Navigation – Plan du site
Varia

Les voies de la (re)connaissance.

Claude Cahun, artiste et intellectuelle au miroir transatlantique1
The ways of Knowing and Acknowledging. The woman artist and intellectual Claude Cahun across the Atlantic
Eve Gianoncelli

Résumés

Cet article vise à examiner comment différentes conceptions, nationales, disciplinaires, idéologiques peuvent se trouver en jeu dans la réception, à travers l’exemple de l’artiste et intellectuelle Claude Cahun. Il s’agit de montrer comment les processus de redécouverte la concernant se sont structurés de manière antagonique, avec pour trame de fond des généalogies contrastées « française » et « américaine », se jouant dans différents rapports aux problématiques surréalistes et relevant du genre et /ou de la sexualité et qui se déclinent sous la forme d’oppositions entre universalisme et communautarisme, univers intellectuel français et monde de l’art américain, conception d’un sujet abstrait face à celle d’un sujet situé. Bien que différemment, ces antagonismes convergent néanmoins vers des formes de promotion de Cahun comme figure exceptionnelle et subversive. On se propose en ouverture, à partir de ces différentes approches, d’expliciter notre propre positionnement et la manière dont une considération de la catégorie d’intellectuelle, sans nier celle d’artiste, peut se révéler précieuse pour tenter de rendre compte des formes d’expérience et de subjectivité de Cahun.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’auteure remercie les évaluateur-ice-s anonymes de cet article pour leurs éclairages ainsi que Cat (...)
  • 2 Said (1983).
  • 3 Ce travail a également été entamé dans Peterle (2007). Il soulève néanmoins davantage de questions (...)
  • 4 Bien des travaux en cours ou achevés sont ainsi volontairement laissés de côté dans ce travail, qui (...)

1Les voyages des œuvres et des idées2 et leur réappropriation sont l’occasion de nouvelles rencontres, après des rendez-vous manqués, susceptibles de mettre en jeu des lectures différentes, qui sont aussi des réinventions et de nouvelles formes de productions. On voudrait examiner quelques logiques de ce processus à travers la réception de l’artiste et écrivaine symboliste et surréaliste Claude Cahun (1894-1954). Plongée dans l’oubli après sa mort, elle a fait l’objet de formes de redécouverte conflictuelles et passionnées ayant tendu, par des biais divers, à sa promotion. Je voudrais ici tenter d’en cerner les contours3, en analysant différentes tendances qui se sont progressivement imposées comme dominantes sur Cahun4. Précisons-le d’emblée : parler de « tendances » implique qu’elles ne sont qu’une manière imparfaite d’appréhender des enjeux qui ne se réduisent jamais simplement à des dichotomies ; mais qu’elles peuvent nous aider à les cerner.

  • 5 Une seconde a paru récemment, signée Ann Egger, Claude Cahun, l’antimuse, Paris, Les Hauts-Fonds, 2 (...)
  • 6 Le terme d’icône a été utilisé avant. Cf Lebovici (2002) ; Aliaga (2011). François Leperlier a quan (...)
  • 7 La réception académique de Claude Cahun est néanmoins souvent très directement liée à la réception (...)
  • 8 C’est en particulier dans son ouvrage majeur Idéologie et Utopie paru en 1929 que Mannheim livre so (...)

2Le destin biographique de Cahun est inséparable de l’itinéraire de François Leperlier, philosophe et essayiste, à l’origine de l’exhumation de son itinéraire et de sa production multiforme, son premier et principal biographe qui l’a promue comme femme exceptionnelle5. Elle a néanmoins commencé à être parallèlement redécouverte par des artistes, critiques d’art et commissaires pour son œuvre photographique, constituée comme telle après sa mort – l’essentiel de l’œuvre étant demeuré privé – ce qui a donné naissance à son façonnement comme « icône » queer et lesbienne6. Cette réception différenciée, qui est aussi une réinvention, peut notamment être étudiée à travers sa dimension académique, afin de comprendre comment s’y révèlent des modes de production du savoir et la manière dont les différents points de vue des chercheurs7 participent à la construction de Cahun comme artiste et intellectuelle. Ma lecture de la réception cahunienne est indissociable d’une conception du savoir comme situé, et s'inscrit ainsi dans le prolongement des travaux du sociologue Karl Mannheim et des épistémologies féministes8. Il s’agit de penser que la manière de lire, d’interpréter et de restituer un-e auteur-e et son œuvre est inséparable d’un point de vue porté sur eux, historiquement et socialement situé et ainsi toujours partiel. J’entends ici éclairer la façon dont les lectures divergentes tendent à poser un antagonisme entre les notions d’artiste et d’intellectuelle qui recoupe une opposition plus large entre des généalogies contrastées « américaine » et « française », induisant différentes conceptions du sujet, tout en se rejoignant in fine dans une promotion de Cahun comme figure exceptionnelle et subversive. Il s’agira alors, en guise de conclusion, de pointer les limites de ces approches respectives et de souligner, à partir d’une vigilance épistémologique, quelques éléments qui me semblent fondamentaux dans l’étude et l’intelligibilité de Cahun et de son œuvre.

Claude Cahun : aperçu biographique

  • 9 Le père de Cahun a épousé en secondes noces la mère de Malherbe.

3Née en 1894 à Nantes, dans un milieu intellectuel reconnu, Claude Cahun, de son vrai nom Lucy Schwob, nièce de Marcel Schwob, figure importante du mouvement symboliste et fille de Maurice Schwob, rédacteur en chef du Journal nantais Le phare de la Loire, est une héritière qui cherche en même temps à se faire un nom propre. Son père lui offre son premier espace public d’expression, en lui ouvrant les colonnes de son journal. Ainsi entre 1913 et 1914 en particulier, elle y tient régulièrement des chroniques, signées M, qu’illustre sa demi-sœur par alliance et compagne, l’artiste plasticienne Suzanne Malherbe/Marcel Moore9, et qui annoncent ses futurs thèmes de prédilection, comme celui du masque ou de l’identité sexuelle. Sous couvert d’une rubrique de mode apparemment anodine, Cahun met ainsi en scène les jeux de travestissement identitaire, que le traitement du vêtement permet alors, en usant de stratégies textuelles visant à questionner et à remettre en cause, à travers une certaine ironie que l’on pourrait qualifier de féministe, l’assignation des femmes à des rôles prédéterminés et leur renvoi à la sphère privée.

  • 10 Courlis (1914).
  • 11 Cahun (1925a). Il s’agit des figures d’Eve, Dalila, Judith, Hélène, Sapho, Marguerite, Salomé.
  • 12 Cahun (1925d).

4Entre 1914 et 1927, Cahun publie cinq textes dans le prestigieux Mercure de France, parmi lesquels « Vues et visions », sous le pseudonyme de Claude Courlis10, qui paraît sous la forme d’un ouvrage en 1919 aux Editions Georges Crès et Cie, cette seconde fois avec les illustrations de Marcel Moore ; des portraits de femmes mythiques ou réelles tenant une place particulière dans l’imaginaire social et qu’elle s’attache à déconstruire et à reconstruire intitulés « Héroïnes » en 192511. Entreprise là encore hautement significative de cette volonté de se déprendre des schèmes asservissants et d’explorer les formes de subjectivité féminine hors de ce cadre, pour celle qui ne se présentera néanmoins jamais comme féministe. Par exemple, sous sa plume, Eve n’est plus tentatrice mais, « ingénue », une sorte de ménagère qui, répondant à la logique consumériste, cuisine une pomme mal digérée par le père, ce qui entraîne son exclusion avec Adam du Paradis ; Sapho subit les assauts des femmes, dont ceux de sa fille adoptive, et rêve de tomber enceinte. Cahun poursuit la publication de ce qu’elle nomme « la psychologie » de ces figures féminines à travers les cas de « Sophie la symboliste » et de « la Belle », dans Le Journal Littéraire. Elle y publie également des « Éphémérides. Extraits d’un calendrier pour 1926 ». 1925 est une année particulièrement fructueuse. Cahun rencontre par l’intermédiaire de Jacques Viot, ami nantais, poète et écrivain proche des surréalistes, Henri Michaux, qui, ayant lu des extraits de ses « Héroïnes », lui propose de la publier. Ces « rêves » apparaissent ainsi dans la revue Le Disque Vert12, coéditée par Michaux et Hellens.

  • 13 Le théâtre ésotérique fut créé par Paul Castan et Berthe d’Yd, fin 1923, et rassemblait différentes (...)
  • 14 Cette mise en scène de « soi » du point de vue du genre est parfaitement illustrée par cette phrase (...)

5Le souci de l’exploration de « soi » s’incarne encore dans l’expérience théâtrale. Cahun joue d’abord dans le cadre du théâtre ésotérique, puis entre mars et juin 1929 de l’éphémère Plateau de Pierre Albert-Mirot13. Elle poursuit l’aventure photographique commencée dès 1912-1913 avec ses autoportraits, au cœur desquels se jouent la mise en question du genre, et un processus de subjectivation souvent étroitement liée à l’érotisme. Qu’elle apparaisse en homme, en femme, ou encore dans des postures neutralisées du point de vue du genre14, son travestissement multiforme vise à montrer comment la masculinité et la féminité relèvent de codifications culturelles. C’est en ce sens que les photographies de Cahun renvoient à la structure imitative du genre, visant ultimement à créer le doute quant à l’identité sexuelle du sujet représenté.

  • 15 Cahun (1934).
  • 16 Cahun (1933) [2002].
  • 17 Cahun (1936) [2002].

6Les années 1930 sont l’occasion d’une politisation : d’abord dans le cadre de l’Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires, qui lui permet de rédiger Les Paris sont ouverts15, pamphlet portant sur les rapports entre art et politique et fustigeant Aragon et sa promotion du réalisme socialiste, puis, grâce aux rencontres en son sein, avec le surréalisme, Breton, et le groupe Contre-Attaque, réuni sous l’égide de Roger Caillois et de Georges Bataille, conçu comme une « union de lutte des intellectuels révolutionnaires ». Elle participe aux revues Minotaure et Commune16, à l’exposition surréaliste d’objets tenue à la galerie Charles Ratton en 1936 pour laquelle, à la demande de Breton, elle signe un texte de présentation de l’objet surréaliste, « Prenez garde aux objets domestiques17 », et illustre Le Cœur de Pic de Lise Deharme, muse des surréalistes et auteure prolifique, aujourd’hui largement oubliée.

  • 18 Cahun (1930) [2002 ; 2011].
  • 19 Fédération Internationale de l’Art Révolutionnaire Indépendant.
  • 20 Près de 4000 tracts ont été réalisés mais peu nous sont parvenus.
  • 21 Un certain nombre de ces textes ont été rassemblés et publiés dans Claude Cahun (2002). Cf aussi Ma (...)

7Cahun se situe dans les années 1920-1930 au cœur du Paris artistique et littéraire, dispose d’importants et divers réseaux de sociabilité parmi les avant-gardes, comme l’atteste en particulier le passage de nombreuses personnalités dans l’atelier où Cahun s’installe avec sa compagne Suzanne Malherbe / Marcel Moore, en 1922. Néanmoins, son rapport complexe à l’écriture, non dénué de mécanismes s’apparentant à l’autocensure dans ces années, le travail photographique largement laissé privé, à quelques exceptions près – parmi lesquelles les héliogravures réalisées avec Moore des Aveux18 – témoignent des contraintes subjectives qui pèsent sur la publicisation de son travail. La déception par rapport au faible écho que trouvent ses Aveux s’y ajoute. En 1938, elle quitte, avec Suzanne, la France pour Jersey. Elle y maintient des liens avec le surréalisme comme en témoigne sa participation à la FIARI initiée par Breton et Trotski19. Mais la guerre les dénoue. Cahun y participe à sa manière – spécifique. Elle compose en effet des photomontages et des tracts20, en allemand, signés « le(s) soldat(s) sans nom », qui procèdent du détournement, de l’humour noir, de manière à mobiliser la population, à faire croire à l’existence d’insurgés parmi les occupants et à provoquer le trouble dans l’armée allemande. Les thèses des Paris sont ouverts, la poésie comme moyen indirect révolutionnaire, visant à agir sur les esprits, semblent ici être mises en pratique. Les deux femmes sont arrêtées, tentent de se suicider en prison, sont condamnées à mort avant d’être finalement libérées. Cahun rédige alors des notes et carnets sur leur activité, revient aussi sur son itinéraire, et entretient une correspondance importante21. Elle meurt en 1954. Elle est ensuite très largement oubliée.

(Ré)insertion dans l’historiographie du surréalisme

  • 22 On peut notamment citer la publication de la première partie des Paris sont ouverts dans Nadeau (19 (...)
  • 23 En 1980, la Galerie Givaudan à Genève expose des œuvres de Cahun, obtenues grâce à une revente de l (...)
  • 24 La galeriste avait découvert un objet de Claude Cahun présenté à l’exposition surréaliste d’objets (...)

8Dans les années 1980, quelques notes permettent la survie de l’œuvre et du nom de Cahun22. Il faut néanmoins attendre les années 1990 pour voir l’attention qu’on lui porte devenir significative. C’est initialement un homme, François Leperlier, qui entreprend de reconstruire l’itinéraire et l’œuvre d’une femme qu’il qualifie « d’héroïne inconnue », et que la politisation, dans le cadre du surréalisme, a prévenue de l’oubli le plus total. La proximité de Leperlier avec le milieu surréaliste – il côtoie quelques figures du mouvement finissant, comme l’écrivain, poète et journaliste Jean Schuster – ainsi que sa fréquentation plus large des milieux intellectuels lui permettent de reconstituer progressivement l’itinéraire biographique, intellectuel et artistique de Cahun. Parallèlement à sa découverte, la production artistique de Cahun commence à être diffusée, suite à la revente, à la mort de Suzanne Malherbe en 1972, des différents objets appartenant au couple. Les années 1980 voient ainsi le début de la circulation internationale de l’œuvre de Cahun (et de Malherbe/Moore)23. La première exposition personnelle de l’artiste, sur laquelle on dispose alors véritablement d’informations, a lieu en 1992 aux Galeries newyorkaise et parisienne de Virginia Zabriskie24.

  • 25 Le second est Juan Aliaga.
  • 26 Parmi les inédits, figurent « L’Allumeuse [Pénélope l’irrésolue] », « Marie », « Cendrillon, l’enfa (...)

9Le premier article sur Claude Cahun, « Claude Cahun, La révolution individuelle d’une surréaliste méconnue », est signé Nanda Van den Berg, et paraît à l’été 1990 dans la revue Pleine Marge. Cette forme de réintroduction première dans le surréalisme est poursuivie par Leperlier, qui, après deux articles parus en 1991, publie en 1992 son premier essai monographique la concernant, Claude Cahun. L’Écart et la métamorphose, issu de sa thèse soutenue en 1991, chez Jean-Michel Place, éditeur ayant publié les surréalistes et leurs sympathisants. Entre 1994 et 2010, date de la dernière exposition sur Cahun dont il est l’un des deux commissaires d’exposition25, tenue au Jeu de Paume, Leperlier participe activement à cinq expositions, donnant lieu à autant de catalogues, publie plusieurs articles, un ouvrage synthétique chez Photopoche intitulé Claude Cahun en 1999, et un nouvel essai biographique en 2006, Claude Cahun, L’Exotisme intérieur, qui représente le travail le plus complet sur Cahun, confirmant ainsi son statut d’autorité. Il faut ajouter à cela son important travail d’édition. En 2002, il rassemble beaucoup de textes, épuisés ou inédits de Claude Cahun, dans un important volume de près de 800 pages. En 2006, il fait paraître séparément, dans la collection Mille et une nuits, un texte intitulé Héroïnes, qui reproduit le texte des Ecrits, dans lequel figurent des inédits26. Enfin, en 2011, il fait paraître à nouveau, toujours dans cette collection, Aveux non avenus.

  • 27 Leperlier (2006,449).
  • 28 Il faut néanmoins souligner que la frontière est mince aux Etats-Unis, entre les mondes académique (...)

10Une telle redécouverte et la possibilité de faire connaître une œuvre et son auteur, engagent un rapport particulier à l’objet. Tout biographe établit en effet une relation spécifique à son/sa biographié-e. François Leperlier confesse qu’il se « découvrai[t] largement dans cette affaire et [que] c’est ce qui [l’] a soutenu et lui a procuré le plus de joie27 ». Son rapport à l’objet dépend d’un point de vue qui exprime une certaine vision de l’exceptionnalité de Cahun. Mais elle est tout autant susceptible d’être investie, ainsi différemment, par d’autres chercheur-e-s, selon leurs propres points de vue, qui ne correspondent pas toujours à ceux du biographe. Si, comme son œuvre photographique se diffusait parallèlement, Cahun aurait sans doute également pu être redécouverte sans Leperlier, il est particulièrement intéressant de noter que ce sont d’emblée des formes de réappropriation antagoniques potentielles – monde de l’art américain contre univers intellectuel français28 – qui se sont cristallisées autour d’elle. Cahun et son œuvre vont donner lieu à des investissements divers très précieux en termes de compréhension de la construction du savoir, déterminant les formes de sa revisibilisation.

Le tournant butlerien et les différentes approches « française(s) » et « américaine(s) »

  • 29 Il faut aussi mentionner au Canada les travaux d’Andrea Oberhuber, professeure de littérature à l’U (...)
  • 30 Rappelons qu’il faudra attendre 2005 pour que l’ouvrage paraisse en français.

11L’œuvre de Cahun suscite rapidement un engouement parmi les chercheures féministes et queer, littéraires, historiennes de l’art, critiques, commissaires d’exposition, ou conservatrices de musée. De ce côté de l’Atlantique, les perspectives prétendent s’éloigner de – voire se poser comme antagoniques par rapport à – celles de Rosalind Krauss, éminente historienne de l’art, spécialiste du surréalisme, qui réhabilite dès 1985 Cahun, mais dont la position par rapport au mouvement est souvent considérée comme non critique par les féministes. L’œuvre cahunienne échappe ainsi très largement à la forme qu’a prise sa réintroduction première, ne tenant pas compte du genre, dans la tradition surréaliste – et pas simplement à cette tradition. Il s’opère en outre des bouleversements importants, en particulier aux Etats-Unis, dans la théorie féministe, sous l’impact de la théorie queer naissante, qui se révèle déterminante dans l’émergence de l’objet Cahun29. Sa réception n’est en effet pas séparable des questionnements en matière de genre et de sexualité, qui explosent en particulier au début des années 1990, comme en témoigne de manière paradigmatique la très large réception du livre de Judith Butler, Gender Trouble. Feminism and the subversion of identity30. Il existe alors dans le champ artistique une exploration importante du thème de l’identité sexuelle. Or, la relative perméabilité des mondes universitaire et artistique, que révèle la double appartenance des chercheures qui investissent l’objet Cahun accentue l’importance des problématiques de genre et d’identité sexuelle dans les recherches. La référence à différents travaux de Judith Butler, que ce soit sa thématisation de la « cohérence » et de la « continuité » de la personne comme socialement instituées, du genre comme imitation et citation, de la distinction entre le sexe anatomique, l’identité de genre et la performance de genre, dans la restitution de l’œuvre et de l’itinéraire de Cahun devient très fréquente en particulier à partir du milieu des années 1990. S’il faut en trouver l’origine dans le contexte évoqué, ceci s’explique également par la manière dont Cahun semble investir cette problématique du genre dans ses autoportraits.

  • 31 Il faut aussi mentionner notamment l’intérêt en Angleterre, en Allemagne, en Espagne et émergeant e (...)

12Les perspectives se façonnent alors dans une négociation entre le surréalisme et la problématique du genre et de l’identité sexuelle, que les différent-e-s chercheur-e-s exploitent très différemment. Le type d’approche, les pays dans lesquels évoluent les chercheur-e-s, ainsi que leur genre, et la manière dont ils ou elles mobilisent leur sexualité comme point de vue (de la connaissance), jouent un certain rôle. Dans le cadre du présent article et parce que c’est ainsi que s’est structurée l’opposition majeure, je m’intéresserai essentiellement aux généalogies contrastées « américaine » et « française », qui représentent bien ces divergences d’approche. Il ne faut pas entendre par là une distinction strictement binaire qui recouperait l’ensemble des commentateurs/trices respectivement présent-e-s des deux côtés de l’Atlantique, mais des représentations qui structurent des perspectives différenciées, qui sont aussi des tendances, et qui, tout autant qu’ils façonnent la recherche, sont façonnées par elle31.

  • 32 Même les femmes artistes qui s’identifient aux surréalistes (comme Marie-Ann Caws), ou qui ont bien (...)
  • 33 Sebbag (1993 ; 2007).
  • 34 Allain (1997 ; 1998 ; 2011).
  • 35 Löwy (2004).
  • 36 Maria (2009 ; 2013).

13C’est d’abord le féminisme et progressivement le tournant queer qui l’accompagne qui est la marque la plus visible de cette opposition. Il a un impact fondamental sur la manière dont le rapport de Cahun au surréalisme est approché. Les chercheures féministes, qui dominent le champ de recherche sur Cahun aux Etats-Unis, adoptent des perspectives qui visent à thématiser la difficulté pour les femmes d’exister dans ce mouvement où elles occupaient la position de l’autre, pointant parfois le problème du sexisme et de la misogynie des hommes du mouvement, en adoptant pour la très grande majorité d’entre elles une posture critique, et pas simplement dénonciatrice32. En France, aucune surréaliste féministe n’a travaillé sur Cahun ; mais en revanche un homme, comme on l’a vu, éloigné des perspectives féministes, sympathisant des surréalistes, et qui a joué un rôle fondamental dans la redécouverte même de Cahun. Ces travaux ont été relayés par des hommes, spécialistes du surréalisme, qui, de même, ont peu porté attention à ces problématiques : Georges Sebbag, qui a tôt réhabilité Cahun dans cette historiographie33, Patrice Allain34, enseignant en littérature à l’université de Nantes et Michael Löwy qui s’est principalement intéressé à son questionnement sur le rôle de la poésie et à son engagement politique multiforme35. Les autres travaux, sans totalement l’éluder, n’ont de même pas fait de la question du genre leur angle d’approche, comme l’attestent les recherches d’Agnès Lhermitte portant principalement sur l’œuvre littéraire de Claude Cahun, qui a notamment travaillé sur Aveux non avenus ou la thèse de Charlotte Maria portant sur sa correspondance36.

  • 37 Bonnet (2000).
  • 38 Bonnet (2000, 226).

14Comme la pensée ne se circonscrit pas à un bloc national homogène, des féministes ont néanmoins également investi l’objet Cahun en France, à l’image de l’historienne et critique d’art Élisabeth Lebovici et de l’historienne Marie-Jo Bonnet qui ont produit des écrits intéressants. Il faut néanmoins signaler deux éléments fondamentaux : d’une part, elles sont ici autant significatives qu’elles font, du point de vue du féminisme, figures d’exception. En outre, elles divergent en réalité largement dans leur analyse. Lebovici défend une approche queer et considère Cahun comme une anticipatrice et une incarnation des thèses de Butler, qui brise l’universalité des discours. Bonnet critique précisément la lecture de la première et développe une argumentation assez singulière réévaluant à la fois le couple Cahun/Moore dans la production, ainsi appréhendée comme commune, tout en montrant l’impossibilité de Cahun de s’y positionner comme un sujet lesbien37. Selon son commentaire, Cahun ne parle pas du point de vue d’une homosexualité féminine, « c’est-à-dire du point de vue d’une femme qui en désire une autre »38. Elle radicalise même cette posture dans un article postérieur à cette publication en affirmant que Cahun non seulement reproduit la culture patriarcale qui ne laisse pas de place au sujet féminin « créateur, politique et amoureux » mais ne cesse « d’occulter la femme et les femmes », y compris dans ses références à l’homosexualité qui sont essentiellement masculines.

  • 39 Il faut encore signaler le travail de la psychanalyste Sophie Mendelsohn (2010) qui rejoint une ten (...)
  • 40 Elles sont d’ailleurs peu citées par les Américaines.

15Il existe donc en France des formes de contradiction dans un champ de recherche à la fois peu abondant, éclectique et néanmoins dominé par l’approche de Leperlier39. Et c’est ce qui permet de considérer à la fois la communauté entre Lebovici et Bonnet et le fait que leur discussion, plus qu’elle ne met à mal cette approche, se situe en marge de la réflexion dominante40. En outre, bien qu’elles ne tirent pas les mêmes conclusions, toutes deux interrogent le lesbianisme de Cahun dans sa production. Or, l’opposition entre les diverses approches, qui se structure progressivement de manière transatlantique, se joue entre une mise en avant de Cahun comme « femme exceptionnelle » et « une pensée lesbienne ».

La « femme exceptionnelle » contre la « pensée lesbienne » 

  • 41 Leperlier (2006, 461).

16La focale placée par les différentes commentatrices sur le lesbianisme de Cahun a conduit Leperlier à parler d’une « pensée lesbienne41 ». S’il explique en postface de son nouvel opus biographique de 2006 que la collection de sources inédites justifie à ses yeux, après celle de 1992, une nouvelle publication, on peut également penser que le contexte de large diffusion et de réception de l’œuvre divergeant par rapport à son interprétation, a joué un rôle déterminant. En 2006 paraît ainsi Claude Cahun. L’Exotisme intérieur, enrichi en particulier de nombreuses correspondances très précieuses pour comprendre l’itinéraire et l’œuvre de Cahun. Qu’est-ce que Leperlier entend par « pensée lesbienne », et en quoi celle-ci lui apparaît-elle problématique ? Cette expression n’a en réalité aucune valeur conceptuelle ou épistémologique pour lui :

17« Je le confesse, je n’ai aucune notion de ce que peut être "une pensée lesbienne", je n’ai jamais rencontré de "sujet lesbien", pas plus que de pensée ou de "sujet hétérosexuels", bisexuels, onanistes, queer ou transsexuels. Pas plus d’art lesbien que d’art hétérosexuel. Et tout simplement parce qu’il n’existe nulle part, ou, si l’on veut, parce que je n’ai pas de ces hallucinations-là. Je ne concevrai jamais en quoi l’orientation sexuelle ou générique […] intervient dans l’organisation de la pensée, la pertinence des idées, la signification de la liberté, la puissance créatrice, le choix des valeurs, la recherche de la vérité, la qualité des émotions, le jugement esthétique, l’exercice de la critique et les catégories de l’entendement. » (Leperlier, 2006, 461)

  • 42 Leperlier (2006, 462).

18Ce qui apparaît de manière très intéressante dans cette citation, et qui est parfaitement illustré par sa mise en avant de Cahun comme « femme exceptionnelle », que résume la longue énonciation finale, est la difficulté de poser le sujet, que ce soit celui qui étudie comme celui qui est étudié, comme situé. En effet si la validité du point de vue lesbien peut être mise en cause, comme tout point de vue, concernant certaines recherches sur Cahun, Leperlier ne voit pas la manière dont sa propre démarche repose sur une autre forme de situation et de positionnement, celle du sujet prétendu abstrait et, par là même, universel. Il ne s’agit en effet que d’une autre posture et d’une autre grille de lecture qui prétendent correspondre à la forme la plus valide d’interprétation, parce que relevant de l’universalité – contenue dans la prétention du sujet de pensée et de création, ici Cahun, et même, « au-delà », dans l’œuvre, dont la tâche du biographe et commentateur consisterait simplement à refléter la valeur à partir de ce que l’on pourrait qualifier d’impératif d’idiosyncrasie. Une telle démarche culmine dans le dernier mot alors laissé par Leperlier à la réalisation elle-même : « l’œuvre, comme toute pratique symbolique, rompt et disperse les rapports de causalité ; elle s’élabore dans une somme qu’elle excède absolument ; elle justifie de son contenu de vérité et de son universalité42 ».

  • 43 Coste (2012, 277).
  • 1
  • 45 Schehr (2003)
  • 46 Coste (2012, 275).
  • 47 Coste (2012, 274). L’approche queer est alors considérée comme analytiquement pertinente dans la po (...)

19Cette posture inaugure et incarne en réalité une généalogie dans laquelle la mise en avant de Cahun comme intellectuelle – et non simplement artiste – singulière, inclassable, unique en son genre, est particulièrement sensible. Si, redisons-le, on n’ignore pas qu’il est simplificateur de regrouper les principaux travaux produits de ce côté de l’Atlantique sous une même approche, ils n’en expriment pas moins communément une certaine vision de l’exceptionnalité de Cahun, qui, pour la plupart d’entre eux, traduit aussi un certain agacement pour ce qui est perçu comme sa récupération réductrice par la théorie queer. Cette irritation française apparaît de manière paradigmatique dans un article paru en 2012 qui prétend prendre au sérieux l’approche queer tout en tâchant précisément d’en pointer les limites et de lui donner une « dimension moins américano-centrée »43. L’analyse vise en réalité à s’éloigner du discours autour du questionnement de l’identité de genre pour lui substituer la question de la subjectivité, à partir de ce que j’ai nommé l’impératif d’idiosyncrasie. Il s’intitule « "44la prairie fraternelle dont je suis avec vous l’herbe multicolore" : quand l’éthique de Claude Cahun queerise la théorie queer ». Il est tout à fait significatif que cette lecture ait été produite en France : elle révèle une volonté de maintenir une spécificité française par rapport à une analyse ici regroupée sous l’appellation « anglo-saxonne », dont l’opposition se fait autour de la question de l’outing. L’outing relève pour l’auteure, la professeure de littérature Bénédicte Coste, qui s’appuie ici sur le travail de Lawrence Schehr45, d’une spécificité intellectuelle et culturelle par ailleurs ignorée en France. Selon Schehr et Coste, il existe à l’époque de Cahun « un cadre culturel et politique structuré par les divisions entre privé et public [inexistante dans les pays anglo-saxons et qui rend possible] une poiesis homosexuelle ». Montrer que l’impératif de sortie du placard n’est pas pertinent dans le cas français, où « depuis la fin du XIXe siècle l’art et la politique font l’objet d’une reconnaissance plus ou moins explicite, d’une possibilité d’intervention et d’expression dans le champ littéraire »46, vise ainsi à pointer les limites d’une approche queer, réduisant la position et la volonté cahuniennes, à « une artiste gay dont la théorie queer peut et doit rendre compte »47.

  • 48 Lebovici (1995).
  • 49 Sur cette distinction voir les différents travaux d’Eric Fassin.
  • 50 Gonnard et Lebovici (2007, 405).
  • 51 Leperlier (2006, 461).

20Cette forme de rejet du queer repose là encore sur une certaine vision d’un sujet abstrait universel, soucieuse de faire l’économie des formes d’enracinement, et qui s’inscrit dans une histoire française significative. Or, le contexte de redécouverte de Cahun est aussi l’occasion pour les tenants d’une approche queer, de briser l’universalité à l’aide d’une prise au sérieux de « la sexuation des discours48 ». Quand elle écrit cela, Lebovici a bien en tête la distinction devenue classique entre l’universalisme relevant d’une conception française et le communautarisme nord-américain49, repoussé jusque dans les expositions50. Il est difficile en effet de ne pas voir l’enjeu théorique et politique quand Leperlier affirme que Cahun « a tranché, une fois pour toutes, la question de l’inclination sexuelle en faveur de la liberté individuelle, en excluant radicalement toute assimilation générique ou communautariste51 ». Contrairement à lui, on ne prétendra pas trancher la question. Ce qu’il importe de voir est la manière dont l’approche queer, en favorisant particulièrement la considération de l’homosexualité de Cahun – même si elle n’y est pas inextricablement liée –, modifie la réception de son œuvre et renouvelle le questionnement. Elle permet en effet le passage d’une production considérée comme individuelle à un travail collectif, réalisée avec – voire pour – sa compagne Moore.

  • 52 Dean (1996).
  • 53 Lasalle et Solomon-Godeau (1992) ; Solomon-Godeau (1999).
  • 54 Gonnard et Lebovici (2001, 77).

21L’historienne et théoricienne Carolyn Dean est l’une des premières à souligner cette importance de l’homosexualité de Cahun, et la manière dont elle vise particulièrement à l’érosion d’un sujet hétérosexuel stable, subvertissant ainsi l’hétérosexualité normative implicite de la production surréaliste52. Abigail Salomon-Godeau, une autre des pionnières, modifie sensiblement sa réflexion entre son premier travail co-signé avec Honor Lasalle en 1992 et celui de 1999, et sans évoquer l’affirmation par Cahun d’une identité lesbienne, donne à voir un point de vue lesbien différencié du point de vue féminin. Si le rôle actif de Malherbe/Moore dans la production n’est pas encore affirmé, elle la voit néanmoins comme destinataire de l’œuvre alors requalifiée de plus « “transactionnelle”, relationnelle53 ». Élisabeth Lebovici passe quant à elle de la mention appuyée de l’homosexualité de Cahun à l’idée de la création collective de l’œuvre par le couple Lucy/Suzanne, à partir des travaux qu’elle co-écrit avec Catherine Gonnard, en montrant comment les deux femmes parviennent à redéfinir l’universalité – positionnement par rapport à cette rhétorique qui évidemment n’est pas un hasard – et « à construire ce double je qui est Claude Cahun »54.

  • 55 Elisabeth Lebovici soutient que l’approche la plus aboutie concernant Cahun est celle de Tirza True (...)
  • 56 Les deux signent des textes dans Claude Cahun photographe, op.cit., et Claude Cahun, op.cit.. Il s’ (...)
  • 57 Tirza True Latimer « Le masque verbal. Le travestisme textuel de Claude Cahun », in Claude Cahun, o (...)

22Mais c’est Tirza Latimer, historienne de l’art se réclamant d’une perspective féministe lesbienne, qui réalise pleinement ce passage d’une production individuelle à une production collective, avec la substitution du paradigme du couple Cahun/Moore à une Claude Cahun exceptionnelle. Elle réalise une thèse en 2002, publiée sous la forme d’un ouvrage en 2005 sous le titre Women Together, Women Apart. Portraits of Lesbian Paris, année où elle prend également la charge d’une exposition présentée à Berkeley, Seattle puis Jersey, intitulée « Acting out : Claude Cahun and Marcel Moore ». Latimer s’impose comme interlocutrice portant la contradiction privilégiée face à François Leperlier, son travail étant reconnu par les féministes et salué comme le plus abouti y compris par Lebovici55, qui jusqu’alors avait incarné une forme d’opposition féministe (et queer) en France56. La diffusion des travaux de Latimer donne alors naissance à une forme de clivage se jouant entre les deux côtés de l’Atlantique. Bien que leurs points de vue divergent, Leperlier reconnaît l’apport de l’historienne de l’art à l’analyse du couple Cahun-Moore. En témoigne notamment la conciliation des deux perspectives dans l’exposition Claude Cahun présentée au printemps 2011 au Jeu de Paume dont Juan Vicente Aliaga et François Leperlier furent les commissaires et qui contenait une séquence marquant l’importance de la collaboration des deux artistes57.

La réconciliation des contraires : Claude Cahun, figure exceptionnelle et subversive

  • 58 Le terme est fréquemment utilisé aux Etats-Unis, pas en France.

23La critique et artiste Laura Cottingham affirme que le lesbianisme de Cahun est à l’origine de sa marginalisation et que sa redécouverte nécessitait de le mettre entre parenthèses – comme l’atteste le travail de Leperlier. Ce point mérite d’être examiné. D’une part, la réception aux Etats-Unis dément cette idée et on peut même soutenir, à l’inverse, que ce que l’on pourrait qualifier de survisibilisation de Cahun, dans un certain univers artistique aujourd’hui, est précisément rendu possible par son lesbianisme, perçu dans sa production à la fois du point de vue du fond, et de la forme, dans sa collaboration avec sa compagne. On peut à partir de là se demander dans quelle mesure la réévaluation du couple dans le travail artistique vient remettre en cause la question de l’exceptionnalité de Cahun défendue par Leperlier. Non sans paradoxe, cette mise en avant renforce la fabrication de « l’icône Cahun ». Elle vient en effet la consacrer comme figure avant-gardiste, anticipant sur les thèses « postmodernes »58. Il est donc très intéressant de voir que la réhabilitation de Moore comme compagne de vie et de production a pour effet certes de lui (re)donner de la visibilité, mais aussi et surtout de renforcer l’exceptionnalité de Cahun : elle apparaît d’autant plus comme une figure subversive et ultimement toujours comme le sujet qui s’élabore dans l’œuvre, quand bien même, pour les lectures remettant le plus en cause le modèle du génie singulier – à l’image de celle de Lebovici et de Gonnard – ce sujet serait coproduit.

  • 59 Leperlier (2006, 425). On notera au passage l’usage des guillemets qui traduit un doute quant à son (...)
  • 60 Maria (2009).

24Ce vocabulaire de la subversion, couramment utilisé par les commentateurs de Cahun, mérite qu’on s’y arrête. On peut d’abord remonter à son usage par Cahun elle-même. Elle utilise en effet ce terme dans une correspondance, mentionnant son besoin d’écrire à la fin de la guerre : « il me fallait m’exprimer “subversivement” »59. Il ne renvoie néanmoins pas tout à fait aux mêmes enjeux selon les perspectives déployées. Dans les travaux « américains », la question de la subversion est tendanciellement couplée à celle du genre. On peut sans doute y voir une influence de l’ouvrage de Butler Gender Trouble dont il faut en effet rappeler que le sous-titre est « Feminism and the Subversion of identity ». Peut-être cette dimension joue-t-elle également plus ou moins dans certains travaux « français ». Toutefois la désignation de « subversion » y semble beaucoup plus large, relevant en particulier de l’indéfinition, de l’indétermination multiple qui excède alors le genre ainsi compris. Il est en ce sens tout à fait révélateur que la polysémie du mot « genre » y soit précisément mise en avant : l’usage s’insère facilement dans la double connotation du terme, comme en témoigne Charlotte Maria qui, dans un article sur la posture épistolaire de Cahun, parle de « subversion des genres », d’un point de vue à la fois sexuel et littéraire60. L’utilisation de ce vocabulaire donne ainsi à voir une promotion à la fois commune et différenciée de Cahun comme figure subversive.

Pour une vigilance épistémologique

  • 61 Harris (2001 ; 2004).

25Ces quelques enjeux autour de la réception de Cahun montrent comment elle constitue une production de l’objet même étudié. Bien que différentes, voire opposées quant au sens qu’elles perçoivent dans l’œuvre, ces analyses peuvent converger, non sans paradoxe, pour aboutir à la mise en avant de l’exceptionnalité de Cahun et de son œuvre. On a ici tenté de comprendre ce qui est en jeu dans ces approches, à partir de logiques disciplinaires, nationales, genrées, sexuelles, politiques, intrinsèquement imaginatives. Les études menées dans d’autres pays, comme l’Angleterre, sont susceptibles de renforcer cet éclairage. Si des réflexions très différentes y sont produites, leur synthèse les situe globalement au croisement des perspectives « française » et « américaine ». Elles se caractérisent à la fois par une attention aux questions de genre, queer, et un souci d’historiciser l’œuvre de Cahun – sans que l’on puisse clairement établir une généalogie « anglaise » spécifique ou se situant plus d’un côté que de l’autre. Le cas anglais ouvre en outre un questionnement intéressant. Par exemple, l’interprétation psychanalytique très présente dans l’approche de l’historien de l’art Steven Harris61 permet de penser ce curieux effacement généalogique dans l’un des tous premiers « voyages » de l’œuvre de Cahun. Cette dimension était très présente dans la première monographie de Leperlier, parue en 1992 comme dans l’une des premières thèses réalisée sur Cahun, en français mais aux Etats-Unis, par Florence Brauer en 1996. Or ce cheminement non seulement a été occulté mais la psychanalyse a été considérablement utilisée dans les travaux postérieurs sur Cahun, cette fois couplée à la théorie queer. Dans un mouvement symétrique et inverse, c’est aujourd’hui par le queer que Cahun pourrait, de plus en plus, revenir en France, sans doute plus particulièrement dans l’univers artistique, parcours qu’il serait intéressant de suivre. Reste à savoir si ce retour pourra, in fine, renvoyer du côté d’une histoire révolue le présent propos.

26Les approches de Cahun permettent également de thématiser quelques enjeux plus généraux. D’abord, une question de nature épistémologique. Les différents points de vue en présence illustrent le caractère aporétique de la question « qui peut revendiquer la bonne vision de l’objet Cahun ? », c’est-à-dire la plus conforme à son projet : car il demeure, en partie, nécessairement énigmatique. Il conviendrait alors bien davantage d’y substituer l’interrogation suivante : que cherche-t-on à appréhender dans l’exploration de l’«  objet » ? Cette question est la plus à même de permettre de comprendre la relation qui peut s’établir entre le sujet connaissant et « l’objet » étudié. Voir dans Cahun une héroïne excédant absolument toute catégorisation, n’étant soumise qu’à l’impératif d’individualité et de liberté, ou une femme anticipant sur le queer dépend du point de vue de l’observateur quant à l’objet étudié, qui est toujours en même temps objet imaginé et inventé. Que des chercheur-e-s aussi différent-e-s puissent « s’y découvrir », pour paraphraser Leperlier, atteste in fine de la puissance d’un itinéraire et d’une œuvre qui permettent ces investissements multiples et semblent ainsi appeler à poursuivre l’exploration ; peut-être pas tant d’un point de vue identitaire qu’épistémologique, c’est-à-dire en transfigurant sa position pour en faire un positionnement analytique, pour déployer un point de vue, toujours partiel, mais propre et conscient de sa partialité, conscience à partir de laquelle il pourrait précisément se révéler le plus éclairé et éclairant possible.

  • 62 Claude Cahun, Lettre à Charles-Henri Barbier, post-scriptum 17 mars 1951, lettre du 21 janvier 1951 (...)
  • 63 Breton, mais aussi la libraire et éditrice Adrienne Monnier, qui l’avait encouragée à écrire sa bio (...)

27C’est dans cette perspective que l’on voudrait conclure en explicitant notre propre point de vue situé. Il me semble d’abord qu’il est important de prendre au sérieux Claude Cahun à la fois comme artiste et intellectuelle. De son temps, Cahun n’a pas prétendu être photographe, activité pour laquelle elle est avant tout qualifiée d’artiste aujourd’hui. Certes, les scrupules pesant sur la production en général rendent non aisée l’élucidation de ce que Cahun souhaitait vraiment faire valoir comme significatif dans sa production. Il reste que l’on peut déceler une telle minoration dans le fait qu’elle a très peu écrit sur son activité photographique, qu’elle ne pouvait porter en estime au même titre que l’écriture, par exemple, dans un contexte où elle ne constituait encore qu’un genre mineur. Ce qui, en même temps, rendait sa pratique possible, sans que la publicisation de la production n’apparaisse alors comme un enjeu. C’est donc la postérité, et dans un sens spécifique, qui l’a constituée comme artiste photographe, à partir du moment où son œuvre fut exhumée et reconnue comme telle. Une telle analyse ne vise nullement à limiter l’apport du travail photographique de Cahun, qui constitue bien une œuvre, mais à en rappeler les logiques de constitution. Si le travail d’écriture m’apparaît fondamental, c’est en raison de l’impossibilité et de la nécessité qu’il constitue tout à la fois et dont on trouve de multiples occurrences dans la correspondance de Cahun, que cette formule condense : « Vivre [écrire] constitue pour moi cette « impossible » acrobatie de la poésie à l’historicité »62. L’analogie entre la vie et l’écriture témoigne d’un caractère primordial qui explique en même temps la difficulté à s’y livrer tout à fait. L’héritage familial trop difficile à assumer et une reconnaissance limitée des pairs y participent63. On peut donc soutenir que, du vivant de Cahun, la volonté, en partie annihilée, d’exister comme artiste semble alors fondamentalement liée à celle d’exister comme écrivain.

  • 64 « L’histoire des intellectuels envisagée du point de vue du genre enseigne que l’Affaire Dreyfus es (...)

28Mais la pratique d’écriture est elle-même plurielle et révèle la constitution de Cahun comme sujet de pensée et de création. Introduire la catégorie d’intellectuelle peut alors nous aider à tenter d’appréhender la pluralité des formes d’expérience et de subjectivité de Cahun. En réalité, l’usage des notions d’artiste et d’intellectuelle recoupent tendanciellement l’opposition entre les généalogies contrastées française et américaine dont on a tenté de rendre compte. Les chercheurs regroupés sous l’étiquette « française » sont en effet littéraires, philosophes, sociologues, là où historiennes de l’art et littéraires dominent le champ de recherche sur Cahun aux Etats-Unis. Les recherches américaines se soucient assez peu de ces catégories là où en France, le privilège perçu de la position d’artiste photographe est jugé éminemment réducteur et par opposition, la volonté de rétablir Cahun comme femme de lettres et écrivain, c’est-à-dire aussi, par une forme d’opposition, comme intellectuelle, tenace. La considération de cette catégorie peut aussi se comprendre par le poids qu’elle recouvre en France, dans une histoire héritière de l’Affaire Dreyfus qui en signe la naissance – du moins du point de vue d’une histoire peu soucieuse du genre64. Il me semble néanmoins que les implications théoriques d’une telle considération demeurent en partie impensées.

  • 65 Je reprends ici une conception devenue classique de sociologie des intellectuels, élaborée dans le (...)
  • 66 Claude Cahun, Lettre à André Breton, 18 janvier 1946, collection particulière (Leperlier, 2006, 384 (...)

29Une prise au sérieux de la catégorie d’intellectuelle peut en réalité permettre d’éclairer une analyse commune à ces deux généalogies, à la fois prépondérante et insuffisamment problématisée : la dimension intrinsèquement politique de l’œuvre de Cahun. Quel sens le politique revêt-il chez elle ? Son travail peut bien être qualifié comme tel parce qu’il relève d’une vision du monde. Mais il faut aller plus loin. Par exemple, la « subversion » du genre dans le travail photographique ou littéraire peut être lue comme participant à l’expression d’un positionnement politique, de même, par exemple, que son engagement dans Contre-Attaque dans les années 1930. À un autre niveau encore, l’action menée durant la résistance articule art et politique de manière à actualiser les potentialités du surréalisme tout en donnant libre cours à une représentation théâtrale du monde. Précisément, ces formes de politisation ne se placent pas au même niveau, car dans le premier cas, c’est la production artistique, qui plus est souvent non publique, qui est avant tout en jeu, là où dans le second, c’est l’intervention politique, à partir des valeurs, autonomes, du champ intellectuel65. Dans le troisième, c’est une incarnation de l’intellectuelle surréaliste, rationalisée comme telle, puisque Cahun présente son activité menée pendant la guerre comme « une activité surréaliste militante »66, c’est-à-dire de l’intellectuelle révolutionnaire. La catégorie d’intellectuelle me semble ainsi judicieuse car elle permet d’éviter le double écueil d’une occultation de la pluralité des activités de Cahun et d’une simple mise au même niveau de ces formes d’expériences et de subjectivité. Cela ne signifie pas qu’elle puisse être posée comme définie et normative, mais au contraire qu’elle constitue une catégorie vide, susceptible d’être investie selon le questionnement qui anime le sujet connaissant, quand la pensée, la création et l’engagement se trouvent en jeu. Et ils le sont éminemment dans le cas de Cahun. Ces formes permettent alors d’interroger et de pointer les limites d’une histoire et d’une sociologie des intellectuels dont les instruments classiques et les méthodologies prises isolément ne permettent pas de penser la nature. Si cette réévaluation de la catégorie d’intellectuelle s’inscrit dans une histoire française, c’est en tâchant d’en éclairer les impensés à partir d’une tentative d’appréhension plurielle de Claude Cahun précisément rendue possible par une confrontation des différentes approches qui l’ont étudiée. Dont elle ne prétend pas faire la synthèse à partir d’une position de surplomb. Mais qui se présente comme une proposition ouverte et provisoire.

Haut de page

Bibliographie

Aliaga Juan Vicente, « La fabrication d’une icône, propos sur la réception de l’expérience photographique de Claude Cahun depuis sa redécouverte », in Claude Cahun, Catalogue de l’exposition, Jeu de Paume, Paris, Hazan, 2011, pp. 157-177.

Allain Patrice, « Sous les masques du fard : Moore, Claude Cahun et quelques autres », La Nouvelle Revue Nantaise, 3, 1997, pp. 115-133.

Allain Patrice, « Contre qui écrivez-vous ? De l’esprit pamphlétaire à l’insurrection des consciences », in Claude Cahun, Catalogue de l’exposition, Jeu de Paume, 2011, pp. 127-137.

Alquié Ferdinand (dir.), Entretiens sur le surréalisme, 1968, Paris-La Haye, Mouton.

Béhar Henri et Carassou Michel, Le surréalisme. Textes et débats, Paris, Hachette, 1984.

Bonnet Marie-Jo, Les deux amies. Essai sur le couple de femmes dans l’art, Paris, Éditions Blanche, 2000.

Bonnet Marie-Jo, Claude Cahun et Marcel Moore. Un couple littéraire et artistique des années vingt précurseur du genre ‘neutre’, Labrys, Etudes féministes, n° 5, janvier/juillet 2004.

Brauer Florence, « Claude Cahun : Speculum de la même femme », thèse de doctorat en littérature, sous la direction de Georgiana Colville, Université du Colorado, 1996.

Butler Judith, Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, La découverte, 2005 [trad. de Gender Trouble. Feminism and The subversion of identity, New York, Routledge, 1990, par Cynthia Kraus].

Cahun Claude (avec des illustrations de Marcel Moore), Vues et visions, Éditions Georges Crès et Cie, 1919.

Cahun Claude « Héroïnes », Le Mercure de France, 639, 1925, p. 622-643.

Cahun Claude, « Héroïnes », Le Journal littéraire, 45, 1925.

Cahun Claude, « Méditations de Mademoiselle Lucy Schwob, Philosophies, 5/6, 1925.

Cahun Claude, « Récits de rêves », Le disque vert, 2, 1925.

Cahun Claude, « Éphémérides. Extraits d’un calendrier pour 1926 », Le Journal Littéraire, 88, 1926.

Cahun Claude, Aveux non avenus, avec des illustrations de Moore d’après les projets de l’auteur, Paris, Éditions du Carrefour, 1930[réed. 2011, Mille et une nuits].

Cahun Claude, « Réponse à l’enquête : quelle a été la rencontre capitale de votre vie ? », Minotaure, n° 3-4, décembre 1933.

Cahun Claude, « Pour qui écrivez-vous ? », Commune, n° 4, décembre 1933.

Cahun Claude, Les paris sont ouverts, Paris, José Corti, 1934.

Cahun Claude, « Prenez garde aux objets domestiques », Cahiers d’Arts, I, II, 1936.

Cahun Claude, Écrits, Paris, Jean-Michel Place, 2002.

Caminade Pierre, Image et métaphore, Paris, Bordas, 1970.

Colville Georgiana, « Je est un(e) autre : structures de l’anorexie dans les autoportraits de Claude Cahun », Mélusine, XVIII, 1998, pp. 252-259.

Coste Bénédicte, "'la prairie fraternelle dont je suis avec vous l'herbe multicolore': quand l'éthique de Claude Cahun queerise la théorie queer", Contemporary French Civilization, vol. 37, n°2-3, 2012, pp.273-288.

Cottingham Laura, « Considering Claude Cahun », in Seeing Through the Seventies: Essays on Feminism and Art, New York, G+B Arts International, 1999, pp. 189-213.

Courlis Claude, « Vues et visions », Mercure de France, 406, 1914, p. 258-278.

Dean Carolyn, 1996, « Claude Cahun’s double », Yale French Studies, 90, 1996, pp. 71-92.

Deharme Lise, illustré de vingt photographies de Claude Cahun, Le Cœur de Pic, Paris, Memo, 2006 (1937).

egger Anne, Claude Cahun, l’antimuse, Paris, Les Hauts-Fonds, 2015.

Fabre Clarisse et Fassin Éric, Liberté, égalité, sexualités. Actualité politique des questions sexuelles, Paris, Belfond, 2003.

Gonnard Catherine et lebovici Elisabeth, « How could they say I », in Claude Cahun, catalogue de l’exposition, IVAM, Institut Valencià d’Art Moderne, Valencia, Generalitat Valenciana, 2001, pp. 67-77.

Harris Steven, « Coup d’œil », Oxford Art Journal, 24/1, 2001, pp. 89-112.

Harris Steven, Surrealist Art and Thought in the 30’s: art, politics, and the psyche, Cambridge; New York, Cambridge University Press, 2004.

Knafo Danielle, « Claude Cahun: The Third Sex », Studies in Gender and Sexualities, 2/1, 2001, pp. 29-61.

Krauss Rosalind E. et Livingston Jane, L’amour fou. Photography and surrealism, Corcoran Gallery of art, Abbeville Press Inc, 1995.

Krauss Rosalind E. et Livingston Jane, Explosante fixe. Photographie et surréalisme, Paris, Centre Georges Pompidou, Hazan, 2002.

Lasalle Honor et Solomon-Godeau Abigail, 1992, « Surrealist Confusion: Claude Cahun’s Photomontages », Afterimage, 19/8, 1992, pp. 10-13.

Latimer Tirza True, Women Together/ Women Apart, New Jersey, Rutgers University Press, 2005.

Latimer Tirza True, « Le masque verbal. Le travestisme textuel de Claude Cahun », in Claude Cahun, Catalogue de l’exposition, Paris, Jeu de Paume, Hazan, 2001, pp. 81-126.

Lebovici Elisabeth, « I am training. Don’t kiss me », in Claude Cahun photographe, Catalogue de l’exposition, Paris, Jean-Michel Place/Paris-Musées, 1995, pp. 17-21.

Lebovici Elisabeth, « L’œil de Cahun », Libération, 23 mai, 2002.

Lhermitte Agnès, « Panorama critique autour de Claude Cahun », Mélusine, 2009, pp. 309-321.

Leperlier François, « Vers une poétique du livre », in Paris des années 30. Le surréalisme et le livre, Paris- New York, Galerie Zabriskie, 1991, pp. 7-15.

Leperlier François, 1992, Claude Cahun. L’écart et la métamorphose, Paris, Jean-Michel Place, 1992.

Leperlier François, « L’exotisme intérieur », in Claude Cahun photographe, Catalogue de l’exposition, Paris, Musée d’art moderne, Jean-Michel Place, 1995.

Leperlier François, Claude Cahun, L’Exotisme intérieur, Paris, Fayard, 2006.

Löwy Michael, « Claude Cahun, franc-tireur surréaliste », Europe solidaire sans frontières, http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article2486, 2004, consulté le 10 avril 2010.

Mannheim Karl, Idéologie et utopie [1929], traduit de l’allemand par Jean-Luc Evrard, Paris,

Éditions de la maison des sciences de l’homme, 2006.

Maria Charlotte, « L’écriture de la lettre chez Claude Cahun : “genre indéterminé” pour une artiste “sans étiquette” », Lettres romanes, 63/3-4, 2009, pp. 211-221.

Maria Charlotte, « Correspondances de Claude Cahun : la lettre et l’œuvre », thèse de doctorat en littérature, sous la direction de Marie-Paule Béranger, Université de Caen Basse-Normandie, 2013.

Mendelsohn Sophie, « Claude Cahun, l’effacement et l’énigme », Savoirs et clinique, 1/12, 2010, pp. 158-166.

Nadeau Maurice, Histoire du surréalisme, Paris, Seuil, 1964.

Peterle Astrid, « Visible-Invisible-Hypervisible : sketching the Reception of Claude Cahun and Marcel Moore », http://www.iwm.at/publications/junior-visiting-fellows-conferences/astrid-peterle-2/, 2007, consulté le 8 décembre 2010.

puig de la bellacasa Maria, Politiques féministes et constructions des savoirs. « Penser nous devons » !, Paris, L’Harmattan, coll. « Ouverture philosophique », 2012.

Racine Nicole et Trebitsch Michel, Intellectuelles. Du genre en histoire des intellectuels, Paris, Éditions Complexe, « IHTP/CNRS », 2004.

Said Edward W., « Traveling Theory », in The World, the Text, and the Critic, Cambridge, Harvard University Press, 1983, pp. 226-247.

Schehr Lawrence, « Filiations queer », Rue Descartes, 40, 2003, pp. 18-26.

Sebbag Georges, Les éditions surréalistes, Paris, IMEC, 1993.

Sebbag Georges, « Claude Cahun, “surréaliste off”, Mélusine, XXVII, 2007, pp. 217-232.

Solomon-Godeau Abigail, « The equivocal “I”: Claude Cahun as lesbian subject », in Shelley Rice (ed.), Inverted Odysseys, Claude Cahun, Maya Deren, Cyndi Sherman, Cambridge Mass. London, MIT Press, 1999, pp. 111-125.

Trébitsch Michel, « Le groupe philosophies et les surréalistes », Mélusine, 11, 1990, pp. 63-86.

Van den berg Nanda « Claude Cahun. La révolution individuelle d’une surréaliste méconnue », Pleine Marge, 1990, pp. 70-92.

Haut de page

Notes

1 L’auteure remercie les évaluateur-ice-s anonymes de cet article pour leurs éclairages ainsi que Catherine Achin et Frédérique Matonti pour leur relecture respective de versions précédentes de ce texte.

2 Said (1983).

3 Ce travail a également été entamé dans Peterle (2007). Il soulève néanmoins davantage de questions qu’il n’y répond et réduit pour l’essentiel l’opposition dans la réception académique de Cahun au féminisme, sans analyser dans le détail ce que cela implique. Il faut aussi mentionner le travail d’Agnès Lhermitte, qui rend compte de formes de réception à partir des ouvrages publiés par et sur Cahun, dans une perspective synthétique et critique. Cette analyse demeure néanmoins elle aussi très différente de celle que je propose en ce qu’elle interroge essentiellement la dimension littéraire de l’œuvre et de la réception de Claude Cahun (malgré quelques incursions dans la question de l’engagement politique) et rassemble davantage les différentes perspectives plutôt qu’elle n’entreprend de comprendre les différents enjeux qui les sous-tendent (Lhermitte 2009). On peut enfin signaler le travail de Aliaga (2011) qui s’est, quant à lui, principalement consacré à la réception photographique de Cahun, le plus abouti d’un point de vue critique, différant encore quelque peu du nôtre non pas tant du fait de sa limitation à un certain type de production de Cahun – contrairement à ce que le titre de l’article laisse présumer – qu’en raison d’une finalité autre – « la fabrication d’une icône » – qui me semble à la fois partielle et devoir être davantage questionnée, là aussi dans les logiques qui la sous-tendent. Ce travail est extrait d'une thèse en science politique; la pensée conquise. contribution à une histoire intellectuelle transnationale des femmes et du genre au XX e siècle, sous la direction d'Eleni Varikas, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, 2016.

4 Bien des travaux en cours ou achevés sont ainsi volontairement laissés de côté dans ce travail, qui s’intéresse aux premières et principales tendances de la réception de Cahun.

5 Une seconde a paru récemment, signée Ann Egger, Claude Cahun, l’antimuse, Paris, Les Hauts-Fonds, 2015.

6 Le terme d’icône a été utilisé avant. Cf Lebovici (2002) ; Aliaga (2011). François Leperlier a quant à lui parlé d’«  iconolâtrie » pour dénoncer, dans la visibilité contemporaine de Cahun, ce qu’il considère comme un processus de banalisation (2006, 459). Je considère davantage cette dimension comme un effet, partiellement situé à l’extérieur des logiques qui nous intéressent ici. On n’abordera donc pas l’iconolâtrie en tant que telle, mais ce qui y conduit, indépendamment par ailleurs du « culte » que « certains cercles intellectuels » et « hétérodoxes sexuels », selon les termes d’Aliaga, peuvent vouer à Cahun et qui me semble en réalité absent des différents travaux de recherche.

7 La réception académique de Claude Cahun est néanmoins souvent très directement liée à la réception artistique, en raison de son inscription états-unienne en particulier où les champs sont relativement perméables.

8 C’est en particulier dans son ouvrage majeur Idéologie et Utopie paru en 1929 que Mannheim livre son analyse du caractère situé de la connaissance. Celui-ci y développe l’argument selon lequel la connaissance dépend de la position sociale de l’observateur. Mannheim entend par là que la manière de poser des problèmes, le choix même d’objets, la façon d’appréhender l’expérience, le contenu des idées du chercheur, dépendent de facteurs sociaux-historiques. Une telle analyse permet non seulement d’objectiver le sujet connaissant mais de montrer le caractère non pas relatif mais relationnel de notions comme la vérité et l’objectivité. Cette position a notamment été prolongée, sans que le lien entre les deux n’ait d’ailleurs été problématisé, par les épistémologies féministes à travers la valorisation du lien existant entre l’expérience des femmes et la connaissance. Pour une synthèse et une problématisation, voir Puig de la Bellacasa (2012).

9 Le père de Cahun a épousé en secondes noces la mère de Malherbe.

10 Courlis (1914).

11 Cahun (1925a). Il s’agit des figures d’Eve, Dalila, Judith, Hélène, Sapho, Marguerite, Salomé.

12 Cahun (1925d).

13 Le théâtre ésotérique fut créé par Paul Castan et Berthe d’Yd, fin 1923, et rassemblait différentes formes d’expression artistique (théâtre, chant, musique, mouvement) reposant sur une perspective spiritualiste. Le Plateau fut fondé par Pierre Albert-Birot qui se représentait le théâtre comme étant d’essence poétique, se réclamait de l’Esprit nouveau et rejoignait Cahun dans un goût de l’affranchissement du réalisme.

14 Cette mise en scène de « soi » du point de vue du genre est parfaitement illustrée par cette phrase extraite d’un de ses ouvrages à dimension autobiographique, Aveux non avenus : « Brouiller les cartes. Masculin ? Féminin ? Mais ça dépend des cas. Neutre est le seul genre qui me convienne toujours. S’il existait dans notre langue on n’observerait pas ce flottement de ma pensée. Je serais pour de bon l’abeille ouvrière » (1930, 176 ; 2002, 366).

15 Cahun (1934).

16 Cahun (1933) [2002].

17 Cahun (1936) [2002].

18 Cahun (1930) [2002 ; 2011].

19 Fédération Internationale de l’Art Révolutionnaire Indépendant.

20 Près de 4000 tracts ont été réalisés mais peu nous sont parvenus.

21 Un certain nombre de ces textes ont été rassemblés et publiés dans Claude Cahun (2002). Cf aussi Maria (2013).

22 On peut notamment citer la publication de la première partie des Paris sont ouverts dans Nadeau (1964) ; la mention d’une réunion de Contre-Attaque chez Cahun dans Alquié (1968) ; l’évocation de ce même pamphlet par le poète et sympathisant des surréalistes Pierre Caminade (1970), ou encore la mention d’Henri Béhar, l’un des (autres) historiens majeurs du surréalisme et de Michel Carassou (1984).

23 En 1980, la Galerie Givaudan à Genève expose des œuvres de Cahun, obtenues grâce à une revente de livres à Londres puis en 1985, le Corcoran Gallery of art propose l’exposition « L’Amour Fou. Photography and Surrealism » suivie de celle du Centre Pompidou, « Explosante fixe. Photographie et surréalisme » la même année.

24 La galeriste avait découvert un objet de Claude Cahun présenté à l’exposition surréaliste d’objets de 1936, demeuré absent du catalogue et ayant jusqu’alors été attribué à un anonyme, le seul conservé, « la marseillaise est un chant révolutionnaire ». Elle avait choisi de le faire figurer dans son exposition « Surrealism 1936 ». François Leperlier, écrivant alors sa thèse sur Cahun, a authentifié l’objet comme ayant bien été réalisé par elle. Tous deux s’étaient par la suite rendus à Jersey, où l’œuvre de Cahun attendait encore de trouver preneur. Zabriskie avait alors racheté différentes photographies que l’on retrouve dans cette première exposition personnelle.

25 Le second est Juan Aliaga.

26 Parmi les inédits, figurent « L’Allumeuse [Pénélope l’irrésolue] », « Marie », « Cendrillon, l’enfant humble et hautaine », « L’épouse essentielle », « Salmacis la suffragette », « Celui qui n’est pas un héros ».

27 Leperlier (2006,449).

28 Il faut néanmoins souligner que la frontière est mince aux Etats-Unis, entre les mondes académique et artistique, comme en témoigne la double casquette de beaucoup de protagonistes qui investissent l’objet Cahun.

29 Il faut aussi mentionner au Canada les travaux d’Andrea Oberhuber, professeure de littérature à l’Université de Montréal, francophone, qui définit sa démarche entre gender studies et gynocritique.

30 Rappelons qu’il faudra attendre 2005 pour que l’ouvrage paraisse en français.

31 Il faut aussi mentionner notamment l’intérêt en Angleterre, en Allemagne, en Espagne et émergeant en Italie pour Cahun.

32 Même les femmes artistes qui s’identifient aux surréalistes (comme Marie-Ann Caws), ou qui ont bien connu certaines femmes du mouvement (comme Georgiana Colvile), n’adoptent pas une posture condamnatrice et s’attachent précisément davantage à montrer comment l’affirmation comme artiste s’est faite pour ces femmes, avec et contre le surréalisme. L’une des positions les plus critiques émane d’une chercheure artiste américaine, Laura Cottingham (1999).

33 Sebbag (1993 ; 2007).

34 Allain (1997 ; 1998 ; 2011).

35 Löwy (2004).

36 Maria (2009 ; 2013).

37 Bonnet (2000).

38 Bonnet (2000, 226).

39 Il faut encore signaler le travail de la psychanalyste Sophie Mendelsohn (2010) qui rejoint une tendance aussi incarnée aux Etats-Unis par Danièle Knafo (2001), ou Florence Brauer, qui a rédigé en 1996 une thèse en Français sous la direction de Colvile, non publiée, intéressante mais problématique car elle interprète Cahun à la lumière de faux éléments biographiques, comme son présumé suicide (Brauer, 1996). Colvile a également pensé la question de l’anorexie de Cahun, dans une perspective proche. Mais c’est Leperlier qui a en réalité inauguré cette lecture, sur laquelle il est en partie revenu depuis (Leperlier, 1992).

40 Elles sont d’ailleurs peu citées par les Américaines.

41 Leperlier (2006, 461).

42 Leperlier (2006, 462).

43 Coste (2012, 277).

44

45 Schehr (2003)

46 Coste (2012, 275).

47 Coste (2012, 274). L’approche queer est alors considérée comme analytiquement pertinente dans la possibilité de décentrement qu’elle assure, qui débouche sur la formulation d’une position de retrait créateur visible, selon Coste, dans l’activité de résistance menée par Cahun à Jersey, relevant alors d’une « éthique queer ». La résistance cahunienne révèle en effet selon cette lecture « l’absence du sujet Cahun », » un retrait absolu », et une « désaffiliation » multiforme qui s’accompagne d’une démultiplication dans la sphère de l’énonciation et s’incarne dans le choix du nom de guerre constitué par Cahun et Malherbe : le soldat sans nom.

48 Lebovici (1995).

49 Sur cette distinction voir les différents travaux d’Eric Fassin.

50 Gonnard et Lebovici (2007, 405).

51 Leperlier (2006, 461).

52 Dean (1996).

53 Lasalle et Solomon-Godeau (1992) ; Solomon-Godeau (1999).

54 Gonnard et Lebovici (2001, 77).

55 Elisabeth Lebovici soutient que l’approche la plus aboutie concernant Cahun est celle de Tirza True Latimer (débat à l’issue de la présentation du film de Barbara Hammer, Love/Other : The Story of Claude Cahun and Marcel Moore, cinéma le Nouveau Latina, Paris, 4 novembre 2010).

56 Les deux signent des textes dans Claude Cahun photographe, op.cit., et Claude Cahun, op.cit.. Il s’agit en 2001 de la première exposition photographique consacrée uniquement à Claude Cahun.

57 Tirza True Latimer « Le masque verbal. Le travestisme textuel de Claude Cahun », in Claude Cahun, op.cit., p. 81-91 Il peut néanmoins paraître ironique que le texte qu’elle signe soit, à notre connaissance, le seul publié par ses soins non sur le couple mais sur travestissement textuel de Claude Cahun comparé à des auteurs, hommes, homosexuels.

58 Le terme est fréquemment utilisé aux Etats-Unis, pas en France.

59 Leperlier (2006, 425). On notera au passage l’usage des guillemets qui traduit un doute quant à son caractère approprié, typique de l’écriture de Claude Cahun, d’autant plus intéressant au regard de la reprise constante et plurielle du terme.

60 Maria (2009).

61 Harris (2001 ; 2004).

62 Claude Cahun, Lettre à Charles-Henri Barbier, post-scriptum 17 mars 1951, lettre du 21 janvier 1951, coll. particulière (2002, 659).

63 Breton, mais aussi la libraire et éditrice Adrienne Monnier, qui l’avait encouragée à écrire sa biographie, restent par exemple très sceptiques par rapport à l’ouvrage pour lequel on perçoit dans ses notes autobiographiques son attachement, Aveux non avenus.

64 « L’histoire des intellectuels envisagée du point de vue du genre enseigne que l’Affaire Dreyfus est une date décisive dans l’histoire politique mais infiniment plus discutable dans l’histoire intellectuelle […] Car comment envisager comme nouveauté radicale un engagement des intellectuels que tout le XIXe siècle a connu, notamment au moment de la révolution de 1848 […] et dont nombre d’intellectuelles sont pleinement partie prenante ? » (Racine et Trébitsch, 2004, 24).

65 Je reprends ici une conception devenue classique de sociologie des intellectuels, élaborée dans le prolongement des travaux de Pierre Bourdieu.

66 Claude Cahun, Lettre à André Breton, 18 janvier 1946, collection particulière (Leperlier, 2006, 384).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eve Gianoncelli, « Les voies de la (re)connaissance.  », Genre, sexualité & société [En ligne], 16 | Automne 2016, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://gss.revues.org/3907 ; DOI : 10.4000/gss.3907

Haut de page

Auteur

Eve Gianoncelli

Docteure, Université Paris 8, CRESPPA – GTM
eve.gianoncelli@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org