Navigation – Plan du site
Dossier
Savoirs et points de vue situés

Assaut du discours straight et universalisation du point de vue minoritaire dans les essais de Monique Wittig

Assault on the straight discourse and universalization of the minority point of view in the essays of Monique Wittig
Claire Michard

Résumés

Ce texte montre comment les stratégies discursives mises en œuvre par Monique Wittig dans ses essais détruisent la prétention à l’universalité de la pensée straight fondée sur le système politique de l’hétérosexualité, et, simultanément, construisent le point de vue particulier de l’auteur comme universel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans mon texte, les références à cet ouvrage sont celles de l’édition de 2001.

1Monique Wittig a porté un coup à la marque du genre et à la catégorie de sexe dans ses œuvres littéraires, et cela dès 1964 avec L’Opoponax. Si le corps à corps avec la langue et le corps à corps avec le fondement hétérosexuel de la société ne font qu’un dans sa création littéraire, je me propose de montrer comment le même combat est construit dans le registre théorique à partir des essais, initialement publiés entre 1979 et 1994, et regroupés dans La Pensée straight (Wittig, 2007 [2001])1.

  • 2 Sur le dialogisme au cœur de l’œuvre littéraire de Monique Wittig, voir Bourque (2006).

2En tant que textes argumentatifs, polémiques, ces discours sont traversés par une forte interdiscursivité (ou dialogisme, ou polyphonie, selon les écoles). Ce dialogisme matérialise l’affrontement et le défi lancés aux discours des oppresseurs, ainsi que la réfutation du point de vue des opprimées qui demeure dans l’idéologie naturaliste. Et, au contraire, il formalise l’accord, sur certains points, avec des auteurs de la classe de sexe dominante, ainsi que la solidarité de pensée avec des auteurs de la classe de sexe dominée. Wittig élabore donc son propre discours tout en orchestrant celui des autres de façon dissonante ou consonante2. Elle met en œuvre de manière centrale la propriété fondamentale de réflexivité des langues, leur capacité à se prendre elles-mêmes pour objet du discours.

3Pour Wittig, le discours est un enjeu politique parce que l’appropriation de la langue par les pratiques discursives des dominants impose une conception naturaliste du réel social des sexes et de l’hétérosexualité et, en conséquence, une conception naturaliste du sens des termes désignant ce réel social. Cependant, si la langue est engluée dans la catégorie de sexe, c’est en travaillant la matérialité de ses formes qu’il est possible de se libérer de cette catégorie et de faire émerger les sujets parlants occultés dans le système politique de l’hétérosexualité.

4Cet aspect de la langue, très important pour l’écrivain, est évidemment plus développé dans les textes abordant le travail littéraire : « Le point de vue, universel ou particulier », « Le cheval de Troie », « La marque du genre », « Quelques remarques sur Les Guérillères », et tout particulièrement dans les deux premiers. La littérature comme « champ de bataille privilégié où s’affrontent les tentatives de constitution du sujet », l’universalisation nécessaire du point de vue du sujet minoritaire, la littérature comme « cheval de Troie », « machine de guerre », dont l’intention et le but « sont de démolir les vieilles formes et les règles conventionnelles », la destruction de la marque du genre au travers de l’exercice du langage : autant de thèmes qui explicitent le pouvoir subversif du langage. Dans les textes d’orientation philosophique et politique, ce pouvoir est mis en œuvre par les stratégies discursives qui détruisent le discours straight tout en posant le sujet énonciateur minoritaire comme un sujet humain à part entière, un sujet « souverain », non divisé par la catégorisation de sexe.

5La pratique discursive de destruction du discours du sens commun employée par Wittig est inextricablement liée à la constitution discursive du sujet dominé en tant que sujet à part entière, sujet qui s’approprie la langue en fonction de son analyse politique du sens et construit son point de vue comme universel. Ce sont les procédés que recouvre cette pratique qui permettent simultanément l’abolition du discours straight et la constitution du sujet. C’est pourquoi je traiterai ces deux effets de sens en même temps.

6Parmi les nombreuses stratégies discursives mises en œuvre, je ne donnerai un aperçu que des suivantes : l’imposition de l’espace conceptuel dans lequel va se développer le discours, l’ironie, les négations métalinguistiques, les reformulations, et l’emploi stratégique du genre. J’examinerai ensuite les valeurs référentielles des occurrences de « nous », pronom dialogique par excellence, afin de montrer avec quels autres sujets énonciateurs, l’auteur choisit d’établir une relation d’interlocution et de solidarité.

7En conclusion, je montrerai comment les stratégies discursives et la construction des instances de discours concourent à l’universalisation du point de vue minoritaire.

L’imposition de l’espace conceptuel

8Le premier paragraphe de « La catégorie de sexe » en est un modèle. En deux énoncés, le rapprochement entre d’une part les femmes et les hommes, et d’autre part les esclaves et les maîtres, s’effectue par l’identité de croyance en leur naturalité, puis par l’existence des femmes et des esclaves qui est subordonnée à celle des hommes et des maîtres. L’ordre d’apparition des termes « femmes », « hommes », « esclaves », « maîtres », qui inverse la présentation dominante (les dominants en premier, les dominés en second) permet d’énoncer le rapport de corrélation entre les deux classes à partir de celle qui est asservie. Cet ordre signale que l’auteur se situe consciemment dans cette classe et que c’est à partir de cette position sociale que l’argumentation sera menée. Le troisième énoncé impose « la différence des sexes » comme idéologie, au sens où l’expression « l’idéologie de la différence des sexes » est un présupposé. Les présupposés présentent certaines propositions comme déjà admises. Ils ne sont pas niables ou interrogeables, sauf à déclencher un conflit. Dans le cas présent, « l’idéologie de la différence des sexes » présuppose l’assertion la différence des sexes est une idéologie comme étant un point de vue partagé par les auditeurs et les lecteurs. « La différence des sexes » est donc placée de façon irréfutable dans le domaine de l’idéologie.

  • 3 Sur ce point, voir Turcotte (2002).

9Après avoir rapproché le rapport de sexe du rapport d’esclavage, Wittig l’inscrit à l’intérieur des rapports de domination en général : « Masculin/féminin, mâle/femelle sont les catégories qui servent à dissimuler le fait que les différences sociales relèvent toujours d’un ordre économique, politique, idéologique. Tout système de domination crée des divisions sur le plan matériel et sur le plan économique » (Wittig, ibid., 42). Elle conclut sur un fait historique qui a entraîné l’abolition d’un rapport de domination : les mises en concept opposées du rapport d’esclavage par les maîtres, puis par les esclaves lorsqu’ils se révoltent. Dans un paragraphe d’une extrême densité, l’auteur place le rapport de sexe dans l’histoire et la théorie politique des rapports de domination ainsi que dans l’histoire de la libération de ces rapports3. Elle opère ainsi une généralisation dans l’analyse politique de ce rapport spécifique.

  • 4 Monique Wittig dit dans son introduction que ce sont les écrits des auteurs suivants qui lui ont do (...)

10Le discours est construit sans référence à un énonciateur (absence de pronom personnel de première personne), ce qui présente les idées avancées comme émanant d’un sujet abstrait, général. Ces idées, qui sont bien sûr celles de l’auteur, mais qui s’inscrivent dans une ligne de pensée matérialiste4 présente dans le Mouvement de Libération des Femmes, sont énoncées comme des connaissances partagées par l’auditoire ou le lectorat, des connaissances acquises, qui vont de soi, n’ont pas à être démontrées, et sont posées comme point de départ de l’échange verbal ou écrit.

L’ironie

11L’ironie est souvent difficile à reconnaître parce qu’elle nécessite des connaissances extérieures au discours où elle est mise en œuvre et parce qu’elle se manifeste par des constructions discursives variées et complexes. Selon les personnes, elle peut par conséquent ne pas être perçue, ou perçue dans des énoncés différents. Pour mon propos, je retiendrai comme caractéristique de ce que je reconnais être ironique : l’énonciation de deux points de vue contradictoires dans laquelle le point de vue rejeté est tourné en dérision par le point de vue de l’ironiste, ce qui suscite le plaisir dans l’activité intellectuelle chez les interlocuteurs et crée la connivence avec le locuteur.

  • 5 Mais elle peut, à l’inverse, amplifier le tragique, l’insupportable, telle l’énumération décrivant (...)

12Voici quelques exemples. Dans les fragments d’énoncés « se sont données pour tâche politique de devenir de plus en plus “féminines” » (Wittig, ibid., 55), et « les meilleurs traits dont l’oppression nous a gratifiées » (Wittig, ibid., 56), l’ironie provient de l’union d’expressions appartenant à des domaines sémantiques opposés ou hétérogènes. « Les maîtres expliquent et justifient les divisions qu’ils ont créées en tant que résultat de différences naturelles » (Wittig, ibid., 42). L’intervention du point de vue de l’auteur (« qu’ils ont créées ») traite par l’absurde l’énonciation des maîtres. Le traitement par la dérision se retrouve également dans un énoncé qui concerne le discours essentialiste de certaines lesbiennes et féministes : « Ainsi quelques avenues du mouvement lesbien et féministe nous ramènent au mythe de la femme qui avait été créé spécialement pour nous par la classe qui nous domine » (Wittig, ibid., 56). L’utilisation de « avenues », au lieu de « courants », « tendances », renforce l’ironie amère (« qui avait été créé spécialement pour nous par la classe qui nous domine »), suggérant la facilité de circulation pour retourner au mythe (« ramènent »). L’énumération, qui symbolise par la forme l’ampleur des éléments d’un tout, peut aussi être utilisée de façon ironique5. Le passage sur « l’armée familiale » est un bon exemple : « C’est ainsi qu’on a affaire dans la littérature anthropologique à des foules de pères, mères, sœurs, frères, grands-mères, grands-pères, belles-mères, beaux-pères, beaux-frères, belles-sœurs, belles-filles, beaux-fils, fils, fille, tante, oncle, arrière grand-mère, arrière grand-père, neveu, nièce, grand-oncle, grand-tante, et cela ne représente pas tout, loin de là. Est-il pensable qu’on ne soit rien si on n’appartient pas à cette armée ? » (Wittig, ibid., 83).

13L’ironie agit donc sur deux plans. D’un point de vue intellectuel, elle propose deux discours contradictoires et, en conséquence, fait appel à la réflexion des interlocuteurs. D’un point de vue émotionnel elle énonce ces deux discours de telle façon que l’un d’entre eux se moque de l’autre. Par conséquent, elle disqualifie le discours ironisé et, en suscitant du plaisir, oriente le jugement des auditeurs et des lecteurs vers le point de vue qui ironise. Évidemment, pour les interlocuteurs qui défendent le discours présenté comme absurde, ridicule, et trompeur, cette ironie suscitera déplaisir, rire jaune, ou franche hostilité.

Les négations métalinguistiques

14À la différence de la négation descriptive, qui porte sur un état de fait négatif (par exemple : « La semaine prochaine, il n’y aura pas de cours »), la négation métalinguistique, ou négation polémique, s’oppose à une énonciation antérieure. Cette négation détruit la validité d’une énonciation, tout en la faisant entendre. Monique Wittig a recours à ce type de négation dans quelques formulations percutantes : « Car il n’y a pas de sexe » (Wittig, ibid., 42) ; « Qu’il n’y a pas d’“écriture féminine” doit être dit » (Wittig, ibid., 111) ; « Les lesbiennes ne sont pas des femmes » (Wittig, ibid., 76). Les deux premiers énoncés nient la prédication d’existence (la contestation la plus radicale des présupposés) des notions de sexe et d’écriture féminine. Le troisième nie l’appartenance des lesbiennes à la catégorie « femme », appartenance qui fait partie du sens commun (elle est énoncée dans toutes les définitions des dictionnaires : lesbienne = femme homosexuelle). Les négations de l’existence du sexe en soi, de l’écriture féminine, et de la définition des lesbiennes comme femmes, sont argumentées dans les textes et sont des conclusions logiques de l’appréhension politique du sens des mots ; de ce point de vue elles sont parfaitement cohérentes dans le déroulement discursif. Et, en même temps, elles sont un défi au cela-va-de-soi hétérosexuel, et un coup porté aux auditeurs et aux lecteurs, par leur force polémique (négation des présupposés du sens commun), et par leur placement dans les textes : soit en début de paragraphe, soit en début d’article, soit à la fin.

  • 6 Mise en relief de l’auteur.

15Quant à « On ne naît pas femme », qui est la citation d’un fragment d’énoncé de Simone de Beauvoir, dans Le Deuxième Sexe, l’auteur lui donne la place la plus stratégique : celle du titre. Par rapport au texte, qui réfute la validité politique de l’exaltation de la féminité, la négation métalinguistique du /on naît femme/ énoncée par Beauvoir en 1949, est toujours d’actualité. Simultanément, cette citation donne au féminisme une épaisseur historique et lui confère l’autorité de son auteur. Cependant, la phrase entière du Deuxième Sexe étant devenue une maxime féministe, le premier fragment appelle le deuxième : « on le devient », fragment que Wittig n’a pas repris. Ce qui est parfaitement logique avec l’analyse qu’elle donne du concept de lesbienne dans le même texte : « De plus “lesbienne” est le seul concept que je connaisse qui soit au-delà des catégories de sexe (femme et homme) parce que le sujet désigné (lesbienne) n’est6 pas une femme, ni économiquement, ni politiquement, ni idéologiquement » (Wittig, ibid., 63). Wittig construit donc une continuité de pensée entre Beauvoir et elle, tout en s’en démarquant.

Les reformulations

16Les reformulations expliquent le sens d’une expression par sa mise en équivalence avec une autre, au moyen de différentes locutions (c’est-à-dire, autrement dit, en d’autres termes…) qui signalent une réflexion d’ordre métadiscursif sur un mot, ou un énoncé. Dans les textes de Wittig, on trouve des reformulations qui ne font pas intervenir deux énonciateurs différents entre la première expression et celle donnée en équivalence. Le locuteur qui produit les énoncés est confondu avec l’énonciateur qui assume la responsabilité de ces énoncés. Par exemple : « c’est-à-dire par la nécessité pour chaque être humain d’exister en tant qu’individu en même temps que comme membre d’une classe » (Wittig, ibid., 62), qui développe « la nécessité réelle pour nous toutes d’atteindre à la subjectivité ».

17Mais, les reformulations sont également employées de façon très efficace pour détruire l’énonciation des dominants. Ainsi : « Car la catégorie de sexe est le produit de la société hétérosexuelle qui impose aux femmes l’obligation de la reproduction de l’“espèce”, c’est-à-dire de la reproduction de la société hétérosexuelle » (Wittig, ibid., 46). Et : « C’est que pour les marxistes, les femmes “appartiennent” soit à la classe bourgeoise, soit à la classe prolétarienne, c’est-à-dire aux hommes de ces classes » (Wittig, ibid., 61). Le premier énoncé présente l’analyse lesbienne matérialiste de l’auteur, tout en y inscrivant un terme propre à l’analyse hétérosexiste naturaliste. C’est sur ce terme que porte la reformulation. « Espèce », d’abord présenté en usage (dominant), mais distancié par sa mise entre guillemets, est repris en mention (comme signe séparé de son usage) par « c’est-à-dire », et politiquement reformulé « société hétérosexuelle ». Le point de vue straight est littéralement assiégé par le point de vue lesbien matérialiste. Dans le deuxième énoncé l’auteur rapporte dans la première séquence, le point de vue des marxistes en se distanciant également d’un terme : « appartiennent ». Dans ce premier fragment, « appartiennent » signifie « faire partie de ». La reprise de ce mot en mention, et par conséquent sa séparation de l’usage marxiste, permet à l’auteur de jouer sur la polysémie du terme et de le re-présenter sous son sens « être la propriété de ».

18Par ces mises en équivalence polémiques, faisant s’affronter deux analyses politiques antagoniques, l’auteur construit son énonciation comme étant celle qui a le dernier mot, et cela de façon d’autant plus forte que la reformulation apparaît comme une vérité générale, extérieure au sujet énonciateur, puisque « c’est-à-dire » efface ce sujet.

L’emploi stratégique du genre

19La catégorie du genre, très contraignante en français, a des répercussions sur ce que l’on veut faire entendre, puisque l’interprétation courante, ainsi que scientifique, associe le genre féminin aux êtres femelles et le genre masculin aux êtres mâles, et présuppose une symétrie sémantique entre les genres, au sexe près. J’ai moi-même remis en cause cette rationalisation symétrisante et fait l’hypothèse de la dissymétrie profonde des statuts du trait de sexe pour chaque genre : catégorisant pour les êtres femelles, c’est-à-dire de statut hiérarchique premier ; simple qualifiant pour les êtres mâles, c’est-à-dire de statut hiérarchique second. Cette inversion du statut du sexe par rapport à une autre notion (telle l’humanité, la profession, la classe d’âge, etc.), expliquerait le fonctionnement dissymétrique du genre dans la langue et les caractéristiques sémantiques opposées attribuées à chaque sexe dans les discours (notamment Michard,1999 ; 2008 [1982]).

20Dès sa première œuvre littéraire, L’Opoponax, paru en 1964, Wittig élimine la marque de genre en créant son texte à partir du pronom indéfini « on ». Et si le « elles » répétitif de Les Guérillères peut sembler paradoxal, elle dit elle-même que son utilisation exclusive dans les deux premiers tiers du livre est une stratégie d’universalisation, et non de « féminisation » (Wittig, 1969, 136). Dans ses essais, elle affirme que tout comme la catégorie idéologique de sexe colle aux seules femmes : elles ne sont que sexe, le sexe (Wittig, 2007 [2001], 48), « le féminin porte la marque du genre et ne peut jamais être au-delà des genres » (Wittig, ibid., 131). Et elle conclut qu’il n’y a donc qu’un seul genre, le féminin. Tandis que le genre, dit à tort, masculin signifie fondamentalement l’humain en général. La classe des hommes s’est approprié cette valeur abstraite, universelle, et la manipule à son profit. Cette appropriation se refait constamment dans l’exercice du langage.

21L’abolition de la marque du genre, (ou le processus discursif tendant à son abolition, car la langue française oppose une forte résistance), au profit du général, dit genre masculin, est donc l’une des stratégies de l’écrivain pour miner le discours straight et énoncer les sujets sociologiquement marqués comme sujets humains à part entière (non marqués linguistiquement par le genre féminin). Cependant, la liberté de transformation du discours dominant est beaucoup plus grande en littérature que dans le discours politique, philosophique ou scientifique, et Wittig précise elle-même les caractéristiques différentes des usages du langage en littérature ou en histoire et en politique dans « Le cheval de Troie ». On peut donc observer dans les essais un éventail d’usages du genre, allant de l’utilisation courante (normée) au forçage du sens général pour la classe de sexe marquée, en passant par des emplois correspondant à certaines pratiques linguistiques féministes.

Emplois normés

22La structure du genre dans la langue française est tellement prégnante, qu’il est impossible dans des essais parlant de l’hétérosexualité comme système politique d’asservissement des femmes par les hommes, de ne jamais utiliser « femme », « homme » et l’opposition de genre. Monique Wittig utilise par conséquent le genre selon la norme de la langue française dans un certain nombre d’occurrences – reprises pronominales et accord des adjectifs et des participes passés – en particulier lorsqu’elle décrit la situation sociale des femmes. Mais dans ces passages, genre féminin et genre masculin sont appliqués à chaque classe de sexe, sans aucune dérive du masculin désignant les hommes vers le sens général, et le discours parlant des femmes, dans lequel l’auteur s’inclut fréquemment par l’utilisation de « nous », est beaucoup plus développé que le discours sur les hommes (stratégie inverse de la tendance générale dans le discours dominant).

23Quant au discours à la première personne du singulier (examiné dans « La catégorie de sexe », « On ne naît pas femme », « La pensée straight » et « La marque du genre »), celui qui présente le sujet énonciateur en tant que tel, comme la quasi totalité des prédicats gouvernés par « je » sont de type processus (la plupart se rapportant à l’activité de langage), ils ne déclenchent par conséquent aucun accord en genre. On trouve une seule occurrence de verbe d’état qui entraîne, à l’écrit, un accord de l’adjectif au féminin : « Je suis sûre qu’une transformation économique et politique ne dédramatisera pas ces catégories de langage » (Wittig, ibid., 73).

Emplois conformes à certaines pratiques féministes

24L’appartenance à la classe de sexe dominée est précisée si cette identification du référent est nécessaire : « Ce furent finalement des universitaires femmes et non pas des féministes qui détruisirent cette théorie » (Wittig, ibid., 58). On remarquera l’ordre : « universitaires » en tant que catégorisant, suivi de « femmes » comme qualifiant, et non l’inverse. Plusieurs énoncés font apparaître les deux genres sur un même terme. Et le sens général (humain, hors mention de sexe) du dit « masculin » est produit par la mise en relation explicite avec les deux classes de sexe : « pourquoi font-ils tout ça les héros dans les livres et les héros dans la réalité ? Pourquoi font-ils l’homme mais surtout pourquoi font-ils la-femme ? » (Wittig, ibid., 117).

Emplois s’opposant à la politique linguistique dite de « féminisation » de la langue

25On ne trouve aucune création lexicale de genre féminin dans l’ensemble des textes. À la fin de « La marque du genre », l’auteur expose d’ailleurs son point de vue sur cette question :

  • 7 Italique de l’auteur.

« Quand je dis l’écrivain et quand je dis il en le rapportant à l’écrivain (ou les écrivains, ils) grammaticalement, dans un sens strict, j’emploie un masculin. Pourtant, il ne peut s’agir qu’abusivement d’un masculin, c’est un masculin par appropriation. De même que quand on dit l’homme, il, ou les hommes ils, dans le sens de les êtres humains ils, il ne peut s’agir d’un masculin que par appropriation. Car, dans ce cas, on a affaire plutôt à un indéfini de sexe (c’est un général, un générique) qui peut porter la marque du nombre mais pas la marque du genre, car il la subsume. Ce qui veut dire que la tendance actuelle (comme dans écrivaine adopté récemment) me paraît, non pas aller vers un dépassement des genres comme il est souhaitable si on veut les voir abolir, mais d’une part aller vers son renforcement, et d’autre part, perdre (en ce qui concerne la catégorie sociologique des femmes) le droit à la généralisation et à l’abstraction qui est virtuel (sinon appliqué) dans les nombreux textes scientifiques qui traitent de l’homme (car homo sum) puisque homme signifie d’abord être humain et seulement par dérivation, mâle biologique »7 (Wittig, ibid., 137).

26Voici un exemple d’emploi de « écrivain » qui inscrit dans le discours même la généralisation et l’abstraction pour la catégorie sociologique des femmes. « Un écrivain comme Sarraute est très conscient que le langage, loin d’être un reflet “des choses” et de la réalité sociale, est en quelque sorte ce qui la traite (“bien sûr vous l’y trouvez dans la réalité puisque vous l’y avez mis”) et même ce qui la crée » (Wittig, ibid., 134).

  • 8 Si on demeure dans l’obsession idéologique de la sexuation, qui entraîne l’interprétation spontanée (...)

27La comparaison de la notion générale d’écrivain à un écrivain particulier (dont le sexe devrait être rendu public) lui attribue cette notion de façon absolue et présente de ce fait l’écrivain particulier comme un représentant exemplaire de ce qu’est être écrivain. L’énoncé pose « un écrivain » en sujet grammatical, ce qui entraîne l’accord de l’adjectif « conscient » au général8. Voici un autre exemple qui relève d’un mouvement discursif inverse, allant du particulier vers le général.

« Les femmes ne savent pas qu’elles sont totalement dominées par les hommes […] elles refusent de “croire” que les hommes les dominent en pleine connaissance de cause (parce que l’oppression est bien plus hideuse pour les opprimés que pour les oppresseurs) » (Wittig, ibid., 44).

28L’utilisation de « opprimés » au genre général confère aux femmes la qualité générale d’opprimé et les met sur le même plan que les oppresseurs du point de vue du genre : seuls les termes lexicaux différencient sémantiquement les deux groupes. La réaction des opprimés femmes à l’oppression est énoncée comme la réaction de tout humain opprimé. Au lieu de se soumettre au forçage du sexe dans le discours, Wittig fraye le passage du sens général porté par le genre masculin en choisissant les structures grammaticales. Elle mène une offensive sémantique contre l’appropriation du sens général par la classe de sexe dominante. L’essai « La marque du genre », qui est un tour de force unifiant la forme et le contenu, s’achève cependant sur le doute quant à la réussite de la décontamination idéologique du genre masculin. Et l’auteur note que l’objectif final (la suppression du genre en tant que catégorie de sexe), qui changerait profondément la langue, requiert un consensus et n’est à la portée d’aucun écrivain particulier.

« Nous » : solidarité et interlocution

  • 9 Selon le linguiste, Émile Benveniste, « […] “nous” n’est pas un “je” quantifié ou multiplié, c’est (...)
  • 10 Italique de l’auteur.

29Dans cette partie, je traiterai des valeurs référentielles des marques de première personne du pluriel (pronoms « nous » et adjectifs possessifs « nos », « notre ») dans « La pensée straight » et dans « On ne naît pas femme ». « Nous », dont « je » ou « moi » est le constituant essentiel, en étendant la référence à d’autres sujets de discours, identifie l’auteur comme faisant partie d’un groupe et le présente comme solidaire de ce groupe, ou, peut-être de façon plus juste compte tenu de la prédominance du « je »9, présente le groupe comme solidaire de l’auteur. Dans « La pensée straight », la référence des groupes constitués à partir du « moi/je », et signifiée par « nous », inclut les lesbiennes tout au long du texte, mais s’étend, selon les cas, aux hommes homosexuels et/ou aux féministes, et à l’ensemble des opprimés conscients de leur oppression, dans un rapport d’esclavage ou de servage. Nous, lesbiennes et hommes homosexuels : « Si nous lesbiennes, homosexuels nous continuons à nous dire, à nous concevoir des femmes, des hommes, nous contribuons au maintien de l’hétérosexualité » (Wittig, ibid., 73). Nous, lesbiennes et féministes : « Ces mêmes experts en sémiotique dont nous parlions plus haut nous reprochent de confondre, quand nous manifestons contre la pornographie, les discours avec la réalité. Ils ne voient pas que ce discours est10 la réalité pour nous, une des facettes de la réalité de notre oppression, ils croient que nous nous trompons de niveau d’analyse » (Wittig, ibid., 70). Nous, lesbiennes, féministes, et opprimés, à plusieurs époques et dans plusieurs lieux : « Oui nous le savons et cette science des opprimés ne peut pas nous être enlevée » (Wittig, ibid., 74).

30Cet énoncé est un écho à la citation des paroles qu’un paysan roumain a prononcées en 1848 à une assemblée publique où il était député [« Pourquoi ces messieurs disent-ils que ce n’était pas de l’esclavage, car nous savons que ça a été de l’esclavage, cette peine que nous avons peinée » (Wittig, ibid., 74)]. Wittig présente cette citation comme sa réponse personnelle (« À quoi je répondrai par cette phrase d’un paysan roumain ») à la négation de l’esclavage des femmes. Elle reprend donc à son compte le discours d’un autre opprimé, conscient de l’esclavage des paysans roumains. De ce fait, dans l’énoncé qui conclut le paragraphe, dont l’affirmation est renforcée par le « oui » initial, les « nous » prennent une valeur référentielle générale qui inclut les dimensions historique et géographique : nous, asservis conscients de notre servitude, maintenant et avant, ici et ailleurs.

31L’auteur construit donc une solidarité privilégiée avec les lesbiennes mais ne se désolidarise ni des féministes, ni des hommes homosexuels, ni des opprimés de façon générale. Si la solidarité de l’auteur est marquée par le « nous », il n’existe aucun lien de ce type avec les énonciateurs des discours straight. Ceux-ci sont exclusivement présentés à la 3e personne, c’est-à-dire comme non-sujets de l’interlocution et l’auteur ne se joint jamais à eux. C’est d’eux dont « je »  parle et à qui « je » ne s’adresse pas. Le texte construit donc une situation de communication dans laquelle l’opposition centrale est entre le plan de la non-personne (3e personne caractérisant les énonciateurs des discours dominants) et celui de la personne, formalisé par les pronoms de première personne du singulier (« je ») et du pluriel (« nous »). Les groupes associés au « je » (lesbiennes, féministes, hommes homosexuels, opprimés en général) peuvent être considérés comme une deuxième personne : interlocuteurs auxquels le locuteur s’adresse.

32Initialement, « On ne naît pas femme » est une conférence prononcée à New York, en 1979, lors du colloque célébrant les trente ans du Deuxième Sexe. En raison du thème, l’auditoire comportait vraisemblablement des universitaires françaises, philosophes et littéraires, et parmi celles-ci, le courant essentialiste de la valorisation et de la défense des spécificités féminines était très représenté. La situation de communication est donc difficile puisque l’affrontement discursif est mené contre le point de vue de membres de la classe de sexe dominée, classe à laquelle l’auteur s’identifie explicitement, comme par exemple dans les exemples suivants : « Notre première tâche est donc, semble-t-il, de toujours dissocier soigneusement “les femmes” (la classe à l’intérieur de laquelle nous combattons) et “la femme”, le mythe » (Wittig, ibid., 59). « En nous unissant, nous femmes, nous divisons les forces du peuple » (Wittig, ibid., 61).

33Les « nous » associent au « je », de façon privilégiée, tout au long du texte, soit les lesbiennes en général, définies du point de vue matérialiste, soit les lesbiennes matérialistes et les féministes matérialistes. Par exemple, dans le premier cas : « […] relation à laquelle les lesbiennes échappent en refusant de devenir ou de rester hétérosexuelles. Nous sommes transfuges à notre classe de la même façon que les esclaves “marron” américains l’étaient en échappant à l’esclavage et en devenant des hommes et des femmes libres … » (Wittig, ibid., 63). Et dans le deuxième : « Il y a dix ans, nous nous mettions debout pour nous battre pour une société sans sexes » (Wittig, ibid., 56). « Car la-femme n’existe pas pour nous, elle n’est autre qu’une formation imaginaire, alors que “les femmes” sont le produit d’une relation sociale » (Wittig, ibid., 59).

34Mais le combat contre le point de vue des membres de la classe de sexe dominée, adeptes de la féminité, ne passe pas par la désolidarisation d’avec le « je ». En effet, nombreux sont les « nous », référant aux lesbiennes et aux féministes, matérialistes et essentialistes, qui signifient la solidarité de classe. Ils sont répartis sur les dix pages centrales du texte (p. 53 à 62). J’en donne quelques exemples :

« Ce faisant, si nous admettons qu’il y a une division “naturelle” entre les femmes et les hommes, nous naturalisons l’histoire, nous faisons comme si les hommes et les femmes avaient toujours existé et existeront pour toujours. Et non seulement nous naturalisons l’histoire, mais aussi par conséquent nous naturalisons les phénomènes sociaux qui manifestent notre oppression, ce qui revient à rendre tout changement impossible. Au lieu de considérer par exemple que le fait de faire un enfant relève d’une production forcée, nous le regardons comme un processus “naturel”, “biologique”, oubliant que dans nos sociétés les naissances sont planifiées (démographie), oubliant que nous-mêmes nous sommes programmées pour produire des enfants […] » (Wittig, ibid., 53).

  • 11 Mes italiques.

35Ce passage aurait pu être énoncé sans trace de personne (admettre… c’est naturaliser… c’est faire comme si…), ou à la deuxième personne (si vous admettez… vous naturalisez… vous faites comme si…) et ne pas poser d’union dans un statut commun avec l’auteur. La solidarité de classe est très explicitement exprimée dans l’énoncé suivant : « N’est-ce pas ainsi pourtant qu’il faut comprendre l’abandonnement par de nombreuses d’entre nous11 au mythe de la femme » (Wittig, ibid., 62). Ces « nous » construisant la solidarité de classe, témoignent tout au long du texte que les erreurs de certaines mettent en danger le processus de libération pour toutes. Ils sont un appel à mener la réflexion d’un point de vue lesbien matérialiste.

36Le « moi/je » n’apparaît que quatre fois, mais il est à l’origine de l’énonciation des idées politiques fondamentales de l’auteur : un point de vue supposant l’hétérosexualité comme base de la société humaine ne peut pas être le point de départ d’une analyse lesbienne/féministe de l’oppression des femmes (Wittig, ibid., 53) ; le fait de s’accrocher au mythe de la féminité naturelle est lié à la nécessité de se constituer en tant que sujet (Wittig, ibid., 59) ; la réorganisation conceptuelle du monde à partir de la conscience de l’oppression peut s’appeler la science de l’oppression (Wittig, ibid., 62) ; le concept de lesbienne est le seul qui soit au-delà des catégories de sexe (Wittig, ibid., 63).

37On ne trouve aucune marque de deuxième personne. Quant aux discours à la troisième personne ou à énonciateur effacé, ils concernent aussi bien les points de vue exprimés par les matérialistes que ceux des essentialistes. Cependant, la façon de rapporter ces conceptions opposées est bien différente. Les énonciateurs des théories essentialistes demeurent dans l’anonymat (ce sont : « la plupart des lesbiennes et des féministes », « certaines féministes », « certaines lesbiennes »), leur discours est toujours rapporté au style indirect et à partir du point de vue lesbien matérialiste de l’auteur. Tout en affirmant la solidarité de classe (emploi de « nous »), l’auteur tient à distance les propos essentialistes. Tandis que les énonciateurs des théories matérialistes sont nommés et cités, et ces citations sont intégrées dans le discours de l’auteur comme si elles provenaient de sa propre voix. C’est par exemple la reformulation explicative de Wittig par une citation de Guillaumin (1992, 51) ; ou bien la citation de Dworkin (1979) intégrée en tant que discours rapporté au deuxième degré : Wittig reprend comme son propre discours les paroles de Dworkin qui rapportent le point de vue essentialiste de certaines lesbiennes (Wittig, ibid., 53). L’absence de rupture entre les différents discours cités et celui de l’auteur construit une union étroite entre penseurs matérialistes. Et c’est à l’intérieur de cette communauté de pensée que l’auteur exprime son point de vue particulier.

Le dialogisme : une efficace machine de guerre pour particulariser le point de vue straight et universaliser le point de vue minoritaire

38L’ironie, les négations métalinguistiques, les reformulations et l’emploi stratégique du genre font voler en éclats la prétention du discours straight à l’objectivité et à l’universalité. Ces stratégies font apparaître ce discours comme subjectif, particulier, partial, et indéfendable, servant les intérêts d’une petite partie de l’humanité et maintenant la plus grande partie dans un statut matériel et symbolique de sous-humanité : une « grande arnaque », selon la si juste expression de Paola Tabet (2004).

39Simultanément, ces figures de discours construisent le point de vue particulier de Wittig, en l’occurrence celui du lesbianisme matérialiste, comme étant celui qui a le dernier mot. À l’opposé d’un discours « sans sujet », qui semble s’énoncer de lui-même en dehors de toute subjectivité ancrée dans l’histoire, et que cette illusion même fait reconnaître comme « objectif » et de portée universelle, ce sujet à part entière, non divisé par le genre, parce qu’il se marque dans son discours, se présente de ce fait comme sujet individuel prenant en charge un point de vue particulier.

40Le changement d’angle de catégorisation du groupe minoritaire auquel l’auteur appartient – reconceptualisation des lesbiennes en termes politiques : échappées de leur classe de sexe, esclaves fugitives, hors-la-loi du système hétérosexuel et constituant par conséquent une faille dans ce système – inscrit le lesbianisme dans l’histoire de la libération des oppressions et lui confère une dimension politique universelle. Le « je » dilaté signifié par les « nous » est donc le contraire d’un artifice rhétorique. Il est le signe de la solidarité universelle des sujets opprimés qui se libèrent, dans l’histoire immédiate (ici et maintenant) et dans l’histoire au sens traditionnel (ailleurs et dans le passé).

41Les marques de personne dans « La pensée straight » et « On ne naît pas femme » montrent que seules les opprimées (és) peuvent occuper la place d’interlocuteurs, la place réciproque de celle du locuteur dans le dialogue. Tandis que les oppresseurs sont cantonnés dans le statut de non-personne (la troisième) : ils sont des objets de discours, ceux dont on parle, en dehors de l’interlocution. Ces « nous » qui associent les dominées (és) au « je » les énoncent comme ses semblables dans le dialogue. Le rapport d’égalité entre sujets parlants est également marqué par le fait que Wittig présente celles dont elle combat les thèses comme des humains à part entière, doués de jugement et de parole :« ce que nous prenons pour la cause », « ce que nous croyons être », « nous appelons notre passivité “non-violence” », « elles ne pensaient pas », « elles pensaient », « les premières féministes n’ont pas réussi à considérer », « elles continuaient de penser », « elles soutenaient le principe illogique » (Wittig, ibid., 54-58). Et, comme pour le « je », les prédicats n’entraînent pas d’accord en genre et ne catégorisent donc pas les sujets en tant que sexe. Aucune construction discursive ne renvoie à celles avec qui l’auteur est en profond désaccord, et qu’elle affronte vigoureusement, dans un statut de sous-humain à qui on dénie le droit à la parole. Les sujets dominés dont Wittig combat les idées sont des sujets à part entière qu’elle énonce comme solidaires et invite à la discussion. Quant aux paroles des sujets alliés, elles sont traitées comme des voix à l’unisson qui amplifient le propos de l’auteur. Par la référenciation des « nous », les sujets minoritaires, et tout particulièrement les lesbiennes, le groupe d’opprimés le plus occulté dans lequel l’auteur s’inclut explicitement, sont énoncés en tant que sujets parlants souverains, humains en dehors de toute catégorisation de sexe. Ils se réapproprient la place de sujet parlant absolu, place dérobée par les oppresseurs. Wittig renverse les instances de discours du monde académique, et du monde en général, dans lequel ce sont les opprimées (és) dont on parle, ou dont on ne parle pas (les lesbiennes), auxquelles (els) on ne s’adresse pas et dont le droit à la parole est dénié.

  • 12 Sur l’universalisation du point de vue lesbien matérialiste, voir Griffin Crowder (2005).

42Wittig, sujet énonciateur minoritaire, prend en charge son point de vue particulier, le lesbianisme matérialiste, en se construisant discursivement comme sujet parlant à part entière, non divisé par le genre, et, par vagues successives, étend cette qualité de sujet aux féministes, aux femmes, aux hommes homosexuels, aux opprimés en général, c’est-à-dire à la plus grande partie de l’humanité, celle qui est maintenue matériellement et symboliquement dans un statut de sous-humain. Cet espace de dialogue construit entre semblables suscite l’adoption du point de vue lesbien matérialiste par le plus grand nombre, ne serait-ce que le temps de la lecture ou de l’audition, ce qu’il me semble juste de considérer comme l’objectif de l’universalisation du point de vue minoritaire12.

Haut de page

Bibliographie

BEAUVOIR Simone (de), Le Deuxième Sexe, Paris, Gallimard, 1949.

BENVENISTE Émile, Problèmes de linguistique générale, t. 1, Paris, Gallimard, 1976 (1966).

BOURQUE Dominique, Écrire l’inter-dit. La subversion formelle dans l’œuvre de Monique Wittig, Paris, L’Harmattan, 2006.

DELPHY Christine, L’Ennemi principal, t. 1. Économie politique du patriarcat, Paris, Syllepse, 1998.

DELPHY Christine, L’Ennemi principal, t. 2. Penser le genre, Paris, Syllepse, 2001.

DWORKIN Andrea, « Biological Superiority, The World’s Most Dangerous and Deadly Idea », Heresies, 6, 46, 1979.

GRIFFIN CROWDER Diane, « Universalizing Materialist Lesbianism », in SHAKTINI Namaskar (dir.), On Monique Wittig. Theoretical, Political, and Literary Essays, Urbana and Chicago, University of Illinois Press, 2005, pp. 63-86.

GUILLAUMIN Colette, Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de Nature, Paris, Côté-femmes, 1992.

GUILLAUMIN Colette, Racism, sexism, power and ideology, New York, Routledge, 1995.

MATHIEU Nicole-Claude, L’Anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Côté-femmes, 1991.

MICHARD Claire, « Humain/femelle : deux poids deux mesures dans la catégorisation de sexe en français », Nouvelles Questions féministes, 20, 1, 1999, pp. 53-95.

MICHARD Claire, RIBÉRY Claudine, Sexisme et sciences humaines : pratique linguistique du rapport de sexage, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2008 (1982).

TABET Paola, La Construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps, Paris, L’Harmattan, 1998.

TABET Paola, La Grande Arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, 2004.

TURCOTTE Louise, « La pensée matérialiste de Monique Wittig », in BOURCIER Marie-Hélène, ROBICHON Suzette (dir.), Parce que les lesbiennes ne sont pas des femmes, Paris, Éditions gaies et lesbiennes, 2002, pp. 55-65.

WITTIG Monique, L’Opoponax, Paris, Éditions de Minuit, 1964.

WITTIG Monique, Les Guérillères, Paris, Éditions de Minuit, 1969.

WITTIG Monique, La Pensée straight, Paris, Éditions Amsterdam, 2007 (2001).

Haut de page

Notes

1 Dans mon texte, les références à cet ouvrage sont celles de l’édition de 2001.

2 Sur le dialogisme au cœur de l’œuvre littéraire de Monique Wittig, voir Bourque (2006).

3 Sur ce point, voir Turcotte (2002).

4 Monique Wittig dit dans son introduction que ce sont les écrits des auteurs suivants qui lui ont donné le pouvoir d’attaquer le monde straight : Delphy (1998, 2001), Guillaumin (1992, 1995), Mathieu (1991), Tabet (1998, 2004). Tous ces ouvrages sont des recueils d’articles dont beaucoup ont été publiés dans les années 1970.

5 Mais elle peut, à l’inverse, amplifier le tragique, l’insupportable, telle l’énumération décrivant le « destin » des femmes et celle à propos du caractère totalitaire de la catégorie de sexe : « Être assassinée et mutilée, être torturée et maltraitée physiquement et mentalement ; être battue et être forcée à se marier, tel est le destin des femmes » (Wittig, ibid., 44). « C’est que la catégorie de sexe est une catégorie totalitaire qui, pour prouver son existence, a ses inquisitions, ses cours de justice, ses tribunaux, son ensemble de lois, ses terreurs, ses tortures, ses mutilations, ses exécutions, sa police » (Wittig, ibid., 49).

6 Mise en relief de l’auteur.

7 Italique de l’auteur.

8 Si on demeure dans l’obsession idéologique de la sexuation, qui entraîne l’interprétation spontanée comme sexe mâle (genre masculin) de ce qui n’est pas déterminé comme sexe femelle (genre féminin), on peut évidemment interpréter l’énoncé comme parlant d’un homme, et cela que l’on sache ou non que Sarraute est une femme.

9 Selon le linguiste, Émile Benveniste, « […] “nous” n’est pas un “je” quantifié ou multiplié, c’est un “je” dilaté au-delà de la personne stricte, à la fois accru et de contours vagues » (Benveniste, 1976 [1966], 35).

10 Italique de l’auteur.

11 Mes italiques.

12 Sur l’universalisation du point de vue lesbien matérialiste, voir Griffin Crowder (2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Michard, « Assaut du discours straight et universalisation du point de vue minoritaire dans les essais de Monique Wittig », Genre, sexualité & société [En ligne], 1 | Printemps 2009, mis en ligne le 04 juillet 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://gss.revues.org/711 ; DOI : 10.4000/gss.711

Haut de page

Auteur

Claire Michard

Docteur en linguistique

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org