Navigation – Plan du site
Dossier
Articles

Mères seules et belles-mères. Normes conjugales et maternelles en tension.

Single-Mothers and Stepmothers. Tensions Between Conjugality and Maternity Norms.
Manon Réguer-Petit

Résumés

A partir d’une enquête ethnographique conduite dans deux associations (l’une réunissant des mères en situation monoparentale, l’autre des belles-mères en famille recomposée) et d’entretiens réalisés dans et hors du contexte associatif, cet article analyse la manière dont les expériences de séparation et de recomposition mettent en tension les normes de maternité et de conjugalité portées par les femmes. L’expérience de la monoparentalité suscite simultanément une revendication d’indépendance des mères hors de la famille nucléaire et une réaffirmation de la prééminence d’un lien mère-enfant naturalisé. A l’inverse, l’expérience de la beau-parentalité favorise une critique de l’identité maternelle assignée aux femmes mais s’accompagne d’une valorisation de la relation conjugale. Le travail de direction des associations participe ainsi à la diffusion de normes de maternité et de conjugalité. L’enquête menée en région parisienne auprès de femmes non-adhérentes à une association montre que la position sociale et la trajectoire familiale antérieure influent sur les logiques d’agencement des normes de maternité et de conjugalité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En 2006, 16 % des mineurs vivaient dans une famille monoparentale et 9 % dans une famille recomposé (...)

1En France métropolitaine, en 2011, parmi les enfants mineurs, 18 % vivaient dans une famille monoparentale et 11 % dans une famille recomposée (Lapinte, 2013). Dans un contexte de diversification croissante des configurations familiales1, cet article interroge les normes de maternité et de conjugalité auxquelles adhèrent les femmes quand elles sont en situation de monoparentalité ou lorsqu’elles ont un rôle de belles-mères en famille recomposée. Ces normes et expériences ont jusque-là été peu questionnées, l’analyse se centrant souvent sur les difficultés sociales ou éducatives liées à ces situations (Martin, 2009 ; Cadolle, 2001). Cet article propose donc d’explorer le rapport subjectif des femmes à la maternité et à la conjugalité à partir d’une enquête ethnographique conduite dans deux associations (l’une réunissant des mères en situation monoparentale, l’autre des belles-mères en famille recomposée), et de 56 entretiens réalisés dans et hors de ce contexte associatif.

2Les mères en situation de monoparentalité exercent leur maternité hors du schéma familial nucléaire hétérosexuel et des travaux ont montré qu’elles sont le plus souvent à l’initiative des séparations (de Singly, 2011). Les belles-mères partagent quant à elles un lien quotidien intermittent, sans reconnaissance d’un lien juridique, avec leur bel-enfant (Cadolle, 2001). A la différence des mères lesbiennes non-statutaires (Descoutures, 2010), elles n’ont en outre pas participé au projet de conception de l’enfant. La comparaison entre les mères en situation monoparentale et les belles-mères s’avère particulièrement heuristique dans l’analyse des normes de maternité contemporaine. Les séparations et les recompositions sont en effet des moments au cours desquels sont négociés et discutés les rôles parentaux. Ces bifurcations, sources de rupture avec les routines quotidiennes familiales, agissent comme des révélateurs des normes de parentalité (Hachet, 2016). Le travail de comparaison permet également d’analyser les logiques contradictoires qui traversent les transformations des familles contemporaines en matière de normes de maternité et de conjugalité. Ces contradictions sont repérables dans les pratiques et les discours des femmes enquêtées.

3Au cours des dernières décennies, les causes menant à la monoparentalité ont profondément changé. La diminution du nombre de veufs et veuves, remplacés par des séparés et des divorcés (Letablier, 2010), s’accompagne d’une féminisation des ménages monoparentaux (David et Séchet, 2004). Tenus à 85 % par des femmes (HCF, 2010), ils sont marqués par des risques importants d’appauvrissement (Algava et al., 2005 ; Lefaucheur, 1987 ; Martin, 1997) et sont surreprésentés parmi les populations précaires (HCF, 2010). En entrant dans la monoparentalité, les femmes font donc l’expérience d’une dégradation de leur niveau de vie qui s’accompagne d’un fort contrôle de leur maternité (Cardi, 2007).

4Au-delà des risques d’appauvrissement consécutifs d’une séparation conjugale, la monoparentalité peut être présentée comme une sortie d’un modèle familial oppressant et inégalitaire. Si les conflits relatifs aux modes de division des tâches sont souvent analysés comme des causes de rupture (Hochschild et Machung, 1989), la séparation peut alors susciter des changements identitaires liés à la sortie d’un rôle de conjointe (Ebaugh, 1988). En s’intéressant aux séparations récentes, datant de moins d’un an, François de Singly (2011) a ainsi souligné le processus de déconjugalisation à l’œuvre lors de séparations et mis en évidence les logiques de redécouverte de soi qu’elles engendraient. Comment l’expérience de la maternité, hors de la conjugalité, influe-t-elle sur la conception que peuvent avoir les femmes des rôles de genre et des normes de maternité ?

5Les familles recomposées et, plus encore les belles-mères (Cadolle, 1998), ont longtemps été associées à de nombreux stéréotypes. Ces dernières sont décrites comme jalouses de leurs beaux-enfants et manquant d’instinct maternel (Mignot, 2008). Les sciences sociales ont largement nuancé les critiques formulées à l’encontre des familles recomposées en soulignant les nouvelles normes familiales (Le Gall et Martin, 1993 ; Théry et Dhavernas, 1993) dont elles sont porteuses. Mais, malgré la normalisation des familles recomposées, les beaux-parents restent non reconnus juridiquement (Damon, 2012). Or, les belles-mères partagent des liens quotidiens (Weber, 2005) avec leurs beaux-enfants et ont une place spécifique dans la recomposition, marquée par les phénomènes de spécialisation genrée des rôles parentaux (Théry et Dhavernas, 1993). A la différence des beaux-pères qui tendent à prendre une position de retrait dans la sphère domestique et à adopter une posture de « prudente abstention » (Cadolle, 2001, 36) dans l’éducation des beaux-enfants, les belles-mères se voient assigner, notamment par leur conjoint, un rôle éducatif (Levin, 1997). Elles se trouvent ainsi impliquées dans les soins quotidiens aux beaux-enfants (Ambert, 1986 ; Cadolle, 2001) sans disposer de relation d’autorité à leur égard (Jones, 2004). Comment l’expérience de l’assignation à un rôle maternel auprès d’enfants sur lesquels les femmes n’ont aucun droit ni autorité légale influe-t-elle sur les normes de maternité auxquelles elles adhèrent ?

6En somme, les travaux sur la monoparentalité et la beau-parentalité conduisent à formuler l’hypothèse d’une différence de normes de maternité et de conjugalité portées par les femmes selon leur configuration familiale. Ils invitent par ailleurs, dans la filiation des travaux concevant la socialisation comme se faisant tout au long de la vie (Darmon, 2010), à penser ces changements de configuration familiale comme des expériences socialisatrices pouvant influer sur les normes familiales et de genre auxquelles les femmes adhèrent.

Méthodologie : les terrains associatifs et hors association

  • 2 Cette association est anonymisée. Les adhérentes qui vivent des séparations conflictuelles et judic (...)

SVP Mamans2, enquêtée pendant trois ans (décembre 2011-décembre 2014), se définit comme une association pour la défense du droit des mères séparées et de leur(s) enfant(s). Créée en 2008, elle rassemble des mères en situation monoparentale confrontées à des séparations conflictuelles et judiciarisées. L’enlisement dans des procédures longues, pouvant faire craindre la perte de la résidence principale des enfants, motive le contact des adhérentes avec l’association qu’elles ont principalement connu via Internet en recherchant des conseils, souvent juridiques. Elles sont donc déjà sensibilisées aux difficultés rencontrées par les femmes séparées avant d’adhérer. SVP Mamans développe une activité militante qui s’inscrit le plus souvent dans une opposition aux associations de pères séparés (Fillod-Chabaud, 2013) ou dans le calendrier électoral.

  • 3 Cette association n’est pas anonymisée à la demande de la fondatrice et de la présidente de l’assoc (...)

Le Club des marâtres3 enquêté pendant quatre ans (octobre 2010 – décembre 2014), créée en 2003, rassemble des belles-mères en situation de recomposition plutôt « conflictuelles ». Cette association fonctionne à partir de l’organisation mensuelle de groupes de parole en Ile-de-France. Le faible nombre d’associations de beaux-parents a conduit, lors de débats sur le statut du beau-parent, à une importante sollicitation médiatique et politique du Club. A la différence des membres de SVP Mamans, les adhérentes ont le plus souvent connu l’association par le biais de sa médiatisation, mais disent en avoir méconnu le fonctionnement et les discours avant leur adhésion. C’est surtout dans l’espoir d’y obtenir des conseils pour mieux vivre leur recomposition qu’elles s’y sont rendues une première fois.

Le terrain associatif agit comme un amplificateur des transformations et de la fabrique des normes de maternité en contexte de séparation et de recomposition. En cela, il constitue un « révélateur ». Il est aussi marqué par un phénomène de sélection propre au recrutement associatif (Héran, 1988). C’est pourquoi 56 entretiens ont été réalisés : 28 ont été conduit auprès des adhérentes des deux associations ; 28 autres auprès de femmes vivant en Ile-de-France non-adhérentes, et recrutées par contacts interposés (14 belles-mères et 10 mères seules) et dans des centres sociaux (4 mères seules) dans un objectif de diversification de l’échantillon.

  • 4 A l’exception de la présidente et de la secrétaire de l’association, les adhérentes interviewées vi (...)
  • 5 Les professions et catégories socioprofessionnelles représentées sont celles des commerçants et che (...)

Les 14 adhérentes à SVP Mamans interviewées4 partagent un niveau d’instruction supérieur au baccalauréat mais détiennent des positions sur le marché du travail diversifiées. La présidente, comme trois autres adhérentes interviewées, était en recherche d’emploi au moment de l’enquête. Les professions et catégories socioprofessionnelles représentées parmi les adhérentes à SVP Mamans sont celles des professions intermédiaires (sept adhérentes), des cadres et professions intellectuelles supérieures (cinq adhérentes) et des commerçants et chefs d’entreprises (une adhérente). Une membre reprenait quant à elle des études d’aide médico-psychologique. L’échantillon de mères seules rencontrées en dehors du contexte associatif est plus hétérogène socialement5.

  • 6 A l’exception d’une adhérente, aide-soignante, qui a un CAP.
  • 7 Six belles-mères enquêtées appartiennent à la catégorie des commerçants et chefs d’entreprise, quat (...)

Les 14 membres du Club des marâtres interviewées partagent un niveau d’instruction supérieur au baccalauréat6 et occupent toutes un emploi. Sept appartiennent à la catégorie des cadres et professions intellectuelles supérieures, deux à celle des commerçants et chefs d’entreprises et cinq à celle de professions intermédiaires. Les « marâtres » sont pour la plupart devenues belles-mères sans avoir eu d’enfant auparavant (deux seulement l’étaient parmi les adhérentes), contrairement à celles rencontrées hors du contexte associatif (8 sur 14 étaient mères avant la recomposition). L’échantillon est en revanche peu diversifié socialement7.

7Cet article vise à montrer que les femmes ayant fait l’expérience d’une séparation ou d’une recomposition familiale formulent une critique de normes traditionnelles, valorisant un modèle familial nucléaire et de division genrée des rôles parentaux. Mais, selon leur configuration familiale, les critiques élaborées divergent. Si dans les deux cas, on assiste à une dissociation entre les normes de maternité et de conjugalité, l’agencement de ces normes suit des logiques différentes selon la configuration familiale considérée. Les enquêtées en situation monoparentale tendent à valoriser la maternité hors, voire contre, la conjugalité. En même temps qu’elles sont favorables à l’émancipation des femmes hors du couple, elles naturalisent les compétences maternelles, justifiant la priorité faite aux mères dans l’éducation des enfants. Au contraire les belles-mères valorisent la conjugalité en la déconnectant de la maternité. En critiquant la naturalisation des compétences maternelles, elles tendent à refuser l’identité maternelle assignée aux femmes et la division genrée des rôles parentaux.

S’émanciper hors ou dans le couple

8Les mères en situation monoparentale et les belles-mères séparent la conjugalité de la maternité. Pour les premières, la maternité se conçoit hors de la conjugalité là où pour les secondes, la conjugalité est centrale dans la vie familiale.

Les femmes en situation monoparentale : l’émancipation des mères hors du couple

9Dans le contexte associatif de SVP Mamans, on assiste à la fabrique et à la diffusion de normes de maternité hors de la conjugalité. Le refus de la conjugalité se construit en premier lieu dans l’opposition de SVP Mamans aux associations de pères séparés. Pour reprendre les termes communément utilisés, l’enjeu de l’association est de « porter le contradictoire » face au « lobby de pères » qui s’oppose aux droits des mères séparées. L’opposition aux associations de pères et aux individus étiquetés « pro-pères » se traduit par une méfiance généralisée à l’égard des hommes et un certain cynisme à l’égard de la conjugalité. Au cours de l’enquête, aucune des adhérentes rencontrées ne vivaient en couple même si les statuts de l’association ne conditionnent pas l’adhésion au célibat des mères. Ce rejet de la conjugalité est prégnant dans les propos de la présidente de l’association. Elle désigne les couples comme étant des « binômes », modèle de vie avec lequel elle ne souhaite aucunement renouer.

« Je ne kiffe aucun binôme autour de moi y a aucun euh (…). Y a rien qui me fasse kiffer. (…) Enfin c’est vraiment pas du tout une recherche. » (Patricia, 52 ans, rédactrice en recherche d’emploi, bac+ 3, 2 filles, SVP Mamans)

10Les adhérentes à SVP Mamans partagent cette vision et décrivent la séparation conjugale comme une libération, malgré les difficultés et la culpabilité qu’elle suscite : elles la présentent comme une émancipation féminine. Olivia revient sur ce double mouvement de culpabilité et d’émancipation caractérisant la séparation :

« La séparation, c’est le pire moment en tant que mère mais pas en tant que femme. En tant que mère c’est le pire moment de se dire, j’arrache mes enfants à quelque part, une stabilité (…). Mais mon meilleur moment finalement en tant que femme parce que j’ai enfin compris que c’était pas normal tout ça, que j’étais pas une grosse conne, que j’étais pas une grosse vache, que j’étais pas une connasse, que j’étais pas une merde, comme il avait l’air de le prétendre. » (Olivia, 30 ans, agent d’accueil dans un office HLM, bac+ 3, 2 enfants, SVP Mamans)

11Les adhérentes à SVP Mamans relatent des ruptures fortes et durables avec les modèles familiaux auxquels elles adhéraient antérieurement. Les questionnements de Béatrice, soulevés par son divorce, lui ont permis de s’émanciper du modèle familial hérité de ses parents, perçu jusqu’alors comme une « norme » de bonheur mais qui ne lui correspondait pas (« c’était pas moi du tout »). Pour elle, la maternité se conçoit désormais hors de la famille nucléaire. La stabilité professionnelle et l’aisance salariale dont dispose Béatrice, chercheure dans un organisme public, lui ont permis de ne pas avoir à demander d’aide financière à ses parents lors de la séparation, contrairement à beaucoup d’autres enquêtées. Cela facilite la formulation d’une critique du modèle familial dans lequel elle a grandi.

« J’ai voulu faire comme tout le monde. J’ai cru que le bonheur c’était d’avoir une petite maison, un petit jardin, un beau carrelage tout blanc dans la cuisine et voilà des choses comme ça et en fait je me suis rendue compte que c’était pas moi du tout ! (…) Le divorce a au moins cet intérêt-là c’est que vous vous séparez et que du coup bah il faut se remettre en question (…). Je pense que je voulais reconstruire la vie de mes parents ou la vie des gens que j’ai côtoyés pendant mon enfance et en fait je me suis rendue compte que cette vie c’était pas celle que je voulais. » (Béatrice, 41 ans, chercheure, bac+ 8, 1 fille, SVP Mamans)

12On peut penser qu’avant l’adhésion associative, les adhérentes concevaient déjà leur séparation comme une source d’émancipation. Néanmoins, l’ancrage associatif s’accompagne de la diffusion auprès des adhérentes d’une opposition aux associations de pères qui renforce leur critique des hommes et de la vie conjugale. Les propos de Corinne, alors qu’elle relate une discussion avec sa fille de 10 ans, sont ainsi révélateurs de l’appropriation du discours associatif soulignant l’oppression des mères par les pères.

« Elle connait mon cas donc je fais ″Voilà c’est pour défendre les mamans des papas qui sont violents, des papas qui mentent, des papas qui essayent d’entourlouper la justice parce qu’il n’y a pas grand monde pour les défendre.″ (…). SVP Mamans, je lui explique qu’il y a tout un travail à faire parce que les pères gagnent des droits, ce qui peut être bien, mais que la priorité c’est que nous déjà on ait les mêmes droits qu’eux. » (Corinne, 43 ans, commerciale au chômage, bac+3, 1 fille, SVP Mamans)

13Ainsi SVP Mamans est un lieu de fabrique et de diffusion de normes de maternité en dehors de toute conjugalité. De surcroît, leur discours est marqué par un effet de sélection : le contexte conflictuel de leur séparation facilite la dénonciation d’une oppression des mères par les pères. Comparativement à celle des hommes sur les femmes, cette oppression est présentée comme étant singulière car elle se cristallise sur la question de la prise en charge des enfants du couple séparé. La critique des normes de conjugalité traditionnelles et inégalitaires pourrait amener SVP Mamans à se rapprocher de mouvements féministes. Néanmoins, si l’association fait du couple le creuset des inégalités subies par les femmes, les inégalités genrées sont peu analysées dans d’autres sphères sociales. Par ailleurs, on le verra, l’essentialisation de l’identité maternelle véhiculée par SVP Mamans empêche un alliance revendiquée avec les mouvements féministes.

14Les adhérentes à SVP Mamans, sociologiquement caractérisées par des niveaux d’études relativement élevés mais des positions sur le marché du travail variées, rompent toutes radicalement avec des normes de conjugalité. En revanche, parmi les mères seules rencontrées hors du contexte associatif et qui ont des positions sociales plus diversifiées, la force de la critique des normes de conjugalité varie selon les contextes économiques des séparations et le modèle familial dans lequel les femmes ont grandi. Elle est d’autant plus fortement exprimée que les femmes sont sorties d’un modèle conjugal de dépendance économique et ont rompu avec le schéma familial de leur enfance. Ces femmes ont en commun d’occuper des positions moyennes ou privilégiées dans l’espace social et de ne pas appartenir à des milieux très populaires.

15Celles qui étaient éloignées du marché du travail et dépendantes financièrement de leur conjoint au moment de la séparation développent les discours de rupture les plus forts avec un modèle familial caractérisé par la conjugalité et la complémentarité des rôles parentaux. Pour elles, la séparation entraîne des décrochages financiers à l’origine d’un fort sentiment de honte et de déclassement. Mais les difficultés financières rencontrées s’accompagnent d’un sentiment d’émancipation lié à la pleine responsabilité du foyer qui rompt avec une situation de dépendance conjugale antérieure. Il en va ainsi pour Cindy, qui ne travaillait pas au moment de sa séparation :

« Je me rends compte que je suis vraiment devenue indépendante, indépendante financière. (…) C’est bien, c’est une qualité de se gérer seule, moi je ne suis plus dépendante de quelqu’un, et avec le recul, y a des choses que je ne pourrais plus accepter. » (Cindy, 39 ans, cheffe d’équipe à La Poste, bac+ 4, 1 fils)

16Egalement éloignée du marché du travail au moment de sa séparation, Mathilde, qui a connu d’importantes difficultés financières, explique avoir rompu avec les normes familiales auxquelles elle adhérait. Aujourd’hui, elle ne conçoit plus de vivre en couple.

« Mon truc c’était de construire une famille, d’avoir un foyer et bah comme toutes les filles qui idéalisent leur vie avec le papa, la maman, les enfants voilà, c’est le schéma basique (…). Aujourd’hui, j’ai plus du tout envie d’avoir un homme dans ma vie (…). Je me sens bien comme ça toute seule. » (Mathilde, 38 ans, assistante polyvalente, bac, 1 fille)

17Parmi ces femmes, ce sont donc celles jusque-là les plus ancrées dans des fonctionnements asymétriques qui prennent le plus conscience de leur situation de dépendance antérieure. Pour celles qui disposaient d’un emploi stable et de revenus suffisants, la séparation est moins directement présentée comme un révélateur de la dépendance conjugale antérieure.

18Ensuite, pour les mères seules ayant grandi dans une famille nucléaire sans faire l’expérience, en tant qu’enfant, d’une séparation, leur propre rupture conjugale vient remettre en cause les schémas familiaux et genrés intériorisés pendant l’enfance (Bihr, Pfefferkorn, 1996). La séparation de Félicia s’inscrit en rupture avec son éducation dans une famille nombreuse dont les parents sont toujours restés ensemble. Elle n’aurait pas pensé pouvoir assumer seule le travail parental hors d’un schéma traditionnel avant de faire l’expérience de la séparation.

« Ça a changé ma vision de la famille, pour moi c’était inconcevable d’élever mon fils sans son père, maintenant je sais que ça a changé des choses durablement parce que je vois que c’est possible, que ça marche (…) Rester ensemble alors que ça va plus pour les enfants, moi j’ai grandi là-dedans (…). Je suis aujourd’hui, je dirais libre en fait, j’ai des soucis, des machins, mais je suis libre. » (Félicia, 39 ans, graphiste dans la fonction publique, bac+ 3, 1 fils)

19A l’inverse, Lucie dont les parents se sont séparés quand elle avait 11 ans, atténue l’ampleur des changements engendrés par la séparation qu’elle avait déjà expérimentée en tant qu’enfant. Elle présente davantage la séparation de ses parents plutôt que la sienne comme l’élément ayant suscité une transformation de sa conception de la famille et de son attachement ferme à l’indépendance, notamment financière, des femmes hors du couple.

« Ma mère était à la maison pour nous éduquer elle a repris son travail quand j’avais 11-12 ans après son divorce avec mon père (…). Ma mère s’est retrouvée avec un petit revenu d’infirmière et dieu sait que c’est pas lourd (…). L’insécurité financière je l’ai connu à partir de mon adolescence et finalement quand je me suis retrouvée seule, ça n’a pas été aussi paniquant parce que j’étais déjà habituée à ça par le divorce de mes parents (…). Ce que ma mère m’a enseigné déjà c’est d’avoir mon permis, d’avoir un boulot, et de ne jamais dépendre d’un homme. » (Lucie, 46 ans, webmaster, bac+ 3, 3 enfants)

  • 8 Cela renouvelle les résultats de Villeneuve-Gokalp qui montrait que les femmes séparées, plus que l (...)

20Les mères en situation monoparentale rencontrées au sein de SVP Mamans ou par contacts interposés tendent donc à se distancier d’un schéma familial parfois hérité valorisant un modèle féminin d’oubli de soi au profit du collectif. Pour ces femmes, la maternité et l’émancipation des femmes sont conçues de façon indépendante de la conjugalité8. Elles rompent avec un modèle familial où le rôle de mère est indissociable de celui d’épouse ou de conjointe. L’insertion professionnelle au moment de la séparation et la socialisation familiale enfantine influent sur la propension à développer un discours de rupture avec un modèle de conjugalité valorisé antérieurement.

Les belles-mères en famille recomposée : l’investissement de la conjugalité

21Les femmes en situation de beau-parentalité tendent au contraire à valoriser l’épanouissement dans la conjugalité, en particulier lorsqu’elles sont membres du Club des marâtres.

22Dans le contexte associatif, on observe une forte valorisation de la conjugalité, conçue comme déconnectée de la maternité. La valorisation de l’investissement dans la relation conjugale passe par la diffusion d’un discours soulignant la force des sentiments qui lient les conjoints dans des contextes familiaux où ce ne sont pas les enfants qui symbolisent la recomposition mais le couple. L’importance de la conjugalité en contexte de recomposition est renforcée par les discours des adhérentes visant à relativiser les « souffrances » que subiraient les enfants de parents séparés. Les avantages liés à la situation (« deux fois plus de vacances », « deux fois plus de cadeaux à noël »), sont souvent mis en avant lors des groupes de parole. Les adhérentes critiquent les discours, issus des médias et du « monde psy », qui élèveraient l’intérêt de l’enfant au rang de priorité en occultant les adultes et la relation conjugale. Caroline, adhérente de longue date, valorise ainsi la posture de l’association qui se place du côté des adultes : « Je trouvais très intéressant de parler de la recomposition du côté des adultes et pas justement du côté des enfants. » (Caroline 39 ans, documentaliste, bac+5, 2 belles-filles, 2 filles, Club des marâtres)

23Les belles-mères rencontrées par contacts interposés, et qui ne sont pas membre du Club, ne valorisent pas ainsi la conjugalité : la souffrance potentielle des enfants est souvent mise en avant. En creux apparaît le rôle de l’association dans la fabrique et la diffusion de normes de conjugalité déconnectées de toute maternité. Parmi les belles-mères non engagées dans l’association, des traces de cette valorisation d’une conjugalité éloignée de la maternité et de la beau-parentalité se retrouvent uniquement quand elles sont diplômées du supérieur et développent un discours réflexif sur leur recomposition. C’est notamment le cas de Muriel. Psychologue, elle insiste sur l’importance qu’elle accorde à sa vie conjugale plutôt qu’à sa vie parentale. Mais elle affirme simultanément que ses relations avec ses beaux-enfants (des jumeaux de sept ans) sont bonnes et souligne à plusieurs reprises, au cours de l’entretien, la qualité de sa relation avec eux.

« C’est pas mon identité moi d’être belle-mère, je suis belle-mère parce que j’aime un mec qui a deux enfants, mais c’est pas mon identité, c’est pas ma raison de vivre, donc je fais avec et j’ai l’impression que ça se passe bien. » (Muriel, 47 ans, 2 fils et 2 beaux-enfants)

24Parmi les belles-mères non membres du Club des marâtres, la déconnexion entre conjugalité et maternité n’est permise que si elle s’accompagne de la valorisation des relations avec les beaux-enfants. Cela peut s’interpréter comme une conséquence du poids des normes assignées aux femmes dans la sphère familiale et de la culpabilité que suscite la valorisation, par une femme, de la conjugalité devant la maternité.

25Si les mères seules tendent à concevoir la maternité hors de la conjugalité, les belles-mères, en particulier les membres du Club des marâtres, développent au contraire un discours valorisant la conjugalité avant la parentalité.

Accepter ou refuser l’essentialisation du lien à l’enfant

26La déconnection entre conjugalité et maternité qui marque, suivant des logiques différenciées, les discours des mères seules et des belles-mères pourrait amener à défendre l’hypothèse d’une critique univoque des normes traditionnelles valorisant un modèle familial nucléaire et une division genrée des rôles parentaux. Cependant, l’analyse vient complexifier cette hypothèse. En effet, la valorisation de l’indépendance hors du couple hétérosexuel par les mères en situation monoparentale s’accompagne de l’adhésion simultanée à une identité maternelle essentialisée et à une conception du rôle des mères comme étant prioritaire par rapport à celui des pères. En revanche, les belles-mères rencontrées refusent un rôle parental et éducatif auprès de leurs beaux-enfants et remettent ainsi en cause la naturalisation des compétences maternelles et l’assignation d’une identité maternelle aux femmes.

La maternité essentialisée défendue par les mères seules

27Les mères seules valorisent une identité maternelle essentialisée et une naturalisation des compétences maternelles nécessaires, selon elles, au bon développement des enfants. Cette essentialisation du rôle maternel n’est toutefois pas partagée par l’ensemble des femmes faisant l’expérience d’une séparation. On la retrouve particulièrement chez les femmes qui vivent des séparations conflictuelles ou qui n’exercent pas d’activité professionnelle.

28La rhétorique développée par SVP Mamans vise à souligner l’importance des mères dans le développement de l’enfant en particulier dans ses premières années. Ainsi, selon Patricia, présidente de l’association : « l’enfant a une nécessité de relation forte avec la mère, pour le bébé en bas âge, on n’arrache pas un bébé de sa mère ». L’argument développé par SVP Mamans s’inscrit dans les logiques « psycho-naturalistes » (Hachet, 2016 : 195) de contestation de la résidence alternée. Pour appuyer leur argumentaire liant la cause des mères et celle des enfants, les membres de SVP Mamans font souvent référence aux travaux de psychanalyse sur la prééminence nécessaire des mères dans le développement des enfants (Garcia, 2011). Naoëlle, institutrice, secrétaire de l’association, durant une année, s’appuie ainsi sur un discours porté par les « psys » pour renforcer la critique des résidences alternées. De fait, si les enquêtées ne font pas explicitement référence aux débats qui traversent les professions psychologiques à ce sujet (Neyrand et al., 2015 ; Hachet, 2016), elles s’imprègnent des discours qui y sont défavorables et les utilisent comme arguments d’autorité.

« Les psys, ils arrêtent pas de sonner la sonnette d’alarme en disant : ″Mais attention, on est en train de tout casser depuis la nuit des temps, c’est le bébé né de la mère, il a besoin d’une séparation douce pour pouvoir se lier avec les autres de manière plus sécure″. (…)Y a des hommes qui ne veulent pas comprendre ce principe-là, protéger les enfants en priorité c’est leur permettre de pouvoir avoir une relation très forte avec leur mère au départ. » (Naoëlle, 34 ans, professeure des écoles, bac+ 5, 2 enfants, SVP Mamans).

29Dans le cas de Naoëlle, sa capacité à développer des arguments en s’appuyant sur des discours « savants » peut aussi se lire au prisme de son positionnement dans l’espace social et des ressources culturelles et scolaires dont elle dispose.

  • 9 La question de l’impact de la résidence alternée sur les rapports sociaux de sexe suscite de nombre (...)
  • 10 En 2012, dans des procédures où les parents trouvent un accord (83 % des procédures), il s’agit dan (...)

30La mise en discussion de la primauté du lien mère-enfant devant le lien père-enfant en contexte de séparation est perçue comme une atteinte au droit des femmes à s’épanouir dans leur identité maternelle « naturelle ». Les mesures visant à promouvoir la coparentalité sont vues par les membres de SVP Mamans comme un retour au pouvoir patriarcal dans la famille9. Des dispositifs tels que la résidence alternée ou la résidence principale octroyée au père seraient élaborés dans le but de faire payer aux femmes le choix de leur indépendance10, en leur retirant une part centrale de leur identité : la maternité. Cette réaffirmation de la spécificité biologique des femmes, s’accompagne d’une critique de la façon dont cette spécificité peut jouer en leur défaveur lorsqu’elles sont « amputées » de leur maternité. La résidence alternée est par ailleurs présentée comme un prolongement du patriarcat : elle permettrait aux hommes, après la séparation, de perpétuer l’exercice d’un contrôle sur la vie de leur ex-femme. Les contraintes géographiques liées à la mise en place d’une résidence alternée (proximité des lieux d’habitation des conjoints), mais aussi la permanence d’une division inégalitaire du travail parental dans ce contexte (Cadolle, 2008) sont donc vues comme des moyens d’empêcher les femmes de s’émanciper totalement de leur ex-conjoint. Cela les lie de force à ce dernier, souvent au détriment de leur insertion professionnelle. Lors des réunions de l’association, les adhérentes, dont la plupart connaissent des situations financières et professionnelles plus fragiles que celles de leur ex-conjoint, dénoncent ainsi à plusieurs reprises le décalage entre l’aisance professionnelle et économique des pères et les freins engendrés par la résidence alternée qu’elles subissent sur le marché du travail. Ce constat fait d’ailleurs écho aux travaux sur les pères demandant des résidences alternées qui se distinguent par des situations souvent plus favorisées (Biland et al. 2013 ; Biland, Schütz, 2013).

31Ancrées dans des situations de séparations conflictuelles, les adhérentes s’approprient la stratégie rhétorique de l’association sur la plus grande habilité des mères à prendre soin des enfants. C’est notamment le cas de Mona, mère d’une fille de trois ans qui s’était opposée à la mise en place d’une résidence alternée demandée par le père. Aide-soignant, celui-ci faisait valoir une situation économique plus stable que celle de Mona, en reprise d’études.

« Quand je suis passée au tribunal, elle avait que quatre mois je crois la petite(…). C’était très violent parce que du coup, quand elle est née, j’ai dû me séparer très vite d’elle (…). J’avais cet instinct de bah, de mère, de vouloir être présente pour ma fille (…). Normalement les mères normales en fait bah voilà y a le lien qui se créé avec l’enfant tout ça et moi j’ai l’impression que j’ai pas pu faire tout ça. » (Mona, 30 ans, étudiante aide médico-psychologique, 1 fille, SVP Mamans)

32Devant les juges, mais aussi devant les travailleurs sociaux mandatés lors d’enquêtes sociales, les adhérentes de SVP Mamans sont conduites à justifier leur volonté d’obtenir la garde de leur enfant et à souligner leur capacité et leur légitimité à être le parent gardien. Cette situation de justification vient nourrir et renforcer un discours essentialisant qui souligne une primauté « naturelle » des mères dans le soin apporté aux enfants.

  • 11 La résidence des enfants, encore majoritairement accordées aux mères, résulte souvent d’une absence (...)

33Les mères seules rencontrées hors du cadre associatif mettent, quant à elles, moins en avant ce type d’arguments, ce qui s’explique par trois éléments. Tout d’abord aucune d’entre elles ne se trouve en situation de résidence alternée pour des enfants en bas-âge. Or, une partie des oppositions à la résidence alternée par les membres de SVP Mamans se cristallise sur le cas de très jeunes enfants (cas de Mona ci-dessus). Ensuite, parmi ce groupe de femmes, le choix des modalités de garde n’est pas source de conflit, il est le plus souvent le résultat d’une négociation entre les deux parents. En l’absence de demande d’obtention de la résidence principale ou alternée de la part du père11, c’est davantage l’importance de la conservation du lien père-enfant qui est mise en avant. Enfin, exercer une activité professionnelle facilite une prise de distance à l’égard de l’identité féminine maternelle. Certaines mères d’adolescents ayant une vie professionnelle épanouissante valorisent la résidence alternée pour la liberté qu’elle leur offre une semaine sur deux (Brunet et al. 2008). Pour Aline, infirmière exerçant en libéral, la résidence alternée lui permet de ne pas se cantonner à son rôle maternel :

« La semaine où j’ai pas les enfants j’ai quand même beaucoup plus d’espace pour moi. » (Aline, 42 ans, infirmière, bac+3, 2 enfants)

34A l’inverse, les mères en situation monoparentale peu diplômées et sans emploi, investissent fortement une identité maternelle essentialisée. Les ressorts de l’essentialisation des discours divergent alors de ceux observés parmi les adhérentes à SVP Mamans. Ici, il s’agit d’un mécanisme de valorisation individuelle, la présentation d’une identité maternelle étant gage de respectabilité sociale (Schwartz, 1990). Face aux stigmatisations et aux mesures de contrôle de la parentalité qui visent les mères en situation de précarité (Neyrand, 2014 ; Cardi, 2015), les enquêtées éloignées du marché de l’emploi mettent en avant leur habilité à être de « bonnes mères ». Elisabeth, 32 ans, sans emploi, vit dans une chambre d’hôtel avec ses trois enfants après avoir immigré du Cameroun deux ans auparavant. Elle souligne à plusieurs reprises l’importance qu’elle accorde à son rôle de mère, les « responsabilités » qu’il engendre et la priorité qu’elle donne à ses enfants. Surtout, elle cherche à éloigner le stigmate qui pèse sur les familles monoparentales (Cardi, 2007) et les supposées carences éducatives des mères seules en soulignant, dans un discours essentialisé, sa capacité à combler l’absence d’un père dans l’éducation de ses enfants.

« J’ai de grosses responsabilités que j’avais pas avant. (…) J’occupe un rôle, j’ai des responsabilités (…) Je vis pour les enfants, c’est d’abord eux, les enfants c’est d’abord eux, ma première préoccupation. (…) Je joue le rôle des deux, papa et maman, le papa impose son autorité et la maman parfois dit [en prenant une voix douce] ″oh″ (… )Normalement, il [le papa] peut aider à ce que les enfants fassent leurs devoirs pendant que maman fait autre chose, moi je fais tout à la fois. » (Elisabeth, 32 ans, sans emploi, niveau d’études secondaire, 2 enfants)

35L’expérience de la monoparentalité, lorsqu’elle s’accompagne de conflits sur la résidence des enfants, en particulier lorsqu’ils sont jeunes, ou lorsque les femmes n’exercent pas d’activité professionnelle, favorise l’investissement dans une identité maternelle alors naturalisée.

L’opposition à la naturalisation des compétences maternelles par les belles-mères

36A l’inverse, les belles-mères rencontrées s’opposent quant à elles à la naturalisation des compétences maternelles.

37Au Club des marâtres, ce refus s’appuie d’abord sur la critique de l’assignation à « aimer » les beaux-enfants. Ce discours est largement assumé par la fondatrice (Marie-Luce, 51 ans, coach, bac+5) et la présidente du Club (Véronique, 42 ans, cadre supérieure, bac+ 3) qui animent les groupes de parole. A ces occasions, les animatrices répètent souvent aux adhérentes qu’elles ne sont pas « obligées d’aimer » leurs beaux-enfants ou les autorisent à déclarer qu’elles auraient préféré que leur conjoint n’ait pas d’enfant. L’association véhicule ainsi une critique des normes d’affection maternelle. Selon Caroline, participer aux groupes de parole lui a permis d’assumer l’affection très relative qu’elle porte à ses belles-filles malgré le regard culpabilisant de la « société ». L’usage de ce terme révèle le caractère diffus de la provenance de tels jugements venant autant des institutions fréquentées en tant que belle-mère (l’école, la CAF, la mairie) que de l’entourage.

« Il y a cette culpabilité par rapport à ce que je te disais de pas aimer des enfants (…) T’as beau te dire évidemment je suis pas obligée, mais toute la société te dis quand même que ça serait mieux si tu pouvais l’aimer d’emblée(…) Tu as une forme de culpabilité donc il faut arriver à surmonter ça, je pense et ça le Club c’est un truc sur lequel elles travaillent (…) Le Club a eu un rôle de libération de parole. » (Caroline, 39 ans, documentaliste, 2 belles-filles, 2 filles issues de la recomposition, Club des marâtres)

38C’est aussi grâce à sa participation au Club que Francesca, dit réussir à s’émanciper d’une telle pression sociale.

« Est-ce qu’on peut obliger quelqu’un à aimer quelqu’un ? [Prénom de l’enquêtrice], je suis pas persuadée. Et ça, je m’interdisais de dire ça, surtout moi qui n’a pas d’enfant. C’est des enfants, comment ne pas aimer des enfants ? Et là on m’a dit : ″Et bah oui, on peut ne pas les aimer″. » (Francesca, 48 ans, aide-soignante, 2 belles-filles, Club des marâtres)

39L’injonction à aimer est plus importante pour les belles-mères qui n’ont pas d’enfant d’une précédente union car elles subissent une double suspicion liée au stéréotype de la « marâtre », méchante à l’égard de ses beaux-enfants, et de femme « dénaturalisée » en raison de leur refus de maternité (Debest, 2014a). La prise de distance à l’égard de l’assignation faite aux femmes d’aimer les enfants est vécue comme une résistance et une façon de contester les rapports sociaux.

  • 12 Ce résultat fait écho aux enquêtes quantitatives soulignant la moindre division inégalitaire des tâ (...)

40Cette mise à distance va de pair avec une mise en cause de l’assignation des femmes à un rôle domestique et du modèle inégalitaire et genré de division des rôles parentaux dans les couples hétérosexuels12. Le Club défend ainsi le désengagement des belles-mères des tâches domestiques et éducatives à l’égard de leurs beaux-enfants. Lors des groupes de parole, les animatrices encouragent la mise en place de « révoltes individuelles à l’intérieur de la cellule domestique » (Achin et Naudier, 2009, p. 137) : à plusieurs reprises, il est conseillé à des adhérentes de faire « marâtre en grève » en mettant des panneaux à l’entrée du logement et en cessant tout travail domestique. De même, le mot d’ordre « So what ? » qui vise à relativiser les conséquences d’un désinvestissement des « marâtres » est communément utilisé par les animatrices et réapproprié par l’ensemble des adhérentes. Pour Véronique, désormais présidente de l’association, sa participation au Club lui a permis de se désinvestir et de se détacher du rôle qui lui était assigné.

« C’est le Club qui m’a permis de prendre conscience du surinvestissement de certaines parties et de devoir choisir mes combats et de euh enfin le ″So what ?″ enfin tout ce que tu entends là euh la première personne à qui j’ai dû l’appliquer enfin prendre conscience et ensuite l’appliquer c’est moi ! » (Véronique, 42 ans, cadre supérieure, 3 beaux-enfants, Club des marâtres)

41La déculpabilisation à l’œuvre au sein du Club est déterminante car elle rend possible le refus des tâches domestiques et parentales et aide les femmes à assumer les jugements consécutifs d’un tel retrait. Cependant, c’est aussi leur position dans l’espace social et les ressources scolaires et culturelles dont elles disposent qui expliquent ces possibles ruptures avec les normes traditionnelles. Francine, 49 ans, enseignante au collège, témoigne des difficultés qu’elle aurait eues à assumer, sans l’aide du Club, le refus de s’occuper de son bel-enfant pendant les vacances scolaires.

« [Mon beau-fils] venait la moitié des vacances scolaires chez nous, j’étais là, bah c’était moi qui m’occupais de lui tu vois, au début je me suis proposée, belle fée du logis, sauveuse. Et c’était tellement rentré dans les mœurs que je pouvais plus dire ″Bah non, mes vacances elles m’appartiennent, euh ton chiard tu t’en occupes à toi de réfléchir au mode de garde″, ça a beaucoup choqué [mon mari], je lui ai pas dit comme ça, je lui ai dit un peu mieux, mais ça l’a beaucoup choqué et c’est vrai que de trouver les mots et les arguments c’est le Club des marâtres qui m’a euh enfin c’est pas le Club qui est là pour nous dire de se barrer mais le fait d’échanger, de trouver les mots de comprendre les enjeux ce qu’il se passe, ce qui nous revient ce qui nous revient pas forcément, et ça me revenait pas de le garder pendant les vacances, donc j’ai dit stop ! » (Francine, 49 ans, 1 beau-fils, 3 enfants, Club des marâtres)

  • 13 Le refus de la naturalisation de compétences maternelles tend à rapprocher les normes auxquelles ad (...)

42L’enquête hors du contexte associatif montre que la mise en cause du rôle domestique assigné aux femmes n’est toutefois pas uniforme. Elle est davantage marquée pour les femmes qui font l’expérience de la beau-parentalité sans être mères. Ces dernières vivent davantage les tâches éducatives et domestiques comme une incohérence et une injustice. Coline, 44 ans, cadre dans le secteur de la mode, s’est ainsi retrouvée, malgré elle, à s’occuper des poux de ses belles-filles alors qu’elle était « juste » belle-mère. Elle revendique une posture de retrait des tâches domestiques, au profit de son conjoint, en particulier lorsque ses belles-filles sont présentes :» J’ai pas voulu m’engager plus que ça, parce que voilà je considère que c’est ses enfants ». Le fait d’être « plongée » brusquement dans une vie familiale suscite des prises de distance à l’égard d’un rôle maternel. Cependant les discours des belles-mères qui ne sont pas mères par ailleurs sont plus tempérés que ceux des adhérentes au Club des marâtres en raison de la peur du jugement. Surtout, la mise en cause des rôles traditionnels parentaux n’est pas sans ambiguïté lors de la naissance d’enfants issus de la recomposition : les belles-mères, dont ce sont alors les premiers enfants, reconnaissent alors un fort investissement13. L’expérience de la maternité vient alors freiner la mise en cause des inégalités genrées (Achin et Naudier, 2010). Ce constat peut aussi se comprendre à la lumière des caractéristiques sociales des belles-mères rencontrées. Issues de milieux relativement privilégiés et diplômées du supérieur, elles vouent comparativement moins de temps à la sphère domestique que les femmes de milieux populaires qui investissent davantage le travail parental et éducatif (Brousse, 2015).

43Dans le cas des femmes ayant vécu une séparation antérieure à la recomposition, c’est davantage l’expérience de la séparation qui marque les normes de maternité auxquelles elles adhèrent. Elles présentent le modèle inégalitaire de division des tâches dans leur ancien couple comme une des causes de la rupture (Hochschild et Machung, 1989). Les logiques de répartition des tâches dans le couple recomposé ne suivent pas un modèle genré mais sont liées aux sous-cellules familiales de la recomposition. Nadège, infirmière militaire, belle-mère depuis six mois et Sylvie, comédienne, dont la famille recomposée a 10 ans, témoignent d’une gestion cloisonnée de l’éducation de leurs enfants.

« Quand on est tous les cinq, c’est plus moi qui gère les miens et lui le sien voilà ! » (Nadège, 36 ans, infirmière, bac+ 3, 2 fils, 1 beau-fils)

« Je l’alerte sur des trucs (…) Et de la même façon que lui quand il a quelque chose à dire sur l’éducation de ma fille, il m’en parle et c’est moi qui opère (…).On reste quand même assez sur nos pré-carrés. » (Sylvie, 35 ans, fonctionnaire de catégorie C, bac+ 3, 1 fille d’une précédente union, 1 beau-fils et 1 fille issue de la recomposition)

44Dans d’autres cas, les logiques de partage des tâches répondent à une exigence d’équité rompant avec l’expérience conjugale antérieure. Elodie, CPE de 43 ans, reconnaît s’être laissée progressivement « enfermer » dans un « rôle de mère au foyer » au sein de son précédent couple (« petit à petit, les mauvais plis sont pris, c’est-à-dire qu’après c’est devenu bonniche »). À l’inverse, dans son couple actuel, elle valorise l’égalité dans les tâches domestiques et l’éducation des enfants.

  • 14 L’enquête ne laisse pas émerger de cas où des belles-mères déclarent prendre en charge la majorité (...)

45La trajectoire familiale des femmes explique en partie les normes de maternité auxquelles elles adhèrent. Le refus de la prise en charge des activités domestiques par les belles-mères s’estompe à la naissance d’un enfant dans la recomposition et ne s’applique qu’aux enfants du conjoint lorsque les belles-mères ont un enfant d’une union précédente. Autrement dit, la prise de distance à l’égard d’un rôle domestique s’atténue dès lors qu’il est question de maternité biologique14. Le contexte associatif du Club des marâtres amplifie le refus d’un rôle domestique par les femmes en leur offrant un discours déculpabilisant et en les incitant à s’éloigner d’un rôle maternel stéréotypé que « la société » leur assigne. L’association parvient d’autant plus à mettre en cause les normes de genre relatives à la maternité qu’elle s’adresse à des femmes issues de milieux socio-économiques aisés. Aussi, cette opposition aux normes se comprend-elle à l’aune de leur socialisation associative et de l’effet de sélection social propre au recrutement associatif.

Conclusion

46Les expériences de séparation et de recomposition engendrent une tension entre les normes de maternité et de conjugalité, qui empruntent des logiques différentes. Dans les deux cas, la maternité est conçue comme étant déconnectée de la conjugalité. Dans l’association de mères seules, la maternité est naturalisée et la conjugalité est rejetée. Au contraire, les membres de l’association de belles-mères investissent l’identité conjugale et tendent à refuser des normes de genre leur imposant un rôle maternel. Les modèles de maternité et de conjugalité diffusées par le Club des marâtres et SVP Mamans s’opposent et témoignent, plus largement, de la permanence des conflits autour des normes de parentalité et de maternité. Ces conflits prennent ici des formes plus complexes que l’opposition entre des associations familiales conservatrices et des associations féministes (Commaille, et al., 2002). Les associations étudiées ne se reconnaissent dans aucun de ces deux pôles mais leur opposition indirecte éclaire les conflits et tensions qui émergent autour des définitions de la maternité dans un contexte de diversification des structures familiales.

47Au niveau individuel, on retrouve ces tensions entre normes de conjugalité et de maternité. Les mères faisant l’expérience d’une séparation tendent à développer une critique ambiguë des normes familiales traditionnelles. L’expérience de la monoparentalité suscite en effet simultanément une revendication d’indépendance hors de la famille nucléaire et une réaffirmation de la prééminence du lien mère-enfant naturalisé, en particulier dans le cas de femmes confrontées à des conflits relatifs à la résidence des enfants. Bien sûr la position sociale des femmes enquêtées vient influer sur la valorisation d’une identité maternelle essentialisée. Celle-ci est particulièrement prégnante chez les femmes n’exerçant pas d’activité professionnelle. Ce résultat entre en écho avec les travaux ayant souligné l’importance des dispositifs de contrôle en direction des mères en situation monoparentale, en particulier lorsqu’elles rencontrent des difficultés financières (Cardi, 2007). L’essentialisation de l’identité maternelle peut alors se comprendre comme une réaction face aux suspicions dont sont victimes les mères seules, surreprésentées parmi les populations pauvres (HCF, 2010), ce qui n’est pas le cas des belles-mères.

48A l’inverse, l’expérience de la beau-parentalité, en particulier pour celles qui n’étaient pas mères auparavant, favorise une mise à distance de l’identité maternelle assignée aux femmes. Les belles-mères rencontrées restent, malgré tout, conditionnées par leur socialisation de genre et sont ainsi prises dans une tension entre des pratiques porteuses d’émancipation à l’égard d’un rôle maternel lorsqu’il est question de leurs beaux-enfants et une adhésion aux normes genrées stéréotypées lorsqu’il s’agit de leurs propres enfants. La dissociation revendiquée entre vie conjugale et vie parentale (Debest, 2012) se trouve ainsi sans cesse négociée et fragilisée.

49L’étude comparée des situations de monoparentalité et de beau-parentalité montre comment les bifurcations familiales travaillent, de façon différenciée, les normes de maternité auxquelles adhèrent les femmes. Elle contribue ainsi aux travaux soulignant l’adhésion à une conception plus égalitaire des rapports de genre – encore largement inachevée dans les faits -dans les familles contemporaines (Théry, 2005). Néanmoins, si on assiste bien à une mise à distance des normes familiales et de genre traditionnelles, les transformations à l’œuvre ne suivent pas une direction univoque et sont traversées par des tensions. Elles se font parfois selon des logiques contradictoires et ne constituent pas des ruptures nettes avec les rapports sociaux de genre qui traversent les familles.

Haut de page

Bibliographie

ACHIN Catherine, NAUDIER Delphine, « La libération par Tupperware  ? », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 29, 2009, pp. 131‑140.

ACHIN Catherine, NAUDIER Delphine, « Trajectoires de femmes “ordinaires” dans les années 1970 », Sociologie, 1, 1, 2010, pp. 77‑93.

ALGAVA Elisabeth, LE MINEZ Sylvie, BRESSE Sophie, PLA Anne, « Les familles monoparentales et leurs conditions de vie », Etudes et résultats, n° 389, 2005.

AMBERT Anne-Marie, « Being a Stepparent:Live-In and Visiting Stepchildren », Journal of Marriage and Family, 48, 4, 1986, pp. 795‑804.

BESSIERE Céline, BILAND Émilie, FILLOD-CHABAUD Aurélie, « Résidence alternée  : la justice face aux rapports sociaux de sexe et de classe », Lien social et politiques, n° 69, 2013, pp. 125‑143.

BIHR Alain, PFEFFERKORN Robert, Hommes/Femmes. L’introuvable égalité, Paris, Editions de l’Atelier, 1996.

BILAND Emilie, SCHÜTZ Gabrielle, « La garde des enfants de parents séparés au Québec. Une analyse quantitative de dossiers judiciaires. », ARUC - Séparation parentale, recomposition familiale, 2013.

BROUSSE Cécile, « Travail professionnel, tâches domestiques, temps “libre”  : quelques déterminants sociaux de la vie quotidienne », Economie et statistique, 478, 2015, pp. 119‑154.

BRUNET Florence, KERTUDO Pauline, MALSAN Sylvie, « Etude sociologique sur la résidence en alternance des enfants séparés », Rapport de la CNAF, 109, 2008.

CADOLLE Sylvie, La relation beau-parent bel-enfant dans les familles recomposées : des représentations communes aux trajectoires identitaires, Thèse de doctorat, Paris, Institut d’études politiques, 1998.

CADOLLE Sylvie, « Charges éducatives et rôle des femmes dans les familles recomposées », Cahiers du genre, 1, 2001, pp. 27‑52.

CADOLLE Sylvie, « La résidence alternée : ce qu’en disent les mères »,Informations sociales, n° 5, 2008, pp. 68–81.

CARDI Coline, « Les habits neufs du familialisme. Ordre social, ordre familial et ordre de genre dans les dispositifs de soutien à la parentalité », Mouvements, 82, 2, 2015, pp. 11-19.

CARDI Coline, « La « mauvaise mère » : figure féminine du danger », Mouvements, 49, 1, 2007, pp. 27-37.

COLLECTIF ONZE, Au tribunal des couples : enquête sur des affaires familiales, Paris, Odile Jacob, 2013.

COMMAILLE Jacques, STROBEL Pierre, VILLAC Michel, La politique de la famille, Paris, La Découverte, 2002.

COTE Denyse, « La garde partagée des enfants  : nouvelles solidarités parentales ou renouveau patriarcal  ? », Nouvelles Questions Féministes, 23, 3, 2004, pp. 80‑95.

CRETIN Laurette, « Résidence et pension alimentaire des enfants de parents séparés  : décisions initiales et évolutions », Insee Référence, 2015, pp. 41‑49.

DAMON Julien, Les familles recomposées, Paris, Presses universitaires de France, 2012.

DARMON Muriel, La socialisation, 2ème édition, Paris, Armand Colin, 2010.

DAVID Olivier, SECHET Raymonde, « Les familles monoparentales : des familles comme les autres mais des parents vulnérables », Colloque femmes et insertion professionnelle, Le Mans, 2004, <haslshs-00291535>.

DEBEST Charlotte, « Le choix d’une vie sans enfant à travers le prisme des normes parentales et conjugales : Étude de cas en France », Nouvelles pratiques sociales, 25, 1, 2012, pp. 28‑43.

DEBEST Charlotte, Le choix d’une vie sans enfant, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014a.

DEBEST Charlotte, « Repenser l’égalité femmes-hommes au prisme du refus de maternité », Politiques sociales et familiales, 116, 2014b, pp. 27‑37.

DESCOUTURES Virginie, Les mères lesbiennes, Paris, PUF, 2010.

DOMINGO Pauline, « Le quotidien des familles recomposées », Politiques sociales et familiales, 96, 1, 2009, pp. 96‑104.

EBAUGH Helen Rose Fuchs, Becoming an Ex. The Process of Role Exit, Chicago, The University of Chicago Press, 1988.

FILLOD-CHABAUD Aurélie, « Les groupes militants de pères séparés en France  : assurer la visibilité de la lignée paternelle », Informations sociales, 176, 2, 2013, pp. 90‑98.

GARCIA Sandrine, Mères sous influence. De la cause des femmes à la cause des enfants, Paris, La Découverte, 2011.

HACHET Benoît, « Résidences alternées. Pratiques polémiques et normes ambivalentes », Journal des anthropologues, 144-145, 2016, pp. 191-219.

HERAN François, « Un monde sélectif  : les associations », Economie et statistique, 208, 1, 1988, pp. 17‑31.

HOCHSCHILD Arlie, MACHUNG Anne, The Second Shift, New York, Penguin Books, 1989.

JONES Anne, « Transforming the Story: Narrative Applications to a Stepmother Support Group », Families in Society: The Journal of Contemporary Social Services, 85, 1, 2004, pp. 129‑138.

LAPINTE Aude, « Un enfant sur dix vit dans une famille recomposée », INSEE première, 1470, 2013.

LEFAUCHEUR Nadine, Les familles monoparentales, Paris, Edition Association Marie Lambert, 1987.

LE GALL Didier, MARTIN Claude, « Transitions familiales, logiques de recomposition et modes de régulation conjugale », in MEULDERS-KLEIN Marie-Thérèse, THERY Irène (dir.), Les recompositions familiales aujourd’hui, Nathan, 1993, pp. 137‑158.

LETABLIER Marie-Thérèse, « La monoparentalité aujourd’hui », in RUSPINI Elisabeth (dir.), Monoparentalité, homoparentalité, transparentalité en France et en Italie : tendances, défis et nouvelles exigences, L’Harmattan, 2010, pp. 5‑39.

LEVIN Irene, « The Stepparent Role from a Gender Perspective », Marriage & family review, 26, 1-2, 1997, pp. 177‑190.

MARTIN Claude, L’après-divorce : lien familial et vulnérabilité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1997.

MARTIN Claude, « Feminization of Poverty in France: a Latent Issue », in SCHAFFNER GOLDBERG Gertrude (dir.), Poor Women in Rich Countries. The Feminization of Poverty Over the Life Course, New-York, Oxford University Press, 2009, pp. 61‑93.

MIGNOT Jean-François, « Stepfamilies in France Since the 1990s: An Interdisciplinary Overview. », in PRYOR Jan (dir.), The International Handbook of Stepfamilies. Policy and Practice in Legal, Research, and Clinical Environments, 2008, pp. 53‑78.

NEYRAND Gérard, POUSSIN Gérard, WILPERT Marie-Dominique, Père, mère après séparation. Alternance parentale et coparentalité, Toulouse, Erès, 2015.

NEYRAND Gérard, Soutenir et contrôler les parents. Le dispositif de parentalité, Toulouse, Erès, 2014.

SCHWARTZ Olivier, Le monde privé des ouvriers : Hommes et femmes du Nord, Paris, PUF, 1990.

SINGLY (de) François, Séparée  : vivre l’expérience de la rupture, Paris, Armand Colin, 2011.

THERY Irène, DHAVERNAS Marie-Joseph, « La parenté aux frontières de l’amitié : statut et rôle du beau-parent dans les familles recomposées », in MEULDERS-KLEIN Marie-Thérèse., THERY Irène (dir.), Les Recompositions Familiales Aujourd’hui, Paris, Nathan, 1993, pp. 159‑187.

THERY Irène, « La référence à l’intérêt de l’enfant  : usage judiciaire et ambiguïtés » in BOURGUIGNON Odile, RALLU Jean-Louis, THERY Irène (dir.), Du divorce et des enfants, Paris, PUF, 1985, pp. 33‑114.

THERY Irène, « Dynamique d’égalité des sexes et transformations de la parenté » in MARUANI Margaret (dir.), Femmes, genre et sociétés : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 2005, pp. 159‑165.

VILLENEUVE-GOKALP Catherine, « Du premier au deuxième couple  : les différences de comportement conjugal entre hommes et femmes », in La nuptialité. Evolution récente en France et dans les pays développés, Paris, PUF, 1991, pp. 180‑191.

WEBER Florence, Le sang, le nom, le quotidien : une sociologie de la parenté pratique, La Courneuve, Aux lieux d’être, 2005.

« Rupture et discontinuités de la vie familiale. L’isolement du père ou de la mère », La Lettre du Haut Conseil de la famille, 3, 2010.

Haut de page

Notes

1 En 2006, 16 % des mineurs vivaient dans une famille monoparentale et 9 % dans une famille recomposée (Vivas, 2009). En 1990, 10 % des mineurs vivaient en famille monoparentale et 5 % en famille recomposée (Desplanque, 1994).

2 Cette association est anonymisée. Les adhérentes qui vivent des séparations conflictuelles et judiciarisées, sont attentives à ne pas être reconnues. Certaines utilisent des pseudonymes lors des réunions et avancent masquées lors de manifestations organisées par l’association.

3 Cette association n’est pas anonymisée à la demande de la fondatrice et de la présidente de l’association. Cela révèle une volonté de publicisation de l’association et des problématiques que rencontrent les belles-mères. Le choix de ne pas anonymiser s’explique aussi par le peu d’associations de ce type, rendant donc le Club des marâtres facilement reconnaissable.

4 A l’exception de la présidente et de la secrétaire de l’association, les adhérentes interviewées vivent en région Ile-de-France.

5 Les professions et catégories socioprofessionnelles représentées sont celles des commerçants et chefs d’entreprises (n =1), des cadres et professions intellectuelles (n =4) des professions intermédiaires (n =6) et des employés (n =1). Deux enquêtées n’ont jamais travaillé et ont un niveau d’étude secondaire.

6 A l’exception d’une adhérente, aide-soignante, qui a un CAP.

7 Six belles-mères enquêtées appartiennent à la catégorie des commerçants et chefs d’entreprise, quatre à celle des cadres et professions intellectuelles supérieures, trois à celle des professions intermédiaires et une à celle des employés. La faible diversification sociale de l’échantillon et le fait de n’avoir interrogé que des belles-mères diplômées du supérieur, constitue un regret de l’enquête mais témoigne de la difficulté à rencontrer des femmes en situation de précarité se définissant comme belle-mère. Cela peut se comprendre au vu des logiques socialement différenciées de recomposition. Dans les milieux populaires, des logiques de substitution venant occulter la vie conjugale antérieure priment et tendent à rendre les recompositions moins visibles (Théry, 1985).

8 Cela renouvelle les résultats de Villeneuve-Gokalp qui montrait que les femmes séparées, plus que les hommes séparés, exprimaient une défiance à l’égard de la remise en couple (Villeneuve-Gokalp, 1991).

9 La question de l’impact de la résidence alternée sur les rapports sociaux de sexe suscite de nombreux débats chez les féministes. En effet, si les précurseuses de la « garde partagée » la présentaient comme un moyen de s’émanciper du maternage (Côté, 2004), certains travaux ont au contraire souligné l’emprise persistante des hommes sur les femmes en contexte de résidence alternée (Dufresne, Palma, 2002).

10 En 2012, dans des procédures où les parents trouvent un accord (83 % des procédures), il s’agit dans 74 % des cas d’une résidence chez la mère, dans 6 % des cas d’une résidence chez le père et dans 18 % des cas d’une résidence alternée. Lors de désaccords, les juges actent dans 77 % des cas en faveur d’une résidence chez la mère, dans 12 % des cas chez le père et dans 8 % des cas une résidence alternée (Crétin, 2015, p. 43).

11 La résidence des enfants, encore majoritairement accordées aux mères, résulte souvent d’une absence de demande des pères pour une résidence alternée (Collectif Onze, 2013).

12 Ce résultat fait écho aux enquêtes quantitatives soulignant la moindre division inégalitaire des tâches dans les couples recomposés que non recomposés (Domingo, 2009).

13 Le refus de la naturalisation de compétences maternelles tend à rapprocher les normes auxquelles adhèrent les belles-mères de celles auxquelles adhèrent les mères sans enfant étudiées par Charlotte Debest (2014b). Cependant, ces dernières ne voient pas leurs normes nuancées par l’expérience de la maternité comme on l’observe parmi les belles-mères enquêtées.

14 L’enquête ne laisse pas émerger de cas où des belles-mères déclarent prendre en charge la majorité des tâches domestiques. Il serait intéressant de voir si dans les familles recomposées de milieux populaires, où des logiques de substitutions de rôles priment (Théry, 1985), la remise en cause de l’assignation à un rôle domestique est d’une moindre ampleur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manon Réguer-Petit, « Mères seules et belles-mères. Normes conjugales et maternelles en tension. », Genre, sexualité & société [En ligne], 16 | Automne 2016, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 15 août 2017. URL : http://gss.revues.org/3879 ; DOI : 10.4000/gss.3879

Haut de page

Auteur

Manon Réguer-Petit

Chercheure associée au Centre d’Etudes Européennes de Sciences Po
manon.reguerpetit@sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org