Navigation – Plan du site
Analyses & comptes rendus

Dulong Delphine, Guionnet Christine, Neveu Érik (dir.), Boys don’t cry ! Les coûts de la domination masculine

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012
Mélanie Gourarier
Référence(s) :

Dulong Delphine, Guionnet Christine, Neveu Érik (dir.), Boys don’t cry ! Les coûts de la domination masculine, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012

Texte intégral

1Si le refrain lancinant chanté par le célèbre groupe de rock britannique des années 80 The Cure, « Boys don’t cry » résonne comme une injonction, le sous-titre choisi par les auteurs de l’ouvrage interpelle davantage. Revendiquant la vertu d’une certaine « insolence scientifique » (quatrième de couverture) les auteurs posent la question, éminemment problématique, des « coûts de la domination masculine ». D’abord, l’intitulé laisse le lecteur songeur : peut-on/faut-il penser la domination masculine comme un système engendrant un coût pour ses principaux bénéficiaires ? L’ambition de l’ouvrage est surtout d’en démontrer tout l’intérêt heuristique.

2Refusant de laisser les mouvements masculinistes et antiféministes s’emparer, seuls, de la perspective des coûts, les auteurs s’emploient à sa reformulation dans le champ scientifique. Cependant, en raison du contexte actuel où résonne la rhétorique masculiniste jusque dans les sphères académiques, l’entreprise s’avère pour le moins périlleuse et nécessite un certain nombre de précautions que traduit l’introduction pléthorique mais indispensable de Christine Guionnet. Sans doute, de telles mises en garde théoriques et critiques soulignent davantage le malaise – et les risques – à s’emparer d’un tel paradigme plus qu’elles ne laissent affleurer son potentiel sociologique, mais elles permettent de situer expressément les questionnements des auteurs dans la perspective d’une compréhension des rapports sociaux de sexe en « éclairant l’envers du décor de la domination masculine » (p. 21). Et c’est là l’un des apports majeurs de l’ouvrage : interroger « le prix à payer, le travail sur soi à accomplir par les hommes pour maintenir un rapport de force et se conformer aux normes de la masculinité » (p. 27). Le projet est donc ambitieux puisqu’il entend « dénaturaliser la domination masculine » (p. 27). Reste à savoir si le concept de coût s’avère l’outil le plus pertinent pour cette visée.

3L’ouvrage dirigé par Delphine Dulong, Christine Guionnet et Érik Neveu fait suite au colloque organisé à l’IEP de Rennes les 14 et 15 janvier 2010 qui avait pour titre « les coûts de la masculinité ». La réunion d’articles, dont les auteurs sont politologues, sociologues ou psychologues, s’est ainsi vue requalifiée en termes de « coûts de la domination masculine », sans doute afin de clarifier la position de l’ouvrage dans le champ des études sur les rapports sociaux de sexe. Outre l’importante introduction, l’ouvrage est divisé en trois parties qui sont autant de façons d’appréhender la notion de coût.

4Une première partie intitulée « Les discours de la plainte : enjeux et ambivalences » réunit les articles d’Anne Verjus, Francis Dupui-Déri et Érik Neveu consacrés à l’analyse de la rhétorique des coûts telle qu’elle est formulée dans un contexte masculiniste. En ce sens l’article de Francis Dupui-Déri déjoue les stratégies antiféministes que dissimule la convocation d’une « crise de la masculinité » et discute la relativité des coûts de la masculinité qui « ne prennent sens que s’ils sont resitués dans le cadre du système patriarcal où l’identité masculine est celle des dominants » (p. 60). Si Érik Neveu entreprend également une analyse critique des « discours de la plainte » c’est, quant à lui, afin de souligner la diversité des contextes dans lesquels ils prennent sens et l’impasse qu’entraine leur réification. L’auteur distingue ainsi le « surcoût raciste » (p. 133) d’une hyper masculinité déviante pour les jeunes des classes populaires racialisées. L’article que Béatrice Damian consacré à l’étude des masculinités mises en œuvre dans les romans sentimentaux des collections Harlequin, permet de dégager un modèle de masculinité hégémonique nécessairement blanc, aisé et cultivé. Les principaux coûts seraient dès lors supportés « par les absents de ces histoires d’amours » (p. 109), exclus de la séduction hétérosexuelle et indésirables aux femmes.

5Au cœur de l’ouvrage, la seconde partie intitulée « Quelques appuis théoriques au service d’une discussion scientifique en France », réunit trois articles inédits d’auteurs anglo-saxons traduits pour l’occasion. Les textes de Michael Messner, d’Éric Mankowski et Kenneth I. Milton ainsi que celui de Caroline New permettent de dégager les enjeux théoriques d’une appréhension des masculinités en termes de coûts transposés au contexte scientifique français. Caroline New, dont les travaux sont repris par plusieurs auteurs au sein de l’ouvrage, en rupture avec les sociologues du genre qui n’envisagent pas les hommes comme étant opprimés dans le cadre des rapports de genre, propose de penser que « les hommes et les femmes sont opprimés, mais pas symétriquement » (p. 183). Aussi envisage-t-elle l’injonction à la contrition (notamment des émotions) comme une souffrance, un prix à payer par les hommes pour se maintenir dans le système de genre.

6La troisième partie « Injonctions et prix à payer pour des masculinités plurielles », s’intéresse aux coûts objectivables au travers de quatre études pratiques. Les articles de Nadine Lefaucheur et Stéphanie Mulot ainsi que celui d’Alexis Annes mettent en lumière les coûts consécutifs au processus de conformation à la « masculinité modèle » – coûts que les hommes situés à la marge payent au prix fort. Ainsi entre l’injonction à « savoir se battre et dominer » (p. 208), constitutive de la socialisation des jeunes hommes martiniquais décrite par Nadine Lefaucheur et Stéphanie Mulot, et la délinquance caractérisant une masculinité déviante, la frontière est poreuse. Les auteurs soulignent « la difficile conciliation entre réputation et respectabilité » (p. 224) qui se joue également dans l’hétérosexualité puisque les hommes doivent répondre à l’injonction contradictoire de la séduction désinvolte et de la responsabilité. Alexis Annes s’intéresse plus particulièrement aux stratégies de réduction des coûts mobilisées par les hommes homosexuels vivant « à la campagne » (p. 231). Il souligne comment la virilité est pour eux une ressource positive contrant un efféminement repoussoir.

7Les deux derniers articles sont consacrés aux coûts sanitaires de la masculinité. Ludovic Gaussot et Nicolas Palierne évaluent les « privilèges et coûts de la masculinité en matière de consommation d’alcool » (p. 253). Ils proposent d’extraire la consommation du seul registre du plaisir et des sociabilités masculines pour l’envisager comme un psychotrope dans le cadre d’une automédication à laquelle recourraient les hommes. La gestion de la souffrance masculine est également l’objet de l’article de Patrick Guiol, Aurélie Hess-Miglioretti, Pascale Mériot et Jorge Munoz. Plus spécifiquement dans le cadre de l’entreprise, ils remarquent que, si en cas d’accident du travail la norme de la non-vulnérabilité masculine prédomine, les hommes sont davantage fragilisés par des politiques d’encadrement autoritaires qui remettent en cause la valorisation masculine par l’activité professionnelle.

8Si l’on est au final convaincu de l’intérêt – et sans doute de l’urgence – de parvenir à penser la domination masculine comme un processus et la masculinité comme une posture tout autant hiérarchique que hiérarchisante, la perspective des coûts n’apparaît que partiellement satisfaisante. D’une part l’immutabilité des coûts évoqués doit être discutée. D’autre part c’est la qualification même en termes de « coût » de certains phénomènes présentés dans l’ouvrage qui est discutable. Ainsi la rétention des émotions, appréhendée par Caroline New comme un prix à payer par les hommes pour se maintenir en position de domination, n’est pas une norme masculine invariable. Des travaux tendent au contraire à montrer que la capacité des hommes à exprimer leurs émotions, notamment dans le cadre des rapports amoureux, est en passe de devenir une injonction constitutive de la socialisation masculine (Bozon, 1996 ; Jonas, 2009 ; Benvido, 2009). Et, que penser de la classification en terme de « coût » des « actes d’autocensure émotionnelle auxquels les jeunes garçons sont invités lorsqu’on leur apprend qu’ils ne doivent pas pleurer, doivent-être courageux face à leurs peurs et leur souffrance physique, qu’ils doivent avoir de l’ambition, se montrer à la hauteur de leur identité masculine, être séducteur pour les filles de leur âge, etc. » (p. 27) ? Outre le fait que cet énoncé risque la naturalisation des émotions en induisant l’idée de leur capacité « émancipatrice », posées autrement, l’invulnérabilité aux aléas corporels et émotionnels, l’assurance et la témérité apparaissent davantage comme des ressources à l’exercice du pouvoir que comme son prix. Sans affaiblir l’important apport que constitue l’ouvrage pour la compréhension « du processus de socialisation contribuant à l’intériorisation des comportements stéréotypés » (p. 27) masculins, le douloureux labeur de la « fabrication des mâles » (Falconnet, Lefaucheur, 1975) gagnerait à être envisagé dans la perspective foucaldienne des disciplines de soi afin de ne pas laisser impensés les modes de subjectivation des catégories du pouvoir (Foucault, 1984, 2001).

Haut de page

Bibliographie

BENVIDO Bruno (dir.), Masculinités, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2009.

BOZON Michel, HEILBORN Maria Luiza, « Les caresses et les mots. Initiations amoureuses à Rio de Janeiro et Paris », Terrain, 27, 1996, pp. 37-58.

FALCONNET Georges, LEFAUCHEUR Nadine, La fabrication des mâles, Paris, Le Seuil, 1975.

FOUCAULT Michel, Histoire de la sexualité, t. 3, Le souci de soi, Paris, Gallimard, 1984.

FOUCAULT Michel, L’herméneutique du sujet. Cours au Collège de France, (1981-1982), Paris, Gallimard-Le Seuil, 2001.

JONAS Irène, « Les ouvrages “psy” sur le couple, un nouvel espace de contrôle d’une hétérosexualité normative », in DESCHAMPS Catherine, GAISSAD Laurent, TARAUD Christelle (dir.), Hétéros. Discours, Lieux, Pratiques, Paris, EPEL, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Gourarier, « Dulong Delphine, Guionnet Christine, Neveu Érik (dir.), Boys don’t cry ! Les coûts de la domination masculine », Genre, sexualité & société [En ligne], 8 | Automne 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 28 mai 2017. URL : http://gss.revues.org/2457

Haut de page

Auteur

Mélanie Gourarier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org