Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Garnot Benoît, On n’est point pendu pour être amoureux… La liberté amoureuse au xviiie siècle

Paris, Belin, 2008
Mickaël Bertrand
Référence(s) :

Garnot Benoît, On n’est point pendu pour être amoureux… La liberté amoureuse au xviiie siècle, Paris, Belin, 2008

Texte intégral

1« En même temps que les mœurs évoluent vers un certain laxisme, la législation concernant les crimes d’amour a paradoxalement tendance à se durcir » (p. 7). C’est ce curieux paradoxe initial que tente d’éclaircir Benoît Garnot à partir d’une lecture minutieuse de sources judiciaires, complétée par des dictionnaires, des mémoires et des œuvres littéraires.

2Le projet de départ est donc aussi simple que son ambition est grande. L’entreprise suppose en effet de saisir au travers des archives ce qui relève a priori du domaine de l’intime : le sentiment amoureux. Malgré la difficulté que représente un tel défi, Benoît Garnot le relève avec un certain succès, notamment grâce à une indéniable rigueur méthodologique.

3Il définit tout d’abord avec précision l’amour qu’il entend étudier comme un véritable « objet d’histoire ». Sous sa plume, c’est un « sentiment fort qui unit un homme et une femme, le plus fréquemment, parfois deux individus du même sexe ». Point d’amitié profonde, point d’amour contraint ou monnayé, ni d’amour familial. Cette définition somme toute limitée permet cependant d’éviter les confusions et de se concentrer avec précision sur le sujet donné.

4À partir de ce préalable, Benoît Garnot met en œuvre des axes de lectures strictement délimités. Son premier chapitre interroge tout d’abord la norme à partir d’une lecture croisée des différentes sources utilisées. On découvre ainsi avec intérêt une somme de représentations de l’amour au xviiie siècle par les jurisconsultes, les philosophes, l’Eglise et les écrivains. Les schèmes généraux du sentiment amoureux et de ses manifestations publiques sont décrits par l’intermédiaire d’exemples précis qui nous démontrent que les couples (qu’ils soient légitimes ou non) sont sans cesse sous la surveillance de leurs voisins ou de juges qui traquent leurs rendez-vous.

5Afin de limiter ces rencontres qui suscitent l’émoi populaire, la société du xviiie siècle ne manque pas de structures d’encadrement : la famille, la loi et la communauté de vie sont omniprésentes pour rappeler aux soupirants les règles qu’il convient de ne pas enfreindre. Il apparait cependant évident, à la lecture des multiples transgressions, que ces normes représentent plutôt un idéal rarement respecté. Ainsi, en cas de refus d’un mariage par les parents, une procédure peut déjà être engagée par les amoureux pour contester les stratégies lignagères tout en se protégeant d’une exhérédation. Une fois atteinte leur majorité, les jeunes gens peuvent adresser des « sommations respectueuses » au chef de famille afin de lui imposer la force d’un amour sincère face aux obligations sociales.

6Il ne faudrait cependant pas exagérer le poids social de ces valeurs matrimoniales. C’est en quelque sorte le sens du titre de cet ouvrage tiré des Mémoires de la baronne d’Oberkirch rédigés dans les années 1780. Lorsqu’elle affirme qu’ « on est point pendu pour être amoureux », elle incite les jeunes amoureux à céder à leurs pulsions sentimentales car les risques sont finalement limités. Bien qu’officiellement le rapt de séduction soit encore puni de mort par exemple, elle constate qu’à la fin du xviiie siècle, les condamnations sont bien rares. Au contraire, les familles tendent à minimiser la publicité faite autour des aventures sentimentales de leurs enfants et les juges, quand l’affaire arrive jusqu’au tribunal, recourent avec parcimonie aux peines les plus lourdes. C’est le cas par exemple à Dijon en 1742 où l’avocat Claude-Bernard Clerc épouse Elisabeth Cortot après six longues années d’attente en raison du refus de leurs parents respectifs. La jeune fille décide finalement de se marier à sa majorité, renonçant ainsi à sa dot et préférant rester fidèle à la valeur de ses sentiments.

7Outre ces questions matrimoniales qui n’inquiètent finalement que des stratégies familiales et des questions d’honneur, l’amour peut aussi transgresser des règles plus graves qui relèvent de la morale et de la religion : l’adultère, le concubinage, la bigamie, la masturbation, l’inceste, la sodomie ou encore la bestialité. Dès lors, la justice se fait plus rare dans ces affaires à l’exception des situations les plus graves. C’est le cas par exemple en 1768 où une veuve et un curé sont condamnés à la pendaison pour avoir mené ensemble « une vie scandaleuse » (p. 96). La prudence de la justice s’explique alors par une hésitation constante entre la volonté de punir sévèrement des exemples et la nécessité de traiter ces affaires avec discrétion afin que les pratiques condamnées ne se propagent pas dans la société.

8Enfin, l’amour n’étant pas toujours éternel, Benoît Garnot nous montre que des solutions pouvaient être envisagées en l’absence d’une dissolution effective du mariage. D’ailleurs, les demandes semblent se multiplier à la fin du xviiie siècle, surtout chez les classes moyennes qui peuvent assurer les frais d’une procédure coûteuse. Elles sont d’ailleurs relayées par les philosophes des Lumières, Montesquieu et Voltaire en tête, qui plaident en faveur d’un divorce légalisé momentanément en 1792.

9La plupart des aspects du sentiment amoureux sont donc résumés dans ce petit ouvrage qui se lit aussi facilement que rapidement. Il s’avère d’ailleurs être un peu expéditif sur certains points. On s’étonne dans cette histoire dite « des mentalités » que l’auteur ne se réfère pas plus volontiers aux récentes études sur le genre, le corps et la sexualité. Il semble en effet difficile d’évoquer la multiplication des demandes de séparation au cours du xviiie siècle (qui sont essentiellement formulées par les épouses) sans mettre en perspective ce phénomène avec une longue et lente émancipation des femmes. De même, lorsque Benoît Garnot évoque les pratiques condamnées de la sodomie et la masturbation, on s’interroge sur la relative pauvreté de ces pratiques considérées comme marginales : la sexualité des Français de cette époque se résumerait-elle à la pénétration en couple et la masturbation solitaire ? Qu’en est-il des caresses intimes, de la fellation, des masturbations mutuelles ? Si leur mention doit être rare (voire inexistante) dans les archives judiciaires, doit-on pour autant considérer que les cas présentés dans la littérature populaire ne sont que les créations de l’imagination artistique ? Enfin, les réflexions sur l’homosexualité au chapitre 5 paraissent également tronquées, notamment dans l’évocation de l’exemple bourguignon de Lazare Farcy (p.116). Ce dernier est convaincu de sodomie sur la personne de François Jacqueron. Il est tout d’abord condamné au bûcher avant d’être finalement envoyé aux galères à perpétuité. Quand à François Jacquemon, décrit comme « atteint et convaincu d’avoir souffert le dit Farcy commettre le crime de sodomie sur sa personne », il est condamné à un bannissement de trois ans en première instance, porté à neuf ans en appel. On ne comprend pas vraiment ici si la personne sodomisée est considérée comme une victime ou bien comme consentante. Dans les deux cas, la peine pose problème. Si c’est une victime, pourquoi est-elle condamnée ? Si elle est consentante, comment expliquer le différentiel avec son partenaire ? Le rôle actif serait-il davantage stigmatisé ? Dès lors, cette affaire révélerait une contradiction (qu’il conviendrait d’expliquer) avec la représentation contemporaine de l’homosexualité où dans les prisons et les camps de concentration, ce sont les sodomisés qui sont davantage stigmatisés.

10En somme, on a parfois l’impression que Benoît Garnot empreinte les problématiques actuelles des études sur le genre et la sexualité sans s’être vraiment approprié les conclusions qui ont pu être esquissées par ailleurs chez d’autres auteurs. Par conséquent, certaines parties de l’ouvrage traînent en longueur et l’on s’impatiente parfois sur des nuances infimes concernant les modalités du mariage quand d’autres aspects mériteraient d’être approfondis davantage. La question des différentes majorités aurait par exemple peut-être mérité un paragraphe explicatif plus construit plutôt que des remarques ponctuelles tout au long de l’étude qui font perdre aux yeux du lecteur la cohérence évolutive de cette règle qui semble être la mieux respectée. Ainsi, en cas de séduction d’un mineur par un majeur, « c’est l’âge de vingt-cinq ans qui est reconnu comme celui de la majorité, indifféremment pour les filles et les garçons » (p. 25). Quelques pages plus loin, on apprend que la majorité matrimoniale est « fixée à 25 ans pour les filles » et « à 30 ans pour les garçons » (p. 33). Seulement, l’étude d’exemples dans un autre contexte montre que les garçons s’estiment souvent majeurs, « comme les filles, à partir de 25 ans, ignorant volontairement la différence entre majorité matrimoniale et majorité économique » (p. 67). Dès lors, plusieurs jurisconsultes soutiennent avec eux « l’idée que les garçons accèdent à la majorité matrimoniale non plus à l’âge de 30 ans, mais à celui de 25 ans » (p. 73). Ces différentes remarques disséminées tout au long de l’étude ne permettent guère de saisir au fil de la lecture les nuances des différentes majorités (qui ne sont pas définies) et les causes de leur soudaine mutation. Ceci est d’autant plus regrettable qu’il s’agit de l’une des normes les plus lourdes qui influencent probablement les pratiques marginales qui constituent souvent un horizon d’attente en termes de sexualité.

11Benoît Garnot nous propose donc un formidable petit recueil bien utile pour saisir les représentations et les pratiques de l’amour au xviiie siècle. Son propos est clair et structuré. Il se construit autour de thématiques judicieuses et de sources variées. Sa réflexion mériterait cependant parfois d’être mieux reliée aux nouvelles thématiques de l’historiographie française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mickaël Bertrand, « Garnot Benoît, On n’est point pendu pour être amoureux… La liberté amoureuse au xviiie siècle », Genre, sexualité & société [En ligne], 2 | Automne 2009, mis en ligne le 26 novembre 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://gss.revues.org/996

Haut de page

Auteur

Mickaël Bertrand

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org