Skip to navigation – Site map
Dossier
Articles

L’incontrôlable besoin de contrôle

Les performances de la féminité par les adolescentes sur YouTube
The Uncontrollable Need for Control. Teenagers Performances of Femininity on YouTube
Claire Balleys

Abstracts

Starting from an ethnographic perspective, this article looks at YouTube videos made by teenagers, between 12 and 18 years of age, in order to analyze online performances of gender. In a conversational mode, the young videographers film themselves, in their domestic spaces, addressing an audience of female peers. Their discourses about the self are constructed through a double principle of intimate sharing and social recognition, through which the YouTubers create and validate a sense of shared belonging to a common gender. The article shows that, in this context, feminine gender conformity is correlated with the management of domestic intimacy. The expression on an irrepressible need for order, for cleanliness and control of everyday life is at the heart of these adolescents’ work to ritualize femininity online.

Top of page

Full text

  • 1 YouTube est aujourd’hui le premier média de diffusion de contenus audiovisuels réalisés et postés e (...)

1« Le genre est toujours un faire » nous dit Judith Butler (2006a, 96), mais que faut-il faire pour faire fille ? Quels sont les discours sur soi et sur les autres, les gestes et les rituels qui font que les filles se revendiquent et sont reconnues comme telles ? Nous proposons une analyse des caractéristiques et des manières attribuées au genre féminin par des adolescentes qui se mettent en scène en tant que filles sur le site de partage YouTube1. Dans la lignée des travaux qui se sont intéressés aux pratiques quotidiennes de fabrication du genre (Garfinkel, 1967 ; Berk, 1985 ; West & Zimmerman, 1987 ; Deutsch, 2007 ; Connell, 2010), nous allons montrer comment les activités et les attitudes déclarées comme de fille, et leur mise en scène publique, nourrissent des revendications d’appartenance à la catégorie du sexe féminin (West & Zimmerman, 1987).

2Sur YouTube, les jeunes vidéastes font exister, rendent visible et naturalisent leur appartenance de genre face à un public chargé de la valider. En effet, « si le genre est une sorte de faire » (…) « on ne “fait” pas son genre tout seul. On le “fait” toujours avec ou pour quelqu’un d’autre, même si cet autre n’est qu’imaginaire » (Butler, 2006b, 13) ou même si cet autre, pourrions-nous ajouter, est constitué d’un public d’internautes avec lequel seules des relations médiatisées sont entretenues. L’objet de notre recherche est l’analyse des performances de la féminité effectuées par des adolescentes sur YouTube, dans le contexte de la socialisation juvénile.

3Chaque jour, des milliers de jeunes, garçons et filles, postent des vidéos sur YouTube, dans lesquelles ils se filment, face caméra, dans l’espace domestique de leur chambre (Balleys, 2016). Ce faisant, ils s’approprient un format rendu très populaire par des YouTubeurs et YouTubeuses professionnels, comme Norman ou EnjoyPhoenix en France, construit sur un mode de confession intime qui s’inscrit dans la lignée du mouvement opéré par les séries télévisées américaines au tournant des années 1990, scénarisant « le caché, l’intime, l’au-delà de ce qu’on dit en public, le fantasme, l’inacceptable » (Glevarec, 2014, 37). Par exemple les vidéos de Norman de la chaîne « Norman fait des vidéos, qui a plus de huit millions d’abonnés, sont construites sur un ressort comique faisant référence à des expériences personnelles embarrassantes, à des pensées ou à des pratiques considérées comme honteuses. Dans une vidéo intitulée « la masturbation »2, il énonce face caméra : « si tu décides de le faire en présence de ton coloc, il faut être grave discret et ne faire aucun bruit, sinon c’est la méga honte ». Selon un procédé récurent sur YouTube, il problématise un sentiment de solitude face à une pratique qui représente une forme de tabou social : « Quand j’étais ado et que j’ai découvert la masturbation, je croyais que j’étais le seul au monde à faire ça ! » Son discours est construit autour des tentatives qu’il a mises en place au fil du temps pour que personne ne le surprenne en train de se masturber. Le principe de ce genre de vidéo est de provoquer un sentiment de connivence avec le public (Balleys, 2016), reposant sur le récit d’un vécu commun bien que collectivement tu : « je suis sûr que vous vous rappelez qu’au moins une fois dans votre vie (…) ».

4Dans un genre différent, les vidéos affiliées par leurs propriétaires à la catégorie « Vie pratique et style » proposent également une narration relevant de l’intime, dont le contenu vise à activer un sentiment de proximité entre l’auteur et son public. L’intime étant ici entendu comme ce qui : « de l’expérience et de l’identité de l’individu, n’est pas visible ou saisissable de l’extérieur, par autrui, et donc qui appartient en propre à la subjectivité individuelle (Latzko-Toth & Pastinelli, 2013, 156). Ainsi l’un des plus gros succès d’Enjoyphoenix sur YouTube est une vidéo intitulée : « Le harcèlement au lycée. Mon histoire et mes solutions ! »3, qui est le récit de son expérience vécue du harcèlement scolaire. Elle y révèle notamment le sentiment de solitude ressenti à l’époque des faits, ainsi que la nécessité de lever le voile sur « un sujet important dont on parle trop peu ». Par conséquent, si les deux formats de vidéo cités à titre d’illustration sont a priori éloignés l’un de l’autre, ils convergent vers la mise en scène d’une forme d’intimité dans un registre de dévoilement.

5Notre objet va porter spécifiquement sur la mobilisation de l’intimité dans les performances de la féminité et sur les processus de reconnaissance auxquels elles sont finement articulées. La notion de reconnaissance est entendue au sens que lui a donné Axel Honneth, c’est-à-dire une notion qui désigne des actes « à caractère performatif » (2005, 48) « au moyen desquels les êtres humains se donnent les uns aux autres confirmation de leur valeur sociale » (ibidem, 50). Nous allons démontrer comment la quête de la reconnaissance continuellement formulée par les adolescentes sur YouTube est corrélée à un procédé de confession intime construit sur des attitudes et des discours présentés comme spécifiquement féminins.

6« Ce qui rend une conversation intime, ce qui lui donne de la valeur, c’est l’interdiction de partager son contenu avec d’autres » nous dit Ori Schwarz (2011, 76, notre traduction) à propos des échanges médiatisés entre adolescents. Dès lors, comment des thématiques que les jeunes YouTubeuses désignent comme intimes peuvent-elles être mobilisées, sur la scène publique que représente YouTube, pour créer de la valeur sociale ? Pour le comprendre, il nous faudra situer notre analyse dans le contexte de la socialisation entre pairs adolescents et dans son rapport à l’intimité.

7Pendant la période de l’adolescence, être capable de posséder et de faire valoir une forme d’intimité - c’est-à-dire une expérience subjective du corps, du lien social et de l’identité -, constitue une ressource symbolique importante (Balleys, 2015 ; Balleys & Coll, 2015 ; Balleys 2016). En effet, entre 12 et 18 ans, l’acquisition de la perception et de la gestion d’un rapport intime à soi et aux autres est fortement corrélée à l’acquisition de l’autonomie. Le principal souci de l’adolescent étant de « faire grand » (Metton-Gayon, 2009), et se faisant de se distinguer des « petits », pouvoir raconter ses expériences propres est le signe d’un double processus d’individualisation et de distanciation vis-à-vis de la sphère familiale (de Singly, 2006 ; Balleys, 2015). Bien que la socialisation adolescente soit plurielle (Lahire, 1998 ; Darmon, 2006), force est de constater que les pairs représentent une instance de légitimation de soi essentielle dans ce processus, en particulier du fait de leur légitimité à octroyer ou non de la reconnaissance (Boyd, 2008, 2014 ; Balleys, 2015). Le prestige social dont jouit un adolescent, en ligne et hors ligne, est corrélé à l’appréciation que ses pairs ont de la qualité et de la pertinence du travail de présentation de soi qu’il ou elle effectue. Dans cet article, nous allons considérer les pairs comme les individus auxquels les jeunes YouTubeuses s’adressent et auprès desquels elles demandent validation : « Salut les filles ! » ; « donc les filles cette vidéo est terminée » ; « voilà donc j’espère que cette vidéo vous aura plu les filles », à savoir un public constitué de filles d’un âge proche du leur.

8Nous problématisons donc un double mouvement : premièrement, comment l’intimité est saisie comme une ressource symbolique, pourvoyeuse de reconnaissance sociale, dans les vidéos postées sur YouTube par des adolescentes. Deuxièmement, comment cette intimité, en tant que parole subjective sur soi, est articulée à la revendication d’une appartenance à un genre féminin, c’est-à-dire à la revendication d’être une fille.

Méthodologie

9L’approche méthodologique choisie pour cette enquête combine l’ethnographie en ligne (Hine, 2008 ; Boyd, 2015) et l’analyse des modes de présentation de soi dans une perspective microsociologique (Goffman, 1973 ; 2002) tenant compte tant des discours que des attitudes et des rituels (Goffman, 1977). La préoccupation première des chercheurs qui ont problématisé l’ethnographie en ligne est de savoir s’il est pertinent d’étudier une communauté ou une « cyber-culture » (Hine, 2008) uniquement par l’approche médiatisée (Boyd, 2015). Nous répondons à cette question par deux principes : premièrement, les communautés YouTube n’ont pas de sociabilité hors ligne, ou très exceptionnellement (lors de rencontres organisées ponctuellement). Par conséquent, l’analyse des modes de présentation de soi effectués en ligne est cohérente avec le format d’interaction « naturel » qui prévaut sur YouTube. Il n’y a pas de scènes de sociabilité directe à explorer, comme c’est le cas lorsque l’on investigue les modes de sociabilité scolaire (Balleys, 2011, 2015). Deuxièmement, l’analyse des contenus vidéo postés en ligne doit être nourrie avec un cadre épistémologique solide sur les modes de socialisation juvénile, ce à quoi nous avons veillé.

Une double méthode d’investigation

10Les résultats présentés ici sont le fruit d’une double investigation sociologique, conduite sur deux années. Premièrement, un terrain ethnographique a été mené sur YouTube pendant toute la durée de la recherche sous la forme d’une immersion de plusieurs heures hebdomadaires, voire quotidiennes selon les périodes. La tenue d’un carnet ethnographique et la souscription à cent-quarante abonnements à des chaînes de jeunes YouTubeurs et YouTubeuses ont servi de fils conducteurs à ce premier volet, permettant d’opérer une classification progressive des différents formats existants et de distinguer certains pôles dominants, articulés notamment avec l’identité de genre assumée par l’auteur·e. Ce travail a permis de cibler davantage les vidéos à visionner, à savoir celles dans lesquelles l’auteur·e parle au nom d’un collectif - voire d’un universel -, masculin ou féminin : « nous les gars on bande mais pour n’importe quelle raison » ; « on aime ça nous les filles » ; « la question qu’on se pose nous tous les mecs ». Alors que les garçons dominent largement le secteur des vidéos humoristiques sur YouTube (Balleys, 2016), ce que nous avons appelé le « pôle féminin » (Balleys, à paraître) est constitué de toute une gamme de vidéos inscrites dans la gestion routinière de soi et du quotidien : les soins esthétiques, l’alimentation, la décoration, l’organisation du temps, la consommation. Afin de contourner les suggestions de visionnement produites par les algorithmes de YouTube, nous avons intégré progressivement plusieurs communautés de YouTubeurs et de YouTubeuses grâce à la circulation au sein des espaces de commentaires apparentés à chaque publication. Ainsi, les liens affiliés aux commentaires postés par d’autres YouTubeurs nous menaient à leur chaîne, puis à celle de celui ou celle ayant commenté la précédente vidéo. Nous avons pu ainsi nous concentrer sur l’observation des vidéos réalisées par de jeunes amateur·e·s et découvrir le travail de ceux et celles qui ne bénéficient que très peu de vues, c’est-à-dire d’une faible visibilité médiatique. Plusieurs chaînes de YouTubeurs et de YouTubeuses professionnel·le·s ont également été intégrées à l’enquête ethnographique, dans le but de saisir quel format culturel s’impose en système dominant sur YouTube, mais les vidéos dépassant les 100 000 vues n’ont pas été incluses dans le corpus qui constitue la seconde phase de la recherche. Cette précaution nous a permis d’atteindre des vidéos réalisées par des mineurs ayant encore une pleine autonomie vis-à-vis des contenus produits et à éviter les chaînes professionnelles, souvent gérées par des entreprises privées, ce qui ne nous auraient pas permis de récolter le type de données souhaitées.

11Le deuxième terrain, mené en amont puis simultanément au premier, inclut la sélection, la stabilisation, la transcription puis l’analyse d’un corpus de 80 vidéos - 40 réalisées par des filles et 40 réalisées par des garçons -, postées sur YouTube par des jeunes vivant en France, en Suisse et au Québec. L’objectif étant de travailler sur les processus de socialisation adolescente, articulée à la mise en scène de soi sur YouTube, l’âge des auteurs des vidéos est compris entre 12 et 18 ans. L’origine sociale des jeunes n’est pas connue et n’a, par conséquent, pas été intégrée à l’analyse. L’échantillonnage est en revanche diversifié du point de vue de la couleur de la peau et des différentes régions de résidence des adolescentes et adolescents YouTubeurs. Le genre des jeunes est établi, dans le corpus, en fonction de l’appartenance revendiquée dans les vidéos. Ainsi, le travail de deux adolescentes de sexe biologique masculin a été incorporé au corpus des vidéos féminines, puisqu’elles s’adressent à leur public en tant que filles. Leur identité trans est problématisée dans certaines de leurs vidéos, alors que dans d’autres elles s’expriment simplement en tant que filles s’adressant à d’autres filles autour de préoccupations qu’elles considèrent comme étant communes au genre féminin (les meilleurs techniques de maquillage ou l’attitude à adopter face aux garçons « lourds »).

12Deux types de vidéos masculines et deux types de vidéos féminines ont été sélectionnés pour constituer le corpus, parce qu’elles étaient les plus riches du point de vue de l’affirmation d’un « nous » masculin ou féminin – « nous les mecs » ; « nous les filles » - ou d’un « moi » masculin ou féminin – « moi je suis comme toutes les filles ». En d’autres termes, nous avons choisi de télécharger et d’analyser le type de vidéos YouTube les plus intéressantes selon la perspective du positionnement identitaire en termes d’appartenance de genre.

13Le corpus des 40 vidéos masculines problématise, sur un mode humoristique, la puberté et ses effets (« dans le corps » et « dans la tête ») ainsi que la relation de couple (Balleys, 2016). Le corpus des 40 vidéos féminines est composé de 20 vidéos intitulées « Antiboyfriend TAG » et de 20 vidéos intitulées « Je suis bizarre ». Dans cet article, nous allons restituer les résultats issus de l’analyse des vidéos féminines, tout en discutant les résultats issus de l’analyse des vidéos masculines, qui a été présentée ailleurs (Balleys, 2016). En effet, l’évocation des vidéos réalisées par des garçons est un élément de contextualisation important pour comprendre le sens des pratiques des filles. A noter que le travail de transcription a intégré toute la gestuelle, les expressions non verbales et les éléments de décor utiles à l’analyse de la ritualisation des rôles masculins et féminins (Balleys, 2012). Les noms et les pseudonymes des jeunes YouTubeurs et YouTubeuses ont été modifiés.

Les vidéos « Anti-boyfriend TAG » et les vidéos « Je suis bizarre »

« L’Antiboyfriend TAG »

14Le TAG est un genre de vidéo très prisé chez les YouTubeuses et consiste en une liste de questions standardisée auxquelles il faut répondre face à la caméra, seule ou à plusieurs. Les questions sont en général issues d’un blog ou d’une chaîne YouTube dont il est difficile de remonter la source, une fois le TAG devenu viral. Certains TAG sont en effet très populaires et repris par des jeunes filles de tous les pays occidentaux. Il existe ainsi des vidéos « Anti-boyfriend TAG » en anglais, en italien, en allemand, en polonais etc. Comme l’expliquent plusieurs jeunes filles au début de leur vidéo, l’« Anti-Boyfriend TAG » fait écho au « Boyfriend TAG », que l’on peut considérer comme un classique dans l’univers des YouTubeuses. Le « Boyfriend TAG » est la présentation par la YouTubeuse de son couple à ses abonné-e-s, et s’effectue par une sorte d’interview mutuelle, chacun devant répondre à une série de questions (standardisée) sur son partenaire, afin de démontrer qu’ils se connaissent bien. Les questions concernent les goûts et dégoûts des partenaires du couple, leurs habitudes, loisirs et traits saillants de caractère. Ces vidéos sont surtout l’occasion de se mettre en scène en tant que couple, d’afficher une forme de complicité et d’espièglerie. L’« Anti-boyfriend TAG » est un format de TAG permettant aux filles célibataires de parler de leurs attentes et de leurs critères en matière de partenaire potentiel ou futur. Voici la liste de questions auxquelles répondent les filles des quinze vidéos « Anti-Boyfriend Tag » du corpus stabilisé :

  1. Quelle est la qualité la plus importante que tu recherches chez un garçon ?

  2. Quelle est la caractéristique tue-l’amour ?

  3. Quel serait, pour toi, un rendez-vous parfait ?

  4. Quelle est la caractéristique physique que tu remarques en premier chez un mec ?

  5. Qui serait ton petit ami parmi les célébrités ?

  6. Qu’est-ce qui pourrait te faire mettre un terme à une relation ?

  7. Que souhaiterais-tu que ton mec fasse dans votre relation ?

  8. Quelle couleur des yeux et des cheveux préfères-tu ?

  9. Il t’achète un cadeau. Qu’est-ce que ce serait ? Que voudrais-tu que ce soit ?

  10. Peux-tu dire que tu as un type/style d’homme ? Si oui, quel est ton type de mec ?

« Je suis bizarre »

15Le type de vidéos intitulé « Je suis bizarre » ou parfois « Je suis chelou » (c’est-à-dire étrange, « louche » en verlan), est également très populaire chez les YouTubeuses. Tout comme l’« Anti-boyfriend TAG », il s’agit de vidéos exclusivement réalisées par des filles. Le principe est d’énumérer des pratiques considérées comme « bizarres » qui ne sont habituellement pas mentionnées publiquement. Comme le résume Fanny (15 ans) à la fin de sa vidéo : « cette vidéo est terminée j’espère qu’elle vous aura fait rire, que vous vous serez un peu reconnue dans… dans mes trucs chelous. En espérant que je ne suis pas la seule [joins les mains en prière]. On a tous des trucs chelous comme ça qu’on ose dire à personne, voilà, j’ai tout dit ».

Interagir avec le public et s’inscrire dans un collectif féminin

16Les pratiques vidéo amateurs s’intègrent dans une dynamique éminemment dialogique, relationnelle (Lange, 2007, 2014 ; Marwick, 2016) et participative (Jenkins, 2009 ; Caron, 2014a, 2016). Il s’agit d’entrer en relation avec un public imaginé (Boyd, 2008) qui, comme tout public, possède des capacités « performatives » et « commissives » (Sorlin, 1992, cité par Dayan, 2000, 428), c’est-à-dire que l’entité qui le compose est engagée dans un travail de présentation de soi et de défense de ses goûts, de ses intérêts et de ses attentes. De fait, les jeunes YouTubeuses de notre corpus n’ont de cesse de faire référence à l’agentivité de leur audience, par des sollicitations ritualisées à la participation : « si cette vidéo vous a plu, mettez-moi un petit pouce bleu, ça fait toujours plaisir » ; « n’oubliez-pas de vous abonner à ma chaîne » ; « dites-moi dans les commentaires si vous voulez plus de vidéos de ce genre ».

17La qualité présumée d’un YouTubeur est étroitement corrélée aux outils d’objectivation de l’audience dont ses productions bénéficient (Beuscart & Mellet, 2015). Il existe trois mesures de la popularité sur YouTube : le nombre de vues pour chacune des vidéos, le nombre de « likes » engendré par chacune des vidéos et le nombre de personnes abonnées à la chaîne, ou aux chaînes, de l’auteure. Les YouTubeuses de notre corpus sont ainsi dans la gestion permanente de leur « micro-célébrité » (Senft, 2012 ; Marwick, 2016), notion qui désigne les stratégies visant à augmenter la popularité en ligne. Ce travail promotionnel implique un engagement important de la part des adolescentes YouTubeuses, qui font souvent référence aux longues heures passées à lire les commentaires publiés en réaction à leurs vidéos (et parfois à y répondre), mais aussi à échanger avec leurs abonné·e·s sur les réseaux sociaux (Snapchat, Facebook, Instagram).

S’exprimer entre filles, en tant que filles

18La particularité du rapport entre les jeunes YouTubeuses et leur public est qu’il est construit sur la création d’un sentiment de proximité, de complicité et d’appartenance commune, en l’occurrence dans cette enquête, au genre féminin. Les auteures s’adressent à un public de filles, du même âge, depuis l’intimité de leur chambre et sur un mode de confession intime. Elles sollicitent, par leur discours, du soutien, de la réassurance et de la participation : « voilà les filles cette vidéo est terminée, rassurez-moi et dites-moi que j’ai des choses en commun avec vous, dites-moi tout ça dans les commentaires, moi je vous fais plein d’énormes bisous et je vous dis à dimanche pour une nouvelle vidéo ! » (HappyJoy, 13 ans). Il s’agit bien d’un rendez-vous, comme l’étaient les séries télévisées pour adolescentes (Pasquier, 1999), qui implique par conséquent de la part de la YouTubeuse une responsabilité vis-à-vis de ses abonnées, pour ne pas les « décevoir » voire les « trahir ». Toute absence prolongée ou retard dans la publication d’une vidéo donne lieu à la formulation d’excuses et de justifications : « je vous dois des explications » énonce par exemple LittleDream (14 ans) à l’entame d’une vidéo postée après un mois d’inactivité sur YouTube. Les YouTubeuses estiment que leur public est en droit d’exiger de leur part une forme de régularité dans un lien qui appelle un engagement mutuel. Les discours sont construits sur un principe de réciprocité de l’échange, à savoir fidélité et participation de la part du public ; régularité et satisfaction des demandes de la part de la YouTubeuse. Les modalités de l’échange sont formulées dans un registre de proximité sentimentale : « (…) si vous me le demandez du fond du cœur, je vous tournerai cette vidéo, voilà » (Alicia, 16 ans) et de partage d’intimité : « et j’aimerais savoir si vous, cette St-Valentin, vous l’avez passée toute seule ou avec votre copain ou votre copine, donc mettez-moi la réponse en commentaires. On se voit très vite dans une nouvelle vidéo, en attendant je vous fais de gros bisous [envoie des bisous à la caméra avec la main] » (Margotte, 17 ans). Par ailleurs, il est fréquent que les YouTubeuses entament la vidéo par une phrase du type : « Aujourd’hui je vais faire une vidéo que vous m’avez énormément demandée… », ce qui permet de signifier à la fois qu’elles sont très sollicitées par leur public et qu’elles satisfont ses désirs.

19Il y a donc une dimension de sociabilité dans la pratique des YouTubeuses, qui s’inscrivent continuellement dans un collectif féminin représenté par différentes figures. Premièrement, celle de la communauté de YouTubeuses à laquelle elles se réfèrent, comme Unefillecompliquée (13 ans) : « La première fois que j’ai vu cette vidéo c’était sur la chaine de HollySpirit et après d’autres YouTubeuses l’ont reproduit ». Les différents types de vidéos publiées sur YouTube, comme par exemple les TAG et les routines, sont réalisés sous l’impulsion de YouTubeuses très populaires, souvent américaines, puis le format est repris par des centaines de jeunes filles, qui ne manquent pas de mentionner la source de leur inspiration. Il s’agit donc bien de s’inscrire dans une pratique collective et d’en assumer la dimension imitative.

20La deuxième figure féminine mobilisée par les YouTubeuses est celle des amies et des membres de l’entourage, que ce soit les camarades de classe, la sœur ou la « meilleure amie ». La sociabilité avec des proches est présente dans les discours de manière à faire exister un capital social intime qui n’est pas visible dans la vidéo. « Seules mes amies proches pourront comprendre ça » énonce par exemple AnaBell (15 ans) en faisant référence à son « célibat ». SoloBeauty (15 ans) raconte face caméra une histoire vécue en colonie de vacances, et salue au passage l’amie qui est présente dans son récit :

« Une fois quand j’étais en colo… salut Salomé si tu passes par là ! Une fois quand j’étais en colo [grand frisson avec grimace] on devait aller faire la vaisselle aux douches communes là et tout coupe avec ma pote Salomé on faisait la vaisselle et d’un coup on tourne la tête [s’interrompt, porte la main à sa bouche comme prise de hauts de cœur] et dans le lavabo y avait une énorme araignée ! Ah mais juste d’en parler ça me dégoute ! »

21Six vidéos « Antiboyfriend TAG » de notre corpus ont été réalisées à deux ou à trois filles, permettant la mise en scène de la complicité amicale ou fraternelle. La référence à des évènements vécus ensembles, les rires, les boutades sont autant d’occasions de valoriser un lien social privilégié, sur le mode de « l’aparté à la cantonade » (Cardon, 2009, 64), ce qui est source de prestige social (Balleys, 2015 ; Balleys & Coll, 2015).

22La troisième figure systématiquement référée dans les vidéos de notre corpus ne mentionne pas une personne connue mais désigne une généralité féminine : « les filles ». Les discours sur soi sont ainsi construits en articulation avec ce qui est projeté des « autres filles », de « chaque fille » ou de « toutes les filles », comme l’évoque Mara (13 ans) :

« Je pense que chaque fille heu… dirait pareil, un garçon qui prend soin de lui c’est beaucoup mieux qu’un garçon qui prend pas soin de lui [roule les yeux. Elle consulte son téléphone] bref voilà je me comprends. (…) voilà les bijoux c’est le truc qui passe le plus chez toutes les filles donc voilà, on va pas offrir des fleurs à une gamine de 13 ans quoi ! »

Socialisation adolescente et appartenance de genre

23Plusieurs travaux ont montré comment les médias sociaux sont mobilisés, en particulier par les jeunes, comme des supports d’expression et d’expérimentation identitaire. Il est question d’un « individualisme expressif » (Allard, Vanderbergher, 2003) qui désigne « l’une des tentatives par lesquelles les internautes essayent de se façonner et de se construire une identité par bricolage » (ibidem, 194). Or cette identité a besoin de la validation constante d’autrui pour exister aux yeux de l’individu (Berger & Luckmann, 2008). La construction et l’expression d’une « individualité numérique » (Granjon, 2011) ne sauraient se penser sans l’interaction continue avec autrui et en dehors d’une quête de reconnaissance sociale et de l’inscription dans un « nous ». Nous rejoignons ici les propos de Dominique Cardon lorsqu’il énonce : « La fabrication identitaire apparaît alors comme un processus dynamique, public et relationnel qui couple l’expression à la reconnaissance. Le travail de subjectivation, entendue comme un processus de création continue de soi, imprime sur les interfaces des plateformes du web 2.0 des traces interactives qui font alors corps avec la personne et désignent aux autres sa singularité » (2008, 100). La dynamique qui nous intéresse est l’articulation entre le besoin de reconnaissance, l’expression d’une « singularité subjective » (Granjon, Denouël, 2010) et l’inscription dans un « nous » genré, c’est-à-dire dans un sentiment d’appartenance commune à un genre commun. Cela nous semble particulièrement pertinent à envisager dans le contexte de la socialisation adolescente, c’est-à-dire du processus de transition d’un rôle de petite fille à un rôle de femme.

24Pendant la période de l’adolescence, l’un des grands enjeux identitaires est d’être capable de s’identifier à une « généralité d’autres » (Berger & Luckmann, 2008, 229), de choisir puis de désigner les figures auxquelles va être confié un rôle d’instance de légitimation de soi (Balleys, 2012). Le processus de la socialisation adolescente s’opère notamment par la transition entre les « autrui significatifs donnés » que sont les parents et la famille, et les « autrui significatifs choisis » que sont les pairs. Cela signifie que les personnes chargées de donner du sens au monde et à la place de l’individu en son sein ne sont plus incarnées uniquement par les autres connus, proches, intimes, mais bien aussi par une « abstraction des rôles et des attitudes des autrui significatifs concrets » (Berger & Luckmann, 2008, 229). Le public des internautes sur YouTube personnifie cette figure abstraite avec laquelle la conversation est continue et chargée de sens, puisqu’elle contient une demande de validation de soi et de sa conformité aux normes de genre.

25Dans leurs discours comme dans le choix des vidéos réalisées, les adolescentes YouTubeuses n’ont donc de cesse de se référer les unes aux autres, ainsi qu’à une figure « d’autrui généralisé » spécifiquement féminin. Elles font exister une entité représentant la « majorité normale » de la population féminine (et non pas son entièreté), qui sert à la fois de support expressif et identitaire, et d’étalon de mesure de la féminité. Dans l’exemple suivant, Catarina et Justine, deux adolescentes québécoises de 15 ans, discutent de leur « date de rêve » (« rendez-vous amoureux de rêve ») :

« Catarina : ben en fait, je sais qu’il y a beaucoup de filles qui diraient, genre un restaurant de luxe, pis oh my God ! Je vais vous dire la mienne là, ça à l’air ben ordinaire, mais moi en fait c’est les petits détails qui comptent, moi qu’il m’emmène au MacDo puis au cinéma, moi je suis la fille la plus contente du monde, là.
(…)
Catarina : on aime ça nous les filles se sentir comme…
Justine : importantes. »

26Nous distinguons trois mouvements dans les propos de Catarina. Le premier est la projection de ce que « diraient » à sa place les autres filles, ou en tout cas « beaucoup » d’entre elles. Le second mouvement est formulé à la première personne et raconte sa propre version de la « date de rêve ». Elle y parle d’elle-même en tant que fille, selon un scénario « bien ordinaire » correspondant à un schéma de répartition traditionnelle des rôles (le garçon « l’emmène » au restaurant et au cinéma) et aboutissant à une satisfaction qu’elle articule spécifiquement à son genre (« je suis la fille la plus contente du monde, là »). Ces deux premiers mouvements lui permettent d’initier un troisième : l’affirmation d’une appartenance commune à un genre commun à travers l’évocation d’un « autrui généralisé » féminin dans lequel elle-même s’inscrit : « on aime ça nous les filles ». On comprend comment trois personnages – « les filles », « moi », « nous les filles » - sont successivement mobilisés pour inscrire l’exercice de présentation de soi dans une dynamique collective, sociale et fortement axée sur un besoin de reconnaissance sociale, entendu au double sens de se reconnaître dans autrui et d’être reconnu par autrui.

27Nous avons considéré ici les dimensions interactives des pratiques adolescentes sur YouTube, ainsi que leur articulation aux processus de socialisation juvénile et à la création d’une sorte d’« universel féminin » servant de support à l’affiliation à un genre commun. Nous allons maintenant situer la « scène de contrainte » (Butler, 2006b, 13) dans laquelle les discours et les rituels s’inscrivent, à savoir un contexte hétéronormé dans lequel les territoires masculins et féminins de l’intime sont fortement clivés.

Quels territoires intimes sont mobilisables socialement pour les filles ?

28Comment l’acte de mettre en scène ce qui relève de l’intime peut-il être un ressort de reconnaissance sociale ? Un élément de réponse se trouve dans l’articulation entre visibilité et reconnaissance. YouTube est un média qui exprime de la « valeur sociale » (Honneth, 2005, 45) à travers les procédés de validation que nous avons énumérés précédemment. Le succès de la demande de reconnaissance énoncée par les YouTubeurs « dépend de leur capacité à se rendre visibles, à exister et à être vus et entendus » (Voirol, 2005, 117) par la communauté des internautes. Au-delà d’un processus d’évaluation publique de contenus médiatiques, c’est le rapport subjectif à soi et à sa valeur propre qui est en jeu dans cet exercice. En d’autres termes, l’estime de soi est étroitement corrélée à l’estime sociale dont bénéficie ou non un individu, c’est-à-dire à sa capacité à « exister dans un univers de parole et d’action, de compter pour autrui et de contribuer, de ce fait, à la pratique collective » (ibidem). Dans les formats de vidéocasts publiés par les adolescents sur YouTube, l’intimité est au cœur de la quête de la reconnaissance car elle permet d’activer un vécu commun : « on est tous comme ça » ; « on a tous connu ça » ; « on ne va pas se mentir les mecs, hein ? » ; « si tu es une fille et que tu t’es reconnue ». Le partage de l’intimité a quelque chose de profondément rassurant pour des individus en pleine transformation pubertaire. Cependant, les contenus comme les modalités de ce partage sont fortement clivés en fonction du genre. Garçons et filles sont soumis à des normes et à des injonctions sociales différentes vis-à-vis de leur rapport subjectif à eux-mêmes, à leur corps et à leur environnement affectif.

L’hétéronormativité comme fondement de la perception soi

29Un double standard imprègne le processus de la socialisation adolescente (Tolman, 2002 ; Clair, 2008, 2012 ; Ayrial, 2011 ; Pascoe, 2014), c’est-à-dire que garçons et filles considèrent que « la sexualité naturellement masculine, et la masculinité est naturellement sexuelle » (Balleys, 2016, 200-201). Ce double standard implique une « division genrée du monde en deux sous-mondes complémentaires et antagoniques » (Clair, 2007, 157). En résumé, ce qui fait garçon ne peut pas faire fille et ce qui fait fille ne peut pas faire garçon. Les usages des technologies socio-numériques n’échappent pas à cette perception binaire du genre. Il a été démontré que les vidéos postées sur YouTube par des femmes reçoivent davantage de commentaires négatifs que celles réalisées par des hommes, et que le contenu de ces réactions porte spécifiquement sur l’apparence physique et l’exposition qui en est faite (McMillan & Wotanis, 2014).

30Les usages des médias sociaux, en particulier les pratiques relevant de la mise en scène de l’intimité corporelle, sont soumis à des normes distinctes en fonction du genre : le corps masculin peut s’exhiber, le corps féminin non (Ringrose, Gill & Livingstone, 2013 ; Salter, 2016). Les résultats issus de notre corpus de vidéos réalisées par des garçons montrent qu’un rapport décomplexé au corps et à la sexualité est présenté comme étant « normal » (…) « pour les mecs ». Les thématiques de la masturbation, de l’érection, de la pilosité (en particulier pelvienne) sont saisies par les garçons pour afficher une sexualité désirante et agissante, totalement intégrée au processus du « grandir » et du « devenir un homme ».

  • 4 Ceci n’est pas vrai des vidéos réalisées par de jeunes adultes, mais uniquement de celles produites (...)

31Force est de constater que les vidéos réalisées par des filles ne problématisent pas la puberté ni les transformations physiologiques et psychologiques qu’elle implique. Lorsqu’une vidéo traite d’une thématique liée à l’intimité corporelle, la fierté et l’humour mobilisés par les garçons sont absents et l’angle choisi est plutôt celui du partage de conseils pratiques visant à maîtriser ses manifestations, considérées comme indésirables (odeurs, poils, sang mentruel).4 Ainsi, sur YouTube comme ailleurs, un devoir de réserve est toujours en vigueur en ce qui concerne le corps et la sexualité des filles (Bozon, 2009 ; Bergström, 2012), socialisées à contrôler les expressions de leur intimité pubertaire et à les considérer avec un sentiment de honte (Mardon, 2011). La socialisation des filles est axée sur la peur de la sexualité et des pulsions qu’elle implique (Tolman, 2002). Leur propre corps, en pleine acquisition de maturité sexuelle, leur est présenté comme une source de danger puisque susceptible d’être objet de la violence masculine. Les parents, (Mardon, 2010), les institutions scolaires (Aryal, 2011 ; Caron, 2014b) et mêmes les services de formation en santé sexuelle (Ansellem-Maingy et al., 2015) véhiculent auprès des adolescentes et des adolescents un principe hétéronormé de vulnérabilité féminine face à la menace masculine. Les deux pôles étant considérés comme « naturels », ils ne sont pas questionnés ni intégrés à une quelconque action pédagogique ou politique. Les garçons apprennent qu’ils désirent « malgré eux » et les filles apprennent qu’elles provoquent le désir masculin « malgré elles ».

Une performance de la féminité hors sentimentalité

32La socialisation à la féminité est associée à l’apprentissage de la sentimentalité (Eder et al., 1992 ; Giddens, 1992). Les pratiques culturelles et médiatiques juvéniles sont notamment fortement clivées en fonction du genre (Pasquier, 2010 ; Balleys, 2012). Les filles discutent plus volontiers entre elles des produits médiatiques à teneur sentimentale que les garçons (Pasquier, 1999). Afficher des goûts culturels en adéquation avec les normes de genre fait ainsi partie de l’apprentissage des rôles sexués. Plus largement, les relations sociales, amicales et amoureuses constituent le « principal sujet de conversation » des adolescentes entre elles (Balleys, 2015, 89).

33Or, les adolescentes parlent peu d’amour sur YouTube et se définissent très peu à travers l’expérience de la sentimentalité. Les vidéos « Antiboyfriend TAG », qui sont pourtant une invitation à se projeter dans une relation de couple, font peu de place à l’intimité amoureuse. Elles discutent des critères liés au choix d’un partenaire, de ce qui est considéré comme désirable ou comme rédhibitoire chez un garçon, de ce qu’elles aimeraient que ce dernier fasse (ou évite de faire) dans le cadre de la relation. Il est donc surtout question de lister leurs préférences en matière d’attributs physiques, vestimentaires et de « traits de caractère » mais pas de parler de sentiments amoureux. On comprend ainsi que, malgré le format de proximité relationnelle qui est instauré par les discours et par la mise en scène d’une intimité domestique, le contenu des vidéos postées sur YouTube est très éloigné de ce qui se passe dans l’entre-soi juvénile.

34En résumé, ni la sexualité - domaine narratif et scénographique réservé aux garçons -, ni la sentimentalité ne sont mobilisées pour créer un discours capable de provoquer de la connivence, de la complicité et un sentiment de proximité entre les YouTubeuses et leur public. Par conséquent, quels sont les ressorts de la quête de reconnaissance sociale formulée entre filles sur YouTube ? Qu’est-ce qui permet aux YouTubeuses d’être reconnues socialement en tant que filles et aux membres de leur public de se reconnaître en elles en tant que filles ? Pour répondre, il nous faut investiguer les contenus des discours tenus par les jeunes YouTubeuses de notre corpus, ainsi que les expressions ritualisées de la féminité qu’elles donnent à voir.

Être féminine malgré soi

35La féminité performée par les adolescentes sur YouTube est dépeinte comme involontaire. Les adolescentes insistent sur la dimension incontrôlée des gestes, des habitudes, des manies, des goûts et des dégoûts qui les caractérisent, en tant qu’individu et en tant que fille : « je suis obligée de… » ; « il faut que… » ; « je ne peux pas m’empêcher de… » ; « c’est comme ça, je peux pas faire autrement… » ; « c’est plus fort que moi… ». L’incapacité à supporter ce qu’elles considèrent comme sale, moche, dégoûtant ou désordonné est une constante des discours comme des parades (Goffman, 1977) de la féminité sur YouTube. Daphné par exemple (18 ans), parle de la « caractéristique tue-l’amour » chez un garçon de manière à souligner le caractère à la fois involontaire et immaîtrisable de son dégoût :

« Ah les mecs qui puent je peux pas… ah je non, ça me pfououou ! ça me prend au nez [geste vers son nez froncé] moi ça me… [pousse un petit cri aigu] Kiiiiii ! […]
Moi le tue-l’amour c’est les pieds, désolée hein ? Je sais pas pourquoi c’est les pieds je suis traumatisée des pieds. Je… ark ! Dès que je vois un pied de garçon… je peux pas. »

36La description d’un « soi féminin » sur YouTube s’effectue dans une logique contraire à la désinvolture qui caractérise la mise en scène de la masculinité (Balleys, 2016). Le « capital des manières » dont parlait Jean-Claude Kaufmann au début des années 1990 dans « La trame conjugale » est toujours fortement ancré dans l’imaginaire social relié au féminin. « C’est plus fort que moi » énonçait les jeunes femmes enquêtées pour excuser les milles gestes qu’elles accomplissaient au quotidien dans l’environnement domestique, souvent malgré une volonté affichée d’« égalité » au sein du couple (Kaufmann, 1992, 117). Nous allons analyser ici les gestes, les formules et les déclarations de soi qui, en produisant un « capital de manières » spécifiquement féminin, inscrivent les adolescentes dans un processus de socialisation à la domesticité.

La ritualisation de la féminité à travers l’exercice de la parade

37La notion de ritualisation désigne « la manière dont les situations sociales nous servent de ressources scéniques pour élaborer dans l’instant le portrait visible de la nature humaine que nous revendiquons » (Goffman, 1977, 38), en l’occurrence dans l’objet qui nous intéresse : la « nature » féminine. Quelles sont les « unités comportementales de type rituel » (ibidem, 50) qui caractérisent la féminité adolescente performée sur YouTube ? 

38La ritualisation de la féminité sur YouTube s’effectue à travers l’exercice de « la parade du genre », c’est-à-dire à travers « les représentations conventionnelles » de ce qui constitue culturellement et socialement le genre (Goffman, 2004). La gestuelle des adolescentes YouTubeuses est particulièrement riche d’expressions ritualisées de la féminité. En effet, le répertoire des gestes, des mouvements du corps, des intonations de la voix, des regards et des rires est extrêmement similaire d’une vidéo à l’autre. Les cheveux par exemple sont au cœur d’une gestuelle précise et standardisée. Il s’agit de les lisser avec les doigts ou avec les mains, de les rejeter en arrière, de les ramener vers l’avant, de les replacer autour du visage ou autour du front, de redonner du volume au sommet du crâne avec les doigts. Si l’acte rituel de se toucher les cheveux est présent dans toutes les vidéos, il prend une tournure parfois exacerbée, par exemple dans celles réalisées par les deux jeunes filles trans de notre corpus. N’ayant pas pu encore opérer leurs transitions sexuelles, elles portent toutes deux des perruques. Or le lissage continu des mèches, rythmant le débit de la parole, est un geste encore plus présent et marqué dans les vidéos de ces deux adolescentes que dans celles des autres. Amy (15 ans) parle des longs cheveux qu’elle aura « plus tard » et des différentes colorations qu’elle projette de faire. Le toucher comme la problématisation de ses (longs) cheveux sont donc au cœur de la mise en scène d’elle-même en tant que fille :

« J’adore cette perruque ça me donne des vrais cheveux, ça rend mon côté féminin (…) plus tard je pense que je vais avoir des cheveux longs comme ça, un peu plus long même peut-être (…) Qu’est-ce que je fais avec ma perruque ? Je me douche avec. Quand je peux je me douche avec ».

  • 5 Il faut cependant préciser que les jeunes trans de notre corpus, contrairement aux drag queens, rev (...)

39Ces observations rejoignent celles faites par Harold Garfinkel en 1967 lorsqu’il décrit les attitudes d’une jeune transsexuelle, Agnès, dont il a fait l’objet de ses recherches. Elle ne se contente pas d’adopter des poses féminines mais a réellement intégré chaque geste et chaque regard socialement lisibles comme féminins, tout comme la valeur que représente la « passivité » qui leur est associée (1967, 72). Les gestes sont ainsi appris et incorporés en pleine conscience de leur portée symbolique. Comme c’est le cas des performances de drag problématisées par Judith Butler (2006a), les vidéos réalisées par de jeunes trans nous révèlent « le mécanisme culturel » que présuppose « la cohérence hétérosexuelle » et permettent ainsi au sexe et au genre d’être « dénaturalisés » (ibidem, 161).5 Les parades d’Amy et de Lola (17 ans) constituent une sorte de modèle ou d’idéal-type de la ritualisation de la féminité performée sur YouTube. En ce sens, elles en soulignent la dimension parodique (ibidem).

  • 6 Les nombreuses coupes dont sont jalonnées chaque vidéo montrent qu’il ne s’agit pas d’une absence d (...)

40La parade de la féminité implique aussi une série de petits gestes minuscules qui viennent suspendre le cours de la vidéo. La YouTubeuse va par exemple s’interrompre pour ôter un cil de son œil ou une poussière sur sa langue, du bout des doigts. La raison invoquée est que le propos ne peut être poursuivi tant que quelque chose les gêne. Non coupées au montage, ces interruptions sont volontaires, sinon assumées.6 D’autres gestes, comme ceux de se toucher la poitrine, le thorax, le cou, de remettre un soutien-gorge ou un collier en place, font également partie d’une panoplie gestuelle commune. Contrairement à celles des garçons, les mains des filles sont perpétuellement en mouvement. Les adolescentes évoquent parfois cette gestuelle réflexe et en soulignent le caractère incontrôlé : « pourquoi on parle avec les mains ? » demande Nina (15 ans) à sa sœur en rigolant, interrompant la présentation de leur vidéo « Antiboyfriend TAG ». Or, si ces gestes leur échappent, ils sont conscients, puisqu’elles les évoquent, et considérés comme constitutifs d’une féminité totalement ancrée, « au plus profond » de soi :

« Je pense que je ne suis pas du tout la seule fille à le faire, et voilà, donc les filles qui se touchent tout le temps les cheveux, mettez-le en commentaire s’il-vous-plaît pour pas que je me sente seule parce que vraiment, y en a qui croient que c’est facile d’enlever des tics comme ça [elle se remet les cheveux en place], mais genre, voilà là c’est un tic mais au plus profond de moi quoi. »

41Dans l’extrait de sa vidéo « Je suis bizarre », CookieStyle (15 ans) parle de son geste répétitif comme d’un « tic » qui, bien qu’effectué malgré elle, lui permet de s’inscrire dans un collectif féminin, puisqu’il devient le support d’une demande d’échanges interactifs, de soutien et de reconnaissance. Ce rituel commun est mobilisé comme attribut d’une identité féminine commune.

L’exigence, la précision et le perfectionnisme

42Les adolescentes YouTubeuses se caractérisent elles-mêmes comme des personnes exigeantes, qui ont des critères précis et stricts dans les divers domaines de leur existence, en particulier en ce qui concerne leurs partenaires amoureux et le rapport à la domesticité. « L’antiboyfriend TAG » est l’occasion de mettre en scène les facteurs qui déterminent le choix du petit ami. Il faut souligner que la manière dont les questions du TAG sont formulées induit un exercice de formalisation de ce qui est « recherché » chez un partenaire potentiel. La première de ces questions, « quelle est la qualité la plus importante que tu recherches chez un garçon ? », engendre l’énumération joyeuse des nombreux points d’un inventaire assumé comme tel. Maya (18 ans) déclare à son amie Eli (18 ans) : « Si j’avais à dire des qualités, j’en aurais une liste ! Tu sais j’ai une liste hyper longue ! ». Le contexte de la vidéo ne représente vraisemblablement pas la première occasion d’énoncer, ou du moins de penser, ce que l’on souhaite voir figurer dans cette « liste ». Les critères sont énumérés très rapidement et sans hésitation : « Alors, plus grand que moi, brun, les yeux marrons et qui me fasse rire » (Dana, 16 ans) ; « Plus grand que moi. Brun. Les yeux verts. » (Jolie-Ann, 17 ans) ; « moi mes critères parfaits ce serait brun avec les yeux verts comme ça mes enfants auraient les yeux verts » (JusteCute, 17 ans). Si les adolescentes rigolent entre elles de ce qui s’apparente à un « choix à la carte », comme le formule Elie (17 ans) : « la meuf qui fait son menu ! », la spécificité de ces « critères parfaits » peut surprendre. Des caractéristiques très précises sont ainsi présentées soit comme des conditions à la relation amoureuse, soit comme des facteurs rédhibitoires : « J’aime pas du tout les mecs heu… cheveux hyper courts donc ouais c’est pas du tout mon truc » Maya (18 ans) ; « c’est exactement le caractère que je veux. (…) Il est marrant, il est un peu foufou dans sa tête, mais quand il se met au travail, il se met vraiment au travail » (Cecilia, 18 ans).

43La mise en scène de soi en tant que fille passe par la démonstration d’une forme de rigidité vis-à-vis des attentes adressées au partenaire, en particulier vis-à-vis de son apparence physique. À nouveau, ces formats de présentation de soi sont associés à des élans à la fois involontaires et inexplicables. Ils s’imposent aux adolescentes sans qu’elles puissent choisir, comprendre ni expliquer pourquoi leurs goûts sont si exclusifs : « j’ai jamais été attirée par un vraiment blond blond [rires]. Ouais je sais pas pourquoi » (Elie, 17 ans) ; « Moi j’aime les gars aux cheveux bruns pis les gars aux cheveux blonds, mais pas les cheveux longs parce que je déteste… je sais pas pourquoi, j’aime pas ça » (Justine, 15 ans).

44Cette rigueur dans le choix du partenaire se retrouve dans les discours sur le rapport à la domesticité. Dans sa vidéo intitulée « Je suis bizarre », Justmimi (14 ans) se présente comme « très, très, très perfectionniste » puis explicite ce qu’elle entend par là : « je fais rarement quelque chose mais si je le fais il faut vraiment que ce soit fait à la perfection, genre s’il y a encore un truc qui traine je pète les plombs (…) genre il reste un grain de poussière je peux pas, je peux pas ». Le perfectionnisme est défini par les adolescentes YouTubeuses comme étant le besoin que les évènements se déroulent d’une certaine manière, que les objets occupent une certaine place, que l’ordre des choses soit respecté. Plusieurs YouTubeuses se qualifient ainsi de « maniaques », comme Laura (13 ans) : « je suis un peu maniaque du rangement de vernis on va dire ». Dans ce contexte également, la dimension immaitrisable cette caractéristique de la féminité est au fondement du discours sur soi :

« Troisième fait bizarre sur moi, je ne peux pas dormir, enfin je ne peux pas fermer l’œil, je suis stressée tant que mes rideaux en fait, parce que j’ai des rideaux à fils je vais vous montrer, ce sont des rideaux comme ça, à grands fils blancs, eh bien tant qu’ils ne sont pas tout bien mis, tant qu’il y a un nœud en fait je n’arrive pas à dormir [sert les poings devant sa poitrine] je suis obligée de prendre une brosse pour les brosser pour qu’ils soient bien correctement, voilà je déteste, je suis très maniaque au niveau de mes rideaux, je déteste quand ils sont emmêlés et ça me stresse et j’arrive pas à dormir tant que c’est pas tout correctement » (MeDoll, 15 ans).

45La « bizarrerie » de cet irrépressible besoin d’ordre fonctionne comme dénominateur commun entre les YouTubeuses et leur public. Le propos est construit sur une caractéristique considérée comme « pas normale », comme « un problème », voire comme « un souci psychologique » et qui constitue pourtant le socle de la reconnaissance et de la réassurance qui sont espérées : « j’ai trouvé onze trucs chelous que je fais au quotidien j’espère que je ne serai pas la seule et que vous pourrez me rassurer parce que c’est vrai que des fois je me dis que je suis pas normale du tout » (Lou, 15ans). Se présenter comme « bizarre » équivaut à se présenter comme maniaque et se présenter comme maniaque équivaut à se rallier à un collectif féminin : « Je pense que je ne suis pas trop la seule mais je suis bizarre » résume ainsi Jessi (13 ans). De la même manière que les femmes « fabriquent du genre » en faisant le ménage ou en s’occupant des enfants (Berk 1985, 201), les adolescentes YouTubeuses revendiquent leur appartenance au genre féminin en se déclarant maniaques et perfectionnistes.

46Les nombreux commentaires postés en réaction à la vidéo de Jessi viennent la conforter vis-à-vis de la dimension commune et partagée de sa bizarrerie (et de la féminité qui lui est associée) : « je suis exactement pareille ! » ; « je me suis retrouvée dans tout ce que tu dis ha ha ha ha » ! ; « je me suis reconnue dans ta vidéo ! ». Cet effet de proximité est provoqué par deux mouvements. Premièrement, ce qu’elles confient est de l’ordre du privé, de ce que l’on « ose » pas dire publiquement. La confession s’apparente donc à un secret livré et possède une dimension de rareté, ce qui lui confère de la valeur sociale (Simmel, 2009 [1906]). Deuxièmement, les personnes partageant un secret peuvent se considérer comme des proches, voire comme des intimes (Balleys & Coll, 2015). « Je vais vous parler de mes habitudes un petit peu bizarre, ça va nous permettre d’être plus proches tu vois ? » annonce BeautyDoll (15 ans) à l’entame de sa vidéo. L’intime est ici l’objet d’une scénarisation prenant place dans un espace public, YouTube, et visant la diffusion la plus large possible. Pourtant, le ressort même sur lequel son succès est misé est celui de la confession donnant une impression d’exclusivité et d’intimité.

Le propre, le sale et l’effet de dramatisation

47Tout comme l’ordre, la propreté est une thématique omniprésente dans les deux types de vidéos analysées. Les « Antiboyfriend TAG » sont l’occasion de mentionner l’importance de sortir avec un garçon « qui prend soin de lui » alors que les vidéos « Je suis bizarre » traitent du rapport à l’hygiène personnelle. Souvent, le désordre et le manque d’hygiène sont corrélés, suivant l’idée que le négligé est un signe du sale. Justine, une jeune Québécoise de 15 ans, énonce par exemple : « pis, les gars qui ont les cheveux longs, je les déteste, j’aime pas les cheveux longs, je trouve ça… on dirait qu’ils ont pas l’air genre, hygiénique. Ils ont l’air sales ».

48L’aspect des dents et des pieds sont fréquemment évoqués comme critères majeurs dans le choix du partenaire, ce qui est inesthétique étant apparenté à la saleté. À la question de savoir « pour quelle raison pourrais-tu rompre avec un homme ? », Fanny (17 ans) répond : « parce qu’il pue des pieds. Vous savez les pas beaux pieds là ! Moi j’ai peur des pieds des hommes ».

49Ce constat rejoint la définition anthropologique de la saleté : « c’est quelque chose qui n’est pas à sa place » (Douglas, 2001, 55). L’ordre et la propreté sont donc symboliquement associés, tout comme le désordre et le manque d’hygiène. Nettoyer, c’est ordonner : « toute mise en ordre entraîne le rejet d’éléments non appropriés » (ibidem). Des YouTubeuses très jeunes comme Maeva (13 ans) partagent ainsi avec leur public des préoccupations liées à l’hygiène, ainsi que les techniques appliquées pour maintenir l’espace intime de leur chambre en adéquation avec leurs perceptions du propre :

« Je suis la maniaque de la propreté, c’est-à-dire que j’ai un problème avec ça, je sais pas pourquoi [grand soupir] en fait si vous voulez mon lit là qui est derrière moi [montre son lit] en fait c’est pas possible que j’aille me coucher avant d’être passée à la douche en fait, je peux pas ramener genre tous les microbes de la journée dans mon lit en fait, c’est pas possible donc du coup je suis obligée de toujours aller me laver le soir [mains jointes en prière]. »

50Les considérations sur le propre et le sale sont l’occasion de manifestations corporelles significatives. C’est en parlant de ce qui les « dégoûte » que les adolescentes YouTubeuses s’animent le plus, c’est-à-dire manifestent les émotions les plus vives. Dans huit des vidéos « Antiboyfriend Tag », les auteures parlent des « dents » de certains garçons - « jaunes » ou « dégueulasses » - et expriment à leur encontre un dégoût exacerbé : elles font la grimace, forcent les mines écœurées, poussent des cris ou font semblant de vomir. La complicité féminine se manifeste par la mise en scène de dégoûts communs, comme dans cet échange entre Daphné (18 ans) et sa sœur Nina (15 ans) :

Daphné : « mais je sais pas les pieds c’est trop important. Les dents aussi, pfou ! [Elle se tourne vers sa sœur] les dents !
Nina : Les dents ohhhh ! Si elles sont jaunes dégueulasses ! [Elle montre sa bouche avec la main]
Daphné : les dents c’est trop important !
Nina : encore qu’elles soient…
Daphné [regarde la caméra et montre ses dents] : un peu tordues !
Nina : Voilà ! ça c’est pas…
Daphné : c’est pas si grave que ça mais tant qu’elles sont pas jaunes dégueulasse !
Nina : beurk !
Daphné : c’est bon. Mais si elles sont jaunes dégueulasse, pffuit, tu dégages mon gars [montre la porte avec le doigt et fixe la caméra] next ! »

51Le dégoût représente un sujet à la fois fédérateur et parfaitement adapté aux comportements de genre (Goffman, 2002). Il permet en effet de montrer que l’on est une personne sensible, délicate et exigeante. Ce format de présentation de soi en tant que fille intègre également une dimension non rationnelle. L’incapacité à contrôler, à comprendre et à expliquer leurs élans est systématiquement problématisée dans les vidéos « Je suis bizarre ». Le caractère obligatoire du respect de l’ordre ou des rituels hygiéniques sont ainsi articulés, dans les discours, à leur caractère irrationnel et pas « logique » :

« Je peux pas, je pète un plomb, c’est pas possible dans ma tête que mon écharpe soit pas à la même hauteur, je sais pas pourquoi, y a pas d’explication logique à ça mais je peux pas, c’est pas possible ! » (Justmimi, 14 ans).

52Nous comprenons, grâce aux nombreux extraits de vidéos cités jusqu’ici, que l’un des principaux ressorts de la représentation de la féminité est l’effet de dramatisation. Des diagnostics pathologiques sont énoncés par les adolescentes pour qualifier leur besoin de contrôle vis-à-vis de leur environnement domestique, de leur emploi du temps et de leur apparence : « je suis psychopathe » ; « la fille schizophrène » ; « je suis folle » ; « je suis paranoïaque » ; « je suis obsédée ». Notre propos n’est pas de postuler sur la vérité des angoisses qui sont décrites par les adolescentes de notre corpus. Nous ne pouvons déterminer si SoloBeauty (15 ans) range effectivement ses vêtements « par couleurs et par longueurs » ou si UneFilleCompliquée (13 ans) peut réellement être considérée comme « obsédée par les cheveux ». En revanche, nous pouvons démontrer que ces propos visent à désigner des caractéristiques et des pratiques qui se veulent spécifiquement féminines, et que le procédé employé pour ce faire est la dramatisation, entendue ici au double sens de la mise en forme propre au drame mais aussi de travail de formalisation d’une œuvre visant à la rendre plus vivante et plus attrayante.

53Les cris poussés par les YouTubeuses lorsqu’elles évoquent des choses « dégueulasses », les grimaces, les hauts de cœur, les mains portées à la bouche ou à la poitrine, les yeux levés au ciel font partie du même répertoire expressif visant un effet de dramatisation. De manière similaire, lorsque LittleCutie (12 ans) déclare : « j’adore l’odeur des colles Uhu là, les jaunes, c’est ma passion », on comprend bien qu’il s’agit là d’un procédé de dramatisation permettant à la fois de performer sa féminité et de faire rire son auditoire. La description des petites manies de tous les jours serait en effet plus ennuyeuse sans une certaine dose d’exagération et d’humour :

« Je suis accro à mes mains (…) donc voilà je me passe toujours une crème de main même au collège j’amène une crème de main, c’est dingue, c’est dingue ! Je la cache dans ma trousse et j’en mets tout le temps, tout le temps, tout le temps, je suis vraiment hyper accro toutes les heures entre les cours et tout j’en mets tout le temps tout le temps tout le temps je suis vraiment hyper accro, toutes les heures, entre les cours et tout j’en mets ! A chaque fois que je vais me laver les mains, j’en mets, juste après [rire] » (LittleCutie, 12 ans).

54Les termes choisis par LittleCutie dénotent une volonté de rendre intéressante n’importe quelle action quotidienne a priori banale, comme le fait de se crémer les mains. C’est également un moyen de mettre en actes une féminité focalisée sur des petites préoccupations d’ordre domestique et esthétique.

55L’effet de dramatisation est corrélé au travail de formatage culturel opéré par les adolescentes qui se mettent en scène en tant que filles sur YouTube. Il s’agit bien d’une ritualisation de la féminité car c’est un même répertoire expressif que l’on retrouve d’une vidéo à l’autre. L’effet de réel est ainsi amoindri par le double effet de dramatisation et de standardisation des modes de présentation de soi. Par conséquent, si ces résultats ne nous disent pas de quelle manière ces adolescentes mettent la féminité en actes dans le quotidien de leur vie scolaire ou familiale, ils informent de manière originale sur leur perception de ce qui crée le sentiment du commun entre filles. Ces résultats ne sont pas représentatifs des pratiques de l’ensemble des adolescentes âgées entre 12 et 18 ans. Néanmoins, force est de constater que ce système de représentations domine sur YouTube. Lorsque les adolescentes se mettent en scène en tant que filles et revendiquent une appartenance de genre, un format culturel domine : l’incontrôlable besoin de contrôle.

Conclusion

56Les formats de vidéo « Anti-boyfriend TAG » et « Je suis bizarre » sont l’occasion pour les adolescentes qui s’en saisissent de parler d’elles-mêmes, de s’inscrire dans une appartenance de genre et de dialoguer avec un collectif féminin. Ces performances de la féminité ont pour dénominateur commun la présentation d’une personnalité perfectionniste, exigeante et maniaque. Les « filles » sont des individus qui énoncent avec précision ce qu’elles veulent et ce dont elles ont besoin, de manière obligatoire, mais à qui les causes de ces déterminismes échappent. La gestion de l’intimité est tout entière contenue dans un travail de formalisation des critères, des goûts et des nécessités qui jalonnent leur quotidien. L’organisation domestique est ainsi au cœur des discours sur l’expérience adolescente des filles.

57Ces réalisations vidéo sont construites sur un double effet de formatage culturel et de dramatisation narrative. Un même répertoire expressif, discursif et gestuel se retrouve en effet d’une vidéo à l’autre. Il s’agit donc bien d’un travail d’appropriation de performances réalisées ailleurs, dans la multitude des représentations médiatiques du féminin : sur des chaînes de YouTubeuses professionnelles, des plateaux de télévision, des séries de téléréalité ou des comptes Instagram. L’expression ritualisée de la féminité sur YouTube ne correspond donc pas à la réalité des comportements de tous les jours, mais représente une forme de caricature. L’exacerbation de tous les signes du féminin est en effet au cœur de cet exercice de partage médiatisé de l’intime.

58Une expérience de l’intime décrite comme spécifiquement féminine est mobilisée comme support de la présentation de soi en tant que fille sur YouTube et participe d’un processus de naturalisation du sexe biologique. De manière consciente mais involontaire, les filles « sont » des filles, parlent, bougent, ressentent et pensent comme des filles. La quête de reconnaissance qui jalonne les vidéos des adolescentes YouTubeuses témoigne d’une confusion entre sentiment d’appartenance et devoir de conformité. Pouvoir dire « nous les filles » passe par la démonstration que l’on est soi-même « une fille comme toutes les filles ».

59La domination de ce format culturel et identitaire sur YouTube le rend socialement signifiant. Le travail de déconstruction qui a été effectué permet de saisir les contraintes et les normes sociales qui s’imposent aux adolescentes. Pour parler d’elles-mêmes et activer des processus de reconnaissance avec le public des pairs-internautes auquel elles s’adressent, les adolescentes problématisent le champs domestique : l’hygiène, l’ordre, l’organisation du quotidien, l’apparence physique.

60Ce format est construit en opposition au modèle masculin, dont les problématiques exaltent les transformations physiologiques et psychologiques corrélées à la puberté, notamment le désir sexuel (Balleys, 2016). L’absence de toute sexualité dans les performances adolescentes de la féminité questionne quant aux processus contemporains de socialisation de genre. L’incontrôlable besoin de contrôle exprimé dans les vidéos de notre corpus pourrait avoir un lien avec cette invisibilité de la sexualité adolescente féminine. La déclinaison des tentatives de maîtrise de leur intimité chez les filles est antinomique à la mise en scène des pulsions sexuelles chez les garçons, considérées comme constitutives de leur masculinité et de leur « grandir ».

Top of page

Bibliography

ALLARD, Laurence, « Express yourself ! Les pages perso » Entre légitimation technopolitique de l’individualisme expressif et authenticité réflexive peer to peer, Réseaux, 1, 117, pp. 191-219, 2003.

AMSELLEM-MAINGUY, Yaëlle, CHEYNEL Constance, FOUET Anthony, Entrée dans la sexualité des adolescent·e·s : la question du consentement. Enquête auprès des jeunes et des intervenant·e·s en éducation à la sexualité, Rapport d’étude, INJEP, 2015.

ARYAL, Sylvie, La fabrique des garçons. Sanctions et genre au collège, Paris. PUF, 2011.

BALLEYS, Claire, « Comment s’observe la sociabilité adolescente ? Une étude sur trois fronts », Actes du Colloque international Enfances et Culture, Paris 2001, Article téléchargeable : http://www.enfanceetcultures.culture.gouv.fr/actes/balleys.pdf

BALLEYS, Claire, “Je t’aime plus que tout au monde”. D’amitiés en amours, les processus de socialisation entre pairs adolescents », Thèse de doctorat sous la direction de la Prof. POGLIA MILETI Francesca, Université de Fribourg, 2012, http://doc.rero.ch/record/30832

BALLEYS, Claire, Grandir entre adolescents. A l’école et sur Internet. Lausanne, Presses Polytechniques et Univesitaires Romandes, 2015.

BALLEYS, Claire, COLL, Sami, « La mise en scène de la vie privée en ligne par les adolescents », RESET, 4, 2015, URL : http://reset.revues.org/547%3B DOI : 10.4000/reset.547

BALLEYS, Claire, « “Nous les mecs”. La mise en scène de l’intimité masculine sur YouTube », in DAGIRAL, Éric, MARTIN, Olivier (dir.), Internet et lien social, Paris, Armand Colin, pp. 182-202, 2016.

BALLEYS, Claire, « Expression du désir sexuel et ritualisation de la féminité par les adolescentes sur YouTube », in GARDEY Delphine, VUILLE, Marilène (dir.), Les sciences du désir. La sexualité féminine de la psychanalyse aux neurosciences, Éditions Le Bord de l’eau, à paraître.

BERGER, Peter, LUCKMANN, Thomas, La construction sociale de la réalité, Paris, Armand Colin, 2008 [1966].

BERGSTRÖM, Marie, « Nouveaux scénarios et pratiques sexuels chez les jeunes utilisateurs de sites de rencontres », Agora débats/jeunesses, 1, 60, pp. 107-119, 2012.

BERK, SARAH F, The Gender Factory. The Apportionment of Work in Amercican Housholds, New-York, Plenum, 1985.

BEUSCART, Jean-Samuel, MELLET, Kevin, « La conversion de la notoriété en ligne. Une étude des trajectoires de vidéastes pro-am », Terrains et Travaux, 1, 26, pp. 83-104, 2015.

BOYD, Danah, Taken Out of Context. American Teen Sociality in Networked Publics, Berkeley : Université de Californie, 2008.

BOYD, Danah, It’s Complicated. The social life of networked kids, Yale University Press, New Haven, 2014.

BOYD, Danah, « Sense of Teen Life: Strategies for capturing Ethnographic Data in a Networked Era », in HARGITTAI, Eszter, SANDVIG, Christian (dir.), Digital Research Confidential: The Secrets of Studying Behavior Online, Cambridge, MIT Press, 2015.

BOZON, Michel, Sociologie de la sexualité, Armand Colin, coll. « Domaines et
approches », Paris, 2009.

BUTLER, Judith, Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, La Découverte, 2006a.

BUTLER, Judith, Défaire le genre, Paris, Éditions Amsterdam, 2006b.

CARON, Caroline, « Les jeunes et l’expérience participative en ligne », Lien social et Politiques, 71, pp. 13-30, 2014a.

CARON, Caroline, Vues, mais non entendues. Les adolescentes québécoises et l’hypersualisation, Québec : Les Presses de l’Université Laval, 2014b.

CARON, Caroline, « L’engagement civique des adolescents au prisme de leurs vlogues sur l’intimidation », Communication [En ligne], 1, 34, 2016, URL : http://communication.revues.org/6733; DOI : 10.4000/communication.6733

CARDON, Dominique, « Le design de la visibilité. Un essai de cartographie du web 2.0 », Réseaux, 6, 152, pp. 93-137, 2008.

CARDON, Dominique, « L’identité comme stratégie relationnelle », Hermès, La Revue, 1, 53, 61-66, 2009.

CLAIR, Isabelle, « La division genrée de l’expérience amoureuse. Enquête dans des cités d’habitat social », Sociétés & Représentations, 2, 24, pp. 145-160, 2007.

CLAIR, Isabelle, Les jeunes et l’amour dans les cités, Paris, Armand Colin, 2008.

CLAIR, Isabelle, « Le pédé, la pute et l’ordre hétérosexuel », Agora Débat Jeunesse, 1, 60, pp. 67-78, 2012.

CONNELL, Catherine, « Doing, Undoing Gender, or Redoing Gender ? », Gender & Society, 24, 1, pp. 31-55, 2010.

DARMON, Muriel, La socialisation, Paris, Armand Colin, 2006.

DAYAN, Daniel, « La télévision, le presque public », Réseaux, 2, 100, pp. 427-456, 2000.

DEUTSCH, Frances, « Undoing gender », Gender & Society, 21, 2, pp. 106-27, 2007.

DOUGLAS, Mary, De la Souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, La Découverte, 2001 (1967).

EDER, Donna, SIMON, Robin.W, EVANS, Catherine C., « The development of feeling norms underlying romantic love among adolescent females », Social Psychology Quarterly, 1, 55, pp. 29-46, 1992.

GARFINKEL, Harold, Studies in ethnomethodology, Englewood Cliffs, NJ: Prentice Hall, 1967.

GLEVAREC, Hervé, « L’attachement aux univers fictionnels et déplacement du champ du dicible et du pensable. La sériphilie des jeunes adultes » in LACHANCE, Jocelyn, JULIER-COSTES, Martin, JEFFREY, Denis (dir.), Séries cultes et culte de la série chez les jeunes, Laval : Presses Universitaires de Laval, 2014.

GIDDENS, Anthony, La transformation de l’intimité. Sexualité, amour et érotisme dans les sociétés modernes, Le Rouergue/Chambon, 2004.

GOFFMAN, Erving, La mise en scène de la vie quotidienne. 1. La présentation de soi, Paris, Editions de Minuit, 1973.

GOFFMAN, Erving, « La ritualisation de la féminité », Actes de la recherche en sciences sociales, 14, Présentation et représentation du corps, pp. 34-50, 1977.

GOFFMAN, Erving, L’arrangement des sexes, Paris, La Dispute, (2002 [1977]).

GOFFMAN Erving, « Le déploiement du genre », Terrain, 42, pp. 109-128, 2004.

GRANJON, Fabien, « Amitiés 2.0. Le lien social sur les sites de réseaux sociaux », Hermès, 1, 59, pp. 99-104, 2011.

GRANJON, Fabien, DENOUËL, Julie, « Exposition de soi et reconnaisance de singularités subjectives sur les sites de réseaux sociaux », Sociologie, 1, 1, pp. 25-43, 2010.

HINE, Christine, « Internet research as emergent practice », in LEAVY Patricia, HESSE-BIBBER, Sharlene N., Handbook of emergent methods, Guilford Publications, 2008.
HONNETH Axel, « Invisibilité : sur l’épistémologie de la « reconnaissance » », Réseaux, 1, 129-130, pp. 39-57, 2005.

JENKINS, Henry, Confronting The Challenges of Participatory Culture. Media Education for The 21st Century. Cambrige, MA, MIT Press, 2009.

KAUFMANN, Jean-Claude, La Trame conjugale. Analyse du couple par son linge, Paris, Nathan, 1992.

LAHIRE, Bernard, L’Homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998.

LANGE, Patricia, « Publicly Private and Privately Public : Social Networking on YouTube, journal of Computer-Mediated Communication, 1, 13, pp. 361-380, 2007.

LANGE, Patricia, Kids on YouTube. Technical identities and digital literacies, Walnut Creek : Left Coast Press, 2014.

LATZKO-TOTH, Guillaume, PASTINELLI, Madeleine, « Par-delà la dichotomie public/privé : la mise en visibilité des pratiques numériques et ses enjeux éthiques », Tic & Société, 7, 2, pp. 149-175.

MCMILLAN, Laurie, WOTANIS, Lindsey, « Performing Gender on YouTube. How Jenna Marbles nogotiates a hostile online environment », Feminist Media Studies, 6, 14, pp. 912-928, 2014.

MARDON, Aurélia, « La génération Lolita. Stratégies de contrôle et de contournement », Réseaux, 4, 168-169, pp. 111-132, 2010.

MARDON, Aurélia, « Honte et dégoût dans la fabrication du féminin. L’apparition des menstrues », Ethnologie française, 1, 41, pp. 33-40, 2011.

MARWICK, Alice, "You May Know Me From YouTube: (Micro)-Celebrity in Social Media." In MARSHALL, D. & REDMOND, S. (dir.), Companion to Celebrity Studies. Malen, MA : Blackwell-Wiley, 333-350, 2016.

METTON-GAYON, Céline, Les adolescents, leur téléphone et Internet : « tu viens sur MSN ? », Paris, L’Harmattan, 2009.

PASQUIER, Dominique, La culture des sentiments, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1999.

PASQUIER, Dominique, « Culture sentimentale et jeux vidéo : le renforcement des identités de sexe », Ethnologie française, 1, 40, pp. 93-100, 2010.

PASCOE, C.J., « Dude you’re a fag ». Masculinity and sexuality in high school, Berkeley : University of California Press, 2007.

RINGROSE, Jessica, HARVEY, Laura, GILL, Rosalind, LIVINGSTONE, Sonia, « Teen girls, sexual double standards and ‘sexting’ : Gendered value in digital image exchange », Feminist Theory, 3, 14, pp. 305-323, 2013.

SALTER, Michael, « Privates in the online public : Sex(ting) and reputation on social media », New Media &Society, 18, 11, pp. 2723-2739, 2016.

SAUL, Roger, « KevJumba and the Adolescence of YouTube », Educational Studies, 46, pp. 457-477, 2010.

SENFT, Theresa, « Microcelebrity and the Branded Self », in BURGESS, Jean, BRUNS, Alex, Blackwell Companion to New Media Dynamics, Blackwell, 2012.

SINGLY, François de, Les Adonaissants, Paris, Armand Colin, 2006.

STEEVES, Valérie. Young Canadians in a Wired World, Phase III: Life Online, Ottawa: MediaSmarts, 2014.

TOLMAN, Deborah, Dilemmas of Desire. Teenage Girls Talk about Sexuality. Harvard University Press, 2002.

VOIROL, Olivier, « Les luttes pour la visibilité. Esquisse d’une problématique », Réseaux, 1, 129, pp. 89-121, 2005.

WEST, Candace, ZIMMERMAN, Don H., « Doing Gender », Gender & Society, 1, 125, pp. 125-151, 1985.

WILLEMSE, Isabel, WALLER, Gregor, GENNER, Sarah, SUTER, Lilan et al. 2014. JAMES - jeunes, activités, médias – enquête Suisse Zürich : ZHAW, 2014.

Top of page

Notes

1 YouTube est aujourd’hui le premier média de diffusion de contenus audiovisuels réalisés et postés en ligne par les jeunes mais aussi le premier support de visionnement chez les jeunes, au Québec et en Suisse (Reeves 2014 ; Willemse, I., Waller, G., Suter, L. et al. 2014).

2 Postée le 06.12.12, https://www.youtube.com/watch ?v =xFeOBlUgJLc&t =133s

3 Postée le 29.10.2014, https://www.youtube.com/watch ?v =AWpkDtbM90s

4 Ceci n’est pas vrai des vidéos réalisées par de jeunes adultes, mais uniquement de celles produites par la population de notre échantillon, c’est-à-dire les 12-18 ans.

5 Il faut cependant préciser que les jeunes trans de notre corpus, contrairement aux drag queens, revendiquent une cohérence entre performance et identité de genre.

6 Les nombreuses coupes dont sont jalonnées chaque vidéo montrent qu’il ne s’agit pas d’une absence de travail de montage.

Top of page

References

Electronic reference

Claire Balleys, « L’incontrôlable besoin de contrôle », Genre, sexualité & société [Online],  | 2017, Online since 01 June 2017, connection on 17 August 2017. URL : http://gss.revues.org/3958 ; DOI : 10.4000/gss.3958

Top of page

About the author

Claire Balleys

Chercheure postdoctorale
Chaire de recherche UQAM sur les usages des technologies numériques et les mutations de la communication, Département de communication sociale et publique
balleys.claire@uqam.ca

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org