Skip to navigation – Site map
2017

Devenir élue. Genre et carrière politique

Savinel Bérengère
Bibliographical reference

NAVARRE Maud, Devenir élue. Genre et carrière politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015

Full text

1L’ouvrage de Maud Navarre issu de sa thèse de doctorat en science politique se propose de mettre à l’épreuve l’hypothèse selon laquelle le « devenir élu.e » est marqué par un apprentissage spécifique des rôles politiques en fonction du genre. Pour ce faire, Maud Navarre mobilise une approche théorique en termes de « carrière » et de « rôle » afin de saisir les spécificités des processus de socialisation au « métier » en fonction des différents contextes institutionnels dans lesquels se déploient les trajectoires politiques. La démarche analytique vise notamment à examiner la professionnalisation politique « par le bas » (en s’intéressant moins aux professionnel.le.s de la politique avéré.es qu’à celles et ceux qui pourraient le devenir).

2L’analyse des carrières est explorée par la combinaison des méthodes quantitatives et qualitatives. Elle s’appuie sur les données d’un questionnaire diffusé dans les communes bourguignonnes de plus de 3500 habitants soumises à l’obligation paritaire (13 % de participation, soit un corpus constitué de 130 femmes et 127 hommes, tou.te.s élu.e.s dans un conseil municipal). Les récits de vie (42 entretiens), conduits avec des élu.e.s dont la trajectoire politique dépasse l’échelon municipal, surreprésenté dans les réponses au questionnaire, viennent compléter l’analyse. La majorité des enquêté.e.s sont membres d’un parti de gouvernement (UMP, PS). Des observations de la campagne régionale de 2010 (21 réunions) et des séances plénières dans différentes assemblées locales (conseils municipal, général, régional) entre février 2010 et novembre 2011 ont également été menées pour compenser la faible représentation des hommes dans les récits de vie (7 entretiens) et mettre en lumière les effets de contexte des phénomènes observés.

3La campagne régionale, illustration de l’étape initiatique du parcours d’élu.e, est marquée par un « façonnage organisationnel genré » exacerbé par le caractère hyperritualisé qui caractérise ce type de dispositif politique (chapitre 1). Peu impliquées dans les « cuisines de la politique » en coulisses, les femmes sont aussi mises à l'écart de la scène électorale. Cette exclusion paraît renforcée pour les sortantes (anciennes membres du conseil régional), déclassées sur les listes par rapport aux sortants et aux femmes novices (sans mandats électifs) et moins présentes sur l'estrade que ces dernier.e.s. Si les femmes novices qui viennent seconder les hommes professionnels sur les listes sont davantage invitées à siéger sur la scène, elles sont souvent encartées et se distinguent à cet égard des femmes profanes (étrangères au champ politique) observées au cours d’une des premières enquêtes sur les effets de la réforme paritaire, menée à l’occasion des élections municipales de 2001 (Achin et al., 2007). La prise en compte de l'échelon régional permet ainsi à Maud Navarre d'enrichir l'analyse des filières de recrutement politique des femmes en contexte paritaire, en mettant au jour une certaine résilience de l'échelon régional à la dynamique d’extériorisation du recrutement politique.

4Le caractère androcentré de l’espace discursif est également incarné par l’irruption de métaphores belliqueuses ou valorisant les activités traditionnellement accomplies par les hommes (mécanique et construction), principalement lors des réunions de forte « mise en scène » à l’instar des meetings départementaux ou régionaux. Ces discours apparaissent cependant plus ou moins mobilisés en fonction de la position des groupes politiques dans le champ (plus volontiers mobilisés par un groupe challenger en position défavorable que par un groupe allié sur la liste majoritaire).

5L’auteure affine également l’analyse des jeux du genre en politique conduite par les enquêtes précédentes en montrant comment la valorisation stratégique de la féminité, largement instrumentalisée pour ré-enchanter la vie en politique lors de la constitution des premières listes paritaires (Achin et al., 2007), dépend aussi des stratégies électorales déployées par les partis en fonction de leur position dans le champ politique (plus ou moins tenus d’incarner le « renouvellement » ), des politisations féministes différenciées des leaders politiques, ou encore des relations circonstanciées de courtage entretenues avec leurs réseaux affinitaires. La valorisation de la féminité lors des interventions des membres de la liste écologiste – qui se distingue par un leadership féminisé – revêt ainsi par exemple une importance secondaire par comparaison avec l’appartenance associative, eu égard à la nécessité de courtiser les milieux associatifs pour solidifier un réseau écologiste en construction.

6L’étude de la campagne régionale de 2010 révèle un usage marginal du genre, corroborant les résultats des enquêtes précédentes sur les élections municipales de 2008 (Achin et Lévêque, 2011) qui ont relativisé les possibilités d’instrumentalisation discursive de la féminité en politique en contexte post-paritaire. En raison de sa banalisation, la « féminité » demeure ainsi valorisable pour incarner le renouvellement en politique à condition qu’elle soit couplée à d’autres rapports sociaux comme l’âge, l’origine ethnique ou encore l’expérience politique.

7La répartition des responsabilités politiques, une fois l’élection passée (chapitre 2) donne également à voir le rôle du genre dans les processus de socialisation politique. L’enquête de Maud Navarre ne retrouve pas à l’échelon municipal le clivage de genre induisant une moindre reconduction des sortantes et observé lors de précédents renouvellements municipaux ou régionaux (Achin et Lévêque, 2011), mais également lors de la campagne régionale de 2010 (chapitre 1). Par rapport au début de la décennie 2000, l’extension de la contrainte paritaire aux exécutifs (2007) a par ailleurs permis de diversifier les responsabilités confiées aux femmes et faciliter leur accès à un des domaines régaliens de l’institution régionale tels que la formation professionnelle. Néanmoins, elles demeurent, dans l’ensemble des institutions étudiées, principalement concentrées dans les délégations secondaires prolongeant leurs attributions féminines traditionnelles. Les mandats politiques « pivots » dans la construction d’une carrière nationale (conseiller.e général.e, maire ou président.e d’Établissement Public de Coopération Intercommunale) leur restent également peu accessibles. Plusieurs éléments viennent éclairer l’inégale répartition des responsabilités exécutives. Maud Navarre constate que les femmes étudiées sont d’une part dotées d’un statut social professionnel moindre (notamment les adjointes bien qu’elles exercent une profession symbole de réussite sociale), et d’autre part sont moins impliquées sur la durée dans leurs engagements partisans, associatifs et syndicaux (ces derniers étant moins fréquents) ou encore plus éloignées du cumul des responsabilités et des formes de militantisme. Cependant, ces différences de capital politique, militant et professionnel demeurent marginales, révélant alors l’importance des effets de genre.

8Si l’enquête révèle ainsi une répartition assez homogène des capitaux politiques et professionnels entre femmes et hommes, elle soulève des modalités d’investissement dans le mandat différenciées selon le sexe (chapitre 3). L’analyse des données statistiques recueillies par questionnaire montre que les hommes ont tendance à s’investir relativement plus dans les activités de représentation et les femmes dans le travail des dossiers, de manière plus significative encore parmi le groupe des novices. Si les femmes sont davantage concernées par l’emploi à temps partiel, bénéficiant a priori de plus de temps libre, elles demeurent les dépositaires de la charge mentale des contraintes familiales. Les femmes novices ou sans responsabilité exécutive, caractérisées par une appartenance sociale plus modeste sont en outre confrontées aux difficultés matérielles, ayant davantage d’enfants à leur charge que les femmes expérimentées et pouvant moins aisément se décharger de leurs responsabilités familiales. Les élu.e.s qui sont les plus initié.e.s et détiennent des compétences générales (maire, conseiller.e général.e) s’investissent davantage dans les activités qui peuvent renforcer leur visibilité. Or ces mandats de compétences générales sont davantage détenus par des hommes, ce qui renseigne sur la moindre initiation des femmes aux pratiques politiques.

9L’analyse des prises de parole en séances plénières des assemblées élues (chapitre 4), arènes où se mêle le travail de dossier et de représentation, révèle des inégalités sexuées majeures. L’étude corrobore plusieurs analyses développées par les travaux précédents ayant montré les occasions « manquées » ou restreintes de se légitimer dans l’exercice du mandat. En effet, à responsabilités égales dans les assemblées, elles obtiennent moins facilement la parole que les hommes, et peinent davantage à la garder, leur interventions étant plus souvent moquées et limitées par des injonctions plus fréquentes de la présidence de séance à respecter le temps imparti. La nature de leurs interventions les prive également d’une reconnaissance politique semblable à celles des élus, dans la mesure où elles interviennent le plus souvent sur des thématiques qui prolongent la répartition sexuée du travail politique, mais aussi principalement pour présenter des délibérations, à l’inverse de leurs homologues masculins qui parviennent quant à eux à s’illustrer à travers des interventions libres. Maud Navarre approfondit les analyses des travaux récents sur la socialisation différenciée au rôle politique en fonction du sexe à travers la prise de parole en révélant des variations en fonction de l’institution politique concernée. En effet, l’élection des conseillères générales au scrutin uninominal (l’enquête étant menée avant la réforme des conseils généraux et l’introduction du système binominal), en faisant de ces dernières les représentantes d’un territoire d’élection et non les élues d’un leader politique, atténue leur exposition aux « soupçons de coucherie » et leur confère une plus grande légitimité politique que les élues du scrutin de liste pour intervenir en séance.

10La « fabrication de la compétence », analysée entre autres à l’aune des dispositifs formels et informels de formation au métier d’élu.e paraît reconduire les clivages genrés de la socialisation politique (chapitre 5). Si les formations officielles  les organismes qui assurent le droit à la formation des élus locaux  sont peu fréquentées par les élu.es indépendamment de leur sexe, les élues, en particulier les plus expérimentées, sont moins souvent investies que leurs homologues masculins dans les associations d’élus. Les élues sont moins présentes que les hommes dans les associations institutionnelles  intermédiaires entre élus locaux et pouvoirs publics  ou partisanes  associations rattachées à une tendance politique  alors qu’elles sont plus nombreuses dans les associations dites « techniciennes », notamment des groupements de femmes élues. L’auteure invite cependant à la prudence en raison du caractère restreint du corpus étudié.

11Au final, les élues qui parviennent à se rapprocher de la norme masculine de professionnalisation (chapitre 6) sont principalement celles qui parviennent à rompre avec les logiques de spécialisation caractéristique des novices (dont les attributions s’inscrivent dans le prolongement de leur compétences initiales dans les limites du respect de la division sexuée du travail en politique). L’acquisition d’une polyvalence est favorisée par le positionnement sur les délégations masculines (plus transversales), en lien avec des conjonctures exceptionnelles (positionnement risqué si la collectivité est fortement endettée), ou le développement d’alliances avec des leaders politiques influents, si possible d’envergure nationale. Elle peut aussi se développer à partir d’un positionnement sur des scrutins uninominaux incitant à développer une vision transversale des collectivités, souvent acquis par un capital de notabilité permettant de pallier le déficit de capital partisan. Les élues les plus professionnalisées sont favorisées par des vies familiales ou professionnelles moins chronophages.

12L’étude des représentations des fonctions électives, et notamment du désengagement en politique (chapitre 7) laisse entrevoir une plus forte disposition au désengagement politique des élues expérimentées par comparaison avec leurs homologues masculins. Les temporalités d’accès à des fonctions électives sont en effets marquées par le genre. L’accès plus tardif des femmes aux fonctions électives (une part conséquente d’entre elles devenant élue entre 50 et 60 ans) semble ainsi limiter les aspirations à la professionnalisation politique de ces dernières.

13En conclusion, l’ouvrage, en s'emparant de questionnements centraux dans le champ des recherches en genre et politique sur le rôle du genre dans les processus de professionnalisation politique, revisite en partie certains résultats des travaux existants (mentionnés au fil de l'eau), à l'appui d'une démarche comparative qui donne à voir l'importance des contextes institutionnels dans les processus de socialisation politique. Il constitue un apport important à la sociologie de la professionnalisation politique, dont la principale limite, éclairée par l’auteur à l’aune des aléas du terrain, réside dans la faiblesse numérique et l’homogénéité du corpus des élus masculins. On regrette néanmoins que l’auteure ait placé exclusivement la focale sur des trajectoires de femmes inscrites dans une conjugalité hétérosexuelle, sans interroger, dans son analyse des modalités d’investissement dans le mandat ou dans la « fabrication de la compétence », l’existence de conjugalités alternatives ou de non-conjugalité, encore peu explorées en sciences politique.

Top of page

Bibliography

ACHIN Catherine (dir.), Sexes, genre et politique, Paris, Economica, 2007.

ACHIN Catherine et Sandrine LÉVÊQUE, « L’une chante, l’autre pas. La parité aux élections municipales de 2001 et 2008 », in AGRIKOLIANSKI Éric, HEURTAUX Jérôme, LE GRIGNOU Brigitte (dir.), Paris en Campagne : les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens, Vulaines sur Seine, Éditions du Croquant, 2011, pp. 243-262.

DULONG Delphine et Frédérique MATONTI, « Comment devenir un(e) professionnel(le) de la politique ? L'apprentissage des rôles au Conseil régional d'Île-de-France », Sociétés & Représentations, 2 (24), 2007, pp. 251-267.

Top of page

References

Electronic reference

Savinel Bérengère, « Devenir élue. Genre et carrière politique », Genre, sexualité & société [Online], Analyses et comptes-rendus, Online since 27 July 2017, connection on 22 November 2017. URL : http://gss.revues.org/4034

Top of page

About the author

Savinel Bérengère

Doctorante en sociologieCentre Maurice Halbwachs (ENS) et LaSSP (Sciences Po Toulouse)

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org