Navigation – Plan du site
2017

Out and Running: Gay and Lesbian Candidates, Elections, and Policy Representation

Bouvard Hugo
Référence(s) :

HAIDER-MARKEL Donald P., Out and Running: Gay and Lesbian Candidates, Elections, and Policy Representation. Washington, Georgetown University Press, 2010.

Texte intégral

1Y a-t-il un intérêt pour les personnes qui ne sont pas hétérosexuelles à se doter de représentant-e-s politiques gays, lesbiennes, ou bisexuel-le-s ?

2C’est l’une des principales questions auxquelles tente de répondre dans Out and Running Donald Haider-Markel, politiste à l’Université du Kansas et l’un des pionnier.e.s de l’inclusion des thématiques LGB dans la sociologie électorale étasunienne. L’auteur part du constat que depuis l’élection ou la nomination des tous premiers politiciens ouvertement gays au début des années 1970, le nombre d’hommes et de femmes politiques ouvertement LGB n’a cessé de croître, atteignant aujourd’hui plusieurs centaines de personnes, à tous les échelons de la vie politique américaine. Plus spécifiquement, les parlementaires des États fédérés sont de plus en plus nombreux-ses à avoir fait leur coming-out, soit durant leur campagne électorale, soit une fois en poste.

3Néanmoins, cette fraction du personnel politique reste largement sous-étudiée, et c’est ce manque qu’Haider-Markel entend combler : quel impact la publicisation d’une orientation sexuelle minoritaire a-t-elle sur les chances de se présenter et sur le succès électoral d’un-e candidat-e à un mandat de parlementaire (chapitres 2 et 3) ? L’augmentation numérique des élu-e-s ouvertement LGB dans une assemblée est-elle corrélée au vote de lois LGB-friendly (chapitres 4 à 6) ?

4Si l’intérêt de ces questions est assez évident, on perçoit néanmoins les difficultés d’ordre épistémologique et méthodologique qu’elles soulèvent : comment recenser les élu-e-s « ouvertement » LGB, et comment évaluer le degré de publicité de leur orientation sexuelle ? Quel dispositif d’enquête mettre en place pour isoler l’impact de ces paramètres dans les résultats d’une élection où les facteurs pesant sur le succès ou l’échec d’un-e candidat-e sont évidemment multiples et complexes ? Quels critères une loi doit-elle remplir pour être labellisée « pro-LGB », ou a contrario, être qualifiée d’ « anti-LGB » ?

5Loin de les contourner, l’auteur s’appuie tout au long de son ouvrage sur l’importante littérature qui traite de la représentation politique des femmes, des Africains-Américains et des Latinos aux États-Unis afin de tenter d’établir des comparaisons entre ces différentes minorités (de genre, de race, et donc d’orientation sexuelle). Plus spécifiquement, Haider-Markel s’inscrit dans le sillage d’une partie de la science politique étasunienne qui distingue entre représentation descriptive (le fait de faire élire des membres d’une minorité) et représentation substantive (réussir à faire passer dans la législation les intérêts supposés de cette minorité) et s’interroge sur les liens de causalité entre l’une et l’autre.

6Deux positions peuvent être distinguées. La première affirme que de la représentation descriptive découle la représentation substantive. Dans cette perspective qualifiée de « role-model capacity », les minoritaires élu-e-s prennent certes les problèmes de leur communauté à bras-le-corps, mais leurs collègues majoritaires sont également davantage sensibilisé-e-s à ces thématiques, du seul fait de fréquenter et de côtoyer un-e membre de cette minorité. La seconde position, fondée elle aussi sur de nombreuses études de cas, réfute cette linéarité dans le lien entre représentation descriptive et représentation substantive en mettant en lumière des contre-exemples. Elle cherche à complexifier la relation entre ces deux pôles : il y aurait des seuils (par exemple 15 % d’une assemblée) qui permettraient d’atteindre une « masse critique » propre à assurer une représentation descriptive, mais aussi des effets de backlash (retour de bâton) : après les succès des mouvements féministes obtenus dans les années 1970, et l’élection d’un nombre important de femmes politiques, de nombreuses législations défavorables aux droits des femmes ont été votées dans les années 1980.

7Dans un premier temps, Haider-Markel cherche donc à mettre en lumière les conditions d’une représentation descriptive des populations LGB, et à savoir s’il existe des obstacles à cette représentation. L’auteur interroge l’idée répandue – et confirmée par des enquêtes de psychologie sociale – selon laquelle l’orientation sexuelle d’un-e candidat-e ouvertement LGB constituerait un handicap dans la compétition politique. Il discute un éventail de sondages (émanant de chaines de télévision ou à l’initiative d’organisations militantes) destinés à évaluer la gay friendliness de l’ « opinion publique ». Il en ressort de façon peu surprenante que les hommes croyants, peu diplômés, âgés et se déclarant conservateurs et électeurs du parti Républicain disent être les plus opposés à l’idée de voter pour un-e candidat-e ouvertement gay ou lesbienne. Néanmoins, la taille réduite des échantillons et le manque de réflexivité manifeste dans la construction de ces sondages incitent, à la suite de l’auteur, à les interpréter de façon prudente.

8Haider-Markel se penche alors sur la façon dont des politicien-ne-s LGB perçoivent le rôle de leur orientation sexuelle dans le résultat de l’élection à laquelle ils ou elles se sont présenté-e-s. L’auteur a identifié 95 candidat-e-s aux élections législatives de 2003-2004, qui ont répondu à un questionnaire et, pour certain-e-s, participé à des entretiens avec lui. Il en ressort que les enquêté-e-s ne perçoivent généralement pas leur situation minoritaire comme un handicap : soit qu’ils ou elles n’aient pas le sentiment que leur orientation sexuelle ait été un enjeu de la campagne, soit qu’au contraire ils ou elles estiment que la couverture médiatique induite par la publicisation de leur homosexualité ou bisexualité leur ait bénéficié.

9Reste à confronter ces déclarations aux données de la sociologie électorale. Dans le troisième chapitre, l’auteur sélectionne ainsi une dizaine d’États (l’Arizona, la Californie, la Géorgie, le Maine, le New Hampshire, l’État de New York, l’Oregon, le Vermont, la Virginie, et le Wisconsin) censés représenter une forme de diversité politique, sociologique et géographique (aussi bien urbains que ruraux, démocrates que républicains, etc.), et en dépouillant la presse régionale et les documents de campagne, identifie 201 candidat-e-s LGB aux élections législatives entre 1992 et 2006. En contrôlant les caractéristiques sociodémographiques et politiques de leurs circonscriptions, il cherche à vérifier si ces candidat-e-s se répartissent équitablement sur le territoire, et s’ils ont autant de chances d’être élu-e-s, que leurs concurrent-e-s hétérosexuel-le-s.

10Le principal résultat est que les candidat-e-s choisissent de façon stratégique la circonscription dans laquelle ils et elles se présentent, de manière à minimiser l’effet supposément négatif de la publicisation de leur orientation sexuelle, voire à maximiser son effet positif.

11Le/la candidat-e LGB « type » se présente donc sous l’étiquette du parti démocrate et dans des circonscriptions traditionnellement acquises à ce parti : des territoires plus urbains, moins religieux, où le taux de diplômé-e-s de l’enseignement universitaire est plus élevé et où le revenu moyen est moins élevé que celui des circonscriptions où se présentent majoritairement les candidat-e-s hétérosexuel-le-s.

12C’est au moment de l’élection que les résultats sont les plus surprenants : les candidat-e-s LGB républicain-e-s n’ont ni plus ni moins de chance d’être élu-e-s que leurs concurrent-e-s hétérosexuel-le-s du même parti. Cela s’explique, selon l’auteur, par un choix minutieux de la circonscription dans laquelle se présentent les candidat-e-s LGB, tout parti confondu. De leur côté, les démocrates LGB ont statistiquement plus de chances de gagner que leurs homologues hétérosexuel-le-s. Ainsi, dans une circonscription, plus le territoire est pauvre, la proportion de diplômé-e-s du supérieur importante, la pratique religieuse faible, le pourcentage de couples de même sexe cohabitant important, et le taux d’hispaniques et d’africain-e-s-américain-e-s élevé, plus un-e candidat-e démocrate LGB a de chance de se présenter dans cette circonscription, et donc d’être élu-e.

13Une fois ces candidat-e-s élu-e-s, les questions LGB sont-elles pour autant mises à l’agenda ? Autrement dit, quel lien existe-t-il entre représentation descriptive et représentation substantive ? Dans les quatrième et cinquième chapitres, l’auteur examine, sur la période 1992-2007, l’ensemble des lois votées par les assemblées des cinquante États américains, et qui se rapportent à des thématiques LGBT (l’auteur cite notamment l’extension des lois anti-discrimination pour inclure l’orientation sexuelle, l’aggravation des sanctions concernant les hate crimes et les projets d’union légale entre personnes de même sexe).

14Il en ressort qu’une augmentation du nombre d’élu-e-s ouvertement LGB dans une assemblée donnée a bien, en règle générale, pour corollaire statistique le vote d’une législation a priori plus favorable aux intérêts des membres de cette communauté. Néanmoins, Haider-Markel montre, à partir d’études de cas, et en étant attentif aux contraintes qui pèsent sur les comportements d’un-e parlementaire (affiliation partisane, caractéristiques du district, de l’État, contexte politique), que dans le détail, différentes stratégies individuelles sont discernables : certain-e-s élu-e-s LGB se donnent ainsi davantage pour mission de bloquer les projets de lois homophobes que d’en proposer un qui ferait avancer les droits des LGBT, d’autres ne vont pas cosigner un tel projet de loi mais le soutiennent en coulisse et font le travail de lobbying pour s’assurer qu’il sera voté, d’autres font avancer la législation alors qu’ils et elles sont dans le placard et ne font leur coming-out qu’une fois la loi votée, etc. Cette partie mériterait sans doute d’être approfondie car elle apporte d’importantes nuances au propos de l’auteur, souvent assez englobant.

15Celui-ci est néanmoins attentif dans le chapitre suivant à mesurer l’étendue du retour de bâton (backlash) lié à l’augmentation du nombre d’élus LGB dans les assemblées. Certains des membres du groupe majoritaire, se sentant menacés par l’émancipation du groupe minoritaire, peuvent en effet avoir une « réaction politique visant à contenir ou annuler les avancées politiques » (p. 131) de ce groupe. En mesurant l’étendue de ce backlash (en terme de législation anti-LGBT adoptée) lorsqu’une assemblée voit le nombre de ses membres LGB augmenter, Haider-Markel en conclut néanmoins que les lois pro-LGBT finissent pas supplanter les lois anti-LGBT, preuve selon lui de l’intérêt de la représentation descriptive. Il finit sur une note positive et surprenante : comparées à d’autres populations minoritaires, les LGB semblent s’en sortir mieux en terme de représentation descriptive. En effet, si par exemple aucun État n’a plus de 40 % de femmes élues au Parlement, plusieurs États ont quant à eux plus de 4 % de leurs parlementaires qui s’identifient comme LGB (chiffre supérieur au pourcentage généralement admis de personnes qui s’identifient comme LGB dans la population générale, même si les problèmes méthodologiques que pose un tel recensement ne sont pas négligeables).

16Cette étude pionnière a pour mérite de poser des questions stimulantes et d’ouvrir des pistes de recherche : il faudrait notamment étudier de façon plus fine les mécanismes qui poussent les candidat-e-s LGB à choisir de se présenter dans des circonscriptions jugées « favorables » à leur élection, ainsi qu’observer plus attentivement l’étape des primaires visant à désigner, pour chaque parti, le ou la candidat-e qui aura son soutien. Ce livre permet également d’enrichir la littérature sur la représentation politique des minorités : si Haider-Markel en fait explicitement un appui de ses questionnements, on peut néanmoins regretter qu’il en ignore tout un pan, et particulièrement les travaux d’Anne Phillips (1998), dont la distinction entre « politique de la présence » et « politique des idées » aurait pu permettre d’approfondir cette réflexion sur les liens entre représentation descriptive et représentation substantive. Enfin, la comparaison systématique avec la représentation politique des femmes et des minorités raciales évacue parfois les difficultés spécifiques, notamment méthodologiques, que pose l’étude des minorités sexuelles en politique, et au premier chef l’ambiguïté que recèle l’expression « ouvertement gay ou lesbienne ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bouvard Hugo, « Out and Running: Gay and Lesbian Candidates, Elections, and Policy Representation », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 27 juillet 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://gss.revues.org/4043

Haut de page

Auteur

Bouvard Hugo

Doctorant en science politiqueInstitut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Sociales, Université Paris-Dauphine/PSL

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org