Navigation – Plan du site
Dossier
Normes, expériences et stratégies sociales

Sexualité lesbienne et catégories de genre

L’hétéronormativité en milieu de travail
Lesbian Sexuality and Gender Categories – Heteronormativity on the Workplace
Line Chamberland et Julie Théroux-Séguin

Résumés

L’article examine les stéréotypes et les préjugés relatifs aux lesbiennes à partir de propos recueillis lors d’entretiens semi-directifs avec des travailleuses lesbiennes et des travailleurs gays réalisés dans le cadre d’une étude québécoise sur leur insertion en milieu de travail. Les plus courants concernent le genre et la sexualité. D’une part, la masculinité, ou l’inversion du genre, continue d’opérer comme un marqueur de l’identité lesbienne ; d’autre part, la sexualité des lesbiennes est interprétée à travers les stéréotypes sexistes de la mère et de la putain, tantôt niée, tantôt fantasmée. La récurrence de ces schèmes montre la prégnance de l’hétéronormativité en milieu de travail et illustre la difficulté de penser le lesbianisme en dehors des catégories binaires de genres et de sexualités. Pour les travailleuses lesbiennes, il n’est pas toujours évident de répliquer à de tels propos en déconstruisant, plutôt qu’en reconduisant, les postulats de la matrice hétéronormative.

Haut de page

Texte intégral

1Butler définit le genre comme une norme productive de construction sociale, puisqu’il assure une continuité coercitive sur la construction identitaire et ne permet pas à cette dernière d’échapper à la binarité liée à la différence des sexes (Butler, 2006 ; 2005). Une des principales forces de la norme, et le point d’ancrage qui permet sa reproduction et sa naturalisation, donc son oblitération, est de séparer les corps en deux entités distinctes opposées et, pourtant, d’affirmer leur complémentarité. La norme traverse les corps et les pratiques entourant les processus de sexualité. Elle ne fait pas que dicter, discipliner le corps en « féminin » ou en « masculin », mais permet du même coup une conduite sexuelle définie moralement.

2Selon cette approche déconstructiviste de la binarité, nous pouvons aussi questionner l’autre binôme de l’hétéronormativité identitaire, soit celui de l’hétérosexualité versus l’homosexualité, que l’on pourrait transformer en normalité versus anormalité. Ce binôme, en plus de poser un jugement moral, condamne à l’une ou l’autre des catégories considérées comme des orientations fixes et déterminées. Bien que les définitions de l’hétérosexisme et de l’hétéronormativité fassent encore l’objet d’une réécriture dans la pensée féministe (Chamberland, Paquin, 2005 ; Peel, 2001), nous proposons ici de définir l’hétérosexisme en référence à un système disqualifiant les orientations sexuelles autres que l’hétérosexualité, tout en renforçant les identités de genre hiérarchisées. Quant à l’hétéronormativité, il s’agit d’un modèle productif qui incite, par les mécanismes de la structure sociale, à concevoir qu’un seul type de relation de couple est possible, soit l’hétérosexualité, et ainsi, forclore les identités de genre dans l’unique binôme homme/femme. En d’autres termes, l’hétérosexisme fait référence au système d’exclusion et l’hétéronormativité au modèle se concrétisant par la matérialisation d’une norme productive qui reproduit la primauté de l’hétérosexualité et la supériorité des hommes virils sur les femmes féminines et sur tous les autres genres. Le modèle est tellement productif que la déviation de ce schéma ne le perturbe pas. Les autres genres ou pratiques sexuelles sont immédiatement rattachés au schéma « original » ou simplement déshumanisés.

3Le présent article se fonde sur le volet qualitatif d’une étude québécoise portant sur l’insertion des travailleuses lesbiennes et des travailleurs gays en milieu professionnel. Notre approche conceptuelle nous a permis, dans le cadre de cette recherche, de saisir le contexte dans lequel des lesbiennes et des gays construisent/aménagent leurs identités à travers leurs relations avec leurs collègues de travail ainsi que le positionnement de ces différentes identités à l’intérieur de l’hétéronormativité de leur environnement professionnel. En effet, les résultats tendent à démontrer que peu importe la virulence des préjugés véhiculés en milieu de travail, la majorité d’entre eux ressentent le besoin de se positionner par rapport au système hétéronormatif, que ce soit en voulant éviter de confirmer les stéréotypes ou en refusant de se conformer aux images traditionnelles de la féminité et de la masculinité, étant par le fait même forcés de prendre en considération les impératifs hétéronormatifs.

4Afin de mettre en évidence les mécanismes producteurs de la norme hétérosexuelle à l’œuvre dans le milieu de travail, nous aborderons ici deux éléments, ces derniers étant à la jonction du système hétérosexiste et de ses principaux points d’émergence : la binarité du genre et sa hiérarchisation interne. Dans un premier temps, nous présenterons les préjugés qui ont trait à l’inversion du genre en les illustrant à partir d’exemples appliqués aux lesbiennes. Ensuite, nous analyserons plus spécifiquement les commentaires relatifs à la sexualité des lesbiennes, qui tendent à reproduire les stéréotypes sexistes de la « mère » et de la « putain ». Auparavant, nous décrirons la méthodologie de recherche qui a guidé la constitution et l’analyse d’un corpus portant sur les stéréotypes et préjugés envers les lesbiennes en milieu de travail.

Méthodologie de recherche

  • 1  Cette recherche a été financée par le Fonds québécois de recherche sur la société et la culture et (...)
  • 2  Sur ce dernier point, voir Chamberland et Lebreton (2008), Chamberland, Gagné et Paquin (2006).

5La recherche Homosexualité et environnement de travail1 visait à documenter trois phénomènes :
1) les attitudes envers les lesbiennes et les gays, et l’exploration des diverses formes de marginalisation à leur égard, allant de celles bénignes en apparence (telles les blagues), jusqu’à la violence physique ou sexuelle ;
2) les stratégies d’intégration des lesbiennes et des gays, c’est-à-dire leurs choix relativement à la divulgation ou à la dissimulation de leur orientation sexuelle dans l’environnement de travail, les motifs invoqués pour les justifier et les façons de les mettre en pratique ;
3) l’exercice des droits, soit les capacités de faire respecter les lois prohibant la discrimination, le harcèlement et la violence, ainsi que la mise en application des nouvelles législations reconnaissant le statut conjugal et, s’il y a lieu, parental des conjoint-e-s de même sexe.2 Outre une enquête par questionnaire, l’étude comprenait une série d’entretiens semi-directifs réalisés en 2004-2005 auprès de personnes ayant préalablement rempli le questionnaire et visant à enrichir l’information concernant les trois dimensions de la recherche.

6Le recrutement de participant-e-s s’est effectué par un appel largement diffusé s’adressant à des travailleuses lesbiennes et des travailleurs gays âgés de 20 ans ou plus, actuellement en emploi ou l’ayant été pendant les deux dernières années. Il était précisé que la personne était admissible peu importe le terme (gay-e, lesbienne, homosexuel-le, queer, etc.) qu’elle employait pour s’identifier auprès de son entourage, qu’elle ait divulgué ou non son orientation sexuelle en milieu de travail et que ses expériences se soient avérées positives ou négatives. La sélection des candidat-e-s pour les entretiens s’est effectuée parmi les répondant-e-s au questionnaire ayant indiqué leur disponibilité, en fonction de considérations pratiques et méthodologiques. Nous avons cherché à maximiser la diversité interne de l’échantillon quant aux caractéristiques sociodémographiques des personnes interviewées, à la qualité de leurs expériences en milieu de travail de même qu’aux types et aux secteurs d’emploi représentés. Des stratégies spécifiques de recrutement ont aussi été déployées afin d’introduire une diversité géographique – en incluant des interviewé-e-s résidant loin des grands centres urbains – et ethnoculturelle.

  • 3  Le recrutement de participants gays s’est effectué plus rapidement que celui de participantes lesb (...)
  • 4  Au Québec en 2005, 81% de la main-d’œuvre du secteur public était syndiquée, comparativement à 27, (...)

7L’échantillon de 204 personnes interviewées se compose de 45% de femmes et 55% d’hommes3, d’âge varié : la moitié se situe dans la tranche de 35 à 49 ans, environ le tiers (34%) ont de 20 à 34 ans tandis que 15,5% ont atteint la cinquantaine et plus. La grande majorité (86%) possède le français comme langue maternelle, comparativement à 7,5% pour l’anglais et 6,5% pour une autre langue. Si les métiers et professions sont diversifiés, il n’en demeure pas moins que certains secteurs d’emploi bénéficient d’une surreprésentation, soit ceux de l’enseignement, de la santé et de l’administration publique, dont la main-d’œuvre est largement syndiquée4 et bénéficie d’une relative sécurité d’emploi. On note également la forte présence de diplômés universitaires (65,5%) parmi les répondant-e-s, comme c’est le cas dans beaucoup d’études sur les lesbiennes et les gays faisant appel à des échantillons de convenance.

8Le contenu des entrevues a été analysé à l’aide du logiciel N’Vivo. Les propos recueillis ont fait l’objet d’un premier classement reprenant les points abordés en cours d’entretien afin d’inventorier les attitudes et les comportements générant des effets de marginalisation et d’exclusion des lesbiennes et des gays : humour, stéréotypes et préjugés, étiquetage et rumeur, mise à l’écart, entrave aux fonctions professionnelles, discrimination, harcèlement, à caractère sexuel ou non, et violence. Ces catégories ne sont pas mutuellement exclusives : par exemple, l’humour incorpore et réitère des stéréotypes courants. Ou encore, c’est sur la base de préjugés que l’on mettra en doute les compétences professionnelles des lesbiennes et des gays. Le logiciel N’Vivo permet de contourner cette difficulté en autorisant une codification double ou multiple d’un même extrait. Le présent article se fonde sur l’analyse de la catégorie « stéréotypes et préjugés », la plus volumineuse de ce sous-ensemble.

9Par ailleurs, les adjoint-e-s de recherche ayant réalisé les entretiens ont noté que plusieurs interviewé-e-s tendaient à minimiser le sérieux ou la portée des gestes ou des propos qu’ils rapportaient, en particulier lorsqu’il s’agissait d’attitudes lesbophobes ou homophobes s’exprimant de manière insidieuse ou indirecte, sous le couvert de l’humour par exemple. Ils utilisaient pour ce faire des locutions telles que : « c’est pas méchant, c’est pour rire, dans le fond je sais qu’ils [leurs collègues] ne pensent pas ça… » Une telle posture s’explique en partie par le désir de projeter une image de soi positive dans le cadre interactif de l’entretien. Le refus d’y camper le rôle d’une victime passive transparaissait également dans l’enchaînement du récit narratif, alors que fréquemment, la personne interviewée racontait illico sa façon de réagir à de tels incidents plutôt que de s’étendre sur leur description détaillée. Il est également possible que l’atténuation du degré d’hostilité contenu dans les blagues et les remarques dénigrant les homosexuel-le-s fasse partie de l’éventail des stratégies d’adaptation des lesbiennes et des gays afin de protéger leur intégrité et de maintenir un certain confort psychologique dans les relations quotidiennes en milieu professionnel. Quoi qu’il en soit, nous avons décidé d’inclure dans la catégorie « stéréotypes et préjugés » tous les exemples fournis en réponse aux questions du schéma d’entrevue sur ces items, quelle que soit leur gravité aux yeux de la personne interviewée. Nous avons également reclassé dans ce sous-ensemble les passages pertinents provenant des autres sections des entrevues.

10Les extraits retenus ont fait l’objet d’une seconde codification afin de distinguer la cible des comportements rapportés : la personne interviewée elle-même, une autre personne du milieu de travail ou le groupe des gays et lesbiennes. Cependant, cette subdivision a été supprimée par la suite puisqu’elle n’a fait apparaître aucune modulation du contenu des stéréotypes et des préjugés qui serait en lien avec le contexte interactif dans lequel ils s’expriment. En outre, nous nous intéressons ici aux constructions discursives et aux schèmes d’interprétation de la pensée hétéronormative plutôt qu’aux dimensions concrètes des dynamiques interactionnelles.

  • 5  La méthode employée vise à identifier les thèmes et leurs relations mutuelles à partir du corpus l (...)

11La dernière étape de l’analyse a consisté à classifier les extraits dans des catégories émergeant de lectures successives du corpus : d’abord en regroupant les extraits similaires ou pouvant être subsumés sous un même énoncé formulant un préjugé spécifique (par exemple : « les lesbiennes présentent des traits masculins »), puis en réorganisant ces catégories selon leur proximité sémantique autour de sept thèmes, énumérés ici par ordre d’importance du nombre de passages répertoriés dans chacun : le genre et la sexualité (qui recueillent la plus grande abondance d’extraits), le caractère anormal de l’homosexualité, les modes de vie des lesbiennes et des gays, leur visibilité publique, la conjugalité et l’homoparentalité.5 Précisons toutefois que notre intention n’était pas de parvenir à quantifier la fréquence de l’énonciation de tel ou tel stéréotype, mais plutôt d’obtenir un ordre de grandeur relatif et surtout de pouvoir analyser conjointement les différentes matérialisations d’un préjugé ou d’une série de préjugés relevant d’une logique similaire, par exemple l’association de l’homosexualité avec l’inversion du genre, en les regroupant dans une même subdivision thématique.

Le genre inverti comme marqueur de l’identité lesbienne

12Nous avons été à même de constater la prégnance de la structure hétéronormative qui hiérarchise les genres et les sexualités entre autres par la grande fréquence des préjugés quant à l’inversion du genre. Entre tous les stéréotypes répertoriés, ceux qui reviennent continuellement sont ceux concernant l’efféminement des gays et la masculinité des lesbiennes. Selon le contexte de leur énonciation, ces stéréotypes peuvent être perçus par les interviewé-e-s comme quelque chose de bénin, de commun ou même de drôle, ou à l’opposé comme une insulte, une forme de dénigrement exécrée. Cependant, même lorsqu’ils sont pris à la rigolade ou que des participant-e-s disent les avoir endossés à leur compte, ils sont mentionnés comme faisant partie des préjugés et des appellations péjoratives.

13Tout comme celle du gay efféminé, la représentation de la lesbienne masculine est souvent rapportée comme la figure « classique », celle qui surgit spontanément et par rapport à laquelle les lesbiennes interviewées ne peuvent éviter de se positionner, que ce soit en l’incarnant, en la réfutant par une présentation de soi relativement conforme aux modèles de genre, en s’en moquant, en tentant de la nuancer ou de quelque autre manière.

  • 6  D’un usage courant au Québec, le terme butch désigne les lesbiennes qui adoptent des manières et d (...)
  • 7  Les personnes interviewées sont identifiées par un pseudonyme. Les extraits cités ont été légèreme (...)

« L’image première qui leur vient des gars gays, c'est des tapettes, des grandes folles en fait, puis les femmes butch6, plus masculines. Mais je ne sais pas comment dire, c'est une image qui, je pense, pour la plupart des gens ici se défait facilement » (Claudette, 54 ans, conseillère en emploi).7

14Le stéréotype de l’inversion du genre agit tout d’abord comme marqueur d’une identité lesbienne à la fois aisément repérable et jugée outrancière car dérogeant à la norme de genre. Celles qui s’identifient comme lesbiennes et présentent des traits masculins ne feraient que confirmer le stéréotype. Alexis, 34 ans, constate la banalité de tels clichés dans le secteur de la construction : « C’est l’image de la moumoune [le gay efféminé, faible] et de la butch. » Puis il ajoute :

« Au-delà de ça, il y a des lesbiennes et des gays dans la boîte. Une lesbienne entre autres que tout le monde appelle « ti-gars » parce qu’elle est vraiment butch. C’est vraiment des images stéréotypées. Les lesbiennes, dans la boîte, sont excessivement lesbiennes.
Intervieweuse : Qu’est-ce que tu entends par là ?
Alexis : Butch, masculine. »

15L’apparence masculine permettrait de distinguer celles qui sont lesbiennes des hétérosexuelles. Ainsi des femmes qui projettent une telle allure, ou qui sont perçues comme tel à cause des vêtements et autres accessoires liés à leur fonction de travail, ou parce qu’elles se consacrent à des tâches manuelles considérées comme exigeantes sur le plan physique, seront étiquetées comme lesbiennes, parfois à tort, ou éveilleront des soupçons en ce sens. Jean-Pierre, 42 ans, qui œuvre dans les services et soins à domicile, en fait l’observation.

« La minute qu’une femme est le moindrement masculine, c’est clair qu’elle est [perçue comme] gay. Ça adonne que, dans l’équipe de travail, c’est des femmes qui ont fait du ménage toute leur vie. Elles ne sont pas mariées et elles sont masculines. Alors c’est automatique. »

16Des interviewées racontent l’étonnement, voire l’incrédulité, que suscite la découverte du lesbianisme d’une femme perçue comme belle, comme féminine, en particulier si celle-ci arbore certains emblèmes de la séduction hétérosexuelle tels que du vernis à ongles et des talons aiguilles. L’éventualité que des lesbiennes présentent des identités diverses est rarement envisagée, le système hétéronormatif stigmatisant l’image des lesbiennes comme des femmes qui n’ont pas la possibilité d’avoir des relations hétérosexuelles à cause de leur apparence repoussante pour les hommes. Ce qui induit aussi du même coup que les relations hétérosexuelles sont forcément toujours provoquées par le désir masculin envers une femme féminine, les enfermant ainsi dans un schéma très hiérarchisé de femme passive et d’homme actif, en plus de donner la primauté à l’apparence physique du côté féminin. Il s’agit manifestement d’une façon de dénigrer les orientations non hétérosexuelles, en faisant une collusion subtile entre hétérosexualité, patterns de séduction et beauté.

« Souvent, je l’ai dit à des gens qui ne le croyaient pas, qui disaient : “Bien non, voyons ! Ça ne se peut pas ! J’en ai déjà vues. Elles étaient bien plus tough [dures].” […] Ils ne s’imaginent pas qu’une lesbienne peut être à talons hauts. Alors souvent, ils disaient : “Conte-nous pas de blagues !” (Madeleine, 53 ans, préposée aux soins des personnes âgées). »

17Il n’est pas nécessaire d’afficher un style ultra féminin pour déclencher une réaction de surprise, comme en témoigne Mathilde, 41 ans, téléphoniste en services d’urgence : « Il y a un homme une fois qui a dit à une de mes collègues qui est lesbienne : “Tu n’as pas l’air d’une lesbienne, tu t’habilles en femme”. »Lucie, 38 ans, employée en communications, raconte comment elle doit toujours « annoncer » son lesbianisme, ce qui ne manque pas de susciter de l’étonnement du fait que son aspect ne correspond pas à l’image de la lesbienne « butch, pas belle ». En d’autres termes, le stéréotype de l’inversion du genre se reproduit par lui-même, puisque les lesbiennes qui présentent des traits ou des comportements pouvant être associés au masculin en font la « preuve », alors que celles qui s’écartent du cliché ne sont pas visibles, c’est-à-dire aperçues ou soupçonnées d’être telles, au regard de tiers.

18Avoir l’air lesbienne, c’est donc avoir l’air masculine, et cette masculinité est rarement décrite de manière positive. En voici quelques exemples tirés de diverses entrevues :

« Elle ne s’épile pas, ne se fait pas bronzer et elle est musclée, mais ce n’est pas elle qui a voulu ça. S’il y a des blagues qui sont faites sur des personnes homosexuelles, ça serait sur les filles grosses, les cheveux courts, qui ont l’air tough [dures] et qui sont bêtes. C’est ça qui est véhiculé » (Thomas, 40 ans, massothérapeute).
« Certaines éducatrices, par exemple si elles voient arriver une belle fille, comme mon ex qui était une fort belle femme, elles disent : “Je n’en reviens pas qu’elle soit lesbienne.” Elles s’attendent à la femme disgracieuse, laide, pas de sein… » (Pauline, 56 ans, directrice d’un centre pour la petite enfance).
« L’image qu’ils [ses collègues] avaient, c’était des femmes butchs à qui il leur manquait juste la moustache. Et que moi, il fallait le savoir pour le voir » (Sibyle, 40 ans, agente de sécurité).

19Les caractéristiques qui sont associées à la lesbienne masculine renvoient à un corps négligé et repoussant, voire difforme, à la dureté et la violence, à une méprise quelconque, comme si le corps féminisé pouvait seul revendiquer l’authenticité de son genre – l’hétéronormativité réduisant au minimum les modèles d’expression du genre.

  • 8  Ce genre de commentaire est également souvent rapporté par des hommes gays qui se font considérer (...)

20Certains commentaires de l’entourage de travail énoncés comme un compliment stigmatisent en fait la transgression de genre : « Ils disaient : “oui, mais toi, ça ne paraît pas. On ne l’aurait pas deviné”. », raconte Madeleine en évoquant la réaction d’étonnement, mais aussi d’approbation de la part de ses collègues. Ce qui signifie en d’autres termes que le fait d’avoir un genre non conforme, éveillant ainsi les soupçons au sujet d’une préférence sexuelle non conforme, est en soi préjudiciable, que cette préférence s’avère ou non homosexuelle8. Pour sa part, Luc, un jeune éducateur auprès de personnes ayant des troubles mentaux, rapporte les propos de ses pairs qui reprennent les stéréotypes tout en semblant les démentir : « Mon amie a beau être lesbienne, elle est très féminine. Ou mon ami, il est gay, il n’en a pas l’air pantoutte [du tout]. […] C’est pas facile à deviner. » On fait ici implicitement référence à la visibilité des lesbiennes masculines et des gays efféminés tout en valorisant la normalité de genre. Ce qui ressort de tels extraits n’est pas la difficulté des collègues à accepter la préférence sexuelle, mais bien leur difficulté à accepter que cette préférence soit visible d’une part et d’autre part, de travailler avec une personne qui présenterait des caractéristiques de genre différentes de son sexe. En somme, la normalité de genre est valorisée pour les femmes (et les hommes) de toutes orientations sexuelles, ce qui tend à limiter les options identitaires pour les lesbiennes, confinées entre l’invisibilité ou une apparence qui sera lue et interprétée à travers le stéréotype de l’invertie.

21Le stéréotype s’étend aux compétences dites masculines qui sont valorisées dans certains postes, comme la force physique ou l’autorité. Ces capacités seront parfois présumées comme le note Marie-Claire, 41 ans, travailleuse en usine : « ils s’attendaient à ce que je sois plus forte, que je déplace [des choses lourdes]. Il fallait que je prouve que je sois un homme à quelque part. […] J’avais cette impression qu’ils s’attendaient à ce que je sois peut-être plus masculine. » Peut-on ainsi comprendre que le seul fait d’avoir des relations sexuelles avec des femmes est suffisant pour faire de cette personne un homme, au sens traditionnel et réducteur du terme, c’est-à-dire une personne physiquement forte, peu importe son sexe ? Ce qui démontre une fois de plus la prégnance du modèle hétéronormatif qui propose que la personne ayant des relations sexuelles avec une femme, domine forcément physiquement cette dernière. Ce qui dans le cas d’un couple de femmes rend ce schéma pour le moins inadéquat !

22Pour sa part, Patricia, 42 ans, ouvrière dans une usine de meubles, se bat pour se tailler une place dans un environnement presque exclusivement masculin. Il lui arrive de se sentir coincée : elle veut à la fois démontrer sa vigueur physique et démentir l’affirmation sexiste voulant que les femmes soient incapables d’exercer des métiers dits masculins tout en ne donnant pas prise au stéréotype hétérosexiste de l’inversion du genre, car, constate-t-elle, « ce sont surtout les filles masculinisées que l’on va pointer du doigt ». Patricia ne sait trop comment répondre à l’un de ses jeunes collègues, opposé au travail des femmes dans cette usine, lequel maugréait constamment son mécontentement lorsqu’il devait interrompre sa tâche pour dégager une planche bloquée dans la machinerie, tout en affirmant que ce n’était pas à une femme de le faire :

« Et là, j’aurais eu plus tendance à prendre mon côté plus masculin. Si je l’avais pris, il me semble que je l’aurais tassé [poussé]. J’aurais dit : “Tasse-toi [pousse-toi] ! Je vais y aller déprendre la planche.” Juste pour lui montrer qu’on pouvait le faire mais là, c’est comme si je ne voulais pas embarquer dans ma masculinité parce que s’il apprenait que j’étais lesbienne, là, il aurait dit : “Je comprends tout. C’est pour ça qu’elle est gars manqué.” Je ne voulais pas rentrer dans ce préjugé-là que les lesbiennes sont toutes masculines. Alors, je jouais dans ce dilemme-là. »

23Cet extrait est d’autant plus pertinent qu’il démontre l’intersection à laquelle se trouvent les lesbiennes au genre non conforme. Ne voulant renforcer aucun des stéréotypes hétéronormatifs (les femmes sont naturellement moins fortes physiquement et les lesbiennes sont des gars manqués), cette interviewée n’a que peu d’alternatives pour être à la fois authentique avec sa personnalité tout en ne se conformant pas aux catégories stigmatisantes de la hiérarchie hétérosexiste. Patricia raconte avoir senti le besoin de développer sa féminité afin de ne pas être étiquetée comme lesbienne (plus jeune, elle avait perdu un emploi dans sa spécialité professionnelle en raison de ce motif) ; elle a d’ailleurs demandé à une collègue « très féminine » de l’aider à ajuster son propre comportement :

« “Nicole, si tu trouves que j’ai un comportement trop masculin, dis-le-moi !” Des fois, on s’en jasait. Elle me donnait un coup et me disait : “Ça, Patricia, c’est masculin ! – Quoi, là ?” J’avais les jambes un peu plus écartées, plus ancrées, je ne sais pas trop. Et elle disait que c’était plus masculin. Bon et là je me disais : est-ce que je change ça ou je ne change pas ça ? En même temps, c’était correct, je suis bien dans ça, mais c’était tout le temps de doser […] de ne pas embarquer dans ce préjugé-là. »

24Ce cas démontre bien l’obligation d’adopter un genre symétrique au sexe, et qu’il s’agit là d’une pratique continue, à la fois contraignante et délibérée. L’intérêt de cet exemple particulier vient aussi de la réflexion consciente que fait Patricia. Les pratiques du genre (to do gender) qui construisent et maintiennent un ordre social hiérarchique demeurent le plus souvent invisibles et non questionnées, ce qui atteste justement de leur caractère hégémonique (Dunne, 2000 ; Butler, 2004 ; Lorber, 2005, 16-17).

25De son côté, Debrah, une cadre intermédiaire, relève que l’association entre son image non féminine et le fait qu’elle occupe un poste de pouvoir conforte le cliché associant lesbianisme et masculinité. Elle estime cependant que sa mobilité dans l’entreprise est limitée et qu’il lui serait difficile d’obtenir un poste dans le secteur des ventes à la clientèle. Tel que constaté dans plusieurs extraits d’entrevues ayant trait à la visibilité dans ce type de poste en lien avec le public, ces emplois sont généralement réservés aux personnes considérées par leurs supérieurs comme ayant une apparence neutre, c’est-à-dire conforme aux normes de genre hétérosexistes.

26De manière générale, l’inversion du genre est l’un des stéréotypes qui va le plus nuire aux lesbiennes (et aux gays) au genre non conforme, en particulier dans les entreprises où il y a une certaine visibilité publique à travers les services à la clientèle, dans les emplois avec des enfants ou des adolescents ou dans le cadre d’une visibilité plus large comme celle des médias. Un exemple nous est donné par Alexandra, qui faisait alors un stage de formation en pédagogie à la même école que sa meilleure amie « qui a l’air très, très lesbienne, qui a le look butch mais qui ne l’est pas du tout, qui est mariée et qui a deux enfants ». Les deux étudiantes ont été étiquetées comme lesbiennes et formant un couple. Elles se sont fait reprocher, sans fondement, de trop s’afficher. Bien qu’elles avaient été chaudement recommandées par l’université, elles ont finalement dû changer de milieu de stage, ne parvenant plus à supporter le harcèlement qu’elles subissaient.

« On a commencé à se faire dire qu’on se tenait trop ensemble, que là, il fallait peut-être apprendre à se détacher […] La directrice m’avait rencontrée et m’avait dit : “Il va falloir que vous vous décrochiez un peu. Lâchez-vous ! On dirait quasiment que vous êtes un couple.” Ils ont rencontré Marie aussi en disant : “Marie, tu dois arrêter de te tenir avec Alexandra. Ça va te nuire.” En tout cas, ils ne nous ont pas lâchées. On a failli vraiment couler le stage. […] On ne dormait pratiquement plus. On ne mangeait pas. On avait tout le temps mal au cœur. On partait le matin et on était hyper anxieuses de s’en aller travailler et on repartait le soir et on était vraiment soulagées. »

27Ainsi, il semble difficile d’affirmer un genre qui puisse être vécu différemment que le sexe auquel on est destiné. Cet exemple nous le démontre d’autant plus qu’il met en lumière le harcèlement psychologique auquel les deux femmes ont dû faire face relativement à la non-conformité de leur genre et aux doutes que pouvaient susciter une telle expression de son genre.

28On peut clairement rendre compte du système hétérosexiste hiérarchisant les genres et les sexualités par la catégorisation des gays et des lesbiennes dans des stéréotypes, formulés cette fois de façon positive. Par exemple, il semblerait que les gays jouissent de la réputation « d’être beaux, fins et de sentir bon », préjugé que l’on peut résumer par : faire attention à son apparence. Ce préjugé est fortement en lien avec celui de l’efféminement des gays. Son énonciation met en place deux éléments reproducteurs de la norme de genre. Le premier élément consiste à différencier les gays des autres hommes qui, dans les discours des collègues, ne se soucieraient pas de leur apparence, donc l’idée avancée est que les gays ne sont pas de vrais hommes. Le second élément associe la préoccupation pour l’apparence extérieure à une caractéristique que partageraient les femmes et les gays. Il en va de même pour d’autres qualités, comme l’esthétisme (bon goût pour les vêtements ou la décoration) et la sensibilité, assignées au genre féminin qui leur serait commun.

  • 9  Il est aussi possible que les interviewés gays, un peu plus nombreux que les interviewées lesbienn (...)

29Il importe de préciser que l’analyse de l’ensemble des propos recueillis démontre une plus forte récurrence du stéréotype de l’inversion du genre appliqué aux gays, comparativement aux lesbiennes, et les interviewé-e-s soulignent son caractère plus fortement dépréciatif envers ceux-ci qu’envers celles-là. Cependant, il est difficile de savoir si l’on peut attribuer cet écart favorable aux lesbiennes à une image qui serait moins négative ou plutôt à leur invisibilité sociale, dont découlerait leur présence plus réduite dans le corpus d’extraits concernant les stéréotypes et les préjugés9. En outre, l’émergence de stéréotypes positifs, exprimés surtout par des collègues femmes dans les secteurs d’emplois mixtes ou à majorité féminine, concerne presque essentiellement les gays. Ainsi on ne retrouve pas leur équivalent du côté des lesbiennes : pour une femme, sortir de son genre est rarement agréé ou souligné comme étant positif.

Les archétypes de Mère et de Putain

  • 10  Sur les représentations historiques du lesbianisme comme symbole de dépravation et de perversion s (...)

30Dans l’ensemble du corpus, les préjugés sur la sexualité suivent de près ceux sur l’inversion du genre pour ce qui est de leur volume. Cependant, le regard sur la sexualité des lesbiennes et des gays prolonge les stéréotypes sexistes appliqués aux femmes et aux hommes hétérosexuels. En effet, à propos des gays, on nous a rapporté plusieurs affirmations relativement à leur appétit sexuel à la fois démesuré, ce qui coïncide avec l’idée de virilité, mais désordonné : nombreux partenaires, sexualité coupée de l’affectivité, pratiques sexuelles anormales (lire amorales). Du côté des lesbiennes, on assiste à une double qualification : soit d’un côté, l’asexualité, qui pourrait représenter le stéréotype de la mère n’ayant pas de sexualité ou à l’inverse, celle d’une sexualité qui ne respecte pas les cadres normaux, donc en lien avec l’image d’une « putain »10.

  • 11  De tels préjugés ont également été rapportés dans une étude antérieure menée auprès de lesbiennes (...)

31Dans le premier cas, l’asexualité se traduit par différents préjugés qui vont de la négation de la préférence sexuelle lesbienne jusqu’à l’idée que les lesbiennes, sans la présence des hommes, n’ont pas de « vrais » rapports sexuels. En d’autres mots, on avancera que les lesbiennes se tournent vers les femmes par dépit, à la suite de mauvaises expériences sexuelles ou faute d’avoir trouvé l’homme de leur vie (ce qui est évidemment impensable si elles satisfont aux standards de beauté).11

« J’ai entendu quelques fois : “Ben voyons donc ! Qui est-ce qui t’a maganée [maltraitée] de même ?” Ou : “Ben voyons donc ! Tu es une belle fille!” Genre que tu pourrais faire le bonheur d’un gars » (Diane, 45 ans, commis de bureau dans une usine).
« Les gars vont dire : “Ouin, ta blonde [conjointe]…” Ça les surprend qu’elle soit si belle que ça. J’ai eu beaucoup de commentaires là-dessus. Ça les surprend énormément qu’une fille comme elle ait une blonde » (Christine, 34 ans, enseignante).

32Dans tous les cas, c’est l’action masculine qui est à l’origine de la sexualité d’une femme, en l’éveillant, en la comblant ou en la faisant bifurquer, par sa maladresse, par sa violence, vers le lesbianisme. Ainsi Francine, 47 ans, gérante dans le secteur alimentaire, relate qu’il y aurait plusieurs catégories de lesbiennes selon son entourage : la lesbienne masculine, laquelle ne pourrait attiser le désir d’un homme et qui suscite au mieux de la pitié, et celle féminine dont les attirances pour les femmes requièrent une explication : « Est-ce qu’elle est lesbienne parce que c'est un trip de cul ? Est-ce qu’elle est lesbienne parce qu’elle a été violée dans son enfance ? Ils cherchent toujours la maudite bibitte [insecte, le plus souvent nuisible] qui a fait que tu es lesbienne. » En d’autres termes, le désir sexuel des femmes trouve sa satisfaction naturelle avec un homme ; celles qui vont vers des femmes le font parce qu’elles détestent les hommes pour une raison ou pour une autre. Ce type d’explication enlève toute autodétermination aux lesbiennes et, plus généralement, il dénie l’autonomie sexuelle des femmes.

33L’incomplétude sexuelle de la relation lesbienne lui serait inhérente et lui confère une valeur moindre à cause de sa fragilité temporelle : l’arrivée du « bon gars » pourrait la bouleverser en lui ravissant l’une ou l’autre partenaire – un changement formulé dans le langage populaire comme « redevenir hétéro », comme si c’était là l’état naturel premier. Marianne, 29 ans, aide familiale, note le peu de considération qu’elle perçoit à l’égard de la sexualité lesbienne : « Face à l’homosexualité féminine, ce que je sens encore des fois, c'est que bon, c'est parce qu’elle n’a pas trouvé le bon gars, il y a toujours quelque chose de temporaire. » Ou encore, l’on croira que la sexualité demeure accessoire dans la relation entre deux femmes.

« Ils [ses collègues] voient notre relation plus stable. Même je dirais quasiment une relation asexuée quelque part. L’inverse carrément. Vraiment l’inverse [par rapport aux gays]. Comme si c’était un bon arrangement, deux femmes ensemble. La maison doit être clean [propre], les enfants bien élevés [rires]. Le sexe, ce n’est pas la priorité. “Déjà vous autres, les femmes, vous n’aimez pas ça, le faire.” Parce que dans leur couple hétéro, il y a la fichue problématique de la fréquence sur laquelle les hommes et les femmes ne s’entendent pas pantoute [du tout]. Alors ils disent que deux femmes ensemble, elles doivent avoir la paix [rires]. Une fois par mois, ça fait l’affaire de tout le monde » (Louise, 44 ans, conseillère en organisation).

34Louise rapporte également l’étonnement d’un collègue à qui elle avait fait lire un courriel de sa conjointe, absente depuis une semaine, se terminant par les mots « J’ai hâte à ce soir, j’ai envie de toi. » Et le collège de commenter ainsi : « Elle te dit ça ? De même ! Cru comme ça. » Louise attribue la réaction de son collègue, semblable en cela à d’autres hommes hétérosexuels, au fait qu’il n’admet pas que deux femmes puissent éprouver un vif désir sexuel l’une pour l’autre : « Ils ne peuvent pas s’imaginer que deux femmes, sans une stimulation masculine, peuvent avoir un comportement comme ça. C’est pour ça qu’ils pensent qu’il nous manque quelque chose. » Selon ce type de remarques, le plus souvent émises par des hommes, il apparaît presque inconcevable que deux femmes puissent ressentir du désir ou atteindre la plénitude sexuelle sans homme. Une fois vidée de son contenu proprement sexuel, la relation devient plus acceptable : « Deux femmes qui s’aiment, on dirait que c’est socialement envisageable, deux femmes tendres ensemble. Deux gars, c’est la sodomie, c’est écoeurant, c’est le sida » (Sophie, 41 ans, travailleuse sociale).

35Alors que la sexualité gay est repoussée comme étant dégoûtante, celle entre deux femmes, lorsqu’elle n’est pas niée ni édulcorée, est évoquée différemment : fantasmée si l’homme se projette dans la relation, ridiculisée et jugée répugnante s’il en est absent. « Quand ils parlent des homosexuel-le-s, c’est des pousse-merde ou c’est des brouteuses, puis c’est juste ça. C’est basé sur la sexualité », constate Suzie, gardienne de prison, qui relate des blagues de mauvais goût faisant allusion à ses penchants sexuels de la part de ses collègues. La figure de la « putain » s’exprime par une érotisation des lesbiennes en regard d’une vision très androcentrique de leur sexualité. Les allusions à des fantasmes hétérosexuels sont souvent mis en parallèle avec le dégoût exprimé envers la sexualité des gays.

« Quand ils pensent à l’homosexualité féminine, les hommes, on dirait que ça leur fait plaisir. Ils voient deux femmes ensemble et, je ne sais pas ce que ça leur fait, mais ça leur ferait plaisir d’aller coucher avec les deux femmes ! Eux autres, ils voient ça plutôt une partie de plaisir que quelque chose de pas correct. C’est comme un fantasme » (Brigitte, 53 ans, animatrice de pastorale).

« Moi, j’ai tendance à dire que c’est plus facile pour les filles. Le gars hétérosexuel va faire des avances à une fille qui va lui dire : “Écoute, je suis lesbienne.” Il va faire : “All right ! N’importe quand avec ta blonde !” » (Vincent, 39 ans, administrateur en santé publique).

36Lorsqu’ils commentent des remarques déniant la sexualité entre femmes, que ce soit par sa dissolution dans une affectivité diffuse ou par son assimilation à l’univers fantasmatique masculin hétérosexuel, il n’est pas rare que des interviewés gays (et parfois aussi lesbiennes) les interprètent comme signifiant une plus grande tolérance du lesbianisme comparativement à l’homosexualité masculine. Ainsi l’on assimilera à un climat d’ouverture le fait que deux femmes puissent se donner la main ou danser ensemble sans s’attirer d’ennui, ou que leur sexualité – fantasmée – suscite moins de propos exprimant le dégoût ou l’agressivité que l’évocation de l’homosexualité masculine.

37Les préjugés qui projettent les lesbiennes dans des fantaisies hétérosexualisantes sont le plus souvent verbalisés par des hommes. Concrètement, il arrive que des collègues masculins vont faire part de leur envie d’avoir des relations sexuelles avec l’interviewée et sa conjointe, ou encore leur manifester directement leurs fantasmes d’un « trip à trois » ou de voir deux femmes au lit sans forcément formuler une proposition explicite. Encore une fois, ces remarques représentent la sexualité lesbienne comme incomplète sans une présence phallique. Mais il y a plus : alors que les stéréotypes et les préjugés s’expriment la plupart du temps de manière indirecte et dépersonnalisée, ciblant les lesbiennes en général, des allusions de ce type sont souvent adressées directement aux interviewées : aux yeux des hommes qui les formulent, le lesbianisme ne constitue par un frein, mais bien au contraire une autorisation à de possibles avances hétérosexuelles. Alexandra, une jeune enseignante de 24 ans, rapporte les invitations plus ou moins subtiles envers elle et sa conjointe lors des soirées festives avec des collègues. Si de telles avances n’ont jamais été jusqu’au harcèlement, elle se dit convaincue qu’elles ne se seraient pas produites si son lesbianisme n’avait pas été connu.

38De telles offres, directes ou sous-entendues, sont parfois prises de façon légère comme un flirt, mais souvent aussi perçues comme déplacées et faisant directement référence à la pornographie hétérosexuelle. Marie-Claire démontre quant à elle un peu plus d’agacement face à ces remarques qu’elle a reçues plusieurs fois et qui, en plus de l’hypersexualiser, illustrent une méconnaissance de la sexualité lesbienne.

« J’ai reçu des invitations, du style : “On aimerait ça essayer ça avec une fille.” Ou encore, au travail, il y a eu deux filles qui sont venues me voir et de façon sous-entendue… elles ne m’ont pas fait de demandes claires, mais : “J’aurais toujours voulu essayer ça.” Mais bon, elles n’ont qu’à l’essayer, qu’elles ne viennent pas me voir ! Les gens, parce qu’on dit qu’on est lesbienne, pensent qu’on est ouvertes at large que ce soit pour n’importe quelle sexualité avec n’importe qui, n’importe quand et qu’on dirait oui à tout. Mais ce n’est pas vrai. Mais je me dis que ça fait partie des préjugés que les gens ont. J’essaie de leur répondre, de les remettre à leur place poliment : “Dans les films, ça se passe d’une manière, dans la vie, c’est une autre.” […] L’image qui est véhiculée, c’est que deux filles sont ensemble, mais dans le fond, c’est un homme qu’elles voudraient » (Marie-Claire, 41 ans, travailleuse en usine).

39L’idée centrale ici est celle de l’assimilation du lesbianisme à une disponibilité sexuelle à tout venant, sans restriction, ce qui nie l’éventualité qu’il s’agisse d’un choix fondé sur une préférence pour la sexualité avec une autre femme. Le parallèle entre l’image de la lesbienne et celle de la « putain » est particulièrement frappant : les deux seraient prêtes à avoir du sexe, sous toute forme, avec n’importe quel homme, les deux peuvent être abordées sans ménagement selon son désir et au moment qu’il choisit.

40Pour sa part, Lucie verbalise la peur d’être hypersexualisée au moment de dévoiler son orientation sexuelle aux gens de son milieu de travail et d’observer un changement d’attitude à son égard :

« C’est un dévoilement de quelque chose d’intime. Et puis, c’est gênant ! Moi, dans ma tête, il y a rien de gênant dans ça. Mais il y a beaucoup de gens qui associent des choses très sexuelles à ça. Et puis, tout de suite, j’ai peur. Est-ce qu’ils vont avoir une image sexuelle de moi au lit avec ma blonde [conjointe] ? Est-ce que leur idée de moi va changer ? Il y a tous les stéréotypes qui entrent en jeu et puis tu as peur que ces choses-là vont entrer maintenant dans la tête de cette personne-là » (Lucie, 38 ans, employée en communications).

41Indépendamment du comportement, de l’âge ou de toute autre caractéristique personnelle, la sexualité lesbienne se confond alors avec une sexualité débridée, une disponibilité pour tout type d’activité hors du commun, impliquant, le plus souvent, une présence masculine. Elle est ainsi assimilée à l’univers pornographique et à celui d’une sexualité commercialisée où les échanges se discutent directement, sans s’embarrasser de préambule ni de quelque qualité amoureuse idéalisée au sein du couple hétérosexuel (tendresse, intimité, complicité, amour).

42Notre analyse rejoint ici celle de Gail Pheterson selon laquelle le stigmate de « putain » sert à marginaliser toute forme de sexualité non conforme à l’idéal de l’hétérosexualité monogamique. Selon Gail Pheterson, la sexualité lesbienne est vue comme « la quintessence de la perversité féminine » puisque « les lesbiennes défient la dépendance envers les hommes qu’on attend des femmes pour l’argent, le sexe, les enfants et la vie sociale, contestant ainsi la possession des femmes par les hommes » (Pheterson, 2001, 97-98). Lorsqu’elles refusent de dissimuler leurs préférences sexuelles, elles s’exposent aux risques de subir des avances, des insultes et des agressions à caractère sexuel.

43Bref, que ce soit par le biais d’une fantasmagorie reliée à la pornographie où l’homme est au centre du trio, par la croyance que les femmes deviennent lesbiennes à cause d’expériences hétérosexuelles insatisfaisantes ou encore par l’affirmation de son incomplétude, la sexualité lesbienne se définit par un manque, rarement ou jamais comme une préférence.

Conclusion

44En somme, la norme de genre se révèle productive car bon nombre de préjugés appréhendent l’homosexualité comme une inversion du genre ou, comme nous venons de le voir en ce qui concerne la sexualité des lesbiennes, en projetant les images traditionnelles des femmes, mère ou putain, sur les identités lesbiennes. Par ailleurs, il ressort de l’analyse du corpus portant sur la conjugalité que la dynamique conjugale des couples de même sexe apparaît indéchiffrable en dehors de la hiérarchie des genres traditionnels et de la complémentarité homme-femme (Chamberland, Lebreton, 2008). Bref, il s’avère difficile de penser l’homosexualité en dehors de la binarité du genre, reproduite à l’endroit ou à l’envers, tout comme il s’avère ardu pour les gays et les lesbiennes de répliquer tout en déconstruisant, plutôt qu’en reconduisant, les postulats de la matrice hétéronormative.

45Cette analyse nous a donc permis, entre autres choses, d’appréhender le système hétéronormatif à travers ses manifestations directes relatives au dénigrement de la diversité des genres. En effet, dans certaines situations, il semble que le genre soit la première source de stigmatisation des lesbiennes et des gays, au-delà de la sexualité, bien que ces deux aspects soient inextricablement reliés. Ainsi, nous n’avons pas voulu hiérarchiser les oppressions en édictant le genre comme étant la première source d’oppression au-delà de la préférence sexuelle, mais plutôt montrer comment ces deux éléments sont intimement liés, jusqu’à en être impossible de distinguer la frontière entre les deux. L’analyse intersectionnelle s’avère d’ailleurs un outil très pertinent afin de comprendre comment la construction du genre ne peut être appréhendée de façon exclusive, tout autant que dans certaines situations, une analyse adoptant comme principal prisme les rapports sociaux de sexe n’est pas suffisante pour rendre compte de la complexité de la construction identitaire dans un système hétérosexiste.

46En produisant et reproduisant des constructions identitaires fondées sur la binarité et lahiérarchisation des genres et des sexualités, le système hétéronormatif en milieu professionnel légitime la division sexuelle du travail : il la fait apparaître comme un système de places « genrées » découlant tout naturellement des traits attribués à chacun des sexes. La non-conformité de genre sera associée à une sexualité disqualifiée (hétérosexisme) alors que l’homosexualité sera décodée à travers la dualité des genres (réitérés ou invertis). L’imbrication du sexisme et de l’hétérosexisme permet d’interpréter les cas d’exceptions tout en maintenant intacte la notion fondamentale d’une sexuation naturelle de l’espèce et, conséquemment, du travail humain. Notre étude appelle à une réflexion théorique sur les liens entre les pratiques institutionnelles hétéronormatives et la division sexuelle du travail de même qu’à une réflexion politique sur la déconstruction des catégories de genres (et de sexualités) à l’intérieur des luttes politiques féministes.

Haut de page

Bibliographie

ALBERT Nicole, Saphisme et décadence dans Paris fin-de-siècle, Paris, Éditions de La Martinière, 2005.

BONNET Marie-Jo, Les Relations amoureuses entre les femmes, Paris, Odile Jacob, 1995.

BUTLER Judith, Défaire le genre, Paris, Éditions Amsterdam, 2006. Traduit de l’anglais par Maxime Cervulle.

BUTLER Judith, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, Paris, La Découverte, 2005. Traduit de l’anglais par Cynthia Kraus.

BUTLER Judith, Faire et défaire le genre, conférence à l’Université de Paris X-Nanterre, Paris, 25 mai 2004. Consulté en ligne le 28 mai 2008 à l’adresse : http://multitudes.samizdat.net/spip.php?article1629

CHAMBERLAND Line, Mémoires lesbiennes, Montréal, Les Éditions du remue-ménage, 1996.

CHAMBERLAND Line, LEBRETON Christelle, « L’homosexualité au bureau. À l’heure des transformations du droit conjugal et familial canadien », in DESCOUTURES Virginie et al. (dir.), Mariages et homosexualités dans le monde. L’arrangement des normes familiales, Paris, Autrement, 2008, pp. 139-150.

CHAMBERLAND Line, PAQUIN Johanne, « Sexisme et hétérosexisme : l’expérience de travailleuses lesbiennes exerçant des métiers traditionnellement masculins au Québec », in GUICHARD-CLAUDIC Yvonne, KERGOAT Danielle, VILBROD Alain, L’Inversion du genre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, pp. 157-168l

CHAMBERLAND Line, GAGNÉ Frédérick, PAQUIN Johanne, « L’homoparentalité au Québec : les changements législatifs et leurs impacts dans la sphère du travail », in CADORET Anne, GROSS Martine, MÉCARY Caroline, PERREAU Bruno (dir.), Homoparentalité. Approches scientifiques et politiques, Paris, PUF, 2006, pp. 144-154.

CHAMBERLAND Line, PAQUIN Johanne, « Penser le genre, penser l’hétérosexualité : un défi pour la troisième vague du féminisme », in MENSAH Maria Nengeh (dir.), Dialogues sur la troisième vague féministe, Montréal, Les Éditions du remue-ménage, 2005, pp. 119-131.

DONOGHUE Emma, Passions Between Women. British Lesbian Culture 1668-1801, Londres, Scarlet Press, 1993.

DUNNE Gillian A., « Lesbians as Authentic Workers? Institutional Heterosexuality and the Reproduction of Gender Inequalities », Sexualities, 3, 2, 2000, pp. 133-148.

INNESS Sherrie A., The Lesbian Menace. Ideology, Identity, and the Representation of Lesbian Life, Amherst, University of Massachusetts Press, 1997.

LABROSSE Alexis, La Présence syndicale au Québec en 2005, ministère du Travail, Direction des études et des politiques, 2006. Consulté sur Internet le 28 mai 2008 à l’adresse suivante : www.travail.gouv.qc.ca/publications/rapports/bilan/pres_synd2005.pdf

LORBER Judith, Breaking the Bowls. Degendering and Feminist Change, New York, W. W. Norton & Company, 2005.

NESTLE Joan, A Restricted Country, Ithaca (New York), Firebrand Books, 1987.

PEEL Elisabeth, « Mundane Heterosexism: Understanding Incidents of the Everyday », Women’s Studies International Forum, 24, 5, 2001, pp. 541-554.

PHETERSON Gail, Le Prisme de la prostitution, Paris, L’Harmattan, 2001. Traduit de l’anglais par Nicole-Claude Mathieu.

STRAUSS Anselm L., CORBIN Juliet M., Les Bases de la recherché qualitative : techniques et procédures de développement de la théorie enracinée, Fribourg, Academic Press Fribourg, 2004. Traduit de l’anglais par Marc-Henry Soulet.

VALVERDE Mariana, Sex, Power and Pleasure, Toronto, The Women’s Press, 1985, pp. 87-91.

WAELTI-WALTERS Jennifer, Damned Women. Lesbians in French Novels, Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2000.

Haut de page

Notes

1  Cette recherche a été financée par le Fonds québécois de recherche sur la société et la culture et par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Elle a également bénéficié du soutien de l’Institut de recherches et d’études féministes de l’UQAM, du Collège de Maisonneuve, des Instituts de recherche en santé du Canada et du Centre de recherche en développement humain de l’université Concordia. Nous remercions ici toutes les personnes qui ont collaboré à ce projet.

2  Sur ce dernier point, voir Chamberland et Lebreton (2008), Chamberland, Gagné et Paquin (2006).

3  Le recrutement de participants gays s’est effectué plus rapidement que celui de participantes lesbiennes, notamment à cause de leur plus grande visibilité en milieu de travail. Par la suite, des efforts ciblés vers les lesbiennes ont permis d’égaliser la proportion de répondantes et de répondants pour le questionnaire, et de réduire l’écart entre femmes et hommes parmi les interviewés, sans toutefois l’éliminer complètement.

4  Au Québec en 2005, 81% de la main-d’œuvre du secteur public était syndiquée, comparativement à 27,3% dans le secteur privé (Labrosse, 2006, 3).

5  La méthode employée vise à identifier les thèmes et leurs relations mutuelles à partir du corpus lui-même, plutôt que de les définir a priori (Strauss, Corbin, 1998). Les catégories elles-mêmes ainsi que leur regroupement thématique ont été modifiés à plus d’une reprise au cours de la codification et à la suite d’une première analyse globale de leur contenu. Quelques catégories résiduelles n’ont pas été amalgamées aux autres.

6  D’un usage courant au Québec, le terme butch désigne les lesbiennes qui adoptent des manières et des vêtements masculins. Il est le plus souvent employé de manière injurieuse, pour dénigrer les lesbiennes en général et plus particulièrement celles qui ne se conforment pas aux normes de genre.

7  Les personnes interviewées sont identifiées par un pseudonyme. Les extraits cités ont été légèrement remaniés, principalement par la suppression des tics de langage et des répétitions inutiles, afin d’accroître leur lisibilité.

8  Ce genre de commentaire est également souvent rapporté par des hommes gays qui se font considérer comme une exception positive vu leur normalité de genre, alors que les gays perçus comme efféminés sont jugés trop visibles, trop excentriques, et ainsi de suite.

9  Il est aussi possible que les interviewés gays, un peu plus nombreux que les interviewées lesbiennes, aient été moins sensibles à l’énonciation de préjugés et stéréotypes concernant les lesbiennes dans leur environnement de travail, mais l’écart dans leur poids respectif est trop petit pour expliquer la différence observée. En outre, des interviewé-e-s des deux sexes ont fait le constat d’une présence à la fois plus forte et plus négative des gays, comparativement aux lesbiennes, dans les représentations stéréotypées.

10  Sur les représentations historiques du lesbianisme comme symbole de dépravation et de perversion sexuelle et son association avec l’univers de la prostitution, (Valverde, 1985, 87-91 ; Nestle, 1987, 157-177 ; Donoghue, 1993 ; Bonnet, 1995 ; Chamberland, 1996, 81-84 ; Inness, 1997 ; Waelti-Walters, 2000 ; Albert, 2005).

11  De tels préjugés ont également été rapportés dans une étude antérieure menée auprès de lesbiennes exerçant des métiers traditionnellement masculins (Chamberland, Paquin, 2008).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Line Chamberland et Julie Théroux-Séguin, « Sexualité lesbienne et catégories de genre », Genre, sexualité & société [En ligne], 1 | Printemps 2009, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://gss.revues.org/772 ; DOI : 10.4000/gss.772

Haut de page

Auteurs

Line Chamberland

Ph.D. sociologie, professeure au département de sexologie
Université du Québec à Montréal, Québec, Canada
chamberland.line@uqam.ca

Julie Théroux-Séguin

Maîtrise en science politique, adjointe de recherche
Université du Québec à Montréal, Québec, Canada
jtherouxseguin@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org