Skip to navigation – Site map
Varia

Cartographie des pornographies critiques1

Mapping Critical Pornographies
Myriam Le Blanc Élie, Julie Lavigne and Sabrina Maiorano

Abstracts

Since the 1980s, in a corollary movement to the emergence of hardcore mainstream pornography, several women filmmakers (cisgender and transgender) produced critical pornography that is rooted in pro-sex feminism. Whether they are feminist, by and for women, by and for lesbians, queer, educational, alternative or indie, all of those pornographic productions contain a critical discourse on mainstream pornography. This article presents a review of critical pornography initiatives from the perspective of women director and as presented in the academic literature. In addition to identifying the different categories, we will focus on understanding the links between those initiatives and pro-sex feminist thought, as well as some of its specific indicators like women’s sexual agency, the centrality of feminine pleasure, and the subversion of mainstream pornography’s codes.

Top of page

Full text

  • 1 Cet article a été rendu possible grâce à l’appui financier du CRSH pour le projet Pornographie crit (...)
  • 2 Notons d’emblée que certaines maisons de production de l’industrie mainstream visent également un (...)
  • 3 Diminutif fréquemment employé pour désigner la pornographie indépendante.
  • 4 Le féminisme pro-sexe prend racine dans les sex-wars des années 1980 où se sont opposées les fémini (...)

1Depuis les années 1980, dans un mouvement corollaire au développement commercial de la pornographie hardcore (Williams 1989) destinée principalement à un public d’hommes cisgenres et hétérosexuels2, plusieurs cinéastes femmes cisgenres ou transgenres ont produit une pornographie critique (Courbet, 2012 ; Taormino et al., 2013) qui vise un public plus vaste et diversifié, tout en ciblant plus précisément les femmes. Qu’elle soit féministe, pour femmes, par et pour lesbiennes, queer, alternative ou indie3, cette pornographie offre un discours critique sur la pornographie mainstream. Cette critique prend racine, du moins dans ses premières productions (Sprinkle, Vera, Royalle ou Hart), dans un féminisme pro-sexe4. L’émergence de pornographies critiques a été rendue possible, selon plusieurs auteur-e-s, par la démocratisation d’Internet et des moyens de productions vidéo (Hardy, 2008 ; Heffernan, 2013). L’accessibilité grandissante de ces technologies tant au niveau monétaire qu’utilitaire aurait permis aux femmes de prendre part à une industrie (Ray, 2007) dont elles ont toujours été écartées.

  • 5 Porn Studies dirigé par Williams (2004), Porn after Porn dirigé par Biasin, Maina et Zecca (2014) (...)
  • 6 Comme nous nous intéressons aux productions pornographiques comme des productions culturelles et te (...)

2En tentant de circonscrire les différents types de pornographie critique mentionnés précédemment, le présent article s’inscrit dans le courant des porn studies5 et des études culturelles. Comme les différents sous-genres n’ont pas été analysés ou abordés avec la même exhaustivité dans la littérature, d’autres types de sources, comme le discours de certaines réalisatrices ou de certains sites Internet, seront mobilisés afin de bien définir les genres à l’étude6. Cet article est issu du projet de recherche Pornographie critique, féministe, queer et post-pornographie : contours d’une pratique émergente. Ce projet, amorcé en 2013 et toujours en cours, comporte plusieurs volets dont la recension des écrits portant sur les pornographies marginales et alternatives, ainsi que la codification et l’analyse d’un corpus exhaustif de productions pornographiques alternatives, féministes, queer, par et pour lesbiennes, post-pornographie, etc., réalisées par des femmes cis, trans ou queer.

  • 7 Sur la pornographie mainstream, voir Williams (2004) ou Attwood (2010).

3Bien que notre étude s’intéresse aux pornographies critiques plus ou moins en marge du mainstream, l’objet « pornographie mainstream » constitue notre point de référence afin de mieux déceler les nuances propres aux différents sous-genres, et ainsi comparer la marge à la norme. D’ailleurs, ces différentes pornographies utilisent la référence au mainstream afin de construire leur niche et de justifier leur existence. Selon Williams (1989) le genre pornographique mainstream hardcore viserait l’excitation sexuelle et se caractériserait par la présence systématique de plusieurs numéros sexuels précis, soit la masturbation, le sexe hétéro, le numéro de lesbianisme (girl-on-girl), le sexe oral, le triolisme, les orgies et la sodomie sur les femmes seulement. Le mainstream serait également caractérisé par la présence de plusieurs plans rapprochés d’éjaculation masculine externe (money shot) ainsi que par l’omniprésence des sons de jouissance féminine. De plus, ces sons seraient souvent ajoutés en post-production, ce que Williams (1989) qualifie de « fétiches sonores des plaisirs féminins qu’on ne peut voir » (123). Bien que la définition de pornographie mainstream proposée par Williams s’appuie sur les scénarios issus de « l’âge d’or » du cinéma pornographique sur pellicule force est de constater que malgré quelques mutations dans les pornographies actuelles, les gros plans de pénétration phallovaginale, de fellation, de pénétration anale et d’éjaculation masculine externe demeurent au centre des différentes formes de pornographie mainstream7. L’adjectif « alternatif » devient en quelque sorte le mot passe-partout pour désigner une pornographie créée en réponse à un ou plusieurs éléments du mainstream et qui tente de jouer avec ses conventions.

  • 8 Pour plus de détails sur notre position voir Lavigne (2014b).

4Si, pour certaines auteures, pornographie alternative et post-pornographie sont des termes similaires en raison de leurs fondements (Attwood, 2007, Bell, 2010) et objectifs (Bell, 2010), ou étant donné leur étymologie (porno différente versus porno après la porno), il importe de préciser qu’il s’agit pour nous de termes différents. En fait, il nous semble pertinent de favoriser les appellations de pornographie alternative et critique à post-pornographie pour trois raisons : post-pornographie réfère à un concept qui « englobe assurément moins de pratiques » (Lavigne, 2014b, 75) ; il implique aussi « un refus de susciter l’excitation sexuelle » (75) ; finalement, il n’y a pas de rupture temporelle qui permette de justifier l’utilisation de ce terme (Diefenbach, 2010)8. Lorsqu’on lit les auteur-e-s s’étant intéressé-e-s à la question plus particulière de la post-pornographie (Borghi, 2013 ; Bourcier, 2001 ; Preciado, 2008 ; Stüttgen, 2007), on perçoit bien que le concept de post-pornographie réfère à un courant politique, activiste et artistique européen assez précis (avec des antécédents américains en la personne d’Annie Sprinkle) qui implique entre autres une décolonisation des corps et une déterritorialisation de l’explicite vers le cinéma grand public, l’art visuel ou encore la performance. Cette utilisation nous semble tout-à-fait en accordance avec la signification du préfixe, par contre le corpus de notre projet comprend une diversité de points de vues théoriques et critiques qui ne peuvent pas tous s’inscrire dans une rupture aussi radicale. C’est pourquoi nous préconisons l’appellation pornographie critique qui, à notre avis, est plus inclusive des initiatives féministes contemporaines. De même, notre corpus reste en grande partie trop près de certaines conventions du hardcore classique pour être conceptualisé comme post-pornographie.

Pornographies indépendante et alternative, de l’adjectif à la catégorie

5Si le terme alternatif a été employé jusqu’ici comme un adjectif désignant tout type de production s’écartant du mainstream, il s’agit également d’une catégorie en soi qui sera définie dans cette première section. Basée sur une rhétorique de l’authentique et du réalisme, la pornographie alternative, aussi appelée alt porn, propose des représentations et des modèles alternatifs de légitimité pornographique (Levin Russo, 2007). Sur le plan esthétique, la pornographie alternative s’inspirerait, selon Attwood (2007), d’une iconographie éclectique qui emprunte, notamment, aux sous-cultures gothiques et hippies, et à l’esthétisme pin-up. Plusieurs acteurs et actrices arborent des modifications corporelles d’ampleur variée (tatouages, perçages, cheveux colorés, etc.) qui étaient somme toute passablement marginales au début des années 2000. Dans certains cas, les actrices présentent également une expression non conventionnelle du genre. Par l’inclusion de ces modèles différents, l’alternaporn contribue à un processus de formation identitaire et communautaire (Levin Russo, 2007, 243) en plus de produire de nouvelles formes de subjectivités sexuelles (Stüttgen, 2007, 278). Accessible en ligne, cette pornographie suggère l’avènement d’une culture participative (Atwood, 2012), par laquelle les personnes qui visitent les sites web ne sont plus reléguées au seul rôle de consommateur, mais deviennent plutôt des participantes qui contribuent à la formation et au maintien de la communauté. D’ailleurs, selon Ray (2007), la communauté serait considérée comme un des aspects les plus importants de la porno alt. Plus encore, toujours selon Attwood (2007), les sites de pornographie alternative, comme Suicidegirls, figure emblématique du courant alt, déploient des formes culturelles et interactives qui se distancient du mainstream : « La sexualité est présentée dans un contexte culturel beaucoup plus large que sur les sites pornographiques plus mainstream. » (Attwood, 2007, 444) Par exemple, les sites alternatifs ne présentent pas uniquement du contenu sexuel, mais peuvent également contenir des entrevues, des articles d’opinions ou encore des hyperliens vers d’autres sites reliés aux sous-cultures (Attwood, 2012). Selon cette auteure, le style alt serait également caractérisé par des représentations plus softcore de la sexualité, connotant ainsi davantage la beauté, l’authenticité et le bon goût artistique que la sexualité explicite des femmes (Attwood, 2007, 2012). Cette tactique servirait à présenter sous un jour séduisant le sexe et à contrebalancer l’idée que la pornographie objectivise et dépersonnalise les femmes, tout en donnant du poids au désir d’authenticité recherché par les consommateurs et consommatrices (Attwood, 2012).

6Selon Attwood (2007), plusieurs producteurs et productrices de pornographie alternative établissent un rapprochement entre ce type de pornographie et une forme de militantisme. La production de pornographie alt deviendrait alors une tactique de subversion des normes sexuelles en vigueur et une prise de pouvoir sur ces dernières. Ils et elles disent vouloir défier les conventions de beauté et de style, et s’affairent à créer un environnement de travail et de représentation sexuelle éthique (Attwood, 2007) où les actrices et acteurs peuvent exprimer comment ils et elles souhaitent être représentés dans les photos et vidéos.

  • 9 Vivid Entertainement a été fondé en 1984 et est considérée comme une compagnie majeure de l’industr (...)

7Si le postulat de base était de proposer quelque chose de différent, il est paradoxal de constater une uniformisation importante des contenus alternatifs au fil du temps. Selon Ray (2007), la porno alt aurait été réabsorbée par le mainstream avec la création de la filière Vivid Alt9. De plus, malgré un désir de dénoncer les normes d’apparences du mainstream, en privilégiant quasi systématiquement la présence de nombreux tatouages et piercings chez ses actrices, le genre alternatif impose également ses critères normatifs (Ray, 2007). Plus encore, l’alt reconduit plusieurs critères de beautés similaires au mainstream comme le corps cisgenre, la minceur, la blanchitude et la capacité physique. La pornographie alternative a rapidement été victime de son succès : en étant à même de rejoindre des personnes qui ne se sentaient pas interpellées par le mainstream, l’alt devient une opportunité de diversification des marchés et est récupérée par l’industrie. En dépit des tensions dénoncées, c’est-à-dire d’une part l’instauration d’un nouveau système normatif régissant l’apparence physique des actrices, et, d’autre part la tendance des productions alt à intégrer une esthétique pornographique mainstream afin d’augmenter les revenus (Ray, 2007), pour Ray entre autres, la pornographie alternative reste un lieu d’expression d’un féminisme engagé et convaincu.

  • 10 Female to male
  • 11 Le cas de indiepornrevolution est particulier puisqu’il s’agit d’un des sites de Courtney Trouble d (...)

8Parallèlement au développement de la pornographie alternative se développe une pornographie dite indépendante ou indie porn, d’ailleurs très souvent confondue avec la première. Inspirée plus directement du féminisme pro-sexe et queer dans certains cas, et des sous-cultures punk et gothiques, la pornographie indépendante s’appuie elle aussi sur une rhétorique de l’authentique où les représentations physiques et psychiques des acteurs et actrices sont présentées comme « vraies ». La porno indie est souvent présentée comme une pornographie anti-commerciale (Cramer et Home, 2007), contrairement à la pornographie mainstream, dont les impératifs de vente dictent la production. La pornographie indépendante sous-tend une indépendance d’idées pour les acteurs et actrices qui sont souvent également les réalisateurs et réalisatrices, et ont donc une plus grande marge de liberté sur ce qu’ils et elles choisissent de tourner puis de montrer au montage. De cette idée d’indépendance découle le refus d’appartenir à une niche marchande, soit d’étiqueter les contenus en catégories pour faciliter les recherches de l’auditoire, et de lui permettre de trouver ce qui l’intéresse et l’excite (et corollairement d’éviter d’autres catégories). La pornographie indépendante refuse donc généralement les catégorisations, ou niches, évitant ainsi de contribuer à la fétichisation de certaines caractéristiques des individus, et propose plutôt en un seul endroit et de manière indifférenciée les différents contenus vidéo offerts. Par exemple une vidéo incluant une femme corpulente ne portera pas l’étiquette BBW (Big Beautiful Woman), celui incluant une personne trans ne portera pas l’étiquette shemale, ladyboy ou FTM10, et ainsi de suite. La pornographie indépendante tente également de se distancier du système capitaliste en promouvant l’importance de l’accessibilité au contenu, indépendamment de la classe sociale des personnes qui souhaitent en regarder. C’est ainsi que des sites comme indiepornrevolution.com11 ou pornforeveryone.net tentent de maintenir des prix réduits pour les produits et les abonnements, allant même jusqu’à suggérer l’économie du troc aux usagers et usagères. Si la pornographie alternative reste attachée à une démarche plus esthétique et artistique, nous pouvons retrouver dans la pornographie indépendante un intérêt marqué pour l’approche DIY (do it yourself), qui implique généralement des moyens de production plus abordables et un produit fini plus artisanal. Il en va de soi puisque la pornographie indépendante ne vise pas à répondre aux demandes du marché comme la pornographie alternative.

  • 12 En cohérence avec les arguments de Cramer et Home, il serait possible de circonscrire la pornograph (...)

9L’étude des productions pornographiques indépendantes bute cependant contre deux obstacles. Tout d’abord, comment pouvons-nous avoir accès à des productions réellement indépendantes si elles ne sont pas mises en vente ? Ensuite, pour Cramer et Home (2007), l’appellation pornographie indépendante est contradictoire puisqu’elle est, elle aussi, commercialisée : elle ne se désinscrit donc jamais des impératifs de financement et du marché.12

10Bien que les pornographies alternatives et indépendantes ne se revendiquent pas toutes du féminisme pro-sexe, force est de constater la parenté de leurs idées. En effet, l’idée de proposer une rupture avec certaines normes et conventions du mainstream témoigne d’une critique minimalement implicite, voire explicite de la pornographie dans certains cas. Plus proche encore d’un féminisme pro-sexe se trouve l’inclusion de personnes, de corps et de pratiques traditionnellement exclus du mainstream, ainsi que la préoccupation de certaines productions alternatives et indépendantes quant à la question du genre et de sa représentation. Ces productions témoignent généralement d’un grand respect et d’une grande inclusion pour les identités de genre non conventionnelles (Ray, 2007).

Pornographies éthique et artistique, rejet du modèle mainstream

  • 13 Les pornographies critiques de cette catégorie ont tendance à présenter la pornographie mainstream (...)
  • 14 Le site beautilful agony, aussi appelé « facettes de la petite mort », propose des vidéos de mastur (...)

11Un second groupe identifiable est celui des pornographies qualifiées éthique ou artistique. Si le motif principal des productions alternatives est de montrer quelque chose de différent tout en conservant certains moyens de production et de diffusion du mainstream dans sa version plus professionnelle qu’amateur, ce sont principalement ces moyens de productions qui sont remis en question par la pornographie éthique et artistique. En plus d’une contestation de la praxis de production, les pornographies qui se revendiquent de l’esthétisme et de l’éthique tendent à se distancer des conventions stylistiques du hardcore. Plus spécifiquement, la pornographie éthique réagit aux conditions de production et de travail13, ainsi qu’aux représentations de la sexualité et leurs implications, alors que la pornographie artistique réagit plutôt à la qualité du produit, tant sur ses aspects visuels que narratifs. Bien que ces deux genres aient des objectifs critiques différents, ils sont selon nous interreliés ; d’une part, parce que certaines productions revendiquent simultanément ces deux identités et d’autre part, parce que mises ensembles, les pornographies éthiques et artistiques critiquent et souhaitent se distancier de l’industrie dans sa totalité. Elles incarnent un refus ferme de tout type de parenté avec les productions de l’industrie mainstream. C’est le cas entre autres des sites beautifulagony.com et Ifeelmyself.com14 qui identifient leur production comme étant artistique et éthique.

  • 15 Bien que nous considérions le travail de Lust comme artistique, nous estimons toutefois qu’il s’app (...)
  • 16 Nous souhaitons remercier Geneviève Leblanc pour la traduction des citations qui proviennent de tex (...)

12Pour ce qui est de la pornographie artistique, Sabo (2012) identifie Erika Lust15 comme la réalisatrice la plus importante de la « arty progressive porn » (p. 123) et décrit le travail de celle-ci comme étant de grande qualité, incluant des scénarios réalistes tournés et montés comme des vidéoclips et une bande sonore entraînante (Sabo, 2012). Pour sa part, Lust affirme qu’elle souhaite « fournir une alternative à la pornographie mainstream où le point de vue des femmes est vital, où l’esthétique est un plaisir pour tous les sens, et où l’érotisme et l’innovation sont célébrés. »16 (Lust, 2015). Ainsi, nous pouvons affirmer que pour les tenants de la pornographie artistique, il importe d’ajouter un plaisir visuel, voire un plaisir intellectuel, au plaisir sexuel puisque tant les scénarios que l’image visent à être bonifiés. En somme, pour les pornographies dites artistiques, la distanciation à l’égard du mainstream s’opère via une réécriture des scénarios et de l’image elle-même.

13La distanciation par rapport au mainstream s’opère différemment pour les pornographies éthiques. L’analyse de discours du site beautiful agony effectuée par Ward (2010) permet de l’illustrer. En effet, selon Ward, le site est positionné comme une réponse à ce qui est perçu comme le hardcore traditionnel et à sa mauvaise représentation du plaisir. Un extrait tiré directement du site beautiful agony permet d’exemplifier davantage cette distanciation, voire ce dégoût, de l’objet mainstream : « Considérant que la pornographie a bénéficié de quelques milliers d’années pour évoluer, et ce, parallèlement aux autres courants culturels, on pourrait s’attendre à ce qu’elle fasse preuve de raffinement et de sophistication. Au contraire, plutôt que de s’être développée en sophistication et en nuances, elle propose une représentation brutale et dénuée de charme de la sexualité humaine. […] Les pornographes ont renoncé aux principes fondateurs de l’érotisme au profit de clichés et d’une quête obsessive des extrêmes. » (Beautiful agony, 2015). Ainsi, le désir de créer une pornographie « raffinée et sophistiquée » passe par une distanciation à l’égard du mainstream et à la sexualité qui est représentée, celle-ci étant jugée trop génitale, trop hardcore et pas assez authentique. Ces sites n’hésitent pas à rejeter l’étiquette pornographique pour parler plutôt d’érotisme. On retrouve d’ailleurs sur le site Ifeelmyself une critique claire des représentations véhiculées par le mainstream : « En mettant l’accent sur le plaisir masculin, la pornographie mainstream marginalise l’expérience des femmes et les dépouille souvent de leur dignité. Nous voulons faire notre part pour rétablir l’équilibre en créant des images de la sexualité féminine qui soient constructives, honnêtes et personnelles. » (Ifeelmyself, 2015). L’objectif est donc très clair : revaloriser la sexualité des femmes et l’orgasme féminin qui ont trop longtemps été mis à l’écart par la pornographie mainstream, et ce pour des raisons techniques, mais surtout idéologiques (Williams 1989).

14Selon Ward (2010), cette distanciation est associée à un élitisme implicite où les membres de ces sites sont considérés comme sophistiqués comparativement aux consommateurs typiques, et même aux acteurs et actrices de pornographie mainstream. Plus encore, les membres de la communauté Beautiful agony participeraient de manière active au maintien d’une frontière entre le site et tous les autres sites issus de l’industrie mainstream (Ward, 2010). Cette impression d’élitisme se retrouve également sur I feel myself : « Nous rêvons du jour où toute la pornographie misogyne, de piètre qualité et dégradante sombrera dans l’oubli, alors que les personnes intelligentes et dotées de discernement, comme vous, se tourneront vers des sites comme Ifeelmyself.com […] » (Ifeelmyself, 2015). Il est étonnant de constater à quel point ce discours reprend les distinctions classiques entre érotisme et pornographie — plus souvent basées sur un jugement moral, de goût ou encore liée à la classe sociale (Lavigne, 2014a) — qui désignent l’érotisme comme une version socialement acceptable de la pornographie. L’érotisme s’apparente ainsi à l’art, à un produit esthétique destiné aux classes possédant un certain capital culturel, alors que la pornographie est une affaire de consommation, un produit culturel de masse sans qualité esthétique (Lavigne, 2014a). En fait, apposer le qualificatif « pornographie » revient à juger ou à censurer un film selon des critères subjectifs qui varient aussi dans le temps. Il n’est pas inutile de rappeler que pour l’historien de la pornographie, Walter Kendrick (1987) : « Le mot "pornographie" désigne un argument, et non une chose. » (33)

15La pornographie éthique tente également de se distancier du mainstream par l’entremise d’une modification des conditions de travail généralement en vigueur dans l’industrie. Tout d’abord, les sites comme beautiful agony et Ifeelmyself affirment tenter de démanteler le plus possible la structure de production en permettant aux actrices de se filmer elles-mêmes sans présence d’une équipe de tournage, à la maison, ou encore dans une salle. Ces sites mettent également en avant le fait que les personnes participantes sont pleinement consentantes, qu’elles partagent les vidéos parce qu’elles le souhaitent vraiment et qu’elles désirent faire partie d’un projet différent (I feel myself, 2015). Les sites affirment également offrir un environnement sécuritaire et respectueux où aucun partenaire sexuel n’est imposé. Finalement, ces sites affirment offrir une compensation financière adéquate aux participantes, soit une contribution initiale lorsqu’elles soumettent un vidéo et des bonus par visionnements ou téléchargements.

  • 17 Réfère à l’idée qu’il existerait, pour les femmes, des comportements sexuels et de séduction qui ne (...)

16Bien que l’idée de revalorisation de l’orgasme féminin relève définitivement d’un projet féministe, il importe de nuancer les intentions de ces productions. En effet, ce qui détonne, c’est la distanciation avec le mainstream et l’élitisme qui y est sous-jacent. En effet, le fait de condamner et de juger les consommateurs et les personnes impliquées dans la production de matériel pornographique mainstream représente selon nous un écart avec une attitude féministe pro-sexe et s’apparente à du slut shaming17. En effet, ce sont principalement les actrices œuvrant dans le mainstream qui sont dans la mire des critiques émises par ces sites : elles sont considérées comme des femmes artificielles et sont représentées de manière monolithique comme des femmes siliconées, des poupées Barbie, des « stars du porno lassées qui performent mécaniquement » (Ifeelmyself, 2015), qui ne retireraient pas de plaisir de leur travail et qui simuleraient donc leurs orgasmes. À l’inverse, les femmes qui contribuent aux sites à l’étude sont littéralement présentées comme des artistes. À notre avis, cette distinction entre les actrices du mainstream et celles de la pornographie éthique ou artistique nous ramène aux archétypes de la madone et de la putain (généralement dénoncés comme étant une forme de contrôle de la sexualité des femmes) et est un bémol important au projet autrement prometteur des sites de pornographie éthique et artistiques.

Pornographie éducative : entre utilitarisme et politique

17Une autre forme de pornographie en marge du mainstream se discerne dans notre corpus, soit la pornographie éducative. En effet, certaines réalisatrices vont utiliser la pornographie et ses codes, du moins en partie, comme des outils d’éducation sexuelle afin d’informer le public sur la sexualité, plus particulièrement la sexualité féminine. Comme les autres genres mentionnés plus haut, la pornographie éducative part d’une posture critique envers le mainstream et ses représentations trompeuses de la sexualité. La différence réside alors dans les objectifs poursuivis qui pourraient se résumer ainsi : faire « du beau » pour l’artistique, « du bien » pour l’éthique et « du différent » pour l’alternatif. Suivant cette logique, le motif de la pornographie éducative serait quant à lui de faire quelque chose d’utile, de pratique.

18La principale critique formulée par la pornographie éducative envers le mainstream concerne les représentations de la sexualité, particulièrement la sexualité féminine, qui y seraient faussées et nuiraient au développement sexuel. En parlant de la pornographie mainstream, Hartley (2013) affirme que : « plusieurs des messages qu’elle véhicule sont superficiels et malhonnêtes, et reflètent la honte et la confusion qui entourent la sexualité dans notre culture, plutôt que de célébrer cette sexualité dans toute sa puissance et sa diversité. » (231-232). Malgré cette critique, les réalisatrices de pornographie éducative reconnaissent que la pornographie reste le meilleur moyen de montrer et d’enseigner des pratiques sexuelles (Hartley, 2013). C’est ainsi que Nina Hartley, Tristan Taormino et Annie Sprinkle (une pionnière en la matière) ont décidé de se réapproprier la pornographie à des fins utilitaires et politiques, soit par l’éducation sexuelle et par la correction des (nombreuses) lacunes présentes dans les productions pornographiques mainstream. Contrairement aux pornographies artistiques et éthiques qui rejettent l’étiquette pornographique et tentent plutôt de bâtir des représentations érotiques sur de nouvelles bases, la pornographie éducative part du constat que la pornographie existera toujours, et que de ce fait, il serait préférable de l’utiliser positivement. Plus encore, comme la sexualité est considérée comme importante pour le bien-être de tou-te-s, fournir des exemples concrets afin d’inciter les personnes, couples ou partenaires à expérimenter apparait tout à fait justifié (Hartley, 2013).

  • 18 Par exemple, la Wondrous Vulva Puppet, une reproduction agrandie en trois dimensions des organes se (...)

19Pour les tenants de la pornographie éducative, la sexualité peut et doit être enseignée. Tout d’abord, la sexualité peut s’enseigner parce que son exercice repose sur des habiletés physiques qui peuvent s’apprendre à l’image de n’importe quel sport (Hartley, 2013). De plus, les connaissances sur le corps humain et sur son fonctionnement, nécessaires à l’expérience de la sexualité, reposent également sur un apprentissage expérientiel et didactique. Les vidéos pornographiques éducatives contiennent donc souvent des illustrations et même des marionnettes anatomiques18 (Heffernan, 2013).

20Ensuite, les tenants de la pornographie éducative affirment que l’enseignement de la sexualité via la pornographie relève davantage d’un devoir parce que la pornographie mainstream représente mal certaines pratiques comme le cunnilingus et le sexe anal : « De façon générale, la pornographie éduque mal les gens à propos de la sexualité. Elle dépeint piètrement le cunnilingus puisque l’objectif de la caméra est bloqué si l’acte est effectué correctement. Sauf quelques rares exceptions, elle ne consacre pas suffisamment de temps d’antenne aux préliminaires et elle investit trop dans les minutes finales de pénétration hydraulique (hydraulic penetration). » (Hartley, 2013, 234-235). Il est donc primordial de rectifier les représentations en fournissant des modèles positifs. Au-delà de la représentation des actes sexuels, la pornographie éducative tente également de questionner les conventions qui se cachent derrière la notion de plaisir en promouvant par exemple une sexualité BDSM consensuelle (Hartley, 2013).

21Une autre caractéristique de la pornographie éducative est de représenter la sexualité comme une expérience holistique qui se traduit, selon Hefferman (2013), par un détachement des gros plans génitaux et par une représentation de la sexualité comme une expérience unique impliquant tout le corps. Les plans de caméra sont donc reconfigurés avec une attention plus particulière au corps et visage féminin dans le but de retracer toutes les réactions « physiques, psychologiques, émotionnelles, et même spirituelles » (Heffernan, 2013, 252). On pourrait d’ailleurs y lire, comme dans certaines productions éthiques et artistiques, une tentative de revalorisation de la sexualité, plus particulièrement de la sexualité féminine.

22Malgré les critiques formulées à l’objet de la pornographie mainstream, la pornographie éducative se différencie des courants précédents parce qu’elle ne condamne pas complètement le mainstream, ne fait pas preuve d’élitisme et reconnait les personnes qui y œuvrent. Plus encore, malgré les représentations erronées de la sexualité dans la pornographie mainstream, sa valeur éducative ainsi que son rôle précurseur de promotion des sexualités alternatives sont également reconnus (Hartley, 2013). D’ailleurs, c’est précisément parce qu’elles se refusent à condamner totalement les productions mainstream que les productions éducatives, à l’instar des productions alternatives, sont souvent elles aussi réabsorbées par l’industrie : quelques années après vivid alt, vivid ed voit le jour.

Pornographie par et pour les femmes : une réappropriation inévitable

23Les productions pornographiques autodéterminées par les femmes, aussi appelées « par et pour les femmes » partent moins de visées éducatives que d’un besoin de réappropriation des moyens de production et du désir de créer une pornographie qui ressemble aux femmes, à leurs désirs et à leurs besoins. Si dans les courants mentionnés précédemment le destinataire n’est pas toujours spécifié, il en est tout autrement dans le cas présent puisque le destinataire est principalement, voire exclusivement, féminin. En effet, l’industrie pornographique mainstream est créée par et pour les hommes, et les femmes ne sont pas considérées comme des spectatrices plausibles. La pornographie par et pour les femmes vise à changer cet état de fait et procède, selon Williams (1989), a une « re-vision » du hardcore par les femmes.

  • 19 Porn conjugué comme en latin avec un a pour signifier le féminin. Le Dusk panel qui propose ce néol (...)
  • 20 Nous utilisons ici le terme « authenticité » pour regrouper un ensemble d’expressions utilisées p (...)

24Selon Schauer (2005), la pornographie pour femmes retravaille les conventions existantes de représentations explicites, donne une place aux femmes comme spectatrices, et ébranle les frontières et catégories établies par la pornographie traditionnelle (Schauer, 2005). L’auteure précise que, contrairement à la pornographie pour femmes, le concept de pornographie pour hommes relève d’un certain non sens dans la mesure où la pornographie mainstream renvoie de facto au spectateur masculin. Faisant écho à Schauer, le terme porna19 est proposé par certain-e-s pour designer la pornographie pour femmes (Dusk panel, 2015). L’adhésion à l’étiquette porna repose sur de nombreux critères, dont la centralité du plaisir féminin (Dusk panel, 2015). À ce critère s’ajoutent l’authenticité20 des acteurs et actrices, de leurs corps et de leurs actions, et la construction intelligente des scénarios où le contexte entourant la scène sexuelle est plausible (Dusk panel, 2015). Finalement, la porna devrait contenir des représentations explicites de la sexualité, mais celles-ci ne devraient jamais être vulgaires, ou hard/rough (Dusk panel, 2015). On remarque encore ici une distanciation avec le mainstream, ainsi qu’une rupture avec le courant éducatif qui tente de légitimer une variété de pratiques sexuelles sans condamner les pratiques plus hard comme le rough sex ou le BDSM.

  • 21 Comme le projet s’inscrit majoritairement dans un contexte nord-américain, certains projets europ (...)

25On peut reprocher à la pornographie par et pour les femmes de présumer que les femmes ne regardent pas de mainstream sous prétexte qu’elles n’apprécient pas ce type de pornographie. On adoucit alors les représentations en essentialisant ce que les femmes « veulent voir », essentialisme qui prend racine dans des stéréotypes sexuels opposant masculinité et agressivité à féminité et douceur. Plus encore, les productions par et pour les femmes font preuve d’hétéronormativité, puisque le désir féminin est présenté de facto comme hétérosexuel. Malgré ces faits, la pornographie pour femmes reste une contestation du privilège masculin. Puisque femme est loin d’être un sujet unifié (Fuss, 1989 ; Hill Collins, 1990 ; Butler. 1990), et parce qu’il existe donc des différences entre les deux, nous avons choisi de présenter de manière distincte les courants par et pour les femmes hétéros, et par et pour les lesbiennes21.

Représenter le désir féminin hétérosexuel

  • 22 Il est à noter que nous étudierons plus tard dans le texte les pornographies queer.

26Bien que la distinction entre la pornographie par et pour femme hétéros et celle par et pour lesbiennes soit nécessaire, des distinctions doivent également être faites à l’intérieur de ces catégories22. En effet, si la pornographie par et pour les femmes hétéros est mue par le désir de montrer ce que les femmes veulent voir, l’affirmation que les hétérosexuelles ne veulent pas nécessairement toutes voir la même chose n’apparaît clairement que plus tardivement. Taormino (2013) dénonce d’ailleurs la tendance assez présente dans l’industrie à croire que les femmes hétérosexuelles recherchent des représentations plus douces de la sexualité, ce qui reflète et renforce les stéréotypes sexuels existants. Ray (2007) dénonce, quant à elle, l’hésitation de certain-e-s à étiqueter leurs films comme étant destinés aux femmes, préférant l’appellation « pour le couple », comme s’il n’était pas tout à fait concevable qu’il n’y ait aucun destinataire homme. La pornographie pour couple devient alors une nouvelle niche du marché hétérosexuel (Ray, 2007) et échoue ainsi à se défaire totalement du male gaze.

  • 23 Selon les différents visionnements effectués dans le cadre du projet, il apparait que les fantasmes (...)

27Plusieurs identifient Candida Royalle comme pionnière de cette réappropriation féminine de la pornographie. Selon Beggan et Allison (2003), ses films se seraient inscrits dans un nouveau mouvement de création de pornographie plus accessible pour les spectatrices. En effet, la pornographie mainstream n’est pas accessible pour les femmes puisqu’elle est destinée aux hommes et raconte leurs histoires et plaisirs. La pornographie pour les femmes hétéros tente donc de renverser le courant de l’industrie par et pour les hommes en proposant des films qui promeuvent des perspectives féminines (Beggan et Allison, 2003). La primauté du plaisir féminin et la reconnaissance de l’auditoire comme féminin deviennent alors les deux éléments clés de la pornographie pour femmes (Beggan et Allison, 2003 ; Ray, 2007). Puisque l’idée est d’adapter la pornographie pour qu’elle plaise aux femmes hétéros et ainsi viser leur excitation, leurs désirs et leurs fantasmes23, la pornographie par et pour les femmes ne tombe pas dans l’élitisme qui caractérise les pornographies éthique et artistique, et présente des personnages féminins en plein pouvoir de leur sexualité et des scénarios sexuels de plus en plus diversifiés et inclusifs. La création d’une pornographie pour femmes, à contre-courant de la pornographie mainstream, a inclus dès ses débuts un effort constant visant à défier les conventions du genre pornographique. Un des changements majeurs reste sans doute l’élimination de presque toutes les représentations de l’éjaculation masculine externe (Beggan et Allison, 2003). En plus de l’élimination du money shot, d’autres conventions du mainstream ont fait l’objet d’une réinvention ou d’un effacement à travers les différentes productions pornographiques destinées aux femmes hétéros. Par exemple, les plans rapprochés des organes génitaux et de la pénétration phallo-vaginale (meat shot) deviennent de moins en moins présents, tout comme les scènes d’orgies et de girl-on-girl, et une plus grande attention est portée aux scénarios (Beggan et Allison, 2003 ; Ray, 2007).

28Cette transformation des codes mainstream dans ses extrêmes est tournée en ridicule pour certaines auteures qui affirment qu’au final tout film qui comporte une intrigue relationnelle et dont l’éclairage est tamisé est lu comme destiné aux femmes, mais secrètement destiné à une audience d’hommes gais. Selon les résultats obtenus par Schauer (2005) lors d’une analyse de sites pornos pour femmes hétéros, certains contenus destinés aux femmes hétéros seraient effectivement sélectionnés dans des banques d’images de softcore gai puis triés afin de conserver les représentations les plus masculines et viriles et retirer toute présence de sexualité entre hommes. L’analyse de Schauer révèle un aspect crucial qui est au cœur de notre recherche, soit l’importance d’identifier des productions non seulement destinées à un public ou une communauté, mais également créées et produites par ce même public ou communauté. Ainsi le « par » de l’expression « par et pour » est d’une importance capitale puisqu’il implique une mouvance d’autodétermination et pas uniquement une tentative d’ouverture et de diversification des marchés.

29C’est précisément ce que tentent de faire présentement plusieurs réalisatrices dont Jennifer Lyon Bell et Erika Lust. Toutes deux s’inscrivent dans cette mouvance d’autodétermination de la pornographie, où l’objectif principal est de créer un produit qui est excitant pour les femmes hétéros, et où le point de vue féminin est central. Selon Lyon Bell (2009), il y aurait peu d’occasions pour les femmes de voir des films qui les excitent vraiment. C’est pour cette raison qu’elle affirme réaliser des films dans le but de : « [combler] le fossé entre la façon dont les films mainstream (généralement hollywoodiens) représentent la sexualité et l’univers des films pornographiques, et [de créer] quelque chose entre les deux qui reflète du moins [sa] propre expérience de la sexualité. » (Lyon Bell, 2009). Lust, qui est elle-même conservatrice d’un cinéma pornographique en ligne, affirme que son objectif est de « mettre en vedette le travail de ces réalisateurs et réalisatrices incroyables et d’offrir un havre pour les personnes qui recherchent une alternative à la pornographie mainstream où le point de vue des femmes est essentiel, où l’esthétique contribue au plaisir des sens, et où l’érotisme et l’innovation sont célébrés. » (Lust, 2010). Ainsi, tant Lust que Lyon Bell considèrent les femmes hétérosexuelles comme désirantes et s’efforcent de produire une pornographie excitante pour les femmes. Il s’agit là en soi d’un projet féministe qui se démarque du mainstream.

Représenter le désir lesbien

30Si Candida Royalle est identifiée comme pionnière de la réappropriation de la pornographie pour les femmes hétérosexuelles, Ray (2007) identifie Nan Kinney et Debbie Sundahl comme étant celles de la réappropriation de la pornographie par et pour lesbiennes. La pornographie par et pour lesbiennes est mue principalement par la critique de la représentation mainstream du girl-on-girl et du personnage de la lesbienne, qui est représenté dans la pornographie mainstream comme un préambule à la sexualité hétérosexuelle (Williams 1989 ; Butler, 2015). Le désir de montrer une sexualité lesbienne authentique (Beirne, 2012) est également un motif évoqué par les réalisatrices de pornographie par et pour lesbiennes. Les principales critiques adressées à la sexualité entre femmes représentée dans le mainstream sont que les corps montrés correspondent aux idéaux de beauté hétéros, que la sexualité lesbienne représentée n’est pas vraisemblable, qu’il est difficile d’observer l’intimité ou les émotions entre les actrices et, finalement, qu’il est possible de discerner que les scènes sont destinées à plaire et à répondre aux attentes des spectateurs masculins (présence du male gaze) (Morrison et Tallack, 2005). Conway (1997) parle de l’absence des lesbiennes dans la culture visuelle en termes d’oblitération : elles n’en sont ni les productrices, ni le sujet du regard, ni les spectatrices. La pornographie par et pour lesbiennes vient donc contrer cette oblitération et les femmes y participeraient afin de « représenter une diversité corporelle, de combattre le sentiment de ne pas être attirante en réponse aux standards de beauté de la culture dominante, de se tailler une place dans l’histoire et de produire un vidéo qui puisse se distinguer de la pornographie mainstream. » (Conway, 1997, 3-4).

31La pornographie par et pour lesbiennes peut être comprise dès ses débuts comme la tentative de « de représenter la présence lesbienne par le prisme de la différence, autrement dit de créer un espace au sein de la pornographie pour une sexualité non hétérosexuelle en insistant sur les aspects les plus érotiques de la sexualité lesbienne » (Butler, 2015, 172). Effectivement, les auteur-e-s qui se sont intéressé-e-s aux débuts de la pornographie par et pour lesbiennes affirment que la sexualité lesbienne, probablement dans le but de se distancier du hardcore hétéro, était alors dépeinte comme douce, sensuelle et connectée avec la nature (Butler, 2015). Par la suite, une seconde vague de pornographie par et pour lesbiennes, appelée aussi pornographie dyke, aurait permis de revenir sur ces représentations afin de présenter un éventail plus large de pratiques sexuelles lesbiennes, donc plus fidèle des sexualités lesbiennes. Selon Ryberg (2008) et Butler (2004), il s’agirait d’ailleurs d’un refus de se conformer aux idéaux politiquement corrects de la sexualité lesbienne comme étant douce et érotique. Ce refus était déjà au cœur de la feminist sex war dans les années 1980 (Duggan et Hunter, 2006), et est à la base du développement du féminisme pro-sexe, notamment via les écrits de Gayle Rubin (1984) et de Pat Califia (1994). La pornographie dyke, qui s’amorce après la pornographie par et pour lesbiennes, est définie par Heather Butler (2015) comme l’appropriation des conventions appartenant à la pornographie pour hommes gais et hétéros, comme par exemple l’usage extensif de godemichets, des jeux de rôles et du rough sex. Malgré les différences dans la sexualité lesbienne représentée, Beirne (2012) affirme que les films lesbiens et dykes ont en commun de travailler à l’éducation de la spectatrice lesbienne, de vouloir présenter des sexualités et des corps authentiques, et finalement de tenter de ré-évaluer le regard afin qu’il ne soit pas perçu comme masculin. Selon les participantes de l’étude de Morrison et Tallack (2005), plusieurs indicateurs permettraient de discerner l’absence du male gaze, soit l’absence de pénétration, un focus davantage axé sur le corps que les organes génitaux et la présence d’intimité plausible entre les partenaires. L’aspect éducationnel est d’ailleurs important pour Ryberg qui souligne que les films par et pour lesbiennes « fournissent informations et éducation à propos des organes génitaux féminins et de la sexualité lesbiennes qui ne sont pas disponibles dans la culture dominante. » (Ryberg, 2008, 77)

32On remarque toutefois une tension entre les représentations des sexualités lesbienne et dyke. Même si elles sont parfois considérées comme deux appellations désignant un même objet, pornographie « lesbienne » et « dyke » sont par moments aussi considérées comme différentes : « le porno gouine est exactement ce que le porno lesbien aurait dû être, mais n’a pas pu être. Il promeut des rapports sexuels protégés, n’hésite pas à transgresser les frontières de ce qui était auparavant considéré comme le domaine réservé de la pornographie hétérosexuelle et gay, à savoir la pénétration, les obscénités, le sexe violent et les jeux de rôle, pour ne citer que quelques pratiques. Tout ce qui était jusque-là connu comme indécent, pervers et malvenu (pour des raisons politiques et intimes) se retrouve – littéralement – à portée de main du public. » (Butler, 2015, 180). Par ailleurs, la pornographie dyke se différencie aussi du mainstream et de ses scènes de girl-on-girl en introduisant la figure de la butch (tant dans sa forme dyadique fem/butch que comme figure en soi) qui devient, pour Butler, le marqueur visible du lesbianisme et qui lui permet de gagner un maximum de crédibilité et de visibilité. Plus encore, Butler (2004) considère que l’icône de la butch permet de signifier l’authenticité et affirme que sa présence permet de créer un espace sécuritaire de représentation visuelle du désir et du plaisir lesbien. Plus encore, elle déstabilise l’hétéronormativité (Butler, 2004). Selon Beirne (2012), l’inclusion de la figure butch, qui ne cadre pas avec les standards de beauté et de désirabilité du mainstream hétéro, traduit une intention politique de renégociation de ces standards.

33Selon Ryberg (2008), au-delà de la figure de la butch, l’authenticité serait signifiée par plusieurs autres moyens. Elle cite d’abord des procédés filmiques de cadrage où l’entièreté du corps apparait à l’écran lors de l’orgasme, montrant ainsi des preuves corporelles multiples du plaisir. Ensuite, des procédés de montage où, par exemple, les séquences filmées sont moins éditées, représentant ainsi une scène plus fidèle à ce qui s’est réellement passé lors du tournage. Comme Butler, Ryberg (2008) identifie l’utilisation de godemichets et la présence d’éjaculations féminines comme nouvelles figures emblématiques de la pornographie par et pour lesbiennes. Particulièrement l’éjaculation féminine, qui devient alors un double marqueur d’authenticité, authentifiant à la fois le plaisir féminin et la sexualité lesbienne (Ryberg, 2008). Plus encore, l’éjaculation féminine peut être lue comme une réappropriation et une subversion du money shot emblématique du hardcore. Toutefois, Ryberg affirme que la présence de l’éjaculation féminine peut être aussi interprétée comme un ajustement à la norme : « les femmes essaient désormais d’être aussi bonnes que les hommes ou similaires à eux, plutôt que d’être représentées différemment ou selon leurs propres termes. » (Ryberg, 2008, 75). Pour répondre à cette critique, il n’en demeure pas moins que l’éjaculation est une vraie potentialité du corps féminin et que le fait de montrer la capacité éjaculatoire des femmes est éducatif en soi, en plus de transgresser les tabous entourant les fluides corporels féminins. Cette capacité réelle du corps n’a donc pas à être cachée ou réprimée sous prétexte d’un danger normatif.

Porno queer, l’éclatement des représentations

34La pornographie queer, dernier sous-genre de notre cartographie, est celle ayant le plus fait l’objet de recherches, probablement en raison de la richesse des discours politiques sur le genre et la sexualité qui y sont rattachés. En effet, on retrouve dans la pornographie queer la plus complète critique de l’industrie mainstream. L’objectif ici n’est pas uniquement de faire du beau, du bien, du différent ou de l’utile, comme dans les genres explicités précédemment. Bien que la pornographie queer soit un peu tout cela à la fois, sa radicalité vient davantage du fait de transformer totalement les codes du mainstream afin de souligner l’aspect performatif intrinsèque à toute forme de pornographie. De même, la pornographie queer, comme son nom l’indique, a une vocation politique et s’efforce de faire exister des rôles de genre, des corps différents et des sexualités plus marginales dans la sphère culturelle (DeGenevieve, 2007 ; Lipton, 2012 ; Matebeni, 2014).

35Selon Lipton (2012), la porno queer prendrait racine dans la pornographie par et pour lesbiennes, puis dans celle dite dyke. Pour Lipton (2012), les éléments d’empowerment abordés dans la pornographie dyke sont maintenus et même approfondis dans la pornographie queer. Tant les pornographies queer et dyke s’appuient sur des réflexions féministes sur les normes de genre, mais sont également mues par un souci de rendre la pornographie plus éthique, tant pour les actrices que pour l’auditoire (Lipton, 2012). De plus, la pornographie queer est nourrie par un refus d’accepter le produit standard de la pornographie produite par et pour les hommes, et par le désir des communautés queer de produire une pornographie qui leur ressemble (Hardy, 2008). La porno queer est même qualifiée de « démocratie à son meilleur » (DeGenevieve ; 2007, 234). Comme l’affirme DeGenevieve, « La pornographie queer brise toutes les règles : c’est un lieu où tout est permis, où tout est possible, où chaque corps est objectivé et fétichisé parce qu’il veut l’être. Elle ne correspond pas à un comportement spécifique. Les corps queer se délectent de leurs différences, créant un monde idiosyncrasique dans la façon dont ils se mettent en scène, de la sexualité vanille à la masculinité ou à l’ultra-féminité (high femme), en passant par les jeux de sang et la violence, à la tendresse et aux soins post-sexuels (aftercare). » (DeGenevieve, 2014, 195). De manière plus synthétisée, est représenté dans la pornographie queer n’importe quel type d’activités sexuelles entre personnes majeures et consentantes, et ce, sans préoccupation pour le genre et l’orientation sexuelle (DeGeneviève, 2014).

36En raison de son souci d’inclusion et d’expérimentation, la pornographie queer apparaît donc comme le référent par excellence de la pornographie dite politique (Lipton, 2012 ; Matebeni, 2014). Plus encore, la pornographie queer proposerait, selon certain-e-s, une utopie politique où les identifications et aspirations culturelles queer et radicales sont célébrées (Lipton, 2012), et une rhétorique révolutionnaire invitant à défier les normes de l’industrie pornographique (Fotopoulou, 2013). À la fois lié au militantisme et aux réflexions théoriques, le terme queer s’inscrit dans une célébration de l’autonomie sexuelle et de la différence sexuelle, dans un rejet de l’hétéronormativité et du conformisme. Plus encore, la pornographie queer, produite par et pour la communauté queer, permet une autoreprésentation des désirs et des sexualités queer (Matebeni, 2014), et des pratiques non hétéronormatives (Schaschek, 2014), contrairement à la pornographie mainstream qui, selon certain-e-s, est au service du statu quo puisqu’elle renforce le système de valeurs sexistes et homophobes (Carter, 1978 ; Bell, 2004).

37La position politique sous-jacente dans la pornographie queer permet de poser un regard critique sur différents aspects dont les valeurs sociales en lien avec le genre et la sexualité, et, plus particulièrement, celles reproduites dans la pornographie mainstream. Selon DeGenevieve (2007), il y aurait sur le plan narratif peu de différences entre la pornographie mainstream et la pornographie queer. Les différences se trouveraient davantage au niveau des corps montrés et codés comme sexuellement actifs, ainsi qu’au niveau de l’intention. En effet, la pornographie queer serait codée comme ludique et mettant en scène différents jeux de rôles et de pouvoir (DeGenevieve, 2007). Malgré les similarités avec le mainstream, des différences subsistent. La pornographie queer utiliserait « un ensemble de stratégies, en particulier la parodie, dans le but de révéler la construction hautement stylisée du genre dans tout type de production pornographique » (Schaschek, 2014, 146). Plus encore, cette auteure affirme : « si la pornographie hétérosexuelle accentue des catégories identitaires clairement définies telles la classe, l’âge, l’ethnicité, la sexualité ou le genre, les films queer tendent à révéler le haut degré de stylisation derrière ces identités » (Schaschek, 2014, 146). De plus, la pornographie mainstream serait déconstruite par un procédé d’imitation (Schaschek, 2014). Toutefois, selon l’auteure, l’imitation n’est pas nécessairement synonyme d’une posture critique ou subversive. Elle affirme plutôt que la pornographie queer considère comme performatif tant la norme hétérosexuelle que les performances queer (Schaschek, 2014). Selon Lipton (2012), la pratique de la citation, soit le fait de faire référence à d’autres films pornographiques issus du mainstream, est l’un des quatre critères caractérisant la pornographie queer. Fotopoulou (2013) ajoute d’ailleurs à cet effet que l’auditoire de films queer est considéré comme déjà initié aux conventions iconographiques et narratives du mainstream.

38La pornographie queer expose la complexité du genre, son aspect performé et construit. Elle brouille et dénaturalise les codes de la féminité et de la masculinité (Jacobs, 2007). La fluidité exposée du genre témoigne d’un refus de l’essentialisme sexuel (Noble, 2007). En mettant en scène des personnes au genre et à la sexualité fluide, la pornographie queer met de l’avant les sexualités de personnes généralement marginalisées par l’industrie mainstream (Ryberg, 2008) et par la société en général, ce qui permet la visibilité et la légitimité de nouvelles formes de subjectivités sexuelles (Fotopoulou, 2013 ; Stuttgen, 2007). Pour reprendre les mots de Jabu Chen Pereira, la pornographie queer est « agency-driven », ce qui veut dire que ce sont les personnes queer qui s’y autoreprésentent (Matebeni, 2014, 68). La multiplicité et la variété des corps et des genres représentés, d’ailleurs citée par Lipton (2012) comme un des critères par excellence de la pornographie queer, s’inscrivent dans un désir de codifier ces corps (non-binaires, trans, genderqueer, modifiés, charnus) comme désirants et désirables. C’est particulièrement l’inclusion des personnes trans qui est citée à titre d’exemple puisque contrairement à la pornographie mainstream où les corps trans sont rendus sensationnels et sont fétichisés (Noble, 2007), l’inclusion des personnes trans dans la pornographie queer dénote un désir d’humanisation et d’inscription de celles-ci à titre d’agent-e-s désirant-e-s.

39Lipton (2012) désigne également la visibilisation de plaisirs « pervers et alternatifs », dont l’éjaculation féminine par exemple, comme une caractéristique de la pornographie queer. L’éjaculation féminine est présentée comme la solution au manque d’authenticité de la pornographie mainstream (Ryberg, 2008). L’éjaculation féminine prouve que l’orgasme féminin est bien réel, alors que le seul plaisir devant être prouvé dans le mainstream est l’orgasme masculin. L’éjaculation féminine dans la pornographie queer ne serait donc pas seulement un motif des plaisirs alternatifs, tel que théorisé par Lipton, mais servirait aussi à signifier l’authenticité du plaisir féminin. L’utilisation de plans rapprochés des organes génitaux féminins et des réactions physiologiques liées à l’excitation et à l’orgasme seraient également tributaire d’un souci d’authentifier le plaisir (Ryberg, 2008 ; Schaschek, 2014).

40De plus, selon plusieurs auteur-e-s, la pornographie queer rejette les conditions de travail usuelles de la pornographie mainstream. Elle rejoint ainsi les tenants de la pornographie éthique présentée précédemment, et tente de fournir de meilleures conditions de travail (Fotopoulou, 2013). DeGenevieve (2014) compare d’ailleurs les productions pornographiques queer à des documentaires où les participant-e-s créent leurs propres scénarios, choisissent de montrer leur propres pratiques sexuelles, sans être dirigé-e-s par une équipe de réalisation (celle-ci apporte davantage un support technique qu’une réelle direction). Les tenants de la pornographie queer rejettent également l’idée bien présente dans la pornographie mainstream de verser un salaire en fonction des pratiques sexuelles réalisées (Schaschek, 2014). Contrairement au mainstream, une négociation entre les partenaires sur ce qu’ils et elles veulent faire lors de la scène serait préalable au tournage (Matebeni, 2014). Une autre caractéristique propre à la pornographie queer est l’utilisation de barrières de protection comme le condom et la digue dentaire lors des rapports sexuels (Matebeni 2014). Instaurée tout d’abord comme une pratique de travail du sexe plus éthique et sécuritaire, l’utilisation de gants et de condoms est ritualisée et est érotisée dans la pornographie queer (Matebeni, 2014). En incluant quasi systématiquement des barrières de protection, la pornographie queer ramène au premier plan l’importance de la santé sexuelle et devient le porte-étendard du sécurisexe, ce dernier devenant alors central au désir et au plaisir (Matebeni, 2014), ce qui détonne d’ailleurs totalement avec le mainstream.

41Finalement, un autre critère de la pornographie queer serait, selon Lipton (2012), la formation d’une communauté de performeurs et de spectateurs queer. La pornographie queer agirait comme une plateforme de représentation pour cette communauté puisqu’elle « contribue à la documentation d’une dimension importante des vies queer : elle donne de la visibilité aux corps et aux pratiques queer, en plus d’offrir une représentation d’elle-même à une "communauté" diversifiée, bien que relativement petite, qui a peu de visibilité dans l’espace public, et encore moins lorsqu’il s’agit de représentations de ses sexualités. » (DeGenevieve, 2007, 236) Cette communauté s’articulerait donc autour des personnes partageant les mêmes pratiques et politiques queer, soit celles qui produisent la pornographie queer et celles qui la consomment. La communauté étant somme toute petite (DeGenevieve, 2007 ; Schaschek, 2014), il y aurait un dialogue ouvert entre les porn star queer et son auditoire (Lipton, 2012).

42Puisque la pornographie queer pose un regard critique sur la pornographie mainstream et sur le genre, elle est politique et a des potentialités subversives. De plus, elle permet l’établissement de nouvelles subjectivités sexuelles et rend visible à une plus grande diversité corporelle, sexuelle et identitaire. Plus encore, elle permet de modifier certaines pratiques de travail et de créer et maintenir des communautés généralement marginalisées, ce qui en fait le genre pornographique le plus radical, politisé et transformateur selon nous. Il importe toutefois de réaliser, comme le souligne Schaschek (2014), qu’une certaine normalisation découle de la visibilisation des sexualités jugées déviantes. Cette visibilisation comporte donc le risque d’engendrer de nouvelles normes si celles-ci ne sont pas constamment remises en question et ré-imaginées (Schaschek, 2014). Bien que la création de nouvelles normes soit à éviter selon Schaschek, il n’en reste pas moins que la banalisation et la normalisation de certaines images queers sont souhaitables si elles engendrent une acceptation sociale des sexualités et communautés queers.

Entre authenticité et performativité 

43Cet article nous a permis d’identifier et de définir huit types de pornographies critiques en marge du mainstream, soit les pornographies alternatives, indépendantes, artistiques, éthiques, éducatives, par et pour femmes hétéros, par et pour lesbiennes, et queer. L’exercice a permis d’identifier les similarités et les points de rupture entre les différents sous-genres. L’article a également permis d’identifier en quoi ces différentes productions, associées au militantisme par certaines auteures (Attwood, 2007 ; Ray, 2007), sont porteuses de valeurs relevant d’un féminisme pro-sexe. Non seulement toutes ces productions se centrent sur le plaisir des femmes et les représentent comme désirantes et agentes de leur sexualité ; elles peuvent aussi les éduquer et ainsi bonifier leurs expériences sexuelles ; elles déconstruisent les rôles et scénarios sexuels traditionnels où l’homme est actif sexuellement et la femme passive, voire elles remettent réellement en cause les valeurs sexistes et hétérosexistes de la pornographie mainstream. Plus encore, ces productions tentent de bonifier, par différents moyens, les conditions de travail des femmes en vigueur dans l’industrie. Au final, l’élément féministe le plus important, selon nous, se trouve dans le fait de proposer une réorientation et une re-vision du produit mainstream par et pour des femmes, qu’elles soient lesbiennes, hétérosexuelles ou queers. En reconnaissant les désirs et besoins sexuels de ces femmes, et en tentant d’y répondre, les pornographies critiques résistent à l’homogénéisation des représentations explicites de la sexualité. Ce projet commun à toutes les productions étudiées relève d’une prémisse fondamentalement féministe qui place les femmes à l’avant plan. Dans ces productions, les femmes ont les rôles principaux, et pour faire un clin d’œil à Laura Mulvey (1975), elles font avancer la trame narrative au lieu de la freiner.

44Ces différents types de productions répondent donc toutes, de manière différentes certes, à un même besoin : celui de diversifier les contenus pornographiques existant afin d’inclure, de visibiliser et de rejoindre les personnes qui ne sont pas considérées comme auditoire et/ou acteur-trice-s potentiel-le-s. Malgré ces intentions positives d’inclusion, des lieux de tensions subsistent au sein de ces différentes productions. D’une part, l’essentialisme lié à la représentation de la sexualité féminine par certaines pornographies éthique, artistique, par et pour femmes lesbiennes, et par et pour hétérosexuelles. En effet, de prétendre pouvoir faire une pornographie pour femmes implique que l’on sache ce que les femmes veulent voir, qu’elles veulent toutes voir la même chose et que la pornographie mainstream ne leur plait pas ; ce qui relève d’une vision essentialiste de la sexualité des femmes. Cet essentialisme est remis en cause par la pornographie queer, dyke et par plusieurs auteures et productrices (Butler, 2015 ; Taormino, 2013). D’autre part, l’élitisme lié au désir de se distancier des productions mainstream jugées vulgaires démontrées dans les productions alternatives, éthiques et artistiques détonne beaucoup avec les pornographies queer et éducative qui revendiquent leur appartenance à la pornographie dans ce qu’elle a de populaire et de démocratique, et rejettent par conséquent cette critique élitiste spécifique sur l’aspect vulgaire, crue, voire trash, de la pornographie mainstream. Les différentes catégories en marges du mainstream apparaissent donc comme inégales dans leur capacité à proposer des alternatives dépourvues d’aprioris sur le genre et la sexualité.

45En revanche, il nous faut souligner en conclusion un élément significatif, soit la quête de l’authenticité qui semble être un élément transversal à l’éventail des productions de pornographie critique. Malgré le fait que l’industrie mainstream cherche elle aussi à produire des images authentiques par différents moyens (Hardy, 2008), les pornographies critiques dénoncent plutôt le manque d’authenticité du mainstream : « Ce qui est considéré ‘vrai’ et ‘réel’ (contrairement à ce qui est virtuel ou fantasmé) dans le discours pornographique signifie principalement une rupture avec les stéréotypes pornographiques » (Fotopoulou, 2013, 262). En tant que concept central au discours des pornographes critiques, il est étonnant que le sens accordé à l’authenticité varie autant d’un-e auteur-e à l’autre. Si pour certain-e-s l’authenticité est un concept abstrait relevant des registres de l’expérientiel et de l’émotion (Ryberg, 2008) ou encore est « une manière de concevoir comment une personne évolue dans son travail » (Webber, 2013, 231), l’authenticité est, selon d’autres auteur-e-s, mesurable en fonction de critères distincts. Par exemple, elle serait tributaire des corps, des relations et des actes montrés. Elle serait discernable dans les orgasmes des participantes. L’authenticité pourrait également se démontrer par la présence de participant-e-s non professionnel-le-s (amateurs) (Ward, 2010), par l’inclusion de leurs témoignages en marge ou à l’intérieur des scènes sexuelles (Taormino, 2013 ; Matebeni, 2014) ou encore par différents marqueurs discursifs et esthétiques (Hardy, 2008 ; Ward, 2010).

46Le concept d’authenticité, bien que transversal aux genres pornographiques à l’étude, est problématique selon Webber (2013), qui souligne avec justesse que le désir sexuel est en fait très diversifié et qu’il faut faire preuve de prudence en qualifiant d’authentique ou d’inauthentique toute forme de représentation du désir. De plus, il existe des limites physiques à l’authenticité qualifiée de « comme à la maison ». La sexualité représentée doit être adaptée afin de permettre à la caméra d’en capter les détails (Webber, 2013). La sexualité représentée reste donc performative en plus d’être un travail pour ceux et celles qui la produisent. Il s’agit peut-être là de la meilleure manière d’être critique envers la pornographie mainstream qui se pose en sexualité vraie, naturelle et surtout, non simulée, que d’en révéler l’aspect performatif et éminemment construit.

Top of page

Bibliography

ATTWOOD Feona, « No Money Shot? Commerce, Pornography and New Sex Taste Cultures », Sexualities, 10, 4, 2007, pp. 441-456.

ATTWOOD Feona, « Art School Sluts : Authenticity and Aesthetics of Altporn » in HINES Claire, KERR Darren (dir.), Hard to swallow : Hard core pornography on screen, New York, Wallflower Press, 2012, pp. 42-56.

ATTWOOD Feona, Porn.com : making sense of online pornography, New York, Peter Lang, 2010.

BEIRNE Rebecca, « Interrogating Lesbian Pornography : Gender, Sexual Iconography and Spectatorship » in HINES Claire, KERR Darren (dir.), Hard to Swallow : Hard Core Pornography on Screen, New York, Wallflower Press, 2012, pp. 229-243.

BEGGAN James K, ALLISON Scott T, « Reflexivity in the Pornographic Films of Candida Royalle », Sexualities, 6, 3-4, 2003, pp. 301-324.

BELL Shannon, Fast Feminism, Brooklyn, New-York, Autonomedia, 2010.

BELL Shannon, « Post-porn\post-anti-porn, queer socialist pornography » in ALBRITTON, Robert, New Socialisms : Futures Beyond Globalization, London, Routledge, 2004, pp. 139-156.

BIASIN Enrico, MAINA Giovanna et ZECCA Federico (dir.), Porn after porn : contemporary alternative pornographies, Milano, Mimesis International, 2014.

BORGHI Rachele, Post-porn, Rue Descartes, 79, 3, 2013, pp. 29-41.

BOURCIER Marie-Hélène/Sam, Queer zones : Politique des identités sexuelles et des savoirs, Paris, Balland, 2001.

BUTLER Heather, « Que dit-on d’une lesbienne aux doigts longs  ? Le développement d’une pornographie lesbienne et gouine », trad. QUEMENER Nelly, in VÖRÖS Florian (dir.), Cultures pornographiques. Anthologie des porn studies, Paris, Éditions Amsterdam, 2015, p. 161-194.

BUTLER Judith, Gender Trouble. Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge, 1990.

CALIFIA Pat, Sexe et utopie, Paris, La Musardine, 2008 (1994).

CARTER Angela, The Sadeian Woman and the Ideology of Pornography, New York, Pantheon Books, 1978.

CONWAY Mary, « Spectatorship in Lesbian Porn : The Woman’s Woman’s Film » Wide Angle, 19, 3, 1997, pp. 91-113.

COURBET David, Féminismes et pornographie, Paris, La Musardine, 2012.

CRAMER Florian, « Sodom Blogging : Alternative Porn and Aesthetic Sensibility », in JACOBS Katrien, JANSSEN Marije, PASQUINELLI Matteo (dir.), C’lick Me : A Netporn Studies Reader, Amsterdam, Institute of Network Cultures, 2007, pp. 171-175.

CRAMER Florian, HOME Stewart, « Pornographic coding », in JACOBS Katrien,

JANSSEN Marije, PASQUINELLI Matteo (dir.), C’lick Me : A Netporn Studies Reader, Amsterdam, Institute of Network Cultures, 2007, p. 159-169.

DE VOSS Danielle, « Women’s Porn Sites Spaces of Fissure and Eruption or "I’m a Little Bit of Everything" », Sexuality & Culture, 6, 3, 2002, pp. 75-94.

DEGENEVIEVE, Barbara, « Ssspread.com : The Hot Bods of Queer Porn », in JACOBS Katrien, JANSSEN Marije, PASQUINELLI Matteo (dir.), C’lick Me : A Netporn Studies Reader, Amsterdam, Institute of Network Cultures, 2007, pp. 233-238.

DeGenevieve Barbara, « The Emergence of Non-Standard Bodies and Sexualities », Porn studies, 1, 1-2, 2014, pp. 193-196,

DIEFENBACH Katja, « Fizzle Out in White. Postporn Politics and the Deconstruction of Fetishism » in JAN VAN EYCK ACADEMIE (collectif), Post/porn/politics : Symposium/reader ; queer-feminist perspective on the politics of porn performance and sex-work as culture production, Berlin, B-Books, 2010, pp. 47-52.

DUGGAN, Lisa, HUNTER, Nan D, Sex Wars. Sexual Dissent and Political Culture. 10Th Anniversary Edition, New York et Londres, Routledge, 2006.

FERGUSON Ann, The Debate between Radial and Libertarian Feminists, Signs, 10, 1, 1984, pp. 106-112.

FOTOPOULOU Aristea, « Remediating Politics : Brand(ed) New Sexualities and Real Bodies Online », Journal of Lesbian Studies, 2013, pp. 253-266.

FUSS Diana, Essentially Speaking : Feminism, Nature & Difference, New York et Londres, Routledge, 1989.

HARDY Simon, « The Pornography of Reality », Sexualities, 11, 1-2, 2008, pp. 60-64.

HARTLEY Nina, « Porn : An effective vehicle for sexual role modeling and education » in TAORMINO Tristan, PARREÑAS SHIMIZU Celine, PENLEY Constance, MILLER-YOUNG Mireille (dir.), The Feminist Porn Book : The Politics of Producing Pleasure, New York, Feminist Press at the City University of New York, 2013, pp. 228-236.

HEFFERNAN Kevin, « From “It Could Happen to Someone You Love” to “Do You Speak Ass ?” : Women and Discourses of Sex Education in Erotic Film and Video » in TAORMINO Tristan, PARREÑAS SHIMIZU Celine, PENLEY Constance, MILLER-YOUNG Mireille (dir.), The Feminist Porn Book : The Politics of Producing Pleasure, New York, Feminist Press at the City University of New York , 2013, pp. 237-254.

HILL COLLINS Patricia, Black Feminist Thought : Knowledge, Consciousness, and the Politics of Empowerment, New York et Londres, Routledge, 1990.

KENDRICK Walter The Secret Museum : Pornography in Modern Culture, New York, Viking, 1987.

LAVIGNE Julie, La traversée de la pornographie : politique et érotisme dans l’art féministe, Montréal, les éditions du remue-ménage, 2014a.

LAVIGNE Julie, « La post-pornographie comme art féministe : la sexualité explicite de Carolee Schneemann, d’Annie Sprinkle et d’Émilie Jouvet », Recherches féministes, 27, 2, 2014b, pp. 63-79.

LEE Jiz,Coming out like a porn star : Essays on pornography, protection, and privacy, Berkeley, CA. ThreeL Media, 2015.

LEVIN RUSSO Julie, « ‘The Real Thing’ : Reframing Queer Pornography for Virtual Spaces », in JACOBS Katrien, JANSSEN Marije, PASQUINELLI Matteo (dir.), C’lick Me : A Netporn Studies Reader, Amsterdam, Institute of Network Cultures, 2007, pp. 239-252.

LIPTON Shawna, « Trouble Ahead : Pleasure, Possibility And the Future of Queer Porn », New Cinemas : Journal of Contemporary Film, 10, 2, 2012, pp. 197-207.

LYON BELL Jennifer, « making of », Matinée, 2009 [DVD].

MATEBENI Zethu, « Queer(ing) Porn – A Conversation », Agenda- Empowering women for gender equity, 26, 3, 2014, pp. 61-69.

MORRISON Todd, TALLACK Dani, « Lesbian and Bisexual Women’s Interpretations of Lesbian and Ersatz Lesbian Pornography », Sexuality & Culture, 9, 2, 2005, pp. 3–30.

MULVEY Laura, « Visual Pleasure and Narrative Cinema », Screen, 16, 3, 1975, pp. 6-18.

NOBLE Bobby, « The "P" Word : Trans Men, Stone Butches and the Politics of Penetration », Atlantis, 31, 2007, pp. 16-23.

PAVEAU Marie-Anne, Le discours pornographique, Paris, La Musardine, 2014.

PRECIADO Beatriz, Testo junkie. Sexe, drogue et biopolitique, Paris, Grasset, 2008.

RAY Audacia, Naked on the Internet : Hookups, downloads, and cashing in on Internet sexploration, Emeryville, Seal Press, 2007.

Rubin Gayle, « Thinking Sex. Notes for a Radical Theory of the Politics of Sexuality », in VANCE Carole S. (dir.), Pleasure and Danger : Exploring Female Sexuality, Boston, Routledge et K. Paul, 1984, pp. 267-319.

RYBERG Ingrid, « Maximizing Visibility », Film International, 6, 6, 2008, pp. 72-79.

SABO Ann, After Pornified : How Women Are Transforming Pornography & Why It Really Matters, Ants, Zero Books, 2012.

SCHASCHEK Sarah, Pornography and seriality : The culture of producing pleasure, New York, Palgrave Macmillan, 2014.

SCHAUER Terrie, « Women’s Porno : The Heterosexual Female Gaze in Porn Sites “For Women” » Sexuality & Culture, 9, 2, 2005, pp. 42–64.

STÜTTGEN Tim, « Ten Fragments on a cartography of post-pornographic politics », in JACOBS Katrien, JANSSEN Marije, PASQUINELLI Matteo (dir.), C’lick Me : A Netporn Studies Reader, Amsterdam, Institute of Network Cultures, 2007, pp. 277-282.

TAORMINO Tristan, « Calling the shots : feminist porn in theory and practice », in TAORMINO Tristan, PARREÑAS SHIMIZU Celine, PENLEY Constance, MILLER-YOUNG Mireille (dir.), The Feminist Porn Book : The Politics of Producing Pleasure, New York, Feminist Press at the City University of New York , 2013, pp. 255-264.

TAORMINO Tristan, PARREÑAS SHIMIZU Celine, PENLEY Constance, MILLER-YOUNG Mireille (dir.), The Feminist Porn Book : The Politics of Producing Pleasure, New York, Feminist Press at the City University of New York, 2013.

VÖRÖS Florian (dir.), Cultures pornographiques : anthologie des porn studies, Paris, Éditions Amsterdam, 2015.

WARD Anna E., « Pantomimes of Ecstasy : BeautifulAgony.com and the Representation of Pleasure », Camera Obscura, 25, 1, 2010, pp. 161-195.

WEBBER Valerie, « Shades of Gay : Performance of Girl-On-Girl Pornography and Mobile Authenticities », Sexualities, 16, 1/2, 2013, pp. 217-235.

WILLIAMS Linda, Hard Core. Power, Pleasure, and the “Frenzy of the Visible’’, Berkeley, University of California Press, 1989.

WILLIAMS Linda, Porn studies, Durham, Duke University Press, 2004.

Sites internet consultés

BEAUTIFULAGONY.COM, beautiful agony - facettes de la petite mort, 2004 (consulté le 3 septembre 2015)

DUSK PANEL, duskpanel.com, URL : http://www.duskpanel.com/what-is-porna/content/page?965 (consulté le 3 septembre 2015)

IFEELMYSELF.COM, 2005, URL : http://www.ifeelmyself.com/public/main.php?page=about (consulté le 3 septembre 2015)

LUST Erika, Lustcinema.com, 2010, URL : http://www.lustcinema.com/about (consulté le 3 septembre 2015)

SPATZ Charlie, pornforeveryone.net, 2012, URL : http://www.pornforeveryone.net/pfe/about/about-porn-for-everyone/ (consulté le 3 septembre 2015)

TROUBLE Courtney, indiepornrevolution.com, 2002, URL : http://indiepornrevolution.com/indie-porn/mission/ (consulté le 3 septembre 2015)

Top of page

Notes

1 Cet article a été rendu possible grâce à l’appui financier du CRSH pour le projet Pornographie critique, féministe, queer et post-pornographie : contours d’une pratique émergente.

2 Notons d’emblée que certaines maisons de production de l’industrie mainstream visent également une audience plus large. Nous ne prétendons pas non plus que les films destinés aux hommes ne puissent pas être appréciés et regardés par des femmes.

3 Diminutif fréquemment employé pour désigner la pornographie indépendante.

4 Le féminisme pro-sexe prend racine dans les sex-wars des années 1980 où se sont opposées les féministes radicales et les féministes que l’on nomme sex-positive, libertaires ou sex-radicals sur les enjeux liés à la sexualité (Ferguson 1984). Principalement, les enjeux se sont rapidement concentrés sur la question de la pornographie, mais la prostitution, les relations femme/butch et le sadomasochisme font aussi l’objet d’intenses discussions. L’appellation pro-sexe fait son apparition dans la littérature avec la célèbre conférence du Barnard College en 1982 (Rubin, 1984). Pour des explications plus détaillées sur les sex-wars, voir Duggan et Hunter (2006) ou Courbet (2012) qui y consacre tout un chapitre.

5 Porn Studies dirigé par Williams (2004), Porn after Porn dirigé par Biasin, Maina et Zecca (2014), Le discours pornographique de Paveau (2014), ou encore Cultures pornographiques. Anthologie des Porn studies dirigé par Vörös (2015) sont des exemples d’ouvrages s’inscrivant dans ce champ.

6 Comme nous nous intéressons aux productions pornographiques comme des productions culturelles et tentons de clarifier et mieux circonscrire les catégories existantes, nous avons trouvé davantage de réponses en mobilisant les discours des réalisatrices que ceux des actrices. L’inclusion des perspectives des actrices peut certainement apporter un éclairage sur les expériences subjectives de travail et de performance corporelle dans la production de pornographie féministe, mais il ne s’agit pas ici de notre objectif. Voir Taormino, Parreñas Shimizu, Penley et Miller-Young (dir.) (2012) ou encore Lee (2015) pour approfondir le sujet.

7 Sur la pornographie mainstream, voir Williams (2004) ou Attwood (2010).

8 Pour plus de détails sur notre position voir Lavigne (2014b).

9 Vivid Entertainement a été fondé en 1984 et est considérée comme une compagnie majeure de l’industrie mainstream. Au fil des ans, la compagnie crée des filières thématiques afin de diversifier son offre de marché.

10 Female to male

11 Le cas de indiepornrevolution est particulier puisqu’il s’agit d’un des sites de Courtney Trouble dont le travail sera plus largement présenté dans la section portant sur la pornographie queer. Le site est considéré ici comme indépendant en raison de sa structure sans niches et de sa distanciation face au système capitaliste.

12 En cohérence avec les arguments de Cramer et Home, il serait possible de circonscrire la pornographie indépendante en conservant uniquement les initiatives qui ne sont pas destinées à la vente, ou de manière encore plus restrictive, qui ne sont pas destinées à la diffusion de masse (par exemple, dans des festivals de pornographie alternative). Cela inclut donc les collectifs et les initiatives qui réalisent de la pornographie critique par et pour eux, et dont le produit est partagé entre ses membres, mais n’est jamais vendu ni parfois même jamais montré à d’autres personnes qu’aux participant-e-s et à leurs ami-e-s proches. C’est par exemple le cas de l’atelier post-porno qui s’est tenu durant la « Radical queer semaine » 2011 à Montréal, ou encore du East Van Camp porn collective dont la démarche de production indépendante est exposée dans le documentaire Made in secret : The East Van Camp porn collective.

13 Les pornographies critiques de cette catégorie ont tendance à présenter la pornographie mainstream comme monolithique et n’identifient par les nuances qui peuvent exister entre les différentes maisons de production de type mainstream et les différents types de conditions de travail qui peuvent y être mises de l’avant.

14 Le site beautilful agony, aussi appelé « facettes de la petite mort », propose des vidéos de masturbation dont le cadrage montre uniquement le visage et les épaules de la personne. Les vidéos, appelés « solos », montrent les personnes se masturbant jusqu’à l’atteinte de l’orgasme. Ifeelmyself documente également l’orgasme auto-érotique, mais se concentre uniquement sur l’orgasme féminin. Contrairement à beautiful agony, les films de Ifeelmyself montrent la totalité du corps.

15 Bien que nous considérions le travail de Lust comme artistique, nous estimons toutefois qu’il s’apparente également à la catégorie par et pour les femmes hétérosexuelles et nous en discuterons donc plus loin.

16 Nous souhaitons remercier Geneviève Leblanc pour la traduction des citations qui proviennent de textes en anglais.

17 Réfère à l’idée qu’il existerait, pour les femmes, des comportements sexuels et de séduction qui ne sont pas acceptables, qui sont honteux tels la promiscuité sexuelle ou encore le port de vêtements jugés trop révélateurs. Suivant cette logique, un habillement provocateur peut être la cause de la victimisation sexuelle, mettant ainsi le blâme sur la victime et non sur l’agresseur.

18 Par exemple, la Wondrous Vulva Puppet, une reproduction agrandie en trois dimensions des organes sexuels féminins, est utilisée.

19 Porn conjugué comme en latin avec un a pour signifier le féminin. Le Dusk panel qui propose ce néologisme est un site néerlandais qui demande à ses membres, près de 2000 femmes volontaires, d’évaluer des extraits pornographiques afin de déterminer s’ils sont excitants pour les femmes.

20 Nous utilisons ici le terme « authenticité » pour regrouper un ensemble d’expressions utilisées pour circonscrire les productions porna telles que « convincingly real », « ’Real’, attractive people » (Dusk panel, 2015).

21 Comme le projet s’inscrit majoritairement dans un contexte nord-américain, certains projets européens nous ont échappé pour diverses raisons, par exemple, certains ayant vu le jour après que nous ayons construit notre corpus, d’autres parce que nous ne parlons pas la langue dans laquelle ils sont produits. Les évaluateur-rice-s anonymes nous ont signalé notamment girlwholikeporn et Le ragazze del porno comme des initiatives pertinentes à notre corpus... Nous désirons les remercier pour ces informations.

22 Il est à noter que nous étudierons plus tard dans le texte les pornographies queer.

23 Selon les différents visionnements effectués dans le cadre du projet, il apparait que les fantasmes et désirs représentés sortent parfois du cadre de l’hétérosexualité. La représentation de fantasmes lesbiens et/ou queer dans la porno par et pour femmes hétérosexuelles n’est toutefois pas abordée dans la littérature qui présente plutôt de manière monolithique la catégorie.

Top of page

References

Electronic reference

Myriam Le Blanc Élie, Julie Lavigne and Sabrina Maiorano, « Cartographie des pornographies critiques », Genre, sexualité & société [Online], 17 | 2017, Online since 01 June 2017, connection on 26 September 2017. URL : http://gss.revues.org/4007 ; DOI : 10.4000/gss.4007

Top of page

About the authors

Myriam Le Blanc Élie

Département de sexologie
Université du Québec à Montréal
myriamlbe@gmail.com

Julie Lavigne

Professeure agrégée, Département de sexologie
Université du Québec à Montréal
lavigne.julie@uqam.ca

Sabrina Maiorano

Doctorante en sexologie, Département de sexologie
Université du Québec à Montréal
sabrina.maiorano@hotmail.com

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org