Navigation – Plan du site
Dossier
Normes, expériences et stratégies sociales

Pour une promotion de la santé lesbienne : état des lieux des recherches, enjeux et propositions

Promoting lesbian health: state of the art, issues and recommendations
Clotilde Genon, Cécile Chartrain et Coraline Delebarre

Résumés

Les auteures analysent et synthétisent une série d’études internationales parues au sujet de la « santé lesbienne ». Bien que reposant sur des populations et des modes d’échantillonnage différentiels et parfois problématiques, les enquêtes permettent de rendre compte de l’impact, sur la santé des lesbiennes, des discriminations et des représentations négatives liées tant au genre qu’à l’orientation sexuelle. Le choix des thématiques abordées (santé mentale, usage de produits psycho-actifs, cancers et troubles cardio-vasculaires, santé sexuelle, violences entre partenaires lesbiennes) renvoie précisément au fait qu’elles polarisent les inégalités de santé subies par ces femmes. Au-delà d’une revue de la littérature, les développements se concluent par des recommandations visant à créer un environnement favorable au renforcement des capacités des lesbiennes à devenir actrices de leur propre santé.

Haut de page

Texte intégral

Les auteures de ce texte remercient Rosine Horincq (association Magenta, Bruxelles) et Veronica Noseda pour leur relecture attentive et leurs conseils précieux.

  • 1  La santé est définie par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) comme un « état complet de bien (...)
  • 2  OMS, Politique de l’OMS en matière de genre. Intégrer dans l’action de l’OMS des approches soucieu (...)

1Dans le domaine de la santé1, la dynamique du genre a longtemps été négligée et les inégalités entre les sexes, comme entre les classes sociales, ont plutôt tendu à s’accentuer dans le temps (Adam, Herzlich, 2004, 41). Cependant, « il est de plus en plus largement reconnu que les facteurs qui déterminent l’état de santé des femmes et des hommes présentent des différences »2. La santé féminine est d’ailleurs devenue une problématique si importante que deux des objectifs du millénaire pour le développement y font référence (ILGA, 2007, 6).

2Malgré cette évolution qui fait que la question des inégalités de genre est désormais ancrée dans les discours dominants, force est de constater qu’il est un groupe encore largement absent des documents de référence et des dossiers de recherche internationaux : celui constitué par les lesbiennes. Or, si certains problèmes de santé sont communs à toutes les femmes (ILGA, 2007, 12), cette population semble présenter des spécificités l’empêchant de jouir pleinement de son droit à la santé et l’exposant à des risques particuliers.

  • 3  Notons que la définition du « rapport sexuel » elle-même ne va pas de soi (Lhomond, 1996a). Une ac (...)

3S’intéresser à ce que nous avons appelé la « santé lesbienne » nécessite d’emblée de poser la distinction entre identité personnelle et sociale, attirances et pratiques sexuelles (Lhomond, 1997a). En effet, la majorité des femmes s’identifiant comme lesbiennes ont eu des rapports sexuels avec des hommes et un certain nombre continue d’en avoir. Parallèlement, les femmes qui ont des rapports sexuels3 avec des femmes peuvent ne pas s’identifier comme lesbiennes mais comme hétéro ou bisexuelles, voire ne se reconnaître dans aucune de ces catégories (Bajos, Beltzer, 2008). Ce critère d’auto-identification est fondamental. Ainsi, l’expérience de discriminations relatives à l’étiquetage de la personne (Goffman, 1975) en tant qu’homosexuelle ou bisexuelle et le degré d’auto-acceptation de l’orientation sexuelle peuvent avoir une influence décisive sur la santé. De même, le fait d’avoir le sentiment d’appartenir à un groupe social donné et la construction d’une conscience collective permettent parfois de se soustraire aux effets de la stigmatisation individuelle. Il peut donc sembler inadéquat de rassembler sous une même expression (« santé lesbienne ») des réalités aussi diverses.

4En outre, la variation des définitions de l’homosexualité féminine selon les enquêtes pose indéniablement un problème de comparabilité des résultats ; comparabilité rendue encore plus problématique dès lors qu’une partie des enquêtes (en population générale surtout) reposent sur des échantillons aléatoires, quand d’autres se basent sur des échantillons construits sur un volontariat a priori (enquêtes impulsées par le milieu associatif et la presse homosexuelle notamment) (Lhomond, Saurel-Cubizolles, 2003, 108).

5Tout en gardant conscience de ces limites et bien qu’ayant pour objectif principal de nous intéresser aux femmes s’auto-définissant comme lesbiennes, la rareté des études disponibles et le fait que celles-ci se concentrent plus souvent sur les comportements sexuels que sur des critères identitaires nous ont obligées à élargir notre perspective. Par conséquent, nous avons été amenées à traiter des problèmes de santé touchant à la fois les lesbiennes et celles qui, sans recourir à une telle identification, peuvent avoir des relations sexuelles avec d’autres femmes ou éprouver une attirance affective, érotique et/ou sexuelle – qu’elle soit exclusive ou non, cantonnée ou non à une période de la vie. Afin d’éviter des généralisations abusives, nous essaierons, autant que possible, de spécifier les populations englobées par les études que nous passerons en revue.

6Les données dont il sera fait état dans cet article mettent en évidence les difficultés et les risques différentiels auxquels sont exposés les lesbiennes, et plus généralement les femmes ayant des relations sexuelles avec d’autres femmes, en termes de santé.

  • 4  « [Idéologie] qui prône la supériorité d’un genre [le masculin] sur l’autre [le féminin] » (Borill (...)
  • 5  « Principe de vision et de division du monde social, qui articule la promotion exclusive de l’hété (...)
  • 6  « Rejet des personnes homosexuelles ou considérées comme telles et de ce qui leur est associé. La (...)

7Afin de rendre compte de la complexité des questions de santé, nous commencerons par rappeler l’environnement culturel, social, économique et politique dans lequel elles s’inscrivent. Un environnement qui reste marqué par les dominations de genre que sont le sexisme4, l’hétérosexisme5, l’homophobie6, et qui s’avère avoir un impact plus ou moins direct sur les comportements de santé, l’accès, le recours et la qualité des soins.

8Les développements porteront ensuite sur différentes thématiques qui nous sont apparues comme polarisant les inégalités de santé auxquelles sont confrontées les lesbiennes : la santé mentale, l’usage de produits psycho-actifs, les troubles cardiovasculaires, les cancers et les infections sexuellement transmissibles. Nous terminerons sur un sujet encore peu abordé dans la littérature : les violences entre partenaires lesbiennes.

9Confortées par notre connaissance du terrain et nos parcours respectifs à l’intersection du champ de la recherche et du champ militant, nous avons souhaité dépasser l’ambition d’une simple revue de la littérature pour inclure à la fin de l’article des recommandations concrètes. Celles-ci visent à élaborer des stratégies adaptées pour agir favorablement sur les déterminants de santé.

Inégalités, discriminations et santé

Les actions relatives à la santé lesbienne en France aujourd’hui

10En France, les actions en direction des lesbiennes ont été et sont encore souvent portées par des personnes à titre individuel, des groupes de femmes militantes et/ou sensibilisées ou des associations bénéficiant rarement d’une aide financière spécifique des pouvoirs publics. Elles sont donc le résultat d’une mobilisation qui peut difficilement tenir sur le long terme, faute notamment de moyens humains et financiers et d’implication institutionnelle. Ces difficultés sont en outre renforcées par la sectorisation des politiques de santé (découpage des actions institutionnelles en fonction des questions de santé et prise en charge holistique rare de la personne). Le constat est par ailleurs si flagrant que lorsque des approches par population existent, elles s’avèrent quasi inexistantes vis-à-vis des lesbiennes, généralement sacrifiées à l’aune de desseins plus universalistes, aussi bien lorsqu’on se penche sur les politiques à l’intention des femmes que sur celles censées s’adresser aux homosexuel-le-s.

11Relevons aussi qu’avec l’épidémie de sida, les hommes homosexuels sont devenus aussi bien l’objet d’investigations renouvelées dans le champ des recherches sur la sexualité qu’une cible prioritaire pour les politiques publiques de prévention ; ce qui n’a jamais pu être le cas des lesbiennes (Lhomond, 1991, 51).

12Nous ne disposons pas d’un état des lieux complet de la santé lesbienne en France. La seule étude vraiment ciblée et d’envergure nationale qui ait été menée jusqu’à présent dans l’Hexagone est celle de la « Commission Lesbophobie » de SOS Homophobie, réalisée entre novembre 2003 et janvier 2004 (SOS Homophobie, 2008). Pour le reste, les informations disponibles sont essentiellement tirées d’enquêtes globales réalisées en population générale (Bajos, Beltzer, 2008 ; Jouvin, Beaulieu-Prevost, Julien 2008), auprès de l’ensemble des femmes (Lhomond, Saurel-Cubizolles, 2003) ou de l’ensemble des homo/bisexuel-le-s (Kiosque Infos Sida Toxicomanies-ANPAA, 2005 ; Lhomond, Michaels et al., 2003). Quoique précieuses, ces données demeurent insuffisantes. C’est pourquoi nos développements feront référence au contexte français, autant que possible, mais s’appuieront souvent sur les résultats d’études ayant été menées dans d’autres pays d’Europe et d’Amérique du Nord ou en Australie.

Domination de genre, lesbophobie et impacts sur la santé

  • 7  Dans ce texte, nous utilisons le terme « gai(s)» lorsque nous évoquons les hommes homosexuels (par (...)
  • 8  Comme le soulignent Christophe Broqua et Pierre-Olivier de Busscher, « l’homophobie aujourd’hui de (...)
  • 9  Il semblerait que le premier document officiel dans lequel est apparu le terme « lesbophobie », en (...)

13Les luttes féministes et les luttes pour les droits des personnes lesbiennes, gaies7, bisexuelles et trans (LGBT) ont modifié le paysage social de la France, aboutissant même à une forme de normalisation qui a été consacrée notamment par le Pacs (Pacte civil de solidarité) (Broqua, de Busscher, 2003). Il n’en reste pas moins que la différenciation et la hiérarchisation des sexes sont toujours de mise et que l’acceptation d’une diversité des orientations et identités sexuelles est loin d’être acquise8, ce qui n’est pas sans conséquence sur la santé des lesbiennes. Celles-ci souffrent à la fois du sexisme en tant que femmes et de l’homophobie en tant qu’homosexuelles. La notion de lesbophobie permet de rendre compte de cette double stigmatisation spécifique9.

14Alors que les gais sont fréquemment dévalorisés dans leur masculinité et physiquement brutalisés, les lesbiennes sont, quant à elles, plus généralement invisibilisées (Guillemaut, 1994 ; Revillard, 2002 ; Coordination Lesbienne en France, 2008), niées dans leurs sexualités et leurs modes de vie ou récupérées par les fantasmatiques hétéronormées et masculines (Arc, 2006, 33-40). Comme le souligne Anne Revillard, l’invisibilité lesbienne « traduit dans une large mesure un impensé social : dans un contexte de domination masculine, une jouissance indépendante du principe masculin est socialement impensable » (Revillard, 2002, 177). Parallèlement, la maîtrise de la sexualité des femmes a été un moyen de leur imposer une fonction sociale propre : la procréation. Dès lors, on comprend mieux les processus de dénégation de la sexualité entre femmes (Arc, 2006, 21-26), produit d’une forme d’instrumentalisation mêlée à des préjugés profondément ancrés (en l’absence de pénis, les femmes entre elles ne pourraient avoir de véritables relations sexuelles mais juste des échanges affectueux entre « amies »).

  • 10  On retiendra ici une acception très générale de la violence et de la discrimination, respectivemen (...)

15Les violences et discriminations10 subies par les lesbiennes, qu’elles soient patentes ou latentes, sont repérables à tous les niveaux sociaux (micro et macro-sociétal, privé et public, individuel et collectif).

16D’après une recherche européenne portant spécifiquement sur les violences dont sont sujettes les lesbiennes (projet Violence Against Lesbians11), 98% de ces femmes ont subi des agressions verbales, 24% des violences physiques et 44% des violences sexuelles, du fait de leur orientation sexuelle (Ohms, Müller, 2001).

  • 12  Ces quatre articles reviennent tous de manière plus ou moins ciblée et détaillée sur les résultats (...)

17Brigitte Lhomond et Marie-Josèphe Saurel-Cubizolles (2003, 2005, 2006, 2007) offrent un éclairage complémentaire12. Elles affirment en effet que les attirances et pratiques homosexuelles entre femmes sont associées à des parcours biographiques spécifiques, au long desquels les expériences de violences s’avèrent plus courantes. Parmi celles-ci, les femmes dont l’homosexualité est agie (c'est-à-dire celles qui rapportent des pratiques homosexuelles et non seulement des attirances) s’avèrent encore plus exposées. En effet, le fait d’avoir eu des rapports homosexuels peut être le signe d’une plus grande liberté mais il place aussi ces femmes dans une situation de marginalité sociale qui les rend plus sujettes à d’éventuelles stigmatisations et discriminations. Partant, il apparaît que « le contrôle social s’exerce de manière plus forte sur celles qui dérogent le plus largement aux obligations faites à leur sexe social, et que la conjugaison d’attitudes ou de comportements “déviants”, dont l’échappée, même temporaire, hors de l’hétérosexualité commune, est alors sanctionnée par des violences plus fréquentes, tant dans la sphère publique que privée. Les violences seraient une tentative de remise au pas » (Lhomond, Saurel-Cubizolles, 2007, 125). Les auteures soulignent cependant que la perception des violences subies (conscience du caractère effectivement violent et inacceptable de certaines situations) pourrait être plus aiguë chez les lesbiennes, dès lors qu’elles adhèrent moins aux normes liées à leur statut social de femmes.

  • 13  Cette enquête a été réalisée en s’appuyant sur les espaces communautaires : un salon, des associat (...)

18Les chiffres issus de l’enquête sur la lesbophobie de SOS Homophobie13 apportent pour leur part un certain nombre de précisions au sujet des discriminations vécues par les lesbiennes en France (SOS Homophobie, 2008). Ainsi, parmi les 1 793 lesbiennes ayant répondu à l’enquête, 57% d’entre elles évoquent l’expérience d’au moins une situation lesbophobe dans leur parcours personnel. Parmi elles, 45% font référence à des événements ayant trait à la vie quotidienne (rue, lieux publics, transports), 44% aux relations familiales – notamment des attitudes lesbophobes de la part de la mère (22%) et du père (16%) – 24% au milieu professionnel (rumeurs, moqueries, mises à l’écart, refus de promotion et mises au placard de la part des collègues et supérieur-e-s), 18% au voisinage, 24% à l’entourage amical (incompréhension, rejet, notamment pour les plus jeunes résidant en province).

19Si l’on s’intéresse particulièrement aux problèmes rencontrés dans les milieux médicaux et de la santé, on note que 10% des répondantes témoignent de la confrontation à des situations de lesbophobie. En tête des professionnel-le-s de santé incriminé-e-s sont cité-e-s les gynécologues (44%), suivi-e-s par les structures de don du sang (30%), les psychologues, les psychanalystes, les psychiatres (22%), les médecins de famille (16%) et les structures hospitalières (15%).Un certain nombre d’études sur le recours et l’accès aux soins des lesbiennes ont été menées précédemment à l’étranger (Diamant et al., 2000a, 2000b pour les États-Unis ; Ryan, Brotman, Rowe, 2000 pour le Québec ; Graglia et al., 2005 pour l’Italie), qui viennent globalement accréditer les données françaises. Toutes ont montré que l’orientation homosexuelle, en tant que critère de non-conformité au schéma social dominant, mène à un recours aux soins moindre et à une prise en charge moins adaptée que pour les femmes hétérosexuelles.

20Le Réseau québécois d’action pour la santé des femmes (RQASF) (Mimeault, 2003) a su mettre en évidence ces différentes barrières rencontrées par les lesbiennes dans l’accès aux services sociaux et de santé :
- les discriminations hétérosexistes et homophobes constatables à travers la présomption d’hétérosexualité et, lorsque l’homosexualité est connue, les discriminations et préjugés subis dans l’accès à la maternité et plus globalement tout ce qui concerne la conception de la famille et des rôles socio-sexuels ;
- l’ignorance et le manque de compétences des professionnel-le-s s’agissant des sexualités des lesbiennes, lors des examens gynécologiques et dans les services d’aide en santé mentale (méconnaissance de la réalité sociale et culturelle dans laquelle évoluent les lesbiennes, des spécificités de leurs vécus en termes de discrimination et de stigmatisation sociale, ainsi que manque d’aptitudes pour les accompagner de façon adéquate et, dans une trop large mesure, désintérêt ou adhésion aux préjugés habituellement répandus dans la société concernant les lesbiennes) ;
- la lesbophobie et l’hétérosexisme intériorisés (stress du coming out et discriminations anticipées, difficultés à s’émanciper de la conception hétérosexiste de la famille et des rôles socio-sexuels, etc.) ;
- la pauvreté (en tant que femmes, insertion différenciée sur le marché du travail notamment) (Chevalier, Sauvageau, 2000) ;
- l’isolement et l’invisibilité sociale.
Par ailleurs les structures de soin et de prise en charge spécifiquement dédiées aux femmes (centres de planning familial, dispositifs d’écoute et de prise en charge des femmes victimes de violences, etc.) semblent ne pas fournir une écoute et une aide adaptées aux besoins des lesbiennes, contribuant ainsi à limiter le recours, l’accès aux soins et leur qualité.

21L’ensemble de ces violences (physiques et symboliques) et de ces discriminations (vécues ou craintes) peuvent en outre avoir des effets majeurs sur la qualité de vie et les comportements de santé des lesbiennes. Ainsi, globalement, on retrouve chez elles, de manière encore plus évidente que chez les femmes hétérosexuelles, des stratégies adaptatives et des mécanismes d’anticipation et d’évitement de la violence (auto-exclusion de la fréquentation de certains lieux publics, auto-censure vis-à-vis de certaines formes d’expression de tendresse entre femmes dans ces mêmes endroits ou maintien d’une attention « flottante » – par exemple dans le métro pour vérifier que l’on ne s’expose à aucune répression/réprobation –, banalisation de la violence subie, etc.).

Santé mentale

22C’est seulement en 1991 que l’homosexualité a été ôtée par l’OMS de la liste des maladies mentales. Presque vingt ans plus tard, de nombreux stigmates pèsent encore dans les représentations et des préjugés persistent à l’égard des personnes qui éprouvent une attirance affective et/ou sexuelle pour des personnes du même sexe.

23La violence et les discriminations, mais aussi la pression à l’hétérosexualité, la gestion du secret ou du dévoilement de l’homosexualité (Ponse, 1976 ; Sedgwick, 2008), le sexisme et les stéréotypes de genre constituent objectivement un environnement pouvant favoriser la mésestime de soi et la survenue de souffrances psychologiques.

24Denombreuses études ont démontré que les personnes homosexuelles étaient plus sujettes que les hétérosexuel-le-s au mal-être, à la dépression et aux tentatives de suicide (Bagley, Tremblay, 1997 ; Remafedi et al., 1998 ; Cochran, Mays, 2000 ; Verdier, Firdion, 2003 ; Jouvin, Beaulieu-Prévost, Julien, 2008). Entre autres exemples internationaux, le rapport Banks (2003) indique qu’au Canada, environ 30% des suicides concernent les gais, les lesbiennes ou les bisexuel-le-s.

25Il faut souligner que le risque de dépressions, de tentatives de suicide et de suicides est plus important chez les jeunes  en particulier les jeunes homosexuel-le-s , l’adolescence étant par définition une période de trouble et de recherche identitaire, que peuvent encore venir complexifier les premiers questionnements sur leur orientation sexuelle puis la gestion de l’annonce de leur homo/bisexualité à l’entourage (Bozon, 2002, 59-62). Ceci explique pourquoi la plupart des données dont on dispose sur la santé mentale des homosexuel-le-s concernent les jeunes.

26Ainsi, en France, l’enquête Contexte de la Sexualité en France (CSF) rapporte que, parmi les 18-24 ans, 57,1% des hommes et 89,2% des femmes homo/bisexuel-le-s déclarent avoir été déprimé-e-s au cours des douze derniers mois, versus 25,5% et 33,1% chez les jeunes hétérosexuel-le-s (Bajos, Beltzer, 2008, 262).

27Au-delà des baisses de moral, les jeunes femmes homos/bisexuelles semblent particulièrement exposées à des épisodes dépressifs graves. D’après l’enquête dirigée par Brigitte Lhomond et Stuart Michaels (2003), réalisée auprès de jeunes âgé-e-s de 15 à 25 ans, 54% des filles attirées par une personne de même sexe (contre 31% de celles attirées exclusivement par l’autre sexe) déclarent avoir déjà pensé sérieusement au suicide et 18% ont déjà fait au moins une tentative de suicide. Mais il faut souligner que les femmes en général (quels que soient leur âge et leur orientation sexuelle), si elles tentent davantage de se suicider que les hommes, parviennent plus rarement au suicide accompli ; un constat qui n’est pas sans relation avec les méthodes employées – qui relèvent en partie de constructions de genre – les femmes usant par exemple davantage des surdoses médicamenteuses tandis que les hommes emploient plus aisément des armes (Hanigan, 1990, 130).

28L’ensemble des risques précités est accru pour les femmes isolées (en situation de rupture sociale ou familiale), qui sont confrontées à la précarité, qui ont subi de la maltraitance familiale ou des violences (injures homophobes, agressions physiques, agressions sexuelles, viols), et pour les usagères de produits psycho-actifs (Lhomond et al., 2003). Ces risques semblent encore décuplés lorsque la personne cumule plusieurs facteurs de discrimination (par exemple pour les lesbiennes d’origine étrangère) (Wong et al., 2007).

29Notons malgré tout, notamment pour ce qui concerne les jeunes, qu’un certain nombre d’éléments (proximité et soutien de la famille, bienveillance de la part des adultes, sentiment de sécurité dans le milieu scolaire) peuvent contribuer au renforcement identitaire et au développement d’une identité positive et ainsi prévenir les comportements dépressifs et suicidaires (Eisenberg, Resnick, 2006).

30En outre, d’après Brigitte Lhomond et Marie-Josèphe Saurel-Cubizolles, plusieurs indicateurs de santé psychique (détresse psychologique, stress, consommation de psychotropes, consultation d’un psychiatre) témoignent d’un malaise psychologique encore un peu plus fréquent chez les femmes attirées par les femmes mais non engagées dans des pratiques homosexuelles (Lhomond, Saurel Cubizolles, 2003, 126-127). Ceci tend à confirmer l’hypothèse selon laquelle c’est surtout le fait de ne pas se sentir autorisée à vivre sa sexualité librement (conséquence de la lesbophobie) qui serait source de souffrance. A contrario, le fait de pouvoir vivre ses attirances apparaîtrait comme un facteur de « libération » et de protection face à certains risques liés à la santé mentale.

Usage de produits psycho-actifs

31Les recherches relatives à l’usage de produits psycho-actifs chez les lesbiennes ont fourni des résultats variables – voire contradictoires – et parfois difficilement comparables, notamment en raison de l’utilisation de différentes méthodologies d’enquête et de constitution des groupes de participantes (Bowen, Bradford, Powers, 2006).

32De manière plus générale, un biais majeur apparaît dans les études portant sur l’usage de produits psycho-actifs chez les homosexuel-le-s : le fait que celles-ci sont généralement réalisées dans le milieu festif et les lieux de consommation (bars, boîtes de nuit), où la consommation s’avère importante.

33Pour diverses raisons (pouvoir d’achat moindre, mode de vie plus sédentaire, etc.), les lesbiennes fréquentent plutôt moins souvent et moins durablement ces lieux que les gais. Quoiqu’il en soit, la fréquentation de ces lieux semble augmenter dans les moments de plus grande vulnérabilité (notamment dans les phases suivant une rupture amoureuse) (Gruskin et al., 2006).

34Il convient également de prendre en considération, pour l’ensemble des usages de produits, qu’ils interviennent dans le cadre de lieux publics ou de lieux privés, l’influence du groupe de pair-e-s sur les consommations. Ainsi, selon les normes prévalant dans le-s groupe-s d’appartenance, la pression qui s’y exerce peut inciter ou au contraire prévenir l’usage de produits (Bohrn, Fenk, 2003).

Alcool

35S’il n’existe pas d’unanimité autour de ce sujet  par exemple Roberts (1998) affirme qu’il n’y a aucune différence significative entre les lesbiennes et les femmes hétérosexuelles au regard des problèmes liés à l’alcool et des consommations actuelles ou passées , la majorité des auteur-e-s (Valanis et al., 2000 ; Roberts, Sorensen, 1999) ont abouti au constat que les lesbiennes consommaient plus souvent de l’alcool que les autres femmes.

36En effet, dans la plupart des enquêtes, la majorité des lesbiennes interrogées rapporte consommer de l’alcool : 57,5% dans l’enquête de Aaron (2001) et 71% dans celle de Grindel (2006). Pour Aaron, 4 à 6% des 1 158 lesbiennes interrogées consomment au moins 60 boissons alcoolisées par mois, ce chiffre devant être comparé aux 1,1% des femmes « grandes consommatrices » relevé en 1998 en population générale par le système de surveillance des conditions de santé et des comportements à risque aux Etats Unis (Behavioral Risk Factor System). Grindel relève en outre que parmi les lesbiennes qui déclarent ne pas boire d’alcool (28,4% de son échantillon), 12,2% rapportent un passé problématique avec l’alcool.

37Cette consommation semble en partie liée à la place occupée par les bars dans la culture homosexuelle, ces bars étant considérés comme des lieux où l’on peut enfin être soi-même et tisser un réseau de connaissances – et parfois de soutien – avec d’autres personnes homosexuelles (Staddon, 2005 ; Gruskin et al., 2006).

38Cependant, contrairement aux gais, les lesbiennes auraient plus tendance à consommer chez des ami-e-s que dans les lieux commerciaux (Kiosque-ANPAA, 2005). Ce phénomène peut s’expliquer entre autres par une éducation et une socialisation différenciées. Même si leur rôle dans la socialisation et l’affirmation des lesbiennes est loin d’avoir été négligeable (Chamberland, 1998 ; 2001), les bars restent un univers majoritairement masculin et l’appropriation de l’espace public urbain à travers les lieux de consommation demeure moins prononcée du côté des lesbiennes que des gais (Rothenberg, 1995 ; Blidon, 2007).

39Hormis la question des lieux de consommation, d’autres facteurs contextuels doivent être pris en considération. En effet, l’alcool peut être utilisé comme « auto-médication » lors d’états dépressifs (Hugues, Jacobson, 2003) et sa consommation chez les lesbiennes semble étroitement dépendante du cycle de vie. Elle varie notamment au rythme des débuts et fins de relations amoureuses (Gruskin et al., 2006). De plus, « chez les jeunes femmes homosexuelles, il se peut […] que la consommation d’alcool, [comme] de tabac et de cannabis augmente durant la période de stress lié au coming out et à la découverte du milieu gai et lesbien pour diminuer ensuite » (Berrut, 2007, 26).

Tabac

40Les représentations associées à la consommation du tabac ont considérablement évolué au fil des années. L’image « cool » (Lennon et al., 2005) et plutôt glamour (Sancho-Garnier et al., 2001) qu’avait acquise la cigarette s’efface petit à petit derrière un phénomène de « dénormalisation » du tabagisme auquel contribuent des campagnes de prévention offensives visant à augmenter la perception des dangers du tabagisme actif et passif (Lavack, 2001).

  • 14  Voir spécialement la Loi Evin 1991, Décret n°2006-1386 du 15 novembre 2006 fixant les conditions d (...)

41Ces changements s’accompagnent notamment d’une législation plus stricte visant les lieux de consommation14 et d’une hausse des prix du tabac influant sur les ventes et la consommation. En France, selon le Baromètre Santé 2005, le tabagisme concerne 26,5% des femmes pour 33% des hommes (Peretti-Watel, Beck, Wilquin, 2007, 85), mais alors que la prévalence a quasiment été divisée par deux pour les hommes en 30 ans, elle a commencé à baisser plus tardivement chez les femmes (depuis la Loi Evin).

42Pour ce qui concerne les populations LGBT, et plus spécialement les lesbiennes, les chiffres relatifs au tabagisme varient considérablement selon les enquêtes, mais en France comme à l’étranger, c’est encore un constat de surconsommation qui prédomine par rapport aux femmes en population générale. Ainsi, l’enquête française Kiosque-ANPAA rapporte que les lesbiennes sont 36% à consommer du tabac, donc 10,5% de plus que les femmes en population générale, si l’on se fie au Baromètre Santé 2005 (Peretti-Watel, Beck, Wilquin, 2007). Les chiffres bruts relatifs à la consommation de tabac chez les lesbiennes varient du simple au double selon les enquêtes, les contextes locaux, culturels et légaux dans lesquelles celles-ci sont réalisées n’étant sûrement pas anodins. Cependant, des écarts similaires voire supérieurs à ceux relevés dans l’enquête Kiosque-ANPAA, entre lesbiennes et hétérosexuelles, ont été fréquemment rapportés (Stuart, 2008 ; Aaron et al., 2001 ; Hughes, Jacobson ; 2003).

43À tout âge, les fumeuses présentent des signes d’anxiété et de dépression plus importants que les non-fumeuses (Paretti-Watel, Beck, Wilquin, 2007). Cependant, la consommation du tabac et ses effets varient en fonction de l’âge. Il semblerait en l’occurrence que l’écart de consommation entre homo/bisexuelles et hétérosexuelles soit nettement plus tranché chez les jeunes femmes. L’enquête de Gruskin montre ainsi que pour la tranche d’âge 20-34 ans, 33% de lesbiennes et bisexuelles consomment du tabac contre 13% des femmes hétérosexuelles ; les chiffres tombent à 29% contre 14% pour les 35-49 et s’égalisent quasiment chez les femmes de plus de 50 ans (12% contre 11%) (Gruskin et al., 2001).

44Les explications que l’on peut avancer renvoient surtout à une moindre fréquentation des bars chez les lesbiennes de plus de 50 ans et à un usage supérieur du tabac (ou de l’alcool, voire des deux ensemble) par les plus jeunes pour gérer le stress et l’anxiété spécifiques occasionnés par la découverte de leur homosexualité et la gestion de leur coming out.

45Pour conclure cette section, relevons que le tabagisme féminin a augmenté conjointement à l’émancipation des femmes. La cigarette étant notamment perçue comme un signe d’indépendance et de liberté, les lesbiennes et bisexuelles pourraient être plus sensibles encore que les hétérosexuelles à cette symbolique (Berrut, 2007, 23).

Produits illicites

46Bien qu’il n’y ait que peu d’études croisant consommation de produits et orientations sexuelles des femmes, certaines données se dégagent, amenant avec elles quelques pistes de réflexion.

47Stuart (2008), dans son état des lieux sur la santé lesbienne, rend compte d’une étude menée en 2004 à l’université de Louisville (Kentucky) et rapporte que les lesbiennes et les bisexuelles seraient 4,9 fois plus susceptibles de consommer de la marijuana que les hétérosexuelles.

48Berrut (2007) indique quant à elle que les lesbiennes de Suisse romande sont environ deux fois plus nombreuses que les femmes de la population générale à avoir essayé au moins une fois de fumer du cannabis et environ six fois plus nombreuses à en avoir consommé durant les 12 derniers mois (6,3% en ont consommé à raison de moins de une fois par mois, 3,8% entre une et trois fois par mois et 7,6% une fois par semaine ou plus). Les répondantes de cette enquête n’entrent pas dans la catégorie des consommatrices régulières concernant les autres drogues. Cependant, elles sont beaucoup plus nombreuses à en avoir fait l’expérience que dans la population féminine en général.

49En France, d’après les indications de l’Enveff, les femmes homosexuelles sont plus nombreuses à avoir consommé du cannabis ou d’autres drogues, que ce soit dans l’année précédant l’enquête ou au cours de la vie. Parmi les autres drogues, les substances le plus citées et pour lesquelles on observe le plus de différences sont le LSD, la cocaïne et l’ecstasy (Lhomond, Saurel-Cubizolles, 2003, 118).

50Avant de refermer cette section, soulignons que des analyses alternatives à une vision systématiquement pathologisante de l’usage de produits ont été émises au sujet de la consommation de produits chez les lesbiennes. Brigitte Lhomond y voit notamment, pour certaines jeunes femmes, l’expression d’un besoin général d’affirmation et de rébellion par rapport aux normes sociales (Lhomond, 1997b).

Cancers et troubles cardio-vasculaires

51Parfois analysés comme une conséquence de la lesbophobie intériorisée (qui favoriserait sédentarité et mal-être), les problèmes de surpoids que connaîtraient les lesbiennes ont aussi pu être envisagés, dans la littérature spécialisée, comme une forme de défiance vis-à-vis des attendus sociaux relatifs à la féminité (Boehmer, Bowen, Bauer, 2007). Ainsi les lesbiennes sont deux fois plus sujettes à l’embonpoint et à l’obésité, selon une étude de la Boston University. Mais le Sherbourne Health Center de Toronto relève qu’elles se déclarent plus généralement satisfaites de leurs corps que les hétérosexuelles (Stuart, 2008). Le surpoids apparaît alors comme un possible marqueur identitaire, un engagement politique des corps permettant de mettre en pratique une différenciation identitaire positive. Il devient donc un sujet complexe et propice à la controverse, dès lors qu’il fait l’objet d’un usage politique dans les discours communautaires et féministes. Il n’en reste pas moins que son rôle dans l’apparition des troubles cardio-vasculaires est avéré.

52En ce qui concerne les cancers, des données de recherches et des expériences cliniques rapportées dans le Mautner Project de la National Lesbian Health Organization15, aux États-Unis, démontrent que certains facteurs de risques sont plus courants chez les lesbiennes que chez les femmes hétérosexuelles. Les lesbiennes, nous l’avons déjà souligné, sont plus enclines à fumer et à boire de l’alcool. Elles sont également moins susceptibles d’avoir un premier enfant avant 30 ans et d’allaiter. Par ailleurs, leur recours rare à la contraception les amène moins souvent à consulter un gynécologue ou un médecin généraliste, ce qui fait obstacle à la prise en charge précoce d’éventuelles pathologies.

53De fait, une étude datant de 2006 réalisée conjointement par l’Université du Minnesota et l’Université de Chicago (citée in Stuart, 2008) indique que les risques de cancer du sein, qu’ils soient évalués sur une durée de cinq ans ou sur la vie entière, sont plus élevés chez les lesbiennes que chez les hétérosexuelles.

54En ce qui concerne le suivi et la prise en charge, la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (Davis, 2000) indique que les lesbiennes ont effectivement moins recours aux tests de dépistage, particulièrement les tests de Papanicolaou (ou frottis vaginaux, pratiqués pour dépister d’éventuels cancers du col de l’utérus), les mammographies ou les auto-examens des seins. Environ 15% des lesbiennes ne se présentent pas pour des examens de santé réguliers parce qu’elles craignent que l’hétérosexisme affecte négativement leur prise en charge ou tout simplement parce qu’elles se sentent moins concernées par la contraception.

Santé sexuelle et infections sexuellement transmissibles (IST)

55Le VIH/sida fait figure d’enjeu symbolique majeur, pas seulement en tant qu’IST « phare » dans l’éducation sexuelle mais aussi au regard du rôle qu’il a joué dans l’essor et la reconnaissance du mouvement homosexuel. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi d’introduire cette section sur ce thème. Pourtant, comme nous allons le voir, le VIH/sida est un enjeu épidémiologique limité pour les lesbiennes ; en tout cas moindre que d’autres IST.

VIH/sida

56Les femmes représentent la moitié de toutes les personnes vivant avec le VIH dans le monde et plus de 60% des infections à VIH en Afrique subsaharienne (Lot, 2008, 18). Au cours des années 1990, la proportion de femmes touchées à l’échelle mondiale n’a cessé d’augmenter, a fortiori dans les pays où la transmission hétérosexuelle est prédominante. Cette féminisation de l’épidémie continue dans de nombreuses régions16, même si en Europe de l’Ouest (et notamment en France depuis 2002), elle semble se stabiliser depuis plusieurs années. En 2006, sur l’ensemble des personnes ayant découvert leur séropositivité sur le territoire français, 35% étaient des femmes (InVS, 2008).

57Il est admis que les femmes contractent le VIH très majoritairement par voie hétérosexuelle. D’après les données récentes issues de la déclaration obligatoire du VIH en France, environ 84% des femmes françaises – un peu plus chez celles de nationalité autre – auraient été contaminées par voie hétérosexuelle et 1,4% suite à l’injection de drogues (Act Up-Paris, MFPF, Sida Info Service, 2008, 9). Pour une part non négligeable de femmes, le mode de contamination est donc inconnu.

58Il existe encore peu de recherches épidémiologiques spécifiques portant sur les lesbiennes et le VIH, que l’on s’intéresse au nombre de lesbiennes contaminées ou au taux de transmission lors de relations sexuelles entre deux femmes. Bien que des premiers cas documentés de transmission possible du VIH/sida entre femmes aient été rapportés dès 1986-1987 (Marmor et al., 1986 ; Monzon, Capellan, 1987 ; Chu et al., 1990), les relations sexuelles entre femmes n’ont jamais été réellement considérées comme pouvant représenter à elles seules un facteur de risque.

59Plusieurs études étrangères (Petersen et al., 1992 ; Cohen et al., 1993 ; Raiteri et al., 1998) ont conclu à l’absence d’évidence de transmission du VIH entre femmes, après avoir constaté, dans les parcours des femmes concernées, l’existence de facteurs de risque plus évidents ; à savoir essentiellement l’usage de drogues par voie intraveineuse et le fait d’avoir eu des relations sexuelles avec un homme séropositif ou appartenant à une population à forte prévalence (Lert, 1992). Le Center for Disease Control d’Atlanta (CDC) indiquait lui-même récemment que, parmi les femmes contaminées par le VIH ayant déjà eu des rapports homosexuels, la majorité rapporte la présence d’autres facteurs de risques tels que l’usage de drogues injectables, des relations sexuelles non protégées avec des hommes et, plus rarement, une transfusion sanguine (CDC, 2006). Ces données sont à mettre en relation avec l’enquête de Katherine Fethers, qui a établi que les femmes ayant des relations sexuelles avec des femmes (FSF) et définies dans l’enquête comme « exclusives » (c’est-à-dire n’ayant pas eu de rapports sexuels avec des hommes dans les douze derniers mois, n=283 sur 1 432 FSF) déclaraient un nombre important de partenaires masculins au cours de leur vie (Fethers et al., 2000). Globalement toutes les femmes de l’enquête ayant des relations sexuelles avec des femmes étaient plus susceptibles que les femmes hétérosexuelles (n=1 423) d’avoir eu des rapports sexuels avec un homme homo/bisexuel (15% versus 5%) ou un usager de drogues par voie injectable (21% versus 6%).

60La contribution de Helena Kwakwa et Michel Ghobrial (2003) a semblé trancher le débat de manière définitive concernant la possibilité ou non d’une contamination lors de rapports homosexuels féminins. Les auteurs décrivent un cas de transmission du VIH entre deux femmes lors de relations sexuelles impliquant l’usage suffisamment traumatique d’objets sexuels pour qu’il y ait eu échanges de fluides corporels comportant du sang, ayant été exclue tout autre possible prise de risque et les deux femmes présentant des génotypes similaires du virus. Effectivement, quels que soient le sexe du partenaire et les pratiques sexuelles considérées, les sécrétions vaginales et le sang menstruel restent potentiellement infectants et les muqueuses exposées à ces sécrétions peuvent constituer une porte d’entrée pour le virus (Chu et al., 1990).

  • 17  Voir notamment les dossiers concernant les lesbiennes et le sida parus dans Lesbia Magazine (n°3, (...)

61Malgré tout, le constat établi dans les années 1990 par Brigitte Lhomond, pointant « un risque moins sexuel que social » (Lhomond, 1992) est toujours valable. Même si la communauté militante lesbienne a cherché à diffuser des messages de prévention – relativement tôt dans les pays anglo-saxons (Leonard, 1990 ; Hollibaugh, 1994 ; Stoller, 1994) et un peu plus tardivement en France17 –, la « minimisation » du risque (Lhomond, 1996b), voire la construction sociale de l’immunité des lesbiennes eu égard au VIH (Richardson, 2000), a été intériorisée et véhiculée aussi bien par les chercheur-e-s et les services de santé que par les femmes concernées (Roussel, 1993).

Autres IST

62Finalement, le souci principal qu’occasionne l’impasse faite sur le rapport des lesbiennes au VIH/sida dans les discours de prévention consiste sans doute dans ses répercussions négatives sur la perception (par les lesbiennes et les professionnel-le-s de santé) de l’exposition à d’autres IST (Collet, 2008).

63Les données de l’enquête Enveff ont permis de démontrer que la trajectoire des femmes rapportant des attirances et/ou pratiques homosexuelles étaient marquées par trois éléments : entrée dans la vie sexuelle plus précoce, pratiques sexuelles plus diversifiées et surtout nombre de partenaires plus élevés (ceux-ci étant, sur l’ensemble de la vie, majoritairement des hommes, y compris pour les femmes dont l’homosexualité est agie). Ces facteurs pourraient expliquer le fait que la fréquence des IST est plus élevée pour les femmes ayant eu des rapports homosexuels (Lhomond, 2003). L’enquête CSF accrédite l’hypothèse d’un lien entre ces caractéristiques et la fréquence des IST : « alors que les femmes qui déclarent des pratiques homosexuelles n’apparaissent pas dans le discours préventif, elles ont un nombre plus important de partenaires et une prévalence plus élevée d’IST que les femmes qui n’ont eu que des partenaires masculins. Elles sont 12% (versus 3% des femmes hétérosexuelles) à rapporter avoir eu une infection sexuellement transmissible dans les cinq dernières années » (Bajos, Beltzer, 2008, 254).

64Ces données attirent l’attention sur la nécessité d’une prise en considération de ces populations dans les enquêtes sur les risques de transmission des IST et la sexualité. Toutefois, le risque de transmission varie sensiblement en fonction des IST et des comportements et pratiques sexuelles. La transmission d’infections sexuellement transmissibles communes, spécifiquement les infections à papillomavirus humain (HPV) ou au virus de l’herpès (HSV) mais aussi les Treponema pallidum (agent causal de la syphilis), est possible par simple contact entre les muqueuses et peut donc aisément intervenir dans le cadre des relations sexuelles entre femmes.

65La transmission de Trichomonas vaginalis (Kellock, O’Mahony, 1996), de la syphilis (Campos-Outcalt, Hurwitz, 2002) et du virus de l’hépatite A (Walters, Rector, 1986) a été signalée chez des femmes n’ayant jamais eu de partenaires masculins. En outre, les taux de vaginose bactérienne et d’hépatite C (VHC), celui-ci pouvant se transmettre par le sang en cas de rapports sexuels traumatiques ou en période menstruelle) seraient plus élevés chez les femmes attestant de pratiques homosexuelles que chez celles n’en ayant jamais eu.

66L’essentiel des herpès génitaux récurrents sont causés par le HSV-2 (90%) et une plus petite proportion (10%) par le HSV-1 (le plus souvent responsable de l’herpès labial). Une recherche menée aux Etats-Unis auprès de 392 lesbiennes (critère d’inclusion : les femmes déclarant des rapports sexuels avec une ou plusieurs partenaires au cours des douze derniers mois) conclut qu’une sur dix est infectée par le HSV-2 et que la plupart d’entre elles ne le savent pas (n’avaient pas vécu d’épisodes d’herpès génital) (Marrazzo, Stine, Wald, 2003). Pour ce qui est du HSV-1, l’enquête montre que les lesbiennes seraient plus fréquemment contaminées que les femmes hétérosexuelles et que le taux de prévalence augmenterait avec le nombre de partenaires féminines, permettant l’hypothèse que les pratiques sexuelles oro-génitales relativement fréquentes chez les lesbiennes augmenteraient le risque de contamination génitale par le HSV-1.

67Concernant la vaginose bactérienne (VB), une étude réalisée auprès de 326 femmes ayant des rapports sexuels avec d’autres femmes montre que sur les 58 couples monogames (116 femmes) interrogées, 55 concordaient sur l’absence (39 couples) ou la présence de VB (16 couples) (Marrazzo et al., 2002). La VB était associée à un nombre plus élevé de partenaires féminines durant la vie, l’absence du nettoyage systématique des objets sexuels insertifs avant usage et des rapports oraux-anaux avec les partenaires féminines. Les résultats de cette étude soutiennent l’hypothèse que l’échange sexuel de sécrétions vaginales entre femmes serait un mécanisme de transmission des VB (Skinner et al., 1996).

68Katherine O’Hanlan et Christopher Crum (1996) rapportent le cas d’une femme contaminée par le HPV (type 16) et ayant eu des rapports sexuels seulement avec des femmes. Les chiffres relatifs aux taux de contamination par les HPV chez les lesbiennes oscillent fortement d’une enquête à l’autre : 30% pour Marrazzo et al. (1998) et 13% dont 6% des femmes n’ayant jamais eu de rapports avec des hommes pour Marrazzo et al. (2001).

  • 18  Voir note 15.

69L’IST la plus répandue chez les femmes, la chlamydiose (Chlamydiatrachomatis), est l’une de celles sur lesquelles on manque le plus de données concernant les femmes qui ont des rapports sexuels avec d’autres femmes, même si l’on suppose là encore un niveau de transmission faible entre femmes, comparé aux rapports hétérosexuels (Marazzo, 2004). Le Mautner Project18 évoque un taux de prévalence qui aurait été évalué entre 3 et 5% chez les lesbiennes. Cette incertitude est particulièrement problématique sachant les conséquences graves (infection des trompes, stérilité, grossesses extra-utérines) que peut entraîner cette infection dont le traitement est pourtant simple. À cela s’ajoute le fait qu’une proportion substantielle de femmes parmi celles qui ont des rapports homosexuels, notamment chez les jeunes femmes (particulièrement à risques pour cette infection), continuent d’avoir des rapports sexuels avec des hommes.

70Les enquêtes concordent cependant dans l’évaluation des pratiques relatives au suivi gynécologique et au frottis cervico-vaginal. Ainsi, les femmes qui n’ont jamais eu de rapports avec des hommes sont moins susceptibles d’avoir déjà reçu un examen pelvien (examen interne), ont eu leurs premiers frottis à un âge plus avancé et ont été suivies de façon moins régulière que celles qui ont eu des rapports avec des hommes. Les raisons évoquées sont : l’absence d’assurance médicale (remarque qui vaut plus encore aux États-Unis), de mauvaises expériences lors d’examens gynécologiques précédents, la croyance dans le fait de ne pas en avoir besoin et le manque de connaissances sur les lieux où faire cet examen.

Violences entre partenaires chez les lesbiennes

71Nous avons déjà évoqué plus haut une partie des violences dont sont victimes les lesbiennes. Cependant, celles-ci peuvent aussi se produire et se reproduire dans un cadre privé entre partenaires lesbiennes.

72Les mouvements féministes ont largement contribué à la mise en évidence de la violence domestique au sein des couples hétérosexuels, dénonçant le contrôle exercé par les hommes sur les femmes, dans la continuité d’une société patriarcale et sexiste (Jaspard et al. 2003 ; Chetcuti, Jaspard, 2007). Les acteurs de violence sont en grande majorité des hommes. Le débat a donc essentiellement porté sur la domination et la violence masculines (Jaspard, 2005, 99), lesquelles agissent au détriment des femmes surtout, mais aussi – on l’oublie souvent – des hommes dont le comportement et les pratiques tendent à s’écarter du schéma hétérosexiste.

73La question de la violence entre partenaires lesbiennes remet en cause deux mythes : celui de la femme comme individu naturellement non violent (Besnier, 2004, 9) et celui du couple lesbien comme étant nécessairement égalitaire et évoluant en dehors de tout enjeu de pouvoir.

74Aussi, le thème de la violence entre partenaires LGBT n’a été soulevé en France, dans la presse et les associations communautaires, que depuis quelques années (La Dixième Muse, 2005 ; Têtu, 2006).

  • 19  82% des personnes rapportant avoir subi de la violence domestique dans cette enquête s’auto-identi (...)

75Pourtant, l’enquête réalisée en 2003 par la National Coalition of Anti-Violence Programs (NCAVP), un réseau de 24 organisations et programmes LGBT voués à la lutte contre la violence aux États-Unis et au Canada, illustre le fait que la violence domestique existe bel et bien en dehors du contexte des relations hétérosexuelles, malgré le peu d’attention encore accordée à ce problème dans la société comme au sein des communautés LGBT (NCAVP, 2008). Sur un total de 6 523 incidents rapportés par les membres du réseau19, dans 44% des cas les victimes identifiées étaient des hommes, dans 36% des cas il s’agissait de femmes, 2% concernaient les personnes trans (MtF –male to female– et FtM –female to male–), et pour 9% des victimes le genre n’était pas spécifié.

76Dans sa recension critique publiée au Québec, Françoise Guay analyse la disparité de méthodes et de résultats dans les études relatives à l’ampleur de la violence sur la violence conjugale chez les lesbiennes. « Les auteur-e-s paraissent en effet avoir eu surtout pour but de faire état de la violence chez les couples de lesbiennes et de revendiquer qu'on y accorde une importance semblable à celle de la violence dans les couples hétérosexuels » (Guay, 1999, 37).

77De son côté, Vanessa Watremez, sociologue à l’initiative de l’association Air-Libre (Association d’interventions, de recherches et de lutte contre la violence dans les relations lesbiennes et à l’égard des lesbiennes), précise que ces taux seraient sensiblement les mêmes dans les relations hétérosexuelles et homosexuelles (entre 25% et 33% des couples seraient concernés) (Watremez, 2006).

78Quoiqu’il en soit, elle insiste sur le fait qu’il ne faut pas se focaliser sur la recherche de différences mais tenter de comprendre les mécanismes qui régissent la violence au sein des relations en général. Elle insiste donc sur la nécessité de développer une analyse féministe face à la violence des femmes et des lesbiennes, en sortant d’une hiérarchisation basée sur le sexe au profit de celle basée sur le genre, construit social. En effet, les homosexuel-le-s comme les hétérosexuel-le-s n’échappent pas à la structure sociale hétérosexuelle actuelle ; une structure différenciée, hiérarchique et binaire qu’elles/ils ont largement intégrée.

Conclusion et recommandations

79Pour conclure, nous avons jugé utile d’établir une liste de recommandations concernant les actions concrètes qui pourraient être mises en œuvre en réponse aux difficultés soulevées dans cet article. Elle sera suivie d’un encadré qui prouve que s’il reste beaucoup à faire, des projets pertinents peuvent et ont déjà pu être mis en place, y compris en France, dans le domaine de la « santé lesbienne ».

Recommandation n°1 : produire plus de données et de meilleure qualité

80Les données rapportées dans ce texte concluent à la nécessité de mener des enquêtes (à la fois quantitatives et qualitatives) plus nombreuses et plus poussées auprès des femmes qui ont des attirances et/ou des pratiques homosexuelles, qu'elles se définissent comme lesbiennes ou pas. Ces travaux devraient permettre de mieux circonscrire leurs besoins en matière de santé, de mieux définir les facteurs de risque/protection et de mieux comprendre les enjeux et les spécificités de la « santé lesbienne ». De la même façon, le fait d’inclure une question relative à l’auto-identification des personnes dans les enquêtes en population générale pourrait donner accès à des informations précieuses.

81Il est également primordial de pouvoir effectuer des enquêtes et comparaisons « inter-groupes » (entre lesbiennes et femmes hétérosexuelles par exemple) et « intra-groupe » (au sein de la population lesbienne). Dans ce cadre, une attention particulière doit être portée à la méthodologie, dans le but précisément d’autoriser des comparaisons avec la population générale ou avec d’autres études déjà menées en France et à l’étranger.

Recommandation n°2 : mener des actions d’information et de prévention en direction des lesbiennes

82Il est évident que l’apport de données plus complètes et de meilleure qualité contribuerait à mieux définir les besoins des lesbiennes en termes de santé et à produire ainsi des réponses plus adaptées. Il pourrait s’agir de la création d’actions ciblées comme de l’aménagement de dispositifs déjà existants prenant pour l’instant insuffisamment en compte ce public. Cela favoriserait l’appropriation des connaissances par les lesbiennes, leur conscience des liens existant entre comportements et santé, et, par voie de conséquence, leur aptitude à faire des choix bénéfiques pour leur bien-être.

Santé mentale

83L’instauration d’espaces de parole et d’échange d’expériences entre lesbiennes et/ou femmes en questionnement sur leur orientation sexuelle (notamment parmi les jeunes), leur permettrait d’appréhender sous un angle plus valorisant les identités homosexuelles féminines en en déconstruisant les représentations stéréotypées.

84Par ailleurs, concernant cette thématique plus que d’autres, il est nécessaire d’accompagner les proches afin qu’ils puissent à la fois exprimer leurs difficultés et participer à la constitution d’un environnement plus soutenant.

Usage de produits psycho-actifs

85S’agissant des consommations constatées dans les lieux de sociabilité communautaires, on ne peut que souligner l’intérêt de sensibiliser les lesbiennes à la prévention et à la réduction des risques liés à l’usage de produits psycho-actifs. À l’évidence, cette démarche serait plus efficace si elle était pensée et réalisée en partenariat avec les responsables des lieux de consommation.

86Parmi les réflexions et discussions qu'il faut encourager en rapport avec cette thématique, celles portant sur les représentations positives associées à ces produits dans le cadre d'un usage festif et sur les effets d'entraînement liés aux phénomènes de groupe semblent incontournables. L’utilisation détournée de médicaments psychotropes (tranquillisants, anxiolytiques, antidépresseurs), volet encore peu exploré concernant la consommation de produits psycho-actifs, nécessiterait aussi qu’on s’y attarde.

Cancers et troubles cardio-vasculaires

87La prévention des troubles cardio-vasculaires et des cancers nécessite la diffusion d'informations et de documentations spécifiques relatives aux facteurs de risques qui leur sont associés et aux moyens de réduire leur survenue. Ceci tout en insistant sur la sensibilisation au suivi gynécologique et à des examens réguliers.

88Cette démarche d'information s'accompagnerait utilement de la mise en place d’espaces de parole, d'échange et/ou de créativité autour des représentations que les lesbiennes ont de leur corps (nous pensons ici particulièrement aux problèmes de surpoids), de la féminité et de la masculinité, ainsi qu’autour du vécu de la maladie pour celles qui y sont confrontées.

Santé sexuelle et IST

89Conformément à ce que suggère la dernière enquête CSF (Bajos, Beltzer, 2008), il est nécessaire de développer les actions préventives relatives aux IST chez les lesbiennes. En ce qui concerne le VIH, il ne s’agit pas de dramatiser à l’excès une situation épidémiologique sans commune mesure avec celle affectant les homosexuels masculins, les cas avérés de transmission entre femmes étant rares.

90Néanmoins, il est important de cesser de véhiculer un discours laissant entendre que les IST se résument à la question du VIH et que les lesbiennes ne seraient aucunement concernées. Le fait de pouvoir proposer des brochures, ateliers et supports de prévention multiples et diversifiés (dans leur forme, leur style et leur contenu) devrait permettre de toucher tous les publics : les femmes se définissant comme lesbiennes comme celles ayant simplement des attirances et/ou des pratiques homosexuelles ; les militantes comme les non-militantes, celles fréquentant assidûment le milieu lesbien comme celles situées « hors-milieu », les butchs comme les fems ou les androgynes, etc.

91Le suivi gynécologique devrait constituer un cadre idéal pour la prévention et le dépistage. Encore faut-il que les lesbiennes soient considérées avec autant d’attention et en dehors de tout préjugé par leurs médecins. L’exclusion fréquente dont elles font l’objet lorsqu’il s’agit de proposer un dépistage doit cesser. Les lesbiennes (y compris les plus âgées, dont on présume souvent qu’elles n’ont plus de sexualité) doivent pouvoir être conseillées très précisément sur les modes de transmission et de réduction des risques dans le cadre de rapports homosexuels. À savoir : l’évitement de l’échange de sécrétions (surtout durant les règles) et des contacts non protégés avec des lésions liées à l’herpès ou à une autre IST ; le maintien des ongles courts et limés ; la connaissance de son statut relativement au VIH tout comme aux autres IST.

92D’autre part, le fait de se présenter comme lesbiennes ne limitant pas l’espace des possibles dans le domaine des comportements sexuels, la question des risques de transmission et des moyens de prévention lors de rapports hétérosexuels devrait être plus souvent abordée par les professionnel-le-s.

93Les outils de prévention disponibles (préservatifs masculins, préservatifs féminins, digues dentaires, gants, doigts en latex…) doivent en outre être mieux connus des gynécologues (mais aussi des médecins généralistes) et diffusés de manière plus large dans les supermarchés et pharmacies, à un prix accessible.

Violences entre partenaires chez les lesbiennes

94Au regard des constats posés précédemment dans cet article, il semble nécessaire que cette question soit plus largement abordée, conscientisée et « parlée » au sein des communautés lesbiennes et, plus largement, LGBT. En effet, l’une des difficultés majeures réside dans la possibilité de pouvoir « dire » la violence vécue et demander de l’aide, alors que la pensée commune (à laquelle n’échappent pas les populations LGBT) présume la non-violence des relations entre femmes (et plus généralement entre personnes du même sexe).

95Un certain nombre d'initiatives en cours en France (groupe de paroles « Violences dans les relations lesbiennes » au Centre LGBT-Paris Ile-de-France, groupes de parole pour les lesbiennes victimes mais aussi pour celles auteures de violence conjugale au sein de l'association Air-Libre dans la région Midi-Pyrénées) mériteraient d'être davantage valorisées et soutenus institutionnellement et financièrement en tant que « lieux ressources » pour les personnes concernées.

96Parallèlement les dispositifs déjà existants doivent prendre davantage en compte les problématiques lesbiennes, notamment en sortant du présupposé relatif à l’hétérosexualité des victimes et des auteur-e-s (s’assurer par exemple de la sécurité des victimes dans les lieux dont sont traditionnellement exclus les hommes mais qui restent accessibles aux femmes éventuellement auteures de violences). Enfin si ces dispositifs de soutien sont généralement conçus pour les victimes, il convient de prévoir également un accueil et un suivi pour les auteures de violences.

97Toutes les actions spécifiques que nous préconisons sont susceptibles de participer à une visibilité nouvelle des lesbiennes aussi bien dans les institutions et services de santé que dans la société en général, laquelle concourra nécessairement à une meilleure acceptation.

98Pour que ces propositions puissent être efficaces, elles doivent s’accompagner de la sensibilisation et la formation (initiale et continue) des professionnel-le-s de la santé mais aussi du social et de l’éducation. À défaut de formations ciblées sur les questions lesbiennes (car, raisonnablement, ils peuvent difficilement être formés aux spécificités de toutes les populations qualifiées de « minoritaires »), il semble nécessaire d’engager une réflexion impliquant tous ces professionnel-le-s autour de la déconstruction des rôles socio-sexuels et des stéréotypes de genre, la valorisation de la diversité des orientations sexuelles ainsi que la non hiérarchisation des sexes et des genres. Le changement de vision qui en découlerait aiderait sans doute les professionnel-le-s à concevoir que l’absence de formation spécifique ne doit pas les dispenser de la recherche d’autres sources d’information (enquêtes, articles…).

Recommandation n°3 : encourager la mobilisation et la solidarité communautaires

99Les communautés LGBT peuvent constituer des lieux de socialisation, de re-« narcissisation » individuelle et collective, de protection contre les discriminations et les violences subies ou craintes, d’échappée aux stéréotypes véhiculés dans la société. Cependant, la volonté de préserver une image positive de la communauté et de ses membres, comme une forme de mécanisme de défense face aux représentations extérieures négatives de l’homosexualité, peut avoir des effets pervers sur la santé des LGBT. Ainsi, le déni ou la banalisation de problèmes importants tels que les violences entre partenaires nécessitent une remise en cause collective, à l’intérieur de la communauté LGBT et des sous-communautés qui la composent.

100Tout en maintenant leurs activités de convivialité, qui participent au bien être des personnes les fréquentant, les lieux communautaires (bars, associations, centres LGBT, syndicats…) se doivent de faciliter l’accès à la documentation et à l’information sur la santé. Ils doivent être des espaces permettant l’identification de et l’orientation vers des institutions et personnes-ressources, pour les lesbiennes le nécessitant (comportements à risques, violences subies ou agies). Cette fonction de transition ou de médiation entre les lesbiennes et les professionnel-le-s de la santé, du secteur social ou éducatif compenserait les différents freins bloquant l’accès aux soins des lesbiennes. On peut d’ailleurs imaginer que si les lesbiennes ne font pas ou plus la démarche d’aller consulter les professionnel-le-s (puisqu’on sait qu’elles hésitent à consulter par crainte de se heurter à l’ignorance, voire à la lesbophobie de leurs interlocuteurs/trices), ceux/celles-ci pourraient venir à elles, par le biais des structures LGBT. Nous faisons allusion à la mise en place de permanences avec des professionnel-le-s sensibilisé-e-s (gynécologues, assistant-e-s sociaux/ales, éducateurs/trices, psychologues, etc.).

  • 20  Rappelons que cette notion désigne l’ensemble des programmes prévoyant la formation de personnes q (...)

101Dans le prolongement de cette idée de médiation, les lesbiennes pourraient utiliser – par exemple dans le domaine de la prévention et de la réduction des risques liés à l’usage de produits psycho-actifs – le modèle reconnu de l’éducation par les pair-e-s20.

102Enfin, il est important de garder à l’esprit que les parcours de vie des gais et des lesbiennes, leur socialisation (en tant qu’homme ou femme), le vécu des violences et discriminations (sexisme, LGBT-phobie, hétéronormativité), ne sont pas exactement superposables, ce qui induit un rapport différencié à la santé et au risque et la nécessité d’une prise en charge spécifique. Il n’en demeure pas moins qu’une mobilisation communautaire solidaire est possible sur ces sujets.

103La manière dont les lesbiennes se sont engagées massivement aux côtés des gais dans la lutte contre le VIH/sida (Leonard, 1990, 117 ; Hollibaugh, 1994, 219) peut servir d’exemple. Par ailleurs, les gais et lesbiennes ont déjà prouvé qu’ils pouvaient avancer ensemble vers l’égalité des droits, malgré leurs oppositions de points de vue (si le Pacs a divisé, un certain nombre d’activistes féministes y voyant notamment une consécration regrettable d’un modèle institutionnel archaïque – le mariage –, on pense notamment aux revendications communes relatives à l’homoparentalité). Néanmoins, les modes de fonctionnement qui opèrent souvent dans les lieux communautaires mixtes (en particulier les associations), tendant à une prise de parole majoritairement masculine et à une universalisation à sens unique des problématiques de santé (au profit des hommes), doivent être déconstruits et des solutions élaborées afin d’éviter de reproduire la domination masculine à l’œuvre dans la société en général et que se creuse encore le fossé communicationnel séparant gais et lesbiennes.

104Au-delà des communautés LGBT et du mouvement féministe, une mobilisation solidaire des diverses composantes du mouvement social (chacun-e ayant à apprendre des analyses de l’autre) autour des problématiques de santé et de discrimination permettrait évidemment de peser d’avantage sur l’intégration sociale des lesbiennes et surtout profiterait à tou-te-s.

Recommandation n°4 : lutter contre l’homophobie et modifier les représentations de l’homosexualité dans la société

105Les recommandations précédentes ne trouveront tout leur sens que si elles participent d’une réflexion globale, à l’échelle de la société toute entière. Nous nous contenterons d’insister ici sur le rôle moteur que pourraient jouer la diversification des représentations médiatiques de l’homosexualité et l’égalité des droits.

106Dans un contexte moderne marqué par la toute puissance d’un discours médiatique reposant largement sur l’image, il importe de réfléchir aux modèles identificatoires proposés par les médias. La présence des lesbiennes et les représentations qui sont véhiculées sur elles dans les médias sont encore trop rares et stéréotypées, voire caricaturales. Les ébauches de personnages lesbiens qui se dessinent à travers les fictions cinématographiques et télévisuelles continuent d’être marquées notamment par une certaine « virilisation » des caractères et sont inaptes à représenter la diversité des figures et des sous-cultures lesbiennes.

107Les médias pourraient donc avoir un rôle pédagogique, via l’information dispensée sur les modes de vie lesbiens et la proposition de représentations plus diversifiées des lesbiennes (en termes d’apparence physique, de psychologie, de statut social), allant à l’encontre des préjugés intériorisés aussi bien par les lesbiennes que par la société.

108Ensuite, la capacité les lesbiennes à mieux gérer leur santé sera indéniablement connectée à l’évolution de leurs droits sociaux. La lutte pour un renforcement de la répression concernant les insultes, violences et discriminations homophobes/lesbophobes, mais aussi pour la reconnaissance de droits égaux aux individus et aux couples homosexuels (mariage, adoption, procréation médicale assistée…) constituent un pas nécessaire vers une meilleure acceptation sociale. Si tous les homosexuel-le-s n’entendent pas se marier ou élever des enfants, les différences de statut existant au niveau légal et juridique entérinent en effet implicitement l’idée d’une infériorité intrinsèque de l’homosexualité, venant renforcer (sinon légitimer) certaines attitudes homophobes et entretenant la mésestime de soi chez certaines lesbiennes et certains gais.

109D’après Danielle Julien, le déficit de reconnaissance légale (et plus largement sociale) dont souffrent les couples lesbiens a, par exemple, des incidences certaines sur la conception qu’ont les lesbiennes du couple homosexuel et de sa (non-) légitimité. Il affecte également au quotidien la viabilité des relations affectives et amoureuses, avec des effets ricochets potentiels sur leur santé physique et mentale(Julien, 2001).

110L’ensemble de ces recommandations souligne la nécessité d’agir tant au niveau du public cible (diffusion et appropriation de l’information) qu’aux niveaux des milieux de vie spécifiques (famille, lieux de sociabilité associatifs et commerciaux), des milieux de vie généralistes (école, travail, relations avec les professionne-le-s de santé et services sociaux) et de la société en général (sensibilisation à la diversité de genre et d’orientations sexuelles, lutte contre les discriminations, promotion de l’égalité de droits et de traitement).

Une initiative française de promotion de la santé lesbienne :
le projet L du Crips

Le projet L (www.lecrips.net/L) a été initié en 2004, par le Crips Ile-de-France. Décliné sous la forme d’une série de 6 dépliants publiée entre mars 2004 et avril 2006, il aborde différentes thématiques de santé :
- le suivi gynécologique (une brochure à destination des lesbiennes, l’autre à destination des gynécologues) ;
- les IST ;
- l’orientation sexuelle et le coming out ;
- l’usage de produits psycho-actifs ;
- les violences dans les couples lesbiens.

En l’absence de financements spécifiques, ce projet a été essentiellement diffusé via un site internet, ainsi que dans le cadre des permanences inter-associatives de prévention mises en place à la galerie d’art Au-dessous du Volcan (dans le Marais) et lors de stands (Salon Rainbow Attitude, SIGL, Printemps des Assoces, Université d’été Euroméditerranéenne des Homosexualités, etc.).

Le dépliant relatif au suivi gynécologique a fait l’objet d’une adaptation par l’association Suisse Santé PluriELLE en 2008 (http://www.los.ch/​images/​news/​files/​1268/​Suivi-gynecologique.pdf).

Cette initiative apporte un certain nombre d’enseignements (ou de confirmations) sur :
- le faible intérêt des pouvoirs publics pour la santé lesbienne ;
- l’inopportunité de calquer les actions en direction des lesbiennes sur celles qui sont menées en direction des gais ;
- le fait qu’il faut prendre en compte les lesbiennes à la fois dans leur statut de femme et d’homosexuelle ;
- le besoin pour les lesbiennes (qui n’a rien de contradictoire avec la ligne qui précède) de trouver des informations spécifiques, en dehors de celles qui s’adressent aux femmes et/ou aux homosexuel-le-s dans leur ensemble, reconnaissant leur identité ;
- la nécessité de sensibiliser et d’informer les professionnel-le-s de la santé et du social ;
- l’importance d’accompagner l’approche de la prévention des IST (souvent privilégiée en raison de la dépendance vis-à-vis des fonds alloués par les pouvoirs publics) d’une information plus globale sur les sexualités, le plaisir et la santé sexuelle (notamment le suivi gynécologique) ;
- la singularité de la communication par Internet, ce medium permettant de diffuser l’information à moindre coût, en dehors de toute contrainte géographique, et d’en faire bénéficier les personnes situées en dehors des réseaux communautaires (lesbiennes « hors milieu », vivant en milieu rural ou à mobilité réduite). Cependant, ce nouvel outil ne remplace pas et ne doit pas dispenser de l’apport d’un accompagnement de proximité. Il importe donc d’ajouter aux messages de prévention diffusés sur internet un maximum de liens orientant les personnes vers d’autres sources d’information (associations locales, groupes de paroles, professionnel-le-s de la santé et du travail social, etc.) ».

En ce qui concerne les futurs projets qui pourraient être développés dans le domaine de la santé lesbienne, l’accentuation des pratiques participatives permettrait, à l’évidence, une meilleure adéquation aux besoins des populations ciblées, favorisant l’appropriation des informations par les lesbiennes et une adhésion plus grande aux projets menés.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

AARON Deborah, MARKOVIC Nina, DANIELSON Michelle, HONNOLD Julie, JANOSKY Janine, SCHMIDT Nancy, « Behavioral Risk Factors for Disease and Preventive Health Practices among Lesbians », American Journal of Public Health, 91, 6, 2001, pp. 972-975.

ACT UP-PARIS, MOUVEMENT FRANÇAIS POUR LE PLANNING FAMILIAL, SIDA INFO SERVICE, Femmes et VIH. 1997-2007. Où en sommes-nous 10 ans après. Actes des Journées de réflexions des 30 novembre et 1er décembre 2007, 2008.

ADAM Philippe, HERZLICH Claudine, Sociologie de la maladie et de la médecine, Paris, Armand Colin, 2004.

ARC Stéphanie, Les Lesbiennes, Paris, Le Cavalier bleu, 2006.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BAGLEY Christopher, TREMBLAY Pierre, « Suicidal Behaviors in Homosexual and Bisexual Males », Crisis, 18, 1, 1997, pp. 24-34.
DOI : 10.1027/0227-5910.18.1.24

BAJOS Nathalie, BELTZER Nathalie, « Les sexualités homo-bisexuelles : d’une acceptation de principe aux vulnérabilités sociales et préventives », in BAJOS Nathalie, BOZON Michel (dir.), Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, Paris, La Découverte, 2008, pp. 243-271.

BANKS Christopher, The Cost of Homophobia: Litterature Review of the Human Impact of Homophobia in Canada, Saskatoon, Gay and Lesbian Health Services, 2003 (http://www.lgbthealth.net).

BERRUT Sylvie, « La consommation de tabac, d’alcool et de drogues chez les lesbiennes et les femmes bisexuelles de Suisse Romande », mémoire post-grade en statistique, Université de Neuchâtel, 2007.

BESNIER Anne, La Violence féminine, du vécu au transmis, Paris, L’Harmattan, 2004.

BLIDON Marianne, « Les commerces gays entre logique économique et logique communautaire », in PERREAU Bruno (dir.), Le Choix de l’homosexualité. Recherches inédites sur la question gay et lesbienne, Paris, EPEL, 2007, pp. 151-165.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BOEHMER Ulrike, BOWEN Deborah, BAUER Greta, « Overweight and Obesity in Sexual-Minority Women : Evidence from Population-Base Data », American Journal of Public Health, 97, 6, 2007, pp. 1134-1140.
DOI : 10.2105/AJPH.2006.088419

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BOHRN Karl, FENK Regina, « L’influence du groupe de pairs sur les usages de drogues », Psychotropes, 9, 3-4, 2003, pp. 195-201. (Texte traduit de l’anglais par Stéphane Legleye et François Beck.)
DOI : 10.3917/psyt.093.0195

BONNEAU Micheline, « Un défi pour le pluralisme féministe : l’accueil des lesbiennes dans les centres de femmes québécois », in CHETCUTI Natacha, MICHARD Claire (dir.), Lesbianisme et féminisme. Histoires Politiques, Paris, L’Harmattan, 2003, pp. 227-242.

BORILLO Daniel, « Homophobie », in ÉRIBON Didier (dir.), Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes, Paris, Larousse, 2003, p. 255.

BOZON Michel, Sociologie de la sexualité, Paris, Nathan, 2002.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BOWEN Deborah, BRADFORD Judith, POWERS Diane, « Comparing Sexual-Minority Status across Sampling Methods and Populations », in KERR Shelly, MATHY Robin (dir.), Preventive Health Measures for Lesbian and Bisexual Women, New York, The Haworth Medical Press, 2006, pp. 121-134.
DOI : 10.1300/J013v44n02_07

BROQUA Christophe, DE BUSSCHER Pierre-Olivier, « La crise de la normalisation : expérience et condition sociales de l’homosexualité en France », in BROQUA Christophe, LERT France, SOUTEYRAND Yves, Homosexualités au temps du sida : tensions sociales et identitaires, Paris, Agence nationale de recherches sur le sida, 2003, pp. 19-33.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

CAMPOS-OUTCALT Doug, HURWITZ Steven, « Female-to-Female Transmission of Syphilis: a Case Report », Sexually Transmitted Infections, 29, 2002, pp. 119-120.
DOI : 10.1097/00007435-200202000-00010

CENTER FOR DISEASE CONTROL AND PREVENTION, Behavioral Risk Factor System Survey Data, Atlanta, Department of Health and Human Sciences, Centers for disease control and prevention, 1998.

CENTER FOR DISEASE CONTROL AND PREVENTION, « AIDS Among Women Who Have Sex With Women », HIV/Aids fact sheet, Atlanta, CDC, 2006 (http://www.cdc.gov/).

CHAMBERLAND Line, « La conquête d’un espace public : les bars fréquentés par les lesbiennes », in DEMCZUK Irène, REMIGGI Frank, Sortir de l’ombre, histoires des communautés lesbienne et gaie de Montréal, Montréal, VLB Editeur, 1998, pp. 129-164.

CHAMBERLAND Line, « Montréal : 1950-1977. La visibilité lesbienne et l’importance des butchs et des fems », in LEMOINE Christine, RENARD Ingrid (dir.), Attirances. Lesbiennes fems et lesbiennes butchs, Paris, Éditions gaies et lesbiennes, 2001, pp. 224-254.

CHAREST Danièle, « Les contrats apparentés au mariage : une fuite en arrière », in CHETCUTI Natacha, MICHARD Claire (dir.), Lesbianisme et féminisme. Histoires Politiques, Paris, L’Harmattan, 2003, pp. 277-287.

CHETCUTI Natacha, JASPARD Maryse (dir.), Violences envers les femmes : trois pas en avant deux pas en arrière, Paris, L’Harmattan, 2007.

CHEVALIER Serge, SAUVAGEAU Yves, « Caractéristiques de la population », in Institut de la Statistique du Québec (ISQ), Enquête sociale et de santé : 1998, Québec, Gouvernement, 2000, pp. 77-91.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

CHU Susan, BUEHLER James, FLEMING Patricia, BERKELMAN Ruth, « Epidemiology of Reported Cases of Aids in Lesbians, United-States 1980-89 », American Journal of Public Health, 80, 11, 1990, pp. 1380-1381.
DOI : 10.2105/AJPH.80.11.1380

COCHRAN Susan, MAYS Vickie, « Lifetime Prevalence of Suicide Symptoms and affective Disorders among Men Reporting Same-Sex Sexual Partners », American Journal of Public Health, 90, 4, 2000, pp. 573-578.

COHEN Henry, MARMOR Michael, WOLFE Hannah, RIBBLE Denise, « Risk Assessment of HIV Transmission among Lesbians », Journal of Acquired Immune Deficient Syndrom, 6, 1993, pp. 1173-4.

COLLET Murielle, « Des besoins de santé ignorés », Journal du Sida, 204, 2008, pp. 27-28.

COORDINATION LESBIENNE EN FRANCE, Invisibilité, visibilité des lesbiennes, Actes du colloque organisé par la CLF à l’Hôtel de Ville de Paris Samedi 19 mai 2007, Paris, C.L.F., 2008.

DAVIS Victoria, « Lignes directrices sur la santé des lesbiennes, déclaration de principe », Journal SOGC, 87, 2000.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

DIAMANT Allison, SCHUSTER Mark, LEVER Janet, « Receipt of Preventive Health Care Services by Lesbians », American Journal of Preventive Medicine, 19, 3, 2000a, pp. 141-148.
DOI : 10.1016/S0749-3797(00)00192-6

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

DIAMANT Allison, WOLD Cheryl, SPRITZER Karen, GELBERG Lilian, « Health Behaviors, Health Status and Access to and Use of Health Care: a Population-Based Study of Lesbian, Bisexual and Heterosexual Women », Archives of Family Medicine, 9, 10, 2000b, pp. 1043-1051.
DOI : 10.1001/archfami.9.10.1043

DORAIS Michel, VERDIER Éric, Petit Manuel de gayrilla à l’usage des jeunes, Paris, H&O éditions, 2005.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

EISENBERG Marla, RESNICK Michael, « Suicidality among Gay, Lesbian and Bisexual Youth: The Role of Protective Factors », Journal of Adolescent Health, 39, 5, 2006, pp. 662-668.
DOI :
10.1016/j.jadohealth.2006.04.024

ETTORE Elisabeth (dir.), Making Lesbians Visible in the Substance Use Field, Binghamton, Harrington Park Press, 2005.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

FETHERS Katherine, MARKS Caron, MINDEL Adriane, ESTCOURT Claudia, « Sexually Transmitted Infections and Risks Behaviours in Women Who Have Sex with Women », Sexually Transmitted Infections, 76, 2000, pp. 345-349.
DOI : 10.1136/sti.76.5.345

GOFFMAN Erving, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit, 1975.

GRAGLIA Margherita, LELLERI Raffaele, PIETRANTONI Luca, PALESTINI Luigi, CHIARI Cristina, BARBIERI Davide, MODIDI. Ricierca nazionale sulla salute di lesbiche, gay e bisessuali, 2005 (www.modidi.fr).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

GRINDEL Cecilia, MCGEHEE Linda, PATSDAUGHTER Carol, ROBERTS Susan, « Cancer Prevention and Screening Behaviors in Lesbians », in KERR Shelly, MATHY Robin (dir.), Preventive Health Measures for Lesbian and Bisexual Women, New York, The Haworth Press Inc., 2006, pp. 15-39.
DOI : 10.1300/J013v44n02_02

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

GRUSKIN Elisabeth, BYRNE Kimberly, KOOLS Susan, ALTSCHULER Andrea, « Consequences of Frequenting the Lesbian Bars », in KERR Shelly, MATHY Robin (dir.), Preventive Health Measures for Lesbian and Bisexual Women, New York, The Haworth Press Inc., 2006, pp. 103-120.
DOI : 10.1300/J013v44n02_06

GRUSKIN Elisabeth, HART Stacy, GORDON Nancy, ACKERSON Lynn, « Patterns of Cigarette Smoking and Alcohol Use among Lesbians and Bisexual Women Enrolled in a Large Health Maintenance Organization », American Journal of Public Health, 91, 2001, pp. 976-979.

GUAY Françoise, La violence conjugale chez les lesbiennes, Une recension critique, Québec, CRI-VIFF/GIVCL, 9, 1999 (http://www.givcl.qc.ca).

GUILLEMAUT Françoise, « Images invisibles : les lesbiennes », in WELZER-LANG Daniel, DUTEY Pierre, DORAIS Michel (dir.), La Peur de l’autre en soi, du sexisme à l’homophobie, Montréal, VLB Editeur, 1994.

HANIGAN Patricia, La Jeunesse en difficulté, Montréal, Presses Universitaires du Québec, 1990.

HOLLIBAUGH Amber, « Lesbian Denial and Lesbian Leadership in the AIDS Epidemic: Bravery and Fear in the Construction of a Lesbian Geography of Risk », in SCHNEIDER Beth, STOLLER Nancy, Women resisting AIDS : feminist strategies of empowerment, Philadelphia, Temple University Press, 1995, pp. 219-230.

HUGHES Tonda, JACOBSON Kristin, « Sexual Orientation and Women’s Smoking », Current Women’s Health Report, 3, 3, 2003, pp. 254-61.

INTERNATIONAL GAY AND LESBIAN ASSOCIATION (ILGA), La santé des femmes lesbiennes et bisexuelles, avril 2007.

INSTITUT NATIONAL DE VEILLE SANITAIRE (InVS), « L'infection à VIH-sida en France », Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 45-46, 2008, pp. 433-460.

JASPARD Maryse, Les Violences contre les femmes, Paris, La Découverte, 2005.

JASPARD Maryse et al., Les Violences envers les femmes en France, Paris, La Documentation française, 2003.

JOUVIN Émilie, BEAULIEU-PREVOST Dominique, JULIEN Danielle, « Minorités sexuelles : des populations plus exposées que les autres », in INPES, Baromètre Santé 2005/Attitudes et comportements de santé, 2008, pp. 355-367.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

KELLOCK David J., O’MAHONY Colm P., « Sexually Acquired Metronidazole-Resistant Trichomoniasis in a Lesbian Couple », Genitourinary Medicine, 72, 1, 1996, pp. 60-61.
DOI : 10.1136/sti.72.1.60

KIOSQUE INFOS SIDA TOXICOMANIES, ASSOCIATION NATIONALE DE PREVENTION EN ALCOOLOGIE ET ADDICTOLOGIE (ANPAA), État de la consommation de produits addictifs en milieu festif gay et lesbien, Paris, Kiosque-ANPAA, 2005.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

KWAKWA Helena, GHOBRIAL Michel, « Female-to-Female Transmission of Human Immunodeficiency Virus », Clinical Infectious Diseases, 36, 2003, pp. 40-41.
DOI : 10.1086/345462

La Dixième Muse, « Enquête : violence entre filles », 13, 2005, pp. 34-37.

LAVACK Anne, « Campagne de dénormalisation de l’industrie du tabac : examen et recommandations », Rapport Santé Canada, 2001.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

LENNON Alexia, GALLOIS Cindy, OWEN Neville, MC DERMOTT Liane, « Young Women as Smokers and Nonsmokers : a Qualitative Social Identity Approach », Qualitative Health Research, 15, 10, 2005, pp. 1345-1359.
DOI : 10.1177/1049732305277844

LEONARD Zoe, « Lesbians in the AIDS Crisis, in The Act Up/NY Women & AIDS Book Group », in Women, AIDS & Activism, Boston, South End Press, 1990, pp. 113-118.

LERT France, « Confirmation de la très grande rareté de la transmission sexuelle du VIH entre femmes », Transcriptase, 9, 1992.

LHOMOND Brigitte, « Lesbianisme et homosexualité masculine dans les enquêtes sur la sexualité », in POLLAK Michel, MENDES-LEITE Rommel, VAN DEM BORGH Jacques, Homosexualités et sida, Actes du colloque international des 12 et 13 avril 1991, Lille, Cahiers Gai-Kitsch-Camp, 4, 1991, pp. 41-51.

LHOMOND Brigitte, « Lesbiennes, un risque moins sexuel que social », Le Journal du Sida, 43-44, 1992, pp. 43-44.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

LHOMOND Brigitte, « Qu’est-ce qu’un rapport sexuel ? Remarques à propos des enquêtes sur les comportements sexuels », Mots, 49, 1996a, pp. 107-115.
DOI : 10.3406/mots.1996.2125

LHOMOND Brigitte, « Les risques de transmission du VIH chez les femmes ayant des rapports sexuels avec des femmes », Transcriptase, 46, 1996b, pp. 8-10.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

LHOMOND Brigitte, « Le sens de la mesure. Le nombre d’homosexuel/les dans les enquêtes sur les comportements sexuels et le statut de groupe minoritaire », Sociologie et Sociétés, 28, 2, 1997a, pp. 65-73.
DOI : 10.7202/001435ar

LHOMOND Brigitte, « Attirances et pratiques homosexuelles », in LAGRANGE Hugues, LHOMOND Brigitte (dir.), L’Entrée dans la sexualité. Le comportement des jeunes dans le contexte du sida, Paris, La Découverte, 1997b, pp. 183-226.

LHOMOND Brigitte, « Lesbiennes et VIH. Une mise au point », Triangul’ère, 2003.

LHOMOND Brigitte, MICHAELS Stuart, LEVINSON Sharman, MAILLOUX Marianne, Jeunes et sexualités : rapport présenté à la Direction générale de la santé, 2003.

LHOMOND Brigitte, SAUREL-CUBIZOLLES Marie-Josèphe, « Orientation sexuelle, violences contre les femmes et santé : résultats de l’enquête nationale sur les violences envers les femmes en France », in BROQUA Christophe, LERT France, SOUTEYRAND Yves, Homosexualités au temps du sida : tensions sociales et identitaires, Paris, Agence nationale de recherches sur le sida, 2003, pp. 107-130.

LHOMOND Brigitte, SAUREL-CUBIZOLLES Marie-Josèphe, « Les femmes qui ont des relations homosexuelles : leur biographie sexuelle, leur santé reproductive et leur expérience des violences », Gynécologie, Obstétrique & Fertilité, 33, 2005, pp. 776-782.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

LHOMOND Brigitte, SAUREL-CUBIZOLLES Marie-Josèphe, « Violence Against Women and Suicide Risk: the Neglected Impact of Same-Sex Sexual Behaviour », Social Science and Medicine, 62, 8, 2006, pp. 2002-2013.
DOI : 10.1016/j.socscimed.2005.08.026

LHOMOND Brigitte, SAUREL-CUBIZOLLES Marie-Josèphe, « Violences contre les femmes et orientation sexuelle », in CHETCUTI Natacha, JASPARD Maryse (dir.), Violences envers les femmes : trois pas en avant deux pas en arrière, Paris, L’Harmattan, 2007, pp. 117-130.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

LOT Florence, « Épidémiologie du VIH/sida et des autres infections sexuellement transmissibles chez les femmes », in PAICHELER Geneviève, JOB-SPIRA Nadine (dir.), Femmes et VIH en France. M/S Médecine Sciences, Revue internationale de biologie et de médecine, 2, 24, 2008, pp. 7-19.
DOI : 10.1051/medsci/2008242s7

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

MARMOR Michael, WEISS Lee R., LYDEN Margaret, WEISS Stanley H., SAXINGER Carl W., SPIRA Thomas J., FEORINO Paul M., « Possible Female-to-Female Transmission of Human Immunodeficiency Virus », Annals of Internal Medicine, 105, 1986, p. 969.
DOI : 10.7326/0003-4819-105-6-969_1

MARRAZZO Jeanne, « Barriers to infectious disease care among lesbians », Emerging Infectious Diseases, 2004 (http://www.cdc.gov).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

MARRAZZO Jeanne, KOUTSKY Laura, ESCHENBACH Davide, STINE Kathleeen, HILLIER Sharon, « Characterization of Vaginal Flora and Bacterial Vaginosis in Women Who Have Sex with Women », Journal of infectious diseases, 185, 2002, pp. 1307-1313.
DOI : 10.1086/339884

MARRAZZO Jeanne, KOUTSKY Laura, KIVIAT Nancy, KUYPERS Jane, STINE Kathleen, « Papanicolaou Test Screening and Prevalence of Genital Human Papillomavirus among Women Who Have Sex with Women », American Journal of Public Health, 91, 6, 2001, pp. 947-952.

MARRAZZO Jeanne, KOUTSKY Laura, STINE Kathleen, KUYPERS Jane, GRUBERT Thomas, GALLOWAY Denise, KIVIAT Nancy, HANDSFIELD Hunter, « Genital Human Papillomavirus Infection in Women Who Have Sex with Women », Journal of infectious diseases, 178, 1998, pp. 1604-1609.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

MARRAZZO Jeanne, STINE Kathleen, WALD Anna, « Prevalence and Risk Factors for Infection with Herpes Simplex Virus type-1 and -2 among Lesbians », Sexually transmitted diseases, 30, 12, 2003, pp. 890-895.
DOI : 10.1097/01.OLQ.0000091151.52656.E5

MIMEAULT Isabelle, Pour le dire… Rendre les services sociaux et les services de santé accessibles aux lesbiennes, Rapport de recherche, Montréal, Réseau québécois d’action pour la santé des femmes (RQSAF), 2003.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

MONZON Ofelia T., CAPELLAN Jose M., « Female-to-Female Transmission of HIV », Lancet, 2, 1987, pp. 40-41.
DOI : 10.1016/S0140-6736(87)93071-6

NATIONAL COALITION OF ANTI-VIOLENCE PROGRAMS, Anti Lesbian, Gay, Bisexual and Transgender Violence in 2007, New York, NCAVP, 2008.

O’HANLAN Katherine, CRUM Christopher, « Human Papillomavirus-Associated Cervical Intraepithelial Neoplasia Following Lesbian Sex », Obstetrics and Gynecology, 88, 1996, pp. 702-703.

OHMS Constance, MÜLLER Karin, « In Good Hands ? The Status Quo of Psycho-Social Assistance for Lesbian Victims of Violence and/or Discrimination : a European Comparison », Anti Violence Project of the Lesbian Information and Counselling Centre LIBS, Frankfurt-am-Main, 2001.

ONUSIDA, Rapport sur l’épidémie mondiale de sida, Genève, 2008.

PATTON Cindy, BAUM Rachel, « Lesbian, Gay, Bisexual and Transgender Domestic Violence: 2003 supplement, an update from the National Coalition of Anti-Violence Programs », New York, National Coalition of Anti-Violence Programs, 2004.

PERETTI-WATEL Patrick, BECK François, WILQUIN Jean-Louis, « Les Français et la cigarette en 2005 : un divorce pas encore consommé », in BECK François, GUILBERT Philippe, GAUTIER Arnaud (dir.), Baromètre santé 2005. Attitudes et comportements de santé, Saint-Denis, INPES, 2007, pp. 77-111.

PETERSEN Lyle R., DOLL Lynda, WHITE Carol, CHU Susan, THE BLOOD DONOR STUDY GROUP, « No Evidence for Female-to-Female HIV transmission among 960 000 female blood donors », Journal of Acquired Immune Deficient Syndrom, 5, 1992, pp. 853-855.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

PONSE Barbara, « Secrecy in the Lesbian World », Urban Life, 5, 3, 1976, pp. 313-338.
DOI : 10.1177/089124167600500304

RAITERI Ricardo, BAUSSANO Iacopo, GIOBBIA Mario, FORA Roberto, SINICCO Alessandro, « Lesbian Sex and Risk of HIV Transmission », AIDS, 12, 4, 1998, pp. 450-451.

REMAFEDI Gary, FRENCH Simone, STORY Mary, RESNICK Michael, BLUM Robert, « The Relationship between Suicide Risk and Sexual Orientation: Results of a Population-Based Study », American Journal of Public Health, 88, 1, 1998, pp. 57-60.

REVILLARD Anne, « L’identité lesbienne entre nature et construction », La revue du M.A.U.S.S., 19, 2002, pp. 168-182.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

RICHARDSON Diane, « The Social Construction of Immunity: HIV Risk Perception and Prevention among Lesbians and Bisexual Women », Culture, Health and Sexuality, 2, 1, 2000, pp. 33-49.
DOI : 10.1080/136910500300859

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ROBERTS Stephanie A., DIBBLE Suzanne L., PAUL Steven M., DAVIDS Rachel, « Differences in Risk Factors for Breast Cancer: Lesbian and Heterosexual Women », Journal of the Gay and Lesbian Medical Association, 2, 3, 1998, pp. 93-101.
DOI : 10.1023/B:JOLA.0000004051.82190.c9

ROBERTS Susan J., SORENSEN Lena, « Health Related Behaviours and Cancer Screening of Lesbians: Results from the Boston Lesbian Health Project », Women and Health, 28, 4, 1999, pp. 1-12.

ROTHENBERG Tamar, « ‘And She Told Two Friends’, Lesbians Creating Urban Social Space », in BELL David, VALENTINE Gill (dir.), Mapping Desire, Geographies of Sexualities, Londres, Routledge, 1995, pp. 165-168.

ROUSSEL Nathalie, « Féministes et lesbiennes en panne d’activisme », Le Journal du Sida, 48, mars, 1993, pp. 24-25.

RYAN Bill, BROTMAN Shari, ROWE Bill, Access to Care: Exploring the Health and Well-Being of Gay, Lesbian, Bisexual and Two-spirit people in Canada, Montreal, McGill Centre For Applied Family Studies, 2000.

SANCHO-GARNIER Hélène, STOEBNER-DELBARRE Anne, SASCO Anne, MELIHAN CHEININ Pascal, RATTE Sylviane, BORGNE Anne (RSHT - Réseau hôpital sans tabac), Femmes et tabac, Rapport, Ligue nationale contre le cancer, Mutuelle nationale des hospitaliers et des personnels de santé, 2001.

SEDGWICK KOSOKSKY Ève, Épistémologie du placard, Paris, Éditions Amsterdam, 2008.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

SKINNER Celia J., STOKES Jonathan, KIRLEW Yale, KAVANAGH Janie, FORSTER Greta E., « A Case-Controlled Study of the Sexual Health Needs of Lesbians », Genitourin Med., 72, 4, 1996, pp. 277-280.
DOI : 10.1136/sti.72.4.277

SOS HOMOPHOBIE (COMMISSION LESBOPHOBIE), Enquête sur la lesbophobie. Synthèse, Paris, Publication de SOS Homophobie, 2008.

STADDON Patsy, « The Personal Account of an Ex-Alcoholic Lesbian Feminist », Journal of Lesbian Studies, 9, 3, 2005, pp. 69-78.

STANFORD Theo, DE GRAAF Ron, BIJL Rob, SCHNABEL Paul, « Same-Sex Sexual Behaviour and Psychiatric Disorders », Journal of American Medical Association, 58, 2001, pp. 85-91.

STOLLER Nancy E., « Lesbian Involvement in the AIDS Epidemic: Changing Roles and Generational Differences », in SCHNEIDER Beth E., STOLLER Nancy E. (dir.), Women resisting AIDS : feminist strategies of empowerment, Philadelphia, Temple University Press, 1995, pp. 270-285.

STUART Linda, « Réflexions sur la santé des lesbiennes », Compte rendu du Women’s Health Matters Forum & Expo, Toronto, 2008 (http://www.femmesensante.ca).

Têtu, « Dossier : violences conjugales, le dernier tabou ? », 116, 2006, pp. 104-109.

TIN Louis-Georges, « Hétérosexisme », in TIN Louis-Georges (dir.), Dictionnaire de l’homophobie, Paris, PUF, 2003, pp. 207-211.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

VALANIS Barbara G. et al., « Sexual Orientation and Health: Comparisons in the Women’s Health Initiative Sample », Archives of Family Medicine, 9, 9, 2000, pp. 843-853.
DOI : 10.1001/archfami.9.9.843

VERDIER Éric, FIRDION Jean-Marie, Homosexualités & suicide. Études, témoignages et analyse, Paris, H&O éditions, 2003.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

WALTERS Malcom H., RECTOR William G., « Sexual Transmission of Hepatitis A in Lesbians », Journal of the American Medical Association, 256, 1986.
DOI : 10.1001/jama.256.5.594b

WATREMEZ Vanessa, « La réalité de la violence dans les relations lesbiennes », 2006 (http://air-libre.org).

WONG Alan, BROTMAN Shari, JULIEN Danielle, LEE Edward, RAPHAËL Nada, SFEIR Joëlle, « Identités invisibles : diversité sexuelle des minorités visibles, des communautés culturelles et des personnes bispirituelles au Québec », Montréal, Coalition Multimundo, Ethnoculture, Équipe de recherche Sexualités et genre : vulnérabilités et résilience, 2007.

Haut de page

Annexe

Une version raccourcie de cet article est proposée dans JABLONSKI Olivier, LE TALEC Jean-Yves, SIDERIS Georges, Santé gaie, Paris, Editions Pepper (à paraître en 2009).

Haut de page

Notes

1  La santé est définie par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) comme un « état complet de bien-être physique, mental et social [qui] ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’invalidité ». Elle constitue un droit fondamental de la personne humaine. Voir OMS, préambule à la Constitution de l'Organisation mondiale de la Santé, adopté par la Conférence internationale sur la Santé, New York, 19-22 juin 1946, Actes officiels de l’Organisation mondiale de la Santé, n°2, p. 100, 1946. Ce texte est entré en vigueur le 7 avril 1948.

2  OMS, Politique de l’OMS en matière de genre. Intégrer dans l’action de l’OMS des approches soucieuses d’équité entre les sexes, 2002.

3  Notons que la définition du « rapport sexuel » elle-même ne va pas de soi (Lhomond, 1996a). Une acception réductrice de l’expression, l’assimilant au seul coït hétérosexuel, dans certaines enquêtes, a pu concourir à (et être le reflet de) l’invisibilité et à la méconnaissance des sexualités lesbiennes.

4  « [Idéologie] qui prône la supériorité d’un genre [le masculin] sur l’autre [le féminin] » (Borillo, 2003, 13).

5  « Principe de vision et de division du monde social, qui articule la promotion exclusive de l’hétérosexualité à l’exclusion quasi promue de l’homosexualité. Il repose sur l’illusion téléologique selon laquelle l’homme serait fait pour la femme, et surtout, la femme pour l’homme, intime conviction qui se voudrait le modèle nécessaire et l’horizon ultime de toute société humaine ». (Tin, 2003, 208).

6  « Rejet des personnes homosexuelles ou considérées comme telles et de ce qui leur est associé. La gayphobie, la lesbophobie, la biphobie et la transphobie, par écho, en sont des formes plus spécifiques » (Dorais, Verdier, 2005, 160).

7  Dans ce texte, nous utilisons le terme « gai(s)» lorsque nous évoquons les hommes homosexuels (par opposition au mot « lesbienne(s) »). L’anglicisme « gay(s) » désigne pour nous les homosexuel-le-s dans leur ensemble.

8  Comme le soulignent Christophe Broqua et Pierre-Olivier de Busscher, « l’homophobie aujourd’hui demeure et ne souffre pas de la visibilité homosexuelle ; elle y trouve au contraire une cible mieux dessinée » (Broqua, de Busscher, 2003, 29).

9  Il semblerait que le premier document officiel dans lequel est apparu le terme « lesbophobie », en France, soit le « Rapport détaillé sur la lesbophobie dans le monde », réalisé en 1998 par l’association rennaise Femmes entre elles pour la Coordination lesbienne nationale. Il fut présenté à Montréal à l’occasion de la préparation de la Marche mondiale des femmes de l’an 2000. En 2001, la Coordination lesbienne en France définissait la lesbophobie comme « aversion à l’égard des lesbiennes qui conduit à leur double discrimination, à la fois en tant qu’individues appartenant au groupe social déjà discriminé : les femmes et en raison de leur lesbianisme » (http://www.coordinationlesbienne.org/spip.php?article768).

10  On retiendra ici une acception très générale de la violence et de la discrimination, respectivement comme « atteinte à l'intégrité (physique ou morale) des personnes » et comme « inégalité de traitement ». Bien entendu, la définition de ces termes, comme d’ailleurs celle d'autres mots auxquels nous avons tenté d’apposer des définitions précédemment pour éclaircir le contexte de lecture (sexisme, hétérosexisme, homophobie, lesbophobie), est un enjeu de luttes sociales. Les définitions qui s’imposent comme les plus légitimes varient dans le temps, de même que le seuil de tolérance face à ces atteintes diminue au rythme de la progression des droits et de la conscience politique des personnes qui la subissent.

11  Voir http://www.lesben-gegen-gewalt.de/index.html.

12  Ces quatre articles reviennent tous de manière plus ou moins ciblée et détaillée sur les résultats de l’Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France (Enveff) (Jaspard et al., 2003), en comparant la situation des femmes ayant eu des rapports homosexuels ou attirances homosexuelles avec celle des autres femmes, du point de vue de leur rapport aux violences et à la santé.

13  Cette enquête a été réalisée en s’appuyant sur les espaces communautaires : un salon, des associations, des lieux de convivialité et des revues à destination des lesbiennes ou de la population LGBT dans sa globalité.

14  Voir spécialement la Loi Evin 1991, Décret n°2006-1386 du 15 novembre 2006 fixant les conditions d’application de l’interdiction de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif.

15  Voir www.mautnerproject.org.

16  ONUSIDA, Rapport sur l’épidémie mondiale de sida, 2008, p. 33 (http://www.unaids.org/).

17  Voir notamment les dossiers concernant les lesbiennes et le sida parus dans Lesbia Magazine (n°3, 1993, 26-33) et dans la lettre mensuelle du Centre Gai et Lesbien de Paris, 3 Keller (n°19, 1996, 33-43). Ou encore les réflexions d’Act Up-Paris (Action, n°85, 2003 ; Action, n°86, 2003).

18  Voir note 15.

19  82% des personnes rapportant avoir subi de la violence domestique dans cette enquête s’auto-identifiaient comme lesbiennes ou gais.

20  Rappelons que cette notion désigne l’ensemble des programmes prévoyant la formation de personnes qui, à l’intérieur d’une communauté, sont chargées de diffuser des informations et de promouvoir un comportement responsable auprès des autres membres. L’intervention de personnes relais issues de la communauté s’inscrit dans le cadre d’un modèle de communication horizontale basé sur l’identification, susceptible de faciliter la transmission d’informations et la modification des comportements, tandis que les interventions d’acteurs/trices extérieur-e-s sont souvent perçues comme trop injonctives, moralisatrices et culpabilisantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clotilde Genon, Cécile Chartrain et Coraline Delebarre, « Pour une promotion de la santé lesbienne : état des lieux des recherches, enjeux et propositions », Genre, sexualité & société [En ligne], 1 | Printemps 2009, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 26 septembre 2016. URL : http://gss.revues.org/951 ; DOI : 10.4000/gss.951

Haut de page

Auteurs

Clotilde Genon

Ancienne chargée de projets en santé gaie et lesbienne
Co-Responsable du projet L
Crips Ile-de-France, Paris

Cécile Chartrain

Doctorante en Science politique
Centre de Recherches sur l’Action Politique en Europe, Université Rennes 1

Articles du même auteur

Coraline Delebarre

Coordinatrice et formatrice chargée de la prévention auprès des populations gays et étudiantes
Kiosque Infos Sida Toxicomanies, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org