Navigation – Plan du site
Dossier
Articles

La parentalité, une contribution au capital des femmes des classes supérieures ?

Does parenting contribute to the upper-class women’s capital?
Julie Landour

Résumés

Cet article propose de penser l’engagement dans la parentalité comme une ressource culturelle. Sous cet angle, l’adhésion aux normes contemporaines de la parentalité et leur application participent de la constitution du capital culturel, en hiérarchisant les parents, considérés comme bons ou mauvais. L’engagement parental a jusqu’alors été principalement envisagé chez des femmes des catégories modestes de la société ; ses fondements sociologiques et ses implications sociales et politiques sont examinés ici à travers le cas des mompreneurs. La situation de ces femmes appartenant aux classes moyennes et supérieures se caractérise par la création d’une activité indépendante à l’occasion d’une grossesse. En se fondant sur une enquête ethnographique de trois ans et une cinquantaine d’entretiens par récits de vie, l’article propose d’interroger la maternité au prisme des notions d’engagement parental et de capital culturel, puis d’en restituer les enjeux distinctifs ainsi que les ambivalences politiques.

Haut de page

Texte intégral

« La maternité, ce n’est pas ce qu’elle imaginait : elle croyait que les mamans se tenaient les coudes, une solidarité des vraies femmes. Mais accoucher, c’est juste prendre ton billet pour pouvoir entrer sur la pelouse. Ça ne te garantit pas la médaille »

Virginie Despentes, Vernon Subutex (2), publié en 2015, (Despentes, 2015, 382)

Introduction

1Fonction biologique et sociale, enjeu psychanalytique et politique, la maternité semble victime de ses multiples acceptions et reste un objet d’études peu abordé en sociologie francophone. Les travaux de chercheures féministes ont analysé la famille comme espace d’exploitation des femmes (Delphy, 1998 [1978]), et les soins aux enfants comme charge biologique, matérielle, domestique et sociale au cœur du dispositif d’assujettissement patriarcal (Beauvoir, 1976 [1949] ; Mathieu, 1991) et d’appropriation de la classe des femmes (Guillaumin, 1992). Parallèlement, la question d’un possible pouvoir maternel n’a été que peu questionnée (Delphy, 2009 [2001]), cette approche constitue encore un axe d’investigation constesté (Devreux, 2004) et participe des clivages entre les féminismes (Descarries & Corbeil, 1994).

2Pourtant, l’enfant est aujourd’hui institué en désir puissant (Badinter, 1980 ; Gavarini, 2011 ; Leridon, 1995, Zelizer, 1994), facteur de mobilisations intimes et politiques (Mathieu, 2013 ; Mehl, 2011). Ce « sacre » de l’enfant (Déchaux, 2014), participe de l’institution de la famille (Beck, 2001 [1986]), mais aussi de l’individu (Boltanski, 2004) ; devenir parent - terme préféré à celui de mère saturé de « féminin » (voir encadré 1) - est source d’espoirs et d’épanouissement, mais aussi de frustrations et de craintes qui agissent puissamment sur les parcours contemporains.

L’engagement parental comme révélateur des rapports sociaux

Montée des divorces, apparition de nouvelles figures parentales et de nouvelles formes familiales, le mythe de la famille nucléaire composée d’un papa, d’une maman et de deux enfants, a aujourd’hui largement été battu en brèche. Si les travaux d’ethnologie de la famille démontrent que cette forme idéalisée de la famille n’a jamais été un modèle dominant (Segalen, 1981, 30), l’émergence comme objet du débat public des familles monoparentales (Lefaucheur, 1985), homo-parentales (Gross, 2005) ou recomposées (Cadolle, 2000) appelle un renouvellement des cadres sociaux et juridiques des familles contemporaines.

  • 1 Pour une genèse plus fouillée de l’apparition du terme, je renvoie au rapport rédigé par Claude Mar (...)

C’est dans ce contexte que le terme de parentalité a fait son apparition1. Il se situe à la lisière de trois appréhensions : catégorie de l’action publique destinée à repenser le cadre juridique, social et politique autour des familles ; réseau de tâches parentales qui peuvent être accomplies par un adulte qui n’est pas nécessairement le/la géniteur-trice ; processus qui conduit à devenir parent. Le terme connaît ainsi une sédimentation de significations (Neyrand, 2011, 35) qui en font dès le début des années 2000 un terme flou (Martin, 2003 ; 2004).

Si cet article s’inscrit dans la continuité des travaux sur la parentalité, c’est à travers deux aspects plus particuliers de la fonction parentale. Il s’agit tout d’abord de mettre à distance le terme chargé symboliquement et idéologiquement de « maternité » pour se saisir de celui plus neutre, et surtout initialement asexué, d’une parentalité entendue, à la suite de Gérard Neyrand, comme un réseau de tâches à accomplir autour de l’enfant (op.cit.). En préférant le terme de « parental » à celui de « maternel » tout au long du texte, l’enjeu est ainsi de refaire apparaître les caractéristiques de celui ou celle qui assume ces tâches, en termes de genre, mais aussi de classe, d’âge ou encore de race, en déconstruisant l’impensé de la prise en charge systématique par la mère. Le second apport est que la définition et l’exécution de ces tâches répond à des normes, qui peuvent être portées par une « police » (Donzelot, 1977), exercée par différents agents de l’Etat (assistantes sociales, puéricultrices et infirmières, travailleurs sociaux…) visant à asseoir la responsabilisation des parents à l’égard de leurs enfants (Bastard, 2006 ; Martin, 2004 ; Serre, 2009). Ces normes sont aussi diffusées par des acteurs visant à l’accompagnement de parents soumis à une complexification des enjeux familiaux (Lemieux, 1996 ; Martin, 2014 ; Odier, 2014). Elles agissent sur la manière dont les parents s’acquittent de leur rôle, mais les positionnent également dans l’espace social.

C’est ainsi principalement à travers le « Qui fait quoi ? » dans la famille et « Quels sont les rapports entre ce qui et ce quoi ? » que la notion de parentalité est convoquée, permettant de souligner que la maternité n’est en rien une performance instinctive, oblative et gratuite des femmes. Le travail parental en tant qu’il est, au même titre que le travail professionnel, inscrit dans différentes sphères du social (la sphère publique, la sphère organisationnelle, les politiques publiques, les parcours individuels...) et qu’il peut-être vecteur d’accomplissement de soi, peut ainsi être également considéré comme un engagement de la personne.

3Quelques travaux extérieurs à la recherche féministe ont néanmoins montré le rôle de la famille comme vecteur de revalorisation sociale (Schnapper, 1981 ; Schwartz, 1990 ; Maison, 2007 ; Peugny, 2009). Delphine Serre propose d’affiner le capital culturel, en ne le limitant pas à la seule possession de titres scolaires (2012) : elle met en avant la diversité des composantes du capital culturel, ses multiples facettes étant plus ou moins actives et activées selon le degré de possession de certaines ressources (scolaires, domestiques…) et l’univers dans lequel les individus évoluent. En suivant cette proposition, on peut s’intéresser à la dimension parentale du capital culturel dont le degré de possession hiérarchise les individus – et notamment les parents – entre eux. Le caractère distinctif de l’engagement parental a jusque là été principalement observé auprès de femmes des catégories populaires, bénéficiant de faibles perspectives de réalisation hors du foyer (Gojard, 2010 ; Le Van, 1997 ; Nicole-Drancourt, 1991 ; Skeggs, 2015 [1997] ; Quéniart et Vennes, 2003 ; Faber & Prieur, 2012). Chez des femmes de classes moyennes et supérieures, qui semblent acquises à la norme de l’activité professionnelle rémunérée, cette dimension n’a été que rarement abordée, sinon dans l’enquête de Dominique Maison sur les femmes qui s’assument comme étant au foyer (2007) ou lorsque le travail auprès des enfants devient particulièrement lourd, comme dans l’exemple paradigmatique des parents d’enfants en situation de handicap (Eideliman, 2010).

  • 2 Cette analyse a par ailleurs été confirmée par l’observation du logement d’un certain nombre d’entr (...)

4Aussi cet article propose-t-il de montrer que, loin de constituer une dimension du capital culturel réservée aux plus dominées des dominées, l’engagement parental relève d’une forme de distinction qui traverse les classes sociales tout en s’y concrétisant de manière différenciée. Les mompreneurs offrent une opportunité de mettre à l’épreuve cette hypothèse. Apparues à partir de 2008 en France, elles se définissent comme des femmes qui créent leur entreprise après l’arrivée d’un enfant. Selon plusieurs articles journalistiques et les sources Internet générées par les femmes elles-mêmes, elles auraient souhaité quitter un univers professionnel qui ne les satisfaisait plus, celui de cadres en entreprise, et auraient profité d’un congé maternité pour monter leur projet d’entreprise, visant à les aider à mieux articuler vie professionnelle et vie de famille. Ce groupe est principalement composé d’anciennes cadres ou indépendantes et affiche un niveau de qualification élevé : 75 % se disent ainsi titulaires d’au moins un diplôme de deuxième cycle. Celles qui sont les moins bien positionnées (et pour autant diplômées du baccalauréat au minimum) affichent des unions hypergames, les plaçant dans une dynamique ascensionnelle. La sur-représentation des conjoints et/ou parents indépendants autorise à les situer dans le pôle économique des catégories moyennes et favorisées2. Leur mobilité professionnelle vers le non-salariat s’accompagne par ailleurs d’un investissement fort dans l’ensemble des tâches liées à la parentalité (Landour, 2015b).

  • 3 C’est cette démarche que défendent également Ellie Lee, Jenny Bristow, Charlotte Faircloth et Jan M (...)
  • 4 Les mompreneurs sont en majorité blanches et hétérosexuelles : leurs pratiques informent en creux s (...)
  • 5 Cette enquête ethnographique a été menée à découvert de février 2012 à juin 2014, principalement en (...)

5Dans cet article, je propose de positionner socialement l’engagement parental des mompreneurs3, et d’en faire émerger la dimension sociologique, notamment en termes de genre et de classe4. À l’appui d’une enquête ethnographique offline et online de l’un des collectifs français de mompreneurs5 et de cas exemplaires des 55 entretiens par récit de vie (Bertaux, 1997) conduits au cours de l’enquête, le premier temps met d’abord en lumière, à travers le cas d’une femme adoptante, les propriétés économiques, sociales et parentales des mompreneurs et montre comment elles contribuent à leur classement au sein des « bons parents ». Ce constat posé, le deuxième temps propose à travers le cas des diagnostics de précocité de rendre compte de la portée distinctive de l’engagement parental particulièrement fort des mompreneurs. Le dernier temps en souligne les implications politiques, en démontrant les marges de pouvoir certes bien réelles mais limitées d’une parentalité pensée en ressource culturelle féminine.

Être un bon parent : une définition socialement située

6Rendre compte des enjeux sociologiques qui existent dans la prise en charge des enfants suscite des crispations, voire de vives réactions, chez celles et ceux qui en sont les principaux acteurs : les parents. Surtout, démontrer que la manière dont un parent assume le travail que nécessite l’élevage d’un enfant ne relève que de manière secondaire de l’amour qu’il lui porte, mais s’inscrit dans un certain positionnement social – lui-même dynamique – agace, irrite ou révolte. C’est pourtant le parti pris défendu à travers cette recherche sur les mompreneurs et qui est plus particulièrement exposé ici à travers le cas des femmes – surreprésentées dans ma population d’enquête – qui ont adopté leur(s) enfant(s). Elles constituent des révélateurs, en creux, de la mobilisation des mompreneurs autour des enfants et des normes qui l’encadrent (Landour, 2015a). Cette mobilisation est réflexive (penser le parent que l’on veut être et l’enfant à venir), mais également pratique (réaménager ses engagements, notamment professionnels, autour de l’enfant). Mariée à un cadre de la fonction publique hospitalière, diplômée d’une école de commerce et fille d’un chef d’entreprise et d’une mère au foyer, Paloma est représentative du profil social dominant des mompreneurs. Son parcours d’adoption permet de souligner les effets d’une assise économique et sociale non négligeable sur le classement des parents, notamment opéré par les travailleurs sociaux et autres professionnel.le.s de la petite enfance.

Un révélateur : le cas des adoptantes

7Paloma est une petite femme brune aux tenues chics et décontractées, qui a immédiatement signalé son intérêt pour ma recherche. Je la retrouve chez elle, dans le centre de Montpellier, juste après qu’elle a déposé ses enfants à l’école : la famille qu’elle forme avec son mari et leurs deux enfants vient d’emménager dans un grand appartement lumineux qui est encore en cours de travaux et d’aménagement. Paloma a une quarantaine d’années et a vécu jusqu’à ses jeunes années d’adulte dans son pays natal. C’est lorsqu’elle vient à l’issue de ses études en France perfectionner son français qu’elle rencontre son futur mari. Dès son installation dans l’Hexagone, elle trouve assez facilement un emploi, dans la gestion financière et administrative, qu’elle occupe pendant une petite dizaine d’années, jusqu’à son licenciement. Entre temps, elle et son conjoint ont accueilli un premier enfant adopté ; un second suit quelques années plus tard, alors que Paloma a créé, avec une amie et après une formation, une SCOP dans le secteur de la communication. Paloma affiche une aisance manifeste et chaleureuse, y compris au sujet des épisodes plus difficiles qui ont jalonné sa vie, comme celui de la découverte de sa stérilité.

« Bah quand on a voulu avoir des enfants avec mon mari et que ça marchait pas, on a su très très vite qu’il y aurait même pas le côté médical qui pourrait aider, donc c’était très bien parce que ça évite de rentrer dans des histoires de PMA machin qui sont compliquées.

Enq. : Tu en parles avec beaucoup de sérénité …

Ah oui, voilà, bon je l’aurais fait parce que pourquoi pas, mais comme aussi, on a connu plein de gens qui ont adopté et qui sont passés par des côtés médicals très lourds, je me dis que l’on a eu énormément de chance, parce que peut-être que j’aurais eu des enfants aussi, mais comme nous notre but c’était d’avoir des enfants, même si pas biologiquement, c’était pas du tout grave que ça ne se passe pas par la médecine ou que j’ai pas eu de grossesse, c’est pas un regret du tout, donc on s’est lancés dans cette procédure d’adoption, ça a été très long, c’est beaucoup de papiers, beaucoup de persévérance et voilà. »

  • 6 S’il existe actuellement peu de travaux sociologiques publiés sur les parents adoptifs, je renvoie (...)

8Paloma semble faire rapidement le deuil d’une grossesse, pour se lancer dans l’adoption ; ce deuil est sans doute facilité par les bonnes dispositions à l’adoption que le couple présente. Paloma et son conjoint avaient en effet d’autant plus de chances d’être adoptants qu’ils bénéficient des caractéristiques propices à l’obtention d’un agrément (Villeneuve-Gokalp, 2007)6 : ils sont un couple hétérosexuel marié ; membres des catégories sociales favorisées, ils bénéficient d’un niveau de revenu élevé. Outre leur persévérance dans la procédure administrative (elle dure plus de trois ans), ils affichent une grande ouverture à la manière dont les futurs adoptants sont encouragés à se projeter dans la parentalité, puis à la mettre en place.

Puérocentrisme et psychologisation : des normes socialement situées

9Lorsqu’elle me raconte la manière dont son conjoint et elle ont traversé l’adoption de leur premier enfant, Paloma rend bien compte de la modulation progressive du projet, modulation qui fait écho à « l’accompagnement » des assistantes sociales rencontrées dans les services d’adoption :

« Quand on est accompagnés par les assistantes sociales en France, au début tu te dis, « Moi je veux avoir un enfant, n’importe quel âge, n’importe quelle couleur de peau, n’importe les pays d’origine, la santé, bon on est vraiment ouverts », mais en fait on te fait toucher du doigt que, on a tous en nous des limites, qu’il faut reconnaître parce que si on accepte tout, après quand on a l’enfant, la réalité, on va avoir un clash parce que on va se confronter à des freins que l’on n’a pas réfléchis et ça va être dur pour l’enfant donc après du coup, on a réfléchi et on s’est dit, « Bah voilà, on a peut-être une limite d’âge », ou alors on se disait, « On adopte une fratrie, comme ça on se disait, c’est chouette, t’en as deux déjà d’entrée, c’est plus rapide », mais c’est un mauvais calcul, il faut aussi savoir ce que c’est d’avoir deux enfants d’un coup, avec deux âges différents, on se disait, « Ouais, peut-être que ça ne sera pas évident, c’est quand même lourd, il faut commencer par un et après par deux », donc après il y a des gens qui adoptent des fratries et c’est très bien mais il faut se poser les bonnes questions. »

10Le couple affiche les capacités de projection dans un projet parental requises chez les adoptants, qui doivent penser leurs « limites » pratiques et morales. Paloma et son mari semblent également avoir été particulièrement attentifs au parcours initial de l’enfant, ses conditions de naissance, de vie et d’abandon, afin de se préparer à de potentielles traces (« on le sait tous, cet abandon ça fait partie d’eux et un jour ils le sortiront, plus ou moins, plus ou moins fort, d’une façon ou d’une autre »). Ce questionnement opéré par Paloma et son conjoint renvoie à la réflexion inédite du projet parental chez les parents adoptifs qu’observent Florence Brunet, Pauline Kertudo et Elsa Ramos dans leur enquête sur ce groupe (Brunet, et al., 2014). La procédure d’adoption se déploie en effet sur un temps long scandé par de nombreuses interactions, plus ou moins nombreuses, avec des professionnel.le.s de l’enfance eux-mêmes porteurs.ses de normes de la parentalité (Serre, 1998 ; Vozari, 2014), et juges de la capacité des personnes interrogées à appliquer ces normes.

11Cette réflexion intense menée en amont de l’arrivée du premier puis du second enfant de Paloma et son mari ne s’est pas limitée à une orientation dans le parcours d’adoption ; elle s’est également incarnée dans des actes concrets motivés par le confort affectif de l’enfant. Tout particulièrement, Paloma a pris un congé parental d’un an pour accueillir son premier enfant : elle n’explicite pas les raisons de ce retrait professionnel temporaire, qui pourtant est fortement conseillé par les services d’adoption (Ramos & Kertudo, 2014). Elle en fait toutefois part pour expliquer les motifs de son licenciement, pourtant économiquement justifié par son entreprise. Cet élément questionne la capacité du salariat et des organisations à intégrer les mères, mais aussi la capacité des « entrepreneurs de la morale familiale » (Darmon, 1999), dont font partie les travailleurs sociaux des services d’adoption, à intégrer le travail professionnel, ses contraintes mais aussi ses apports, dans leur conception du « bon parent » et plus particulièrement de la bonne mère.

12La disponibilité de Paloma se prolonge par la suite : si elle affirme qu’elle et son conjoint « sont vraiment tous les deux à fond », c’est visiblement elle qui est la principale responsable de la prise en charge des enfants, son mari n’intervenant qu’en appoint (« il peut se rendre très facilement disponible si besoin »). C’est ainsi elle qui va chercher ses enfants tous les jours à l’école à 17h (« un luxe » selon ses propres mots), puis s’occupe d’eux jusqu’au coucher, en suivant notamment avec attention les devoirs (« aller les chercher à l’école, être avec eux tous les après-midis, pouvoir faire les devoirs avec Diego, m’occuper d’eux, sans courir, sans le stress de si j’avais un boulot où je finirai à 18/19h »). Le cas de Paloma rend d’abord compte des ingrédients qui font le bon parent : disponibilité, puérocentrisme et psychologisation sont au cœur des normes construites et transmises par les travailleurs sociaux des services d’adoption. On constate en outre que ces normes ont d’autant plus de chances d’être appliquées que les parents disposent de ressources économiques et culturelles : des moyens économiques importants, permettant notamment un retrait professionnel de l’un des membres du couple parental – le plus souvent la mère –, des capacités réflexives assorties des marges temporelles permettant de les mettre en œuvre... Dit autrement, un individu a d’autant plus de chances d’être considéré comme un bon parent qu’il a les moyens, économiques, sociaux et sexués de l’être. La dimension parentale du capital culturel est ainsi socialement située, tant en termes de définition que d’accumulation. Elle renferme également un potentiel distinctif qui n’est pas réservé aux parents les moins dotés, mais semble également être valorisé et valorisable pour ceux situés à l’autre extrémité du monde social.

Les usages distinctifs du travail parental

13Prises dans des liens distendus au salariat, les mompreneurs trouvent dans la création d’activité le moyen de mettre à distance les identités stigmatisées de la femme au foyer et de la chômeuse (Landour, 2015a ; à paraître). Leur engagement parental constitue un autre moyen de réparer l’ébranlement identitaire expérimenté à travers des expériences éprouvantes au travail. À travers l’ensemble des pratiques développées autour des enfants, l’enjeu n’est ainsi pas simplement celui de leur bien-être, même si les normes contemporaines qui le définissent semblent être particulièrement à l’œuvre dans la définition du projet parental analysé chez les mompreneurs rencontrées. Si l’on peut y lire d’abord une certaine aliénation qui les contraint à faire passer la cause de leurs enfants avant la leur, pour reprendre le fond de l’analyse de Sandrine Garcia (2011), il y réside aussi une réhabilitation identitaire, le travail déployé permettant de les placer en haut de la hiérarchie de ce qui dessine aujourd’hui le bon parent. Ce processus de requalification sociale par le (sur-)investissement parental a été établi pour l’ensemble des femmes rencontrées au cours de l’enquête. C’est toutefois auprès de celles qui ont recours à des diagnostics médico-psychologiques que cette analyse est ressortie avec une acuité accrue.

Distinguer son enfant des autres

  • 7 Outre les éléments plus particulièrement présentés ci-dessous, j’ai eu notamment une longue convers (...)

14Recours assumé à l’école privée, valorisation des pédagogies alternatives (Landour, 2015b, 379-395), ces pratiques témoignent d’une forte mobilisation autour de l’enfant qui n’est toutefois pas uniquement liée à un suivi scrupuleux des normes, ici scolaires, mais plus largement parentales. J’ai été ainsi interpellée par le nombre de femmes qui ont fait part au détour d’une conversation, d’un échange sur Facebook ou de leur entretien de la précocité intellectuelle de leur enfant7. Je n’ai pas eu accès aux tests eux-mêmes réalisés, ce qui m’aurait permis de confirmer la véracité du diagnostic et son intensité ; toutefois l’étonnante sur-représentation de ce diagnostic au sein du groupe formé par les mompreneurs documente la manière dont ces femmes s’en emparent. C’est auprès d’Hélène que le récit est le plus long et détaillé. Âgée de 34 ans, cette mère de deux enfants est mariée à un cadre informatique. Commerciale dans le secteur du tourisme dans le Sud de la France, elle sort très éprouvée de sa dernière expérience salariée où elle dit avoir été « mise au placard » après sa seconde grossesse. Victime d’un écartement professionnel régulièrement observé dans les parcours féminins (Laufer, 1982 ; Maruani et Nicole, 1989 ; Marry, 2004 ; Guillaume et Pochic, 2009), elle tombe en dépression, se fait arrêter et entame une procédure contentieuse avec son ancien employeur, qui refuse de lui verser ses primes. Très bien accompagnée par un avocat, elle finit par avoir gain de cause. Durablement échaudée, elle décide parallèlement de créer une activité sur Internet qui lui permet de maintenir son « besoin de se réaliser » et de « concilier à la fois quelque chose qui peut-être rentable et une vie de famille, et ma philosophie de vie » : elle se lance ainsi dans l’univers du voyage qui lui permet de rassembler toutes les facettes de son identité.

15Hasard ou non, je remarque un ouvrage posé sur le comptoir de la cuisine où nous réalisons l’entretien : il porte sur les enfants intellectuellement précoces. Et c’est Hélène qui fait spontanément état de l’avance de son fils aîné, âgé de sept ans : « Après trois ans, mercredi on vient d’apprendre que Gaspard est précoce et même très précoce, un enfant sur 1000 est comme lui ». L’enfant, alors scolarisé dans une classe à double niveau de CE1/CE2, devrait sauter une classe à la rentrée prochaine. Elle décrit un enfant « très en demande » et « curieux de tout », qui parle très bien depuis l’âge de deux ans et « s’ennuyait énormément à l’école ». D’après le test conduit auprès d’une psychologue, Gaspard aurait ainsi entre « deux et dix ans d’avance suivant les matières et suivant les trucs ». Comme Wilfried Lignier (2010, 2012) l’observe, les deux parents font jouer un test médico-psychologique, conduit en dehors de l’école et sur leur propre initiative, pour mobiliser l’institution scolaire autour du cas de Gaspard et obtenir en fin d’année scolaire un saut de classe. Malgré cette preuve médicale favorisant une demande explicitement fondée des parents, le saut de classe n’est à ce stade pas encore complètement accepté, alors qu’Hélène estime qu’il » faut absolument qu’il passe en CM1 ». Elle adopte toutefois un discours ambigu, entre attente de valorisation et refus de la stigmatisation de son enfant :

« Il faut l’enrichir pour qu’il ait, alors c’est pas donner des exercices en plus, mais plutôt de donner de la matière pour qu’il nourrisse son cerveau parce qu’il est en demande tout le temps, et quand on a parlé de ça, « ah ouais, mais les psys, ils sont dans leur bureau et nous on peut pas faire du soutien scolaire à un enfant différent » et là c’est tout ce qu’on craignait, qu’il soit stigmatisé, on parle pas de soutien scolaire, mais de lui donner d’autres choses, plus sur un thème, un exposé, des choses comme ça, ou une langue en plus, en plus, ça fait partie du bulletin officiel, ils ont l’obligation quand un enfant est détecté précoce de mettre ça en place, et là vu comme on a été reçus, on se dit ok [avec une moue de dégoût]. »

16Hélène est prise face à une injonction contradictoire : elle attend des apports concrets de l’école pour nourrir de manière différenciée son fils, tout en craignant que cela ne contribue à son isolement. L’ambivalence exprimée par la mère tend à atténuer l’idée d’une seule stratégie d’anoblissement de son enfant, dénoncée par Lignier (2012), même si d’autres éléments du récit tendent à ne pas totalement évacuer ce recours distinctif au diagnostic de précocité chez la mompreneur. Créatrice d’une activité ancrée dans la parentalité, le site de e-commerce qu’elle élabore propose des articles facilitant l’organisation des voyages en famille, dont la signature est « Sortez les enfants de leur cocon ». Hélène travaille à domicile tout en gardant la plus jeune de ses enfants : elle poste régulièrement sur Facebook des commentaires signalant l’empêchement régulier de son travail professionnel par la présence de la petite, qu’elle se fait fort dans le même temps de particulièrement stimuler par le jeu ou la lecture. Le couple n’a par ailleurs pas de télévision, Hélène n’hésitant là aussi pas à insister sur le fait que son rejet de la télévision s’inscrit dans sa « philosophie de vie ». Concrètement plus investie auprès de ses enfants que dans son entreprise, Hélène fait partie de ces femmes particulièrement mobilisées dans la sphère parentale et qui mettent en scène cette mobilisation pour mieux se valoriser sur différentes scènes sociales. Il est difficile de croire alors que le diagnostic de précocité, qu’elle a elle-même amené dans l’entretien, ne participe pas de la valorisation sociale qu’elle cherche à obtenir à travers son engagement parental.

Se réhabiliter à travers la distinction de son enfant

17Cette hypothèse semble d’autant plus valable qu’Hélène revisite à travers la précocité de son fils son propre parcours, et ses frustrations à l’égard de sa faible réussite scolaire et d’un engagement impossible dans les emplois salariés qu’elle a occupés :

« Par le biais de mon fils, je comprends en fait tout mon parcours, je comprends le pourquoi du comment de ça, et quelque part, ça me permet d’accepter. »

18Élevée par un père représentant de commerce et une mère couturière, elle déménage régulièrement et connaît une scolarité difficile, bien que « l’école ait été toujours simple pour elle ». Elle est ainsi sans diplôme, notamment parce qu’elle ne parvient pas à achever les multiples formations qu’elle suit : techniques de vente, tourisme, diététique… Dénuée des marqueurs institués du capital culturel, sa frustration se prolonge dans ses diverses expériences salariales, où elle éprouve un décalage, accentué par ses grossesses, entre ses espoirs et la réalité des postes et fonctions auxquelles elle peut prétendre :

« On m’a rien conseillé, et j’ai eu un échec scolaire alors que j’étais première de partout mais par contre c’est ce qui m’a aidée, de ma faculté d’adaptation, de comprendre tout de suite, mais par contre, ce que je suis parce que souvent, je me dis, mais j’ai pas de diplôme, donc j’ai pas de diplôme, je suis pas légitime, c’est con je sais, mais bon, (...) et on a ce sentiment d’imposture, donc on va en faire 10 fois plus et créer une société, c’est libérateur, parce qu’on est tout seul, mais on a toujours ce truc, je n’ai pas de diplôme, pas de diplôme en marketing, mais je sais que j’y arrive. »

19On comprend dès lors que l’investissement parental, et sa focalisation sur la scolarité de son fils, vient combler un capital culturel défaillant que, limitée par son genre, elle n’est pas parvenue à transformer dans le monde professionnel. Hélène présente les nombreuses caractéristiques observées par Lignier chez les parents d’enfants diagnostiqués précoces, soulignant que la « surdouance » n’est dans bien des cas pas seulement un diagnostic médical, mais qu’il serait également favorisé — voire accentué si l’on suit le chercheur — par les conditions sociales qui favorisent l’investissement des parents dans le diagnostic. À de multiples égards, les mompreneurs répondent à un certain nombre des observations de Lignier. Elles présentent elles aussi un recrutement social élevé, tant du point de vue culturel qu’économique (Lignier, 2010) : non seulement, faire évaluer son enfant par un psychologue extérieur à l’école demande des ressources parentales, et en premier lieu financières, mais aussi un certain niveau de confiance culturelle puisqu’il s’agit d’une part de « dépister » la difficulté et de la faire valoir aux yeux de l’école. Lignier constate que les chefs d’entreprise et les professions libérales, dont se rapprochent les mompreneurs, sont nettement surreprésentés au sein de sa population d’enquête, ce qu’il explique par leur proximité avec l’univers médico-psychologique, mais aussi un esprit (Boltanski & Chiapello, 1999) propice à la prise de distance avec les institutions certifiantes, en premier lieu desquelles l’école. Surtout, on retrouve dans le récit d’Hélène cette propension à relire son propre parcours, à travers des dispositions contrariées à l’école ou des suspicions d’une précocité qui n’aurait pas été détectée (Lignier, 2012). Dans le cas des mompreneurs, le diagnostic de son enfant participe de cette mise en scène de soi observée tout au long de l’enquête, et dans laquelle la valorisation de ses qualités parentales joue un rôle important. Il devient un titre alternatif avalisant l’engagement parental des parents – et ici de la mère – et notamment les efforts déployés pour améliorer le cursus scolaire de leurs enfants et ainsi asseoir leur capital culturel.

20Certes bien positionnées dans l’espace social, ces femmes des classes moyennes et supérieures font l’expérience de difficultés professionnelles propres à leur genre : discriminées dans le monde du travail et épuisées par une articulation des temps de vie dont elles portent principalement la responsabilité au sein de leur couple, elles connaissent une réalisation d’elle-même empêchée. Si elles trouvent dans la création d’entreprise une façade professionnelle valorisante, leur permettant de tenir la norme de l’activité propre à leur positionnement social, s’afficher comme une mère particulièrement bonne constitue aussi une forme de revalorisation dans l’espace social. Il se cache ainsi bien plus que le seul intérêt de l’enfant dans la manière dont les parents – et notamment les mères assignées à leur charge – entendent les élever.

Une tactique genrée à portée conservatrice

21Au sein de l’ensemble des tâches qui composent le travail parental, on constate récemment un regain des pratiques dites « naturelles » : accouchement à domicile, usages de couches lavables, préparation « maison » de la nourriture des enfants… Cette remise en avant, qui suggère une biologisation du travail parental (Iacub, 2004), est d’autant plus étonnante que se développent à la même période les moyens et techniques pour justement mettre à distance l’ordre naturel (Memmi, 2014). L’allaitement en constitue un exemple paradigmatique (Knibiehler, 1997 ; Delaisi de Parseval & Lallemand, 2001 [1980] ; Badinter, 2010). En réactivant le corps féminin comme outil reproductif, cet investissement « par corps » ranime une vision distinctive et différentialiste de la parentalité que le cas d’Anaïs illustre. In fine, le dernier temps de cet article restitue les effets politiques d’une requalification sociale centrée sur l’engagement parental chez les femmes.

L’allaitement comme performance de genre

22Pour de nombreuses mères, allaiter constitue une preuve matérielle de son engagement à être une bonne mère (Faircloth, 2013). En cela, les mompreneurs se distinguent comme de véritables athlètes : parmi les femmes que j’ai rencontrées, l’allaitement est non seulement une pratique courante mais il est aussi prolongé. Alexandra a allaité chacun de ses trois enfants six mois, malgré leur conception rapprochée (elle les a eu en quatre ans) et même lorsque l’allaitement a été compliqué ; Sophie a allaité chacun de ses enfants 10 mois ; Charlotte, qui a également accouché à domicile, a allaité chacune de ses deux filles deux ans.

23Il faut d’abord réinscrire cette pratique dans ses conditions de possibilité (Gojard, 2010, 155-194) : les mompreneurs bénéficient d’un cadre économique et social, et notamment conjugal qui leur permet d’entrer dans une « carrière d’investissement maternel » (ibid., 178-186) et les porte vers un modèle savant du « métier de mère » valorisé parmi les femmes de leurs catégories sociales. Par ailleurs, cette pratique réactive la maternité au détriment de la parentalité. En excluant les pères de l’alimentation de l’enfant, elle fait de la mère le principal pourvoyeur de soins, dans une myriade de gestes : même les techniques permettant de tirer son lait et de le conserver demandent un investissement exclusif de la mère, qui doit se conformer à certaines règles d’hygiène (éviter de boire de l’alcool...), prévoir d’accomplir cette tâche au milieu de ses autres engagements et pourvoir à une bonne conservation du lait tiré. Cette performance maternelle produite par le corps est une performance sociale, mais aussi de genre (Butler, 2006 [1990] ; 2009 [1993]). À un moment où le socle professionnel producteur d’individuation est ébranlé, l’allaitement constitue un marqueur par corps de l’identité (Memmi, 2014), de genre d’une part (être une femme accomplie, c’est s’épanouir dans la maternité) et de distinction sociale d’autre part (allaiter longuement, c’est affirmer ses qualités de parent, et surtout de mère).

24Arrêtons-nous ici sur le cas d’Anaïs, qui permet de prendre la pleine mesure des enjeux genrés et sociaux de l’allaitement. Détentrice de titres scolaires relativement prestigieux (elle est diplômée d’un institut d’études politiques de province, puis d’un Master en administration publique), quoiqu’inférieurs à ceux de son conjoint (lui-même est ingénieur d’une grande école parisienne, point sur lequel elle revient souvent au cours de l’entretien), Anaïs compte parmi les femmes les plus dotées rencontrées au cours de l’enquête. En rupture avec l’administration dans laquelle elle est cadre, se qualifiant de dépressive, elle transforme son premier congé maternité en congé parental, puis en congé maladie, préférant « se pendre » plutôt que retourner travailler. Éprouvée professionnellement, Anaïs a particulièrement à cœur de s’engager dans sa maternité : elle me dit avoir en parallèle « allaité, [s’être] forcée à allaiter jusqu’à ce qu’[elle] ne puisse plus, parce que névrose de vouloir être une mère parfaite ». Son bébé dort peu, et elle affiche des signes visibles de fatigue, d’autant qu’elle est peu relayée par un conjoint qu’elle ne semble pas oser solliciter : « C’est toujours pareil, dans la mentalité des femmes, moi je ne rapporte pas beaucoup d’argent, donc je me lève ». L’allaitement s’apparente ici à une performance de genre : il s’agit de coller aux comportements définissant le genre auquel on est assigné et dès lors de se réinscrire dans une division sexuée du travail et tous ses effets corollaires.

25Anaïs finit par obtenir une place en crèche, ce qui aurait pu l’alléger et lui permettre de dégager du temps pour elle. Mais prise dans un allaitement devenu enjeu identitaire, Anaïs ne sèvre pas sa fille et persiste à allaiter sans avoir assez de lait pour fournir des repas en nombre suffisant pour la crèche. Outre l’inégalité que l’allaitement prolongé installe dans son couple, il favorise un conflit latent avec les auxiliaires de puériculture :

« L’adaptation s’est mal passée parce que… parce que aussi les nanas de la crèche, elles savaient que je bossais de chez moi, donc elles appelaient tout le temps, enfin c’est très contradictoire, elles appelaient très souvent, quand t’as un petit, pour le moindre truc elles appelaient, l’allaitement se passait pas bien donc à un moment elles appelaient toutes les deux heures et demi (…) donc elles comprenaient pas, parce qu’elles, elles attendent beaucoup mais elles s’attendaient à ce que je dise « Non, je peux pas, je bosse, je suis salariée », donc elles comprenaient pas pourquoi j’étais là, tout ce qu’elles me demandaient je le faisais, (…) et en fait, elles croyaient que je bluffais quand je disais que je travaillais, c’est vrai que je bossais pas autant qu’une autre nana, (…) parce que je leur ai filé en crèche, elle savait pas prendre le biberon, je la nourrissais au sein et je pouvais pas leur fournir assez de lait pour deux repas, donc problème, et il a fallu qu’elles lui filent, elles, le biberon et elles m’ont fait comprendre, mais au bout d’un mois, que c’était pas à elles de le faire, c’est aux parents d’apprendre à donner le biberon »

26À travers ce long extrait, Anaïs établit un lien entre son allaitement et son travail, lien dont l’incongruité rend compte de la tension forte qu’engendre la compensation de l’inachèvement professionnel dans un investissement parental d’autant plus mal assumé qu’il ne se réalise pas facilement (naturellement est-on tenté de dire). Cette tension favorise l’incompréhension des puéricultrices. De son côté, Anaïs ne comprend pas les initiatives des auxiliaires, prises dans le positionnement flou de la Mompreneur : travaille-t-elle ou non ? Veut-elle allaiter ou non ? Anaïs critique ainsi le fait que les professionnelles de la crèche n’aient pas réglé à sa place son problème d’alimentation, disant qu’elle « s’en fout, [les puéricultrices] auraient aussi bien pu donner du lait en poudre ». C’est avec une lecture sociale, qui rend pleinement compte des rapports sociaux qui s’exercent à travers cet allaitement, qu’elle explique cette incommunicabilité :

« Faut quand même se rendre compte que puéricultrice de crèche, c’est le niveau ouvrier, c’est un job social ouvrier en fait, qui sont très revendicatrices, parce que c’est un métier très dur et honnêtement elles ont beaucoup de mérite et honnêtement j’ai toujours été reconnaissante envers elles, et c’est pas bien payé et puis c’est toujours pareil, dans le milieu public, on se plaint énormément, parce qu’il y a pas de mérite, pas de paiement au mérite tout ça donc je crois pas qu’elles soient très ouvertes à la compréhension de l’autre ».

27Cet extrait souligne que, même en situation de détresse maternelle et professionnelle et en contradiction manifeste tant dans ses intentions que dans les signes qu’elle en donne, Anaïs n’est pas totalement sous l’emprise des professionnel.le.s de la parentalité : cet allaitement per se qu’elle défend envers et contre tout renvoie davantage à des normes qu’elle semble s’être imposée, à un moment où elle ne s’inscrit plus dans la norme professionnelle, qu’il ne répond aux injonctions de travailleuses sociales qu’elle sait être bien moins dotées en capitaux qu’elle. Et l’écart de classe dont elle a conscience lui permet de relire de façon valorisante ses propres contradictions et incapacités et de résister à son classement au sein des mauvaises mères. Cet exemple rend ainsi compte de la part de pouvoir qu’offre l’engagement parental aux femmes des classes supérieures : fragilisées dans leur positionnement social, il leur garantit une requalification sociale au sein des meilleurs parents et plus largement individus. Leurs autres ressources économiques et sociales leur permettent en outre de se distinguer de celles, moins dotées qui pourraient mettre en doute leur supériorité. Mais, comme pour les femmes des catégories populaires, ce pouvoir acquis par le travail parental reste de la « petite monnaie culturelle », pour reprendre l’expression de Skeggs (op.cit., 142) : permettant principalement de classer les femmes entre elles, et plus secondairement de disqualifier les pères qui souhaiteraient également s’investir auprès de leurs enfants (Delphy, 2009 [2001]), l’engagement parental intensif devient une performance du genre, perpétuant les rapports sociaux de sexe.

La dynamique conservatrice du capital parental

28Ainsi, démontrer l’existence d’un capital culturel valorisé par les pratiques d’élevage des enfants n’est en rien contradictoire avec une lecture politique du monde social, et de la place des femmes en son sein. En actualisant leur capital culturel par leur investissement parental, ces femmes favorisées restent en effet dans l’ordre de la tactique (De Certeau, 1980) : si ce capital permet d’affirmer une identité de genre et de se distinguer dans différentes arènes où se joue la parentalité, il ne permet pas pour autant de renverser les rapports sociaux de sexe et plus globalement les rapports de domination dans lesquelles les mompreneurs, et plus largement les femmes des classes moyennes et supérieures, sont tour à tour des dominantes et des dominées.

29Au cours de leurs travaux sur les processus d’émancipation des femmes dans les années 1970 en France (Achin & Naudier, 2013), Catherine Achin et Delphine Naudier se sont intéressées au potentiel émancipateur inattendu que pouvaient receler les réunions Tupperware qui se sont particulièrement diffusées en France à la même décennie (Achin & Naudier, 2009). Le collectif des mompreneurs présente sous un jour actualisé les mêmes propriétés que ces réunions Tupperware : il réunit des femmes aux propriétés sociales globalement identiques, les insèrent dans un ordre marchand et permet la possible constitution de groupes de parole chez des femmes dont j’ai démontré l’assignation à la sphère domestique. Et pourtant, je n’y ai pas observé l’agency qu’Achin et Naudier mettent en lumière dans les réunions Tupperware, au sens défini par Butler de capacité à agir pour s’émanciper des rapports de domination (Butler, 2006 [1990]).

  • 8 Cindy n’a pas créé de structure en propre mais elle travaille en tant que freelance pour une entrep (...)

30Cindy en rend bien compte. Titulaire d’un diplôme d’une école de commerce de faible rang, cette mère de deux enfants est mariée à un homme exerçant en libéral une profession paramédicale. Après deux grossesses « super compliquées » (elle est hospitalisée et arrêtée de manière anticipée pour la première, tandis que la seconde est une — mauvaise — surprise liée à un accident contraceptif), elle démissionne. Elle explique en effet ne plus supporter la pression de son ancien poste et le fait d’avoir été « mise au placard », tandis que le contrat8 trouvé par l’intermédiaire de ses relations dans l’univers de l’éducation « donne un peu de sens à sa vie professionnelle ». Cindy réinvestit alors doublement la sphère parentale : professionnellement, travailler sur des jeux éducatifs donne du « sens » à son parcours ; domestiquement, la sortie du salariat lui permet de « s’occuper de [ses] enfants bébés ».

« Pour Jules [son premier né] tu vois j’ai regretté finalement, parce que j’avais pris qu’un mois en plus, mais je me dis, bah ces mois-là de sa vie, ils repasseront jamais et plus mes enfants vont grandir et plus ils vont s’envoler, voilà, c’est des petits oiseaux qui vont s’envoler, ils vont, une fois qu’ils seront envolés, ils seront envolés et voilà et puis ouais, j’avais envie aussi d’allaiter longtemps, exclusivement [son second enfant], j’avais envie de faire tout ça. »

31Mettant en parallèle dans son récit sa sortie du salariat classique et une déception de ne pas s’être assez occupée de son premier enfant, elle prolonge de huit mois la prise en charge de sa fille. Et elle affirme au final, non sans fierté, s’être « démerdée pour tout faire ». Dans le même temps toutefois, elle manifeste un désarroi conjugal fortement lié au déséquilibre qui s’est instauré entre elle et son conjoint, « pas très soutenant », sur la question domestique et parentale :

« Il ne comprenait pas que j’aille pas dans un petit boulot bien chauffé machin truc, mais d’un autre côté, lui il a vu le côté très positif, c’est « Génial, tu vas bosser de la maison, tu vas pouvoir t’occuper de Julot », parce qu’à l’époque, c’était que de Jules, comment te dire ! (…)

Enq. : Du coup pour lui il avait la nounou à domicile ?
Ouais, c’est un peu ça, même si Jules était à l’école, mais la nounou et la femme de ménage, donc bah ouais, [il pète les] plombs quand le linge est pas étendu ou je sais pas quoi, pétage de plomb « Oui, mais c’est toujours le bordel chez nous, nia nia ni », ouais mais bon y a pas de secret, soit tu passes une heure par jour chez toi à faire ton ménage, et c’est carré, soit tu la passes à bosser, y a pas de secret quoi ! ».

  • 9 Je n’ai pas suffisamment systématisé mes relances au cours des entretiens sur l’entourage amical de (...)

32Dans l’entretien, elle fait directement découler du récit de ces tensions conjugales son engagement au sein des mompreneurs. En parlant de ces « collègues choisies », « qui ont les mêmes problématiques », Cindy fait référence à une sociabilité qui lui est propre, hors du cercle amical de son couple9, mais aussi du cercle de sociabilité qu’elle pourrait côtoyer par exemple à l’école. Elle est ici avec des femmes comme elles, qui non seulement partagent des propriétés sociales similaires, mais aussi les mêmes difficultés quotidiennes dans ce qui est pudiquement appelé la conciliation :

« Les membres, je pense pas qu’on soit là par hasard en fait, je pense que derrière, il y a une vraie idée de se dire, « Bah on est des meufs, c’est pas facile d’être une meuf dans le boulot, c’est encore moins facile d’être une meuf à la maison et dans le boulot, et du coup, on est toutes là réunies et on veut y arriver et on se relève les manches et on se bouge les fesses, c’est pas facile mais on y va, on s’entraide », tu vois, ce côté-là »

  • 10 Traduit de l’anglais: “a distinctive kind of emotion culture organized around female values, nurtur (...)

33Beaucoup, comme Cindy, éprouvent de la « fierté » en appartenant à cette association, et y constituent un entre-soi leur offrant une mise en mots de leur situation, entre engagement professionnel affirmé et engagement parental recherché. Mais elles n’y trouvent pas pour autant des moyens et ressources de construire une agency les émancipant des rapports de domination, ici de genre, dans lesquels elles sont prises. La présence d’une agency supposerait en effet la détection et l’envie de déconstruire des rapports sociaux jugés inégalitaires. Au-delà des discours déplorant l’inégalité domestique au sein de leur couple, ces femmes restent attachées à l’attribution de rôles genrés aux hommes et aux femmes, qui se révèlent fortement à l’examen de leurs pratiques parentales et de leur mobilisation très forte autour de leur enfant. Leur regroupement fait écho aux travaux de Verta Taylor sur les groupes de self-help dédiés à la dépression post-partum (Taylor, 1999). Elle indique que ces groupes apportent un soutien individuel basé sur un différentialisme fort, « une sorte de culture des émotions distincte organisée autour de valeurs féminines, de relations interpersonnelles d’ordre émotionnel, et d’une éthique du soin »10 (ibid., 19). Les mompreneurs semblent s’inscrire dans ce prolongement, créant un groupe de parole dédié au travail professionnel (Landour, 2015c), empreint de différentialisme et dénué de toute visée redistributive et émancipatrice.

34Des similitudes apparaissent dès lors entre d’une part les mompreneurs et plus largement les regroupements qui valorisent très fortement leur engagement envers les enfants (Odier, 2014), et d’autre part les mobilisations féminines catholiques, qui déjà au début du siècle faisaient de la sauvegarde de l’âme de l’enfant un enjeu de mobilisation pour mieux maintenir les inégalités de sexe, de classe et de race. Comme l’écrit Magali Della Sudda sur les ligues catholiques du début du XXème siècle, où se sont fortement mobilisées les femmes :

« L’entreprise politique féminine conservatrice entend, en effet, maintenir un ordre social hiérarchisé où chacun accepte sa condition — par opposition à la lutte des classes — un ordre politique où les notables gouvernent, un ordre économique libéral et surtout une société où l’Église reste une autorité spirituelle et politique. » (Della Sudda, 2007, 218)

35La ressemblance interpelle, seule la trame catholique semble convertie en trame puérocentriste. Si ces femmes affichent leur adhésion à la norme égalitaire et un attachement fort au maintien d’une activité professionnelle, leur focalisation manifeste sur l’enfant est au cœur de la dynamique de leur parcours. Il s’en dégage des marges de manœuvre bien réelles, et d’autant plus importantes que les femmes ici étudiées comptent parmi les mieux dotées. Si la parentalité comme ressource culturelle s’établit plutôt au profit des femmes, ces dernières n’en restent pas moins payées en monnaie de singe : ce « privilège » n’est toujours sanctionné par aucun support objectif et reste pourvoyeur de ressources économiques et sociales limitées.

Conclusion

36Plusieurs éléments ont émergé au terme de l’étude des pratiques parentales des mompreneurs. Les récits de ces femmes s’inscrivent dans une idéologie de la maternité intensive (Hays, 1996) ancrée dans les sociétés occidentales contemporaines et en particulier auprès de leurs franges les mieux dotées. Les mompreneurs sont fortement impliquées dans l’accomplissement d’un projet parental particulièrement dense et dont elles sont les principales actrices au sein des foyers. Principalement conçues dans une optique puérocentriste, ces activités suggèrent un premier mouvement de l’analyse qui rejoint les développements des féministes matérialistes sur la question : il s’y joue en effet une manière renouvelée d’encadrer les femmes en les rappelant à leurs devoirs de mère à travers une forte exigence de disponibilité ou des pratiques dites « naturelles ». S’intéresser à la place que peut alors prendre le travail, notamment lorsqu’il est salarié ou indépendant, face à des normes éducatives extrêmement coûteuses en temps, actualise avec acuité la question de l’articulation des temps de vie et du genre.

37Mais un second mouvement, prenant davantage en compte les effets de classe, soulève les limites de la seule dénonciation de l’aliénation inhérente à ces normes et pratiques. Particulièrement réceptives à la cause contemporaine du « bien-être » de l’enfant, les femmes des classes moyennes et supérieures, ici incarnées par les mompreneurs, sont d’autant plus à même de les appliquer qu’elles bénéficient de conditions favorables : elles bénéficient de marges de manœuvre accrues qui leur permettent de démultiplier les activités parentales et de les valoriser de manière distinctive comme un capital culturel. Elles bénéficient également d’une confiance liée à leur appartenance de classe qui leur permet de ne pas complètement subir les injonctions des professionnel.le.s de l’enfance, de les contourner ou de les objecter. Le risque est toutefois que cette aspiration dans le maternage installe à long terme un décrochage du travail rémunérateur, au profit – de court terme – d’un engagement parental plus accomplissant socialement.

38Aussi ne faut-il pas lire l’engagement parental uniquement comme une tactique des plus dominées pour trouver un peu de respectabilité : sa quête constitue, à travers les classes, l’une des formes contemporaines de la distinction sociale. Elle participe du tracé des nouvelles frontières entre les classes et au sein des classes, frontières mouvantes, ambivalentes, saisies grâce à leur articulation avec les rapports de genre.

Haut de page

Bibliographie

ACHIN Catherine & NAUDIER Delphine, « La libération par Tupperware ? », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 29, 2009, pp. 131-140.

ACHIN Catherine & NAUDIER Delphine, « L’agency en contexte : réflexions sur les processus d’émancipation des femmes dans la décennie 1970 en France », Cahiers du Genre, vol 2, 55, 2013, pp. 109-130.

BADINTER Élisabeth, L’Amour en plus : histoire de l’amour maternel (XVII-XXe siècle), Paris, Flammarion, 1980.

BADINTER Élisabeth, Le conflit : la femme et la mère, Paris, Flammarion, 2010.

BASTARD, Benoît, « Une nouvelle police de la parentalité », Enfances, Familles, Générations, 5, 2006, pp. 1-9.

BEAUVOIR Simone de, Le Deuxième Sexe I et II, Paris, Gallimard, 1976 [1949].

BECK, Ulrich, La société du risque, Paris, Aubier, 2001 [1986].

BERTAUX Daniel, Les récits de vie. Perspective ethnosociologique, Paris, Nathan, 1997.

BOISSON Marine, « Petit lexique contemporain de la parentalité : réflexion sur les termes relatifs à la famille et leurs usages sociaux », Informations sociales, vol 5, 149, 2008, pp. 8-15.

BOLTANSKI Luc, La condition foetale : Une sociologie de l’engendrement et de l’avortement, Paris, Gallimard, 2004.

BOLTANSKI Luc & CHIAPELLO Eve, Le Nouvel Esprit du Capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

BRUNET Florence, KERTUDO Pauline & RAMOS Elsa, « La parentalité adoptive : une parentalité « supérieure » ? » Dans Martin, Claude (Dir.), Être un bon parent, une injonction contemporaine ?, Rennes, Presses de l’EHESP, 2014, pp. 73-91.

BUTLER Judith, Trouble dans le genre, Paris, La Découverte, 2006 [1990].

BUTLER Judith, Ces corps qui comptent, Paris, Editions Amsterdam, 2009 [1993].

CADOLLE Sylvie, Être parent, être beau-parent. La recomposition de la famille, Paris, Odile Jacob, 2000.

CERTEAU Michel de, L’invention du quotidien, Arts de faire (tome 1), Paris, Union Générale d’Editions, 1980.

DARMON Muriel, « Les « entreprises » de la morale familiale », French Politics, Culture & Society, vol 17, 3/4, 1999, pp. 1-19.

DÉCHAUX Jean-Hugues, « Le sacre de l’enfant. Regards sur une passion contemporaine », Revue française de sociologie, vol 55, 3, 2014, pp. 537-561.

DELAISI DE PARSEVAL Geneviève & LALLEMAND Suzanne, L’Art d’accommoder les bébés, Paris, Odile Jacob, 2001 [1980].

DELLA SUDDA Magali, « Discours conservateurs, pratiques novatrices », Sociétés & Représentations, vol 2, 24, 2007, pp. 211-231.

DELPHY Christine, « Travail ménager ou travail domestique ? », Dans DELPHY Christine, L’ennemi principal (1). Economie politique du patriarcat, Paris, Syllepses, 1998b [1978]. pp. 57-73.

DELPHY Christine, « Libération des femmes ou droits corporatistes des mères ? », Dans DELPHY Christine,, L’ennemi principal. Penser le genre (tome 2), Paris, Syllepses, 2009b [2001], pp. 91-118.

DESCARRIES Francine & CORBEIL Christine, « Entre discours et pratiques : l’évolution de la pensée féministe sur la maternité depuis 1960 », Nouvelles questions féministes, vol 15, 1, 1994, pp. 69-93.

DESPENTES Virginie, Vernon Subutex (Tome 2), Paris, Grasset, 2015.

DONZELOT Jacques, La police des familles, Paris, les Éditions de Minuit, 1977.

EIDELIMAN Jean-Sébastien, « Aux origines sociales de la culpabilité maternelle. Handicap mental et sentiments parentaux dans la France contemporaine », La revue internationale de l’éducation familiale, 27, 2010, pp. 81-98.

FABER Stine Thiedemann & PRIEUR Annick, « Parler des classes dans une société présumée égalitaire. Les représentations des inégalités dans une ancienne ville ouvrière danoise », Actes de la recherche en sciences sociales, 191-192, 2012, pp. 114-125.

FAIRCLOTH Charlotte, Militant Lactivism: Attachment parenting and intensive motherhood in the UK and France, New York, Berghahn Books, 2013.

GARCIA Sandrine, Mères sous influence : de la cause des femmes à la cause des enfants, Paris, La Découverte, 2011.

GAVARINI Laurence, La passion de l’enfant. Filiation, procréation et éducation à l’aube du XXIème siècle, Paris, Denoël, 2011.

GOJARD Séverine, Le métier de mère, Paris, La Dispute, 2010.

HALIFAX Juliette & VILLENEUVE-GOKALP Catherine, « L’élaboration d’une enquête sur l’adoption en France », Population, vol 59, 5, 2004, pp. 767-782.

HAYS Sharon, The cultural contradictions of motherhood, New Haven, Yale University Press, 1996.

GROSS Martine, Homoparentalité, état des lieux, Paris, Erès, 2005.

GUILLAUME Cécile & POCHIC Sophie, « Les carrières de cadres au cœur des restructurations : la recomposition des effets de genre ? L’internationalisation d’un groupe français en Angleterre et en Hongrie », Sociologie Du Travail, vol 51, 2, 2009, pp. 275-299.

GUILLAUMIN Colette, Sexe, Race et Pratique du pouvoir. L’idée de Nature, Paris, Côté Femmes, 1992.

IACUB Marcella, L’Empire du ventre. Pour une autre histoire de la maternité, Paris, Fayard, 2004.

KNIBIEHLER Yvonne, La révolution maternelle depuis 1945, Paris, Librairie Académique Perrin, 1997.

LANDOUR Julie, « Quand les mères deviennent entrepreneurs : Image et expériences des « Mompreneurs », Sociétés Contemporaines, vol. 2, 98, 2015a, pp. 137-168

LANDOUR Julie, S’engager en parentalité et créer son activité. L’entreprise paradoxale des Mompreneurs en France (2008-2014), Thèse de doctorat en sociologie, sous la direction de Bénédicte Zimmermann, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2015b..

LANDOUR Julie, « Les collectifs de Mompreneurs, une solidarité professionnellement porteuse ? », Modern & Contemporary France, vol 23, 4, 2015c, pp. 457-473.

LANDOUR Julie, « Un auto-emploi pensé pour et par la famille ? Les Mompreneurs et le régime de l’auto-entrepreneur », Économies et Sociétés, série Socio-économie du travail, À paraître,.

LE VAN Charlotte, « La grossesse à l’adolescence : drame réel ou incongruité sociale ? », MANA, Revue de sociologie et d’Anthropologie, 3, 1997, pp. 139-167.

LEFAUCHEUR Nadine, « Familles monoparentales : les mots pour le dire », Dans BAILLEAU Francis, LEFAUCHEUR Nadine, PEYRE Vincent (dir.), Lectures sociologiques du travail social, Paris, Éditions ouvrières, 1985, pp. 204-217.

LEE Ellie, BRISTOW Jennie, FAIRCLOTH Charlotte & MACVARISH Jan, Parenting Culture Studies, New York, Palgrave MacMillan, 2014.

LEMIEUX Denise, « Le lien parent-enfant en mutation : contextes, rôles parentaux et représentations de l’enfant », Dans DANDURAND Renée, HURTUBISE Roch, LE BOURDAIS Céline (dir.), Enfances. Laval, Presses de l’Université de Laval, 1996.

LERIDON Henri, Les enfants du désir, Paris, Julliard, 1995.

LIGNIER Wilfried, « L’intelligence investie par les familles". Le diagnostic de "précocité intellectuelle" entre dispositions éducatives et perspectives scolaires », Sociétés Contemporaines, vol 3, 79, 2010, pp. 97-119.

LIGNIER Wilfried, La petite noblesse de l’intelligence. Une sociologie des enfants surdoués, Paris, La Découverte, 2012.

LAUFER Jacqueline, La féminité neutralisée ? Les femmes cadres dans l’entreprise, Paris, Flammarion, 1982.

MAISON Dominique, Femmes au foyer : expériences sociales, Dossier d’études de la Caisse des Allocations Familiales, 2007.

MARRY Catherine, Une révolution respectueuse : les femmes ingénieurs, Paris, Belin, 2004.

MARTIN Claude, La parentalité en questions, perspectives sociologiques, Rapport pour le Haut Commissariat à la famille, 2003.

MARTIN Claude, La parentalité : controverses autour d’un problème public, Dans KNIBIEHLER Yvonne (dir.), Maternité et parentalité, Rennes, Éditions ENSP, 2004, pp. 39-54.

MARTIN Claude, Etre un bon parent : une injonction contemporaine, Rennes, Presses de l’EHESP, 2014.

MARUANI Margaret & NICOLE-DRANCOURT Chantal, Au labeur des dames, métiers masculins et emplois féminins, Paris, Syros, 1989.

MATHIEU Nicole-Claude, L’anatomie politique, Catégorisations et idéologies de sexe, Paris, Côté-femmes Editions, 1991.

MATHIEU Séverine, L’enfant des possibles. Assistance médicale à la procréation, éthique, religion et filiation, Paris, Éditions de l’Atelier, 2013.

MEHL Dominique, Les lois de l’enfantement. Procréation et politique (1982-2011), Paris, Presses de Sciences Po, 2011.

MEMMI Dominique, La revanche de la chair. Essai sur les nouveaux supports de l’identité, Paris, Editions du Seuil, 2014.

NEYRAND Gérard, Soutenir ou contrôler les parents : l’avènement de la parentalité, Paris, Erès, 2011.

NICOLE-DRANCOURT Chantal, Le labyrinthe de l’insertion, Paris, La Documentation Française, 1991.

ODIER, Lorraine, « Les métamorphoses de la figure parentale à l’Ecole des Parents de Genève (1950 à 2010», Thèse de doctorat en sociologie, sous la direction de Véronique Mottier, Lausanne, Faculté des Sciences Sociales et Politiques de l’Université de Lausanne, 2014.

PEUGNY Camille, Le déclassement, Paris, Grasset, 2009.

QUÉNIART Anne & VENNES Stéphanie, « De la volonté de tout contrôler à l’isolement : l’expérience paradoxale de la maternité chez de jeunes mères », Recherches féministes, vol 16, 2, 2003, pp. 73-105.

RAMOS Elsa & KERTUDO Pauline, « La réception des normes par les parents : le cas de l’adoption », Politiques sociales et familiales, 118, 2014, pp. 45-54.

SCHNAPPER Dominique, L’épreuve du chômage, Paris, Gallimard, 1981.

SCHWARTZ Olivier, Le monde privé des ouvriers : Hommes et femmes du Nord, Paris, PUF, 1990.

SEGALEN Martine, 1981, Sociologie de la famille, Paris, Armand Colin, 1981.

SERRE Delphine, « Le bébé “superbe” : la construction de la déviance corporelle par les professionnel(le)s de la petite enfance », Sociétés contemporaines, 31, 1998, pp. 107-127.

SERRE Delphine, Les coulisses de l’Etat social : enquête sur les signalements d’enfants en danger, Paris, Raisons d’agir, 2009.

SERRE Delphine, « Le capital culturel dans tous ses états », Actes de la recherche en sciences sociales, vol 1, 191-192, 2012, pp. 4-13.

SKEGGS, Beverley, Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire,, Paris, Agone, 2015 [1997].

TAYLOR, Verta, “Gender and social movements: gender processes in women’s self-help movements”, Gender & Society, vol 13, 1, 1999, pp. 8-33.

VILLENEUVE-GOKALP Catherine, « Du désir d’adoption à l’accueil d’un enfant », Population, vol 62, 2, 2007, pp. 281-314.

VOZARI Anne-Sophie, « Recruter de « bonnes » assistantes maternelles », Sociétés contemporaines, vol 3, 95, 2014, pp. 29-54.

ZELIZER Viviana, Pricing the priceless child: The Changing Social Value of Children, Princeton, Princeton University Press, 1994.

Haut de page

Notes

1 Pour une genèse plus fouillée de l’apparition du terme, je renvoie au rapport rédigé par Claude Martin pour le Haut Conseil à la Famille en 2003 (Martin, 2003). Lorraine Odier fournit également une socio-histoire de la notion dans sa thèse sur l’École des Parents de Genève (Odier, 2014). Outre les références précisées dans l’encadré, voir la synthèse de Marine Boisson dans la revue Informations Sociales (2008).

2 Cette analyse a par ailleurs été confirmée par l’observation du logement d’un certain nombre d’entre elles, où j’ai rarement trouvé des bibliothèques conséquentes, sinon en livres pour enfants, best-sellers et polars grand public. Les pratiques culturelles des mompreneurs ne relèvent pas des secteurs les plus légitimes et se concentrent plutôt sur des divertissements humoristiques. Pour plus de détails, voir Landour, 2015a et 2015b.

3 C’est cette démarche que défendent également Ellie Lee, Jenny Bristow, Charlotte Faircloth et Jan Macvarish, dans Parenting Culture Studies (2014), pour analyser des « cultures parentales », entendues comme “les règles et codes de conduites plus ou moins formalisés, qui sont apparues au cours des dernières années et qui reflètent cette vision déterministe des parents tout en définissant les normes selon lesquelles un parent devrait élever son enfant » (« the more or less formalized rules and codes of conduct that have emerged over recent years which reflect this deterministic view of parents and define expectations about how a parent should raise their child », ma traduction (ibid., 10)).

4 Les mompreneurs sont en majorité blanches et hétérosexuelles : leurs pratiques informent en creux sur la dimension racisée et hétéronormée de leur engagement parental, mais je ne creuserai pas ces questions ici.

5 Cette enquête ethnographique a été menée à découvert de février 2012 à juin 2014, principalement en Île-de-France et pendant une quinzaine de jours dans l’Hérault. Elle a été complétée par l’observation du réseau social Facebook pour suivre les femmes rencontrées tout au long de l’enquête et saisir leurs échanges, nombreux et multiples, en dehors des réunions instituées du collectif. Je n’ai en revanche pas eu accès aux conjoints de ces femmes : je n’ai donc pas investi les points de vue masculins sur ces pratiques parentales et les parcours qui les sous-tendent, ni examiné les négociations qui auraient pu –ou non – les entourer.

6 S’il existe actuellement peu de travaux sociologiques publiés sur les parents adoptifs, je renvoie pour plus de détails à la revue de littérature dressée par Juliette Halifax et Catherine Villeneuve-Gokalp (2004).

7 Outre les éléments plus particulièrement présentés ci-dessous, j’ai eu notamment une longue conversation à ce sujet avec Anne-Claire le 13/12/13 (journal de terrain) ou encore avec Brigitte, par ailleurs consultante en lactation en mai 2013 (journal de terrain). Les deux fils de Christelle et de Dominique seraient également diagnostiqués précoces, une mompreneur rencontrée au cours d’une réunion francilienne tient un blog sur les enfants précoces et j’ai vu circuler de nombreuses informations sur le sujet lors de mon observation au long cours de leurs échanges sur Facebook.

8 Cindy n’a pas créé de structure en propre mais elle travaille en tant que freelance pour une entreprise américaine dont elle est l’unique représentante en France.

9 Je n’ai pas suffisamment systématisé mes relances au cours des entretiens sur l’entourage amical de ces femmes pour le mobiliser dans l’analyse. Quelques traces suggèrent toutefois la volonté des Mompreneurs de ne pas se déclasser par rapport à leurs amies qui sont de leur côté restées salariées, l’adhésion au collectif participant de cette mise en scène de soi, y compris à l’œuvre auprès de la sphère amicale.

10 Traduit de l’anglais: “a distinctive kind of emotion culture organized around female values, nurturant personal relationships and an ethic of caring”, ma traduction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Landour, « La parentalité, une contribution au capital des femmes des classes supérieures ? », Genre, sexualité & société [En ligne], 16 | Automne 2016, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://gss.revues.org/3886 ; DOI : 10.4000/gss.3886

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org