Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

« La prostitution des mineur(e)s au xxe siècle », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière »

n° 10, Roubaix, ENPJJ, 2008
Tiphaine Besnard
Référence(s) :

« La prostitution des mineur(e)s au xxe siècle », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 10, Roubaix, ENPJJ, 2008

Texte intégral

1Le numéro dix de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » (publiée par l’Ecole nationale de protection judiciaire des mineurs, de Roubaix, avec le concours de l’association pour l’histoire de la protection judiciaire des mineurs) se propose de combler les lacunes historiographiques concernant la prostitution des mineur·e·s au xxe siècle. De ce point de vue, les trois contributions sur les garçons prostitués sont particulièrement intéressantes en raison de l’absence de travaux sur la France concernant ce « sujet brûlant, interdit, tabou s’il en est » selon les mots de Christine Machiels et Eric Pierre, auteur·e·s de l’introduction du numéro. Il est d’ailleurs significatif que Christelle Taraud, dans son article sur les yaouleds (de jeunes gens accordant leurs faveurs contre une rémunération, entre autres petits métiers, dans l’Algérie coloniale), évoque presque plus la prostitution des filles que celle des garçons.

2Le dossier de la RHEI est composé de trois parties qui regroupent chacune deux ou trois articles. La première partie est consacrée à l’action judiciaire sur la prostitution des filles mineures ; la deuxième s’intéresse à la question du rapport entre prostitution masculine et homosexualité ; la troisième et dernière partie traite des institutions engagées dans la lutte contre la prostitution des mineur·e·s. Parmi les sept contributions, six reposent sur des sources publiques (judiciaires, policières ou administratives), alors que celui de Christine Machiels utilise essentiellement des sources imprimées et la presse française, évoquant toutefois fréquemment le monde judiciaire.

3Certains thèmes sont alors récurrents dans les articles composant le numéro : l’analyse (historiographique, juridique, judiciaire, policière, sociale) de la prostitution des mineur·e·s à travers le prisme du genre ; la confusion, dans le domaine juridique, entre le vagabondage et la prostitution ; l’implication politique de la lutte contre le commerce sexuel des enfants (féminisme, patriotisme, mesures de guerre) ; en outre la prégnance du moralisme dans l’étude et le traitement judiciaire des mineur·e·s prostitué·e·s, la difficulté de distinguer entre la sexualité vénale et la sexualité non-vénale des personnes mineures. Ces différentes caractéristiques propres à l’appréhension de la sexualité vénale des jeunes sont révélatrices des conceptions morales, sociales et politiques de la sexualité et de l’enfance du premier xxe siècle.

4Ainsi Aurore François explique-t-elle, dans son article sur la prostitution juvénile et les troupes d’occupations dans la Belgique de la Seconde Guerre mondiale, la nécessité pour les autorités allemandes de légiférer dans le domaine du commerce sexuel pour pallier aux risques d’épidémies vénériennes. Les règlements sur la prostitution sont, d’abord, des mesures prophylactiques qui entrent dans le processus de guerre, puis servent à des fins morales telles que le contrôle des rapports sexuels entre occupé·e·s et occupant·e·s, la limitation de l’immoralité, ou encore de la débauche. Pour Christine Machiels, qui consacre sa contribution à l’avocate Marie Vérone, les féministes du début du siècle ont utilisé la menace du péril vénérien pour exiger l’éradication de la prostitution et ont légitimé cette position en avançant leurs motivations patriotiques. Les craintes concernant l’immoralité des jeunes filles et les risques d’épidémies s’ajoutent, en temps de guerre plus particulièrement, à la peur d’avoir à affronter des actes d’incivisme (refus de s’engager pour la Patrie, accointances avec l’ennemi, par exemple), allant contre le sentiment national. La lutte contre la prostitution peut ainsi servir des fins xénophobes et antisémites, notamment lors de l’utilisation d’une propagande visant à dénoncer la traite des blanches prétendument perpétrée par la communauté juive, comme le montre l’article de Céline Leglaive-Perani.

5L’appréhension judiciaire et policière de la prostitution des garçons mineurs diffère sous bien des rapports de celle concernant la prostitution des filles. Tandis que les jeunes prostituées subissent le reproche public pour leur inconduite et leur légèreté (souvent fantasmées, comme le montre l’article de Véronique Blanchard, sur les jeunes filles dans le Paris des années 1950), qui donnent à penser qu’elles ne feront pas de bonnes mères et de sages épouses, les jeunes garçons qui se prostituent sont confrontés au mépris et à l’incompréhension que suscite une conduite sexuelle perçue comme opposée à l’ordre naturel, c’est-à-dire aux valeurs viriles et hétérosexuelles, comme le montrent les articles de Guillaume Périssol et de Régis Revenin. Il est intéressant de noter que la distinction entre une sexualité vénale et une sexualité non-vénale est malaisée dans bien des cas. Qu’il s’agisse de filles ou de garçons, l’opprobre qui s’abat sur les personnes qui font commerce de leurs charmes les porte à minimiser le caractère vénal des relations qu’ils entretiennent avec des adultes. Cette tendance a pour conséquence l’effacement des frontières entre prostitution et relations sexuelles dites « gratuites ». La prostitution se trouve, de cette façon, totalement apparentée à la vie sexuelle de ces jeunes personnes, cette dernière caractéristique ayant en outre pour avantage de démystifier le travail sexuel en le réinsérant dans le continuum des activités sexuelles, vénales et sociales des mineur·e·s au xxe siècle.

6Ce dossier de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » permet d’apercevoir plus clairement la façon dont les adolescent·e·s ont pu considérer leurs pratiques sexuelles. Les articles de Véronique Blanchard, Aurore François, Guillaume Périssol et Régis Revenin fournissent des exemples de récits de prostitué·e·s, interrogé·e·s par les juges, les policiers, les médecins et les divers travailleurs sociaux. On constate, notamment en lisant l’article de Régis Revenin sur la prostitution masculine des mineurs dans la France des « Trente Glorieuses », que les garçons évoquent fréquemment, avec une relative liberté de parole, le désir et/ou le plaisir comme motivation parmi d’autres (le besoin d’argent notamment) pour se prostituer. Les filles, quant à elles, semblent prises dans des considérations morales qui orientent et biaisent leurs réponses. Cette asymétrie se retrouve dans le choix des sujets abordés par les auteur·e·s. Ainsi les quatre articles consacrés aux jeunes filles prostituées se consacrent, presque exclusivement, aux thèmes de la dégradation morale, de la réinsertion sociale, du redressement et de l’accompagnement. Les titres des parties sont, à ce titre, évocateurs. La première partie s’intéresse à l’action judiciaire (condamnations et mises sous tutelles) auprès des prostituées mineures et la seconde partie aux sociétés philanthropiques destinées à sauver les fillettes. Au contraire, la partie qui est consacrée aux prostitués se propose de mettre en question le rapport entre le commerce vénal et l’identité homosexuelle.

7La Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » atteint donc ici partiellement le but qu’elle s’était fixé, car, comme le rappellent Eric Pierre et Christine Machiels dans l’introduction, les aires géographiques et culturelles restent limitées à la France et à son empire colonial (en l’occurrence, l’Algérie française) et à la Belgique. Espérons que ce dossier suscitera d’autres initiatives qui concourront à enrichir les connaissances sur la prostitution des mineur·e·s (et pas seulement dans une perspective historique) sous des angles nouveaux, qui sortiront de l’éternelle dichotomie du genre où les filles sont à relever après la chute et les garçons sont d’éhontés homosexuels, l’article de Régis Revenin faisant justement la démonstration que bon nombre des jeunes prostitués parisiens des années 1950 et 1960 ne sont pas homosexuels, ne se définissent pas comme tels du reste, pas plus que leurs clients d’ailleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tiphaine Besnard, « « La prostitution des mineur(e)s au xxe siècle », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » », Genre, sexualité & société [En ligne], 1 | Printemps 2009, mis en ligne le 01 juillet 2009, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://gss.revues.org/400

Haut de page

Auteur

Tiphaine Besnard

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org