Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Faier Lieba, Intimate Encounters: Filipina Migrants Remake Rural Japan

Berkeley, University of California Press, 2009
Gwenola Ricordeau
Référence(s) :

Faier Lieba, Intimate Encounters: Filipina Migrants Remake Rural Japan, Berkeley, University of California Press, 2009

Texte intégral

  • 1 Elle a également publié plusieurs articles à partir de cette recherche. Voir : Faier, 2008a ; 2008b

1L’analyse des relations entre pays développés et en développement a, grâce aux travaux d’Edward Said (2005) et au post-colonialisme qu’ils ont inspiré, très pertinemment, posé la question des rapports entre hommes du premier et femmes du troisième mondes. Comment se déclinent les modes de domination sur les actrices ? Comment celles-ci résistent ou portent des stratégies subvertissant l’ordre de la domination ? L’ouvrage de Lieba Faier1, Intimate Encounters, est assurément stimulant pour répondre à ces interrogations. En effet, l’auteure a mené un précis et riche travail ethnographique sur les mariages, dans une province rurale du Japon, la vallée de Kiso (province de Nagano), entre des femmes philippines, ex-hôtesses dans des bars, et des hommes japonais. Sa recherche s’appuie sur un séjour de vingt-troismois dans cette province et sur plusieurs voyages aux Philippines, où elle a rencontré les familles de ses informatrices.

2Les entretiens et les observations in situ réalisés par Lieba Faier montrent, certes, les insatisfactions et les frustrations que produisent ces unions, mais aussi les plaisirs et les opportunités qu’elles offrent aux épouses philippines et aux membres japonais de leurs familles. En décrivant les parcours des actrices, Lieba Faier ne fait l’économie de l’analyse ni de l’histoire migratoire de ces femmes, ni de leur travail dans les bars. Son travail offre donc, au-delà de l’étude de ces mariages mixtes, une intéressante exploration des rapports sociaux de sexe au Japon, mais aussi de la façon dont, pour les femmes migrantes, la frontière entre travail et mariage peut être floue et instable.

3Depuis une trentaine d’années, les mariages entre hommes japonais et femmes philippines sont devenus un phénomène remarquable. Ils ne peuvent être envisagés séparément de trois autres faits : d’abord, les relations (tourmentées) entre le Japon et les Philippines – et notamment le développement du second comme destination privilégiée du tourisme nippon à caractère sexuel ; ensuite, l’industrie de l’« entertainment » au Japon et son recours massif à des travailleuses étrangères, en particulier philippines ; enfin, l’économie des mariages dans le Japon rural et les stratégies adoptées pour résoudre le problème du célibat des hommes dans les campagnes.

4L’histoire – qui nous intéresse ici – des relations entre le Japon et les Philippines a commencé au début du 20e siècle : de nombreux travailleurs japonais se sont alors installés à Mindanao, la plus importante île du sud de l’archipel philippin et leur présence massive a valu à la principale ville de l’île, Davao City, le surnom de « Davaokuo ». Occupées par l’armée japonaise entre 1942 et 1945, les Philippines de l’après-guerre étaient peu accueillantes pour les ressortissants japonais. Mais le régime de Ferdinand Marcos (en particulier après sa déclaration de la loi martiale en 1972) a profondément modifié les relations philippino-japonaises. Sa politique de développement du tourisme – en particulier à caractère sexuel – a contribué à la venue massive dans l’archipel de touristes japonais : à la fin des années 1970, ils constituaient près du tiers des touristes arrivant sur le territoire philippin (Eviota, 1992, 138).

  • 2 Pour une présentation synthétique de la question des OPAs, voir : Tyner, 1997.

5Le deuxième phénomène que nous devons considérer est l’important développement de l’émigration de femmes philippines au Japon, au tournant des années 1970 et 1980. Leur arrivée s’inscrit dans le mouvement, observé à partir des années 1970, de remplacement, dans l’industrie des bars et de l’« entertainment » (en particulier autour des bases militaires américaines d’Okinawa) des femmes japonaises par des « étrangères » : notamment des Coréennes, des Chinoises, des Taiwanaises, des Thaïlandaises, des Roumaines, des Russes… et surtout des Philippines, qui ont constitué, à partir du milieu des années 1980, le principal groupe national parmi ces travailleuses. Pudiquement appelées « Overseas Performing Artists » (OPAs)2 aux Philippines, elles sont également couramment désignées par un autre terme : « japayuki » ou « japayukisan ». Ce terme a été créé, au début des années 1980, sur le modèle de « karayukisan » (littéralement : « celle qui a été en Chine »). Cette expression désignait les femmes japonaises qui, à la fin du 19e siècle et au début du 20e, ont été prostituées en Chine. L’année 1979 est souvent appelée le Japayuki Year One (« L’an un des japayuki ») : plus de 10.000 Philippines partirent cette année-là pour le Japon. Depuis le début des années 1980, plusieurs dizaines de milliers de femmes philippines arrivent tous les ans sur le sol japonais et, en 2003 et 2004, le Japon a enregistré plus de 80.000 entrées.

6Le troisième phénomène qu’il convient d’évoquer est l’anxiété qu’ont suscitée les difficultés, à partir des années 1970, des hommes, dans les campagnes japonaises, à trouver des épouses. Les pouvoirs publics ont d’abord encouragé la venue de femmes des villes, puis, à partir du milieu des années 1980, ils ont promu les « kokusa omiai kekkon », c’est-à-dire les mariages arrangés par des agences matrimoniales spécialisées dans les « rencontres internationales ». Allant à l’encontre d’un imaginaire national, construit sur l’idée de l’homogénéité ethnique et culturelle du Japon (p. 3), les mariages mixtes étaient jusqu’alors exceptionnels : depuis la fin du 19e siècle, les « kokusai kekkon » (littéralement : « mariage international ») concernaient quasiment exclusivement des unions contractées par des femmes japonaises avec des hommes occidentaux. Encouragés par les pouvoirs publics et grâce aux agences matrimoniales, les mariages entre homme japonais et femmes philippines sont devenus un véritable phénomène, observable et observé (voir notamment : Knight, 1995 ; Nakamatsu, 2003).

7Les mariages auxquels Lieba Faier s’intéresse sont aussi des « kokusai kekkon », mais ce sont ceux contractés par des hommes japonais et des femmes philippines qui se sont rencontrés dans les bars, cabarets ou clubs où celles-ci étaient employées comme « compagnes » (« konpanion ») ou « hôtesses » (« hosutesu »). Les profils de ces hommes sont très différents de ceux qui recourent aux agences matrimoniales : les maris sont des « cols bleus », non des agriculteurs ou des artisans cherchant à maintenir une affaire familiale. Cette forme nouvelle de mariages mixtes, en se massifiant, a impliqué une évolution des rapports sociaux de sexe dans les campagnes japonaises. En suivant ce fil directeur, nous reviendrons maintenant sur les principales conclusions du travail de Lieba Faier, qui peuvent être organisées autour de trois thèmes : le travail des hôtesses, les parcours migratoires et les familles japonaises des actrices.

8Corroborant les recherches d’Allison (1994) sur les bars à hôtesses au Japon, Lieba Faier montre que le travail des actrices est davantage réductible à un « travail émotionnel » (Hochschild, 2002) qu’à l’offre de prestations sexuelles : non seulement celles-ci sont très loin d’être systématiques, mais les hommes fréquentent surtout les bars pour leur propre « érotisation ». Ils leur permettent de se projeter comme des hommes « puissants et désirables », en particulier dans les campagnes. En effet, les paysans et les « cols bleus », dans les bars à hôtesses, s’identifient aux hommes des villes et se sentent « désirables », alors qu’ils sont considérés comme « indésirables » par les Japonaises des villes. Si les bars à hôtesses sont des lieux où les clients se projettent comme des hommes riches et modernes, c’est également là que, paradoxalement, ils prennent la mesure de leur exclusion de cette catégorie et, plus largement, de leur disqualification d’une masculinité japonaise centrée sur les « cols blancs » des villes (pp. 41-42).

9Pour les femmes philippines, les bars sont à la fois un lieu de honte et d’anxiété, un lieu où elles se sentent vulnérables (notamment parce que les visas délivrés ne sont valables que six mois) et exploitées, mais elles y expérimentent aussi une nouvelle identité : elles se sentent désirables et maîtresses de leurs relations. Désirables, parce que leur travail implique une présentation de soi associée, pour les actrices, au « glamour », mais aussi parce que l’argent qu’elles gagnent, s’il sert certes souvent à aider des proches aux Philippines, leur permet de « pagpapaganda » (s’embellir) : être « à la mode », aller chez le coiffeur, etc. Par ailleurs, aux Philippines, les futures OPAs sont sélectionnées sur des critères artistiques (danse et chant notamment) : rarement dénuées de talents, les hôtesses accèdent, à travers les multiples facettes de leur travail, à une image d’elles-mêmes dans laquelle ces talents sont, certes de façon ambiguë, reconnus.

10Les actrices soulignent également leur maîtrise de leurs relations avec les clients, en particulier lors des « dōhan » (escortes), qui consistent à accompagner un client lors d’un dîner, de courses, etc. Cette maîtrise s’exerce au niveau du choix des clients, puisqu’elles ne sont pas dépourvues de ressources pour éviter les « sukebei » (vicieux) et attirer les « majime » (sérieux). Leur impression de maîtrise des relations avec les clients naît également de leur plaisir, mais aussi de leur fierté de recevoir de ces clients des cadeaux. Si, dans les bars, se rencontrent des formes du désir, historiquement construites, inégales et marchandées, c’est également un lieu d’expérimentation, pour les hôtesses, de « possibles ».

  • 3 Le travail de Lieba Faier est, sur ce point, comparable à celui de Cheng (2007) sur les rencontres (...)

11Ces « possibles », ce sont les multiples formes de l’amour3, des « histoires romantiques et dramatiques » (p. 64 sq.) avec les clients. Les actrices racontent : l’amour qui naît aux fils de « dōhan », les « coups de foudre »… Plutôt qu’à la honte, le travail d’hôtesse est, pour celles qui se sont mariées à un client, associé à l’opportunité d’une véritable rencontre amoureuse : unanimement, ces femmes disent qu’elles n’auraient pas voulu rencontrer leur mari par le biais d’une agence matrimoniale.

12En explorant les trajectoires migratoires des femmes philippines, Lieba Faier montre comment leurs relations imaginaires aux États-Unis et au Japon, « figures du désir », modèlent les façons dont les actrices comprennent et re-construisent leur expérience d’immigrée, d’hôtesse et d’épouse. La plupart d’entre elles ont immigré au Japon car elles l’associaient aux États-Unis et à une vie moderne, cosmopolite ou tout simplement « trépidante ». Arrivées dans les campagnes japonaises, ces femmes expérimentent l’exclusion de ce Japon imaginaire. Pire : leur vie aux Philippines s’avérait parfois davantage moderne, cosmopolite ou « trépidante » que celle, routinière, qu’elles mènent désormais. Les actrices évoquent souvent leur ennui, mais aussi leurs frustrations (notamment à propos de leur incapacité à réellement maîtriser la langue japonaise), voire leur colère, lorsqu’il s’agit des discriminations qu’elles subissent.

  • 4 Sur le rôle des pouvoirs publics et des médias dans la transformation de l’image des épouses philip (...)
  • 5 L’anglais et le filipino sont les deux langues officielles des Philippines.

13Elles répondent à la fois au désir des hommes japonais et de leurs familles d’une conjointe se conformant aux normes locales (cf. infra), mais aussi à leur désir de « cosmopolitisme ». En effet, depuis le début des années 1980, le Japon a été saisi par le mouvement de « kokusaika » (littéralement :internationalisation), synonyme de la valorisation (nouvelle) de l’ouverture sur le monde extérieur. Cela s’est traduit par une transformation simultanée de l’image des femmes philippines, qui sont devenues désirables car représentées comme occidentalisées4, en particulier du fait de leur maîtrise de l’anglais5. Les rêves et les désirs que les hommes japonais et les femmes philippines mettent dans leurs relations relèvent donc d’un malentendu : les femmes immigrent au Japon car elles l’imaginent « moderne et cosmopolite », mais ce sont elles qui, dans les campagnes japonaises, incarnant cette modernité et ce cosmopolitisme dont leurs maris sont exclus.

14En considérant les femmes philippines et leurs relations aux membres japonais de leurs familles, Lieba Faier explore les difficultés rencontrées par les premières, à la fois comme femmes et comme étrangères, pour se conformer à l’idéal de l’« oyomesan ». Ce terme honorifique ou poli employé pour désigner une épouse ou une belle-fille est lourd d’implications. L’oyomesan est, en effet, le point nœudal entre le foyer, la communauté et la nation. De plus, on attend d’elle qu’elle se consacre à sa belle-famille, y compris en se sacrifiant, et qu’elle abandonne les manières (jusque dans ses façons de cuisiner) de sa communauté d’origine au profit de celles de sa nouvelle famille. C’est donc tout » naturellement » que les femmes philippines, une fois mariées avec un homme japonais, adoptent la nationalité japonaise comme preuve de leur engagement à leur belle-famille – et renonce par là même à leur nationalité philippine. Lieba Faier décrit les multiples façons dont les femmes philippines subissent des pressions pour se conformer au rôle d’« oyomesan » : généralement instruites de la manière de tenir leur foyer par leur « shūtomesan » (belle-mère), les épouses étrangères peuvent également suivre des cours, subventionnés par le gouvernement, les « Mothers’ Class » qui leur sont destinés (p. 145).

  • 6 Sur la condition des immigré-e-s clandestin-e-s philippin-e-s au Japon, voir : Ventura, 1992.

15Lieba Faier n’élude pas les dissonances entre les femmes philippines et les membres de leurs familles japonaises. Elle n’élude pas non plus les situations les plus dramatiques (notamment en cas de conflit entre l’épouse philippine et sa famille japonaise), la condition, par exemple, des femmes philippines qui se retrouvent « en fuite » et clandestines au Japon (pp. 190-210)6. Mais l’auteure relève un fait important : certaines femmes philippines sont décrites comme « plus typiquement japonaises [« nihonjinrashii »] que les jeunes femmes japonaises d’aujourd’hui ». En affirmant que les femmes philippines deviennent des oyomesan idéales, des épouses « plus japonaises que les Japonaises », leurs proches célèbrent un Japon rural et « traditionnel », un Japon qu’ils considèrent supérieur au Japon urbain et « moderne » dont ils sont exclus. Désigner les femmes philippines comme des « oyomesan » idéales, c’est en fait une manière, pour eux, de renégocier leur propre disqualification (p. 139).

  • 7 Voir en particulier : de Dios (1990), Piper (1997), Suzuki (2000 ; 2002 ; 2004 ; 2005). Pour une ét (...)
  • 8  Sur les migrantes philippines, voir notamment : Parreñas (2001) et  Tyner (2004).

16Avec Intimate Encounters, Lieba Faier contribue à enrichir l’étude des mariages entre femmes philippines et hommes japonais7. Mais son travail s’inscrit aussi à la croisée de deux champs de recherches dynamiques : celui sur les mariages internationaux, marqué par des travaux de premier ordre (notamment : Constable, 2003), et celui sur la condition des femmes issues des pays du Sud et travaillant dans ceux du Nord. La féminisation des flux migratoires8 pose de façon nouvelle les rapports entre travail productif et reproductif, notamment parce que stratégies migratoires et matrimoniales parfois s’articulent, parfois se confondent.

17Lieba Faier, sans misérabilisme, ni angélisme, montre comment, en prise avec l’ordre mondial, des femmes composent et recomposent leur destin. Elles ne sont pas victimes de trafics, mais bien davantage d’une « police mondialisée des femmes » (Ricordeau, 2009) et du système économique. Leur désignation par le terme « japayuki » le signale : au sort des « karayukisan » du Japon sous-développé de la fin du 19e siècle, fait écho le leur, issu d’un archipel dont la principale ressource consiste en l’exportation de sa main d’œuvre, notamment féminine. Les parcours de ces femmes font apparaître les multiples déclinaisons de l’ordre économique, les significations de la globalisation (Falquet, 2008) et toutes les formes du néo-colonialisme (Rafael, 2000 ; Tadiar, 2004).

Haut de page

Bibliographie

ALLISON Anne, Nightwork: Sexuality, Pleasure, and Corporate Masculinity in a Tokyo Hostess Club, Chicago, University of Chicago Press, 1994.

Cheng Sealing, « Romancing the Club. Love Dynamics between Filipina Entertainers and GIs in US Military Camp Towns in South Korea », in Padilla Mark, Hirsch Jennifer S., Munoz-Laboy Miguel, Love and Globalization : Transformations of Intimacy in the Contemporary World, Nashville, Vanderbilt University Press, 2007, pp. 226-251.

Constable Nicole, Romance on a Global Stage : Pen Pals, Virtual Ethnography, and “Mail Order” Marriages, Berkeley, University of California Press, 2003.

De Dios Aurora Javate, « The Case of the Japayuki-san and the Hanayome-San : A Preliminary Inquiry into the Culture of Subordination », in Evasco Marjorie, DE DIOS Aurora J., CAAGUSAN Flor (dir.), Women’s Springbook : Readings on Women and Society, Quezon City, Women’s Resource and Research Center / Katipunan ng Kababaihan para sa Kalayaan, 1990, pp. 35-41.

EVIOTA Elizabeth, The Political Economy of Gender : Women and the Sexual Division of Labour in the Philippines, Londres, Zed Books, 1992.

FAIER Lieba, « Filipina Migrants in Rural Japan and their Professions of Love », American Ethnologist, 34, 1, 2008a, pp. 148-162.

FAIER Lieba, « Runaway Stories : The Underground Micromovements of Filipina Oyomesan in Rural Japan », Cultural Anthropology, 23, 4, 2008b, pp. 630–659.

Falquet Jules, De gré ou de force : Les femmes dans la mondialisation, Paris, La Dispute, 2008.

Hochschild Arlie R., « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale », Travailler, 9, 2002, pp. 19-50.

KIM Jackie, Hidden Treasures : Lives of First Generation Korean Women in Japan, Lanham, Rowman and Littlefield, 2005.

KNIGHT John, « Municipal Matchmaking in Rural Japan », Anthropology Today, 11, 2, 1995, pp. 9-17.

NAKAMATSU Tomoko, « Faces of Asian “Brides” : Gender, Race, and Class in the Representations of Immigrant Women in Japan », Women’s Studies International Forum, 28, 2005, pp. 405-417.

NAKAMATSU Tomoko, International Marriage through Introduction Agencies : Social and Legal Realities of “Asian” Wives of Japanese Men, in PIPER N., ROCES M., (dir.), Wife or Worker ? Asian Women and Migration, Lanham, Rowman and Littlefield, 2003, pp. 181-201.

Parreñas Rhacel,Servants of Globalization : Women, Migration, and Domestic Work, Stanford, Stanford University Press, 2001.

Piper Nicola, » International Marriage in Japan : “Race” and “Gender” Perspectives », Gender, Place & Culture : A Journal of Feminist Geography, 4, 3, 1997, pp. 321-339.

Rafael Vicente L., White Love and Other Events in Philippines History, Durham, Duke University Press, 2000.

RICORDEAU Gwénola, « Traîtresses ou victimes. Nationalisme et mariages mixtes aux Philippines », Diasporas. Histoire et sociétés, 15, 2009, pp. 125-139.

SAID Edward, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Le Seuil, 2005 [1978].

SUZUKI Nobue, « Between Two Shores : Transnational Projects and Filipina Wives in/from Japan », Women’s Studies International Forum, 23, 4, 2000, pp. 431–444.

SUZUKI Nobue, » Women Imagined, Women Imagine : Re/Presentations of Filipinas in Japan since the 1980s », in AGUILAR F. V. (dir.), Filipinos in Global Migrations : At Home in the World ?, Quezon City, Philippine Migration and Research Network / Philippine Social Science Council, 2002, pp. 176-203.

SUZUKI Nobue, « Inside the Home : Power and Negotiation in Filipina-Japanese Marriages », Women’s Studies : An Interdisciplinary Journal, 33, 4, 2004, pp. 481–506.

SUZUKI Nobue, « Tripartite Desires : Filipina-Japanese Marriages and Fantasies of Transnational Traversal », in CONSTABLE Nicole (dir.), Cross Border Marriages : Gender and Mobility in Transnational Asia, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2005, pp. 124-144.

Tadiar Neferti, Fantasy-Production. Sexual Economies and Other Philippine Consequences for the New World Order, Quezon City, Ateneo de Manila University Press, 2004.

Tyner James A., « Constructing Images, Constructing Policy : The Case of Filipina Migrant Performing Artists », Gender, Place & Culture : A Journal of Feminist Geography, 4, 1, 1997, pp. 19-37.

Tyner James A., Made in the Philippines : Gendered Discourses and the Making of Migrants, Londres, Routledge, 2004.

VENTURA Rey, Underground in Japan, Londres, Jonathan Cape, 1992.

Haut de page

Notes

1 Elle a également publié plusieurs articles à partir de cette recherche. Voir : Faier, 2008a ; 2008b.

2 Pour une présentation synthétique de la question des OPAs, voir : Tyner, 1997.

3 Le travail de Lieba Faier est, sur ce point, comparable à celui de Cheng (2007) sur les rencontres amoureuses entre militaires américains et hôtesses philippines en Corée du Sud.

4 Sur le rôle des pouvoirs publics et des médias dans la transformation de l’image des épouses philippines, voir : Nakamatsu, 2005.

5 L’anglais et le filipino sont les deux langues officielles des Philippines.

6 Sur la condition des immigré-e-s clandestin-e-s philippin-e-s au Japon, voir : Ventura, 1992.

7 Voir en particulier : de Dios (1990), Piper (1997), Suzuki (2000 ; 2002 ; 2004 ; 2005). Pour une étude des mariages entre hommes japonais et femmes coréennes, voir : Kim (2005).

8  Sur les migrantes philippines, voir notamment : Parreñas (2001) et  Tyner (2004).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gwenola Ricordeau, « Faier Lieba, Intimate Encounters: Filipina Migrants Remake Rural Japan », Genre, sexualité & société [En ligne], 2 | Automne 2009, mis en ligne le 26 novembre 2009, consulté le 17 août 2017. URL : http://gss.revues.org/995

Haut de page

Auteur

Gwenola Ricordeau

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org