Navigation – Plan du site
Dossier
Présentation

Lesbianisme : théories, politiques et expériences sociales

Cécile Chartrain et Natacha Chetcuti

Texte intégral

Nous remercions Stéphanie Kunert pour l’aide particulière apportée à la construction de ce dossier.

1La sexualité pensée comme objet d’étude à part entière dans les sciences sociales a connu un fort développement dans les années 1980-1990 en France. En effet, l’arrivée du sida et la nécessité de répondre à des objectifs préventifs ont favorisé la mise en place de programmes d’étude et d’enquêtes sur la sexualité (Mendès-Leite, 2000). Même si ces travaux ont permis de faire émerger des questionnements sur les pratiques non hétérosexuelles et de repenser les catégories de la sexualité, ils étaient globalement limités « aux modes de vie des hommes homosexuels et à leur adaptation au risque de contamination » (Lhomond, Michaels, 2000, 91). Les recherches ne prenaient pas toujours en compte l’articulation entre genre et sexualité et n’accordaient quasiment aucun intérêt à la question lesbienne, à l’exception de quelques initiatives pionnières (Bonnet, 1995 [1981] ; Lesselier, 1987 ; Caraglio, 1995).

2Toutefois, au tournant des années 2000, en même temps que le processus de « normalisation » du sida se poursuivait, les recherches sur l’homosexualité (et plus généralement sur la sexualité) ont commencé à s’émanciper de toute référence à l’épidémie. Les travaux de jeunes chercheur-e-s portant entre autres sur le couple et sur la parentalité homosexuels se sont multipliés et les recherches sur les lesbiennes ont acquis une visibilité nouvelle, consacrée très récemment par les soutenances de thèse de Virginie Descoutures sur les mères lesbiennes, la distribution des rôles entre conjoints/parents et l’impact de l’identité statutaire sur le travail parental (Descoutures, 2008) et Natacha Chetcuti sur les manières de se nommer, de vivre le couple et de penser la sexualité en tant que lesbienne (Chetcuti, 2008).

3Cet essor de la production scientifique hexagonale liée à l’homosexualité – masculine et plus rarement féminine – ne s’est pourtant pas traduit par la constitution d’un champ d’études jouissant d’une véritable autonomie et d’une légitimité académique similaire à celle des « gay and lesbian studies » aux États-Unis (Perreau, 2007 ; Revenin, 2007).

4En choisissant de dédier son premier numéro à la « question lesbienne », le comité de rédaction de Genre, sexualité & société se fait à la fois l’écho d’un domaine de recherche émergent et marque ses débuts d’une empreinte symbolique, affirmant la nécessité d’encourager son développement.

5Si Genre, sexualité & société a l'ambition de se poser comme une alternative francophone aux revues spécialisées sur le genre et la sexualité existant déjà dans le monde anglophone, notre démarche s’inscrit clairement dans une volonté d’ouverture. Les textes sélectionnés ici ne traitent donc pas seulement du contexte français et ils émanent d’auteures françaises mais aussi nord-américaines, nous permettant ainsi de rendre hommage à la richesse de la réflexion menée outre-Atlantique depuis de nombreuses années. Par ailleurs, ce dossier se devait de refléter notre démarche transdisciplinaire et un rapport non cloisonné vis-à-vis des savoirs et discours « profanes » (au sens de non émis à partir d’une position reconnue dans le champ scientifique ou académique). C’est pourquoi nous avons donné la parole à des professionnelles de la prévention dans un article portant sur la santé lesbienne, et interviewé des réalisatrices de films pour aborder l’enjeu aussi méconnu que controversé de la pornographie lesbienne.

6Nous avons recensé différents types de contributions : les premières à vocation plutôt théorique, proposant une discussion autour de textes fondateurs de la pensée critique lesbienne ; les secondes faisant état de travaux empiriques permettant de mieux saisir les expériences lesbiennes actuelles ; d’autres enfin qui éclairent les développements précédents à la lumière d’une analyse historique. L’ensemble des articles présentés ici est traversé par un questionnement sur la norme et ses effets sur les groupes minoritaires. Entre assignation, résistance, détournement et dépassement, il s’agit d’évaluer précisément les éventuels déplacements de la dynamique de genre opérés par les lesbiennes, aux niveaux conceptuel et pratique, tout en remettant en cause le postulat d’une position qui serait nécessairement et uniformément à l’oblique face au cadre normatif.

7Parce que les pensées et les manières de se situer sont tributaires du contexte dans lequel elles s’élaborent, la première partie de ce numéro revient sur différentes théories du lesbianisme qui se sont développées depuis le milieu des années 1970 et sur la façon dont elles peuvent encore servir de support effectif à une réflexion et à une action visant le changement. La critique féministe des années 1970 et 1980 a mis en évidence les effets des classifications basées sur le sexe et sur le genre sur l’organisation de la sexualité. Elle a donné à voir comment la norme de l’hétérosexualité structurait les rapports de pouvoir dans lesquels évoluent les femmes et les hommes et déterminait le statut inégal des sexes au sein de ce système. Au cours des années 1990 et 2000, le mouvement queer a en quelque sorte parachevé cette entreprise de déconstruction, insistant sur la relativité empirique des classements binaires masculin/féminin, homo/hétéro, etc. (Guionnet, Neveu, 2004, 102).

8Cinq textes sont proposés dans la première section. Les articles de Natacha Chetcuti et Claire Michard, quoique s’inscrivant dans des perspectives disciplinaires distinctes (sociologique pour l’une et linguistique pour l’autre), abordent tous deux la question du « devenir femme », insistant sur l’apport fondamental des essais de Monique Wittig dans la mise au jour de la dimension politique, idéologique et arbitraire des catégorisations fondées sur la pseudo naturalité de la différence des sexes et dans la proposition de ce que l’on pourrait appeler un « au-delà lesbien ».

9La contribution suivante revisite trois textes (d’Anne Koedt, d’Adrienne Rich et des Radicalesbians) particulièrement importants dans la mise en place de la réflexion féministe sur le lesbianisme aux États-Unis, à la fin des années 1960 et dans les années 1970. Leur principal point commun, d’après Diane Lamoureux, est de voir dans le lesbianisme théorique un autre angle de réflexion et de stratégie politique que celui proposé par les féministes de l’époque, incluant la critique des rapports de domination hommes-femmes dans la dénonciation de l’hétérosexualité comme système social. Ils analysent le lesbianisme « à l’intérieur du paradigme de la situation sociale des femmes et des résistances que celles-ci peuvent opposer à l’ordre patriarcal », en interrogeant les formes d’alliance et de solidarité possibles entre femmes.

10Jules Falquet nous renseigne précisément sur la portée effective des théories du lesbianisme et sur la façon dont elles informent et s’imprègnent, tout à la fois, des mouvements sociaux. Reprenant elle aussi les travaux de Monique Wittig ou d’Adrienne Rich, mais aussi ceux de Nicole-Claude Mathieu et du Combahee River Collective, elle démontre l’utilité inaltérable des outils théoriques hérités du lesbianisme féministe des années 1970 et 1980 dans la mise en œuvre de stratégies de résistance collective aux rapports de pouvoir fondés sur le sexe, la sexualité mais aussi la « race » ou l’appartenance de classe.

  • 1  Le choix de maintenir l’expression « of color » dans le texte en français, effectué d’un commun ac (...)

11Paola Bacchetta prolonge le questionnement sur la relation en même temps complexe et constitutive liant ces différents termes et propose plusieurs concepts pour repenser le pouvoir et la formation du sujet. Elle met spécialement en exergue les modes de résistance décoloniale déployés par les lesbiennes « of color »1 en France, en s’intéressant aux activités d’un collectif parisien autogéré : le Groupe du 6 novembre. On trouvera notamment dans cette contribution une réflexion originale – fortement sujette à polémique au vu de l’actualité – autour des répertoires d’action du groupeet de la présence inattendue de lesbiennes « of color » portant le voile et manifestant contre la législation anti-voile.

12La deuxième partie de ce numéro rend compte, comme nous l’avons déjà laissé entendre, d’un rapport plus direct au terrain. Elle est composée de quatre articles dont les conclusions reposent essentiellement sur la réalisation d’entretiens ou d’enquêtes par questionnaire.

13Les contributions de cette section envisagent d’abord le vécu de l’homosexualité féminine et ses représentations dans des contextes spécifiques. À partir d’entretiens réalisés avec des détenus hommes et femmes dans cinq prisons françaises, Gwénola Ricordeau discute « l’idée d’une spécificité féminine des expériences sexuelles en prison, mais aussi d’une spécificité en prison de ces expériences sexuelles féminines ». Son bilan est sans appel : en « milieu fermé » comme en « milieu libre », les stéréotypes sexués et la domination des femmes et de leurs désirs priment. Line Chamberland et Julie Théroux-Seguin examinent, quant à elles, l’insertion des homosexuel-le-s en milieu professionnel au Québec, pointant, là encore, la puissance des stéréotypes et des préjugés relatifs au genre (présumé « inversé ») et à la sexualité (tantôt niée, tantôt fantasmée) des lesbiennes. Elles concluent à la difficulté pour les lesbiennes de répliquer aux propos stigmatisants en déconstruisant plutôt qu’en reproduisant les « postulats de la matrice hétéronormative ».

14Dominique Bourque se penche, pour sa part, sur l’auto-identification des jeunes lesbiennes canadiennes à l’aide d’un sondage réalisé sur internet. Dans un contexte qu’elle estime marqué par un défaut de communication entre générations lesbiennes et par l’adhésion quasi implacable à une culture de masse qui hypersexualiserait les rapports sociaux tout en rejetant les dérogations à la norme hétérosexuelle, l’auteure affirme que « les jeunes lesbiennes canadiennes jouent la carte de la néo-féminité qu’on leur tend avec insistance […] peut-être moins par conviction profonde que par lassitude, facilité ou stratégie ».

15Un des intérêts de l’article de Clotilde Genon, Cécile Chartrain et Coraline Delebarre est de tenter de dépasser les constats que d’aucun-e-s estiment propices aux usages victimisants (existence de discriminations sociales liées au genre et à l’orientation sexuelle, intériorisation du stigmate aux effets néfastes, etc. – qu’il ne s’agit évidemment pas de nier). Au terme d’un état des lieux des recherches internationales portant sur la santé lesbienne, elles avancent donc un ensemble de recommandations visant à éveiller l’attention des institutions et des professionnel-le-s de la santé et du social mais surtout à créer un environnement favorable au renforcement des capacités des lesbiennes à se poser en tant qu'actrices de leur santé.

16Après avoir traité de la pluralité des expériences lesbiennes contemporaines, une mise en perspective historique s’avérait utile. Sandra Boehringer nous explique que, dans l’Antiquité, l’identité de sexe du partenaire n’apparaissait pas, a priori, comme un élément essentiel pour déterminer la moralité sexuelle des individus. Cependant, l’iconographie et la littérature de l’époque montrent qu’un groupe était perçu d’une façon très particulière, suscitant de fortes réactions sociales : celui des femmes qui avaient des relations sexuelles avec d’autres femmes. Ainsi, « du silence complet et déshumanisant (à l’époque grecque classique) au discours de condamnation par la construction de figures repoussoirs de femmes hors normes (à l’époque romaine) », il ressort que les Anciens ont réintroduit pour les femmes le critère de l’identité de sexe du partenaire, alors qu’il n’était pas pertinent pour les hommes.

17EmmanuelleRetaillaud-Bajac s’attache à une période beaucoup plus récente. Elle revient sur les processus de construction de l’identité lesbienne au début du XXe siècle en prenant pour support la trajectoire mouvementée de l’écrivaine Mireille Havet (1898-1932). Considérée comme représentative de la « modernité saphique » caractéristique des années 1920, Mireille Havet fut notamment une incarnation remarquée de la figure de la « garçonne ». Néanmoins, la fragilité, les contradictions et discontinuités que révèle sa biographie vont à l’encontre de l’image idéalisée des « Années folles » comme « temps fort de l’épiphanie lesbienne conquérante ».

18De l’Antiquité à nos jours, on perçoit donc bien, à travers cette collection d’articles, la permanence d’une codification et d’une hiérarchisation des systèmes sociaux délétères à l’endroit des femmes et a fortiori des lesbiennes, et la complexité des « arrangements » avec la norme. Mais, en réfléchissant à l’ordonnancement de ce numéro, nous n’avons pas souhaité conclure sur l’impression d’une histoire de « la » pensée et de « l’ » expérience lesbienne qui serait univoque et intangible. Ainsi, ayant conscience des rapports tendus qu’entretiennent certaines théoriciennes et mouvements se réclamant du « lesbianisme politique » vis-à-vis du queer et de la pornographie (Chamberland, 2004 ; Dworkin, 1981; Jeffreys, 2004 ; Mathieu, 2003), il nous a paru stimulant de clore ce dossier avec un entretien permettant de renouveler les débats. En l’occurrence, Stéphanie Kunert a posé des questions inédites à quatre pornographes femmes (Maria Beatty, Emilie Jouvet, Catherine Corringer et Shue Lee Cheang). Qu’elles définissent leurs productions comme lesbiennes ou queer, nous verrons qu’elles partagent toutes la revendication d’un cinéma politique, ayant pour but de réorganiser les scénarios sexuels à partir d’un point de vue transgressant les dispositifs de contrôle de la sexualité contenus traditionnellement dans le cinéma pornographique.

Haut de page

Bibliographie

BONNET Marie-Jo, Les relations amoureuses entre les femmes du XVIe au XXe siècle, Paris, Odile Jacob, 1995 [1981].

CARAGLIO Martine, Processus de déviance et construction de l’identité d’un sujet minoritaire : la lesbienne masculine, thèse de doctorat, Paris, Université Paris 8, 1995.

CHAMBERLAND Line, « La pensée “queer’’ et la déconstruction du sujet lesbien », 2004.

CHETCUTI Natacha, Normes socio-sexuelles et lesbianisme. Définition de soi, catégories de sexe/genre et script sexuel, thèse de doctorat, sous la direction de Marie-Élisabeth Handman, Paris, EHESS, 2008.

DESCOUTURES Virginie, Les mères lesbiennes : contribution à une sociologie de la parenté, thèse de doctorat, sous la direction de François de Singly, Paris, Université Paris Descartes, 2008.

DWORKIN Andrea, Pornography : Men Possessing Women, Putnam’s/Perigee, 1981.

GUIONNET Christine, NEVEU Erik, Féminins/ Masculins. Sociologie du genre, Paris, Armand Colin, 2004.

JEFFREYS Sheila, 2004, « La théorie “queer” et la violence contre les femmes », 2004.

LESSELIER Claudie, Aspects de l’expérience lesbienne en France, 1930-1968, DEA de sociologie, Université Paris 8, 1987 (document non publié).

LHOMOND Brigitte, MICHAELS Stuart, « Homosexualité/hétérosexualité : les enquêtes sur les comportements sexuels en France et aux USA », Journal des anthropologues, 82-83, 2000, pp. 91-110.

MATHIEU Nicole-Claude, « Dérive du genre/stabilité des sexes », in Natacha Chetcuti, Claire Michard (dir.), Lesbianisme et féminisme : histoires politiques, Paris, L’Harmattan, 2003, pp. 291-307.

MENDES-LEITE Rommel, « À la française. Les recherches sur les homosexuels et les lesbiennes dans le domaine des sciences humaines et sociales en France (1970-1995) », in Le sens de l’altérité. Penser les (homo)sexualités, Paris, L’Harmattan, 2000, pp. 49-64.

PERREAU Bruno, « Le choix de l’homosexualité », in PERREAU Bruno (dir.), Le choix de l’homosexualité. Recherches inédites sur la question gay et lesbienne, Paris, EPEL, 2007, pp. 9-27.

REVENIN Régis, « Les études et recherches lesbiennes et gays en France (1970-2006) », Genre & Histoire, 1, 2007.

Haut de page

Notes

1  Le choix de maintenir l’expression « of color » dans le texte en français, effectué d’un commun accord par l’auteure de l’article et sa traductrice, a été motivé par deux raisons : premièrement « of color » serait utilisé de manière purement factuelle en anglais tandis que « de couleur » serait employé avec une connotation parfois péjorative en français. Deuxièmement, « of color » signifierait de manière très large « non blanc » alors qu’en lisant « de couleur » on aurait tendance à penser exclusivement « noir ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Chartrain et Natacha Chetcuti, « Lesbianisme : théories, politiques et expériences sociales », Genre, sexualité & société [En ligne], 1 | Printemps 2009, mis en ligne le 08 juillet 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://gss.revues.org/744 ; DOI : 10.4000/gss.744

Haut de page

Auteurs

Cécile Chartrain

Doctorante en science politique Centre de Recherches sur l’Action Politique en Europe, Université de Rennes 1.

Articles du même auteur

Natacha Chetcuti

Docteur en sociologie Laboratoire d’Anthropologie sociale, EHESS, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org