Navigation – Plan du site
Dossier
Articles

Le désir sexuel des femmes, du DSM à la nouvelle médecine sexuelle

Women’s sexual desire, from the DSM to the new sexual medicine
Marilène Vuille

Résumés

Les « troubles du désir sexuel » apparaissent dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-III) en 1980, sous une forme unisexe. Au cours des révisions successives du DSM jusqu’à sa version actuelle, un désir sexuel féminin spécifique se détache de l’entité commune. Sa définition est plus complexe que celle de la catégorie autrefois unisexe et désormais masculine. La formulation actuelle du désir sexuel féminin et de ses « dysfonctions » dans le DSM découle de l’influence d’un modèle circulaire proposé par des médecins sexologues au début des années 2000 pour schématiser le désir sexuel des femmes. Cette modélisation a été depuis largement reprise dans la discussion sexologique internationale. Elle sert de point de convergence à des savoirs sur la sexualité produits par différentes disciplines. Elle fonctionne comme lieu de coproduction d’entités nosologiques, de critères diagnostiques et de lignes de recherche neuroscientifique et pharmacologique. Elle est l’un des outils utilisés par une nouvelle « médecine sexuelle » en train de se constituer en spécialité médicale à part entière.

Haut de page

Texte intégral

1La question du désir sexuel occupe une place centrale dans les discussions médiatiques et scientifiques sur la sexualité. L’absence ou le degré insuffisant de désir est thématisé comme un problème qui touche les femmes plus que les hommes. Parmi les diverses « dysfonctions sexuelles féminines », le « trouble du désir sexuel hypoactif » (HSDD) est l’un des problèmes qui mobilisent le plus d’attention médiatique à l’heure actuelle. La primauté de la faiblesse du désir dans la pathologie sexuelle n’est pas nouvelle. Elle résulte de la norme culturelle « selon laquelle les gens doivent avoir des relations sexuelles et y prendre plaisir » ; c’est dans un tel « climat culturel » qu’il « devient possible pour un couple ou pour des individus de sentir qu’ils ne sont pas assez performants » (Gagnon, 2008, 129). Dans une enquête de 1999 conduite en France auprès des personnes exerçant la sexologie, les répondant-e-s signalaient déjà la perte de désir comme premier motif de consultation pour les femmes, cinquième pour les hommes (Giami et de Colomby, 2002, 566).

2Cet article prend pour objet les concepts et modèles sexologiques relatifs à la sexualité des femmes et tout particulièrement aux dysfonctions présumées de leur désir. J’y examine l’évolution de la notion de désir, de la fin des années 1970 à aujourd’hui. Mon intention est de remonter aux sources du débat sur le désir et ses « dysfonctions ». Le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) occupe une place importante dans ce débat scientifique (Angel, 2010), dans lequel ne sont pas impliqué-e-s uniquement des chercheur-e-s états-uniens ou d’autres pays anglophones. Au plan international, des scientifiques se servent du DSM comme ressource pour légitimer des lignes de recherche, des pratiques thérapeutiques et des prescriptions médicamenteuses, alors que d’autres chercheur-e-s et clinicien-ne-s contestent sa légitimité. C’est pourquoi je commence par retracer la trajectoire du désir sexuel dès son apparition dans le DSM-III sous la rubrique des « troubles du désir » jusqu’à la version la plus récente du manuel. Je montre que la notion de désir, initialement neutre, va se scinder par catégorie de sexe et prendre des connotations genrées au fil des révisions diagnostiques. Cette généalogie notionnelle offre une meilleure compréhension des discussions et développements scientifiques les plus récents autour du désir sexuel. Dans la seconde partie, je signale quelques-uns des processus impliqués dans la nouvelle modélisation genrée du désir et les enjeux qu’ils soulèvent dans un champ sexologique hétérogène et internationalisé. Je consacre une attention particulière à la biologisation de la sexualité et de ses troubles, ainsi qu’à la cérébralisation ou neurologisation du désir. Je mentionne également d’autres processus intervenus au cours des deux dernières décennies, sans pouvoir leur consacrer la même attention : le repositionnement des disciplines médicales dans la sexologie en vue de constituer une nouvelle « médecine sexuelle », la pharmaceuticalisation des « troubles sexuels » et la dépolitisation de la sexualité.

  • 1 «Désirs en échec ? Expérience et traitement des défaillances de la sexualité féminine : la construc (...)

3Les analyses et le questionnement adoptés ici s’inspirent de la critique féministe des sciences et des techniques qui s’est développée aux Etats-Unis à partir du tournant des années 1980 (Bleier, 1984 ; Fausto-Sterling, 1985 ; Keller, 1984 ; Laqueur, 1990 ; Martin, 1987 ; Oudshoorn, 1994). Ces travaux ont contribué à déconstruire la naturalité des différences de sexe en montrant les ressorts de leur production par les pratiques et les savoirs médicaux et scientifiques. Cette production – ou cette « invention » (Gardey et Löwy, 2000) – de la nature repose à la fois sur des procédés immatériels ou idéologiques (formulation de concepts et de métaphores, élaboration de représentations) et sur des pratiques concrètes (examens cliniques des corps, thérapies physiques et psychothérapeutiques, interventions chirurgicales, mise en place de dispositifs de recherche et d’équipements de laboratoire, élaboration de produits pharmaceutiques, essais cliniques, stratégies de communication et de marketing, création de sociétés médicales et scientifiques autour d’un problème, etc.). Dans cet article, je centre mon analyse sur les aspects discursifs et plus particulièrement notionnels de la production de savoirs scientifiques sur le désir sexuel. Je ne peux mentionner qu’en passant quelques-uns des liens multidirectionnels entre ces catégories de savoir et des actants (substances pharmacologiques) et acteurs/actrices (de la recherche et de la clinique organisées autour des « troubles du désir »), qui font l’objet d’une étude en cours1.

Les avatars du désir sexuel dans le DSM : de l’émergence d’une catégorie épicène à une division sexuée

4Le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux [Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders], publié par l’Association américaine de psychiatrie, est un ouvrage de référence en matière de nomenclature des pathologies et troubles mentaux ainsi que de critères permettant de les diagnostiquer. Son usage ne se limite pas aux psychiatres états-unien-ne-s, mais s’étend à d’autres professionnel-le-s de la santé à une échelle internationale, dont les sexologues. Ses modes d’exploitation sont diversifiés : clinique, scientifique, mercantile, idéologique, médico-légal, à des fins de pouvoir, de remboursement des soins, d’élaboration de politiques publiques, pour ne reprendre que quelques-uns des usages mentionnés par Minard (2013, 419-420). Il n’est pas seulement considéré comme « la bible » du diagnostic psychiatrique aux Etats-Unis (Demazeux, 2013, 147), mais aussi comme celle de la classification des dysfonctions et troubles sexuels (Wood, Koch et Mansfield, 2006, 237), que leur étiologie soit mentale ou organique.

5C’est par son absence que le désir s’est vu gratifier du privilège ambigu d’entrer dans le DSM. Le manque, ou la diminution du désir sexuel, est constitué en « trouble psychosexuel » à la fin des années 1970. Après quelques années, il acquiert une notoriété suffisante pour être désigné par le sigle HSDD, pour hypoactive sexual desire disorder, littéralement « trouble du désir hypoactif ». Deux psychiatres et sexologues américains, Harold Isaiah Lief (1917-2007) et Helen Singer Kaplan (1929-1995), (se) sont crédités de l’introduction de cette notion dans la nosologie sexologique, la même année (1977) mais indépendamment l’un de l’autre (Kaplan, 1995, 7).

6Harold Lief est un professeur de psychiatrie et de neurologie. Il est également psychanalyste et favorable à une approche psychosomatique en médecine. En 1960, il ouvre à l’Université de Pennsylvanie un centre destiné à promouvoir l’enseignement de la sexologie et le traitement de troubles sexuels sur des bases objectives. Il dirige par ailleurs une consultation conjugale. Dans ses études du conflit conjugal, il s’intéresse à la corrélation positive entre un faible niveau de testostérone et une diminution du désir sexuel chez les femmes aussi bien que chez les hommes. Son analyse étiologique ne se limite toutefois pas à des causes biologiques ; il considère la dépression et la distance émotionnelle entre époux comme de puissants facteurs d’inhibition du désir (Pearce, 2007). Lief se sert en effet de l’expression « désir sexuel inhibé » [inhibited sexual desire] pour nommer ce trouble particulier qu’il repère chez certain-e-s patient-e-s.

7Helen Kaplan est à la fois docteure en psychologie et en médecine. Après sa formation en psychologie clinique et en psychiatrie, elle devient professeure de psychiatrie au collège médical Weill Cornell de New York en 1970. La même année, elle institue le programme d’enseignement de la sexualité humaine [Human Sexuality Program] à la Payne Whitney Clinic, l’une des plus prestigieuses cliniques psychiatriques de New York. Ses travaux sont marqués comme ceux de Lief par l’influence de la psychanalyse, dont elle cherche à combiner les techniques avec les méthodes comportementales (Saxon, 1995 ; Giami et de Colomby, 2002, 562 ; Angel, 2010, 538). Dans le premier article qu’elle consacre aux troubles du désir sexuel, Kaplan déclare s’être intéressée à l’hypoactivité du désir en étudiant les échecs de la thérapie sexuelle (Kaplan, 1977, 3). Elle distingue le « désir sexuel hypoactif » comme cause majeure d’échec thérapeutique et décrit la spécificité du désir dans le mécanisme triphasé de la « réponse sexuelle » humaine (désir – excitation – orgasme). Les notions d’« inhibition » du désir, de « troubles de la faible libido » [low-libido disorders] et de « désir réduit » [low desire] apparaissent également dans cet article précurseur du HSDD.

8Kaplan et Lief sont tous deux membres du groupe de travail de l’Association américaine de psychiatrie (APA) chargé de rédiger la rubrique du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux consacrée aux troubles sexuels. En 1978, ils proposent d’inclure la catégorie diagnostique de « troubles du désir » dans la troisième version du manuel (Kaplan, 1995, 8). Dans cette première étape, aboutie avec la parution de la version américaine du DSM-III en 1980, c’est la terminologie de Lief qui est adoptée, soit celle d’« inhibition du désir sexuel » (APA, 1983, 302). La nouvelle classe nosologique est immédiatement acceptée et, dans son récit rétrospectif, Kaplan se félicite de ce que ces « syndromes » connaissent « une explosion d’intérêt » et que bientôt « des milliers de patient-e-s et de couples » au désir déficient sont « étudiés, évalués et traités » dans les cliniques sexologiques américaines (Kaplan, 1995, 8).

9L’édition suivante du manuel psychiatrique, le DSM-III-R de 1987, creuse le filon du désir en distinguant deux troubles du désir au sein de la catégorie des « dysfonctions sexuelles » qui se substitue à celle de « troubles des fonctions psychosexuelles » du DSM-III : la « baisse du désir sexuel » – dont la nomination américaine, hypoactive sexual desire disorder, reprend la notion d’« hypoactivité » proposée par Kaplan en 1977 en lieu et place de celle d’« inhibition » – et « l’aversion sexuelle » [sexual aversion disorder]. Le premier est défini comme « l’absence ou la déficience persistante et répétée de fantaisies imaginatives d’ordre sexuel et du désir d’activité sexuelle », le deuxième comme « l’aversion extrême, persistante ou répétée et l’évitement de tout – ou presque tout – contact avec un partenaire sexuel » (APA, 1992, 330).

  • 2 Contrairement à Helen Kaplan, William Masters et Virginia Johnson ne sont pas directement impliqués (...)

10Il est intéressant de relever qu’au moment de leur apparition dans la sexologie américaine, puis de leur inscription dans le DSM, les « troubles du désir » ne sont pas associés à un sexe : la formulation neutre laisse entendre que des hommes comme des femmes sont susceptibles de les présenter. Cette neutralité provient du modèle de référence adopté par le manuel psychiatrique pour jauger le degré de perturbation présenté par certains individus. Il s’agit du modèle du célèbre couple de sexologues américains William Masters (1915-2001) et Virginia E. Johnson (1925-2013), qui découpe la « réponse sexuelle » humaine en quatre phases : les préliminaires, l’excitation, l’orgasme et la résolution2. La phase des préliminaires est la plus succinctement décrite. Elle est toutefois d’un intérêt crucial car c’est la seule à faire intervenir la notion de désir (les autres phases font état de sensations, notamment de plaisir et de détente) et c’est également la seule qui ne signale aucune différence entre les hommes et les femmes. Contrairement à l’acception profane du terme, les préliminaires ne sont pas définis dans le DSM comme des contacts corporels (caresses, baisers) qui précèdent le coït, mais comme une étape mobilisant l’esprit plus que le corps : « Il s’agit de fantasmes concernant l’acte sexuel et d’un désir d’activité sexuelle. » (APA, 1983, 299 ; APA, 1992, 237) Les trois étapes suivantes s’arriment par contre au corps, et des spécificités masculines et féminines sont mentionnées pour chacune d’entre elles. La description de la phase de l’excitation évoque les modifications physiologiques des organes respectifs des femmes (petites lèvres, vagin, seins) et des hommes (pénis), celle de la phase de l’orgasme des réactions spécifiques (respectivement la contraction de la paroi du vagin et l’éjaculation) et celle de la phase de résolution oppose les hommes « physiologiquement réfractaires pendant un certain temps à une érection ultérieure ou à un orgasme » aux femmes qui peuvent « répondre presque immédiatement à de nouvelles stimulations » (APA, 1983, 300 ; APA, 1992, 327). Dans cette présentation, l’excitation, l’orgasme et toutes les sensations qui accompagnent l’activité sexuelle sont scindés en fonction du sexe, plus précisément de l’appareil génital mâle ou femelle. Par contre, le désir reste unifié et prend naissance dans le cerveau, ainsi que Kaplan l’écrit dans son article avant-coureur : « Le désir est un appétit dont le cerveau est le siège ; l’excitation et l’orgasme font intervenir des réflexes autonomes des organes génitaux. » (Kaplan, 1977, 3 ; ma traduction)

11Tandis que la première (1952) et la deuxième (1968) éditions du DSM reflétaient l’influence prégnante de la psychanalyse sur la psychiatrie américaine, le DSM-III (1980) marque clairement l’affaiblissement de cette influence en privilégiant dans ses descriptions le modèle biologique par rapport au modèle psychodynamique (Demazeux, 2013 ; Minard, 2013). L’éviction progressive de la psychanalyse se donne à voir dans des modifications minimes mais non dépourvues d’importance. Alors que la catégorie générique des désordres mentaux en lien avec la sexualité est celle des « troubles psychosexuels » dans le DSM-III, à partir de la version suivante (DSM-III-R) le manuel adopte l’expression de « troubles sexuels ». La disparition du préfixe psycho est un indice de la perte d’influence de la psychanalyse dans la psychiatrie américaine, dont le corollaire est une relégation de l’expérience psychologique de la sexualité au rang d’épiphénomène d’une fonction toujours plus ancrée dans un substrat biologique.

12Le DSM-III-R de 1987 (1992 dans sa traduction française) consacre donc l’appellation de « dysfonctions sexuelles » pour qualifier une sous-catégorie de « troubles sexuels » consistant en « une inhibition de l’appétence sexuelle ou en des modifications psycho-physiologiques qui caractérisent habituellement le déroulement complet de la réponse sexuelle » (APA, 1992, 327). Ces dysfonctions sexuelles se subdivisent elles-mêmes en sous-catégories correspondant aux phases de la « réponse sexuelle » (préliminaires, excitation, orgasme), à l’exception de la phase dite de résolution. Les « troubles du désir », neutres du point de vue du sexe, contrairement aux « troubles de l’excitation » et de l’« orgasme », correspondent dans cette logique à un dysfonctionnement de la première phase de la « réponse sexuelle », celle des préliminaires.

13Quelques années plus tard, le DSM-IV reprend à l’identique la catégorisation diagnostique et ses subdivisions, mais introduit une modification terminologique dans la nomination des étapes du processus sexuel à l’aune duquel les dysfonctions sont établies. Les phases d’excitation, d’orgasme et de résolution restent inchangées, mais la première phase troque son ancien nom de « préliminaires » contre celui de « désir » (APA, 1996, 578). Cette consécration du désir en tant qu’étape initiale – et indifférenciée du point de vue du sexe – du processus sexuel normal (fonctionnel) pourrait en première analyse s’interpréter comme un infléchissement tardif vers le modèle ternaire et les notions proposés par Helen Kaplan en 1977. En réalité, ce changement terminologique annonce plutôt une déstabilisation des schématisations qui faisaient jusqu’alors consensus. Dans le DSM-5, toute référence explicite à un modèle de « réponse sexuelle » est abandonnée, comme si les « troubles » protéiformes de la sexualité ne pouvaient plus être reliés aux phases ordonnées d’un processus stable. La page introductive du chapitre des dysfonctions sexuelles cite en vrac l’éjaculation retardée, le trouble érectile, le trouble de l’orgasme féminin, le trouble de l’intérêt/de l’excitation sexuelle féminine, la douleur génito-pelvienne/le trouble de la pénétration, le trouble du désir sexuel hypoactif masculin, l’éjaculation précoce, la dysfonction sexuelle induite par une substance et d’autres dysfonctions sexuelles spécifiées et non spécifiées (APA, 2013, 423). Outre la prolifération de ces « troubles » rattachés à la rubrique des « dysfonctions sexuelles » et le renoncement à les classifier en les assignant à des moments repérables de la « réponse sexuelle », cette liste révèle un tournant majeur dans la biographie du désir. Alors que la « baisse du désir sexuel » ou « trouble du désir sexuel hypoactif » [hypoactive sexual desire disorder, HSDD] était jusqu’ici une catégorie nosologique neutre du point de vue du sexe, elle se scinde désormais en deux catégories féminine et masculine. Le pendant masculin, ou « trouble du désir sexuel hypoactif masculin », conserve presque à l’identique la définition introduite dans le DSM-III-R, à savoir celle d’une « déficience (ou absence) persistante ou répétée de pensées d’ordre sexuel/érotique ou de fantasmes et du désir d’activité sexuelle » (APA, 2013, 440 ; ma traduction). Cette définition simple dans sa formulation contraste avec la présentation en six points du « trouble de l’intérêt/de l’excitation sexuelle féminine » [female sexual interest/arousal disorder], correspondant mais non équivalent au HSDD masculin. Ce trouble féminin est défini par le DSM de la manière suivante :

« Absence ou réduction considérable de l’intérêt/de l’excitation sexuelle, qui se manifeste par au moins trois des critères suivants :

Absence/réduction d’intérêt pour l’activité sexuelle.

Absence/réduction de pensées ou de fantasmes sexuels/érotiques.

  • 3 L'absence/la réduction des marques du genre grammatical en anglais est cause de troubles de la trad (...)

Absence/réduction d’initiation de l’activité sexuelle, et notamment non réceptivité aux tentatives d’initier une activité sexuelle de la part d’un-e partenaire [a partner]3.

Absence/réduction d’excitation [excitement]/de plaisir sexuel pendant l’activité sexuelle dans presque toutes ou dans toutes (environ 75 % à 100 %) les rencontres sexuelles (dans des contextes situationnels identifiés ou, en cas de généralisation, dans tous les contextes).

Absence/réduction d’intérêt/d’excitation [arousal] sexuelle en réponse à des signaux sexuels/érotiques internes ou externes (p.ex. écrits, verbaux, visuels).

Absence/réduction de sensations génitales ou non génitales pendant l’activité sexuelle dans presque toutes ou dans toutes (environ 75 % à 100 %) les rencontres sexuelles (dans des contextes situationnels identifiés ou, en cas de généralisation, dans tous les contextes). » (APA, 2013, 433 ; ma traduction)

14Je m’arrêterai sur trois aspects de cette description diagnostique sous forme de liste. Tout d’abord, le « trouble du désir féminin » a été scindé et renommé « trouble de l’intérêt »/« de l’excitation ». D’autre part, la définition isole plusieurs phénomènes ou moments à l’occasion desquels la « fonction sexuelle » peut être affectée : l’intérêt, les pensées et les fantasmes, la réceptivité (aux approches d’autrui), la tension et le plaisir, l’excitation, et les sensations. Enfin, on retrouve en filigrane un découpage du processus sexuel, cette fois-ci en deux phases seulement, celle de l’« initiation » et celle de l’« activité sexuelle » elle-même. Il n’est pas possible de rattacher ces aspects, potentiellement contradictoires, à un modèle de « fonction sexuelle » identique ni à une influence unique. La distinction entre « initiation » et « activité sexuelle » se rattache à l’influence de la neurobiologie comportementale, qui renoue avec le behaviorisme de la sexologie de Kinsey (1894-1956) et de Masters et Johnson. La partition du désir, de même que l’émiettement de ses occasions d’absence ou de réduction, découlent au contraire de la contestation des modèles de cette sexologie américaine de la deuxième moitié du XXe siècle. Et pourtant, des alliances ne manquent pas de se nouer entre ces influences divergentes repérables dans les diagnostics du DSM-5.

15La première influence, issue de la tradition comportementaliste en sexologie, est repérable dans la partition entre phase d’initiation et phase l’activité sexuelle. En effet, même si le DSM-5 ne se réfère plus à un modèle officiel de la « réponse sexuelle », cette partition se rapproche du schéma proposé par la neurobiologie comportementale. Ce courant de recherche sur la sexualité, très en vue à l’heure actuelle, se fonde sur des modèles animaux pour étudier les fonctions sexuelles aux niveaux neuro-anatomiques, neurochimiques et moléculaires. Il sépare les activités sexuelles humaines aussi bien qu’animales en phases dites « appétitive » et « consommatoire », censées caractériser les comportements engagés respectivement avant et pendant la copulation (Pfaus, 2009, 1508). La perspective et le savoir développés par ce courant correspondent bien à la description faite par Corrêa d’une sexologie de la deuxième moitié du XXe siècle « qui garde encore une position ambiguë quant à son appartenance à la médecine, maintient une perspective fortement naturalisée de la sexualité, dans laquelle sont valorisés des aspects tels que la comparaison avec des espèces inférieures, des mesures biophysiques et physiologiques, avec peu d’égards vis-à-vis de la question de l’identité et des valeurs morales et affectives qui sont impliquées dans le sexe et la sexualité » (Corrêa, 1999, 91). La neurobiologie comportementale est prolixe en publications, principalement dans les revues de la Société internationale de médecine sexuelle [International Society of Sexual Medicine, ISSM], à savoir le Journal of Sexual Medicine (dont le premier numéro est paru en juillet 2004), Sexual Medicine Reviews (créé en mai 2013) et Sexual Medicine (le dernier-né, en août 2013). L’un de ses représentants notoires est le psychologue James G. (Jim) Pfaus, détenteur d’un doctorat en biopsychologie de l’université de Vancouver et professeur rattaché au Centre d’étude en neurobiologie comportementale [Center for Studies in Behavioral Neurobiology] de l’université Concordia à Montréal.

16La modélisation retenue par la biologie neurocomportementale pour décrire la sexualité des rats et celle des humains n’est toutefois pas la seule influence repérable dans les nouvelles formulations diagnostiques du DSM-5, ni la plus importante. Un autre type de discours sur la sexualité, se réclamant d’une sexologie féministe, a pesé de tout son poids dans le rejet du modèle de « la réponse sexuelle humaine » adopté jusqu’alors, de même que dans l’abandon du terme de désir pour nommer les « troubles » sexuels féminins. Au tournant des années 1990-2000, des chercheuses et cliniciennes états-uniennes et canadiennes ont dirigé leurs critiques contre la modélisation épicène de la sexualité. La disparition du mot « désir » au profit des catégories distinctes de l’« intérêt » et de l’« excitation » sexuels correspond aux propositions de quelques-unes de ces sexologues féministes aux yeux de qui le modèle du désir moteur de l’activité sexuelle correspond à l’expérience sexuelle masculine, mais rate celle des femmes. À les suivre, le désir/intérêt, plus mental ou psychologique, présenterait une interaction non linéaire avec l’excitation, qui serait plus physique (Wood, Koch et Mansfield, 2006, 237-238). La modification nosologique du DSM ne correspondrait-elle pas alors à un retour par la fenêtre du psychologique congédié par la porte ? Ces critiques n’étaient pas dirigées uniquement contre « l’utilisation du modèle masculin comme standard », mais aussi contre « l’utilisation d’un modèle linéaire de la réponse sexuelle » (idem, 236). Ainsi sont rejetés le modèle de la « réponse sexuelle humaine » en quatre phases de Masters et Johnson, comme la variante ternaire proposée par Kaplan, au profit d’un modèle circulaire du désir sexuel, appelé aussi modèle de Basson.

La circularité des nouveaux modèles et leur circulation internationale

17Rosemary Basson, actuellement professeure au département de psychiatrie et directrice du programme de médecine sexuelle de l’université de Colombie britannique à Vancouver, a joué un rôle central dans la formulation du nouveau paradigme des « dysfonctions sexuelles féminines » [female sexual dysfunctions, FSD], catégorie qui englobe l’ensemble des « troubles » de la sexualité féminine, dont le « trouble du désir hypoactif » (HSDD). Elle est la première des dix-neuf auteur-e-s d’un article connu comme le « rapport Basson » (Basson et al., 2000) ou Consensus Report, qui vise à établir une définition et un système de classification consensuels des FSD, incluant tous les « troubles » sexuels féminins, qu’ils soient psychiques ou organiques.

18Basson (2001) reproche aux modélisations sexologiques classiques de poser la « réponse masculine » comme exemplaire du processus sexuel humain, alors qu’elle ne correspond pas à l’expérience décrite par un grand nombre de femmes, en particulier celles vivant depuis longtemps en couple monogame. L’absence de désir sexuel spontané, tel que révélé par des pensées ou des fantasmes, n’empêche pas ces femmes d’être réceptives à des stimuli sexuels, notamment ceux fournis par leur partenaire. C’est pourquoi la psychiatre propose de schématiser le « cycle de la réponse sexuelle féminine » par un modèle circulaire. Il vaut la peine de présenter ce dernier dans les propres termes de Basson, afin de mieux faire comprendre comment sa pensée saisit son objet de connaissance. Son style, distancié, objectivant (et ingrat), se veut sans doute purement descriptif, alors que ses énoncés entérinent une conception normative de la sexualité féminine, une sexualité en définitive fonctionnelle aux besoins d’autrui :

  • 4 « When a woman senses a potential opportunity to be sexual with her partner, although she may not " (...)

« Lorsqu’une femme perçoit une occasion potentielle d’être sexuelle avec sa/son partenaire [her partner], il se peut qu’elle n’ait pas "besoin" de ressentir l’excitation ou d’atteindre l’orgasme pour son propre bien-être sexuel et qu’elle n’en soit pas moins motivée à faire délibérément tout le nécessaire pour faciliter l’interaction sexuelle dont elle attend des profits potentiels qui, sans être strictement sexuels, sont très importants. Une proximité émotionnelle accrue, la création de liens affectifs, l’implication relationnelle, la tolérance aux imperfections de l’autre et le souhait d’accroître le bien-être du partenaire servent de facteurs motivationnels des plus valables pour activer le cycle. Elle [sous-entendu, la femme] part d’un état de neutralité sexuelle, passe par une ouverture d’esprit ou une bonne volonté à être réceptive aux stimuli, pour aller vers un certain degré de plaisir sexuel et d’excitation. S’ensuit une sorte de désir sexuel de continuer l’expérience. Par la suite elle peut ressentir une excitation plus grande et peut-être un soulagement orgasmique. Si l’aspect émotionnel de l’interaction, de même que son aspect physique, est positif, l’intimité est améliorée et le cycle renforcé. Cela contraste avec le "cycle de réponse sexuelle humaine" traditionnel de Masters et Johnson et Kaplan, qui dépeint le désir sexuel comme une force spontanée qui elle-même déclenche l’excitation sexuelle. » (Basson, 2001, 396-7 ; ma traduction)4

19Kaplan considérait en effet le désir sexuel comme la première phase « normale » de l’activité sexuelle humaine et décrivait par conséquent comme un « trouble » l’absence chez les femmes de l’envie de s’engager dans des activités sexuelles, même lorsque persistait leur capacité d’éprouver de l’excitation, voire un orgasme, sous l’effet des stimulations de leur partenaire. Par contre, dans le modèle de Basson, le désir féminin n’est pas nécessairement un point de départ ; il se disperse en quelque sorte dans toutes les étapes de l’activité sexuelle.

20Cette nouvelle schématisation a été présentée comme un progrès féministe par rapport au modèle sexologique classique qui (ne) serait valide (que) pour décrire le fonctionnement sexuel masculin. Elle permettrait de mieux comprendre les spécificités des femmes et, partant, d’apporter des solutions plus adéquates à leurs problèmes sexuels (Basson et al., 2003). Des auteures soulignent qu’elle est fondée sur l’« expérience clinique », ce qui lui a permis de découvrir entre autres que les femmes peuvent avoir des relations sexuelles pour toutes sortes de raisons qui ne nécessitent pas de désir, par exemple des relations « motivées par la sécurité, l’argent, la coercition ou la peur » (Wood et al., 2006, 238). Le constat « clinique » que des femmes ont des activités sexuelles pour d’autres motifs que le désir peut difficilement passer pour une avancée majeure du savoir sur la sexualité féminine. Ce qui m’apparaît stupéfiant est sa mobilisation en tant qu’argument venant soutenir la différence – ancrée dans les représentations les plus stéréotypées de la sexualité – entre le désir spontané et polarisé des hommes et le désir plus labile et dispersé des femmes. Il aurait pu, au contraire, fournir à ces clinicien-ne-s l’occasion de rétablir une symétrie entre les sexes, par une réflexion sur l’exercice de la sexualité en situation de domination sociale et sur la place occupée par le désir selon que les individus (les hommes comme les femmes) sont dominés, dominants ou égaux dans la relation sexuelle. En fait, loin d’être féministe, le modèle circulaire nouvellement développé pour décrire la « réponse sexuelle féminine » entérine à nouveaux frais des idées traditionnelles sexistes. Il n’est pas difficile de deviner les més/usages politiques que ce modèle peut conforter, à commencer par l’injonction faite aux femmes vivant en couple hétérosexuel à rester sexuellement disponibles pour leur conjoint quelles que soient les circonstances de leur vie (par exemple, dans la période postnatale, cf. Hirt, 2009).

  • 5 Il est intéressant que Levin s'empare des formulations les plus récentes sur le désir pour renouer (...)

21À partir des années 2000, de nombreux sexologues acquiescent au modèle de Basson ou élaborent des conceptualisations qui s’en rapprochent, dans des revues comme le Journal of Sex & Marital Therapy, le Journal of Sexual Medicine, mais aussi dans les revues de diverses spécialités médicales. Par exemple, Levin (2002) rappelle lui aussi les faiblesses du modèle classique « désir – excitation – orgasme – résolution ». Il reproche à ses tenants de méconnaître d’une part le caractère dual de l’excitation sexuelle humaine, qui sert des fonctions reproductives et récréatives, d’autre part l’existence de deux types de désir : le désir sexuel spontané ou endogène et le désir activé par (et pendant la phase de) l’excitation sexuelle. Ces distinctions lui permettent d’expliquer que de nombreuses femmes n’éprouvent jamais de désir spontané sans que cela puisse être jugé anormal ni que cela nuise à la procréation – même si le désir « en réponse » et l’excitation sexuelle semblent favoriser les mécanismes de la conception5. D’autres auteurs poussent plus avant ce fractionnement du désir. Ce ne sont pas deux entités de désir (endogène et réactif), mais trois composants que repèrent les chercheurs d’une équipe internationale (Canada, Danemark et Suisse) dans deux articles où ils récapitulent les connaissances sur le « trouble du désir sexuel hypoactif » (HSDD) chez les femmes et dressent des directives standardisées pour sa prise en charge. Le désir se compose selon eux de la pulsion (composant biologique), de la motivation (composant psychophysiologique) et de la réceptivité aux stimuli sexuels (composant physico-cognitif) (Bitzer, Giraldi et Pfaus, 2013, 37). Cette triade « drive – motivation – responsiveness » s’accorde avec le modèle circulaire de Basson et permet de renforcer son assise scientifique. Le désir, dans sa composante instinctuelle ou spontanée, peut fort bien ne pas être présent dans la première étape de l’activité sexuelle, mais apparaître, sous sa forme réactive (ou réceptive), en cours d’action.

22Le fractionnement du désir et la distribution de ses segments dans un schéma circulaire de l’activité sexuelle facilite également sa biologisation et celle de ses « troubles ». Il permet de rabattre chaque composant du désir sur des mécanismes de neurotransmission spécifiques et, par conséquent, d’expliquer le manque de désir ou sa faiblesse par un défaut d’activation des systèmes neuronaux. Toutes les causes de diminution du désir (pathologie douloureuse, conflits conjugaux, consommation de substances…) trouvent leur traduction dans ces mécanismes, quoique les auteurs affirment que l’étiologie de ces phénomènes n’est pas encore claire :

« Même si les facteurs étiologiques précis du développement et du maintien du HSDD n’ont pas été déterminés chez les femmes ni chez les hommes, on croit à l’heure actuelle qu’un faible désir sexuel est dû soit à une excitation hypofonctionnelle, soit à une inhibition hyperfonctionnelle [des systèmes neuronaux], soit à une combinaison des deux. Ces systèmes neuronaux sont sensibles et vulnérables à un très grand nombre de facteurs biologiques, psychologiques et sociaux qui peuvent réduire cliniquement le désir sexuel et causer de la détresse ou de la gêne personnelle. » (Bitzer, Giraldi et Pfaus, 2013, 41-42 ; ma traduction)

23Dans ce cadre conceptuel, le désir sexuel est défini, d’un point de vue biologique, comme la capacité du cerveau à répondre aux changements hormonaux et neurochimiques qui activent les systèmes d’excitation sexuelle (idem, 39).

24Tout en voulant se dégager des modèles classiques de la « réponse sexuelle », les conceptualisations les plus récentes de la recherche sexologique sur le désir présentent donc plusieurs lignes de continuité avec les premières formulations d’Helen Kaplan (dont on se souvient qu’elle situait aussi le désir dans le cerveau, par opposition à la localisation génitale de l’excitation et de l’orgasme). La position royale des neurosciences dans la recherche médicale actuelle a permis de renforcer la cérébralisation du désir, mais également d’établir une hiérarchisation étiologique. Les facteurs de trouble se voient en effet réalignés dans une configuration causale où les hormones sexuelles continuent à jouer un rôle important (la testostérone est considérée comme la principale hormone du désir sexuel chez les femmes comme chez les hommes), mais indirect, par leur effet sur des neurotransmetteurs. Désormais, ce sont les « circuits neuronaux » du désir, plutôt que ses fluctuations hormonales, que les chercheurs traquent en priorité. Le « rapport sur la médecine sexuelle » rendu public lors du 106e congrès de l’Association française d’urologie à Paris en 2012, et qui vise à présenter la somme des acquisitions scientifiques des quinze années précédentes, nous offre une illustration de ce « tournant neuronal ». Son premier point traite de l’anatomie et de la physiologie de la sexualité humaine et il y est « notamment question du rôle des circuits nerveux et des neuromédiateurs, chez l’homme et la femme ». Les points suivants abordent les nombreuses dysfonctions sexuelles, à commencer par « les troubles du désir, de l’excitabilité et de l’orgasme chez la femme »6.

25En 2011, une équipe multidisciplinaire genevoise annonce avoir découvert les « bases neuronales » du désir, grâce à un dispositif d’étude soumettant des femmes, correspondant ou non au diagnostic du « trouble du désir sexuel hypoactif » (HSDD), à des tests sous imagerie à résonance magnétique fonctionnelle (IRMf). En présentant des images érotiques aux femmes des deux groupes, les chercheurs observent l’activation d’aires cérébrales différentes selon le degré de désir (Bianchi-Demicheli et al., 2011). Les résultats de cette étude sont aussitôt rendus publics par un communiqué de presse de la Direction de la communication et du marketing des Hôpitaux Universitaires de Genève qui titre : « Une avancée en sexologie : les troubles du désir féminin cartographiés dans le cerveau »7. Ce communiqué mentionne l’intérêt de l’identification de ces aires pour « proposer des thérapies plus ciblées, par exemple sur des fonctions cognitives très précises comme la représentation de soi ou le contrôle de la prise de décision ». Il ne donne par contre aucune indication quant à la nature de ces thérapies ciblées : psychothérapie, antidépresseurs, une combinaison des deux ? Nous ne disposons à l’heure actuelle ni du recul ni des données nécessaires pour évaluer les effets des nouvelles modélisations sexologiques et des « découvertes scientifiques » qui les confortent sur le nombre de patient-e-s diagnostiqué-e-s en déficit de désir ni sur les modalités de leur prise en charge dans les cabinets médicaux. Nous pouvons toutefois observer la place centrale qu’occupe l’industrie pharmaceutique dans la nouvelle configuration sexologique et la prolifération de sous-catégories de « troubles sexuels ».

26L’histoire de la montée en puissance des « dysfonctions sexuelles féminines » (FSD) aux Etats-Unis et dans les arènes scientifiques et médiatiques internationales a été relatée par plusieurs auteurs critiques (Moynihan 2003 ; Fishman, 2004 ; Tiefer, 2006), mais aussi par Rosemary Basson et ses co-auteur-e-s elles/eux-mêmes (2000, 2003). Ces récits rappellent tous à leur manière, dénonciatrice ou laudative, le rôle déterminant joué par des urologues américain-e-s dans la création d’un comité interdisciplinaire et international engagé dans la campagne de diffusion des diagnostics subsumés sous la classe de « dysfonctions sexuelles féminines ». Ces clinicien-ne-s entretiennent presque tou-te-s des liens étroits avec les compagnies pharmaceutiques, dont Pfizer (qui a élaboré et breveté en 1996 le citrate de sildénafil, commercialisé dès 1998 aux Etats-Unis et dès 1999 en Europe sous le nom de Viagra, pour traiter les troubles de l’érection) et Lilly (qui a commercialisé sous le nom de Cialis une molécule très similaire au sildénafil, mais d’action plus longue).

27Les expert-e-s des FSD déplorent que ces « troubles », très fréquents parmi les femmes (« highly prevalent » est leur expression consacrée), soient trop peu pris en charge par la médecine, contrairement aux « dysfonctions sexuelles » masculines. Or la part des femmes souffrant de « dysfonctions sexuelles » s’élèverait à 43 %, contre 31 % pour les hommes (Laumann et al., 1999, 541). Ces chiffres et l’étude qui les avancent sont cités sans relâche par les médecins impliqués dans la campagne de diffusion de la catégorie nosologique de « female sexual disorders », dans les revues scientifiques comme sur les sites internet des organismes qui les emploient et, pour certains d’entre eux, dans leurs interventions dans des magazines électroniques et blogues à destination du grand public. Les auteurs de l’étude constamment citée pour asseoir la réalité des FSD ne sont pas médecins. Edward O. Laumann est professeur de sociologie à l’université de Chicago, Anthony Paik est masterant en sociologie au moment de la publication, et Raymond C. Rosen, quoique professeur de psychiatrie à l’université de médecine et d’odontologie du New Jersey, est psychologue de formation (il ne détient pas le titre de medical doctor, mais de philosophiæ doctor)8. Deux mois après la publication de leur article dans le prestigieux Journal of the American Medical Association paraît un correctif précisant que les auteurs ont oublié « par inadvertance » de divulguer leurs conflits d’intérêts [financial disclosures]. Il s’avère ainsi que Laumann fait partie, depuis 1997, du comité scientifique consultatif de Pfizer pour le développement du Viagra. De son côté, Rosen a fait office de chercheur et de consultant pour Pfizer, Merck & Co, Eli Lilly, Bristol-Meyers Squibb, Procter & Gamble et ICOS Corporation. Le lectorat en possession de cette information peut conclure – à tort ou à raison – que leur étude ne prend pas place dans une ligne de recherche fondamentale dégagée d’intérêts économiques, mais qu’elle se rapproche d’une étude de marché. Quoi qu’il en soit, cette rencontre (pour ne pas dire collusion) d’intérêts est susceptible de générer des gains financiers et symboliques importants pour les chercheurs dont les travaux sont financés et diffusés comme pour les firmes pharmaceutiques qui exploitent les résultats de la recherche.

La biologisation (des troubles) du désir : quels changements, quels effets ?

28Les concepts et les modèles, de même que la définition des problèmes cliniques et de recherche posés dans la littérature consacrée aux « troubles de la sexualité », et finalement les solutions thérapeutiques proposées participent d’une biologisation de la sexualité et de ses problèmes. La modélisation sexologique de la deuxième moitié du XXe siècle inscrivait – et enfermait – déjà les activités sexuelles dans un corps placé dans un vacuum socioculturel. Cette tendance s’accentue avec les nouveaux modèles. Les neurosciences renforcent l’idée d’une nature cérébrale du désir en ancrant les émotions (auxquelles le désir est implicitement assimilé) dans des « circuits » et des « réseaux neuronaux », ainsi que dans des « aires cérébrales » dont l’activation est observable grâce aux techniques d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf). L’imagerie cérébrale joue ainsi un rôle analogue à celui de la cage vitrée qui permet d’observer le comportement sexuel des rats de laboratoire. Toutefois, les nouveaux modèles biologisants ne sont pas accueillis de manière identique selon qu’ils décrivent la sexualité masculine ou féminine. Comme Alain Giami (2007) l’a bien montré, l’approche organiciste actuelle de la sexualité a été accueillie avec hostilité dans divers milieux professionnels et idéologiques (dont des milieux féministes), où l’idée d’une « fonction sexuelle » féminine organique et physiologique – plutôt que psychologique – paraissait inacceptable. A contrario, la vision biologisante de la « fonction sexuelle » masculine, qui ne fait que renforcer les représentations traditionnelles de la sexualité masculine, a été peu contestée jusqu’ici.

29L’historien de la médecine et des sciences Jean-Paul Gaudillière a souligné, avec d’autres auteures (Oudshoorn, 1994 ; Hausman, 1995 ; Fausto-Sterling, 2012), le rôle joué par la découverte des hormones sexuelles dans la recomposition des savoirs sur le sexe et le genre. Les hormones sexuelles ont été utilisées par les scientifiques pour « compléter la définition anatomique des sexes par d’autres attributs biologiques dont les plus importants sont le sexe génétique et le sexe hormonal ». L’historien précise que « [c]ette reconfiguration n’a pas seulement ajouté de nouveaux niveaux d’appréhension des organismes. Elle les a aussi organisés en une hiérarchie du naturel, encore dominante aujourd’hui, et qui veut que les gènes contrôlent les cellules, qui déterminent la physiologie, qui détermine l’anatomie » (Gaudillière, 2003, 58). N’assiste-t-on pas aujourd’hui à de nouveaux déplacements dans la hiérarchisation du naturel, suscités par la neurobiologisation du fonctionnement sexuel ? Avec la mise au premier plan du rôle des neurotransmetteurs, l’importance accordée aux hormones sexuelles dans l’explication du fonctionnement du désir s’atténue un peu. Toute la question est de savoir vers quelles représentations de la nature des différences de sexe ces déplacements peuvent conduire. Les « troubles du désir », nous l’avons vu, sont supposés affecter les femmes dans une proportion bien plus importante que les hommes. En suivant l’évolution des modèles du processus de la « réponse sexuelle », nous avons assisté également à la scission d’un désir initialement unisexe en deux entités distinctes : d’une part un désir dit spontané, endogène ou pulsionnel, plutôt masculin, d’autre part un désir réactif ou réceptif caractéristique des femmes. La conjonction de cette différenciation sexuée du désir et de la localisation du désir dans le cerveau m’amène à supposer l’existence de mécanismes neurologiques, ou d’aires cérébrales différentes ou diversement activées selon le sexe. Tester cette hypothèse fait probablement partie du programme « neurosexologique », même si les équipes de recherche dont j’ai mentionné les études par IRMf n’ont pas jusqu’ici comparé des cerveaux de femmes et d’hommes, mais exclusivement des cerveaux de femmes « normales » et « déficientes » sur le plan du désir.

30Le corollaire de la biologisation de la sexualité et de ses « troubles » est leur « pharmaceuticalisation », concept avancé par le sociologue John Abraham pour décrire le processus à travers lequel des problèmes corporels, comportementaux ou sociaux sont traités ou considérés comme devant être traités à l’aide de médicaments, que ce soit par des médecins, des patient-e-s ou les deux (Abraham, 2010, 290). Abraham a montré que la pharmaceuticalisation ne peut s’expliquer par la croissance des besoins de santé et que peu d’avancées thérapeutiques réelles prennent place dans son sillage. Elle résulte surtout de l’expansion des marchés pharmaceutiques, expansion elle-même produite par les campagnes des firmes pharmaceutiques et les alliances qu’elles nouent avec une partie du corps médical et certaines associations de patients, dans un contexte idéologique de dérégulation économique et de consumérisme. Cette analyse se confirme pour les « troubles du désir ». En relatant, chacun-e dans des contextes discursifs différents, l’histoire des « troubles sexuels féminins » [female sexual dysfunction, FSD], la sociologue Jennifer Fishman (2004), le journaliste médical Ray Moynihan (2003) et la psychologue Leonore Tiefer (2006) ont mis en évidence les liens étroits établis entre des clinicien-ne-s et chercheur-e-s en médecine et des entreprises pharmaceutiques. Fishman en particulier montre que ces partenariats servent tout à la fois des intérêts commerciaux, scientifiques et médicaux. Plus précisément, ils aboutissent à une coproduction de problèmes de recherche, d’entités nosologiques, de critères diagnostiques et de traitements.

  • 9 Des remèdes à la défaillance du désir sexuel féminin voient le jour à partir du milieu des années 1 (...)

31Un tel processus de coproduction s’observe pour d’autres « pathologies » féminines que les « troubles du désir », par exemple les « troubles prémenstruels », qui ont aussi fait l’objet de remaniements étiologiques récents, de nouvelles propositions thérapeutiques et d’une forte médiatisation au cours des dernières années. Laura Piccand (2013) a analysé la requalification du « syndrome prémenstruel » en « trouble dysphorique prémenstruel », à la faveur de son inscription dans le DSM. Elle a mis en évidence l’intrication entre l’élaboration d’une catégorie nosologique renouvelée et la production d’un nouveau traitement : le médicament conforte la légitimité du diagnostic et le diagnostic offre une nouvelle indication au médicament. Elle a également montré l’infléchissement de l’ancienne étiologie hormonale du « trouble prémenstruel » vers des hypothèses étiologiques neurologiques, qui ouvrent la voie aux traitements par une nouvelle génération d’antidépresseurs. Ces processus (biologisation et neurologisation d’un « trouble », coproduction d’étiologies et de traitements), sont très similaires à ceux qui se déroulent autour des « troubles du désir »9.

32La place prise par l’industrie pharmaceutique et ses molécules commercialisées dans les partenariats établis avec la recherche et la clinique ont aussi pour effet de ramener la sexologie dans le giron de la médecine. S’il est probable que les médicaments produits pour parer aux « défaillances de la sexualité » connaissent des usages profanes sous forme d’auto-médication ou, en dehors de leurs indications, à des fins récréatives, ils sont en principe délivrés sur ordonnance. Le privilège médical de la prescription restreint par conséquent le choix de thérapeutes pour les personnes souhaitant bénéficier de ces « molécules du désir » qui font l’objet d’une promotion commerciale considérable. Alain Giami et Pierre de Colomby (2002) avaient déjà prévu une modification des équilibres existant entre médecins et non médecins dans le champ de la sexologie au moment de l’arrivée du Viagra en 1998. La nouvelle prépondérance médicale qu’ils prévoyaient s’est vue confirmer par les évolutions de la recherche sur l’érection (Giami, 2007). Elle se vérifie aussi dans la recherche sur les « troubles de la sexualité féminine » (Winton, 2001). À l’heure actuelle, divers éléments permettent d’aller au-delà de l’hypothèse d’un rééquilibrage des dynamiques professionnelles au sein de la sexologie, pour poser celle de l’instauration d’une nouvelle médecine sexuelle en tant que spécialité médicale à part entière. Cette médecine sexuelle, qui se constitue simultanément dans plusieurs espaces nationaux, et ne cache du reste pas son ambition de se faire reconnaître au plan européen (Bitzer, Reisman et Lowenstein, 2013), s’inscrit dans la filiation de la sexologie de Kinsey ou de Masters et Johnson dans la mesure où elle s’intéresse moins aux déviances ou aux pathologies importantes de la sexualité qu’aux petites « dysfonctions » susceptibles de survenir dans la vie de la plupart des gens. L’expression qu’André Béjin utilisait pour désigner l’objet de la sexologie née de la deuxième moitié du XXe siècle – « son gibier c’est la dysfonction » (Béjin, 1982, 160) – s’applique à cette médecine sexuelle. Elle chasse en effet le même gibier, mais avec de nouvelles armes nosologiques et thérapeutiques. De plus, elle étend son territoire de chasse en superposant les « troubles du désir » et plus généralement de la « fonction sexuelle » à toute une série de maladies et de problèmes de santé traditionnellement traités par la biomédecine (le diabète, l’hypertension, les coronaropathies, le cancer, la maladie de Parkinson, la démence, la dépression, etc.). Des médecins de diverses spécialités (l’urologie et la gynécologie, mais aussi de spécialités dévolues à la prise en charge de pathologies lourdes, comme l’oncologie) sont en effet en train de se poser en spécialistes de la « santé sexuelle » (expression dont elles/ils se servent le plus souvent comme synonyme de « sexualité »), par une intense activité de publication, d’organisation de colloques, mais aussi de formations spécialisées à l’intention de leurs collègues et d’autres professionnel-le-s de santé.

33Finalement, je souhaite rappeler à quel point les modèles de la sexualité décrits ici la déréalisent en tant qu’expérience humaine, en l’extrayant des situations sociales dans lesquelles elle est pourtant nécessairement prise. Ces modélisations posent la sexualité comme une « fonction » autonome, inscrite dans le programme biologique animal, immuable dans ses principes et quelles que soient les circonstances. Ainsi, passer le dimanche au lit ou profiter d’une heure d’absence des colocataires pour faire l’amour avec un-e partenaire choisi-e, accorder à des touristes la disponibilité de son corps en échange de cadeaux, céder à la pression ou à la menace d’un-e conjoint-e juridiquement ou économiquement dominant-e, s’astreindre à copuler à la période de l’ovulation dans l’espoir de concevoir… seraient des situations identiques du point de vue de la « fonction sexuelle ». De ce fait, la « réponse sexuelle » des individus pourrait être examinée indépendamment de chacun de ces contextes et servir à établir leur normalité ou leur dysfonctionnement. Ces modèles contournent le problème de la nécessaire intervention dans la vie et les situations sexuelles des conventions, des normes, des impositions sociales et de l’inégale distribution du pouvoir entre individus et entre groupes sociaux constitués par des critères croisés de sexe, d’âge, de classe, de « race », de préférence sexuelle, ou de nationalité. La complexification du modèle pour les femmes (de la linéarité de Masters et Johnson ou Kaplan à la circularité de Basson), sous couvert de progrès, ne fait en réalité que renforcer l’aveuglement de la sexologie aux rapports sociaux de sexe. En déhistoricisant et en dépolitisant la sexualité, les nouvelles modélisations sexologiques empêchent la remise en cause de l’assignation des femmes à des types d’interaction sexuelle pour lesquels elles ont de bonnes raisons de ne pas éprouver de désir…

34Il y a quelques années, Annie Ferrand écrivait dans cette même revue, à partir de son analyse de vingt manuels d’éducation à la sexualité publiés en français entre 1997 et 2007 :

« Les manuels attribuent aux femmes un corps douloureux, naturellement insatisfaisant, que seuls des prothèses et des soins à base de produits commercialisés pourront essayer de corriger. Mais surtout, la description de l’anatomie sexuelle et de la sexualité ancre dans la biologie l’idée que les femmes ont un corps naturellement à envahir, disponible, ouvert et un désir passif, mystérieux, invisible. » (Ferrand, 2010)

35Cette citation révèle la correspondance entre des manuels grand public parus dans une aire francophone et les publications scientifiques qui présentent, en anglais et à un lectorat spécialisé, les dernières acquisitions de la recherche sexologique. Cette troublante connivence nous invite à réinscrire ces recherches à la pointe du progrès dans l’histoire des sciences médicales qui ont pris les femmes et leurs « particularités » comme objet d’étude privilégié. Les termes de passivité, de mystère et d’in/visibilité ouvrent chacun un long chapitre de cette histoire.

Haut de page

Bibliographie

ABRAHAM John, « The sociological concomitants of the pharmaceutical industry and medications », in BIRD Chloe E., CONRAD Peter, FREMONT Allen. M. et TIMMERMANS Stefan (dir.), Handbook of medical sociology. Sixth Edition, Nashville, Vanderbilt University Press, 2010, pp. 290-308.

American Psychiatric Association (APA), DSM-III. Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, Paris, Masson, 1983 (version originale américaine 1980).

American Psychiatric Association (APA), DSM-III-R. Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, Paris, Masson, 1992 (version originale américaine 1987).

American Psychiatric Association (APA), DSM-IV. Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, Paris, Masson, 1996 (version originale américaine 1994).

American Psychiatric Association (APA), DSM-IV-TR. Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, Paris, Masson, 2003 (version originale américaine 2000).

American Psychiatric Association (APA), DSM-5. Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Washington; London, American Psychiatric Publishing, 2013.

ANGEL Katherine, « The history of ‘Female Sexual Dysfunction’ as a mental disorder in the 20th century », Current Opinion in Psychiatry, 23, 6, 2010, pp. 536-541.

BASSON Rosemary, « Using a Different Model for Female Sexual Response to Address Women’s Problematic Low Sexual Desire », Journal of Sex & Marital Therapy, 27, 5, 2001, pp. 395-403.

BASSON Rosemary, BERMAN Jennifer, BURNETT Arthur, DEROGATIS Leonard, FERGUSON David, FOURCROY Jean, GOLDSTEIN Irwin, GRAZIOTTIN Alessandra, HEIMAN Julia, LAAN Ellen, LEIBLUM Sandra, PADMA-NATHAN Harin, ROSEN Raymond, SEGRAVES Kathleen, SEGRAVES R. Taylor, SHABSIGH Ridwan, SIPSKI Marcalee, WAGNER Gorm, WHIPPLE Beverly, « Report of the international consensus development conference on female sexual dysfunction: Definitions and classifications », The Journal of Urology, 263, 3, 2000, pp. 888-893.

BASSON Rosemary, LEIBLUM Sandra, BROTTO Lori, DEROGATIS Leonard, FOURCROY Jean, FUGL-MEYER Kirstin, GRAZIOTTIN Alessandra, HEIMAN Julia R., LAAN Ellen, MESTON Cindy, SCHOVER Leslie, VAN LANKVELD Jacques, WEIJMAR SCHULTZ Willibrord, « Definitions of women’s sexual dysfunction reconsidered: advocating expansion and revision », Journal of Psychosomatic Obstetrics and Gynecology, 24, 4, 2003, pp. 221-229.

BÉJIN André, « Crépuscule des psychanalystes, matin des sexologues », Communications, 35, 1982, pp. 159-177.

Bianchi-Demicheli Francesco, Cojan Yann, Waber Lakshmi, Recordon Nathalie, Vuilleumier Patrik, Ortigue Stéphanie, « Neural bases of hypoactive sexual desire disorder in women : An event-related fMRI study », Journal of Sexual Medicine, 8, 9, 2011, pp. 2546-2559.

BIRMAN Joel, « Une érotique de l’ambiguïté : sur la psychanalyse, les normes sexuelles et le contrôle social », in PAICHELER Geneviève, LOYOLA Maria Andréa (dir.), Sexualité, normes et contrôle social, Paris, L’Harmattan, 2003, pp. 53-67.

BITZER Johannes, GIRALDI Annamaria, PFAUS Jim, « Sexual Desire and Hypoactive Sexual Desire Disorder in Women. Introduction and Overview. Standard Operating Procedure (SOP Part 1) », The Journal of Sexual Medicine, 10, 1, 2013, pp. 36-49.

BITZER Johannes, GIRALDI Annamaria, PFAUS Jim, « A Standardized Diagnostic Interview for Hypoactive Sexual Desire Disorder in Women. Standard Operating Procedure (SOP Part 2) », The Journal of Sexual Medicine, 10, 1, 2013, pp. 50-57.

BITZER Johannes, REISMAN Yacov, LOWENSTEIN Lior, « Center of Excellence for Sexual Medicine » (Editorial), The Journal of Sexual Medicine, 10, 9, 2013, pp. 2127-2128.

BLEIER Ruth (dir.), Science and Gender: A Critique of Biology and Its Theory of Women, New York, Pergamon Press, 1984.

BOZON Michel, « Les significations sociales des actes sexuels », Actes de la recherche en sciences sociales, 128, 1999, pp. 3-23.

CHAPERON Sylvie, « De l’anaphrodisie à la frigidité : jalons pour une histoire », Sexologies, 16, 3, 2007, pp. 189-194.

CHAPERON Sylvie, Les fondements du savoir psychiatrique sur la sexualité déviante au XIXe siècle », Recherches en psychanalyse, 10, 2010, pp. 276-285.

CORRÊA Marilena Villela, « Quelques réflexions concernant le sexe, la sexualité et la différence sexuelle dans le discours médical », in LOYOLA Maria Andréa (dir.), La Sexualité dans les sciences humaines, Paris, L’Harmattan, 1999, pp. 75-100.

DEMAZEUX Steeves, Qu’est-ce que le DSM ? Genèse et transformations de la bible américaine de la psychiatrie, Paris, Ithaque, 2013.

FAUSTO-STERLING Anne, Myths of Gender: Biological Theories about Man and Women, New York, Basic Books, 1985.

FAUSTO-STERLING Anne, Corps en tous genres. La dualité des sexes à l’épreuve de la science, Paris, La Découverte / Institut Emilie du Châtelet, 2012.

FERRAND Annie, « La "libération sexuelle" est une guerre économique d’occupation », Genre, sexualité & société [En ligne], 3, Printemps 2010, mis en ligne le 18 mai 2010, consulté le 26 mai 2014. URL: http://gss.revues.org/1402; DOI: 10.4000/gss.1402.

FISHMAN Jennifer R., « Manufacturing Desire: The Commodification of Female Sexual Dysfunction », Social Studies of Science, 34, 2, 2004, pp. 187-218.

GAGNON John H., « L’utilisation explicite et implicite de la perspective des scripts dans les recherches sur la sexualité » (1991), in GAGNON John H., Les Scripts de la sexualité. Essais sur les origines culturelles du désir, Paris Payot, 2008, chapitre II, pp. 69-135.

GARDEY Delphine, LÖWY Ilana (dir.), L’Invention du naturel. Les sciences et la fabrication du féminin et du masculin, Paris, Editions des archives contemporaines, 2000.

GAUDILLIERE Jean-Paul, « La fabrique moléculaire du genre : hormones sexuelles, industrie et médecine avant la pilule », Les Cahiers du genre, 34, 2003, pp. 57-80.

GIAMI Alain, « Fonction sexuelle masculine et sexualité féminine. Permanence des représentations du genre en sexologie et en médecine sexuelle », Communications, 81, 2007, pp. 135-151.

GIAMI Alain, DE COLOMBY Pierre, « La médicalisation de la sexologie en France », L’Évolution psychiatrique, 67, 3, 2002, pp. 558-570.

HAUSMAN Bernice L., Changing Sex. Transsexualism, Technology, and the Idea of Gender, Durham, Duke University Press, 1995.

HIRT Caroline, « La sexualité postnatale : un objet d’étude négligé par les sciences humaines et sociales », in DESCHAMPS Catherine, GAISSAD Laurent, TARAUD Christelle (dir.), Hétéros. Discours, lieux, pratiques, Paris, Epel, 2009, pp. 145-153.

KAPLAN Helen Singer, « Hypoactive sexual desire », Journal of Sex & Marital Therapy, 3, 1, 1977, pp. 3-9.

KAPLAN Helen Singer, The Sexual Desire Disorders: Dysfunctional Regulation of Sexual Motivation, New York, Brunner-Routledge, 1995.

KELLER, Evelyn Fox, Reflections on Gender and Science, New Haven, Yale University Press, 1984.

LAQUEUR Thomas, Making Sex, Body and Gender from the Greeks to Freud, Cambridge, Harvard University Press. (Paru en français sous le titre La Fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, 1992.)

LAUMANN Edward O., PAIK Anthony, ROSEN, Raymond C., « Sexual Dysfunction in the United States. Prevalence and Predictors », The Journal of the American Medical Association, 281, 6, 1999, 537-544. (Et « Correction », JAMA, 281, 13, 1999, p. 1174.)

LEVIN Roy J., « The Physiology of Sexual Arousal in the Human Female: A Recreational and Procreational Synthesis », Archives of Sexual Behavior, 31, 5, 2002, pp. 405-411.

MARTIN Emily, The Woman in the Body: A Cultural Analysis of Reproduction, Buckingham, Open University Press / Milton Keynes, 1987.

MINARD Michel, Le DSM-roi. La psychiatrie américaine et la fabrique des diagnostics, Toulouse, Erès, 2013.

MOYNIHAN Ray, « The making of a disease: female sexual dysfunction », British Medical Journal, 326, 7379, 2003, pp. 45-57.

OUDSHOORN Nelly, Beyond the Natural Body: An Archeology of Sex Hormones, New York, Routledge, 1994.

PEARCE Jeremy, « Harold I. Lief, Advocate of Sex Education, Dies at 89 », The New York Times, 23 mars 2007.

PFAUS James G., « Pathways of sexual desire », The Journal of Sexual Medicine, 6, 6, 2009, pp. 1506-1533.

PICCAND Laura, « Du syndrome prémenstruel au trouble dysphorique prémenstruel. Reconfiguration des représentations sur la vulnérabilité des femmes », in KNITTEL Fabien et RAGGI Pascal (dir.), Genre et Techniques. XIXe-XXIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, pp. 141-151.

SAXON Wolfgang, « Dr. Helen Kaplan, 66, Dies : Pioneer in Sex Therapy Field », The New York Times, 19 août 1995.

TIEFER Leonore, « Female Sexual Dysfunction: A Case Study of Disease Mongering and Activist Resistance », PLoS Medicine, 3, 4, 2006, e178, pp. 436-440.

WINTON Mark Alan, « Paradigm change and female sexual dysfunctions: an analysis of sexology journals », The Canadian Journal of Human Sexuality, 10, 1-2, 2001, pp. 19-24.

WOOD Jill M., KOCH Patricia Barthalow, MANSFIELD Phyllis Kernoff, « Women’s Sexual Desire: A Feminist Critique », The Journal of Sex Research, 43, 3, 2006, pp. 236-244.

Haut de page

Notes

1 «Désirs en échec ? Expérience et traitement des défaillances de la sexualité féminine : la construction d'un problème médical et social», recherche dirigée par la professeure Delphine Gardey, Institut des Etudes genre, Université de Genève, codirigée par le professeur Bruno Strasser, Section de Biologie, Université de Genève, et financée par le Fonds Universitaire Maurice Chalumeau (appel d'offre 2012 «Désirs sexuels singuliers. Une approche sexologique interdisciplinaire»). L'auteure remercie Iulia Hasdeu de son impulsion décisive pour la rédaction de cet article, ainsi que les évaluateurs/trices anonymes de leurs critiques très stimulantes.

2 Contrairement à Helen Kaplan, William Masters et Virginia Johnson ne sont pas directement impliqués dans l'élaboration du DSM-III. (Angel, 2010, 538) C'est néanmoins leur modèle en quatre phases et non le modèle ternaire de Kaplan qui est retenu comme référence.

3 L'absence/la réduction des marques du genre grammatical en anglais est cause de troubles de la traduction en français. Je postule toutefois que les auteur-e-s du DSM-5 admettent la possibilité qu'une femme ait une partenaire sexuelle.

4 « When a woman senses a potential opportunity to be sexual with her partner, although she may not "need" to experience arousal and resolution for her own sexual well-being, she is nevertheless motivated to deliberately do whatever is necessary to facilitate a sexual interaction as she expects potential benefits that, though not strictly sexual, are very important. The increased emotional closeness, bonding, commitment, tolerance of each other's imperfections, and expectation of increased well-being of the partner all serve as highly valid motivational factors that activate the cycle. She moves from a state of sexual neutrality, to open mindedness or willingness to be receptive to stimuli, to a degree of sexual pleasure and arousal. A sense of sexual desire to continue the experience then follows. Subsequently she may experience higher arousal and possibly orgasmic release. If the emotional aspect of the interaction, as well as the physical aspect, is positive, intimacy is enhanced and the cycle strengthened. In contrast, the traditional "human sex response cycle" of Masters and Johnson and Kaplan, depicts sexual desire as a spontaneous force that itself triggers sexual arousal. »

5 Il est intéressant que Levin s'empare des formulations les plus récentes sur le désir pour renouer partiellement avec la première sexologie (qu'André Béjin nomme « protosexologie ») née à la fin du XIXe siècle, ancrée dans la psychiatrie, axée sur les déviations à la norme et pour laquelle la catégorie de la reproduction est centrale (Corrêa, 1999; Birman, 2003; Chaperon, 2007, 2010). La sexologie développée dans la deuxième moitié du XXe siècle (que Béjin qualifie d'« orgasmologie ») a au contraire éloigné et même banni (en ce qui concerne Kinsey) toute référence à la procréation (Béjin, 1982; Bozon, 1999; Giami, 2007). Cette combinaison entre le savoir sexologique le plus ancien et le plus récent accentue l'impression de circularité.

6 http://www.urofrance.org/fileadmin/medias/congres-francais-urologie/2012/presse/rapport-medecine-sexuelle.pdf, 8 pages, document téléchargé le 27.03.14.

7 http://hug-ge.ch/sites/interhug/files/presse/cp_1_07_11.pdf, 2 pages, document téléchargé le 10.10.13.

8 http://www.zoominfo.com/p/Raymond-Rosen/9448864, page consultée le 15.05.14.

9 Des remèdes à la défaillance du désir sexuel féminin voient le jour à partir du milieu des années 1990, sous la forme de sprays transdermiques, de gels vaginaux ou encore de patches de testostérone. À la fin des années 2000, un antidépresseur, la flibansérine, est présenté comme un moyen d'augmenter le désir sexuel des femmes. Développé par les laboratoires allemands Boehringer Ingelheim sous le nom de Girosa®, ce médicament n'a pas obtenu d'autorisation de mise sur le marché, mais d'autres laboratoires poursuivent actuellement leurs recherches en vue de le commercialiser sous un nom différent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marilène Vuille, « Le désir sexuel des femmes, du DSM à la nouvelle médecine sexuelle », Genre, sexualité & société [En ligne], 12 | Automne 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://gss.revues.org/3240 ; DOI : 10.4000/gss.3240

Haut de page

Auteur

Marilène Vuille

Sociologue, chargée de recherche à l’Institut des Etudes Genre
Université de Genève

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • Revues.org