fait couler un bain. Entre temps, il aura déjà fait plusieurs navettes entre la cuisine et la chambre pour m’apporter de l’eau, des figues, des amandes, me soutenir, me masser les reins… » (récit de la naissance d’Anaëlle, Projet de naissance).

57Dans les récits se dessine une image singulière de la virilité : le versant physique de la force est bien présent, mais pas celui de l’imposition de sa volonté. Le conjoint se trouve dans la position chevaleresque de l’homme au service de sa dame, qui la nourrit, la conseille, prodigue des soins - sans être diminué à ses propres yeux comme aux yeux de sa conjointe. Comme ces récits ne décrivent que la séquence de l’accouchement, il est difficile de savoir si ce renversement des rôles est ou non éphémère mais une inversion des rôles a bel et bien lieu, invalidant le stéréotype du futur père, faisant les cents pas à l’orée de la chambre.

La toute puissance de la parturiente

58Dans ces récits, les femmes se posent comme actrices d’un choisi et mûrement réfléchi. « PERSONNE n’accouche une femme, c’est la femme qui accouche ! J’ai mis ma fille au monde, on ne m’a pas accouchée » (récit de Géraldine, Accoucher autrement).

59La puissance des femmes se manifeste tout d’abord au début du travail, quand les contractions sont encore assez légères et espacées. Les femmes se présentent comme sereines ou impatientes d’entamer ce marathon - dans tous les cas en pleine possession de leurs moyens. Les premières contractions sont gérables. « Debout devant le lavabo avec mon chéri d’amour, je me regarde dans le miroir. Il me dit que je suis belle, que j’ai le regard puissant d’une lionne. C’est vrai que j’ai l’air puissante, chasseresse, concentrée, forcenée, guerrière. Je me trouve très belle moi aussi » (récit de Nathalie, Projet de naissance).

60Puis vient le récit de la tempête, traversée avec plus ou moins de douleur, avec des durées variables et le sentiment que tout le savoir accumulé peut voler en éclat, tant la déferlante des contractions prend une forme qui dépasse l’entendement. La puissance des femmes se manifeste alors par une série de décisions techniques qui appartiennent en propre à la femme. La parturiente peut décider de presser plus ou moins la sage-femme. Ces temps d’attente sans la sage-femme, loin de conduire les femmes à déplorer l’absence d’accompagnement médical, les conduit à prendre conscience qu’elles ont des ressources. C’est à ce moment que le conjoint est institué en premier assistant.

61Avec l’arrivée de la sage-femme s’ouvrent d’autres possibles, mais contrairement à ce qui peut se passer à l’hôpital, c’est à la femme que revient la liberté de choisir. Les récits insistent sur ce droit à chaque embranchement : la parturiente peut refuser ou implorer un toucher vaginal. Elle s’installe dans la position la plus adéquate possible tout au long de l’accouchement, obligeant sage-femme et conjoint à la suivre dans ses déambulations, de la salle de bain à la chambre. Elle peut se reposer, dormir, manger, boire, ralentir la cadence :

« J’entends J. qui murmure : "maintenant le temps t’appartient, tu vas à ton rythme, tu as tout ton temps, c’est toi qui décide quand va naître ton bébé". J’ai choisi de rester chez moi entre autres pour donner une naissance douce à mon bébé, alors je décide que cette fois, malgré la douleur, je prendrai tout mon temps pour faire naître mon bébé. Personne ne me dit ce que je dois faire, c’est mon accouchement, j’en ai pleinement conscience à ce moment là » (récit d’Anne-Sophie, Accoucher autrement).

  • 15 Frédéric Leboyer, gynécologue et obstétricien, né en 1918, a développé sa méthode de l'accouchement (...)

62Pendant l’expulsion, la femme peut hurler, pousser des cris d’orgasme, couvrir la terre entière de noms d’oiseaux, elle peut au contraire demander un silence absolu pour se concentrer sur le passage du bébé et accoucher en pleine conscience. Quand la tête sort, elle peut revendiquer le droit d’attraper elle-même le nouveau-né. Quand le bébé naît, elle peut exiger que le cordon ne soit coupé que lorsque le bébé respire avec ses poumons dans la lignée de ce que préconise l’obstétricien F. Leboyer15. Selon les principes mis en pratique par M. Odent à la maternité de Pithiviers, les mères ont le droit d’avoir immédiatement leur bébé contre elle, peau contre peau, sans que le bébé ne soit lavé et testé. La mère peut demander à ce que la sage-femme n’accélère pas l’expulsion du placenta s’il tarde à descendre, le placenta peut être gardé par les parents s’ils souhaitent l’enterrer, la parturiente peut décider ou non d’avoir quelques points en cas de déchirure, elle peut allaiter immédiatement.

63Les récits sont si précis sur ces exigences que ce cortège de gestes prend une valeur normative et prescriptive. Le non-respect de ces règles d’accouchement idéal peut entraîner chez certaines parturientes une certaine contrariété. Ces nouvelles normes deviendraient-elles contraignantes, pour ne pas dire écrasantes au point de créer chez les mères, soucieuses de vivre une naissance parfaite, la frustration de ne pas avoir été à la hauteur ? Rares sont les récits qui expriment des regrets et quand c’est le cas, les regrets ne sont pas de nature à assombrir l’ensemble de l’expérience.

64L’encapacitation de la parturiente se manifeste enfin sous une forme exaltée à la naissance du bébé. S’exprime tout d’abord la fierté d’être capable d’enfanter avec un minimum d’assistance médicale. « Je ne réalise pas encore, c’est encore trop tôt, mais c’est formidablement valorisant cette expérience. Découvrir, accueillir chez soi cette compétence, cette puissance à donner la vie seule... » (récit de Titou, Accoucher autrement). D’autres parturientes invoquent un sentiment d’autonomie : « C’est une sensation d’incroyable liberté que celle de se sentir capable de faire face à une mise au monde sans besoin des autres (…). C’est la réappropriation d’une indépendance perdue qui nous grandit » (récit de Camille, Que vivent nos relations, 2013, 57).

65Il y a également le sentiment d’avoir été respecté dans sa dignité de femme : « Je ressens depuis ce jour une force intérieure qui m’aide au quotidien et je souhaite à toutes les femmes ayant le désir de devenir mère de connaître un accompagnement respectueux prenant en compte leur singularité et leur dignité parce que cela me paraît indispensable, pas seulement pour le présent mais dans le futur en lien avec leurs enfants, leur mari et pour elles-mêmes » (récit de Marie, Que vivent nos relations, 2013, 42). Certaines femmes font enfin part de leur fierté de rejoindre le cercle des femmes fortes qui enfantent depuis la nuit des temps. « Je voudrais par ce témoignage encourager toutes les futures mères qui ont choisi d’accoucher à la maison ! (…) Je dédie ce témoignage à ma mère, qui m’a mise au monde, à ma fille qui plus tard à son tour transmettra la Vie, à toutes les femmes qui accouchent et donnent la Vie, dans la joie et dans l’Amour » (récit de la naissance de Julie, Projet de naissance).

66On se trouve ainsi aux antipodes du portrait victimaire d’E. Badinter : les femmes vivent leur accouchement comme émancipatoire, elles se sentent investies d’une grande puissance d’agir. Les femmes découvrent in fine qu’enfanter est très simple. C’est le retournement final de ce processus d’encapacitation. Les femmes se sentent enfin capables d’accomplir des gestes qu’elles estiment désormais élémentaires. « J’avais l’impression d’avoir fait ça toute ma vie, tout simplement » (récit d’Imane, Accoucher autrement). Le processus d’inversion des hiérarchies professionnelles arrive ici à son terme : les sages-femmes et les conjoints, par leur soutien, leur sens de l’écoute, leur art de la suggestion, leur encouragement à avoir confiance en elles-mêmes, mettent la parturiente en condition pour devenir une femme sage - qui sait.

L’accouchement comme œuvre collective

67Dans les récits, la parturiente n’ignore toutefois pas que son nouveau pouvoir est le produit d’un apprentissage et d’une co-production. Si c’est elle qui est en travail (nul autre ne peut être à sa place), son accouchement reste une aventure collective. La toute-puissance médicale n’est pas détrônée au profit de l’exaltation de toute puissance maternelle. En d’autres termes, il ne s’agit pas d’une opération de substitution d’un pouvoir par un autre, mais plutôt d’un renversement de la notion même d’autorité. Qui met au monde qui ? Pour reprendre les termes en usage en sociologie du travail, le « collectif de travail » qui s’invente à cette occasion échappe à des assignations de rôle fixées à l’avance.

La création d’une famille de proches

68En maternité, l’ethos professionnel (combiné à l’obligation de procéder à des accouchements à la chaîne) induit une certaine réserve et impersonnalité, de part et d’autre, et il n’est pas question de faire de l’événement de la naissance un moment qui scelle avec le personnel médical un lien privilégié. Le bébé à naître est avant tout un cœur qui bat : au centre du dispositif hospitalier, se trouve l’écran du monitoring (Akrich, 2007). Le nombre de proches pouvant assister à l’accouchement est par ailleurs limité. Les récits d’accouchement à domicile donnent à voir une autre économie relationnelle.

69Le bébé est tout d’abord perçu comme partie prenante de l’accouchement en tant qu’être vivant dont il s’agit d’apprendre à sentir la présence et les messages. Ce n’est pas seulement la femme qui est « encapacitée », mais aussi l’enfant à naître qui accomplit sa part du travail : « Je te susurre quelques mots : bienvenue mon bébé, tu as bien travaillé » (récit de la naissance de Félix, Les ptits Mwana). S’opère ainsi toute une série de décentrements successifs : de la toute-puissance médicale, on passe à l’encapacitation du trio sage-femme-conjoint-parturiente pour donner la part belle à la parturiente. À la puissance maternelle, s’ajoute la reconnaissance du bébé comme une personne douée de volonté. Il s’agit d’accoucher avec son bébé et non contre lui ou à son insu (comme le craignent les récits hostiles à l’égard de la péridurale). La procréation est bien une œuvre collective et chaque participant.e en est dûment remercié.e : « Nous devons beaucoup à notre sage-femme, présente et professionnelle, qui nous a accompagnés durant ces 9 mois et qui a accueilli notre fille dans la douceur. Nous devons beaucoup à nous-même... à nos convictions que nous avons su garder malgré les doutes. Nous devons beaucoup à notre fille, qui a participé activement à sa naissance ! » (récit de la naissance de Julie, Projet de naissance). Qui donc accouche qui ? La réponse à cette question des assignations de rôles, si importante en sociologie du travail et des professions, se dissout ici d’elle-même. L’usage des pronoms dans certains récits est significatif : on passe du « je » au « on » ou au « nous ».

70La participation directe est cependant un critère trop restrictif pour juger de l’intégration au travail de l’accouchement : l’AAD se caractérise par la création d’un environnement propice et bienveillant. Les femmes accouchent « avec » leur univers domestique et familial. L’accouchement peut ainsi inclure la fratrie (et dans certains cas, les grands-parents) dans l’événement. S’instaure un concernement collectif à la naissance, voulu par la moitié des futurs parents qui disent explicitement que cette présence ne peut être que bénéfique pour tout le monde : le partage de ce moment extraordinaire est pensé comme créateur de liens familiaux durables, désamorçant les sentiments d’exclusion et les jalousies fraternelles. 57 femmes sur 113 ayant déjà des enfants ont leurs enfants présents, en général dans une pièce à côté, dans leur chambre (éveillés ou endormis, dont une bonne partie se lève à point nommé, soit juste après l’expulsion). En termes d’organisation familiale et de rapports sociaux de sexe, la possibilité pour les frères et sœurs d’assister de près ou de loin à l’accouchement conduit à sortir le nouveau-né d’une propriété exclusive des femmes, à rebours de ce qui se passe à l’hôpital où les mères sont investies en interlocutrices privilégiées du nourrisson, la règle générale dans les établissements publics voulant que le reste de la famille et des amis ne peut y séjourner plus de quelques heures par jour. Les récits ne manquent pas d’insister sur la dimension tactile de cette proximité des enfants, non verbale : les enfants touchent, câlinent leur mère et le nouveau-né.

71On est très loin, dans les récits, de l’évocation d’un labeur traumatique qui par sa violence défigurante, doit demeurer un huis clos – soustrait de la vue des proches et réservé aux professionnels de la naissance. La souffrance engendrée par les contractions n’est pas continue et de longs moments de douceur ponctuent l’accouchement qui, dans certains récits, devient même un acte éminemment sensuel. Un matelas se trouve au sol, l’unique code vestimentaire est d’être à son aise et règne une demi-pénombre.

72Certains conjoints sont de fait plus que des auxiliaires ménagers ou médicaux, ce sont de véritables partenaires sexuels. L’érotisme de la situation est palpable. Le souci de discrétion professionnelle de la sage-femme tient à son irruption dans l’intimité d’un couple dont les corps s’épousent dans des postures qui peuvent puiser dans le répertoire des préliminaires sexuels. Le conjoint masse le dos de sa compagne, il lui caresse la nuque, la balance sur ses genoux, prend un bain avec elle. Dans notre corpus, l’accouchement est un haut lieu de démonstration d’hétérosexualité conjugale.

73Cette sensualité ne touche cependant pas seulement le couple, elle se communique à toute personne qui fait corps avec la parturiente.

« A chaque contraction, les mains de J. la sage-femme savent exactement où appuyer pour me soulager, elles me transmettent de la douceur, Anne-so une amie m’applique une lingette à la température idéale et Joachim m’enveloppe de sa présence et de son amour… Tout ceci, dans un silence divin, une luminosité très douce et toujours avec la même patience. (…) Mon homme, Anne-so et J. sont toujours près de moi, leur soutien, leur bienveillance est totalement indescriptible, ils savent tous les trois que ce qui se joue aujourd’hui va bien au-delà de la naissance de mon troisième enfant… La complicité qui lie les deux femmes à mes côtés rajoute de l’émotion à ce moment déjà si merveilleux. » (récit de la naissance de Noam, Naître chez soi).

74L’ocytocine, dite aussi « hormone d’amour » que secrète la parturiente, est décrite comme communicative. Une sage-femme en entretien parlera de la naissance comme d’un « shoot » – une véritable drogue envoûtante.

75Ce besoin de fusion des corps et d’étreintes peut se muer en un entre-femmes exclusif.

« C’est parti, il est 19h, la danse des sens commence. A tour de rôle, Isabelle et Mathilde me massent, je suis bien en leur compagnie, la proximité de femmes me renvoie à une histoire ancestrale, j’ai l’impression d’être reliée à toutes les femmes qui ont un jour donné la vie sur cette terre. J’ai besoin de ce contact, de cette présence, de cette communion. Mon chéri assure l’intendance » (récit de la naissance de Mahaut, Projet de naissance).

76Les récits convergent : réserve professionnelle, distance conjugale ou amicale ne sont pas de mise. D’autres règles de pudeur se mettent en place : le processus de civilisation des mœurs (Elias, 1973) qui conduit à discipliner les corps et à respecter des règles de bienséance est perçu dans cette situation particulière comme inadéquat : contenir la proximité physique avec celles et ceux qui assistent à l’accouchement, empêcher les femmes de se laisser aller à ce moment précis de leur existence serait faire obstacle à un processus physiologique de relâchement et d’abandon sensoriel, nécessaire, pour accélérer le travail et atténuer la douleur.

77L’intensité de l’accouchement (corps en excès, débordement d’émotions), qui dans certaines représentations est associé à des images de terreur et d’effroi, engendre bien au contraire ici des liens d’attachement. Les récits ne sont pas angéliques au point de transformer l’expérience de l’accouchement en acte d’amour universel, notamment à l’égard des sages-femmes qui pour partie s’éclipsent ou sont oubliées à la fin du récit. Dans d’autres cas, la frontière s’estompe au point d’introniser la sage-femme en tant que membre de la famille : « Une intimité très forte s’est créée. Des liens intenses se sont tissés » avec « mes secondes mamans, qui ont pris soin de moi et m’ont protégée » (récit de la naissance d’Aura, Naître chez soi). Certains couples donnent même comme second prénom à leur fille celui de la sage-femme. « Je te respire... Non, je te renifle... Ce besoin d’animalité me submerge... Et j’explose de bonheur en te voyant... Papa m’embrasse, Geneviève la sage-femme m’embrasse et embrasse papa » (récit de la naissance d’Eireen, Naître chez soi). Se condense dans cet extrait l’ensemble des transfigurations que l’accouchement réalise en un temps record. Il suffit de quelques heures pour muter et devenir très familiers - aux autres et à soi-même.

78S’élabore ainsi une famille mue par des liens d’affection choisis. Les entretiens que j’ai menés dans le monde des alternatives écologiques corroborent cette dimension : familles recomposées, retrouvailles après une séparation, amitiés anciennes et nouvelles se nouent à cette occasion, étendant le nombre des adultes de référence pour l’enfant (Pruvost, 2015b). Il n’est pas anodin que seulement 17 récits du corpus sur 134 vantent les bienfaits de la famille nucléaire. C’est moins la parenté ou le lien mère-enfant qui importe que la mise au monde d’individus d’un autre type : « Nous n’osions pas espérer un bébé aussi facile et agréable à vivre et sommes persuadés que sa naissance en toute tranquillité et dans le calme de notre foyer, sans stress, sans peur, entourée d’amour, a beaucoup joué dans ce caractère ». (Naître chez soi, naissance de Morgane). Les partisans de l’accouchement à domicile le répètent régulièrement dans leurs ouvrages et conférences : une naissance plus respectueuse est susceptible d’engendrer des rapports humains plus aimants – de l’enfant à naître à l’ensemble des protagonistes de cet accouchement. Les textes portent la trace de cette espérance.

79Ces récits d’expérience d’un accouchement à plusieurs mains, diffusant une bienveillance salutaire, invitent à reconsidérer la notion de « reproduction » - au double sens d’événement cristallisant des identités genrées prédéterminées, et d’assignation des femmes à la sphère dite « reproductive » : s’agit-il d’accoucher d’enfants sexués, déjà catégorisés, ou avant tout d’êtres humains ? Si certaines parturientes s’inscrivent du côté des femmes qui donnent la vie et placent leur fille à naître dans cette filiation, un point singulier a attiré notre attention : dans un nombre conséquent de récit, au moment de l’expulsion du bébé, le sexe de l’enfant n’intéresse ni la mère, ni le père. « Je me dépêche de t’attraper entre mes jambes, je te prends contre moi et je me rassieds dans la baignoire. Mon bébé, tu es là, je ferme les yeux et je t’écoute respirer, t’installer dans la vie aérienne. Plus tard, nous regardons ton sexe, une petite fille, quelle surprise » (naissance de Céleste, Naître chez soi). Le rituel de la non-coupure du cordon constitue une particularité des naissances à domicile : le bébé reste relié par le cordon au placenta jusqu’à ce qu’il puisse respirer par lui-même. Il est maintenu entre deux mondes, amphibie, en transition. Ne pas dire et regarder le sexe de l’enfant, ne pas l’habiller, le garder peau contre peau font partie de ce ralentissement volontaire des opérations de fixation de statut avec un sexe, un prénom, une heure de naissance. Rien de moins "naturel" que de faire durer cet état d’asexuation.

« Le temps est suspendu. Je pousse pour sortir les épaules et je me dis que cet enfant est drôlement dodu. Je l’entends pleurer un peu et je sens encore à l’intérieur de moi ses petits pieds pousser. Je l’attrape maladroitement entre mes jambes, je déroule son cordon qu’il a autour de la poitrine et deux fois autour du cou. Le cordon cache encore le sexe. Mais à cet instant, je l’admire juste, j’ai oublié que nous ne savons pas. Un regard avec Antoine et je le soulève : c’est une fille. Je n’en reviens pas ! » (récit de la naissance de Léonie, Projet de naissance).

80Seulement 34 récits sexuent le bébé à naître dès le début. Cette asexuation pourrait pourtant être levée puisque le récit est rétrospectif, mais les narratrices maintiennent l’asexuation : 49 récits prennent la peine de relater en quelques phrases le temps de découverte du sexe du bébé à l’expulsion – témoignant de leur étonnement d’avoir accordé si peu d’importance au rite social de la sexuation, incontournable à l’hôpital. À domicile, cette institution peut être déjouée, tout au moins au moment du temps suspendu de l’accouchement : au commencement peut se trouver la merveille du non-sexué.

Le cumul des savoirs

  • 16 Le terme de nature est absent des récits. Le terme de « naturel » est plus fréquent, pour désigner (...)

81Les parturientes qui accouchent volontairement à domicile et mettent cette expérience en récit ne présentent de fait pas cet acte comme relevant d’un état de nature dans lequel qu’il suffirait de s’immerger : il s’agit bien de compétences acquises, notamment par la lecture des récits d’AAD, en plus des ouvrages, des sites Internet, de divers cours prénataux et des rendez-vous avec la sage-femme. Très significativement, les notions de « nature »16 et d’«  instinct » sont assez peu convoquées, sinon pour désigner les postures prises pour contourner la douleur des contractions et le réflexe de poussée au moment de l’expulsion.

82Ce n’est du reste pas le moindre des paradoxes que d’apprendre à retrouver une forme de « nature sauvage », recouverte, selon Michel Odent, par des millénaires de conditionnement. Il s’agit d’écouter son corps qui devient dans les récits une entité autonome dictant la conduite à adopter : le corps « comprend » la posture qui lui sera la moins douloureuse. Il s’agit de « lâcher prise », selon la formule en vigueur dans les récits. Les femmes ne cherchent plus à se contenir. Elles se trouvent tantôt nues à quatre pattes, à pousser des cris inouïs, tantôt concentrées dans un état intérieur si profond qui les fait entrer dans leur « bulle » : « Accompagner profondément chaque contraction d’une sorte de chant rauque (que je me demande encore d’où j’ai sorti ça !!!) ça m’aide énormément... (...) J’ai de nouveau les yeux fermé et mon chant me transporte, ces moments sont très intenses » (récit de Géraldine, Accoucher autrement). Placé en état de transe, le corps devient à ce point plastique que la douleur peut se muer en jouissance ou que de petits bassins arrivent à expulser de gros bébés, explorant ici les limites des possibles anatomiques.

83Mais l’activation de ces strates enfouies qui permettent au corps de se transcender ne se fait cependant pas « naturellement ». Les femmes qui choisissent de raconter leur accouchement à domicile, étant relativement plus éduquées que la moyenne, témoignent de leur propension à cumuler les savoirs – le savoir de « l’état primitif » qui consiste à se laisser aller (récit de la naissance d’Ana Lucier, Accoucher autrement) et le savoir intellectuel. « Les explications de Françoise sage-femme me rassurent. Moi qui ne voulais surtout pas intellectualiser cet accouchement, je suis contente de savoir pourquoi ça coince. Je visualise le problème et la position du bébé et ça m’aide. » (récit d’Ariane, Projet de naissance). Certains récits relatent avec humour leur irrépressible besoin de mobiliser leur savoir médical.

  • 17 Bernadette de Gasquet est médecin et professeure de yoga, enseignante de mécanique obstétricale, de (...)

« 1- Je respire à fond et décontracte tous les muscles que je peux contrôler (merci Bernadette de Gasquet17 : au moins je pensais à autre chose qu’à la douleur).
2- J’essaie de faire corps avec la vague (merci Frédéric Leboyer) en me raccrochant à l’idée que la douleur monte mais finit toujours par redescendre (merci le monitoring de Thomas, mon fils aîné).
3- J’essaie d’ouvrir le chemin au maximum, d’y accompagner cet enfant pour que le travail soit le plus efficace possible (merci l’haptonomie). (...) Lui a le bon goût de me rassurer en bougeant (merci Michel Odent : si un bébé bouge, c’est que son cœur bat ! C’est tout bête mais je n’y aurais pas pensé toute seule à ce moment-là) » (Sophie, Accoucher autrement)

84Ce récit mi-sérieux, mi-comique rend bien compte du syncrétisme bricolé, propre à l’accouchement à domicile dans nos pays industrialisés : les femmes ne perdent pas les bénéfices des connaissances acquises dans les guides de grossesse, mais aussi lors de leur précédent accouchement hospitalier ou de leur suivi parallèle dans une maternité classique.

85Pour user de techniques légères, l’AAD n’en est pas moins outillé – d’outils simples impliquant du savoir-faire dans l’usage à bon escient (huiles essentielles, tabouret, l’eau chaude d’un bain, ballon d’accouchement, cou du conjoint auquel les femmes se suspendent, massages, postures apprises lors de préparations à l’accouchement) et d’outils médicaux classiques : les sages-femmes ont entre autres dans leur mallette un doppler pour écouter le cœur du bébé et de quoi faire une anesthésie locale pour faire des points de suture. Les récits ne sont pas des pastorales : les parturientes ont écrit leur récit sur un ordinateur. Certaines d’entre elles, à la première contraction, pianotent sur leur clavier et chattent avec leurs amies Facebook, d’autres surfent sur Internet pour glaner d’ultimes informations, d’autres encore regardent une série télévisée pour se détendre, la plupart d’entre elles usent de leur téléphone portable pour appeler conjoint, sage-femme, mère, voisine. Elles allument leur chaîne hifi pour écouter de la musique tibétaine. La sage-femme qui a d’assez longues distances à parcourir arrive presque systématiquement en voiture. Il peut lui arriver, pendant son trajet, de téléguider le conjoint qui devient son auxiliaire à distance. Ce dernier gonfle une piscine en plastique qu’il remplit d’eau chaude. Au moment de l’expulsion, le conjoint est invité à photographier la scène et filmer – scène que certaines parturientes visionnent sur leur écran pour se livrer à une réévaluation de leur performance et écrire leur récit. Les corps incarnés s’hybrident avec le monde virtuel des puces électroniques. Très rares sont les récits « low tech ».

86Pour reprendre la formule de Donna Haraway, les parturientes ne sont ni de pures « déesses » ni de pures « cyborgs », elles naviguent entre connexion énergétique avec l’univers et connexion électromagnétique avec des machines. En cela, elles sont à l’image des sages-femmes qui les accompagnent, qui ont suivi une double formation, en tant que sage-femme hospitalière et domiciliaire. Il s’agit bien de cumuler la meilleure part des mondes anciens et modernes en s’appuyant sur un collectif de travail élargi : conjoint, sage-femme, bébé, environnement familial, huiles essentielles, stéthoscope, cortex et néocortex, présence des proches et téléphone portable, intimité du domicile et horizon d’un transfert toujours possible à l’hôpital.

Conclusion 

87Les récits d’accouchement à domicile de notre corpus témoignent d’un ancrage dans la modernité. Ils n’émanent pas d’Amish technophobes, mais d’une génération passée par l’école obligatoire mixte, ayant fait pour la plupart des études, équipée de téléphone portable et d’ordinateur, connectée à internet, en majorité née à l’hôpital et ayant pour la plupart donné naissance à un premier enfant dans cette même institution, avec un accès à un éventail plus large de métiers et la possibilité d’aimer librement son conjoint.

88Plus éduquées que la moyenne des parturientes, les femmes qui accouchent à domicile et qui prennent soin de coucher leur expérience par écrit se présentent comme émancipées : un enfant si je veux et surtout « comme » je veux. Les récits témoignent d’un véritable renversement des hiérarchies entre professionnels médicaux et patientèle : si l’accent est mis sur la dimension très collective du « travail » (qui inclut le conjoint, la sage-femme, mais aussi le bébé à naître), c’est la parturiente qui est investie de la connaissance de ce qui se joue dans son corps par toute une série de techniques de mise en confiance et d’autonomisation, distillée par celles et ceux qui l’entourent à sa demande. L’ensemble de ces renversements vise à faire à faire advenir, le temps de l’accouchement, une tout autre naissance, dans laquelle les parturientes (mais aussi leur conjoint) sont investies d’une maternité encapacitante, qu’il serait plus juste de qualifier ici d’enfantement.

89La révélation d’une telle capacité d’agir dans le cours de l’accouchement ne conduit cependant pas à l’instauration de nouvelles hiérarchies, consacrant la toute-puissance de l’accouchée, mais bien plutôt à la formation d’un monde de proches. À l’inverse du cadre professionnel formalisé, institué par les hôpitaux, l’accouchement à domicile engendre un brouillage des frontières en tous sens – familiarité des corps, intimité partagée, gestes d’affection, usage d’outils élémentaires et sophistiqués, savoir scientifique et état primal – qui rebat les cartes des assignations de rôle dichotomiques (patiente vs professionnels, monde des femmes vs monde des hommes, archaïsme vs progrès scientifique).

90Le récit de son accouchement sous forme écrite induit nécessairement une sélection des faits et des expériences qui ne permettent pas d’étendre ces pistes d’analyse à l’ensemble des accouchements à domicile. Il est néanmoins très singulier que parmi la somme des expériences communicables, les narratrices convergent sur la dimension du « bien-être au travail » – dans le cours même de leur accouchement, en donnant précisément à voir une tout autre organisation du « travail » que celle qui a cours dans les protocoles hospitaliers, induisant un changement de paradigme : de l’enfantement pensé à l’horizon du risque obstétrical (pour la mère et l’enfant), on passe à l’engendrement d’un événement fondateur, créateur de liens d’affection et plus largement, de relations bienveillantes dont les effets ne concerneraient pas seulement l’enfant à naître et ses proches, mais, graduellement, l’ensemble du corps social.

Top of page

Bibliography

ABBOTT Andrew, The system of professions, Chicago, Chicago University Press, 1988.

AKRICH Madeleine, « Comment la naissance vient aux femmes  : les techniques de l’accouchement en France et aux Pays-Bas », La Santé de l’homme, 391, 2007, pp. 45-47.

AKRICH Madeleine, O’DONOVAN Orla, RABEHARISOA Vololona, « The entanglement of scientific and political claims. Towards a new form of patients’ activism », in Peter WEHLING Willy VIEHÖVER, Sophia KOENEN, (ed.), The Public Shaping of medical Research. Patient associations, health movements and biomedicine, London and New York, Routledge, 2015, pp. 72-88.

AKRICH Madeleine, LEANE Maire, ROBERTS Celia, ARRISCADO NUNES Joao, « Practising childbirth activism: A politics of evidence », BioSocieties, 9, 2014, pp. 129-152.

AKRICH, M., PASVEER, B., « Embodiment and disembodiment in childbirth narratives », Body & Society, 10, 2004, pp. 63-84

BARBOT Janine, « How to build and active patient? The work of AIDS association in France », Social Science & Medicine, 62, 3, 2006, pp. 538-551.

BACQUE Marie-Hélène, L’empowerment, une pratique émancipatrice, Paris, La Découverte, 2013.

BADINTER Elisabeth, Le Conflit. La Femme et la Mère, Paris, Flammarion, 2010.

RENAHY Emilie, PARIZOT Isabelle, CHAUVIN Pierre, Whist. Enquête web sur les habitudes de recherche d’informations liées à la santé sur Internet, Paris, Inserm, 2007.

BOUDET Carole, Accoucher à la maison : quels couples font ce choix et pourquoi ?, mémoire de fin d’étude de sage-femme, école de Caen, 2012.

BRABANT Isabelle, Vivre sa grossesse et son accouchement : une naissance heureuse, Paris, éditions Chroniques sociales, 2013.

BRABANT Isabelle, interview par Marie Hélène Lahaye, blog d’explorations féministes et politiques autour de la naissance, 2014, http://marieaccouchela.blog.lemonde.fr/2014/04/24/

isabelle-brabant-je-madresse-a-des-femmes-intelligentes-adultes-capables-de-faire-des-choix-pour-elles-memes-et-leur-bebe, consulté le 10/01/2016.

BUTLER Judith, Défaire le genre, Paris, Amsterdam, 2012.

CARRICABURU Danièle « De l’incertitude de la naissance au risque obstétrical : les enjeux d’une définition », Sociologie et sociétés, 39, 1, 2007, pp. 123-144.

CLAVANDIER Gaëlle, CHARRIER Philippe, « La naissance en mutation, un enjeu pour la sociologie ?. », Recherches familiales, n° 12, 2015, pp. 165-174.

EHRENREICH Barbara, ENGLISH Deirdre, Sorcières, sages-femmes et infirmières, Paris, Cambourakis, 2015.

GAMELIN-LAVOIS, Sophie, La naissance autrement : choisir son projet de naissance, Paris, Jouvence, 2009.

GELIS Jacques, LAGET Mireille, MOREL Marie-France, Entrer dans la vie. Naissances et enfances dans la France traditionnelle, Paris, Gallimard, Archives, 1978.

GELIS Jacques, L’arbre et le fruit. La naissance dans l’occident moderne (XVIe-XIXe siècles), Paris, Fayard, 1984.

HARAWAY Donna, Manifeste cyborg et autres essais, Paris, Exils, 2007.

KNIBIEHLER Yvonne, Accoucher. Femmes, sages-femmes et médecins depuis le milieu du XXe siècle, Rennes, ENSP, 2007.

KNIBIEHLER Yvonne, GELIS Jacques, Accoucher. Femmes, sages-femmes et médecins depuis le milieu du XXe siècle, Rennes, Editions ENSP, 2007.

JACQUES Béatrice, « La relation de confiance sage-femme- femme enceinte ou la confiance réciproque, in COLLONGE Cécile et Juliette, Intimes naissances, Paris, La Plage, p. 349-360.

JANSSEN Patricia, LEE Shoo K., RYAN Elisabeth M., ETCHES Duncan J., FARQUHARSON Duncan F., PEACOCK Donlin, KLEIN Michael C., « Outcomes of planned home births versus planned hospital births after regulation of midwifery in British Columbia », Canadian Medical Association Journal, 166, 3, 2002, pp. 315-23

JAUNAIT Alexandre, RAZ Michal, RODRIGUEZ Eva, « La biologisation de quoi ? », Genre, sexualité & société, 12, 2014, http://gss.revues.org/3317.

LAGET Mireille, Naissances. L’accouchement avant l’âge de la clinique, Paris, Seuil, 1982.

LEBOYER Frédérik, Pour une naissance sans violence, Paris, Seuil, 1974.

MUNIER Mathilde, L’accompagnement global avec l’accouchement à domicile en France de 1997 à 2005, mémoire de fin d’étude de sage-femme, école de Cochin, 2005.

QUINCHE Florence « Sites internet santé : vecteurs de normes santé ou lieux de contestation ? », Philosophia Scientiæ, 12-2, 2008, pp. 75-91.

ODENT Michel, « Et si on mammiférait l’accouchement ? », Que vivent nos relations, 2013, numéro hors série, pp. 13-15.

PRUVOST Geneviève, « Chantiers participatifs, autogérés, collectifs. La politisation du moindre geste », Sociologie du travail, 51, 2015a, pp. 81-103.

PRUVOST Geneviève, « Faire village autrement. Des communautés introuvables aux réseaux d’habitat léger », Socio-anthropologie, 32, 2015b, pp. 21-40.

RENAHY Émilie, CADOT Emmanuelle, ROUSTIT Christelle, PARIZOT Isabelle, CHAUVIN Pierre, 2009, « Recherche d’information en santé sur l’internet : une analyse contextuelle des données SIRS, une cohorte parisienne », Santé Publique, 21, 2009, pp. 27-40.
THEBAUD Françoise, Quand nos grands-mères donnaient la vie. La maternité en France dans l’entre-deux-guerres, Lyon, PUL, 1986.

THEBAUD Françoise, « Du soin et rien d’autre ? Les logiques sociales du grand déménagement », Spirale, 54, 2010, pp. 31-37.

WAX Joseph R., LEE LUCAS F., LAMONT Maryanne, CARTIN Angelina, BLACKSTONE Jacquelyn, « Maternal and newborn outcomes in planned home birth vs planned hospital births: a metaanalysis », American Journal of Obstetrics and Gynecology, 203, 3, 2010, pp. 203-243.

WIEGERS Therese. A, KEIRSE Marc J.N.C., VAN DER ZEE Julie, BERGHS Georg A H, « Outcome of planned home and planned hospital births in low risk pregnancies: prospective study in midwifery practices in the Netherlands », British Medical Journal, 313, 1996, pp. 1309-1313.

Top of page

Notes

1 Les naissances à domicile accompagnés d’une sage-femme entrent dans ce cas de figure. Ces dernières n’accompagnent pas les naissances dites « à risque » (comme par exemple la naissance gémellaire ou en siège) et transfèrent à l’hôpital les accouchements qui présentent des complications.

2 L’étude de ce corpus sera complétée par le récit de vie de neuf professionnel-le-s de la naissance à domicile, ainsi que les récits de vie d'une dizaine d'alternatifs écologiques qui ont opté pour l'accouchement physiologique. À cette base biographique s'ajoutera l'ethnographie de deux congrès internationaux de formation à l'accouchement physiologique pour les médecins, sages-femmes et doulas, et les ressources documentaires (statistiques notamment) que constituent les mémoires des sages-femmes sur l'accouchement à domicile. Afin de conserver la cohérence de notre étude dans le cadre restreint d’un article, on ne citera que des extraits des 134 récits d’AAD.

3 Un article, nécessitant des recherches complémentaires, est en cours de rédaction.

4 Ce travail a été réalisé à l’aide d’une mission d’un mois d’Ariadine Bousseta (master de sociologie), financée par l’ANR RSCE, qui a procédé un premier dépouillement et codage des récits suivant une grille comportant 328 variables. J’ai vérifié cette première base, je l’ai recodée et lissée durant un autre mois et demi. Les résultats présentés ici ne constituent qu’une exploitation partielle des résultats.

5 Etant donné les difficultés de traduction en français du terme d’«  empowerment » (Bacqué, 2013), on a opté pour le néologisme « encapacitation »

6 Il y a un déficit structurel de sages-femmes à domicile (étant donné le tarif des assurances auxquelles ces dernières doivent souscrire) par rapport à la demande. Cette pratique, dans l’état actuel du rapport de force, ne peut donc pas s’étendre.

7 http://afar.info/2003/pour-un-accouchement-respecte

8 http://naitre-chez-soi.over-blog.com/41-categorie-10738229.html

9 Une doula est une accompagnatrice de naissance. Elle n'est ni sage-femme, ni médecin, et l'accompagnement qu'elle assure est non médical.

10 Michel Odent fut directeur de la maternité de Pithiviers de 1962 à 1985 où il lança le concept d’« accouchement comme à la maison » et proposa des piscines d’accouchement ainsi que des pratiques de chant prénatal et d’allaitement dès la première heure. Il part pour l’Angleterre en 1985 pour pratiquer des accouchements à domicile. Il fonde en Angleterre le Primal Health Research Centre, dans le but d'étudier les pathologies et les comportements infantiles en comparant des cohortes de naissances non physiologiques et physiologiques. Il anime des sessions de formations internationales pour sages-femmes et doulas sur la naissance physiologique.

11 Marie Trelaün est sage-femme, danseuse, coach, auteure d’ouvrages sur les cycles féminins et la douleur dans l’accouchement.

12 Dans notre corpus, un seul récit concernait un couple de lesbiennes, canadiennes, mais on ne l’a pas intégré à l’analyse en raison de leur nationalité.

13 Mathilde Munier (Munier, 2005) propose l’étude la plus fiable sur le plan des effectifs puisqu’elle porte sur 2243 cas d’AAD recensés par le site de l’ANSFL (association nationale des sages-femmes libérales) à partir des fiches transmises par les sages-femmes entre 1997 et 2005 ; Carole Boudet (Boudet, 2012) a exploité 133 questionnaires sur 140 envoyés par le site « Naître chez soi » en 2011.

14 La tentation du départ à la maternité pour avoir une péridurale, tant la souffrance paraît à certains moments, insurmontable, est fréquemment mentionnée dans les récits. Le rôle de l’accompagnement de la sage-femme et du conjoint est alors de sonder la parturiente pour savoir si c’est un souhait réactif ou une volonté affirmée. Aucun récit de notre corpus ne manifeste de regrets de ne pas avoir suivi cette première impulsion d’aller à la maternité.

15 Frédéric Leboyer, gynécologue et obstétricien, né en 1918, a développé sa méthode de l'accouchement doux, permettant au nouveau-né de venir au monde sans traumatisme à la suite de sa rencontre avec Svämi Prajnänpad. Il a publié en 1974 Pour une naissance sans violence, ouvrage célèbre, par-delà le monde de la naissance alternative.

16 Le terme de nature est absent des récits. Le terme de « naturel » est plus fréquent, pour désigner le type d’accouchement, comme synonyme de « physiologique ».

17 Bernadette de Gasquet est médecin et professeure de yoga, enseignante de mécanique obstétricale, de préparation à l’accouchement, auteur d’ouvrages sur les abdominaux et la protection du périnée, la relaxation et la respiration, notamment Accouchement. La méthode de Gasquet (Paris, Marabout, 2012).

Top of page

References

Electronic reference

Geneviève Pruvost, « Qui accouche qui ? Etude de 134 récits d’accouchement à domicile », Genre, sexualité & société [Online], 16 | Automne 2016, Online since 20 December 2016, connection on 29 March 2017. URL : http://gss.revues.org/3849 ; DOI : 10.4000/gss.3849

Top of page

About the author

Geneviève Pruvost

Chargée de recherche au CNRS-EHESS, CEMS-Institut Marcel Mauss
genevievepruvost2@gmail.com

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org