Navigation – Plan du site
Dossier
Articles

« Trying to avoid », « trying to conceive » : (re)produire une féminité contradictoire par la quantification

« Trying to avoid », « trying to conceive »: (re)producing a paradoxical feminity through quantification
Myriam Lavoie-Moore

Résumés

En suivant les signes physiologiques du cycle de leur fertilité, les femmes peuvent produire de l’information sur soi qui constitue ainsi une technique alternative aux moyens contraceptifs et aux moyens d’aide à la conception hormonales et chirurgicales. Depuis 2009, des applications numériques mobiles soutiennent ces pratiques en offrant une plateforme permettant la quantification du cycle de fertilité. Loin de reproduire seulement une représentation du féminin devant respecter sa «nature» reproductive, les applications de gestion de fertilité promeuvent un idéal de contrôle de soi informationnel focalisé sur la domination de cette même nature. Cet article cherche donc à comprendre comment une technologie de gestion de la fertilité participe de la (re) production des catégories de genre. Nous y analysons cet objet à l’intersection de théories de la production d’un sujet féminin et de théories de la production d’un sujet néolibéral afin d’identifier quelles formes prennent ces catégories et les façons dont elles s’actualisent au sein de ces applications. L’application de gestion de fertilité Kindara professe que l’«empowerment» des femmes passe par le contrôle informationnel de soi, un «empowerment informationnel». À travers l’étude de cas de l’application Kindara, nous verrons comment cet idéal d’«empowerment», associé à celui d’une réalisation de soi qui passe par la maternité, participe au sentiment d’impuissance des femmes incapables de concevoir un enfant, incapables de contrôler leur corps selon leur volonté.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier Ariane Brunelle pour son apport à la rédaction finale de cet article.

  • 1 PAI Aditi, « Five digital health tools for tracking fertility », Mobilehealthnews, 2014. Récupéré d (...)
  • 2 Les termes utilisés par les utilisatrices de Kindara sont « Trying to conceive » (qui signifie Essa (...)

1En 1873, aux États-Unis, est votée la loi Comstock qui condamne toute divulgation d’informations concernant la contraception (Horowitz, 2002). La contraception orale, développée en 1956, paraît donc comme un réel changement de paradigme dont la légalisation fait suite à de longues luttes féministes. Si ce type de contraception est efficace, l’information sur le corps des femmes n’y est pourtant pas explicitement mise en l’avant. C’est ce manque que les applications de quantification du cycle de fertilité, sur le marché depuis environ 20091, proposent désormais de combler. Actuellement, les utilisatrices y « suivent » leur cycle menstruel en inscrivant diverses informations, telles que leur température basale ainsi que le type et la quantité des glaires cervicales, dans le but de concevoir ou d’éviter la conception2, ainsi que de partager leurs informations avec d’autres utilisatrices en échangeant commentaires et conseils. Cette technique d’inscription de signes relatifs à la fertilité est basée sur la « méthode de reconnaissance de la fertilité » (fertility awareness method), une méthode alternative aux contraceptifs oraux ou hormonaux et aux interventions médicales et chirurgicales (stérilet et ligature des trompes de Fallope). Cet article s’intéresse spécifiquement à l’application mobile Kindara, qui permet la quantification des signes de fertilité.

  • 3 Pourtant, l’augmentation des rapports sexuels hors mariage aurait débutée dès les années 50 (McLare (...)

2Si elle transforme la relation à la fertilité, l’apparition d’une nouvelle technique n’équivaut cependant pas forcément à un progrès. Par exemple, l’arrivée de la deuxième génération de pilules contraceptives dans les années soixante-dix reste encore généralement associée à un mouvement de libération des mœurs sexuelles3, mais également à une libération sexuelle des femmes. Se construit alors un mythe qui place l’industrie pharmaceutique dans un rôle héroïque par rapport aux femmes qui auraient été sauvées de leur asservissement à leur propre corps (Löwy, 2006). Si la pilule contraceptive a permis aux femmes de réduire la peur liée au risque de grossesse, il reste qu’elle a aussi conduit à renforcer la tendance selon laquelle les femmes sont les seules à être en charge des désavantages et des dangers liés à la prévention des naissances (Löwy, 2006).

  • 4 La traduction de ce terme est posée comme très difficile par plusieurs chercheur.euse.s (Parazelli, (...)
  • 5 La suite du texte permettra d’étayer cette affirmation.

3Les promoteurs de l’application Kindara affirment que celle-ci pallie ce déséquilibre en fournissant de l’information qui permettrait d’impliquer les partenaires sexuels dans la contraception et la conception. L’intérêt des données produites par ce type d’application est lié au fait qu’elles « empower »4 les femmes face à leur propre santé (Levin, 2012). Le discours qui entoure le projet Kindara est d’ailleurs axé sur l’« empowerment » des femmes par le biais de la connaissance informationnelle de leur cycle de fertilité. Ce type de discours est typique du domaine des technologies numériques, qui sont souvent posées comme des outils (neutres) permettant théoriquement d’acquérir une certaine indépendance face au savoir des professionnels et au savoir institutionnel sur la santé (Levin, 2012). La décentralisation de ces connaissances vers les sphères personnelle et individuelle est facilitée par les nouvelles technologies de l’information (Clarke et al., 2003). Ce mouvement s’arrime à une nouvelle forme de gouvernance (le néolibéralisme) qui pousse les individus à se responsabiliser face à leur santé (Hache, 2007) en pratiquant entre autres le contrôle et la surveillance de soi (French et Smith, 2013). Les applications de quantification font partie de ce paradigme de responsabilisation individuelle de la santé (Lavoie-Moore, 2015), et c’est pourquoi nous référerons à celle étudiée ici comme à une application de gestion des cycles de fertilité5.

  • 6 Pai, Op. Cit.

4Les façons et les raisons de pratiquer la régulation des naissances ont changé, mais il serait inadéquat de croire que l’apparition de technologies telles que le condom et la pilule ne sont que des avancées techniques qui ont permis une émancipation sans équivoque des femmes. Nous nous attacherons donc à remettre en perspective le discours d’« empowerment » associé aux technologies de quantification du cycle de fertilité afin d’éclairer les enjeux qui touchent leur public cible. Pour l’étude de cas qui concerne cet article, nous nous sommes intéressées à l’application Kindara puisqu’elle est l’une des premières applications gratuites et fait partie des plus téléchargées sur les téléphones intelligents6. En tenant compte de l’intérêt de certaines femmes pour une méthode alternative à la contraception hormonale, nous chercherons à comprendre comment une technologie destinée à la gestion de la fertilité reproduit certains enjeux sociopolitiques relatifs aux questions de genre.

5Si la quantification du corps est l'objet de plus en plus d’études en sciences sociales (Lupton, 2014; Moore et Robinson, 2015; Beer, 2015; Crawford et al., 2015), peu de travaux ont été produits sur la question spécifique de la quantification du cycle de fertilité comme moyen de conception ou de contraception à l’aide des technologies numériques. Deborah Lupton, sociologue spécialisée dans le domaine des technologies destinées à la santé et au bien-être, s’est intéressée aux formes de réduction normatives d’avoir du « bon sexe » et d’avoir de « bonnes performances » promues par les technologies de quantification de la sexualité (Lupton, 2014). Selon Lupton, ces technologies font émerger la possibilité d’une rigidification des désirs et des capacités sexuelles et reproductives, activée par leur externalisation numérique. Notre analyse se distingue du travail de Lupton en ce que nous cherchons à développer plus spécifiquement les interrelations entre genre et technologies numériques à travers le prisme d’une critique de l’« empowerment » technologique. Ce croisement sera étudié à travers les théories associées à la (re) production d’un sujet du genre (De Lauretis, 1987) et celles d’un sujet économique néolibéral (Dardot et Laval, 2010).

6Au niveau méthodologique, nous avons procédé à une analyse de cas qui s’est déroulée en trois temps afin de fournir un aperçu des divers enjeux entourant les applications de gestion de fertilité. Suite à l’exposé des fondements théoriques sur lesquels repose notre analyse de cas, nous jetons un regard sur le contexte socioéconomique de l’apparition de Kindara. Nous décrivons ensuite l’application à partir d’une analyse sociosémiotique (Van Leeuwen, 2005). Une recherche ethnographique, effectuée par le biais d’une observation participante de la plateforme de partage disponible sur l’application, complète finalement notre démarche. Notre approche qualitative permet de soulever certaines problématiques propres aux applications de gestion de fertilité qui restent encore peu explorées, particulièrement dans le milieu francophone.

S’entreprendre en tant que femme

Représentation et (re) production de la réalité du genre

  • 7 Ce dernier point vise particulièrement les intellectuels déconstructivistes de son époque qui ne s’ (...)

7Les théories du genre nous permettent de nous éloigner d’une théorie de la femme comme un donné universel et essentialisé. Puisque les applications de quantification affichent une conception du corps comme objet passif à améliorer (Moore et Robinson, 2015), une critique sera produite par le prisme du genre qui permet d’en souligner les particularités. Par le concept de « technologies de genre » de De Lauretis (1987), l’étude d’un sujet féminin est approché à travers les représentations qui sont formées sur les femmes (en tant que catégorie), mais, également par ces dernières, par les représentations qu’elles ont d’elles-mêmes. Ce concept nous permettra d’étudier plus particulièrement les représentations qui sont produites par l’application Kindara. L’approche de De Lauretis s’inscrit dans la lignée foucaldienne d’une considération du pouvoir qui s’établit par les relations, un pouvoir décentralisé et multiple. Dans l'approche de Lauretis, les technologies de genre se différencient du concept de Foucault pour lequel le genre est indifférencié. De Lauretis définit le concept de « technologies de genre » en quatre points principaux ; 1) le genre est compris comme une représentation ayant des implications sur la vie matérielle des individus, 2) la représentation du genre est partie prenante de sa construction, 3) la construction du genre est toujours active aujourd’hui, et 4) finalement, la déconstruction du genre affecte également sa construction7 (De Lauretis, 1987). Le terme « technologie » réfère au cadre des possibilités de déploiement du genre et non à la mise en application technique d’un savoir scientifique particulier (Bordo, 1989).

8En résumé, le genre est une co-construction sociale dynamique qui se déséquilibre et se stabilise à travers les phases qu’il traverse. Il est produit dans les corps, dans les comportements et dans les relations sociales à travers le déploiement de « technologies politiques complexes » (Foucault, 1976 dans De Lauretis, 1987). Pour De Lauretis, les technologies du genre (re)produisent le genre et le transforment dans le temps. Cette forme de technologie prend en compte la construction d’un sujet (féminin en l’occurrence) en rapport avec un environnement social qui lui préexiste, mais au sein duquel il évolue et se meut avec une certaine liberté. Dans son ouvrage de 1987, De Lauretis s’emploie à montrer comment le cinéma est une technologie de genre. Elle explique que la culture littéraire et celle du divertissement contribuent à modeler les normes de genre puisque celles-ci se construisent par leurs représentations. Nous nous inspirons de ses travaux afin d’analyser les représentations offertes par l’application de gestion de la fertilité Kindara. Nous complétons cette approche avec des théories concernant les enjeux de genre relatifs à la reproduction ainsi que celles sur les représentations du corps promues par les technologies de l’information.

L’« empowerment » par la régulation

9La saisie des régimes de pouvoir qui traversent les applications de contraception et de fertilité nécessite de prendre comme point d’ancrage que « l’intime est politique ». On considère que ce qui se passe dans la vie quotidienne et personnelle des individus est donc en rapport avec la vie politique et sociale, contrairement à la pensée politique héritée des Lumières qui avait « l’hypothèse selon laquelle, la différence sexuelle, les relations entre les sexes et la sphère privée sont par définition étrangères à la politique » (Pateman, 2007 [1988], 304). Nous comprenons donc l’intimité comme tout ce qui est traditionnellement exclu de la sphère publique, ce qui relève du privé. C’est la sphère à laquelle les femmes ont longtemps été assignées et la reproduction y tenait une place des plus importantes. Puisque la reproduction fait partie de la sphère de l’intime et que c’est le rôle des femmes que d’y veiller, il n’est pas innocent que la conception populaire de la contraception soit associée à une « affaire de femmes ». Comme De Lauretis (1987) reprochait à Althusser de reléguer les questions du genre aux sphères de l’intime alors que l’idéologie touchait aux sphères structurelles de l’économie, nous remettons en question la présupposition selon laquelle le genre est hors de l’économie et du politique et vice et versa.

10Nous voyons donc sans surprise qu’un langage associé au monde entrepreneurial croise celui du corps reproductif. La « femme libérée » du monde contemporain choisit le moment opportun pour concevoir un enfant, mais elle doit alors endosser les responsabilités associées à son « projet bébé » (Löwy, 2005). L’injonction à l’autodétermination valorise des normes de flexibilité et de maîtrise de soi qui impliquent un autocontrôle continu basé sur des contraintes intériorisées qui paraissent provenir de la personne elle-même, car sans cesse changeantes (Jonas, 2003). Les types d’impératifs varient, mais les sphères de l’économie et de la culture étant intrinsèquement liées, les acteurs sociaux sont poussés à intégrer des logiques du marché à leur vie personnelle (Dardot et Laval, 2010), ce qui leur permet de s’adapter à un contexte fluctuant aux exigences toujours renouvelées sans que les normes imposées semblent provenir de l’extérieur.

11Les technologies de l’information mobiles et leurs nouvelles fonctions exacerbent cette tendance. C’est ce qu’on remarque par exemple au sein des applications centrées sur la santé et la forme physique qui promeuvent un idéal d’adaptabilité et d’optimisation du corps au quotidien (Lavoie-Moore, 2015). L’amélioration continue de soi devient une fin en soi. En permettant aux individus de se surveiller continuellement en accumulant des informations sur eux-mêmes, les applications de quantification offrent l’impression de pouvoir contrôler précisément les transformations souhaitées. Le corps est présenté comme un projet rentable et faillible soumis à la logique entrepreneuriale sous couvert d’un discours d’« empowerment ». Être plus en contrôle de soi devient alors synonyme d’autonomie libératrice. La fonction idéologique de l’autonomie est de naturaliser cette situation sociale: « […] il faut donner l’impression aux uns et aux autres, que la véritable autonomie, fondée sur une connaissance de soi-même et un épanouissement, est au cœur du bonheur et de la réussite » (Jonas, 2003, 25).

12Dans le cadre de cette idéologie de l'autonomie, la possibilité pour les femmes de déterminer si elles choisissent ou non d’enfanter devrait leur sembler naturelle. Ce choix reste cependant encadré par des discours dominants qui prônent la « nature » reproductive des femmes. Les corps des femmes doivent être contrôlés sous peine de sortir du cadre normatif imposé par le genre. Comme le suggère McRobbie : « [l]e sexe impose une uniformité sur les corps pour les besoins de la sexualité reproductive (traduction libre) » (McRobbie, 1994, 69). Des formes de disciplines où la surveillance de soi agit comme technique régulatrice permettent alors que les corps dociles maintiennent l’ordre de leurs propres « corps, gestes, désirs et habitudes (traduction libre) » (Fraser, 1989, 24) dans un mouvement rendant l’individu plus puissant, productif et docile (Cummins, 2014). La responsabilisation de la femme quant à la planification de l’enfant induit qu’elle doit porter la responsabilité du « projet enfant » et accepter individuellement les contraintes qui y sont associées, malgré les problèmes structuraux qui entourent la maternité et l’éducation des enfants (Löwy, 2005). La fonction de l’idéologie de l’autonomie et du choix libre est de renforcer la perception de la maternité comme entreprise individuelle devant mener à l’épanouissement (De Singly, 2004). La rhétorique du choix fournit une façade qui prétend assurer une forme de liberté individuelle et de bonheur fondée sur la décision autonome.

13Une tension s’établit entre l’idéal normatif reproductif et l’idéal rationnel de contrôle et de performance porté par les technologies de quantification. Au sein des applications de gestion de la fertilité, la régulation par l’autosurveillance vient à être considérée comme une forme d’« empowerment ». Nous verrons donc comment les deux idéaux entrent en relation par le biais des technologies de gestion de la fertilité qui, d’une part, (re)produisent l’idée d’un genre pour lequel il serait normal de se plier à sa nature (reproductive) (Guillaumin, 1992), et de l’autre, soutiennent un idéal rationnel de domination de cette même nature. Dans cet article, nous ne cherchons pas à comprendre la formation du désir féminin d’enfanter, mais plutôt à mettre en lumière la façon dont la perception de l’échec de la réalisation d’une décision volontaire provoque un sentiment d’impuissance lorsque la conception ne se produit pas au moment choisi.

Kindara : prise en charge de soi et désenchantement

Historique et développement de Kindara

  • 8 WEIGEL Moira, « The fitbit for your period : the rise of fertility tracking», The Guardian, 2016. R (...)
  • 9 « We were all about making this tool to empower women. » (Ibid.)
  • 10 KINDARA, Home, 2016, récupéré de https://www.kindara.com/home

14Les fondateurs de l’application Kindara racontent l’origine de leur idée « novatrice » à partir de leur histoire d’amour où Kati Bicknell convainc son futur mari, Williams Sacks, que la tâche de la contraception doit être partagée8. Ensemble, ils décident de lancer une application permettant aux femmes de développer une connaissance de leur corps à partir des données transmises par différents signes vitaux. Cette innovation mènerait à un « empowerment » des femmes, selon les paroles rapportées de Bicknell par Weigel : « Nous faisons cet outil pour empower les femmes (traduction libre) »9. Leur site internet mentionne que les hommes peuvent être également « empowered » en comprenant la fertilité et les cycles menstruels, ce qui leur permettrait « d’apprécier le féminin »10 :

  • 11 « We are uniting passionate, health minded people who support using an understanding of human ferti (...)

Nous sommes des personnes passionnées et unies dans l’objectif de soutenir l’utilisation des connaissances sur la fertilité humaine en tant qu’outil pour changer le monde. En rejoignant le mouvement, vous participerez à diffuser les principes de base des cycles de fertilité à toutes ces femmes qui devraient les connaître, mais à qui on ne les a jamais enseignés. Vous éduquerez les hommes sur le sujet, les aiderez à enrichir leur compréhension et leur appréciation du féminin. Vous forcerez les normes sociales à changer et à progresser (traduction libre).11

  • 12 Weigel, Op. cit.
  • 13 Cette « discrétion » est commune dans le monde des nouvelles technologies que l’auteur Pasquale qua (...)
  • 14 « Kindara makes revenue by selling devices and eventually through other avenues. ». Tiré de ANGEL.C (...)

15L’entreprise est une startup propre au modèle des entreprises axées sur les nouvelles technologies de la Silicon Valley : elle est basée à Boulder au Colorado, la ville où se trouvent aussi Techstars (une compagnie d’accélération de startup), un campus de Google et de nombreux groupes de « venture capital » dont ceux qui ont investi dans Fitbit, une application de quantification, en 2009 (Foundry Group). Le fondateur de Techstars est d’ailleurs devenu leur premier grand investisseur en 2013. Le modèle d’affaire de Bircknell et Sacks (le co-fondateur) est basé sur celui de Fitbit : l’application disponible en ligne est gratuite, mais on incite les utilisateur.rice.s à acheter un accessoire12. Celui développé par Kindara se nomme le « Wink ». C’est un thermomètre connecté par Bluetooth au téléphone. La compagnie est censée se distinguer de ses compétiteurs par cet objet qui leur permet de ne pas baser leurs revenus sur la vente des données des utilisatrices. Il est cependant difficile de savoir si tel est vraiment le cas tant que la structure du programme informatique n’est pas ouverte13. Le site d’appel à l’investissement (angel.co) annonce d’ailleurs que « Kindara fait de l’argent en vendant des appareils et éventuellement par d’autres moyens »14. La façon dont seront utilisées les données est donc incertaine.

16Dans leur analyse des métaphores diffusées dans la revue phare du marché des technologies Wired, Ruckenstein et Pantzar (2015) soulignent que dans ce type d’entreprise, c’est principalement le succès des hommes (ou les façons pour eux de l’atteindre) qui est mis en l’avant. Contrairement au féminin, le genre masculin n’est pas dépeint comme déterminé par les fonctions biologiques, mais correspond à l’idéal moderne du contrôle de l’esprit sur le monde (Guillaumin, 1992). Les discours concernant les technologies de quantification encouragent l’individu à se réfléchir à travers une prise de données qui devient essentielle à la découverte de soi (Ruckenstein et Pantzar, 2015). Le sujet idéal de la quantification est en ce sens celui qui conçoit son corps comme parfaitement maitrisable par la volonté, mais plus particulièrement par l’information fournie par la médiation des technologies numériques qui modèlent un savoir prétendument objectif et rationnel. En encourageant la production de données, le sujet de la quantification converge avec les intérêts des marchés de données des nouvelles technologies de l’information (Ruckenstein et Pantzar, 2015), même s’il ne concorde pas avec la construction du genre féminin traditionnel. En développant un marché fondé sur des produits destinés à collecter des informations sur le cycle de fertilité des femmes, l’absence de frontière entre l’intime et le public est d’autant plus évidente que la vie personnelle devient source de valeur économique.

Les signes de la féminité

  • 15 Les autres pages mènent à des sites externes à l’application. On y retrouve des informations (« kno (...)

17Pour cerner de façon plus détaillée les types de représentations formées par l’application Kindara, nous procédons à l’analyse sociosémiotique de ses formes et de ses fonctions. Au niveau formel, l’application est composée d’un menu latéral et d’un menu horizontal qui se trouvent sous la page d’affichage (voir figure 1). Le menu latéral comporte 11 items regroupés sous trois groupes distincts. Le menu principal horizontal (voir figure 2) disponible lorsqu’on appuie sur « cycle » 15 propose cinq options, soit le calendrier, l’option d’édition (figure du crayon), la charte graphique des cycles, la communauté et l’option « Wink ». La première dirige vers les cycles menstruels enregistrés et c’est à cette page que nous nous intéressons particulièrement (voir figure 2). Cette option affiche le nombre de cycles inscrits depuis le début de l’utilisation, avec la date du début du cycle et sa durée.

Figure 1 : Capture d’écran du menu principal de l’application Kindara

Figure 1 : Capture d’écran du menu principal de l’application Kindara

Figure 2 : Capture d'écran d'une charte de l'application Kindara

Figure 2 : Capture d'écran d'une charte de l'application Kindara

Figure 3 : Logo Kindara récupéré sur Kindara.com

  • 16 Notons qu’entre le début de l’analyse et la publication de l’article, le logo de la compagnie a cha (...)
  • 17 Loin de représenter uniquement le féminin, la fleur, associée à une application de fertilité, serai (...)

18Cette page est surmontée du logo de Kindara (voir figure 3) qui représente une fleur avec ses pistils. Cette fleur symbolise la fertilité de la femme en plein déploiement16. Les courbes formées par les tiges qui entourent le pistil rappellent la forme de la vulve séparée en deux par l’entrée du vagin. Bien que généralement associé à la féminité, les fleurs seraient également des symboles de la reproduction hétérosexuelle. En effet, les termes employés pour décrire la reproduction sexuée des plantes sont calqués sur ceux référant à la sexualité des mammifères, reprenant les termes mâle et femelle pour qualifier leurs « organes »17. Dans la culture occidentale, la fleur symbolise la fragilité et l’équilibre de la nature. Cette association perpétue un rapport entre la fertilité de la femme et une nature déterminée qui dominerait sa position dans le monde. Ainsi, les images associées à la fertilité mettent en valeur la « nature » reproductive de la femme, participant à la reproduction de la surdétermination de son rôle reproductif au sein du social. En réitérant l'utilisation de la figure de la fleur comme symbole de fertilité, non seulement la figure féminine est associée à la fertilité, mais également à des rapports hétérosexuels.

19Malgré l’association entre fleur et féminin, il y a deux genres représentés dans ce logo floral, mais une orientation sexuelle y est dominante. Le rapport à la fertilité présenté à travers le logo de l’application se déroule au sein du contrat hétérosexuel où la production culturelle est normalement construite à partir des narratifs masculins (De Lauretis, 1987) et laisse peu de place à une reconfiguration des possibilités associées à un genre particulier. Le logo implique les deux genres que sont le masculin et le féminin dans leur singularité basée sur des attributs sexuels. Cette présentation se fonde sur leur différenciation plutôt que sur leur égalité dans la mesure où la construction du genre s’appuie sur une distinction reposant sur le sexe. Le terme « femme » ne fait de sens que dans un système de pensée et système économique hétérosexuel basé sur une différenciation entre deux genres (Wittig, 2013 [2001]). Et là repose toute la force des technologies de genre qui ne construisent pas seulement des représentations qui restent de l’ordre du symbolique, mais qui sont amenées à être absorbées subjectivement par les individus à qui elles sont adressées (De Lauretis, 1987).

  • 18 Kindara, op.cit.

20Enfin, la quatrième fonction de la page « Cycles », sert à communiquer avec les autres utilisatrices (voir figure 2). Elle est représentée par trois formes humaines aux légères courbes qui représentent des figures féminines. Les couleurs des graphiques varient dans les nuances du rose. Si le discours qui entoure l’application laisse entrevoir la possibilité d’implication des hommes dans le rôle reproductif, la construction graphique des signes présents dans l’application ne leur laisse aucune place. À l’instar des discours formés autour du contraceptif oral qui suggéraient une libération de la femme, la gestion de l’intime proposée par l’application semble encore être une sphère où la construction du genre se reproduit (Pateman, 1988), laissant aux femmes le soin de se préoccuper quotidiennement de ces questions. Si, avec l’application, les femmes peuvent « éduquer les hommes sur le sujet (traduction libre) »18, ceux-ci ne sont cependant pas impliqués directement dans le processus d’apprentissage.

21En sélectionnant un des cycles présentés à l’écran, on atteint un tableau représentant le cycle sous forme de calendrier (voir figure 2). Le tableau présente une grille traversée d’un diagramme à bandes où chacune des bandes représente le type de glaire cervicale inscrite dans l’application par l’utilisatrice qui évalue la quantité et la qualité selon une échelle de valeurs allant de « aqueux » à « menstruation » en passant par « blanc d’œuf », « crémeux », « collant » et « rien » (traductions libres). Les fluides indiquent à l’utilisatrice à quel moment de son cycle elle se situe. Le bas du tableau est marqué par un « P » qui dénote le jour de l’ovulation, suivi des chiffres 1 à 4 qui marquent les jours de fertilité présumés. Les données sont entrées sur un formulaire où l’utilisatrice doit inscrire sa température corporelle exacte, soit par l’entremise du thermomètre « Wink », qui transfère les données automatiquement dans l’application, ou soit manuellement, si un thermomètre traditionnel est utilisé. Le cœur marque un rapport sexuel hétérosexuel : plein s’il était protégé, vide si non. Plus précisément, le cœur représente une pénétration vaginale puisque la protection réfère à toute technique permettant d’éviter qu’un spermatozoïde ne féconde un ovule; sexe oral ou anal et rapports homosexuels sont donc exclus de sa signification. Le symbole du cœur, dans ce contexte, (re)produit donc l’idée du sexe comme nécessairement lié à la procréation.

22Il est également possible de laisser des notes personnalisées qui permettent de quantifier des informations personnelles tels que la prise de vitamine ou de café, l’apparition de crampes ou le type d’émotion éprouvée. Un calendrier avec les informations principales (jours de menstruations prévus et passés ainsi que les périodes d’ovulation) est accessible par le biais du menu horizontal. Si la pilule contraceptive a pu induire une certaine homogénéisation et une régulation de l’expérience des menstruations en les programmant pour qu’elles soient fixées sur un cycle de 28 jours (McLaren, 1990), la présentation des données souligne quant à elle la singularité de l’expérience de chaque femme. Les périodes d’ovulation ne sont pas figées à des moments particuliers, leur irrégularité est prise en compte.

23Au sein de l’application, le diagramme permet de visualiser des statistiques et offre une représentation simplifiée des états du corps. Cette forme d’organisation des données permet de saisir les tendances et les variations du cycle menstruel. L’utilisatrice se réfère ainsi à une norme établie par la collecte de ses propres données. Par la démultiplication des données, l’application cherche à présenter le corps objectivement et semble ainsi offrir tous les outils disponibles à la compréhension de soi. Il participe en cela au sentiment d’« empowerment » rationnel qui découle du contrôle de soi. La rationalisation du cycle menstruel par le biais de diagrammes passe par la quantification. Quantifier, c’est convenir, c’est ce qui permet de faire des comparaisons, de négocier, de coder et de faire sens (Desrosières, 2008, 39).

  • 19 GLOW,Glow First, Glowing, récupéré de https://glowing.com/glow_first, 2017.

24Ce type de représentation s’inscrit dans un mode de gouvernance où la responsabilité implique un devoir de rendre des comptes et d’évaluer les résultats et les performances (Desrosières, 2008). La quantification est un des outils d’intégration des logiques de performances du marché qui s’est étendue avec la popularisation des outils de management dans une panoplie de sphères de la vie (Dardot et Laval, 2010). Quantifier le cycle de fertilité, en le rendant comparable, implique un rapport au « corps-projet » présenté sous la forme de rendement prédictible. Celui-ci devrait alors obéir aux lois du monde entrepreneurial en performant selon des objectifs établis. Ainsi, il n’est pas incongru de voir apparaître des techniques de marketing telles que celle de l’application de gestion de fertilité Glow qui propose d’aider à financer les traitements de fertilité si l’utilisation de leur charte ne mène pas à la conception d’un enfant après dix mois19. Les catégories numériques et statistiques représentant le monde contribuent à la formation de subjectivités particulières qui impliquent des transformations qui vont au-delà de la simple représentation. Sous l’angle de la quantification, le corps devrait se plier à la performance attendue. L’application Kindara reconduit une logique de contrôle qui affecte les utilisatrices dans leur rapport à leur propre fertilité.

25Le diagramme adjoint au calendrier consacre quant à lui la préoccupation quotidienne que doit être la fertilité pour la femme. Chaque matin lors de la prise de la température, les rôles définis par le sexe sont reproduits dans un rituel journalier qui lui rappelle qu’elle est porteuse de la fertilité et qu’elle doit donc en être la responsable. L’implication du partenaire ne se fait alors que par la mise en visibilité du corps de la femme à travers l’outil de visualisation des cycles menstruels. Cette mise en visibilité du cycle menstruel réitère la propension du corps de la femme à être considéré comme « objet à être regardé » et surveillé. La gestation est un moment où le corps des femmes est connu pour être particulièrement soumis à la surveillance. Ce corps est un corps public (Longhurst, 2005) momentanément ouvert aux regards scrutateurs et aux jugements. Il est possible de commenter son poids, sa taille, sa forme, ce qui y entre, ce qui en sort, la façon dont il bouge, la quantité d’exercice qu’on lui fait faire, etc. Ce moment qui représente le comble de la féminité est aussi le paroxysme de l’objet régulé, à réguler et à discipliner (Cummins, 2014). Avec les technologies de quantification des cycles menstruels, la période de surveillance s’étend à toutes les phases de la fertilité, incluant la contraception. Ce n’est plus seulement le moment de la grossesse qui est ouvert aux regards, mais celui qui y mènera. Le moyen qui est mis à disponibilité du conjoint (dans le cas d’une relation hétérosexuelle) pour s’impliquer dans la contraception ou dans la conception participe à la mise en visibilité du corps des femmes et devient un rappel constant de l’identité reproductive des femmes. En comparaison, les hommes n’ont à envisager leur force reproductive qu’au moment de leur possible réalisation.

26Pour les femmes entretenant des relations hétérosexuelles et qui choisissent la méthode symptothermique accompagnée d’applications de quantification, le rappel de leur état biologique est constant et contribue à former leur identité sociale. La capacité reproductrice des femmes vient à être conçue comme un caractère ou une identité et non comme une fonction ou une force comme pour les hommes. Une contradiction s’établit entre ce caractère « naturel », qui est reconduit par l’application, et l’incitatif à le prendre en charge rationnellement. L’idéal d’« empowerment » propagé par le discours de Kindara produit une forme de subjectivité féminine porteuse de contradictions. En véhiculant l’idée d’une identité liée à une reproduction qui devrait pouvoir se plier aux désirs de l’utilisatrice, l’application — qui semble produire un savoir objectif sur la fertilité — fait abstraction de la réalité matérielle du corps qui ne se plie pas nécessairement à la volonté de l’esprit.

Entraide et impuissance

  • 20 La quantité de publications et d’échanges étant très nombreux, nous avons choisi, dans le cadre de (...)

27Le partage d’informations entre utilisateur.ice.s permis par internet est désormais une forme primordiale de formation du savoir sur la santé des populations (Ybarra et Suman, 2008). Les résultats de l’observation participante à laquelle nous avons pris part exposent une facette des dynamiques de partage ayant court sur l’application Kindara. Dans le contexte de la recherche, nous avons créé un compte sur l’application et avons produit des chartes de fertilité selon notre propre cycle menstruel durant environ trois mois, ce qui nous a mené à visiter l’application tous les jours durant cette période. Nous avons observé les échanges ayant lieu sur le réseau social de l’application et avons nous-mêmes partagé des chartes, posé quelques questions et pris part à certains échanges sur des sujets touchant la contraception. Cependant, les messages provenant des femmes désirant concevoir un enfant nous ont semblé plus pertinents dans le cadre de notre analyse, leur contenu étant souvent très riche et moins « technique » que celui des conversation marquées par le mot-clic « TTA [trying to avoid] »». Nous avons donc sélectionnées les conversations liées au mot-clic « TTC [trying to conceive] »)» s’étant déroulées entre le 17 avril et le 17 juin 201620. Sur cette page déroulante, nommée « communauté », sont classées les publications, des plus récentes aux plus anciennes. Les utilisatrices doivent partager une image de la charte de leur cycle de fertilité du mois en y adjoignant des mots-clics. On y retrouve toujours leur âge, leur objectif (« TTA [trying to avoid] » ou « TTC [trying to conceive] ») qui est présélectionné par l’application selon les informations qu’elles y ont précédemment inscrites. Kindara propose également une série de  mots-clics concernant le sujet de leur requête (« aide », « la pilule », « ovulation », « arrêt de la pilule », « grossesse », « premier bébé » [traductions libres], etc.) et leur état ou l’expression de leurs sentiments (« frustrée », « espoir », « confuse », « cycle long », « hypothyroïdie » [traductions libres], etc.). Les acronymes nombreux tels que TTA, TTC, BBT et les termes spécialisés tels « périménopause », « mirena » ou « préovulation » demandent un certain langage d’initiée. Après quelques semaines d’observation, aucun homme n’a semblé partager d’informations, bien qu’ils puissent être lecteurs de la plateforme.

28Quand les utilisatrices partagent leur charte, c’est généralement pour envoyer un commentaire par rapport à leur situation ou pour poser une question. Les mots-clics sont presque toujours présents. Il est impossible de publier un message sur le groupe de discussion sans publier la charte du cycle de fertilité. La notion de partage va donc de pair avec une exposition de soi. Les chartes des utilisatrices sont très différentes les unes des autres, dépendant du type et de la constance de la prise de données. Certaines d’entre elles inscrivent seulement leur température corporelle même si la plupart utilisent le double système des glaires cervicales alliées à la température. Plusieurs d’entre elles ont ajouté des signes et des états particuliers à observer et à suivre : la prise de vitamine, les douleurs (migraines, crampes, douleurs mammaires) et les humeurs sont des catégories qui reviennent régulièrement. Le nombre de relations sexuelles hétérosexuelles enregistrées (marqué par les petits cœurs) ainsi que tous les détails des catégories de quantification personnalisées sont disponibles au regard des autres. La publication implique des détails intimes qui vont au-delà du cycle menstruel, qui se retrouvent donc « publics », masqués seulement par un pseudonyme auquel il est possible d’adjoindre une image.

  • 21 KINDARA, company#movement, Kindara, 2016, récupéré de https://www.kindara.com/company#movement

29Les employé.e.s de Kindara publient des messages sur la plateforme d’échange de l’application, mais aucun conseil provenant d’une expertise professionnelle médicale ne s’y retrouve. Même la fonction « Connaissances de base » du menu latéral ne réfère pas à des conseils d’un.e expert.e du domaine de la santé. La charte est basée sur les recommandations du « Fertility Awareness Center » et d’endocrinologues (spécialistes des hormones, de leurs fonctionnement et dérèglement)21, mais ne réfère pas directement à leur expertise. Elle présente directement les résultats et prend en charge de les expliquer aux utilisatrices sans passer par la référence aux experts. Un changement de paradigme, qui s’inscrit dans la dépossession partielle pour les professionnels de la santé de leur mainmise sur les informations concernant la santé reproductive, s’opère. Alors que la pilule, l’avortement et les autres formes de contraception doivent passer par le médecin, soulevant des inquiétudes face aux types de contrôle qui sont alors entre leurs mains (McLaren, 1990), la contraception qui repose sur l’utilisation de l’application Kindara permet de contourner le contrôle du corps des femmes par ce type d’autorité médicale. Comme nous l’avons souligné plus haut, la technologie produira cependant aussi un savoir qui n’est pas exempt des relations de pouvoir liées au genre et à des formes de contrôle moins directes.

30Ainsi, les échanges d’informations sont abondants entre les utilisatrices qui se posent des questions et qui obtiennent, la plupart du temps, des réponses qui s’échelonnent sur un ou plusieurs échanges. Cette communauté est assez active, des messages (accompagnés de la charte) sont publiés à des intervalles de moins de cinq minutes durant la journée, selon mon observation et ma participation échelonnées sur une période de temps restreinte. Kindara rend d’ailleurs disponibles les réponses des autres utilisatrices à un sondage. Sur 4285 réponses à la question « où avez vous acquis le plus de connaissance à propos de votre santé sexuelle? » (traduction libre), la majeure partie a sélectionné « Internet ». S’il est impossible d’en conclure qu’internet constitue la source d’information principale pour les femmes en général, il semble cependant que celles qui utilisent des applications de gestion de la fertilité, selon ce sondage, comptent essentiellement sur cet outil avec, loin derrière, les ami.e.s. Ces réponses correspondent aux nouvelles formes de diffusion du savoir sur la santé qui se développent depuis quelques années avec le partage d’informations en ligne (Clarke et al., 2003).

31Ce genre d’application apporte effectivement un complément ou même la majeure partie du savoir et de la compréhension que les utilisatrices forment sur leur propre santé sexuelle. Les professionnel.le.s de la santé et les autorités médicales, en tant que médiateurs d’un savoir sur la fertilité, sont donc contournés et remplacés (et/ou complétés) par une communauté qui partage des préoccupations communes. Sur la plateforme, des pratiques comme le coït interrompu sont recommandées, alors que ce moyen de contraception n’est pas conseillé par les spécialistes de la santé. Le rapport de l’Institut national de santé publique du Québec qualifie d’ailleurs « d’inquiétant » le fait que la proportion de d’utilisation de cette méthode parmi toutes les méthodes existantes au Québec s'élève à 11 % (INSPQ, 2011). En ce sens, les normes et les formes de représentations que cette plateforme offre contribuent à façonner une interprétation alternative des cycles menstruels et des pratiques sexuelles et contraceptives.

32Si la communauté occupe une place importante au sein de l’application, il n’est pas directement possible de partager sa charte avec une autre utilisatrice ou un.e ami.e utilisant l’application sans que cela soit public, bien qu’il soit éventuellement possible de le faire par le biais d’une capture d’écran ou par courriel. Il est également impossible de communiquer directement avec les autres utilisatrices. Les relations se passent toutes à un niveau « public » par l’entremise de la page de communauté. Les rapports de proximité ne sont pas mis de l’avant. C’est donc un double mouvement d’autosurveillance et d’invitation à la surveillance par les pair.e.s qui s’établit. La production du corps en objet de savoir n’est pas destinée au regard du spécialiste, mais est ouverte à une communauté dont la femme qui partage ses données fait partie. Ce renversement du regard de la surveillance mériterait d’être exploré davantage dans son implication dans la formation du genre, car nous avons plutôt choisi d’ouvrir une brèche à travers l’observation de conversations portant sur les sentiments négatifs exprimés par les utilisatrices tentant de concevoir un enfant au sein de la communauté Kindara.

  • 22 «Cycle 4 and still don’t think I’m seeing ovulation anywhere on my chart. Super long cycle as well (...)

33Par notre observation participante, nous avons remarqué que beaucoup d’utilisatrices qui sont en période de tentative de conception (marqué par le mot-clic TTC [« trying to conceive »]) utilisent les mots-clics « frustrée », « confuse », « seule » et « pleine d’espoir » (traduction libre). Ceux-ci sont régulièrement accompagnés de messages de découragement, d’impuissance ou d’appel à l’aide : « Cycle 4 et je ne pense toujours pas voir l’ovulation nulle part sur ma charte. Super long cycle aussi. J’espère vraiment que mon corps se régulera bientôt. Je commence à être découragée », « J’ai réalisé qu’obséder sur ma charte n’est surement pas santé! […] », « Trop de pleurs et de tests négatifs. Je n’ai toujours aucune idée pourquoi mes règles étaient deux semaines en retard sans bébé :’( :’( » (traduction libre)22. Les utilisatrices partagent ainsi leurs sentiments face à l’échec de la fécondation, cherchant un certain réconfort ou l’expérience des autres utilisatrices. Comme nous l’avons mentionné plus haut, la forme de rationalisation du corps par le biais de la quantification implique des logiques rationnelle et entrepreneuriale où le corps devient projet d’anticipation, mais devient alors « faillible », tel un objet qui ne répond pas aux attentes de sa conception. L’application s’impose à la fois en lieu de recherche de soutien, mais également en une forme de réitération de la procréation en termes d’échec ou de réussite.

  • 23 « Get pregnant faster […], better understand your body with the world most powerful and useful fert (...)
  • 24 « Our mission is to empower women by providing the tools and knowledge they need to live their best (...)

34La logique sous-tendant les technologies de quantification implique que l’augmentation de la quantité d’informations permettrait d’opérer une maîtrise du corps par la prédiction et l’anticipation (Lavoie-Moore, 2015). L’application est donc présentée comme une solution favorisant le contrôle de ce « corps-projet », car elle favoriserait une emprise sur le corps par le biais du savoir rationnel : « Tombez enceinte plus rapidement […], comprenez mieux votre corps avec le système de charte de fertilité le plus puissant et le plus pratique au monde (traduction libre »23. Ce genre de discours est intimement lié au discours d’« empowerment » par la connaissance de soi qui est propagé à travers l’application Kindara : « Notre mission est d’ « empower » les femmes en leur fournissant les outils et les connaissances nécessaires à mieux vivre leur vie et optimiser leur santé (traduction libre)24». L’information devrait mener à la réussite du « projet bébé ». Cependant, lorsque le corps échappe à la domination de l’esprit et de la volonté, une partie de l’idéologie liée au contrôle de soi et à l’autodétermination est alors mise à l’épreuve. La distance qui sépare l’idéal à atteindre de la réalité matérielle sape le canon de réalisation de soi associée à l’autocontrôle. Cette forme de rationalité appliquée à la force de reproduction relègue le sujet féminin à une position d’envahissement par le monde plutôt qu’à celle de l’idéal contemporain d’un individu qui domine par sa volonté.

  • 25 « Help. What can i do more ? I want to get pregnant. It’s been 8 months. »

35L’échec de la construction de l’identité féminine par la conception engendre parfois un sentiment d’impuissance et de désorientation auquel les applications de gestion de la fertilité participent en incarnant et répandant l’idéal de rationalité qui accompagne l’autocontrôle, soulignant ainsi l’échec individuel à atteindre le bonheur promis. Le « projet bébé » porté par les femmes, s’il n’est pas réalisable dans les temps voulus, devient un échec personnel marqué quotidiennement par l’application : « Aidez-moi. Que puis-je faire de plus ? Je veux tomber enceinte. Ça fait déjà 8 mois. » (traduction libre d’une citation récupérée sur la plateforme de la communauté)25. Les formes idéologiques qui sous-tendent la formation de cette conception de la fécondation comme réussite ou échec se situent au croisement de celles de l’économie politique néolibérale et de celles des technologies de genre qui réitèrent des formes d’association entre identité, fertilité et réalisation de soi. La pression est reconduite par une (re) production du genre qui s’appuie sur une forme de représentation des femmes libérées des déterminations biologiques et qui s’émanciperaient par le choix et le contrôle. C’est cette conception de la prise de pouvoir sur soi par l’information que l’« empowerment informationnel » désigne.

Conclusion

36À la suite de l’analyse de l’application Kindara, il apparaît que le discours de l’« empowerment » qui entoure la technologie de gestion de la fertilité n’est pas une émancipation sans équivoque des formes de pouvoir associées à la fertilité des femmes. Nous considérons l’application pour téléphone intelligent Kindara comme une technologie de genre dans la mesure où elle contribue de différentes façons à (re)produire des catégories de genre binaires qui s’inscrivent dans un narratif hétérosexuel. La fertilité y reste une tâche qui constitue le sujet femme et qui lui est dévolue. Historiquement, la sphère de l’intime est considérée comme étant de l’apanage des femmes, reléguant la contraception à être une « affaire de femmes ». Avec les applications, la responsabilité de la reproduction demeure une fonction marquante pour les femmes qui doivent s’en préoccuper quotidiennement par le biais de pratiques d’autosurveillance et d’autocontrôle. Bien que notre observation participante ne nous ait pas fourni des données nous permettant de discuter de tels cas, certains aspects de ces conclusions pourraient se révéler être différents lors de l’utilisation de ces applications par des couples homosexuels désirant concevoir un enfant. Il pourrait se révéler intéressant de comprendre comment les catégories binaires promues par l’application sont réappropriées par ceux-ci.

37Autrement, certaines possibilités de négociation du pouvoir semblent s’ouvrir à travers la technologie en formant une distanciation entre les rapports des femmes à la fertilité et l’autorité médicale. En passant par l’application, les utilisatrices s’éloignent des technologies pharmaceutiques telles que la contraception orale et les aides à la procréation médicale. Sans hormones, l’expérience homogénéisée d’un cycle de 28 jours laisse place à la spécificité du corps de chaque femme. Le partage des informations participe à une distanciation du regard externe de l’expert en palliant un manque d’information et en formant de nouvelles formes de solidarité. Le savoir produit bâtit une conception particulière du corps des femmes qui participe à former des contradictions par rapport à ce qui est attendu d’elles.

38Cette technologie de genre perpétue une association entre fertilité et féminité où l’autosurveillance et la surveillance par les pairs jouent un rôle important. Ces pratiques sous-tendues par un idéal d’émancipation par le contrôle sur soi s’inscrivent dans un « empowerment informationnel » encensé au sein des technologies de quantification. Au sein de Kindara, le corps et la fertilité deviennent des projets entrepreneuriaux dont les femmes sont les uniques responsables. Le corps mis en visibilité y est présenté dans sa possibilité à être maîtrisé rationnellement. L’idéal féminin de la réalisation de soi par la conception qui y est également promu pourrait donc être accompli grâce au contrôle informationnel permis par Kindara. Ces représentations ont des effets sur les affects des utilisatrices qui ne parviennent pas à concevoir d’enfants dans les temps voulu et doivent alors renoncer au bonheur « salutaire » de la maternité.

39Dans ce contexte, être femme, c’est aussi se frapper à un corps irrationnel et défaillant. Le dictat de la reproduction est exacerbé par celui du contrôle informationnel du corps-projet. Lorsqu’une femme ayant volontairement choisi d’avoir un enfant n’y parvient pas, elle connaît un double échec : elle se distancie autant de l’idéal d’identité reproductive associée à son genre que de celui de l’individu contemporain autonome ayant une emprise sur soi. Si l’information associée à la fertilité n’est plus un tabou, comme au temps de la loi Comstock, sa diffusion n’est pas nécessairement gage d’émancipation.

Haut de page

Bibliographie

BEER David, « Productive measures: Culture and measurement in the context of everyday neoliberalism », Big Data & Society, 2, 1, 2015, pp. 1-12.

BORDO Susan R., « The Body and the Reproduction of Feminity : A Feminist Appropriation of Foucault », in Gender/body/knowledge: feminist reconstructions of being and knowing, JAGGAR JAGGAR Alison M., BORDO Susan R. (dir), New Brunswick, NJ, Rutgers University Press, 1989, pp. 13-33.

CLARKE Adele E., SHIM Janet K., MAMO Laura, FOSKET Jennifer, FISHMAN Ruth, « Biomedicalization : Technoscientific Transformations of Health, Illness, and U.S Biomedicine », American Sociological Review, 68, 2, 2003, pp. 161–94.

CRAWFORD Kim, LINGEL Jesse, KARPPI Tero, « Our metrics, ourselves: A hundred years of self-tracking from the weight scale to the wrist wearable device », European Journal of Cultural Studies, 18, 4–5, 2015, pp. 479–496.

CUMMINS Molly Wiant., « Reproductive Surveillance : The making of pregnant docile bodies », Kaleidoscope: A Graduate Journal of Qualitative Communication Research, 14, 2014. Récupéré de : http://opensiuc.lib.siu.edu/kaleidoscope/vol13/iss1/4

DARDOT Pierre, LAVAL Christian, « Néolibéralisme et Subjectivation Capitaliste », Cités, 41, 1, 2010, pp. 35–50.

DE LAURETIS Teresa, Technologies of Gender - Essays on Theory, Film, and Fiction, Blommington et Indianapolis, Indiana University Press, 1987.

DE SINGLY François, Fortune et infortune de la femme mariée : sociologie des effets de la vie conjugale, Paris, Presses universitaires de France, 2004.

DESROSIERES Alain, Gouverner par les nombres : L’argument statistique II, Paris, Presses des Mines, 2008.

FRENCH Martin, SMITH Gavin, « “Health” Surveillance : New Modes of Monitoring Bodies, Populations, and Polities », Critical Public Health, 23, 4, 2013, pp. 383–92.

FOUCAULT Michel, Histoire de la sexualité (Tome 1) — La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 2014 (1976).

FRASER Nancy, Unruly practices : Power, discourse, and gender in contemporary social theory, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1989.

GUILLAUMIN Colette, Sexe, race et pratique du pouvoir : l’idée de nature, Paris, Côté-femmes, 1992.

HACHE Emilie, « La Responsabilité, Une Technique de Gouvernementalité Néolibérale ? » Raisons Politiques, 28, 4, 2007, pp. 49–65.

HOROWITZ Helen Lefkowitz, Rereading sex: Battles over sexual knowledge and suppression in nineteenth-century America, New York, Knopf, 2002.

INSTITUT NATIONAL DE LA SANTE PUBLIQUE DU QUEBEC, « Portrait des ordonnances collectives de contraception hormonale adoptées au Québec », Rapport collectif, Québec, 2011, https://www.inspq.qc.ca/pdf/publications/1366_PortraitOrdonnCollecContraHormo.pdf

JONAS Irène, L’individu auto-déterminé : anatomie du nouveau caractère social, Paris, Éditions L’Harmattan, 2003.

LAVOIE-MOORE Myriam, « La quantification des habitudes et du corps : les mhealth comme technologie politique du corps », Commposite, 18, 1, 2015, pp. 5 – 38.

LEVIN David, « MHealth: Promise and Pitfalls », Frontiers of Health Services Management, 29, 2, 2012, pp. 33–55.

LONGHURST Robyn, Maternities: Gender, Bodies and Space, New York, Routledge, 2005.

LÖWY Ilana, L’Emprise du genre. Masculinité, féminité, inégalité, Paris, La Dispute, 2006.

LUPTON Deborah, « Quantified Sex: A Critical Analysis of Sexual and Reproductive Self-Tracking Using Apps », Culture, Health & Sexuality, 2014, pp. 1–14.

MCLAREN Angus, A history of contraception: from antiquity to the present day, Brésil, Blackwell, 1990.

MCROBBIE Angela, Postmodernism and popular culture, Londres et New York, Psychology Press, 1994.

MOORE Phoebe, ROBINSON Andrew, « The Quantified Self: What Counts in the Neoliberal Workplace », New Media & Society, 18, 11, 2015, pp. 1–19.

PARAZELLI Michel, « L’empowerment », Nouvelles Pratiques Sociales, 19, 2, 2007, pp. 1–12.

PASQUALE Frank, The Black Box Society, Cambridge, Harvard University Press, 2015.

PATEMAN Carole, Sexual contract, Cambridge, Polity Press et Stanford, Stanford University Press, 2007 (1988).

RUCKENSTEIN Minna, PANTZAR Mika, « Beyond the Quantified Self: Thematic Exploration of a Dataistic Paradigm », New Media & Society, 19, 3, 2015, pp. 1–18.

SPICHIGER Rodolphe-Edouard, SAVOLAINEN Vincent V., FIGEAT Murielle, JEANMONOD Daniel, Botanique Systématique Des Plantes À Fleurs : Une Approche Phylogénétique Nouvelle Des Angiospermes Des Régions Tempérées et Tropicales, Paris, PPUR presses polytechniques et universitaires romandes, 2002.

VAN LEEUWEN Theo, Introducing Social Semiotics, New York, Routledge, 2005.

WITTIG Monique, La pensée straight, Paris, Éditions Amsterdam, 2013 (2001).

YBARRA Michele, SUMAN Michael, « Reasons, Assessments and Actions Taken: Sex and Age Differences in Uses of Internet Health Information », Health Education Research, 23, 3, 2008, pp. 512–21.

Haut de page

Notes

1 PAI Aditi, « Five digital health tools for tracking fertility », Mobilehealthnews, 2014. Récupéré de http://mobihealthnews.com/30449/five-digital-health-tools-for-tracking-fertility

2 Les termes utilisés par les utilisatrices de Kindara sont « Trying to conceive » (qui signifie Essayer de concevoir) et « Trying to avoid » (qui signifie Essayer d’éviter la conception), abrégées par les acronymes TTC et TTA.

3 Pourtant, l’augmentation des rapports sexuels hors mariage aurait débutée dès les années 50 (McLaren, 1990).

4 La traduction de ce terme est posée comme très difficile par plusieurs chercheur.euse.s (Parazelli, 2007), nous utiliserons donc le terme anglophone tout le long du texte.

5 La suite du texte permettra d’étayer cette affirmation.

6 Pai, Op. Cit.

7 Ce dernier point vise particulièrement les intellectuels déconstructivistes de son époque qui ne s’intéressaient pas particulièrement à la question du genre.

8 WEIGEL Moira, « The fitbit for your period : the rise of fertility tracking», The Guardian, 2016. Récupéré de https://www.theguardian.com/technology/2016/mar/23/fitbit-for-your-period-the-rise-of-fertility-tracking?CMP=fb_gu

9 « We were all about making this tool to empower women. » (Ibid.)

10 KINDARA, Home, 2016, récupéré de https://www.kindara.com/home

11 « We are uniting passionate, health minded people who support using an understanding of human fertility as a tool to change the world. By joining the movement, you will spread the word to women about the basic principles of their cycles that all women should know but have never been taught. You will educate men about this topic, helping to enrich their understanding and appreciation of the feminine. You will cause social norms to bend and progress »

12 Weigel, Op. cit.

13 Cette « discrétion » est commune dans le monde des nouvelles technologies que l’auteur Pasquale qualifie de modèles Black box (Pasquale, 2015).

14 « Kindara makes revenue by selling devices and eventually through other avenues. ». Tiré de ANGEL.CO, Kindara, https://angel.co/kindara, 2016.

15 Les autres pages mènent à des sites externes à l’application. On y retrouve des informations (« knowledge base », de la vente (« shop » et « Get Wink »), les options, les supports techniques, les options de partage, les liens vers le blog du site et le bouton de déconnexion.

16 Notons qu’entre le début de l’analyse et la publication de l’article, le logo de la compagnie a changé pour une forme plus géométrique. L’analyse nous semble cependant toujours pertinente, car elle nous permet de soulever des enjeux qui sont inhérents à l’utilisation de l’application et qui restent les mêmes malgré le changement de logo. Par exemple, les enjeux de différenciation sexuelle restent bien présents au sein de l’application.

17 Loin de représenter uniquement le féminin, la fleur, associée à une application de fertilité, serait aussi le symbole de la reproduction hétérosexuée En ce sens, la fleur comporte par exemple des organes reproducteurs qualifiés de « mâles » (Spichiger et al. 2002).

18 Kindara, op.cit.

19 GLOW,Glow First, Glowing, récupéré de https://glowing.com/glow_first, 2017.

20 La quantité de publications et d’échanges étant très nombreux, nous avons choisi, dans le cadre de cette étude, de ne pas les enregistrer tous et de procéder à l’aide d’exemples typiques de nos observations.

21 KINDARA, company#movement, Kindara, 2016, récupéré de https://www.kindara.com/company#movement

22 «Cycle 4 and still don’t think I’m seeing ovulation anywhere on my chart. Super long cycle as well. Really hoping my body evens out soon starting to feel discouraged», «I came to realize that obsessing about my chart probably wasn’t healthy! […]», «Too many tears and negative tests. Still have no idea how my period was 2 weeks late with no baby :’( :’(». Les citations sont tirées du réseau social disponible sur l’application de Kindara.

23 « Get pregnant faster […], better understand your body with the world most powerful and useful fertility charting system. »

24 « Our mission is to empower women by providing the tools and knowledge they need to live their best lives and optimize their health. »

25 « Help. What can i do more ? I want to get pregnant. It’s been 8 months. »

Haut de page

Table des illustrations

URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3971/img-1.png
Fichier image/png, 40k
Titre Figure 1 : Capture d’écran du menu principal de l’application Kindara
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3971/img-2.png
Fichier image/png, 35k
Titre Figure 2 : Capture d'écran d'une charte de l'application Kindara
URL http://gss.revues.org/docannexe/image/3971/img-3.png
Fichier image/png, 17k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Lavoie-Moore, « « Trying to avoid », « trying to conceive » : (re)produire une féminité contradictoire par la quantification  », Genre, sexualité & société [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://gss.revues.org/3971 ; DOI : 10.4000/gss.3971

Haut de page

Auteur

Myriam Lavoie-Moore

Candidate au doctorat en communication, Université du Québec à Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org