Navigation – Plan du site
Dossier
Articles

L’adultère à l’ère numérique : Une discussion sur la non/monogamie et le développement des technologies numériques à partir du cas Ashley Madison

Adultery in the Digital Era: A discussion about non/monogamy and digital technologies based on the website Ashley Madison
Nathan Rambukkana et Maude Gauthier

Résumés

Cet entretien avec Nathan Rambukkana se penche sur la question des intimités numériques à partir de l’étude d’un cas, celui du site internet « d’infidélité » Ashley Madison. L’entretien fait référence aux idées développées dans son livre Fraught Intimacies, qui explore la médiation de non-monogamies (c’est-à-dire les manières dont les non-monogamies sont représentées et discutées dans l’espace public), et à ses travaux de réflexion actuels sur les intimités numériques, incluant notamment un intérêt pour l’infidélité « par » avatars. L’infidélité, l’hétéronormativité et la non/monogamie sont au cœur de l’article, tout comme les transformations amenées par le numérique. L’entretien aborde ces transformations en rapport avec une industrie de l’adultère, et pose la question de la surveillance, du dévoilement et du piratage de données dans le contexte numérique. Il aborde aussi la manière dont ces développements affectent les vies humaines.

Haut de page

Texte intégral

1Il s’agit d’un entretien avec Nathan Rambukkana, réalisé par Maude Gauthier.

2Nathan Rambukkana est un chercheur canadien spécialisé dans les questions d’intimité, des médias et des technologies. Son travail se situe à la rencontre des champs de la communication et des études culturelles (Cultural Studies) et s’inspire des études féministes, queer, postcoloniales, anti-racistes, tout comme de la sémiotique, des théories de l’affect et de la psychanalyse. Il est professeur adjoint en communication à la Wilfrid Laurier University à Waterloo, Ontario (Canada). Il a publié de nombreux articles, ainsi que le livre Fraught Intimacies : Non/Monogamy in the Public Sphere (2015a). Dernièrement, il se penche sur l’histoire des intimités numériques, incluant un intérêt pour l’infidélité « par » avatars (par exemple, l’infidélité virtuelle ou entre un humain et une machine), les hashtags activistes, et la relation entre le numérique et le sens du toucher. Ses travaux contribuent aux études critiques de l’intimité, un champ émergent entretenant des liens forts avec les études queer. Ils influencent les enjeux sociaux et politiques qui y sont abordés, notamment la relation entre l’intimité et le privilège dans un système de non/monogamie, analysée d’un point de vue intersectionnel.

3L’entretien fait référence aux idées développées dans son livre Fraught Intimacies, qui explore l’idée d’un système de non/monogamie et analyse la médiation de formes spécifiques de non-monogamies (adultère, polyamour, polygamie) dans les discours médiatiques. Rambukkana analyse comment cette médiation soumet les discours sur la non/monogamie à un examen sociétal et procède à leur transformation. Le concept de médiation désigne l’acte de mettre en discours, en images, de représenter, de discuter ou débattre d’un phénomène, et ce faisant, de le transformer, d’en orienter la signification, d’affecter la manière dont il est perçu et vécu. Le site internet Ashley Madison constitue le point de départ de l’entretien. Ce site fait l’objet d’une analyse d’un chapitre de son ouvrage sur l’industrie de l’adultère. Il est publicisé comme étant un site destiné aux personnes mariées ou en couple dont l’objectif est de « tromper » leur partenaire lors de rencontres « discrètes ». Ce site s’est retrouvé au cœur d’un scandale international en 2015 lorsque des pirates informatiques ont dévoilé les informations personnelles de ses clients (noms, coordonnées, etc.). Il permet d’interroger les transformations contemporaines de l’intimité.

4MG : Nous réalisons cette entrevue pour un dossier qui s’inscrit dans les approches queer et féministes, des approches qui cherchent à ébranler les conceptions traditionnelles de l’intimité. Il semble donc tout indiqué de commencer par aborder le rapport entre l’hétéronormativité, la monogamie et l’adultère. Dans tes écrits sur l’intimité, la sexualité et la non-monogamie, tout spécialement dans le livre Fraught Intimacies, tu t’es penché sur l’adultère. Tu mentionnes en quoi l’adultère est une pratique subversive qui repose sur la monogamie ; il s’agit d’une forme d’intimité non-monogame contenue dans l’hétéronormativité. Tu mentionnes également comment les sites web comme Ashley Madison participent d’une industrie de l’adultère. Pour commencer, peux-tu nous résumer tes pensées au sujet de l’hétéronormativité et de l’adultère ? Comment cette logique hétéronormative (incluant, par exemple, le fait que l’adultère soit tabou ou mal vu) permet-elle à des pratiques commerciales, à une industrie, de se mettre en place ?

5NR : Quand je travaillais sur ma thèse, j’ai entendu cette expression, « l’industrie de l’adultère » (the adultury industry) à plusieurs reprises : dans les journaux, dans des épisodes d’émissions télévisées sur des chaînes comme SexTV et, notamment, dans les publicités d’Ashley Madison. Au début des années 2000, alors que je commençais à réfléchir et à préparer mon sujet de thèse, Ashley Madison est arrivé sur la scène avec des publicités imprimées, des publi-reportages et en participant à des émissions de variété. Ses PDG successifs ont toujours maintenu qu’ils sont des hommes d’affaires fournissant un service, profitant d’un marché qui a toujours été déjà-là.

  • 1 Les données dorsales (backend data) sont des données accessibles indirectement à travers une applic (...)

6Ma théorisation de l’industrie de l’adultère reprend cette affirmation et tente de l’interroger en utilisant une extension des travaux de Horkheimer et Adorno (2002) sur l’industrie culturelle. Il n’y a pas à douter qu’il y ait un marché. Non seulement il y en a un pour des services comme ceux d’Ashley Madison et d’autres sites comme AlibiNetwork, qui fournit aux gens de faux alibis pour les aider à camoufler leurs infidélités, mais il y en a même un pour des livres d’aide personnelle (self-help) qui enseignent comment mieux tromper son partenaire. Par exemple, on peut penser au livre de Judith Brandt intitulé The 50-Mile Rule : Your Guide to Infidelity and Extramarital Etiquette (2002). Il y a aussi des livres universitaires qui justifient l’adultère, tel que celui de Laura Kipnis, Against Love : A Polemic (2003), et celui de la sexologue Dr. Eve, Cyber Infidelity : The New Seduction (2015a) qui a été partiellement publié en partenariat avec Ashley Madison et en utilisant une partie de leurs données dorsales1 (dont il semble aujourd’hui qu’elles soient partiellement trompeuses). Tout cela – services pour l’adultère, guides pratiques (how-to), livres universitaires, films et romans, intrigues articulées autour d’une aventure à la télévision – et à l’inverse, un nombre équivalent de produits culturels contre l’adultère, des livres d’aide personnelle pour aider les gens à coincer un partenaire infidèle, aux thérapies de couple, aux enquêtes et détectives privé – nourrit cette industrie de l’adultère. Et la question que je pose est : qu’est-ce que toute cette médiation fait ? Est-ce évident, transparent, est-ce que cela remplit un besoin sociétal, tel que le prétend l’ancien directeur général d’Ashley Madison Noel Bidderman ? Ou bien est-ce auto-réalisateur, est-ce que cela crée une demande ? Est-ce que l’insertion d’une médiation grandissante de l’adultère dans la société de masse affecte nos vies intimes de manières particulières ?

7C’est pourquoi je reviens à l’hétéronormativité. Si on compare l’adultère à d’autres formes de non-monogamie (et je dirais que c’est la forme de non-monogamie la plus pratiquée qui soit), c’est la seule sorte de non-monogamie qui fonctionne confortablement à l’intérieur des logiques et du cadre de l’hétéronormativité. C’est tabou, comme tu le dis dans ta question, mais c’est aussi partout, dans chaque histoire ou presque ; c’est culturellement lisible, compréhensible, décryptable ; cela brise les règles mais non les limites ; c’est aussi banal que cela puisse être, tout en évoquant quelque chose de plus : « l’aventure ». C’est de la non-monogamie domestiquée, une non-monogamie qui a le pouvoir de briser les relations monogames prises individuellement, mais qui ne déconstruit pas la monogamie en elle-même, contrairement au polyamour, à la polygamie ou même au célibat.

8MG : Le site Ashley Madison, les discours qui l’entourent et la médiatisation du piratage rendent visibles certains « problèmes » de la conception contemporaine du couple, caractérisée par l’idéal de l’amour romantique (confiance, fidélité, etc.). Comment Ashley Madison exploite-t-elle cet idéal du couple ? Quelles intimités, les intimités de qui, y perdent ou y gagnent ?

  • 2 Ayn Rand était une écrivaine et philosophe russo-américaine qui défendait l’égoïsme.

9NR : Comme les autres lieux de discours pro-adultère, dont le livre de Brandt, The 50-Mile Rule, ce qui se perd le plus est l’idée d’intimités alternatives. Jusqu’à tout récemment, le couple monogame constituait la forme d’intimité par défaut pour Ashley Madison. L’idée de renégocier cela n’était pas présente, même si leur rhétorique critiquait la monogamie (i.e., leur tout premier slogan était « When Monogamy becomes Monotony »). Mais la réponse proposée n’a jamais été : parlez avec votre partenaire et renégociez cet arrangement ; c’était plutôt : trompez votre partenaire, continuez de le faire dans son dos. Même chose avec The 50-Mile Rule : l’auteure défend un adultère strictement réglementé et cloisonné, de manière à ce qu’une personne puisse avoir d’autres partenaires sexuels, voire romantiques, mais que sa situation domestique monogame n’en soit pas affectée—en majeure partie, selon l’auteure, qui mentionne cela fréquemment à travers le livre—parce qu’un divorce peut être coûteux. Donc pour revenir à ta question, les couples monogames sont aussi perdants ici, puisque le consentement et l’honnêteté, pierres angulaires des bonnes relations, sont largués pour des plaisirs bons marchés. Le couple est perdant, mais je suppose que d’une manière limitée et je dirais d’une manière vide, cela privilégie le désir égoïste, individuel, autonome. Ayn Rand aurait adoré Ashley Madison.2

10MG : L’idée de médiation nous amène à percevoir les effets performatifs de cette industrie, qui produit et transforme l’adultère autant qu’elle s’approprie, utilise des désirs et des pratiques déjà existants dans le but d’en tirer des profits. Est-ce qu’on peut en parler en termes d’assemblages (au sens du concept de Deleuze et Guattari) ? Par exemple, il y aurait une institution sociale autour du genre et de la sexualité (incluant les concepts de monogamie et d’adultère), à laquelle se connecterait ou qui serait appropriée par une industrie florissante qui se retrouve avec de grandes capacités grâce à internet et au développement des technologies. Dans ce contexte, quelles seraient les « lignes de fuite » ? Il y aurait certainement les exemples que tu mentionnes (i.e., polyamour, polygamie), mais est-ce qu’il y aurait aussi des pratiques qui tenteraient de faire « sans » l’économie de marché ou sans les médias numériques ?

11NR : Je ne sais pas s’il serait possible de former une pratique alternative du désir complètement en-dehors de ces forces, à moins peut-être que ce soit pratiqué par des peuples isolés qui vivent entièrement à part de notre monde de marchés et d’appareils interconnectés. J’aime penser au système de non/monogamie (mon terme pour cette binarité surdéterminée, un système singulier qui contient différentes manières de concevoir les monogamies et les non-monogamies) comme un dispositif : il contient à la fois des parties discursives et non-discursives qui, ensemble, complotent pour créer du sens. Une personne peut être non-monogame en-dehors du discours pro-adultère, mais vivre dans un monde qui le contient l’affectera néanmoins. Par exemple, on en voit les effets dans les publicités en bannière qui apparaissent sur les ordinateurs, sur les écrans et les affiches dans nos transports quotidiens, cela affecte les histoires des jeux auxquels on joue, les chansons que l’on entend. Le sexe, le genre et la sexualité font partie du social et le social est … désordonné. Tout se recoupe. Tout comme la monogamie et la non-monogamie se chevauchent. Je crois que le polyamour, la polygamie et l’anarchie relationnelle (relationship anarchy) aiment se voir comme des lignes de fuite potentielles, mais ils font tous néanmoins partie du monde social, avec ses privilèges et autres enjeux intersectionnels—comme le racisme, le classicisme, le sexisme, les enjeux autour des droits des femmes, du consentement—qui les ramènent dans le Réel. Je déteste particulièrement le discours pro-adultère, parce que la malhonnêteté me répugne, mais plusieurs autres alternatives peuvent être tout aussi lourdes de problèmes non adressés comme le privilège mâle, blanc et de classe.

12MG : Les discours de la compagnie sont axés sur la liberté et l’autonomie individuelles et nient le rôle des structures sociales. Leur langage s’accorde avec l’idée de « vie privée », d’individu autonome et une logique des droits. On note par exemple que la vaste majorité des profils sur le site sont masculins (Newitz, 2015) et que le site reflète une structure de genre traditionnelle, malgré une publicité qui peut sembler neutre à priori. Par exemple, dans un communiqué, la compagnie disait à propos du piratage de ses données: « It is an illegal action against the individual members of Ashley Madison, as well as any freethinking people who choose to engage in fully lawful online activities. » (Avid Life Media, 2015) Ce langage est souvent repris de la part de ceux et celles qui défendent le site. Par exemple, la sexologue Marlene Wasserman (Dr. Eve) défend le « droit » à choisir librement de s’engager dans des actes d’infidélité et décrit la compagnie comme étant « activiste », dans le contexte de la Corée du Sud qui a banni et ensuite réinstauré le site Ashley Madison (Dr. Eve, 2015b).

13Le site montre aussi principalement des images de femmes en page d’accueil (comme l’a longtemps été sa tête d’affiche) malgré l’affirmation que le site soit pour « tout le monde ». Certaines publicités ont fait l’objet de plaintes, par exemple en Australie où l’une d’elles a été retirée des ondes en 2015 parce qu’elle a été jugée offensante envers les femmes et l’institution familiale (O’Reilly, 2015). Récemment, Ashley Madison a sorti un nouveau slogan et de nouvelles publicités, dont une qui est annoncée comme ciblant les couples polyamoureux (McCrum, 2016). Que penses-tu de cette nouvelle « image » ? Il semble que le site essaie de se distancer des idées de « secret » et de « tromperie », mais le fond de l’affaire change-t-il vraiment ? On utilise le terme « polyamoureux », mais avec le peu d’indices que la publicité nous donne, on pourrait aussi simplement parler de « plan à trois » (threesome). Est-ce qu’une nouvelle image suffit pour déstabiliser les logiques individualistes et commerciales qui sous-tendent l’opération du site et ses effets structurels de genre ?

14NR : Je trouve ça vraiment grossier qu’Ashley Madison essaie de changer d’image pour une image poly-friendly.

15D’abord, ils se représentent comme étant féministes, alors qu’ils ne le sont absolument pas, et maintenant comme étant poly-friendly, alors que le consentement éclairé entre partenaires engagés dans la non-monogamie n’est qu’une option cliquable parmi tant d’autres. La publicité que tu mentionnes effectue définitivement un changement de style. Les anciennes publicités montraient un couple malheureux, puis l’un des deux partenaires se lançait dans une aventure secrète et transformatrice. Cette nouvelle publicité montre un couple malheureux qui retrouve des étincelles à travers l’essai d’un plan à trois—mais ce n’est guère une histoire polyamoureuse, c’est plutôt une histoire hétéronormative avec un rebondissement.

16Je crois que tu as probablement raison quand tu dis que le langage des plans à trois serait plus approprié que celui de polyamour. Alors que certain-e-s polyamoureux et polyamoureuses pourraient en effet légitimement utiliser le site, j’ai l’impression qu’ils sont plus attirés vers des sites de rencontre poly comme PolyMatchmaker, Polydate.com, Polyamorous Passions, Polyamorydate.com et des applications comme The Poly Life, qui reflètent mieux les valeurs polyamoureuses. Je vois plutôt ce choix de langage comme une tentative de concurrencer des applications comme 3nder, une application pour plans à trois qu’Ashley Madison a peut-être perçue comme menace à leur « modèle d’affaires de non-monogamie » ou bien comme un nouveau territoire à conquérir. Se dire poly-friendly serait tout aussi incorrect, à mon avis, que se dire féministe. C’est une partie importante de leur rhétorique, mais c’est parce que leur modèle d’affaires a besoin de femmes pour fonctionner. Comme j’en parle dans mon livre, leurs premières publicités présentaient le site comme étant avant tout « for women seeking romantic affairs, and the men who want to fulfill them » (Rambukkana, 2015a, 73), alors qu’en réalité, ce qu’ils voulaient, c’était vendre les attentions des femmes à un beaucoup beaucoup plus grand nombre d’hommes. Et comme on l’a vu dans la couverture médiatique subséquente—et spécialement avec le piratage—ils n’hésitent pas à embaucher des gens pour créer de faux profils féminins et possèdent une armée de 70,529 femme-bots qui draguent les hommes pour les garder intéressés au site et pour qu’ils continuent de payer pour des fonctionnalités.

17MG : Cela fait plusieurs années que tu développes un savoir sur l’intimité, la non/monogamie, les médias et technologies. Tu as notamment donné un discours inaugural à la première conférence internationale sur le sujet des non-monogamies au Portugal l’an dernier (Rambukkana, 2015b). Personnellement, quand j’ai analysé la couverture médiatique du piratage de 2015, j’ai remarqué une certaine surreprésentation de la psychologie et de la sexologie dans les discours médiatiques, et cela se traduit par une certaine pauvreté des discours publics, puisque la logique individualiste est également reflétée dans les propos de ces experts qui parsèment l’espace public. Ceux-ci vont parler, par exemple, de ce qui « compte » comme étant de l’infidélité et des changements arrivés avec le virtuel, mais d’une manière plutôt dépolitisée. Selon toi, qu’est-ce qui manque le plus aux discours publics sur la non-monogamie ? Qu’est-ce qui est absent, invisible, et que tu aimerais voir abordé dans l’espace public mainstream ?

18NR : Tant que le néolibéralisme régnera comme puissance suprême, je m’attends à ce que l’individualisme néolibéral demeure la principale lunette à travers laquelle la plupart des gens voit le monde et tout ce qu’il contient. Donc je suppose qu’on ne devrait pas être surpris face à une couverture publique anémique. Mais encore là, si on déplace notre point de vue légèrement au-delà du mainstream, cela s’ouvre un peu. Le piratage de Ashley Madison en est un excellent exemple. Il y a eu la couverture mainstream, mais il y a aussi eu pas mal de couverture à la périphérie – incluant comment cela est lié au polyamour et l’impact sur les hommes dont l’homosexualité a été révélée par le piratage – et cette couverture se poursuit. Cela a également attiré l’attention universitaire, généré des discussions sur des blogues féministes et queer, comme Feminist Current (Murphy, 2015) et Queerty (2015)3, et dans les médias sociaux à travers des discussions plus critiques autour de la couverture en général. Si on fouille dans les discussions sur Twitter, sur Facebook, dans les commentaires des blogues, il y a là une richesse. Elle n’est pas toujours apparente en surface, mais elle y est, en profondeur. Et tout comme le « rouge à lèvres numérique » (une trace numérique d’une infidélité), ces discussions persistent, elles peuvent être référencées et d’autres s’y ajouteront au fil du temps. J’aimerais certainement voir cette richesse de discussion, la considération des questions de privilège intime, des dynamiques de pouvoir inégales, etc., apparaître davantage à la surface du mainstream, dans les gros titres, mais je me réconforte à l’idée que le discours sur les intimités numériques est vaste et profond, une effervescence d’expérimentations, de considérations et de réflexions, même si on ne le voit pas toujours !

19MG : Autour du piratage, on a évoqué les données qui « restent » versus les aventures éphémères. Une aventure de quelques temps, éphémère, laisserait une trace qui pourrait perdurer et être révélée lors d’un piratage des données, comme on l’a vu en 2015. Ce qui change avec internet, versus l’adultère avant internet, est notamment les formes de visibilité de cette pratique (i.e., nombre d’inscriptions au site, exposition des données par le piratage, etc.). Quels sont les effets, notamment sur le plan normatif, de cette visibilité accrue ?

20NR : Dans le livre Cyber Infidelity (2015a), Marlene Wasserman (aka Dr Eve) parle du « rouge à lèvre numérique » (digital lipstick), ces traces qui peuvent vous « faire prendre » par votre partenaire, tout comme celles d’un rouge à lèvre inconnu sur un pénis serait à coup sûr un indice révélateur. Ces traces peuvent être n’importe quoi, elles vont de l’oubli d’éteindre les notifications sur WhatsApp, à des fenêtres laissées ouvertes avec des courriels ou des photos compromettantes sur un ordinateur, aux traces d’avoir souscrit à un site comme Ashley Madison (à travers des emails destinés aux membres ou en ayant son nom révélé lors d’une fuite de données). Mon anecdote préférée à ce sujet est celle d’un homme qui s’est fait prendre en jouant à Pokemon GO après avoir couché avec son ex-copine. Sa copine a vu qu’il a attrapé un certain pokémon dans le coin où habite son ex-copine et lorsqu’elle l’a confronté, il n’a pas su donner d’autre raison pour expliquer ce qu’il faisait là (Rosenbaum, 2016).

21Il est dur de dire quels effets ces traces peuvent avoir, par contre. Lorsqu’il y a des révélations comme celles mentionnées ci-dessus et que l’Impact Team pirate et décharge des données sur internet, certainement que la « zone autonome temporaire » (Bey, 1991) de l’adultère se frappe à la réalité quotidienne d’une manière qui peut avoir un impact dévastateur sur certains individus : un copain infidèle se fait quitter, un mariage se brise, une famille éclate, ou un homme gai dont l’homosexualité est soudainement révélée se suicide. Mais les effets structurels plus larges sont difficiles à repérer. Comme tu le dis, la simple visibilité de tout cela fait en sorte que le discours sur l’adultère en général persiste, occupe une part plus grande de la sphère publique. Alors que les infidélités individuelles ont toujours obtenu l’attention sociétale, particulièrement les scandales ou les maîtresses célèbres (pensez à Anaïs Nin ou Bill Clinton et Monika Lewinsky), la visibilité de choses comme Ashley Madison contribue à un questionnement sociétal de la non/monogamie plus généralement. Des formations discursives comme celle de la « nouvelle monogamie » (the new monogamy) en font partie. Si le piratage de leurs données peut inciter Ashley Madison à tenter de modifier son image pour aller vers quelque chose de plus ouvert en termes de non-monogamies, comparativement aux aventures secrètes, c’est un changement—même s’il est principalement rhétorique ou opportuniste, cela pourrait avoir un effet.

22MG : Ces questions de la nouvelle image de Ashley Madison plus poly-friendly et des discours sur la cyber infidélité semblent déplacer légèrement les frontières de ce qui est considéré comme « normal ». Quelles sont les différentes modalités des discours (i.e., self-help, anecdotes, condamnations morales) et quels rôles jouent-elles dans les transformations de la normalité ? Y a-t-il une modalité du discours, un média ou une technologie qui te semble particulièrement importante dans la conjoncture actuelle, qui semble avoir un impact ou une présence plus significative que les autres ?

  • 4 Au Québec, clavarder signifie dialoguer avec d’autres internautes, en temps réel et par clavier int (...)

23NR : Dans mon livre, j’inclus une longue liste de modalités de discours sur la non/monogamie, qui se transforment, et que j’ai rassemblées au fil des dix ans qu’a pris l’écriture du livre. Mais je pourrais résumer cela en disant assez simplement que toutes les modalités de discours y contribuent de manière plus ou moins importante. Il n’y a aucun média, aucun moyen de communication, aucune plateforme qui n’est pas impliquée dans les discours de non/monogamie d’une manière ou d’une autre. Quant à leur impact, je pense que cela dépend des situations individuelles. Les options non-monogames dans des jeux comme Mass Effect ou Fallout 4 peuvent inspirer un joueur à considérer la non-monogamie, alors que la possibilité d’avoir le clavardage4 Facebook Messenger peut mener une autre personne à reprendre contact avec son ex-copain ou ex-copine et à être infidèle, et qu’une émission de télévision comme Polyamory : Married and Dating peut faire en sorte que ce style de vie semble plus accessible pour certaines personnes, ou à l’inverse moins accessible à cause de la blanchité et du privilège des personnages principaux. Cependant, s’il y a une seule chose qui pourrait être sélectionnée comme ayant le plus d’influence, ce serait internet, ou bien la culture numérique dans son ensemble—ne serait-ce que parce qu’il a l’habileté de reproduire, distribuer et archiver presque tous les autres médias, en plus de constamment permettre de nouvelles modalités d’intimité et de connexion, qui sont en effet proliférantes.

24MG : Dans le cadre de ce dossier sur les intimités numériques, une des questions qu’on se pose est comment les médias numériques participent à (re)définir la notion d’intimité, ses domaines et ses frontières. Une des inquiétudes initiales entourant l’internet était sa capacité à faciliter de nouvelles formes d’intimités, comme les aventures virtuelles (Baym, 2010). Cela est encore d’actualité et est parfois abordé dans les journaux. « Qu’est-ce que ‘tromper’ exactement ? » semble être une question sur les lèvres des journalistes, des sexologues, et des clients du site qui disent s’être contentés de clavarder (et c’était peut-être avec un robot). En effet, Ashley Madison utilise des bots et embauche (ou embauchait) des gens pour animer de faux profils, dans le but d’échanger avec des clients du site (faisant croire à ceux-ci qu’ils étaient en train de contacter une « vraie » personne, intéressée à leur profil), de les accrocher et de les faire dépenser sur le site (Light, 2016). Le numérique semble regorger de potentiels pour de nouvelles intimités. Ashley Madison et ses « bots » sont-ils précurseurs de l’émergence ou de la popularisation d’intimités entre humains et machines ? Je pense par exemple à ton travail plus récent sur le toucher et les technologies comme la montre de Apple et les godemichés contrôlés à distance (teledildos), et aussi aux robots sexuels. Dans ce contexte de relations humains–machines, qu’est-ce que l’infidélité ?

25NR : C’est une question difficile ! Cela a même mené certaines personnes à essayer d’inventer des termes plus spécifiques comme celui de Dr. Eve, la « cyber infidélité », pour couvrir ce nouveau territoire. Un bon argument qu’elle fait dans son livre est qu’il n’y a pas une seule définition de la cyber infidélité, et qu’idéalement chaque couple – ce que je corrigerais pour dire chaque « relation intime sérieuse » – devrait discuter de cela et décider de ce que cela signifie pour lui. Pour certaines personnes, le clavardage sexy, même avec un robot, pourrait être considéré comme de l’infidélité, alors que pour d’autres, si ces comportements n’entrent jamais dans le « vrai monde », cela ne compterait pas. Pour d’autres encore, simplement regarder de la pornographie pré-enregistrée ou des images pornographiques et se masturber serait considéré comme de l’infidélité. Cela peut sembler excessif, mais cela se complique lorsqu’on considère à quel point la pornographie est devenue « vivante ». Par exemple, considères-tu que regarder une vidéo pornographique est différent que de clavarder en direct avec une cam girl, ou cam guy ? Et, comme tu l’as mentionné, que faire des godemichés contrôlés à distance ? Si quelqu’un peut regarder une personne en direct d’une caméra manipuler un jouet sexuel qui stimule ses organes génitaux, et qu’il peut en manipuler un qui stimule ceux de cette personne en retour, je pense que la plupart des gens seraient d’accord pour dire que cela franchit la limite de l’infidélité, spécialement si c’est fait en secret. On peut aussi penser aux possibilités émergentes de la réalité virtuelle ou au contenu XXX dans les jeux vidéos. Il y a des jeux très sexuels comme Kari Virtual Girlfriend et certains pourraient consider qu’y jouer constitue un acte d’infidélité, d’autres peut-être pas. Il serait possible de connecter ce type d’intelligence artificielle rudimentaire avec un jouet sexuel pour induire physiquement du « plaisir ». Certains jouets sexuels, comme le SaSi, ont tenté d’incorporer des algorhythmes qui apprennent ce que la personne aime, et des jouets comme RealDoll tentent de plus en plus d’aller vers des interfaces d’intelligence artificielle comme la ligne RealDoll Realbotix qui combine une poupée en silicone, une tête robotique, l’intelligence artificielle et la réalité virtuelle immersive (Owsianik, 2016). Cette dernière est encore en développement, mais elle serait probablement suffisamment vivante pour dépasser une certaine limite, même dans les cas où elle ne serait pas considéré comme une infidélité en tant que telle. Tout récemment, la compagnie CamSoda a lancé Blowcast, un site pour obtenir une fellation virtuelle qui combine une vidéo et un appareil capable d’induire des sensations qui concordent avec la vidéo (Clark-Flory, 2016).

26MG : Un des défis auquel on fait souvent face lorsqu’on étudie de nouvelles technologies est celui de ne pas tomber trop rapidement dans une dénonciation catégorique des changements, ni au contraire dans une célébration naïve. Qu’est-ce qu’un point de vue féministe et queer peut apporter pour comprendre cette « redéfinition » de l’intimité ?

27NR : Pour moi, les études critiques de l’intimité, provenant d’universitaires comme Lauren Berlant et Micheal Warner (i.e., Berlant, 1998 ; Berlant & Warner, 1998) ont toujours été à propos de la critique du pouvoir et du privilège, autrement dit des inégalités en lien avec les intimités. Cette perspective a émergé de la théorie queer, et bien sûr, elle est une critique de l’hétéronormativité dans la vie et dans la société, mais elle s’est aussi toujours tournée vers les aspects plus larges de l’intimité : comment les villes sont zonées, qui peut être citoyen d’un pays et qui ne le peut pas, qui dicte et fait respecter les frontières et les limites, et sur quels corps. La guerre est une forme complexe et radicale d’intimité, par exemple : elle brise les normativités, crée de nouvelles sortes de relations, redéfinis les frontières, les limites et les rôles, formule un nouveau langage. J’utilise le terme « privilège intime » pour saisir ces grandes relations de pouvoir de l’intimité (Rambukkana, 2015a). Les intimités de qui sont privilégiées, dans quelles circonstances, comment est-ce que cela se joue par rapport à l’intersectionnalité du pouvoir et du privilège ? Selon moi, une perspective queer et féministe sur les intimités numériques touche donc de manière inhérente aux questions du privilège et du pouvoir. Je suis moins intéressé par la simple dénonciation ou la célébration de ces nouvelles technologies et ce qu’elles peuvent faire, que de penser à ce que ces technologies font en ce qui concerne les questions des droits humains, d’abus sexuel et de consentement. Je déteste Ashley Madison non parce que le site brise les tabous de la monogamie, mais parce qu’il institutionnalise davantage la malhonnêteté dans l’intimité, par exemple. À mon avis, un consentement plein et éclairé est fondamental aux relations intimes et sexuelles. Une technologie qui aide à subvertir cela est régressive.

  • 5 SimStim : Stimulation du cerveau et du système nerveux d’une personne par l’utilisation d’un enregi (...)

28Nous pourrions réfléchir de manière similaire aux godemichés contrôlés à distance ou aux technologies de la réalité virtuelle qui permettraient, par exemple, à quelqu’un d’enregistrer une simulation sensorielle d’intimité avec une personne (comme SimStim5 qu’on peut voir dans la trilogie de la Conurb de William Gibson). Quelqu’un pourrait enregistrer cela et le partager avec un-e amant-e, comme on le fait présentement avec des sextos et vidéos sexy. Avec l’arrivée des fellations virtuelles, un questionnement émerge autour de la vulnérabilité de la réalité virtuelle au piratage et de la nécessité de réfléchir à sa dimension éthique, ce qui semble actuellement loin des préoccupations des compagnies qui offrent ces services (Clark-Flory, 2016). Qu’arriverait-il si ce flux était piraté et redistribué ? Comme avec le piratage de iPhone qui a permis la distribution de photographies intimes de plusieurs célébrités sans leur consentement, qu’arrivera-t-il lorsque des technologies futures comme les godemichés contrôlés à distance, SimStim ou des puces sans fil implantées qui induiraient l’orgasme, seront piratés, permettant à des inconnus de faire l’expérience de la sexualité en réalité virtuelle avec quelqu’un, ou d’induire un orgasme non-voulu et non-attendu chez quelqu’un ? Je suspecte qu’on doive modifier nos lois sur les agressions sexuelles pour tenir compte de tels scénarios, et ces possibilités ont besoin d’être mûrement réfléchies et considérées à travers des lunettes queer et féministe. De tels changements légaux sont déjà en cours. Par exemple, une femme de Chicago tente de démarrer un recours collectif contre les fabriquants d’un dildo (WeWibe). Elle allègue que l’application connectée à Bluetooth qui contrôle l’appareil a transmis, en secret, les données des usagères à la compagnie, incluant quand et combien de temps elle était utilisée, les paramètres activés et la température de l’appareil.

29MG : J’apprécie cette réponse autour du consentement, comme quoi tromper/contourner le consentement est une pratique régressive. Le piratage des données de Ashley Madison, qui dénonçait notamment l’adultère, a pu sembler « conservateur » à priori – du moins, il a été souvent représenté de cette manière dans les grands médias, comme se mêlant injustement de la vie privée des gens. Les pirates semblaient donc s’opposer à la liberté sexuelle. Ton commentaire permet de mettre le doigt sur cet élément problématique de la couverture médiatique du piratage, où cette question du (non-)consentement et sa dimension régressive sont passées plutôt inaperçues. La question du consentement me fait aussi penser à la circulation des images et vidéos (de célébrités ou de n’importe qui) inspirée par la « vengeance » et au panel auquel on a tous les deux participé ce printemps. Une professeure de criminologie, Lara Karaian (2016), soulignait les limites d’utiliser le droit pour essayer d’encadrer ces pratiques. Avec le piratage possible des flux, comme cela semble être le cas avec bon nombre de piratages, on ne retrouverait peut-être même pas les responsables, qui demeureraient anonymes. Et lorsque cela implique des compagnies, que ce soit Ashley Madison ou les fabriquants de WeWibe, c’est tout aussi inquiétant pour le respect de la vie privée. Cela nourrit, dans l’espace public, les inquiétudes entourant les nouvelles technologies.

30MG : Avec internet, il semble parfois que les gens puissent « échapper » aux contrôles habituels (ça va des pirates qui échappent aux systèmes de justice, aux droits des consommateurs bafoués par les compagnies, etc.). L’action des pirates de Ashley Madison partagerait-elle quelque chose avec des gens mal intentionnés, anti-féministes par exemple, qui « policent » les espaces virtuels en suivant un agenda régressif ? Qu’ont-ils en commun (ou non) ? Je pense par exemple à un autre projet sur lequel je travaille, où les règlements de Wikipédia sont mobilisés pour exclure des perspectives féministes (Gauthier et Sawchuk, 2015). Comment est-ce que la « politique » est transformée par internet et les gens qui ont des compétences spécifiques pour en contrôler les discours ? Doit-on craindre les impacts de ces transformations ?

31NR : C’est une excellente question à laquelle on a beaucoup réfléchi dans l’espace public étant donné les récentes fuites du Democratic National Committee (DNC Leaks) et la nouvelle que Donald Trump a pris Stephen Bannon comme président de campagne, un homme qui est à la tête d’un site de nouvelles de droite alternative, Breibart (Martin, Rutenberg and Haberman, 2016). Cela a ravivé une discussion sur les liens entre Wikileaks et GamerGate, voire leur chevauchement partiel (i.e., Robertson, 2014 ; Osborne, 2016). Si on regarde les tweets du GamerGate, comme je commence à le faire pour un autre projet, il y a des affinités majeures avec Wikileaks, par exemple avec des choses comme les « @mentions » et les retweets. L’aspect politique de Wikipédia est un excellent exemple aussi, donc je suis content que tu approfondisses cela !

32Quant à comment cela transforme les choses, il y a toujours eu des gens qui ont inventé des manières de travailler en-dehors des contrôles systématiques – pour le meilleur et pour le pire. Les notions de De Certeau (1980) sur la communication « tactique » et de « faire avec » les systèmes puissants vont dans les deux sens : pour chaque site ou blogue de justice sociale alternative, il existe probablement un site régressif ou raciste qu’on peut trouver en contrepartie. Et certaines entités, comme Wikileaks ou Anonymous, qui ont une couche ajoutée d’anonymat et de secret, jouent occasionnellement des deux côtés, avec des fuites ou des opérations qui sont parfois géniales, et d’autres fois beaucoup moins. Comme dans les cas d’anciens médias alternatifs, que ce soit les samizdats, les zines ou les flyers, internet en tant que grand média et les gens technologiquement compétents qui travaillent avec ont certainement l’habileté de transformer la politique. Je ne crois pas qu’on devrait avoir peur de ce pouvoir, mais plutôt qu’on devrait essayer de travailler à le démocratiser. Enseigner des choses comme le codage à l’école primaire, et des organisations comme Dames Making Games (à Toronto) et Pixelles (à Montréal) qui travaillent à amener plus de jeunes filles vers des choses comme le développement de jeux, en sont d’excellents exemples.

33MG : Merci Nathan d’avoir accepté de participer à cet entretien. Cela nous a permis d’aborder des questions stimulantes qui sont posées par les intimités numériques : l’hétéronormativité et la non/monogamie, le dépassement des frontières avec la question humain/machine, les stratégies de commercialisation et l’industrie de l’adultère, etc. Certains questionnements sur les intimités numériques restent toutefois sans réponse définitive et nous portent à imaginer le monde de demain. Les exemples autour de la réalité virtuelle sont très intéressants, et en quelque sorte inquiétants. On peut comprendre la panique qui s’installe parfois autour des risques associés aux technologies.

34Tout comme Ashley Madison continue de le faire en renouvelant son image, certaines entreprises continueront d’offrir des services qui encouragent la poursuite d’intimités « secrètes » sur internet. D’autres offrent des services de surveillance, des technologies pour espionner un partenaire qu’on suspecte d’infidélité, ou à l’inverse, des technologies pour découvrir si on est ou a été surveillé (Gregg, 2013). Le « secret » semble devenir de plus en plus impossible pour les gens ordinaires. Suite au piratage, Ashley Madison a changé sa publicité pour une nouvelle image qui ne met plus l’accent sur l’idée de secret. En même temps, les pirates informatiques excellent toujours à masquer leur identité. Malgré tout, les gens ont tendance à croire facilement que l’exposition ne leur arrivera pas à eux, qu’ils ne se feront pas prendre et continuent à faire confiance à toutes sortes de sites et de technologies. On doit probablement, comme tu le suggères dans ta dernière réponse, se réjouir et investir de manière progressiste les possibilités amenées par les développements technologiques, et élaborer des projets intellectuels, politiques et sociaux qui vont dans ce sens. Aimerais-tu ajouter quelque chose pour terminer l’entretien ?

35NR : Pas vraiment, tu as été très complète ! Merci beaucoup pour tes questions éclairées et stimulantes et merci de m’avoir invité à prendre part à cette discussion fructueuse. Pour terminer, je voudrais juste ramener tous ces éléments ensembles pour dire que le piratage d’Ashley Madison, et sa présence dans la sphère publique en général, agit et a toujours agi comme une incitation au discours, au sens foucaldien du terme. Leur modèle d’affaire, leur utilisation et leur abus des discours féministes et polyamoureux, leur campagnes publicitaires toxiques, leur mauvais traitement de leurs clients et des données de ces derniers – tout cela fait jaser les gens, et les rend curieux à propos de leur propre vie romantique. Cela les porte à se poser des questions sur leurs propres intimités, en personne et numériques, sur leurs choix romantiques, sur leurs empreintes digitales et sur leur vie privée. Peut-être que tout ceci constitue le bon côté : une ramification inattendue et fortuite de la présence problématique d’Ashley Madison dans la sphère publique. Au moins, ça nous fait réfléchir !

Haut de page

Bibliographie

Avid Life Media, « Statement from Avid Life Media », 20 juillet 2015, en ligne: http://www.prnewswire.com/news-releases/statement-from-avid-life-media-inc-300115394.html

BAYM Nancy, Personal Connections in the Digital Age, Malden, Polity Press, 2010.

BERLANT Lauren, « Intimacy: A Special Issue », Critical Inquiry, 24(2), 1998, pp. 281–288.

BERLANT Lauren et WARNER Michael, « Sex in Public », Critical Inquiry, 24(2), 1998, pp. 547–566.

BEY Hakim, T.A.Z.: The Temporary Autonomous Zone, Ontological Anarchy, Poetic Terrorism. Brooklyn, Autonomedia, 1991.

BRANDT Judith, The 50-Mile Rule: Your Guide to Infidelity and Extramarital Etiquette. Berkeley, Ten Speed Press, 2002.

CLARK-FLORY Tracy, « Virtual Blow Jobs Are Now a Thing », Vocativ, 17 novembre 2016, en ligne: http://www.vocativ.com/377069/virtual-blow-jobs-camsoda/?utm_source=TSE&utm_medium=cpc&utm_campaign=INF&utm_content=inf42_2&tse_id=INF_27861310ad1711e698611db1302aa2cb

DELEUZE Gilles et GUATTARI Félix, L’anti-Oedipe. Paris, Éditions de Minuit, 1980.

DE CERTEAU Michel, L’invention du quotidien, Paris, Gallimard, 1980.

DR. EVE, Cyber infedelity: The new seduction, Cape Town, Human and Rousseau, 2015a.

DR. EVE, « Ashley Madison Takes an Activist Role », Dr Eve, 2015b, en ligne: http://www.dreve.co.za/2015/03/01/ashley-madison-com-takes-an-activist-role/

GAUTHIER Maude, "(Un)ethical Practices: Intimacy and Internet in the Coverage of the Ashley Madison Hack", Feminist Media Studies, 17, 6, 2017. DOI: 10.1080/14680777.2017.1316754

GAUTHIER Maude et SAWCHUK Kim, « Perpetuating exclusion: The case of WAM of the Centre for Women, Ageing and Media », ACT-Forum, 2015, en ligne: http://actproject.ca/perpetuating-exclusion-in-wikipedia-the-case-of-wam-or-the-centre-for-women-ageing-and-media/

GIBSON William. Sprawl trilogy: Neuromancer (1984), Count Zero (1986) et Mona Lisa Overdrive, 1988. En français : trilogie de la Conurb : Neuromancier, Compte Zéro, Mona Lisa s’éclate.

GREGG Melissa, « Spouse-busting: Intimacy, Adultery, and Surveillance Technology », Surveillance and Society, 11(3), 2013, pp. 301–310.

HORKHEIMER Max et ADORNO Theodor W, Dialectic of Enlightenment, édité par G. S. NOERR, traduit par E. JEPHCOTT, Palo Alto, Stanford University Press, 2002.

KARAIAN Lara. « Mind Fucks and Digital Violation: Revenge Porn and/as Virtual Rape? » Présentation dans le cadre du panel Digital Intimacies, Association Canadienne de communication, 28-31 mai 2016, Calgary.

KIPNIS Laura. Against Love: A Polemic, New York, Pantheon, 2003.

Larousse, « Clavarder », en ligne : http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/clavarder/16446 Consulté le 7 décembre 2016.

LIGHT Ben, « The Rise of Speculative Devices: Hooking up with the bots of Ashley Madison », First Monday, 21(6), 2016, en ligne: http://firstmonday.org/ojs/index.php/fm/article/view/6426/5525

MARTIN Jonathan, RUTENBURG Jim et HARBERMAN Maggie, « Donald Trump Appoints Media Firebrand to Run Campaign », The New York Times, 17 août 2016, en ligne: http://www.nytimes.com/2016/08/18/us/politics/donald-trump-stephen-bannon-paul-manafort.html?_r=0

MCCRUM Kirstie, « Ashley Madison relaunches with ad for THREESOMES a year after hack revealed details of 32 million users », Mirror, 2016, en ligne: http://www.mirror.co.uk/news/world-news/ashley-madison-relaunches-ad-threesomes-8405975

MURPHY Meghan. « On the Ashley Madison hack: Cheating isn’t a gender-neutral issue », Feminist Current, 24 août 2015, en ligne: http://www.feministcurrent.com/2015/08/24/on-the-ashley-madison-hack-cheating-isnt-a-gender-neutral-issue/

NEWITZ Annabelle, « The fembots of Ashley Madison », Gizmodo, 27 août 2015, en ligne: http://gizmodo.com/the-fembots-of-ashley-madison-1726670394

O’REILLY Lara, « Here’s the cringeworthy ad for affair site Ashley Madison that was pulled for ‘vilifying women’ », Business Insider, 2015, en ligne: http://www.businessinsider.com/australian-ad-standards-board-upholds-complaints-about-ashley-madison-ad-2015-3

OSBORNE Matt, « Julian Assange is not a hero and Wikileaks is not a transparency organization », Freak Out Nation, 2016, en ligne: http://freakoutnation.com/2016/08/julian-assange-is-not-a-hero-and-wikileaks-is-not-a-transparency-organization/

OWSIANIK Jenna, « Realbotix: RealDoll Creator Bringing Sexbots to Life with Artificial Intelligence », Future of Sex, 2016, en ligne: http://futureofsex.net/robots/realbotix-realdoll-creator-bringing-sexbots-to-life-with-artificial-intelligence/

Queerty, « Ashley Madison puts gay lives at risk », 21 août 2015, en ligne: https://www.queerty.com/ashley-madison-hack-puts-gay-lives-at-risk-20150821

RAMBUKKANA Nathan, Fraught Intimacies: Non/Monogamy in the Public Sphere, Vancouver, UBC University Press, 2015a.

RAMBUKKANA Nathan, Keynote 1st International Conference on Non-Monogamies and Contemporary Intimacies, Faculdade de Ciências Sociais e Humanas, Universidade Nova de Lisboa, Lisbon, 2015b.

ROBERTSON Adi, « Wikileaks finds common cause with GamerGate », The Verge, 20 octobre 2014, en ligne: http://www.theverge.com/2014/10/20/7015849/wikileaks-finds-common-cause-with-gamergate

ROSENBAUM Sophia, « I got caught cheating through Pokémon Go », New York Post, 12 juillet 2016, en ligne: http://nypost.com/2016/07/12/woman-uses-pokemon-go-to-catch-cheating-boyfriend/

The Canadian Press, « Too sensitive? Sex toy maker sued over collection of intimate data: Ottawa-based ‘We-Vibe’ maker subject of U.S. class-action lawsuit », CBC.ca, 14 septembre 2016, en ligne: http://www.cbc.ca/beta/news/canada/ottawa/vibrator-lawsuit-1.3761825

Haut de page

Notes

1 Les données dorsales (backend data) sont des données accessibles indirectement à travers une application externe au programme de la base de données.

2 Ayn Rand était une écrivaine et philosophe russo-américaine qui défendait l’égoïsme.

3 http://www.feministcurrent.com/2015/08/24/on-the-ashley-madison-hack-cheating-isnt-a-gender-neutral-issue/ ; https://www.queerty.com/ashley-madison-hack-puts-gay-lives-at-risk-20150821

4 Au Québec, clavarder signifie dialoguer avec d’autres internautes, en temps réel et par clavier interposé. (Larousse, 2016).

5 SimStim : Stimulation du cerveau et du système nerveux d’une personne par l’utilisation d’un enregistrement de l’expérience d’une autre personne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathan Rambukkana et Maude Gauthier, « L’adultère à l’ère numérique : Une discussion sur la non/monogamie et le développement des technologies numériques à partir du cas Ashley Madison », Genre, sexualité & société [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://gss.revues.org/3981 ; DOI : 10.4000/gss.3981

Haut de page

Auteurs

Nathan Rambukkana

Professeur adjoint, Communication Studies
Wilfrid Laurier Universitynrambukkana@wlu.ca

Maude Gauthier

Chercheuse postdoctorale en sociologie
Lancaster Universitygauthier.maude@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org